RD 144 – PR 10 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy Lévis Dossier de Consultation des Entreprises

Document Sample
RD 144 – PR 10 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy Lévis Dossier de Consultation des Entreprises Powered By Docstoc
					RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




                                                  SOMMAIRE

CHAPITRE 1 -              DISPOSITIONS GENERALES ET DESCRIPTION DE L’OUVRAGE ................................. 6
  ARTICLE 1.1 -       NATURE ET FONCTION DES TRAVAUX ....................................................................... 7
  ARTICLE 1.2 -       DONNÉES GÉNÉRALES ................................................................................................. 7
    1.2.1 - Conditions générales ...................................................................................................................... 7
    1.2.2 - Nivellement et planimétrie .............................................................................................................. 8
    1.2.3 - Données géotechniques ................................................................................................................. 8
    1.2.4 - Niveau de prévention vis-à-vis des risques liés à l'alcali-réaction .................................................. 8
    1.2.5 - Classes d’expositions dues à l’environnement ............................................................................... 8
    1.2.6 - Aspect des parements .................................................................................................................... 8
    1.2.7 - Autres renseignements ................................................................................................................... 9
  ARTICLE 1.3 -       DESCRIPTION DE L’OUVRAGE ACTUEL ...................................................................... 9
    1.3.1 - Etat de l’ouvrage ............................................................................................................................. 9
  ARTICLE 1.4 -       LES DONNEES FONCTIONNELLES DE L’OUVRAGE ................................................. 10
    1.4.1 - Tracé en plan de la voie portée .................................................................................................... 10
    1.4.2 - Profil en long de la voie portée ..................................................................................................... 10
    1.4.3 - Profil en travers de la voie portée ................................................................................................. 10
  ARTICLE 1.5 -       TRAVAUX SUR L’OUVRAGE ........................................................................................ 10
    1.5.1 - Generalites ................................................................................................................................... 10
    1.5.2 - remplacement du tablier ............................................................................................................... 10
    1.5.3 - Equipements ................................................................................................................................. 11
    1.5.4 - travaux de Réhabilitation .............................................................................................................. 13
    1.5.5 - Traitement des parties vues ......................................................................................................... 13
    1.5.6 - Traitements de surface ................................................................................................................. 13
  ARTICLE 1.6 -       CONSISTANCE DES TRAVAUX ................................................................................... 14
    1.6.1 - Découpage en tranches et en lots ................................................................................................ 14
    1.6.2 - Travaux compris dans l'entreprise ................................................................................................ 14
    1.6.3 - Travaux non compris dans le marché ........................................................................................... 15
    1.6.4 - Travaux annexes .......................................................................................................................... 15
  ARTICLE 1.7 -       MODE DE CONSTRUCTION DU TABLIER ................................................................... 16
  ARTICLE 1.8 -       PHASAGE DES TRAVAUX ET ORDRE D'EXECUTION ............................................... 16
  ARTICLE 1.9 -       CONTRAINTES PARTICULIERES IMPOSEES AU CHANTIER ................................... 16
    1.9.1 - Conditions d’accès au site des travaux ........................................................................................ 16
    1.9.2 - Revalorisation des déchets ........................................................................................................... 17
    1.9.3 - Emplacements mis à la disposition de l’entrepreneur .................................................................. 17
    1.9.4 - Réseaux ........................................................................................................................................ 17
    1.9.5 - Hydrologie et hydraulique de l’étand de Billot ............................................................................... 17
    1.9.6 - Moyens mis en oeuvre .................................................................................................................. 17
    1.9.7 - Protection de l’environnement ...................................................................................................... 18
    1.9.8 - sujétions liées aux travaux simultanés ......................................................................................... 19
    1.9.9 - Modalites de transport .................................................................................................................. 19
    1.9.10 - contrôle de stabilité de appuis l’ouvrage ..................................................................................... 20
    1.9.11 - Interdictions et prescriptions diverses ......................................................................................... 20
  ARTICLE 1.10 -        RENCONTRE DE CANALISATIONS DE TOUTE NATURE ........................................ 20
  ARTICLE 1.11 -        ENTRETIEN PENDANT LE DELAI DE GARANTIE ..................................................... 20
CHAPITRE 2 -              PREPARATION ET ORGANISATION DU CHANTIER ..................................................... 21
  ARTICLE 2.1 -      STIPULATIONS PRÉLIMINAIRES ................................................................................. 22
    2.1.1 - Documents fournis par l’entrepreneur .......................................................................................... 22
    2.1.2 - Calendrier ..................................................................................................................................... 26
    2.1.3 - Journal de chantier ....................................................................................................................... 26
    2.1.4 - Schéma d’organisation et de suivi des déchets (SOSED) ............................................................ 26
    2.1.5 - Programme d'exécution des travaux ............................................................................................ 27
  ARTICLE 2.2 -      CONTRÔLE DE L'EXÉCUTION ET ASSURANCE DE LA QUALITÉ ............................ 28



IGIOA.SAS                        Igioa_09015_CG03                             C.C.T.P.               Novembre 2009 – Indice A                       Page 2
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



