Jean Pierre VOUCHE

Document Sample
Jean Pierre VOUCHE Powered By Docstoc
					SYLLABUS DU COURS
de JEAN-PIERRE VOUCHE
Psychologue Clinicien
Directeur de la Ligue Française pour la Santé Mentale




                          Mercredi 5 novembre 2008

                                   1 ère année

         INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE




                              Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   1
                                   psychocriminologie CERPAC
INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE

Selon M. PINATEL, la Criminologie se divise en fait en:
1. Criminologie pure dont l’objet est d’étudier et de vérifier une théorie générale du
   crime.
2. Criminologie sociale s’efforçant d’étudier les aspects criminogènes de la société,
   et surtout de découvrir des moyens de prévention sociale.
3. Criminologie appliquée se subdivisant elle-même en trois branches:
 la recherche évaluative qui tente de préciser l’efficacité des méthodes de
   traitement
 La criminologie de la réaction qui se consacre à l’étude de l’administration de la
   justice
 La criminologie clinique

La criminologie clinique a pour objet de déterminer les principes et les méthodes à
   l’aide desquels il est possible:
- D’apprécier la personnalité d’un délinquant et son état dangereux
- De porter un pronostic sur son comportement ultérieur
- De formuler éventuellement le programme du traitement qui devrait lui être
   appliqué
- De suivre l’exécution de ce traitement et d’en contrôler les résultats.
La criminologie clinique est médico-psycho-socio-éducative plurisdisciplinaire.
                               Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la               2
                                    psychocriminologie CERPAC
INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE
La psychiatrie appliquée à l’étude des délinquants n’est qu’un des prolongements de la
psychiatrie mais n’est pas une autre psychiatrie.
Comme l’histoire de la Criminologie, science jeune, l’histoire de la Psychiatrie science
ancien,ne, montre une évolution constante vers une approche globale de la déviance,
déviance sociale dans le crime, déviance mentale dans la folie.
Quelques remarques pour clarifier les relations entre la Psychiatrie et la Criminologie.-
- L’acte criminel ne signe pas ipso facto un état de folie
- Un nombre important de délinquants présente des signes de maladie mentale avérée
ou d’inadaptation sociale dont l’évaluation est du ressort des psychiatre.
- La proportion de ces délinquants est variable selon les époques en fonction de l’état
de la société, de la législation répressive en vigueur, des conceptions psychiatriques
du moment.
Rappel historique du développement de la Criminologie.
Trois origines:
- Une essence bioanthropologique
- Une essence psychologique
- une essence sociologique
En premier le courant prédominant de l’ anthropologie criminelle a cédé le pas aux
conceptions bio-psychologiques, puis sociologiques. En second lieu, par un chemin
inverse la criminologie sociologique s’est infléchie sous l’influence de
psychosociologues tels que SUTHERLAND, vers la prédominance d’une approche
                                Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la              3
multi factorielle.                   psychocriminologie CERPAC
INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE
Les chefs d’école, ont été successivement juristes, médecins, sociologues.

A . L’itinéraire bio- anthropologique
Dominé par des médecins anthropologistes et légistes, accessoirement orientés vers
une étude psychopathologique du délinquant, qu’on ne peut qualifier de psychiatrie
médico-légale.
A la physiognomonie de DELLA PORTA et LAVATER centrée sur l’étude des stigmates
physiques considérés comme expression de traits caractériels, succèdent les études
de BROCA selon lesquelles les fonctions intellectuelles et instinctives, distinctes
avaient une localisation cérébrale précise et constante.
Le nom de LOMBROSO devenu symbole de l’ anthropologie criminelle par sa
définition du criminel né évoque tout le souvenir d’un médecin légiste. En quittant
l’armée en 1864 il est dircteur de l’asile d’aliénés de PAVIE, chargé de cours de
Psychiatrie à l’université. 12 ans plus tard nommé professeur de Médecine Légale à
TURIN, il publie « L’Uomo Delinquante ». Il distingue influencé par DARWIN décédé
en 1882 ; lors de l’examen minutieux d’un crâne de brigand une énorme fossette
occipitale moyenne et une hypertrophie du vermis analogue à celles observées chez
les vertébrés inférieurs qui conduisent LOMBROSO à l’hypothèse de l’origine atavique
de la délinquance. C’est un attardé de l’évolution, présentant des stigmates morpho-
psychologiques, résurgence des hommes primitifs!
                               Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la            4
                                    psychocriminologie CERPAC
INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE
Lombroso développa une théorie décrivant des types biologiques spécifiques de
  certaines conduites délinquantielles (meurtre, viol, vol). Malheureux voués à la
  déviance du fait des caprices de la nature. Lombroso remania sa théorie, retenant le
  rôle des anomalies pathologiques ou acquises (épilepsie, alcoolisme, folie), le rôle
  social, puis l’existence de criminels d’occasion commettant leur forfait sous
  l’influence des circonstances, par opposition au criminel né, instinctif, pervers et
  vicieux par constitution. Il a inspiré FERRI qui a été à l’origine des systématisations
  d’ordre psycho-physiologique.
PENDE travailla sur les crânes d’adultes ou d’adolescents délinquants tirant des
  données neurœndocriniennes, proposant un schéma graphique de la personnalité
  qui pourrait être représenté par une pyramide biotypologique, dont la base serait
  constituée par l’hérédité et les quatre faces par la morphologie, le tempérament, le
  caractère et l’intelligence.
KRETSCHMER décrit dans une doctrine criminolobiologique pour tenter de dégager les
   principales incidences sur la délinquance (forme de passage à l’acte et du délit,
   modulations temporelles : précocité, fréquence, récidive) quatre types:
1. Psychomorphe-cyclothymique
2. Leptomorphe-schizothymique
3. Athlétomorphe-épileptoïde
4. Dysplastique
Avec des facteurs de probabilité de comportement délinquantiel.
                                  Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la               5
                                    psychocriminologie CERPAC
INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE

KINBERG associe quatre radicaux constitutionnels dans la structure personnelle; la
capacité, la validité, la stabilité, la solidité avec des variantes pathologiques de la
personnalité parmi lesquelles il retient les lésions cérébrales insidieuses d’origine
infectieuse, l’epileptoïdie et des variantes en relation avec une fonction morale,
considérée comme partie intégrante de la personnalité.

Les auteurs français HEUYER, BIZE et J. DELAY attirent l’attention sur des facteurs
criminogènes d’étiologie biologique.
Depuis 1965 des travaux s’attachent à l’étude des facteurs génétiques en
criminologie. Trois types d’anomalies chromosomiques sont essentiellement retenus:
le syndrome de Klinefelter caryotype de type 47XXY; le syndrome double Y
caryotype de type 47 XYY plus connu du fait de son incidence sur le comportement
délinquantiel. La plus grande prudence est encore nécessaire dans l’évaluation des
résultats très fragmentaires, le facteur génétique ne constitue qu’un des facteurs de
la délinquance individuelle et il est loin à lui seul d’être déterminant.




