Morphologie du Tronc

Document Sample
Morphologie du Tronc Powered By Docstoc
					                                      Morphologie du Tronc
                                               Inspection
   On regarde le sujet de :
    - face ;
    - profil ;
    - dos
en se plaçant à une certaine distance pour avoir une vue d’ensemble :
    - sur la forme du corps ;
    - sur son attitude ;
    - et sur son degré d’adiposité.

 de Face :
→ la ligne des épaules est légèrement inclinée en dehors (relief des trapèzes) et en bas.
→ les clavicules sont à peu près horizontales.
→ le tronc présente 2 types extrêmes :
    - l’un rectangulaire, à bassin presque aussi large que les épaules : le type féminin ;
    - l’autre trapézoïde, à épaules beaucoup plus large que les hanches : le type masculin.
→ chacun de ces 2 types peut être droit ou étranglé en sablier au niveau de la taille quand celle-ci est bien
marquée.
→ le tronc peut être court ou long par rapport aux membres inférieurs.
→ les membres inférieurs sont en principe en contact par 5 points quand le sujet est en position bien
droite :
    - les talons ;
    - les malléoles internes ;
    - les mollets (par les 2 gastrocnémiens médiaux) ;
    - les genoux (par les condyles internes) ;
    - le haut des cuisses.
→ l’asymétrie fréquente des membres inférieurs peut être compensée par une inclinaison imperceptible
du bassin et ne se voit pas (certains sujets se fatiguent très vite et adoptent la position hanchée : appui sur
un seul membre ou position de repos).

 de Profil :
→ l’axe normal du corps part du tragus (cartilage situé en avant du méat auditif externe) et aboutit en
avant de la malléole externe, en passant par :
    - l’épaule ;
    - le coude ;
    - le grand trochanter (bord antérieur).
→ le bras tombe presque perpendiculairement par rapport au sol et fait un angle de quelques degrés en
arrière de l’axe du corps, sans jamais masquer le contour postérieur du tronc.
→ l’avant-bras fait un angle inverse un peu plus marqué, la main étant appliquée contre la cuisse.
→ la paume est appliquée sur la cuisse, pouce en avant (par suite du cubitus valgus physiologique).
→ dans ce cas normal, le contour antérieur du thorax est :
    - d’abord oblique en bas et un peu en avant, du creux sus-sternal aux mamelons ;
    - puis il est sensiblement vertical jusqu’à la région sous-ombilicale où débute le retrait normal de la
        région pubienne.
→ le contour postérieur du buste présente :
    - les courbures successives de la nuque (concave en arrière) ;
    - du dos (convexe en arrière) ;
    - enfin des lombes (concaves en arrière) et des fesses ;
    - les pieds sont écartés de 60°, d’où un polygone de sustentation particulier.
 la Graisse sous-cutanée :
→ elle est normalement uniformément répartie, atténuant les saillies musculaires sans les masquer.
→ elle augmente d’importance avec l’âge et elle atteint son maximum à 30 ans puis reste alors
stationnaire.
→ elle présente souvent une légère augmentation vers 50 ans, en rapport avec la ménopause et la
sédentarité.
→ il existe des zones de dépôts graisseux électifs chez les 2 sexes :
    - chez l’homme : la face, le cou, la région antérieure du thorax et la région abdominale supérieure ;
    - chez la femme : les seins, l’abdomen, les flancs, les fesses et les lombes, à la racine des cuisses
        (face externe du grand trochanter +++).
R chez l’enfant, l’adiposité est diffuse, sans bourrelet graisseux normaux.
→ on apprécie le degré d’adiposité par la mesure du pli cutané (chez l’adulte = 1 cm). L’obésité peut être
héréditaire (famille de « gros »), constitutionnelle ou pathologique.

I / Région Antérieure du Tronc
   a) Thorax ou Poitrine
→ limites :
   - en haut : saillie des clavicules ;
   - en bas : bords inférieurs de la cage thoracique.
→ on y distingue 3 parties :
   - région sternale : région du sillon médian antérieur ;
   - région mammaire : région pectorale ;
   - région sous-mammaire.