    2.2.1 - Niveau d’assurance de la qualité .................................................................................................. 28
    2.2.2 - Contenu du Plan d'Assurance de la Qualité ................................................................................. 28
    2.2.3 - Consistance du contrôle extérieur ................................................................................................ 39
  ARTICLE 2.3 -       PLAN ASSURANCE ENVIRONNEMENT ...................................................................... 41
    2.3.1 - Généralités ................................................................................................................................... 41
    2.3.2 - Composition du Plan d'Assurance Environnement ....................................................................... 41
    2.3.3 - Organisation générale .................................................................................................................. 41
    2.3.4 - Documents particuliers ................................................................................................................. 41
  ARTICLE 2.4 -       PRESCRIPTION GENERALE RELATIVES AUX TRAVAUX D’EXECUTION................ 42
    2.4.1 - Généralités ................................................................................................................................... 42
    2.4.2 - Emplacements mis à la disposition de l'entreprise ....................................................................... 42
    2.4.3 - Installation de chantier .................................................................................................................. 42
    2.4.4 - Clôtures de chantier ...................................................................................................................... 43
    2.4.5 - Signalisation du chantier ............................................................................................................... 43
    2.4.6 - Remise en état des lieux .............................................................................................................. 44
    2.4.7 - Lieux de dépôts ............................................................................................................................ 44
    2.4.8 - Gestion et suivi des déchets ......................................................................................................... 44
    2.4.9 - Implantation - Piquetage ............................................................................................................... 45
  ARTICLE 2.5 -       ETUDES D’EXECUTION ................................................................................................ 45
    2.5.1 - Programme des études d'exécution ............................................................................................. 45
    2.5.2 - Conditions d'établissement des études d'exécution ..................................................................... 45
    2.5.3 - Bases des études d'exécution ...................................................................................................... 48
    2.5.4 - Combinaisons d’actions ................................................................................................................ 55
  ARTICLE 2.6 -       DOSSIER DE RÉCOLEMENT DE L’OUVRAGE ............................................................ 57
CHAPITRE 3 -              PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX ................................. 58
  ARTICLE 3.1 -       GENERALITES CONCERNANT LES MATERIAUX ET COMPOSANTS ...................... 59
    3.1.1 - Généralités ................................................................................................................................... 59
    3.1.2 - Conformité aux normes, marques et avis techniques français ..................................................... 59
  ARTICLE 3.2 -       MATERIAUX POUR REMBLAI....................................................................................... 60
    3.2.1 - REMBLAIS divers ......................................................................................................................... 60
    3.2.2 - Comblement des vides ou trous de toute nature .......................................................................... 61
    3.2.3 - GRAVE CIMENT .......................................................................................................................... 61
  ARTICLE 3.3 -       DRAIN............................................................................................................................. 61
  ARTICLE 3.4 -       ARMATURES EN ACIER POUR BÉTON ARMÉ ........................................................... 62
    3.4.1 - Généralités ................................................................................................................................... 62
    3.4.2 - Produits et Matériaux .................................................................................................................... 62
  ARTICLE 3.5 -       BÉTONS HYDRAULIQUES............................................................................................ 63
    3.5.1 - Désignation des bétons ................................................................................................................ 63
    3.5.2 - Définition des bétons .................................................................................................................... 63
  ARTICLE 3.6 -       MORTIERS ..................................................................................................................... 64
    3.6.2 - Constituants des mortiers et bétons ............................................................................................. 66
    3.6.3 - Etude des bétons .......................................................................................................................... 74
    3.6.4 - Epreuves de convenance ............................................................................................................. 75
    3.6.5 - Fabrication, transport et manutention des bétons ........................................................................ 76
  ARTICLE 3.7 -       TRAITEMENTS DE SURFACE ...................................................................................... 78
    3.7.1 - Badigeon pour parois en contact avec les terres .......................................................................... 78
  ARTICLE 3.8 -       ETANCHEITE PRINCIPALE........................................................................................... 78
    3.8.1 - Indications générales et description ............................................................................................. 78
    3.8.2 - Qualité et préparation des matériaux ............................................................................................ 78
    3.8.3 - Livraison des produits ................................................................................................................... 79
    3.8.4 - Prélèvements d'échantillons ......................................................................................................... 79
  ARTICLE 3.9 -       APPAREILS D'APPUI EN CAOUTCHOUC FRETTE ..................................................... 79
    3.9.1 - Généralités ................................................................................................................................... 79
    3.9.2 - Caractéristiques des appareils d'appui ......................................................................................... 79
    3.9.3 - Conditions de livraison et de stockage ......................................................................................... 80
    3.9.4 - Réception des appareils d'appui ................................................................................................... 80
  ARTICLE 3.10 -       GARDE-CORPS ........................................................................................................... 80
    3.10.1 - Généralités ................................................................................................................................. 80
    3.10.2 - Qualité des matériaux ................................................................................................................. 81
    3.10.3 - Protection contre la corrosion ..................................................................................................... 81



IGIOA.SAS                        Igioa_09015_CG03                            C.C.T.P.               Novembre 2009 – Indice A                       Page 3
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



  ARTICLE 3.11 -               BORDURES DE TROTTOIRS ..................................................................................... 81
  ARTICLE 3.12 -               TUYAUX D'ÉVACUATION D'EAU - REGARDS ........................................................... 82
  ARTICLE 3.13 -               REPERES DE NIVELLEMENT .................................................................................... 82
CHAPITRE 4 -              EXÉCUTION DES TRAVAUX ........................................................................................... 83
  ARTICLE 4.1 -       TRAVAUX PREALABLE A RECONSTRUCTION DU TABLIER .................................... 84
    4.1.1 - travaux de Démolitions ................................................................................................................. 84
    4.1.2 - Dépose de maçonnerie ................................................................................................................. 84
    4.1.3 - Démolition de chaussée existante ................................................................................................ 85
  ARTICLE 4.2 -       TRAVAUX DE TERRASSEMENT .................................................................................. 85
  ARTICLE 4.3 -       SEMELLES DE FONDATION SUPERFICIELLE............................................................ 86
  ARTICLE 4.4 -       REMBLAIEMENT CONTIGU .......................................................................................... 86
    4.4.1 - Généralités ................................................................................................................................... 86
    4.4.2 - Remblais contigus a L’OUVRAGE ................................................................................................ 87
  ARTICLE 4.5 -       GRAVE CIMENT POUR FOUILLES............................................................................... 87
    4.5.1 - Centrale de fabrication .................................................................................................................. 87
    4.5.2 - Mise en oeuvre ............................................................................................................................. 87
  ARTICLE 4.6 -       OUVRAGES PROVISOIRES AUTRES QUE LES COFFRAGES .................................. 88
  ARTICLE 4.7 -       PAREMENTS ET AUTRES SURFACES COFFRÉES ................................................... 88
    4.7.1 - Généralités ................................................................................................................................... 88
    4.7.2 - Coffrages ...................................................................................................................................... 88
    4.7.3 - Coffrages pour parements fins ..................................................................................................... 89
    4.7.4 - Teinte des parements ................................................................................................................... 90
  ARTICLE 4.8 -       TRAITEMENTS DE SURFACE ...................................................................................... 90
    4.8.1 - Badigeon pour parois en contact avec les terres .......................................................................... 90
  ARTICLE 4.9 -       MISE EN OEUVRE DES ARMATURES POUR BETON ARME..................................... 90
    4.9.1 - Façonnage des armatures ............................................................................................................ 90
    4.9.2 - Enrobage des armatures .............................................................................................................. 91
    4.9.3 - Dispositifs de raboutage pour armatures ...................................................................................... 91
  ARTICLE 4.10 -        MISE EN OEUVRE DES BETONS .............................................................................. 91
    4.10.1 - Bétonnage sous conditions climatiques extrêmes ...................................................................... 91
    4.10.2 - Reprises de bétonnage ............................................................................................................... 92
    4.10.3 - Cure ............................................................................................................................................ 92
  ARTICLE 4.11 -        BOIS POUR SOUTIEN DE COFFRAGES – BLINDAGES ECHAFAUDAGES ............ 92
  ARTICLE 4.12 -        ÉLEMENTS PREFABRIQUES ..................................................................................... 93
  ARTICLE 4.13 -        TRAITEMENT DE SURFACE DES TROTTOIRS ........................................................ 94
  ARTICLE 4.14 -        ETANCHEITE PRINCIPALE ........................................................................................ 94
    4.14.1 - Réception du support .................................................................................................................. 94
    4.14.2 - Préparation du support ............................................................................................................... 95
    4.14.3 - Plan de pose ............................................................................................................................... 95
    4.14.4 - Couche d'accrochage ................................................................................................................. 95
    4.14.5 - Mise en oeuvre de la feuille ........................................................................................................ 95
    4.14.6 - Contrôles et essais ..................................................................................................................... 96
  ARTICLE 4.15 -        BOSSAGES D'APPUI .................................................................................................. 96
    4.15.1 - Généralités ................................................................................................................................. 96
    4.15.2 - Tolérances .................................................................................................................................. 96
  ARTICLE 4.16 -        APPAREILS D'APPUI EN CAOUTCHOUC FRETTE ................................................... 96
  ARTICLE 4.17 -        GARDE-CORPS ........................................................................................................... 97
    4.17.1 - Dessins d'exécution des ouvrages ............................................................................................. 97
    4.17.2 - Fabrication et montage ............................................................................................................... 97
    4.17.3 - Reconditionnement des surfaces protégées .............................................................................. 98
  ARTICLE 4.18 -        BORDURES DE TROTTOIRS ..................................................................................... 98
  ARTICLE 4.19 -        DRAINS ........................................................................................................................ 99
  ARTICLE 4.20 -        FOURREAUX ............................................................................................................... 99
  ARTICLE 4.21 -        JOINTS DE CHAUSSEES ET JOINTS DE TROTTOIRS ............................................ 99
  ARTICLE 4.22 -        MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIFS DE RECUEIL ET D'ÉVACUATION DES
  EAUX                  99
  ARTICLE 4.23 -        REPARATION DES MAÇONNERIES DE L’OUVRAGE ............................................ 100
    4.23.1 - Reconstruction des murs en maçonnerie ................................................................................. 100
    4.23.2 - Nettoyage de maçonnerie ......................................................................................................... 100
  ARTICLE 4.24 -        CONTROLE DE LA STABILITE DE L'OUVRAGE EN COURS DE TRAVAUX ......... 101