                               Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                 6
                                    psychocriminologie CERPAC
INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE
B . L’itinéraire psychologique
L’itinéraire qui devait conduire la Psychologie criminelle à la Criminologie
Psychologique est généralement mieux connu des psychiatres. La notion
d’irresponsabilité pour cause de maladie mentale, PINEL et ESQUIROL ont eu un
rôle dans la promulgation de la Loi du 30 juin 1838 sur l’internement dont les
incidences en psychiatrie médico-légale et en Criminologie devaient s’avérer
considérables au regard de l’ancienne loi de l’article 64 du Code Pénal.
MOREL en 1857 introduit la théorie des dégénérescences, déviation maladive de type
primitif. Évolution régressive par mutations maladives faisant passer sur le plan
psychique d’une simple prédisposition au délire des sentiments et des actes avec
conservation des facultés intellectuelles (actuelle notion de déséquilibre), aux folies
héréditaires avec intelligence des choses, enfin aux états de débilité mentale
(imbécillité, idiotie, crétinisme). MAGNAN affirme que le dégénéré est un déséquilibré
par disjonction et non rupture de l’équilibre régissant les centres nerveux psychiques,
sensitifs. Se caractérisant par trois critères: psychologique (déséquilibre de
l’intelligence, de la sensibilité ou de la volonté) de délinquance, de prédisposition aux
accidents mentaux aigus. Aux théories de la dégénérescence font suite les théories
constitutionnalistes à partir de l’état prépsychotique avec DUPRE en France et
KRAEPELIN en Allemagne en 1915. La constitution morbide ébauche d’une altération
mentale en puissance. Constitutions pathologiques de DUPRE (émotive, mytho
maniaque, paranoïaque)
                                  Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                7
                                       psychocriminologie CERPAC
INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE
On verra à propos de l’étude des relations entre la notion de déséquilibre
   psychopathique et la déviance sociale, l’apport ultérieur de K.SCHNEIDER et celui
   de P.PICHOT.
En criminologie générale, la passerelle entre les théories constitutionnalistes et les
   théories psychanalytiques est représentée par les travaux de MENDES
   CORREA au Portugal, de GEMELLI en Italie et de E.de GREEFF e Belgique
   prolongés par R.P MAILLOUX au Canada et J.PINATEL en France.
E.de GREEFF retient des fonctions incorruptibles: sentiment de destinée, de
   responsabilité personnelle, de justice, d’ordre, fonctions aveugles, indifférentes au
   bien et au mal, liées à la pensée sous-corticale et au système diencéphalique et
   d’autres part un système construits de valeurs susceptibles de contrôler ou
   d’inhiber ces fonctions incorruptibles en réalisant une barrière plus ou moins
   solide. PINATEL retient les traits définis à partir du passage à l’acte considéré
   comme l’indice essentiel puisque traduisant la plus ou moins grande faculté pour
   un sujet donné de commettre un délit donc d’être étiqueté comme délinquant.
 Le noyau de la personnalité criminelle:
1. L’égocentrisme
2. La labilité, impossibilité à résister à l’accomplissement d’actions
3. L’agressivité, force instinctive, vaincre et éliminer les obstacles barrant la route aux
   actions humaines
4. L’indifférence affective ou insensibilité morale, sans émotions.
                                Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                 8
                                     psychocriminologie CERPAC
INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE
La personnalité criminelle est définie ainsi comme une résultante, constellation de traits
mais ayant entre eux des interactions.

Les théories psychanalytiques
Ont bouleversés les précédentes approches Nombreux psychanalystes parmi lesquels
HESNARD, FAVEZ-BOUTONNIER, J.LACAN ont écrits à propos des conduites
considérées comme délinquantielles.

M.MUCCHIELLI souligne l’apport de FREUD, YUNG, ADLER pour un effort de
compréhension du phénomène délinquance, comme résultat d’une histoire individuelle,
comme aboutissement d’une certaine évolution mentale dont les signes remontent fort
loin dans l’enfance.
Les techniques psychanalytiques utilisées dans la prise en charge des délinquants s’est
révélée comme un leurre, la psychanalyse n’a guère fait progresser la prévention du
crime ou le traitement de ce type de délinquants. Ce sont les données concernant la
délinquance et l’inadaptation juvéniles qui ont apporté les données les plus utilisables en
particulier celle de BOWLBY en 1947, FRIEDLANDER en 1951 et D.LAGACHE en
1955.



                                 Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                 9
                                      psychocriminologie CERPAC
                       1 er chapitre

“L’approche Clinique des criminels sexuels”

Leur prise en charge clinique à notre époque
     Catégories juridiques et profils psychologiques
                        Clinique
                      Évaluations
               Stratégies thérapeutiques


                 Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   10
                      psychocriminologie CERPAC
                    CATEGORIES d’AGRESSEURS SEXUELS
                            ASPECTS STATISTIQUES
I Antécédents judiciaires :

 Pères incestueux : < 5 % autres antécédents (vols, CBV)
                   < 5 % antécédents incestueux
 Pédophiles : 20 à 30 % autres antécédents (escroquerie) (sujets longues peines)
              20 % antécédents identiques
 Violeurs     70 % autres antécédents (vols, CBV)
              5 à 10 % antécédents de viol

II Récidive :

A. Etudes internationales :
Pères incestueux         <5%
Violeurs           < 10 %
Pédophiles      10 à 20 %

B. Etude française :
 Agression sexuelle - Viol                              4%
 Viol                - Viol                             4%
 Agression sexuelle - Agression sexuelle                   10 %
                             Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la          11
                                  psychocriminologie CERPAC
                                    Pères incestueux (I)

1. Rôle de l’alcool
          - Désinhibiteur
          - Erotisant
2. Traits de personnalité
          - Axe psychorigidité – préparanoïaque - paranoïaque
          - Traits phobo-obsessionnels
3. Vie psychosexuelle
          - Forme type
          - pauvreté
          - inhibition
          - non apprentissage du comportement de cour
          - sexualité stéréotypée
4. Aspects psychosociaux
          - histoire familiale
          - rapport au travail
          - rapport au social
          - mode de vie replié sur la famille
5. Investissement de l’objet sexuel
          - « ma » fille
          - une « petite fille »
                                    Jean-Pierre de femme
          - une « fille » faisant fonction VOUCHE Introduction à la   12
                                     psychocriminologie CERPAC
                                  Pères incestueux (II)
. Dangerosité criminologique
          < 5% autres antécédents
          < 5% récidive d’actes incestueux
7. Positionnement
          - Rapport           - aux faits
                              - à la personnalité propre
                              - à la contrainte exercée
          - Vécu surmoïque
          - appréhension du retentissement psychologique pour la victime
          - rapport à la loi
8. Prise en charge
          - Éclatement de la famille
                    - Prise en charge individuelle
                    - Prise en charge en groupe
                    - Prise en charge de couple (si nouvelle compagne)
          - Famille reconstituée
                    - Prise en charge du père
                    - Prise en charge mère - fille
                    - puis des entretiens familiaux ou des entretiens de couple
9. Aspects social
          dépistage précoce et prévention
                           Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                   13
                                psychocriminologie CERPAC
                                        Pédophiles (I)


Définition : l’attrait pédophilique se définit, comme l’excitation sexuelle, à un niveau
fantasmatique, pour un corps d’enfant pré pubère (garçon ou fille).