 Région Sternale :
→ comprise entre les insertions sternales des muscles grands pectoraux :
    - en haut : elle débute au creux sus-sternal ;
    - en bas : elle se termine à l’appendice xiphoïde.
→ la fourchette sternale se projette au niveau du bord inférieur de T2.
→ le sternum présente en avant un ressaut et souvent une angulation entre le manubrium et le corps : c’est
l’angle de Louis, situé sur le plan de T4 ou T5, au niveau de la crosse de l’aorte.
→ l’appendice xiphoïde est situé au niveau de T10. De son extrémité partent les bords inférieurs des hémi-
thorax : 2 sillons costo-abdominaux qui se terminent sur les côtés par le pli de la taille.
→ ces 2 sillons délimitent l’angle xiphoïdien qui surplombe la région abdominale et qui est d’autant plus
ouvert que le sujet a un thorax et un abdomen plus développé en largeur.

 Région Mammaire :
→ elle s’étend :
    - en bas : au sillon sous-mammaire ; celui-ci est formé en partie par la saillie du bord inférieur du
        grand pectoral ;
    - en dehors se trouve le moignon de l’épaule limité en haut par le sillon delto-pectoral et en bas par
        le pli axillaire antérieur.
→ en haut du sillon delto-pectoral se trouve une petite fossette sous-claviculaire où l’on palpe le relief de
l’apophyse coracoïde.
→ sur la région se trouve le mamelon et le sein.
→ le mamelon est entouré d’une aréole pigmentée et rugueuse, portant des poils chez l’homme. Il est
situé :
    - en avant : à la verticale de la fossette sous-claviculaire (au niveau du 4ème espace intercostal) ;
    - en arrière : il correspond à la pointe de la scapula ;
    - au niveau du thorax droit : le mamelon est situé au niveau de la scissure du poumon et de la
        coupole diaphragmatique (en expiration forcée) ;
    - au niveau du thorax gauche : le mamelon est situé en dehors de la projection de l’orifice mitral, un
        espace intercostal au dessus de la coupole diaphragmatique.
→ chez la femme, le mamelon peut s’abaisser et a donc une projection variable.

 Région Sous-Mammaire :
→ c’est la partie du thorax située sous la région mammaire et qui se prolonge sur la ligne médiane au
niveau de l’appendice xiphoïde (limitant en bas la région sternale).
→ on y voit principalement les saillies des côtes chez les sujets maigres et les digitations du grand dentelé
chez les sujets musclés.
→ à son niveau se trouvent le foie à droite et la rate à gauche.