IGIOA.SAS                        Igioa_09015_CG03                              C.C.T.P.               Novembre 2009 – Indice A                        Page 4
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



  ARTICLE 4.25 -       REPÈRES DE NIVELLEMENT .................................................................................. 101
  ARTICLE 4.26 -       TRAVAUX DE CHAUSSEE ET ACCOTEMENTS ...................................................... 102
    4.26.1 - Les prestations incluses dans le marche .................................................................................. 102
    4.26.2 - Profil en long ............................................................................................................................. 102
    4.26.3 - Profils en travers ....................................................................................................................... 102
    4.26.4 - Provenance et désignation des matériaux ................................................................................ 103
    4.26.5 - execution des travaux ............................................................................................................... 104
    4.26.6 - CONTRôLE DES Chaussées ................................................................................................... 107
  ARTICLE 4.27 -       EPREUVES DE L’OUVRAGE .................................................................................... 109
    4.27.1 - Généralités ............................................................................................................................... 109
    4.27.2 - Epreuves par poids mort et poids roulant ................................................................................. 109
  ARTICLE 4.28 -       REMISE EN ETAT DES LIEUX ET NETTOYAGE FINAL .......................................... 110




IGIOA.SAS                        Igioa_09015_CG03                            C.C.T.P.               Novembre 2009 – Indice A                      Page 5
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




            CHAPITRE 1 - DISPOSITIONS GENERALES ET
                    DESCRIPTION DE L’OUVRAGE




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A        Page 6
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




ARTICLE 1.1 - NATURE ET FONCTION DES TRAVAUX

Le présent Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P) définit les spécifications à
appliquer pour les travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot situé sur la
RD144 au niveau du PR10+579 – Commune de Lurcy-Lévis


Les travaux du présent marché comprennent :
    -   la dépose du tablier et des équipements de l’ouvrage actuel,
    -   la réalisation d’une nouvelle dalle à l’aide des poutrelles préfabriquées en béton armé,
    -   la démolition et la reconstruction des murs en aile (murs en maçonnerie),
    -   le nettoyage et le rejointoiement des maçonneries des appuis conservés,
    -   la mise en place des équipements et des superstructures : étanchéité chape mince, garde-
        corps, trottoirs, joints de chaussée, …,
    -   la démolition et la reconstruction du radier du canal,
    -   la réfection de la chaussée hors ouvrage,
    -   les travaux d’entretien et remise en état de lieu,



ARTICLE 1.2 - DONNÉES GÉNÉRALES

1.2.1 - CONDITIONS GENERALES
Le C.C.T.P. complète le Cahier des Clauses Techniques Générales (C.C.T.G.), applicable aux
marchés publics de travaux de génie civil.


Les essais à réaliser en laboratoire ou sur place seront conduits, sauf stipulations particulières,
conformément aux modes opératoires de l'AFNOR ou du L.C.P.C (Laboratoire Central des Ponts et
Chaussées).


Les matériaux, produits et composants utilisés devront être conformes aux stipulations du marché et
aux prescriptions des normes homologuées, les normes applicables étant celles en vigueur le premier
jour du mois qui précède celui de la signature de l'acte d'engagement par l'Entrepreneur.


Sauf prescriptions contraires du présent C.C.T.P, la fourniture à pied d'œuvre des matériaux, produits
et composants relève de l'entreprise.


Dans ses conventions avec un fournisseur ou un producteur, l’Entrepreneur lui impose toutes les
obligations afférentes à cette fourniture résultant du présent marché. L’Entrepreneur reste entièrement
responsable à l’égard du Maître d’ouvrage du respect de ces obligations.
L’Entrepreneur devra proposer au Maître d’ouvrage, les conditions de fabrication, de transport et de
stockage de tous les matériaux décrits au présent C.C.T.P.
Tous les matériaux, produits et composants devront provenir d’usines agréées par le Maître
d’ouvrage.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A        Page 7
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



1.2.2 - NIVELLEMENT ET PLANIMETRIE


 Nivellement
   Les cotes de nivellement indiquées sur le plan relatif aux travaux sont définies par rapport à un
   pont de référence z=100. Ce point est reporté sur le plan de reconstruction du tablier de l’ouvrage.


 Tracé en plan
   Les caractéristiques géométriques du tracé en plan de la voie faisant partie du présent marché
   sont calculées sur l’axe d’implantation à savoir : l’axe de la chaussée concernée.


 Profil en long
   La ligne de référence choisie, pour définir le profil en long de la voie liée à ouvrage d’art est :
       -      l’axe de la RD144,


   Le profil en long devra suivre les pentes et rampes portées sur le plan du marché.


 Profils en travers
   Toutes les cotes des profils en travers sont rattachées aux cotes des lignes de références définies
   ci-dessus.


1.2.3 - DONNEES GEOTECHNIQUES
(Art. A.2.2 du fascicule 62 Titre V du CCTG, art. 2 du fascicule 68 du CCTG)
Sans objet.


1.2.4 - NIVEAU DE PREVENTION VIS-A-VIS DES RISQUES LIES A L'ALCALI-REACTION
Par référence aux notations et aux dispositions figurant dans le document « Recommandations pour
la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction » du L.C.P.C de juin 1994, officialisé par la
circulaire du S.E.T.R.A du 24 janvier 1995, le niveau de prévention vis-à-vis des risques liés à l’alcali
réaction est le niveau B.