Corollaires :

1. L’attrait pédophilique :             - exclusif
                                                       - prévalent
                                                       - secondaire

2. L’attrait pédophilique :             - hétérosexuel
                                                 - homosexuel
                                                 - bisexuel

3. L’attrait pédophilique ne suppose pas, ipso facto de propension au passage à
l’acte




                               Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                14
                                    psychocriminologie CERPAC
                               Pédophiles (II)


A. Existence d’une fantasmatique pédophilique mais sans passage à
l’acte.
1. Sujets névrotisés se contentant d’une activité auto-érotique
2. Sujets étant passés à l’acte une fois, mais ne récidivant pas (avec ou sans
traitement)

B. Agirs pédophiliques.
1. Agirs pédophiliques sans fantasmatique pédophilique prévalente
2. Attouchements pédophiliques avec fantasmatique pédophile (le groupe le plus
fréquent)
3. Viols pédophiliques avec fantasmatique pédophilique.




                            Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                 15
                                 psychocriminologie CERPAC
Pédophiles (III)
1. Agirs pédophiliques sans fantasmatique pédophilique prévalente
Sujets plutôt hétérosexuels ou homosexuels adultes
Pas de fantasmatique pédophilique accompagnant la vie auto-érotique
Formes cliniques :
Un agir occasionnel        - l’adolescent
                           - l’homme mûr
                           - l’homme âgé
2. Attouchements pédophiliques avec fantasmatique pédophilique (le groupe le
plus fréquent)
- Fixation pédophilique habituelle
- Mode opératoire : manipulation de la victime
- Victime : un enfant dans l’entourage habituel du sujet
- Nombreux attouchements du même enfant
- Contexte d’activités professionnelles (ou de loisirs, piscine, club sportif, camps
de vacances)
- Mode de vie centré sur les enfants
- Relative inhibition dans le rapport aux adultes
- Gagne la confiance des proches de l’enfant
- Monde de l’enfance souvent idéalisé, surinvesti
- Mise en exergue d’une pseudo-réciprocité
 Formes cliniques :        - le cynique
                           - l’immaturo-névrotiqueà la
                                 Jean-Pierre VOUCHE Introduction                16
                           - l’auto-leurrant CERPAC
                                      psychocriminologie

                           - le névrotisé
   Pédophiles (IV)




3. Viols pédophiliques avec fantasmatique pédophile

- Fixation pédophilique
- Mode opératoire : violence, contrainte
- Enfant choisi loin du voisinage habituel, avec recherche de l’anonymat
- Contexte de rapt, de séquestration de la victime
- Relation ponctuelle, sans souci de l’enfant qui est traité comme un véritable objet.




                               Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la               17
                                    psychocriminologie CERPAC
Les violeurs

Le groupe des violeurs sur femme adulte (ou homme adulte) est le groupe le plus hétérogène
parmi la population des auteurs d’infraction sexuelle.

- passage à l’acte comme « agi » résulte d’une polyfactorialité dont le repérage structurel de la
personnalité.
- aspect en mosaïque car des profils psychopathiques, des personnalités paranoïaques, des
organisations perverses mais aussi immaturo-névrotiques rencontrées parfois concomitamment.
- antécédents judiciaires et récidives : 75% ont commis d’autres délits, vol, CBV traduit tonalité
psychopathique prévalente. Les récidives varient entre 10 et 17% international, en France 4%.
- polyfactorialité de l’acte :l’état clinique au moment des faits, subdépressive et idées d’autolyse
«je vais me tuer tout est permis ».
- prise de toxiques (alcool, drogue) à effet désinhibiteur et d’érotisation.
- facteurs à risque, la promiscuité avec une femme (seul à seul) à ambiance déclenchante de
tensions sur immaturité et mauvaise structuration font «l’occasion fait le larron ».
- des éléments déclencheurs : interprétation du regard, d’un geste vécu par la subjectivité de
l’agresseur comme provocateur.

Formes cliniques :
- personnalités dans le spectre de la normale à facteurs autres prévalents :alcool, drogue.
- sujets immaturo-égocentriques le contexte est prévalent, acte isolé dans la trajectoire du sujet.
- sujets immaturo-égocentriques avec axe psychopathique, vols, bagarres, connaissent la prison.
- sujets immaturo-pervers avec problématique paranoïaco-perverse, tentation d’emprise.

                                    Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                      18
                                         psychocriminologie CERPAC
2. Les différents profils psychologiques
        des agresseurs sexuels

          - les catégories de critères d’évaluation
- la clinique descriptive des sujets transgressifs sexuels
                 Dépression et passage à l’acte
                 Psychopathologie de la relation
         Analyse criminologique du passage à l’acte




              Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la       19
                   psychocriminologie CERPAC
                    AGRESSEURS SEXUELS

          Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques


Psychopathologie

Etat Clinique

Vécu Existentiel                                             ACTE

Situation à Risques

Eléments circonstanciels
                      Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la          20
                           psychocriminologie CERPAC
         Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

          Clinique descriptive des sujets transgressifs
                   Dépression et passage à l’acte

Dans la clinique sémiologique on va classer:
- Les névrosés, les structures névrotiques
- Les troubles de la personnalité (prise en charge longitudinale des personnalités
pathologiques) ; Les psychopathes, les pervers, les border-line
- Les troubles mentaux ou maladies répertoriées (Schizophrénies)
Une manière d’évaluer plus précise!
Le risque majeur de la dépression c’est la Tentative de suicide et pour les troubles
de la personnalité, c’est le passage à l’acte. Pourquoi le sujet à troubles de la
personnalité va plutôt vers le passage à l’acte, que vers la T.S ?
- Grace aux effets des anti-dépresseurs
- se distinguer d’autrui, un rapport à l’autre flou
- se transforme en colère sur autrui
- expulsion sur l’autre
- intolérance à la frustration
Certains passages à l’acte se font chez des sujets déprimés: infanticide et
homicide

                                Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la             21
                                     psychocriminologie CERPAC
   - Les   structures névrotiques  si dépression  risque d’autolyse

- Les sujets à troubles de la personnalité  si dépression  risque de
passage à l’acte

A/ La sémiologie :
1. les traits névrotiques retrouvés (des phobies, peurs, angoisse relationnelle,
traits phobiques et hystériques), la peur de l’autre , l’angoisse de l’autre.
2. L’axe dysharmonique avec susceptibilité, rigidité, méfiance, tendances à
l’interprétation, paranoia. Les paranoïaques sont dans d’autres domaines que
ceux connus autrefois : jalousie pathologique, dans la manière d’interpréter
l’attitude d’un enfant. La passion de posséder en amour, le rapport d’autorité
dans la sphere professionnelle.
Dans des domaines différents!
Les sujets violents parce qu’ils interprétent le regard, l’attitude ( y compris des
psychopathes) ont une tendance paranoiaque. Dysharmonique car ils ne sont
pas d’emblée paranoiaque, ce sont des “gens lisses”!

