D�finition :

Document Sample
D�finition : Powered By Docstoc
					                                               1
Manfred Overmann
                                        Phonétique

             http://www.ph-ludwigsburg.de/franzoesisch/overmann/baf3/3k.htm

Du 17ème au 19ème siècle, période pendant laquelle la méthode grammaire-traduction connaît
un essor, la lecture et l’expression écrite ainsi que la grammaire et la traduction sont au cœur
de la pratique pédagogique. Étant donné que les habiletés orales sont mises au second plan, la
phonétique est pour ainsi dire exclue des considérations des pédagogues.

L’enseignement de la phonétique est une dimension de la didactique des langues secondes ou
étrangères qui, jusqu’au 19ème siècle, a été tributaire de l’écrit. Cela se comprend puisque ce
n’est qu’autour des années 1880 que prend naissance, en réaction à la méthode de grammaire-
traduction, le fameux « Mouvement de réforme » né sous l’impulsion de phonéticiens, tels
Passy et Vietor, désireux d’accorder enfin la primauté à la langue orale dans l’apprentissage
d’une langue seconde ou étrangère.

C’est ce mouvement qui a contribué en partie à la naissance, en milieu européen, de la
méthode directe centrée sur l’oral. Pourtant il faudra attendre la venue de la méthode audio-
orale - dont l’objectif est le développement d’automatismes linguistiques qui permettront à
l’apprenant d’utiliser des formes linguistiques de façon spontanée lors de conversations avec
des locuteurs natifs - dans les années 1950, pour qu’une certaine priorité soit vraiment
accordée à la phonétique. Au début des années 1975, avec l’avènement de l’approche
communicative, la composante phonétique est malheureusement marginalisée de nouveau
avec une remise en question de la nécessité d’intégrer un volet phonétique dans
l’enseignement d’une langue étrangère.

   1. À votre avis, l’exposition à la langue cible est-elle une condition suffisante pour
      assurer le développement des habitudes articulatoires et prosodiques (rythme, débit,
      intonation) ? Est-ce qu’il suffit de mettre l’apprenant en contact avec l’authenticité de
      la langue orale et de l’habituer à la maîtrise du système phonologique par une quantité
      d’input compréhensible pour qu’il acquière naturellement la langue cible par simple
      imprégnation ?
   2. Y a-t-il un âge critique (des contraintes biologiques) pour maîtriser les aspects
      phonétiques d’une langue,’est à dire un calendrier biologique au cours duquel la
      plasticité cérébrale serait altérée?
   3. Est-ce que le fait de posséder un « accent étranger » peut gêner la communication ?

  La phonétique étudie la parole et s’occupe de la description physique des sons du langage
                                           humain.
                                                2
Manfred Overmann
Décrivez les différentes lignes et formulez des hypothèses sur leurs rapports.

   1.   la ligne sinueuse (ondulée) (geschlängelte)…
   2.   la ligne discontinue formée de petits traits (gestrichtelte)…
   3.   la ligne en pointillé (gepunktete)
   4.   la ligne continue …


On distingue trois domaines principaux:

   1. la Phonétique articulatoire qui étudie la production des différents sons de la parole
      appelés phones.

        Selon votre avis, qu’est-ce qui régit la production des sons ? Comment produit-on un
        son ?


        Étude des sons décrits par l'endroit où ils sont habituellement produits dans l'appareil
        phonatoire (configuration que prennent les organes phonatoires pour produire des sons
        langagiers).

        Les sons sont, d'un point de vue acoustique, des ondes, des vibrations. La vibration est
        obtenue lorsque l'air contenu dans les poumons est contraint à passer dans le larynx
        (qui comprend les cordes vocales). Les cordes vocales sont deux pièces de muscles qui
        se tendent et s'étirent au besoin. Lorsque la pression d'air s'accumule sous les cordes
        vocales, elles sont forcées de s'ouvrir partiellement; leur tension naturelle les amène
        ensuite à se refermer. La vitesse à laquelle les cordes vocales s'ouvrent et se referment
        produit une vibration d'une hauteur variable.