1.2.5 - CLASSES D’EXPOSITIONS DUES A L’ENVIRONNEMENT
La classe d’exposition d’environnement à retenir pour la dalle en béton armé est :
              -   XC : pour le risque de corrosion par carbonatation,
              -   XF : pour l’attaque par le gel-dégel


1.2.6 - ASPECT DES PAREMENTS
Le parti défini dans les plans du marché devra être respecté au niveau des études d’exécution.
Les teintes précisées dans le dossier de plans sont données à titre indicatif ; elles seront
définitivement fixées après exécution des épreuves de convenance et réalisation d’éléments témoins
si nécessaire.



IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03                C.C.T.P.      Novembre 2009 – Indice A          Page 8
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



1.2.7 - AUTRES RENSEIGNEMENTS
Les niveaux de décaissement des fouilles au droit de l’ouvrage indiqués sur le plan du présent dossier
n'ont que le caractère d'une prévision, le niveau définitif sera fixé par le Maître d’ouvrage lors de
l'exécution. L'entreprise devra envisager toutes les dispositions nécessaires à la protection des zones
décaissées contre les venues des eaux de la pluie ou toute autre venue d’eau de chantier.

ARTICLE 1.3 - DESCRIPTION DE L’OUVRAGE ACTUEL

Les données géométriques et fonctionnelles de l’ouvrage sont définies dans le plan joint au présent
C.C.T.P. Seules les principales caractéristiques sont rappelées ci-après :


Le pont de l’étang de Billot est composé d’une seule travée isostatique de 5.00m d’ouverture entre
nu des appuis.
Le tablier est constitué de six (6) poutres latérales métalliques type IPE 300 espacées de 1.00m
environ, liaisonnées transversalement par des pièces métalliques en forme d’un U renversé
espacées de 0.32m. Ces pièces sont menues de deux ailes sur les quelles sont posées une série
des briques rouges constituant l’intrados du tablier. Sur ces briques, il est posé un matériau de
remplissage en grave ciment formant avec l’enrobé le corps de la chaussée.
Le profil en travers du tablier comporte une chaussée de 4.00m de largeur utile complété de part et
d’autre par deux trottoirs respectivement de 0.80m et de 1.09m de largeur. Chaque trottoir est
supporté latéralement par une poutre métallique de 20cm de hauteur sur la quelle un garde-corps
métallique non normalisé de 0.90m de hauteur est fixé. Le corps des trottoirs est constitué de grave
ciment et d’enrobé le tout posé sur une tôle métallique ondulée non structurelle.
Les appuis de l’ouvrage sont constitués de deux culées en maçonnerie (pierre de taille) prolongés
côté aval par deux murs de soutènement également en maçonnerie.
Le fond de l’ouvrage est reconstitué entre les deux culées par des enrochements recouverts d’un
radier en béton non armé de 12cm d’épaisseur constituant avec les murs de soutènement un chenal.


Pour information, l’ouvrage objet du présent marché est un ouvrage de décharge, il est construit à
côté d’une écluse qui sert à réguler le niveau d’eau de l’étang de Billot. Cette écluse est munie d’une
petite passerelle construite en parallèle à l’ouvrage de la RD144.
L’écluse et la passerelle ne font pas partie de ce marché. Ils devront être conservés dans l’état.


1.3.1 - ETAT DE L’OUVRAGE
Les investigations réalisées sur l’ouvrage ont permis de conclure que l’ouvrage est dans un état très
précaire. Les matériaux qui constituent l’ossature de l’ouvrage sont fortement dégradés nécessitant
le remplacement du tablier : oxydation excessive du métal, perte importante de matière, assemblage
détérioré, etc. …
Par ailleurs, la dalle présente des traces de calcite et de carbonatation ainsi que ses traces
d’humidité et d’infiltration d’eau créant un foisonnement verdâtre au droit des pièces métalliques.
Compte tenu de l’état de la structure, Il est décidé donc de remplacer ce tablier qui présente des
pathologies graves et conserver les appuis existants moyennant des petites adaptations pour
permettre de réaliser le nouveau tablier.



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A        Page 9
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Il est à noter qu’aucune investigation n’a pu été réalisée sur les fondations de l’ouvrage,
l’entrepreneur est tenu à rester vigilant concernant la stabilité les culées pendant la réalisation des
travaux.


Il est prévu également dans la cadre de ce marché la reconstruction des ouvrages de têtes (murs en
aile) situés en aval du pont et qui présentent des désordres graves : problèmes de rejointoiement, de
descellement de la maçonnerie et de bombement, la présence de végétation, …



ARTICLE 1.4 - LES DONNEES FONCTIONNELLES DE L’OUVRAGE

1.4.1 - TRACE EN PLAN DE LA VOIE PORTEE
Le tracé en plan de la voie portée désignée par la RD144, est en alignement au droit du
franchissement.
L’ouvrage existant est construit sur la RD144 avec un biais droit de 100 grades. Ce biais sera
conservé pour le futur tablier. Aucune modification géométrique ne sera introduite dans ce sens.


1.4.2 - PROFIL EN LONG DE LA VOIE PORTEE
Afin d’assurer une bonne évacuation des eaux de ruissellement du tablier, le profil en long au droit de
l’ouvrage est aménagé avec une pente de 1.50%. Cette pente sera raccordée de part et d’autre de
l’ouvrage au profil en long de l’actuelle RD144.


1.4.3 - PROFIL EN TRAVERS DE LA VOIE PORTEE
Le profil en travers de la voie portée au droit de l’ouvrage, présente une plate-forme de largeur droite
constante de 6.43m répartie comme suit :
           -   une chaussée de 4.00m de largeur présentant un profil en toit de 2.5%,
           -   deux accotements de 1.215m de largeur comprenant chacun un trottoir de 1.00m de
               largeur utile,

ARTICLE 1.5 - TRAVAUX SUR L’OUVRAGE

1.5.1 - GENERALITES
L’épaisseur minimale du béton de propreté et de calage est de dix centimètres (10 cm).
Les niveaux des fouilles et la limite de démolition de la chaussée indiqués sur le plan n’ont que le
caractère d’une prévision et le niveau définitif de fondation est fixé par le Maître d’ouvrage lors de
l’exécution.
Les indications du plan de l’ouvrage joint au présent CCTP sont complétées par les éléments indiqués
ci-après :


1.5.2 - REMPLACEMENT DU TABLIER
Le tablier projeté est composé d’une seule travée de 5.75m m de portée entre axe des appuis. Il est
constitué de 8 poutres préfabriquées en béton armé en forme d’un T renversé de 25cm d’épaisseur,


IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03             C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 10
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



solidarisées par une dalle de couverture de 15cm d’épaisseur moyenne. Le tablier est pourvu aux
extrémités de deux longrines d’about de 50cm d’encombrement permettant de solidariser les
poutrelles.
L’ensemble repose sur les appuis existants par l’intermédiaire d’appareils d’appui en caoutchouc
fretté.
Afin de permettre son réglage et son remplacement, chaque appareil d’appui est associé à un ou
plusieurs emplacements de vérinage du tablier, matérialisés par des bossages en béton.
Pour assurer une bonne transmission des efforts verticaux à la maçonnerie des appuis d’extrémités
et éviter des futurs désordres sur l’ouvrage, les têtes des culées seront réorganisées par la
réalisation des sommiers en béton armé après dépose soignée de quelques rangées de pierres.
Ces sommiers seront menus d’un garde grève de 25cm d’épaisseur permettant de réaliser des joints
de dilatation de part et d’autre de l’ouvrage.
Chaque culée sera complétée par 2 murets en retour en béton armé non solidaire aux sommiers
permettant d’assurer la continuité du dispositif de retenue de part et d’autre de l’ouvrage.