    b) Abdomen ou Ventre
→ il est limité en haut et en bas par 2 arcades inverses :
    - l’arcade supérieure ;
    - l’arcade inférieure.
→ l’arcade supérieure est formée par la saillie des derniers cartilages costaux déterminant les sillons
costo-abdominaux. L’ensemble forme l’angle xiphoïdien de 60° à 80° chez l’homme et de 60° à 75° chez
la femme. Il est très variable et est très important dans la distinction des types morphologiques :
    - un grand angle correspond à un thorax et un abdomen larges ;
    - un petit angle correspond à un thorax et un abdomen étroits.
→ l’arcade inférieure, ou arcade ilio-pubienne, est marquée sur la peau par le pli inguinal ou pli de l’aine.
Ce pli sépare l’abdomen de la cuisse et des organes génitaux. Il a un plus grand rayon chez la femme dont
le bassin est plus large.
→ ainsi délimité, l’abdomen présente à décrire un certain nombre de sillons et de plis qui le subdivise en
régions :
    - le sillon médian ;
    - le sillon latéral du ventre : un de chaque côté du sillon médian ;
    - le pli de flexion du ventre ;
    - le sillon de la hanche ou sillon iliaque.
→ le sillon médian va de l’appendice xiphoïde à la symphyse pubienne. Il correspond en profondeur à la
ligne blanche des muscles droits de l’abdomen. Il est à l’aplomb de l’ombilic.
→ le sillon latéral du ventre correspond à la ligne blanche externe donc à la limite entre les insertions des
muscles larges de l’abdomen et les bords latéraux des muscles droits. Il est peu net chez la femme et chez
les sujets peu musclés. Il s’étend du rebord inférieur du thorax jusqu’à mi-hauteur de l’abdomen et
témoigne de la valeur de la musculature abdominale. Entre ce sillon latéral et le sillon médian, on voit +/-
la saillie des muscles droits et leurs intersections tendineuses chez les sujets athlétiques (quand les
muscles sont contractés).
→ le pli de flexion du ventre, ou pli de taille, est constant et il part sur les côtés, du rebord thoracique
inférieur, et se dirige horizontalement ver l’ombilic.
→ le sillon de la hanche, ou sillon iliaque, est latéral et est situé le plus souvent au dessous des crêtes
iliaques. Il limite en bas le bourrelet graisseux du flanc et il comprend 2 repères osseux importants :
    - l’EIAS : arrondie, limitant la partie inférieure et latérale du ventre. En anthropométrie, elle sert à
        la mesure du membre inférieur ;
    - le pubis : toujours masqué par le panicule adipeux sous-cutané mais apparent chez les sujets
        maigres et en position couchée. Il est normalement sur le même plan vertical que les EIAS.
→ tous ces sillons délimitent un certain nombre de régions :
    - le flanc ou hypocondre ;
    - l’aine ou région du canal inguinal ;
    - l’étage sus-ombilical (siège électif des amas graisseux chez l’homme) ;
    - l’étage sous-ombilical (siège électif des amas graisseux chez la femme adulte et parfois chez
        l’homme âgé). La région abdomino-pelvienne est située sous la ligne bi-iliaque ;
    - l’ombilic, ou nombril, sert de repère à la topographie de l’abdomen. Il est situé sous le milieu de la
        ligne xipho-pubienne (sillon médian du ventre). Il se projette, en arrière, au niveau de L4-L5 ;
    - l’ombilic cutané ou nombril proprement dit est une cicatrice adhérente aux plans profonds,
        déprimée, entourée par un bourrelet ombilical.
   c) Pilosité Abdomino-Thoracique
→ elle caractérise le sexe masculin et apparaît à la puberté.
→ la pilosité corporelle est en rapport avec l’activité endocrinienne et varie suivant les types
morphologiques.

II / Région Postérieure du Tronc
    a) Morphologie Thoracique
→ elle est limitée :
    - en haut par une droite horizontale passant à l’aplomb de C7 ;
    - en bas par les sillons lombaires supérieurs, obliques en bas et en dehors et parallèles à la 12 ème
       côte. Ces sillons correspondent à l’insertion du muscle grand oblique sur la masse commune.
→ cette face postérieure du thorax est caractérisée par l’épaisseur de la peau. Elle présente les caractères
suivants :
    - le sillon médian postérieur ou raie du dos ;
    - le sillon latéral du dos ;
    - le sillon transversal de l’épine.

    b) Morphologie Lombo-Abdominale
→ les lombes sont limitées comme l’abdomen par 2 arcades inverses :
    - l’arcade supérieure est formée par les 2 sillons lombaires supérieurs séparant les lombes du
        thorax ;
    - l’arcade inférieure comprend les 2 sillons lombaires inférieurs qui partent de la fossette lombaire
        latéro-supérieure, qui suivent les bords postérieurs des crêtes iliaques et rejoignent, sur les côtés,
        le sillon de la hanche.
→ les lombes sont parcourues de haut en bas par les prolongements des sillons médian postérieur et
latéraux du dos. Entre les 2 sillons latéraux se voient les apophyses épineuses (sauf celle de L5 en retrait).
Elles forment une concavité postérieure, la lordose lombaire.
→ au niveau de L5, on note une dépression : la fossette lombaire moyenne, qui marque l’angle supérieur
du losange de Michaélis, déterminé en bas par le sillon inter-fessier et latéralement par les EIPS et EIPI.