3. L’égocentrisme dans la pathologie du narcissisme, on a des gens à traits
pervers, avec une forme de mégalomanie. Les troubles de la personnalité ne
sont pas des malades.
               Egoisme L’égocentrisme  la mégalomanie
                          Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la               22
                               psychocriminologie CERPAC
L’axe de la mégalomanie : L’égoisme  L’égocentrisme  La mégalomanie
est un axe fort car là réside la dangerosité, du fait de la non prise en compte de
l’autre !

4. Dysthymie : Ce sont des sujets qui ont des moments dystymiques,
subdépressifs. Une maladie existentielle. Ou bien, ils ont des moments de
subexcitation (majorés pour certains par la cocaïne).

Le passage à l’acte est la résultante de 5 éléments,
la polyfactorialité va vers le crime passionnel :

- la personnalité avec une rigidité, une érotisation du monde, un aspect
obsessionel.
- la dépression, les sujets sont déprimés.
- la situation existentielle avec des brisures professionnelles, le manque
d’argent, elle est chargée cette existence, ils sont destructurés. Avec un imaginaire
redoutant que l’autre va les quitter. La menace de séparation.
- la situation à risques surtout en cas d’alcoolisation.
- les éléments circonstanciels vont précipiter l’acte surtout plus il y en a, <on
entendra : “rendez-vous compte une femme qui rentre après minuit, où étais-tu?
Avec qui étais-tu?”.
                              Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la               23
                                   psychocriminologie CERPAC
B/   Psychopathologie de la relation

1.Le rapport à soi
Le sujet ne se vit pas comme sujet, il est agi par ses fantasmes (cf Dr
Balier).On remarque un manque de clarté du sujet, avec un Moi
interprétatif, un Moi faible.
2. La relation à l’autre
La fécondité de la relation d’emprise est soulignée, une peur de l’autre,
donc il ne va pas fonctionner dans la demande à l’autre. La tentation de la
relation d’emprise dans la logique transgressive.
3.La manière dont je perçois l’Altérité
Autrui n’apparaît pas, on a un déficit de pensée! Si le clinicien demande et
l’autre? « je ne suis pas dans sa tête! »Il y a une difficulté à penser
l’altérité, sa victime il ne la pense pas!



                          Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                 24
                               psychocriminologie CERPAC
    C / Analyse criminologique du passage à l’acte
    Avec ces sujets transgressifs, étudions le passage à l’acte. Ainsi on en
    apprend sur leur fonctionnement psychique. Certes on retrouve des traits
    névrotiques, ils ne sont pas toujours dysthymiques? Crime passionnel?


       Avant                       Pendant                                    Après

Le discours :           Une fréquence de sujets                     L’analyse du passage à
« Je n’ai jamais eu     qui ne sont pas « dans                      l’acte privilégie des
une idée de mort,       leur assiette » sous                        éléments criminologiques:
mais des pulsions ».    Rohypnol et qui prennent                    - reconnaissance des faits
                        de l’alcool. On n’a pas                     ou non
                        de système                                  - reconnaissance de la
                        motivationnel (rage ou                      contrainte exercée
                        colère) on perçoit plus
                        des troubles du champ                       - ressenti du passage à
                        de ; la conscience                          l’acte
                                                                    - la victime qu’en dit-il?
                                                                    - le rapport à la loi
                             Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                         25
                                  psychocriminologie CERPAC
Pour les 5 éléments criminologiques, cela va de la reconnaissance
totale au déni, la négation, le mensonge.


                   Le sujet nie pourquoi?

Il a une vue idéalisée du monde, il a du mal à assumer ses petites
transgressions, il dit « c’est pas bien » mais ce n’est pas au niveau
émotionnel, il y a un vague malaise.

Le sujet n’a pas d’anxiété, ni de culpabilité (ce n’est pas névrotique). On
est avec des sujets immatures dans une clinique de la honte, qui n’est
pas une clinique de la culpabilité des névrosés.




                            Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la          26
                                 psychocriminologie CERPAC
                  Discours des trois formes de profils psychologiques
     Discours normo                   Discours contrasté,                      Discours du déni
        névrotique                        l’immature                          Négateur. Le pervers
Ils reconnaissent tout, « je me    Ils ont une reconnaissance               Ils nient, ce sont des gens
sens coupable d’avoir fait         partielle,                               défiants. Ils ne reconnaissent
cela,..je vois la souffrance de    « je ne l’ai pas forcé, elle m’a         rien!
ma victime et j’accepte la         provoqué », de la honte, et la            « j’emmerde la loi!
loi ».                             victime: « elle n’y pense                Et les psys aussi, vous êtes
                                   plus! » il a une appréhension            des incapables au service de
                                   médiocre de la                           la loi».
                                   victime. «quand on déconne il            « C’est pas un délit, elle ment
                                   faut payer , mais pas trop               cette salope! »
                                   quand même! ».
Ils sont faciles à prendre en      Pas facile en suivi                      On a du mal à les prendre en
charge en individuel. C’est le     thérapeutique individuel !               charge cliniquement. Des
bon coupable qui regrette et       Donc préoccupation du travail            difficultés en groupe de
est capable d’inventer, il est à   clinique en groupe de parole,            parole, dans le silence ou la
minima intelligent et a une        mais n’est pas demandeur, il             contestation virulente, freine
stratégie inventive. Il y a du     accepte le suivi bien forcé!             le groupe.
regret.

                                     Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                              27
                                          psychocriminologie CERPAC
D/ Des thématiques spécifiques
Les cas des pédophiles qui n’ont pas passé à l’acte sur un enfant, avec des styles
transgressifs :
- les consommateurs d’images pédo pornographiques
- les consommateurs d’images pédo pornographiques et de recel d’images,
en réseau
- les scénaristes de films de vacances tendancieux.
- les voyeurs filmant dans les transports en commun sous les jupes des femmes.