Caractéristiques de l’ouvrage :
    -      largeur droite totale du tablier        : 6.43m
    -      largeur utile des trottoirs             : 1.00m
    -      largeur de la chaussée entre bordures : 4.00m
    -      nombre de travée                        : 1 travée
    -      portée de la travée entraxe des appuis : 5.75m
    -      dispositif de retenue                   : garde-corps métallique,


1.5.3 - EQUIPEMENTS
Les équipements et superstructures de l’ouvrage devront être conformes aux indications figurant sur
le plan contractuel joint au présent CCTP.


   Chape d’étanchéité
        La chape d’étanchéité, à réaliser sur le tablier de l’ouvrage, est prévue du type chape mince
        composée de feuilles préfabriquées bitumeuses mono-couches, conforme aux prescriptions
        techniques du fascicule 67 du C.C.T.G.


   Couche de roulement
        La couche de roulement prévue sur l’ouvrage sera constituée d’un béton bitumineux de 7cm
        d’épaisseur.


   Dispositifs latéraux de retenue
    Ils seront constitués par des garde-corps métallique ouvragés type 1902 de 1,00m de hauteur.
    Ces garde-corps devront être conforme au dessin spécifié dans le plan du marché. Ils devront en
    tout état de cause conformément aux spécifications techniques de la norme en vigueur.
    Les garde-corps sur ouvrage recevront une peinture sur galvanisation à chaud homologuée de
    nuance verte RAL 6005.



IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03            C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 11
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



   Trottoir sur ouvrage
    L’ouvrage est pourvu de deux trottoirs pour piétons de 1.00m de largeur utile, comprenant :
             -   Une file de bordures T2 en rive de la chaussée.
             -   Un corps de trottoir en béton C30/37, dans lequel sont incorporées des réservations
                 P.V.C pour les différents réseaux prévus sur l’ouvrage.
             -   une surface balayée,
             -   Un drain hélicoïdal inox ou aluminium de 32mm de diamètre enveloppé dans un
                 géotextile.
             -   Un drain rectangulaire en alu ou inox inséré dans l’enrobé disposé le long de la
                 bordure T2,


   Bordures de trottoirs
    Il est prévu sur l’ouvrage des bordures de trottoirs de type T2, elles seront coulées en place ou
    préfabriquées et mises en place conformément au Fascicule 31 du CCTG.

   Dispositif de recueil et d’évacuation d’eau
     Drains rectangulaires
     Des drains rectangulaire longitudinaux en inox ou alu adossées aux bordures, sont placés au
     niveau de l’interface chaussée / Chape d’étanchéité.


     Drains hélicoïdaux  32
     Des drains hélicoïdaux  32 longitudinaux en inox ou alu noyés dans les trottoirs, sont adossés
     aux longrines des garde-corps.


     Drains routiers
     Le drainage horizontal situé à l’arrière des culées est assuré par des drains PVC 160mm
     disposés dans les tranchées conformément aux plans du marché.


     Evacuation des eaux des sommiers
     Les eaux des culées seront évacuées par l’intermédiaire d’un tuyau en PVC 80mm ; ceux-ci
     seront noyés dans le béton et mis en place conformément aux plans du marché.


     Evacuation des eaux de la chaussée
     Les eaux de la chaussée seront récupérées dans deux regards à grille de 50x50cm de section
     disposés aux extrémités des trottoirs direction Lurcy-Lévis puis évacuées dans le canal par
     l’intermédiaire d’un tuyau en PVC de 120mm de diamètre.

   Remblais contigus aux ouvrages
     Les remblais contigus de l’ouvrage comprennent l’ensemble des remblais techniques
     nécessaires à la construction et à la stabilité mécanique de l’ouvrage ou partie d’ouvrage ; Ils
     devront être réalisés conformément au plan du marché. Ils comprendront en particulier, les
     remblais en grave ciment 0/20 à mettre à l’arrière des appuis et les remblais techniques 0/100 à
     mettre à l’arrière des murs de soutènement en maçonnerie à reconstruire.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 12
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



   Fourreaux
    Les fourreaux prévus dans chaque trottoir sont définis comme suit :
        -    1 PVC  120mm pour réseaux divers,
        -    1 PVC  100mm pour réseaux divers,


   Joints de chaussées et trottoirs
    L’ouvrage sera muni des joints de chaussée et de trottoirs à revêtement amélioré apte à supporter
    un trafic de classe T3 pouvant accepter un souffle minimal de 30mm.


   Appareils d’appuis
    Les appareils d’appuis seront en élastomère fretté entièrement enrobé; ils seront disposés sur des
    bossages en micro-béton. Des emplacements spécifiques de vérinage seront réservés sur les
    chevêtres des appuis de l’ouvrage.


   Surveillance – repères topo métriques
    Des repères de nivellement seront disposés sur chaque ligne appuis. Ils seront fixés sur les
    structures de l’ouvrage afin de faciliter de suivi topographique ultérieur de l’ouvrage.


1.5.4 - TRAVAUX DE REHABILITATION
L’entrepreneur est tenu dans le cadre du présent marché d’effectuer des travaux de réhabilitation de
l’ouvrage comprennent :
    -   le nettoyage de la maçonnerie des appuis et des murs,
    -   le rejointoiement si nécessaire de la maçonnerie des culées,
    -   reconstruction des murs en aile (murs en maçonnerie) identique à l’existant,
    -   la démolition et la reconstruction du radier du canal,


1.5.5 - TRAITEMENT DES PARTIES VUES
(Art. 52 du fascicule 65A du CCTG)
Les parties vues du tablier présenteront des parements finis soignés et ouvragés, conformément au
plan contractuel visé au C.C.A.P.
Pour les parements fins et ouvragés, les exigences particulières correspondantes sont précisées au
Chapitre 4 du présent Fascicule.

Des descriptions sont également reportées sur le plan joint au présent CCTP.



1.5.6 - TRAITEMENTS DE SURFACE
Tous les parements en contact avec les terres recevront un badigeon dont les caractéristiques sont
définies à l’article « Adjuvants et produits de cure » ci-après et mis en œuvre dans les conditions de
l’article « Parement murs coffrés ».




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 13
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



ARTICLE 1.6 - CONSISTANCE DES TRAVAUX

1.6.1 - DECOUPAGE EN TRANCHES ET EN LOTS
Le présent marché n’est découpé ni en tranche ni en lot.