    c) Morphologie Pelvienne
→ la ceinture pelvienne est considérée par le thérapeute du mouvement comme l’ensemble des 2 os
iliaques et du sacrum alors qu’il s’agit d’une entité morphologique.
→ cette entité est morcelée en zones bien différentes, chacune ayant un relief particulier et un
investissement psychologique marqué.
→ la région antérieure correspond au relief +/- généreux du bas ventre.
→ la région basse est représentée par la zone sexuelle.
→ latéralement, on trouve la hanche, région mécanique.
→ la région inférieure ou uro-anale est très resserrée.
→ la région postérieure se résume à l’accolement des 2 fesses.


                                               Palpation
I / Palpation Cutanée
    a) Palpation Dorso-Thoracique
→ au niveau pectoral : l’ensemble du plan cutané est +/- mobile par rapport au plan sous-jacent :
    - décollable et extensible au niveau de la clavicule, du tendon du grand pectoral et des côtes ;
    - adhérent au niveau du sternum et peu dissociable du volume mammaire chez la femme.
→ au niveau dorsal : la peau est assez épaisse et résistante. Elle est mobile et donne l’aspect d’une peau
extensible « comme celle d’un chat ».
    b) Palpation Lombo-Abdominale
   On trouve un ensemble cutanéo-graisseux très épais dans cette zone, ce qui donne un aspect malléable
et souple. La palpation de la peau lombaire permet de constater son adhérence au plan aponévrotique
sous-jacent.

    c) Palpation Pelvienne
   On palpe la région des 2 hanches (cf. cours sur la Hanche) et la région médiane postérieure au niveau
sacré.
La région médiane antérieure correspond à la zone sexuelle ; la région triangulaire sacrée à base
supérieure entre le rachis lombaire en haut et les 2 fesses latéralement.

II / Palpation Osseuse
   a) Palpation Dorso-Thoracique
→ cette région présente un environnement osseux périphérique organisé autour du caisson pneumatique
pulmonaire et du médiastin.

 Région Antérieure :
→ on trouve médialement le sternum avec :
    - en haut la concavité transversale de la fourchette du manubrium sternal ;
    - en bas l’appendice xiphoïde ;
    - latéralement les cartilages costaux, les côtes et les jonctions costo-cartilagineuses (petite
        dépression) ;
    - entre les angles antérieur et postérieur des côtes, l’espace intercostal, oblique en avant et en bas.
→ une palpation transversale du thorax révèle l’aspect « tôle ondulée » propre à la cage thoracique.
→ l’inspiration et l’expiration rendent le mouvement costal sensible tant par le mouvement osseux que
par la modification des diamètres antéro-postérieur et transversal de la cage thoracique.

 Région Postérieure :
→ elle est moins facile à palper à cause des différents plans musculaires superposés.
→ la portion supérieure est occupée en partie par le scapulum.
→ la palpation costale oblige à placer la scapula en Flexion/Abduction/Elévation/Sonnette Externe afin de
dégager l’espace scapulo-vertébral (sujet en DV ou en DL).
→ la portion médiane postérieure est occupée par la ligne des épineuses thoraciques (pour les
individualiser, on sollicite l’autograndissement).
→ on effectue le numérotage des épineuses :
    - T1 : facile à repérer en dessous de C7 ;
    - T3 : à la hauteur de la ligne joignant les 2 épines de la scapula avec son bord spinal ;
    - T7 : correspond à la ligne joignant le bord inférieur des 2 scapulae ;
    - T12 : correspond à la rencontre des prolongements des 2 12èmes côtes.
→ ce repérage osseux permet de procéder à des mensurations, notamment par rapport au fil à plomb.