On observe une variété des transgressions!
Des thèmes spécifiques,
- des hommes violents avec conjointe mais pas au travail ni aux enfants
- des hommes respectueux de leur femme, qui abuse les enfants

Mais à chaque fois des pointes de fragilité sur le champs affectif



                            Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la              28
                                 psychocriminologie CERPAC
                       1 er chapitre


3 . Les critères psycho-criminologiques des agresseurs sexuels

             Évaluations et classifications
            Réactions et vécus des professionnels
            face aux auteurs d’agressions sexuelles




                      Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la       29
                           psychocriminologie CERPAC
                         AGRESSEURS SEXUELS

            Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

                    Evaluation pluridisciplinaire

·   Psychiatrique

·   Psychologique

·   Psychopathologique

·   Psycho-sexologique

·   Psycho-criminologique


                        Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   30
                             psychocriminologie CERPAC
         INTRODUCTION A LA PSYCHOCRIMINOLOGIE


                   AGRESSEURS SEXUELS

       Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques


              Psychopathologie de l'acte

- Agresseur sexuel ou agression sexuelle

- Un comportement ou une psychopathologie

- Approche probabiliste de l'occurrence du passage à l'acte




                   Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   31
                        psychocriminologie CERPAC
                                AGRESSEURS SEXUELS

                    Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques


                       Evaluation psychiatrique

- Psychotiques :
                   ● Héboïdophrènes
                   ● Aménagement pervers
                   ● Aménagement paranoïaque

- Névrotiques

- Troubles de la personnalité :
                 ● Astructuration /Etats limites
                 ● Psychopathes
                 ● Caractères paranoïaques
                 ● Immaturo-pervers
                 ● Névrotico-pervers


                                  Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   32
                                       psychocriminologie CERPAC
 Évaluation psychiatrique
                                        AXES PSYCHOPATHOLOGIQUES

PSYCHOTIQUES
     ● Délire
     ● Borderline

PSYCHOPATHIQUE :
     ● Impulsivité
     ● Instabilité
     ● Animosité antisociale

PARANOÏAQUE :
     ● Susceptibilité
     ● Méfiance
     ● Égocentrisme
     ● Psychorigidité
     ● Interprétation
     ● Vécu persécutif

PERVERS (ou MEGALOMANIAQUES) :
     ● Égocentrisme
     ● Relation d’emprise
     ● Négation d’altérité



                               Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   33
                                    psychocriminologie CERPAC
                            AGRESSEURS SEXUELS
               Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

                        Évaluation psychologique (I)

Éléments biographiques significatifs

• Images parentales
• Premières relations
• Scolarité
• Rapport au corps
• Adolescence (premiers émois sexuels)
• Service Militaire
• Vie professionnelle
• Vie affectivo-sexuelle
• Antécédents judiciaires


                           Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   34
                                psychocriminologie CERPAC
                            AGRESSEURS SEXUELS
               Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

                 Évaluation psychologique (II)
Éléments cliniques
● Anxiété
● Traits névrotiques
          - Hystérie         - Phobie          - Obsession
● Axe de psychorigidité
          - Susceptibilité
          - Méfiance
          - Rigidité
          - Rancune
          - Interprétation
          - Vécu persécutif à minima
● Impulsivité
          - Physique
          - Bris d’objets
          - Verbale
● Instabilité
● Dysthymie
                             Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   35
                                  psychocriminologie CERPAC
                           AGRESSEURS SEXUELS
                Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

                       Évaluation psychologique (III)

Recherche de vécus :

         ● Frustration
         ● Tension interne
         ● Vécu dépressif
         ● Conflit
         ● Conflit relationnel
         ● Animosité : rage, haine, vengeance
         ● Excitation sexuelle
         ● Relation à l’autre dans la sexualité

Tests projectifs :
         ● TAT
         ● Rorschach

                                Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   36
                                     psychocriminologie CERPAC
                          AGRESSEURS SEXUELS
              Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques


                   Évaluation Psychopathologique

1° Pour une psychopathologie de l’acte

2° Dynamique perverse (actualisation dans le passage à l’acte)
                - Égocentrisme
                - Relation d’emprise
                - Déni
                          * D’altérité
                          * De la castration (situation de demande)

3° Destins du trauma d’avoir été agressé
   Avoir subi l’emprise
                   - Destin névrotique
                   - Destin « normal »
                   - Destin névrotico - pervers
                                Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   37
                                     psychocriminologie CERPAC
                        Évaluation Psycho - sexologique
Modèle parental/Image sexuée de ses parents
Inventaire des connaissances sexuelles
Vie auto-érotique
        Premières masturbations
        vécu de la masturbation
        fantasmes et rêveries éveillées
        Choix d’objet
        Scénario investi
        Support de la masturbation
  Histoire psycho sexuelle adulte
        Première expérience
        Expériences avec des prostituées
        Partenaires
        Vie commune
        Pratiques sexuelles
 Axe relationnel
        Apprentissage du comportement de séduction
        Relation à l’autre investie
        Échange psychologique avec le partenaire
        Dialogue sur la sexualité avec le partenaire
                                 de l’autre
        L’image de la sexualité Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   38
                                          psychocriminologie CERPAC
                        AGRESSEURS SEXUELS

              Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

                        Aspects psycho-criminologiques

1/ Situation à risque

2/ Rapport à la situation
      - Situation s’intallant d’elle-même
      - Situation établie stratégiquement

3/ Mode opératoire
      - Agression
      - Menaces
      - Pression
      - Manipulation
                         Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   39
                              psychocriminologie CERPAC
                          AGRESSEURS SEXUELS
              Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

                 Aspects psycho-criminologiques

Fantasme et Acte

- Distinction claire et interdit accepté

- Distinction claire. Mais crainte de passer à l’acte


- Flou et fantasme et Acte Interdit de l’agi mal situé


- Persécution subjective affichée par le Fantasme

- Distinction claire, mais mise en avant d’un « désir d’enfant »

- Distinction claire, mais agi revendiqué
                             Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   40
                                  psychocriminologie CERPAC
                                AGRESSEURS SEXUELS
              Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques


                    Aspects psycho-criminologiques

rapport aux faits :
·   Reconnaissance totale

·   Reconnaissance partielle

·   Reconnaissance indirecte

·   Négation banalisante

·   Négation sthénique

·   Négation perverse

                        Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la    41
                             psychocriminologie CERPAC
                       AGRESSEURS SEXUELS

           Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

               Aspects psycho-criminologiques

              Rapport à la contrainte exercée :

• Reconnaissance totale
• Reconnaissance partielle
• Reconnaissance indirecte
• Minimisation
• Banalisation
• Négation


                        Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   42
                             psychocriminologie CERPAC
                          AGRESSEURS SEXUELS


              Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

                  Aspects psycho-criminologiques

                  Vécu surmoïque d'après-coup :

•   Indifférence apparente
•   Vague malaise
•   Honte
•   Culpabilité




                          Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   43
                               psychocriminologie CERPAC
                      AGRESSEURS SEXUELS

          Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

             Aspects psycho-criminologiques

Appréhension par le sujet du retentissement psychologique
                    (pour la victime)

    Reconnaissance
    Minimisation
    Banalisation
    Négation Banalisante
    Négation Dénigrante


                      Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   44
                           psychocriminologie CERPAC
             AGRESSEURS SEXUELS

Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques


    Aspects psycho-criminologiques


              Le rapport à la loi
                 Reconnaissance émotionnelle
                • Acceptation
                • Banalisation
                    • Défi



            Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   45
                 psychocriminologie CERPAC
                                      AGRESSEURS SEXUELS
                    Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

                              Aspects psycho-criminologiques
                            Névrotique                     Immaturo          Pervers

Rapport aux faits           Reconnu                        R. indirecte      N. Sthénique
                                                           R. banalisante    R. Défiante

Contrainte lors de l'acte   Reconnue                       R. indirecte      N. Sthénique
                                                           R. banalisante    R. Défiante

Vécu surmoïque              Culpabilité                    Honte             Ni anxiété
                                                                             Ni honte apparente

Retentissement              Reconnu                        Minimisé          Nié
psychologique pour la                                      Banalisé
victime

Positionnement face à la    Reconnue comme                 Acceptée avec     Niée
loi                         structurante                   difficultés



                                      Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                   46
                                           psychocriminologie CERPAC
                             AGRESSEURS SEXUELS
                 Clinique, Evaluation, stratégies thérapeutiques

Réactions et vécus des professionnels face aux auteurs d’agressions sexuelles

                   GROUPE I                       GROUPE II              GROUPE III
                Tonalité névrotique        Tonalité Egocentrique       Tonalité perverse



                                                 Ambivalence
                  Authenticité                                       Résistance au transfert
  Transfert                                     Acceptation de
                Adhésion au suivi                                          Opposition
                                             l'obligation de soins




                                                                          Sentiment
                                                 Irritation
                                                                        d'impuissance
  Contre -                               Une certaine compassion
               Empathie spontanée                                         Désespoir
  Transfert                                   pour l'histoire
                                                                       Rejet/Agressivité
                                               traumatique
                                                                     Leurre de la Thérapie



                              Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                     47
                                   psychocriminologie CERPAC
                                                                0     1   2
Facteurs de personnalité
1. Traits phobiques
2. Rigidité et caractère paranoïaque

3. Egocentrisme – traits pervers -

4. Impulsivité
5. Dysthymie
6. Capacité de lien (attachement – maîtrise)
7. Rapport à l'altérité (victime)

8. Rapport aux éprouvés – alexithymie -
9. Capacité d'insight (autocritique)
10. Attitude face à la thérapie (Transfert -
Contre Transfert)

                               Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la           48
                                    psychocriminologie CERPAC
                                                                                  0   1   2

Facteurs psycho-sexologiques

11. Fantasme et choix d'objet (reconnaissance)

12. Fantasme et passage à l'acte (répression)

13. Distorsions cognitives (projections)

14. Sexualité et conflits internes (sexualisation des conflits)

15. Gérer sa sexualité – changement – (modèles de changement)

Facteurs psycho-criminologiques
16. Rapport aux faits
17. Rapport à la contrainte exercée

18. Vécu surmoïque du passage à l'acte

19. Appréhension du retentissement psychologique pour la
victime

20. Rapport à la loi                       Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la           49
                                                psychocriminologie CERPAC
              1 er chapitre


4. Stratégies et perspectives de traitement


        et les repères d’évolution




          Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   50
               psychocriminologie CERPAC
             AGRESSEURS SEXUELS

Clinique, Evaluation, Stratégies Thérapeutiques

              INDICATIONS

 Psychothérapie individuelle
 Psychothérapie de groupe (indication la plus fréquente)
 Entretiens de couple
 Entretiens familiaux
 Traitement Anti-androgènes
 Chimiothérapie non spécifique



              Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la         51
                   psychocriminologie CERPAC
                           AGRESSEURS SEXUELS

             Clinique, Evaluation, Stratégies Thérapeutiques

1. Suivi médico-psychologique
Psychothérapie individuelle
Psychothérapie de groupe
       - Type psychodynamique
       - Type cognitivo-comportemental
Thérapie de couple
Psycho-sexologie
Médicaments : - spécifiques anti-hormones
                  - non spécifiques anti-dépresseurs

2. Suivi psycho-criminologique
Entretiens individuels
Groupes de prévention de la récidive
                           Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   52
                                psychocriminologie CERPAC
                  Clinique, Evaluation, Stratégies Thérapeutiques
              Association de techniques thérapeutiques

- Chimiothérapie hormonale ou antidépresseur et psychothérapie

- Thérapie de groupe et thérapie de couple

- Thérapie de groupe et Thérapie individuelle

- Suivi individuel (ou de groupe) et thérapie de couple (ou entretiens familiaux)




                               Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                 53
                                    psychocriminologie CERPAC
Préliminaires

- L’évaluation (choix d’objet de la vie psychosexuelle, mode de vie, mode opératoire,
indice de névrotisation dans l’après-coup est fondamentale) :

Nécessité dans la plupart des cas d’une injonction de soins :

- Le cadre légal doit être nommé ;

- L’analyse du passage à l’acte, le cadre institutionnel (carcéral ou ambulatoire), l’existence
ou non de liens affectifs stables, le niveau intellectuel, les capacités de symbolisation (entre
autres) orientent le choix d’une technique thérapeutique

Deux techniques de prise en charge peuvent être associée par exemple :
      - Chimiothérapie hormonale et psychothérapie de soutien
      - Psychothérapie de groupe et entretiens de couple




                                  Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                      54
                                       psychocriminologie CERPAC
Psychothérapie individuelle
- Niveau intellectuel au moins moyen
- Capacité d’auto-analyse
- Capacité de symbolisation
- insight, quant aux affects
- Aptitude à saisir les auto leurres
- Métabolisation authentique

Psychothérapie de groupe
- Ambivalence face au suivi
- Insuffisance lucidité, quelque soit le niveau intellectuel
- Égocentrisme prévalent
- Inhibition sociale habituelle
L’objectif est de :
                    - Limiter
                    - Sociabiliser
                    - Dynamiser l’insight, par l’écoute d’autres sujets

On distinguera :
- Les groupes psychodynamiques plus centrés sur le sens, l’affect, l’auto-analyse, l’aspect
émotionnel dans la relation
- Les groupes dit « de prévention de la récidive », plus centrés sur la réalité quotidienne, la
                                   de situation à Introduction à la
gestion des fantasmes, le repérage Jean-Pierre VOUCHE risques externes ou intrapsychiques. 55
                                       psychocriminologie CERPAC
Entretiens de couple :
L’entretien de couple de tout sujet ayant un lien affectif apparaît comme éclairant,
soit dans le cadre d’entretiens préliminaires, soit ponctuant le suivi.