1.6.2 - TRAVAUX COMPRIS DANS L'ENTREPRISE
D'une manière générale, l'entreprise comprend toutes les fournitures et mises en œuvre nécessaires
à la complète réhabilitation de l’ouvrage ainsi que la remise en état des lieux mis à la disposition de
l'entrepreneur ou modifiés par le déroulement des travaux.

Ceci couvre en particulier :

 Travaux préparatoires – Travaux préliminaires
   -   Installations Générale de chantier,
   -   Installation sanitaire et de sécurité,
   -   Signalisation de chantier et de protections diverses,
   -   Protection du poteau PPT au droit de l’ouvrage,
   -   Dispositifs et moyens d’accès à toutes les parties d’ouvrage,
   -   Clôtures de protection
   -   la signalisation verticale et horizontale provisoire au droit du chantier,
   -   Démolition de toutes natures (Chaussée, Béton, Maçonnerie, bois, …),
   -   Ouvrages provisoires ou éléments provisoires et tous les ouvrages mis au marché et qui ne
       font pas partie des ouvrages proprement dit,
   -   Aménagements des zones de dépôts et de stockage des matériaux,
   -   La mise en place des dispositions de confinement su chantier pour la protection de
       l’environnement,
   -   Surveillance géométrique des appuis de l’ouvrage,
   -   Relevés et établissement des documents conformes à l’exécution (récolement).


 Travaux préalables au remplacement du tablier de l’ouvrage,
   -   Sciage et démolition de la chaussée,
   -   Déposes des équipement diverses : trottoirs, garde-corps, bordures, etc. …,
   -   Démolition du tablier existant,
   -   Dépose soignée de la maçonnerie des murs en ailes,
   -   Dépose soignée et découpe des de maçonneries des culées (démolition partielle),
   -   Les travaux de terrassement (déblais, remblais)


 Les travaux de génie civil
   -   études d’exécution de l’ouvrage d’art,
   -   bétons de propreté et de calage,



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 14
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



     -    réalisation des chevêtres en béton armé,
     -    pose des poutrelles préfabriquées,
     -    coulage de la dalle de recouvrement en béton armé,
     -    réalisation des murets en retour en béton armé,
     -    ouvrages provisoires nécessaires à la réalisation des travaux,
     -    des traitements de surface des parties en contact avec les terres,
     -    des peintures et protection anti-corrosion des équipements,
     -    des équipements de l’ouvrage :
           bordures de trottoirs,
             Garde-corps type 1902
             chape d'étanchéité,
             bossages et appareils d’appuis néoprène,
             drainages divers et autres dispositifs d’assainissement,
             fourreaux divers,
             enrobé hydrocarbonés à chaud,
             joints de chaussée et trottoirs,
             dispositifs d’évacuation des eaux des culées,
             dispositifs d’évacuation des eaux de la chaussée
 -       mise en œuvre de remblais contigus en grave ciment,
 -       reconstitution de la chaussée et des trottoirs,
 -       des épreuves et des dossiers de récolement et d’ouvrages,
 -       de la remise en état des lieux en fin de chantier.


 Travaux de réhabilitation de l’ouvrage
     -    Nettoyage des appuis de l’ouvrage et rejointoiement des maçonneries,
     -    Reconstruction des murs en aile (murs en maçonnerie) identique à l’existant,
     -    Reconstitution de radier du canal,


1.6.3 - TRAVAUX NON COMPRIS DANS LE MARCHE
Les travaux suivants pouvant être réalisés de façon simultanée au présent marché ne font pas partie
de l'entreprise :
              -    la déviation temporaire de la circulation de la RD 144 sur d’autres itinéraires,
              -    la signalisation définitive horizontale et verticale,


1.6.4 - TRAVAUX ANNEXES
Entretien pendant le délai de garantie :
Pendant le délai de garantie, l'Entrepreneur devra exécuter en temps utile et à ses frais, l'ensemble
des travaux résultant de l'application de l'article 44 du C.C.A.G.




IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03                C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A   Page 15
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Travaux annexes pendant la durée du marché :
L'Entrepreneur sera tenu d'effectuer tous les travaux annexes nécessaires à la bonne réalisation des
travaux prescrits dans le présent marché tels que :
            -      entretien des itinéraires de transport,
            -      exploitation et entretien des lieux de dépôt ou décharge,
            -      entretien des chaussées des voies publiques et accès riverains concernés par
                   les travaux,
            -      entretien de la signalisation mise en place avant ou pendant le chantier,
            -      entretien des accès et plates-formes de travail.
            -      entretien des aires de fabrication et de stockage des matériaux,


L'Entrepreneur sera tenu d'exécuter le nettoyage des voies publiques salies par les engins de
chantier, au moyen de balayeuses aspiratrices, lorsque le Maître d’ouvrage le lui aura demandé et en
tout état de cause tous les soirs.
Les dépenses résultant de l'exécution de ces travaux, sont réputées incluses dans les prix.



ARTICLE 1.7 - MODE DE CONSTRUCTION DU TABLIER
La dalle en béton armé prévue dans le cadre de la reconstruction de l’ouvrage sera réalisée hors
circulation publique.


Quelque soit le mode de la réalisation du tablier, l’entrepreneur est tenu de respecter le parti
architectural et les caractéristiques géométriques indiqués dans le plan du marché.



ARTICLE 1.8 - PHASAGE DES TRAVAUX ET ORDRE D'EXECUTION

Le titulaire du marché est tenu d’effectuer un planning de chantier et le maintenir à jour pendant toute
la durée des travaux. En fonction des moyens utilisés, l’entreprise proposera à l’agrément du Maître
d’ouvrage une méthodologie de réalisation en prenant soin de ne pas risquer d’endommager les
parties d’ouvrages préalablement réparées par des travaux postérieurs.



ARTICLE 1.9 - CONTRAINTES PARTICULIERES IMPOSEES AU CHANTIER

1.9.1 - CONDITIONS D’ACCES AU SITE DES TRAVAUX
Les conditions d’accès aux sites des travaux et le maintien de la circulation au droit de l’ouvrage sont
développées ci après.
        -       Les conditions d’utilisation de ces accès sont développées au PGCSPS.
        -       L’accès au site des travaux se fera soit depuis la RD 144.




IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.      Novembre 2009 – Indice A       Page 16
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



1.9.2 - REVALORISATION DES DECHETS
Les travaux et les conditions de mise en décharge devront être conformes à la loi n° 92-645 du 13
juillet 1992 relative à l’élimination des déchets ainsi qu’aux installations classées pour la protection de
l’environnement.
L'entrepreneur doit mettre en oeuvre un schéma d'organisation et de suivi de l'élimination des déchets
(SOSED), selon les modalités définies au chapitre II du présent CCTP.


1.9.3 - EMPLACEMENTS MIS A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRENEUR
Des emplacements seront mis à la disposition de l’entrepreneur sur l’emprise de l’opération. Ils seront
définis lors de la période de préparation du chantier. L’Entrepreneur pourra choisir également un autre
emplacement hors emprise. Cet emplacement sera soumis à l’accord du Maître d’ouvrage.


