L�AGRO-BUSINESS AUX ETATS-UNIS by wffrh55

VIEWS: 0 PAGES: 18

									      L’AGRO-BUSINESS AUX
           ETATS-UNIS
                 VENDRE OU NOURRIR ?


Proposition de séquence de Sylvie-Anne EGLEMME (lycée Oberlin, Strasbourg), Edith KADA (lycée Oberlin,
 Strasbourg), Ywan WATRINET (lycée Mathis, Schiltigheim), Daniel BRUDER (lycée Mathis, Schiltigheim).
La dimension géostratégique de
     certaines productions
        (Atlas de l’empire américain, Gérard Dorel, collection Autrement)
                 Questions:
• 1/ A quoi sont destinées les 5 productions du
  graphique ?
• 2/ Que représente la couleur verte ? La couleur
  rouge ?
• 3/ En comparant les deux couleurs, quelles
  remarques peut-on faire ? Que peut-on
  supposer ?
• 4/ Peut-on parler de « cultures vivrières »?
  Pourquoi ?
• 5/ Une telle politique agricole est-elle possible
  pour tous les pays ? Pourquoi ?
 I. Comment les Etats-Unis sont-ils
     parvenus à cette situation ?
• →Extension des terres cultivées grâce aux
  moyens technologiques (volonté de faire du
  rendement, agriculture intensive, pas de culture
  du terroir)
• → La conquête du marché mondial
  (développement des échanges, OMC, lobbying,
  etc…)
• → Promotion d’une logique agricole bio-
  industrielle (OGM, herbicides, agrocarburants,
  etc…)
Zones d’irrigation dans le désert
            américain
              (google images)
Agriculture intensive
        (google images)
Affiche dénonçant les crimes de la compagnie
            Chiquita en Colombie
                   (google images)
lettreshistoire.unblog.fr
La conquête de la Salinas Valley par les conglomérats du vignoble
   (Atlas de la Californie – Gérard Dorel – collection AUTREMENT)


• « Le comté de Monterey est aujourd’hui un des tout premiers
  comtés viticoles de l’Etat avec 18300 hectares. Pourtant ce vignoble
  a moins de trente ans. Il a été construit dans les années 1970 par
  une poignée de groupes agro-alimentaires et de sociétés
  d’investissement agricoles qui, faute de trouver des terres
  disponibles dans les vallées prestigieuses du nord de la baie de San
  Francisco, ont créé de toutes pièces d’immenses domaines dans
  cette vallée de la Salinas traditionnellement vouée à la production
  légumière.
• Dans ce comté qui n’avait que quelques hectares de vignes en
  1960, on a planté des millions de nouveaux ceps, portant la
  superficie du vignoble à 10000 hectares dès 1975. Le tiers a été mis
  en œuvre par trois sociétés, émanations de conglomérats
  alimentaires ( sagrams et National Distillers) et d’une société
  d’assurances de Boston associant de riches partenaires à la
  recherche d’investissements défiscalisables. »
               Questions
• 1/ Qu’est-ce qui était cultivé auparavant
  dans cette vallée ?
• 2/ Pourquoi a-t-on remplacé cette culture
  par de la vigne ?
• 3/ Les acteurs de cette modification sont-
  ils des agriculteurs ? Précisez.
• 4/ En quoi ce document illustre-t-il les
  propos précédents ?
 II. Quelles sont les conséquences
        d’une telle politique ?
• → Conséquences environnementales: gestion de l’eau,
  dégradation des sols, déforestation, etc…
• → Les OGM: déséquilibre de l’écosystème, résistance
  des parasites, risques de recombinaison (pollinisation),
  dépendance vis-à-vis du monopole des entreprises
  semencières, effets sur l’homme (manque de recul ?)
• → Conséquences humaines: cultures commerciales au
  détriment de cultures vivrières (ex: agrocarburants) et
  des petits producteurs, malnutrition et sous-nutrition,
  sécurité alimentaire.
La captation des eaux canadiennes pour l’agriculture américaine
                     (Le Monde diplomatique, mars 2005)
L’état des sols dans le monde
       (Le monde diplomatique , janvier 1992)
Comment sont produits les OGM ?
             (google images)
LA FAIM DANS LE MONDE
    www.passeportsante.net/DocumentsProteus/image...
static.blogstorage.hi-pi.com/.../1191261182.j
             Conclusion
• Parler du développement durable.
• « La nature n’a pas besoin de
     l’homme pour vivre, mais
  l’homme a besoin de la nature
           pour vivre »

								
To top