    b) Palpation Lombo-Abdominale
→ la palpation osseuse lombaire concerne le seul alignement des épineuses.
→ elles se répartissent sur la ligne médiane entre la région thoracique et le sacrum. Elles sont de forme
grossièrement quadrangulaire avec un bord postérieur épais et haut (à marquer par un trait cutané
vertical).
→ L5 est au dessus de S1.
→ L4 est située sur la ligne joignant les 2 crêtes iliaques.
→ L3, L2 et L1 se trouvent d’abord par une palpation unguéale de l’espace inter-épineux puis par une
friction verticale sur le bord postérieur de l’apophyse épineuse.
    c) Palpation Pelvienne
→ le bassin est composé par l’articulation de 4 os : les 2 os iliaques, le sacrum et le coccyx.
→ les 2 premiers os ont été décrits quant à leurs repères osseux avec la hanche (EIAS, EIPS, ischion,
pubis, branche ischio-pubienne, branche ilio-pubienne, symphyse pubienne…).
→ la zone de palpation du sacrum est la face +/- sous-cutanée.
→ on repère S1 grâce aux 2 EIPS.
→ l’épineuse de S1 est parfois surplombée par une dépression médiane en rapport avec L5 dont l’épineuse
est souvent enfouie. De là, on suit le reste de la crête vers le bas mais sous S 2, les autres épineuses sont
peu différentiables.
→ la zone de palpation du coccyx se situe juste en dessous du hiatus sacré. Sa position est inférieure et
antérieure et sa pointe facilement palpable est proche de l’anus. On palpe également :
    - la face antérieure ;
    - les faces latérales de la 1ère vertèbre coccygienne qui est la plus volumineuse et large.

III / Palpation Musculaire
   a) Palpation des Muscles du Tronc
→ on trouve 2 groupes :
   - un système longitudinal ;
   - un système transversal.
→ le système longitudinal est composé du carré des lombes et des muscles para-vertébraux :
   - les + longs, polyarticulaires, sont palpables et dissociables : ilio-costal, sacro-iliaque, long dorsal,
       épi-épineux ;
   - les autres muscles + courts et profonds sont palpables globalement à chaque étage.
→ le système transversal relie la ceinture scapulaire au rachis :
   - les rhomboïdes ;
   - le trapèze ;
   - le grand dorsal.

   b) Palpation des Muscles Antérieurs du Thorax
   On trouve :
   - les pectoraux (petit et grand) ;
   - le sub-clavier ;
   - le grand dentelé (qui est latéral) ;
   - les intercostaux antérieurs et latéraux.

   c) Palpation des Muscles Abdominaux
   On trouve :
   - les droits de l’abdomen ;
   - les obliques de l’abdomen ;
   - le transverse de l’abdomen ;
   - le carré des lombes.

IV / Palpation Ligamentaire
    a) Ligaments Dorso-Scapulaires
→ les articulations de la région dorso-thoracique sont nombreux et profonds, les ligaments accessibles à
la palpation se divise en 2 groupes :
    - ceux de l’axe rachidien, représentés par les ligaments sur et inter-épineux dont le 1er est sous-
        cutané ;
    - et ceux de la liaison entre la ceinture scapulaire et le thorax (cf. cours sur l’Epaule).
→ palpation des ligaments sur et inter-épineux.
→ palpation des ligaments sterno-claviculaires.
→ palpation des autres ligaments de l’épaule.
   b) Ligaments de la Ceinture Pelvienne
→ palpation des ligaments ilio-lombaires :
   - supérieur ;
   - inférieur, qui relie les apophyses transverses des 4ème et 5ème vertèbres lombaires à la partie
      postérieure de la crête iliaque.

   c) Aponévroses de l’Abdomen
→ appréciation de la dépression sous-costale.
→ palpation de la ligne blanche.
→ palpation de la bandelette ilio-pubienne ou arcade crurale (ou ligament inguinal).

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:47
posted:11/26/2011
language:French
pages:7