1.9.4 - RESEAUX
L'attention de l'entrepreneur est attirée sur l'existence de réseaux concessionnaires détaillés dans le
plan joint au présent CCTP.
  -       Le poteau PTT situé à proximité de l’ouvrage côté amont sera maintenu en place pendant les
          travaux en tout état de cause.


Il devra prendre toutes les dispositions nécessaires pour protéger ce poteau. En cas d’accident sur ce
poteau, l’entreprise supportera toutes les dépenses et les pénalités de coupure fixées au CCAP.


L’entreprise effectuera les demandes habituelles et enquêtes (D.I.C.T.) auprès des différents
exploitants et concessionnaires des réseaux, afin d’obtenir de la part des concessionnaires et
exploitants leurs positionnements hors ouvrage et quand cela est possible des attestations précisant
que les réseaux ont été mis hors service ou consignés pour le besoin des travaux de dévoiement.


1.9.5 - HYDROLOGIE ET HYDRAULIQUE DE L’ETAND DE BILLOT
Aucune étude hydraulique et hydrologique n’a été réalisée dans le cadre du présent dossier.
L’entrepreneur pourra se renseigner pour plus d’information auprès du gestionnaire de l’étang de
billot.
Il est précisé que l'entrepreneur aura à subir, sans rémunération particulière de la part du maître
d'ouvrage, tous les frais éventuellement occasionnés à son chantier par les crues et la venue d’eau
depuis l’étang de Billot et notamment la remise en état des échafaudages, étaiements, passerelles,
etc. …, le nettoyage des éléments et travaux déjà réalisés.
Pour la mise au point et la conduite des travaux, l'entrepreneur devra tenir compte des conditions
locales de l’ouvrage.


1.9.6 - MOYENS MIS EN OEUVRE
L'entrepreneur réalise les travaux en tenant compte de la nécessité d'éviter toute action susceptible
d'endommager les appuis de l’ouvrage actuel telles que des vibrations excessives de la maçonnerie
ainsi que la passerelle et la porte de l’écluse de l’étang de Billot.



IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03            C.C.T.P.         Novembre 2009 – Indice A      Page 17
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



1.9.7 - PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT
L'entrepreneur est tenu de respecter tout au long des travaux l'ensemble des prescriptions relatives
au respect de l'environnement, à la maîtrise des déchets et à la limitation des nuisances portées au
CCAP et aux dans le présent chapitre du CCTP.

Les actions qu'il entreprend doivent être exécutées en tenant compte notamment de la nécessité :

  -       d'éviter toute action susceptible d'endommager l'ouvrage, telles que les vibrations excessives et
         des pressions excessives,

  -       d'assurer un écoulement correct des eaux de ruissellement et du cours d’eau pendant toute la
         durée des travaux, (*)

  -       de protéger les eaux du cours d’eau contre toute pollution due au chantier,

  -       de protéger l’environnement de l’ouvrage contre toute pollution due au chantier.

L'entrepreneur doit mettre en œuvre un schéma d'organisation et de suivi de l'élimination des déchets
(SOSED), selon les modalités définies ci-après.

Toute conséquence de la non-observation de ces sujétions par l'entrepreneur est à sa charge.

A.       Rejet d’eaux ou de liquides recueillis dans l’emprise du chantier

        Généralités

Les rejets dans le milieu naturel ne se feront jamais de façon directe; ils seront limités et traités
suivant leur nature. Il est particulièrement important de réduire les rejets de particules fines (« les
fines ») dans le canal.

Aucun rejet direct des eaux de toute nature dans le canal ne sera toléré.

Les eaux de rejet issues du chantier devront être collectées par un réseau étanche mis en place dès
la première phase de travaux. Ces eaux devront pouvoir être décantées et déshuilées de façon à
satisfaire aux normes minimales en vigueur.

Dans le cas où les services gestionnaires de l’étang de Billot et sources intéressés imposeraient des
normes plus strictes, l’Entrepreneur serait contraint de s’y soumettre.

Tous les dispositifs de décantation provisoires de chantier et de filtration sont à la charge de
l’Entrepreneur.

De plus, l'Entrepreneur sera tenu de prendre les mesures suivantes :
     o    Stockage des huiles et carburant interdit en dehors des emplacements aménagés à cet effet :
          citernes double enveloppe, plates-formes bétonnées étanches, avec rebords en béton
          permettant de recueillir un volume liquide au moins équivalent à celui des cuves de stockage,
     o    Vidange, nettoyage, entretien et ravitaillement des engins réalisés sur des emplacements
          aménagés à cet effet : plate-forme équipées d’un bac décanteur déshuileur, les produits de
          vidange étant recueillis et évacués en fûts fermés.
     o    De stationner en cours des travaux et pendant les week-end hors site de travaux,

        Protection contre les pollutions accidentelles de chantier



IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03             C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 18
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Le réseau de collecte des eaux de chantier sera prévu de façon à permettre une récupération d’une
éventuelle pollution accidentelle par des produits toxiques (huiles, hydrocarbures,...). En cas de
pollution accidentelle, l’exutoire des bassins de collecte pourra être obstrué (au moyen de sac de
sable par exemple). Une fois la pollution circonscrite, les eaux contaminées seront pompées puis
évacuées par camions citernes vers une entreprise spécialisée.

    Alimentation en eau du chantier
     Les prélèvements en eau de l’étang de Billot pour les besoins du chantier seront interdits.

    Sanitaires et Eaux usées
            Aucun rejet direct ne sera toléré. Le chantier sera équipé d’un W.C chimique à proximité des
            installations de chantier avec fosse étanche. L’évacuation de produits par simple
            déversement dans le milieu naturel est interdite


B.   Nuisances acoustiques – Emissions de poussières


Les engins de chantier devront satisfaire les normes en vigueur en matière de bruit et d'émissions de
poussières.
En cas de risque d’émissions de poussière lors de la circulation des poids lourds et engins de chantier
sur les pistes, un arrosage de celles-ci sera effectué.


C – Remise en état des lieux en fin de chantier

En fin de chantier, les abords de l’ouvrage et du canal seront nettoyés de tous les déchets provenant
des travaux.


1.9.8 - SUJETIONS LIEES AUX TRAVAUX SIMULTANES
L'entreprise devra supporter la gêne occasionnée par les travaux simultanés indiqués au C.C.A.P.


1.9.9 - MODALITES DE TRANSPORT
A.   Transport sur chantier
Les transports devront se faire sur les chaussées existantes. Les traversées de ces chaussées par les
engins de transport ne bénéficieront pas de la priorité sur la circulation publique.


B.   Transport de matériaux sur route
L’entreprise titulaire du marché est tenue de fournir les pièces suivantes :
        la liste des transporteurs travaillant pour son compte avec les références d’inscription au
         registre des transporteurs,
        Les cartes grises des véhicules pour connaître le P.T.A.C qui sera obligatoirement inscrit sur
         la feuille journalière de réception des bons de pesée.