                                        Appareil phonatoire
               Ensemble des parties du corps qui servent à produire des sons langagiers
                                             3
Manfred Overmann

                                   Explication du vocabulaire:

                                    cavité nasale: Nasenhöhle
                        cavité labiale/bucale: Mund- und Rachenraum
                                           Labiae: Lippen
                                           Dentes: Zähne
                                Alveolen: Zahndamm (alvéoles)
                             Palatum: harter Gaumen (palais dur)
             Velum: weicher Gaumen (palais mou), Gaumensegel (le voile du palais)
                                  Uvula: Zäpfchen (frz. luette)
                                      Pharynx: Rachenhöhle
                                 lat. apex, apikal: Zungenspitze
                              lat. dorsum, dorsal: Zungenrücken
                                     lat. radix: Zungenwurzel


          1. Pour atteindre une configuration appropriée il faut déplacer ces articulateurs à
             des vitesses spécifiques. On produit un son en expirant l’air des poumons par
             la bouche et le nez. On distingue le mode articulatoire (occlusives,
             constrictives) et le lieu de l’articulation, la nasalité et la sonorité.
          2. On distingue entre la bouche et l’oreille, c’est-à-dire entre le niveau de la
             production et de la réception. Les sons sortent de la cavité buccale sous formes
             de particules d’air. Ces particules sont organisées en ondes.
          3. Les sons parviennent au système auditif par les ondes émises par la bouche et
             provoquent un ensemble de réactions mécaniques, chimique et électrique. Le
             décodage acoustico-phonétique se fait au cerveau.

   2. la Phonétique acoustique étudie la transmission des sons en tant que signaux
      acoustiques (renvoie à la transmission des sons – envoyer des sons)

      L’émission et la réception des sons se jouent où ? Dans quels domaines du travail fait-
      on appelle à la phonétique acoustique ?

      Étude de la nature physique du message vocal indépendamment de ses conditions de
      production et de réception; Étude de la transmission des sons par les airs. On y étudie
      les caractéristiques physiques du son (fréquence, durée, etc.).

   3. la Phonétique auditive/perceptive, partie la plus subjective de la phonétique, qui
      étudie la manière dont sont perçus les sons de la parole par l'oreille (renvoie à la
      réception des sons – recevoir des sons).

      Comment les sons parviennent-ils au système auditif et que provoquent-ils ?

      Réception de ces sons par l'oreille de l'interlocuteur. La phonétique auditive est
      rarement étudiée sauf pour l'élaboration de traitements orthophoniques et dans certains
      cours spécialisés.
                                                 4
Manfred Overmann
Définition de la phonétique et de la phonologie
Étude des sons de la parole (phones) tels qu'ils existent. S'oppose à la phonologie en cela que
la phonétique étudie la prononciation réelle alors que la phonologie étudie le système qui
sous-tend cette prononciation.

Phonologie
Étude des sons à valeur linguistique, phonèmes en relation avec un signifié. Les traits
phoniques sont appréhendés par rapport à leur valeur distinctive. Étude des sons d'une langue
tels qu'ils sont classés et perçus; étude de la représentation mentale des sons une fois la
variation éliminée. S'oppose à la phonétique en cela que la phonétique étudie la prononciation
réelle alors que
la phonologie étudie le système qui sous-tend cette prononciation.
Les sons de la parole

On distingue deux grandes catégories de sons :
   1. les voyelles
       L'articulation du son langagier est caractérisée par le libre écoulement de l'air expiré à
       travers le conduit vocal.
   2. les consonnes
       Son langagier impliquant une fermeture partielle ou totale du canal buccal (du passage
       d'air par la bouche). Les consonnes s'opposent aux voyelles par le fait que les voyelles
       sont relativement plus ouvertes que les consonnes

Il existe deux différences essentielles qui distinguent les voyelles des consonnes. D'abord, les
voyelles sont toujours prononcées avec la bouche relativement plus ouverte que pour les
consonnes. Ensuite, la place que chacun prend dans la syllabe est différente: les voyelles
constituent le centre, le noyau de la syllabe (sans voyelle, pas de syllabe) alors que les
consonnes sont périphériques à la voyelle. Les voyelles et les consonnes sont décrites par des
étiquettes différentes.


        Est-ce que la phonétique est un phénomène de la 1ère ou de la 2ème articulation ?


La première articulation s’analyse en une succession d’unités

j’       ai     mal      à             la       tête


Chacune de ces unités de première articulation présente un sens et une forme vocale. Elle ne
saurait être analysée en unités successives plus petites douées de sens - tête ! = monèmes


La deuxième articulation

-    analyse la forme vocale = phonèmes
-    chaque unité contribue à distinguer tête de bête, tante, terre
                                         bête
                                         prête
                                         net(te)
                                         mette
                                                5
Manfred Overmann
                                         jette
                                         fête
                                         cette
                                         set
                                         dette
                                         guette
                                         quête
                                         chouette

-   dans le cas de tête ces unités sont au nombre de trois t/e/t

                             la deuxième articulation représente une énorme économie,
permettant de générer une infinité de monèmes grâce à quelques dizaines de phonèmes.

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:5
posted:11/26/2011
language:
pages:5