Entretiens familiaux

Anti-androgènes
- Sujets présentant une fantasmatique pédophilique vécu comme obsédante
- Sujets se déclarant incapables de réfréner une impulsion (même si un tel discours
est peu authentique, à visée auto-disculpabisante ; cela sera travaillé
ultérieurement)

Chimiothérapie non spécifique
Traitement symptomatique au cas par cas
A signale particulièrement l’utilisation des antidépresseurs sérotoninergiques
(recherche d’action sur l’aspect obsédant de la fantasmatique).



                             Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                      56
                                  psychocriminologie CERPAC
Traitement médicamenteux
Chimiothérapie spécifique
Acétade de cyprotérone (androcur)
          - examen biologique préalables :
                       - Bilan hépatique
                       - dosage de la testostéronémie
          - contre indications
                       - affections hépatiques graves
                       - tuberculose
          - prescription per os
                - 50 à 300 mg en une ou deux prises quotidiennes
          - effets secondaire
                       - prise de poids modérée
                       - gynécomastie
          Anomalies (réversibles) de la spermatogenèse
          Surveillance biologique
                       - dosage de la testostéronémie
                       - Dosage des transaminases.
Agonistes de la LH-RH –Décapeptyl)
          - Traitement injectable
          - Chute significative du taux de testostérone
Antidépresseurs
          Action sur la composante obsédante du Fantasme

Chimiothérapie non spécifique : Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                        57
                                     de l’anxiété, CERPAC
         traitements symptomatiquespsychocriminologie de la dépression, de l’impulsivité.
1. Repères d'évolution
Repères d'évolution Non spécifiques
Maturation de la personnalité

 Repères d'évolution spécifiques :
en 4 temps (de difficulté croissante) voir le tableau diapositive suivante

Faire évoluer les niveaux de reconnaissance des 5 items de base :
          ● faits
          ● contrainte
          ● vécu
          ● retentissement sur l'autre
          ● loi

et Reconnaissance d'une problématique propre
         reconnaissance de la Fantasmatique (attrait)

2. Repérer les situations à risque
          ● ambiances externes
          ● ambiances internes


                                     Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la    58
                                          psychocriminologie CERPAC
                       Les repères d’évolution
                 Les niveaux d’évolution des pédophiles
       dans les groupes de parole
       1/ les repères non spécifiques: maturation de la personnalité
       2 / les repères spécifiques en quatre temps de difficulté croissante

    Les          Corpus de thèmes ordonnés hiérarchisation du plus facile au plus difficile
différents
 niveaux
Niveau 1     Faire évoluer les niveaux de reconnaissance: les 5 items de base: faits - contrainte –
             vécu -retentissement sur l’autre - fondement de la loi. Et reconnaissance d’une
             problématique propre et reconnaissance du choix d’objet, de la fantasmatique (attrait)
Niveau 2     Repérer les situations à risques:
             - les ambiances externes à risques
             - les ambiances internes à risques
Niveau 3     Faire évoluer les repères psychiques: Le Moi, la relation à l’autre – pointer les projections
             ou distorsions cognitives – repérage de l’égocentrisme - l’emprise versus les situations de
             demandes – la négation de l’autre/penser l’autre
Niveau 4     Gérer le changement, par une auto vigilance d’accompagnement:
             - Gérer sa sexualité: persécution par les fantasmes – vie auto-érotique – intimité
             psychologique – relation interpersonnelle
             - Gérer le rapport à la vie sociale : rapport aux processus judiciaire- rapport aux proches
             (en parler ou pas à quelqu’un) – investissement de l’insertion socio-professionnelle –
             investissement de la vie relationnelle (et des loisirs)
                                     Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                             59
                                          psychocriminologie CERPAC
              2 éme chapitre

Approche de la dangerosité criminologique




           Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   60
                psychocriminologie CERPAC
     Approche de la dangerosité criminologique

On n’en parlait pas auparavant! On parlait de la dangerosité psychiatrique
en expertise. Ce n’est pas de la psychiatrie, de la psychologie. C’est de la
psychiatrie criminologique!

Le concept de dangerosité criminologique

                      Abord théorisant

- Scientifique? C’est quelque chose de probabiliste
- Éthique ? Stigmatisation des sujets dangereux

- Dangerosité et pratiques sociales
            allongement de la durée d’enfermement
            défense sociale et l’établissement d’une « post-peine »
            surveillance renforcée

                           Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la            61
                                psychocriminologie CERPAC
                      Abord pratique et clinique

                             - Les outils
a/ le suivi psychologique (personnel Santé) ou suivi criminologique (personnel
Justice)
* suivi en milieu carcéral
* évaluation avant et après le suivi à durée déterminée
* relais intra carcéral et ambulatoire (en libération conditionnelle)

b/ le traitement médicamenteux non spécifique (anti dépresseur pour la dimension
obsédante, neuroleptiques) ou spécifique anti-hormone mâle
indications - pédophiles transgressifs exclusifs ou préférentiel
             - fantasmes obsédants
               - personnalité très égocentrique

c/ le bracelet électronique
« tu perds à tous les coups, c’est intéressant la prévention de la récidive par ce
moyen»!

                              Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la               62
                                   psychocriminologie CERPAC
                  Approche de la dangerosité criminologique
       Évaluation quantitative et évaluation qualitative
1 / Évaluation quantitative (plus criminologique par CIP/SPIP)
           - antécédents d’agression sexuelle du même type
           - victime en dehors de la famille
           - victime inconnue du sujet
           - victime garçon
           - sujet jeune
           - célibataire
           - antécédent judiciaire autre que sexuel
par Formation Action : groupe de parole éducatif, prévention de la récidive.
Au niveau de l’évaluation psycho criminologique
- attrait pédophilique exclusif ou préférentiel (traitement anti androgène)
- fantasmatique obsédante
- personnalité très égocentrée
- peu d’implication dans le suivi antérieur ou abandon d’une prise en charge
psychiatrique, psychologique, psycho sexologique, psycho criminologique
                              Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la             63
                                   psychocriminologie CERPAC
Évaluation quantitative et évaluation qualitative
2/ Évaluation qualitative (plus psy)
Sur un axe reconnaissance – négation
                     - sur les faits
                     - sur la contrainte exercée
                     - sur la responsabilité propre
et aussi
- le vécu des faits
- l’appréhension du retentissement psychologique pour la victime
- le rapport à la loi.

Rapport aux faits :                    Rapport à la contrainte exercée :
Reconnaissance totale                  Reconnaissance totale
Reconnaissance partielle               Reconnaissance partielle
Reconnaissance indirecte               Reconnaissance indirecte
Négation banalisante                   Minimisation
Négation sthénique                     Banalisation
Négation perverse                      Négation




                              Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la         64
                                   psychocriminologie CERPAC
Vécu surmoïque d'après-coup :
 Indifférence apparente
 Vague malaise
 Honte
 Culpabilité

 Appréhension par le sujet du retentissement psychologique (pour la
victime)
Reconnaissance
Minimisation
Banalisation
Négation Banalisante
Négation Dénigrante

Le rapport à la loi
Reconnaissance émotionnelle
Acceptation
Banalisation
Défi
                         Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la         65
                              psychocriminologie CERPAC
               Approche de la dangerosité criminologique




                   La classification des sujets en terme
                   de dangerosité criminologique

        Risque 3            +++          C’est un risque fort
        Risque 2            ++           C’est un risque moyen
        Risque 1            +            C’est un risque faible ou quasi nul

Pour rester dans une clinique probabiliste.
En, fonction de la mesure de ce risque des modalités concrètes souhaitables seront
proposées




                                Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la           66
                                     psychocriminologie CERPAC
Travailler avec le sujet

Travailler avec les facteurs de risques

1. suivi et obligation de suivi
2. prescription médicamenteuse et informations,
   acceptation, compréhension
3. bracelet électronique (utile et pas si contraignant que
   cela, réclamé par certains)
     - motivation utilitaire (dehors avec un bracelet)
     - vécu d’auto protection
4. trois vécus du côté du sujet
     - adhésion
     - acceptation
     - réticence ou opposition
5. Vécus du côté du professionnel
transfert et contre transfert par rapport aux techniques thérapeutiques


                           Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la           67
                                psychocriminologie CERPAC
Restitution du travail d’observation aux sujets transgressifs

Créer un lieu:
- où l’on restitue l’évaluation de l’intéressé
- où l’on propose un suivi psycho social

Prison ou hôpital prison ?

Le moment :
avant la sortie de prison

Quelles contraintes à associer à la liberté conditionnelle?
Le bracelet électronique ?

Fait le préparer à la sortie et mettre plus ou moins de contrainte en fonction du
degré de dangerosité criminologique :
          Risque 3          +++      C’est un risque fort
          Risque 2          ++       C’est un risque moyen
          Risque 1          +        C’est un risque faible ou quasi nul



                              Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la           68
                                   psychocriminologie CERPAC
En Débat

Beaucoup de ces sujets ont besoin du suivi criminologique (éducateurs Justice) ou
du suivi thérapeutique (soins).

Il faut des outils adaptés !

Créer des lieux à double tutelle Justice et Soins.
Des structures santé – Justice, un lieu qui symbolise le soin et aussi la prévention de
la récidive en matière sexuel (personnel Justice). Et un travail pendant le temps de la
peine carcérale.

Il y a 10 millions d’euros débloqués pour des postes de soignants en prison pour
gérer des délinquants sexuels.

En externe il faut des consultations spécialisées. En CMP on commence à travailler
ce nouvel indicateur en évaluation sur « le degré de risques ». Lieux d’évaluation et
de prévention secondaire dans la Santé (CMP), des lieux aussi de prévention pour
les démarches volontaires des sujets non encore arrêtés ou n’ayant pas encore
passé à l’acte mais à fantasmatique pédophilique.

                               Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                69
                                    psychocriminologie CERPAC
                               BIBLIOGRAPHIE en PSYCHOCRIMINOLOGIE
      Psychopathologie et traitement des auteurs d’agressions sexuelles :
      Aubut J. et coll. (1993) Les agresseurs sexuels : théorie, évaluation et traitement. Montréal : La Chenelière et Paris :
Maloine.
      Balier C. (1996) Psychanalyse des comportements sexuels violents, Paris : PUF.
      Bonnet G. (1981) Voir, Etre vu, Vol 1 et 2, Paris : PUF.
      Bonnet G. (2003) Défi à la pudeur. Quand la pornographie devient l'initiation sexuelle des jeunes, Paris : Albin Michel.
      Coutanceau R. (1996) Agirs sexuels pervers : Emprise et déni d’altérité L’évolution psychiatrique, 61 (1) 113-124.
      Coutanceau R. (2004) Vivre après l’inceste : haïr ou pardonner, Paris : Desclée de Brouwer.
      Marshall W. L., Laws D. R., Barbaree H. E. (1990) Handbook of sexual assault : Issues, theories and treatment of the
offenders. New York : Plenum Press, p 343-362.
      Apports théoriques :
      Anzieu D. (1985), Le Moi-peau, Dunod, Paris, 2ème édition 1995.
      Chartier J. P. (2003) Guérir après Freud, Paris : Dunod.
      Dorey R. (1987) La relation d'emprise, in : Le désir de savoir, Paris : Denoël, pp. 121-148.
      Ferenczi S. (1934), Confusion de langues entre les adultes et l'enfant. Le langage de la tendresse et de la passion.
Analyses d'enfants avec des adultes en psychanalyse, in: OEuvres Complètes, Paris, Payot, 1982, t. IV, pp. 125-135.
      Freud S. (1915), Pulsions et destins des pulsions, in : Métapsychologie, trad. J. Laplanche et J.B. Pontalis, Paris,
Gallimard, 1974.
      Green A. (1990) Pourquoi le mal ?, in : La folie privée, psychanalyse des cas-limites, Paris : Gallimard, coll. «
Connaissance de l'inconscient ».
      McDougall J. (1978) Plaidoyer pour une certaine anormalité, Paris : Gallimard.
      McDougall J. (1997) Eros aux mille et un visages, Paris : Gallimard.
      Stoller R. J. (1975) La perversion, forme érotique de la haine, Paris : Payot.

      Psychothérapies de groupe :
      Anzieu D. (1975, 3ème édition 1999) Le groupe et l'Inconscient, Paris : Dunod, 260p.
      Bion W. R. (1968) Recherches sur les petits groupes, Paris : PUF, 160p.
      Blanchet A., Trognon A. (1999) La psychologie des groupes, Paris : Nathan, 127p.
      Chapelier J.B. (2000) Les psychothérapies de groupe, Paris : Dunod, 128p.
      Guimon J. (2001) Introduction aux psychothérapies de groupe, Paris : Masson.
      Guimon J., Weber Rouget B. (2002) Thérapies de groupe brèves, Paris : Masson.
      Kaes R. (1976) L'Appareil psychique groupal, Paris : Dunod, 270p.
      Kaes R. (1993) Le groupe et le sujet du groupe, Paris : Dunod, 352p.
                                                Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la                                       70
      Kaes R. (2002) Les théories psychanalytiques du groupe, Que sais-je? Paris : PUF, 128p.
                                                     psychocriminologie CERPAC
      Yalom I. D. (1995) Theory and Practice of Group Psychotherapy
Jean-Pierre VOUCHE Introduction à la   71
     psychocriminologie CERPAC

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:43
posted:11/30/2011
language:French
pages:71