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 19
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



1.9.10 - CONTROLE DE STABILITE DE APPUIS L’OUVRAGE
Au cours des travaux de démolition du tablier, de décaissement de la chaussée pour la réalisation des
sommiers ou tout autre travaux de nature à modifier de façon temporaire la stabilité des appuis de
l’ouvrage, l'entrepreneur devra, sans aucune rémunération particulière, de la part du maître d'ouvrage,
assurer un contrôle de la stabilité de cette partie de l’ouvrage.


L'entrepreneur procédera après acceptation par le Maître d’ouvrage à la mise en place de son
système de surveillance de façon à ce qu'il puisse mesurer ou constater tout changement de
comportement de l’ouvrage.
La fourniture et la mise en place du système de surveillance géométrique de l’ouvrage sont à la
charge et aux frais de l'entrepreneur.


1.9.11 - INTERDICTIONS ET PRESCRIPTIONS DIVERSES
L'entrepreneur prendra à ses frais toutes les mesures et précautions utiles afin que :
  -   les engins utilisés ne puissent heurter endommager l’ouvrage,
  -   les engins stationnant près de l’ouvrage, en cours de travaux, ne soient pas susceptibles de
      gêner la circulation et le stationnement des riverains
  -   les engins de manutention ne réalisent pas des manoeuvres au-dessus de Poteau PTT,
  -   qu'aucun matériau et matériel nécessaire aux réparations ainsi qu'aucun matériau issu des
      démolitions (béton) ou de dépose (tôle) ne chute dans le lit du canal. Dans le cas ou cela se
      produirait, l'entreprise devra obligatoirement récupérer ces matériaux ou matériels.



ARTICLE 1.10 -         RENCONTRE DE CANALISATIONS DE TOUTE NATURE

La conduite des travaux sera exécutée conformément à l'Article 33 du fascicule 70.


L'entrepreneur prendra toutes dispositions utiles pour qu'aucun dommage ne soit causé aux
canalisations ou conduites de toutes sortes rencontrées pendant l'exécution des travaux.



ARTICLE 1.11 -         ENTRETIEN PENDANT LE DELAI DE GARANTIE

Pendant le délai de garantie, l’Entrepreneur devra exécuter en temps utile et à ses frais, les travaux
nécessaires pour assurer la bonne conservation et le bon fonctionnement de l’ouvrage.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 20
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




   CHAPITRE 2 -                   PREPARATION ET ORGANISATION DU
                                       CHANTIER




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 21
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




ARTICLE 2.1 - STIPULATIONS PRÉLIMINAIRES

L'Entrepreneur devra se conformer aux prescriptions des textes énumérés à l'article 2 du C.C.A.P et
aux différents fascicules du C.C.T.G.
L'Entrepreneur devra soumettre à l'acceptation du Maître d’ouvrage toutes les dispositions techniques
qui ne font pas l'objet de stipulations dans le présent marché ; Il sera tenu de compléter le présent
C.C.T.P. quant aux propositions techniques qu’il se propose de mettre en œuvre pour la réalisation
des travaux (Voir C.C.A.P).
Ces dispositions ne pourront pas être contraires aux règles de l'art ni être susceptibles de réduire la
sécurité et la durabilité de la structure et des équipements en phase d'exécution comme en phase de
service.
Ces propositions devront être assorties des justifications correspondantes (notes de calculs, plans,
métré, mémoire, …).


2.1.1 - DOCUMENTS FOURNIS PAR L’ENTREPRENEUR


         2.1.1.1 - Dispositions générales
Tous les documents à fournir par l'Entrepreneur seront soumis au visa du Maître d'ouvrage, à
l’exception :
            du Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (P.P.S.P.S)
            des documents de suivi du contrôle interne dont seul le cadre est soumis à son acceptation,
            du dossier de récolement.
L'Entrepreneur fournira, conformément au chapitre III et à l’article 103 du fascicule 65A ainsi qu’aux
articles 28, 29 et 40 du C.C.A.G, les documents suivants :
Les références entre parenthèses sont celles des articles du fascicule 65A du C.C.T.G.


    Documents généraux

             Le programme des études d'exécution (32)
             Le programme d'exécution des travaux (33)
                 Le P.A.Q
                 Les études d’exécution des travaux
             Le Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (P.P.S.P.S)
             Le plan de signalisation temporaire de chantier,
             Le Schéma d’Organisation et de suivi des Déchets (SOSED)
             Le plan d’assurance environnement (PAPE),


    Documents de projets

              Le projet des installations de chantier (34)

              Le projet des ouvrages provisoires (43)




IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.      Novembre 2009 – Indice A       Page 22
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



              Le projet des coffrages (32.3.2)

              Le projet d'exécution des travaux (32.3)


    Documents particuliers
     Les documents d'identification des matériaux et pièces justificatives du Contrôle Interne, par
     catégorie de matériaux ou par nature d'opération sont à fournir par l'entrepreneur. Le détail des
     documents à fournir est explicité, soit dans le C.C.T.G, soit dans le présent C.C.T.P, soit dans
     d'autres documents rendus applicables et visés au présent C.C.T.P.


    Dossier de récolement général
     Le dossier de récolement général devra être conforme à la composition définie ci-après.
     Par dérogation à l’article 40 du C.C.A.G, les plans et autres documents à remettre par le titulaire
     au Maître d’ouvrage seront réalisés en trois (3) exemplaires, dont un (1) reproductible, plus un (1)
     exemplaire sur CD-ROM directement exploitable sous Autocad V2000 minimum.


     Dossier de récolement relatif aux contrôles

     Le dossier de récolement du contrôle comprendra :
             les résultats des contrôles, épreuves et essais divers,
             les comptes-rendus d'incidents,
             les fiches de non-conformité.


    Dossier d'ouvrage
     Le dossier d'ouvrage établi conformément aux dispositions de l'article 31.2 du fascicule 65 A du
     C.C.T.G. comprend :
             tous les documents nécessaires à la réalisation des ouvrages,
            les résultats des contrôles, épreuves et essais divers,
            les comptes-rendus d'incidents,
            les constatations utiles en vue de la réception, puis de la gestion des ouvrages en service,
            toutes les informations relatives aux épreuves des ouvrages ainsi que tous les éléments
             géométriques constituant l'état de référence (état zéro) des ouvrages,


    Dossier de sécurité et Protection de la santé
     (art. 28.3 du CCAG, loi 93-1418 du 31 décembre 1993 et ses décrets d’application)
     Les modalités d’élaboration des documents relatifs à la sécurité et à la protection de la santé,
     conformément aux lois en vigueur, sont définies au C.C.A.P.

         2.1.1.2 - Délais de production et de vérification des documents


            Délai de production des documents
    Le tableau ci-après, comporte une liste non limitative des documents à fournir et des opérations à
    exécuter par l'Entrepreneur et le Maître d'ouvrage pour l'organisation, la préparation et la
    réalisation des travaux (*) délais en jours calendaires.


IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03                C.C.T.P.      Novembre 2009 – Indice A      Page 23
 RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                  Dossier de Consultation des Entreprises



                                                                           DOCUMENTS A
  N°          DESIGNATION DES            DOCUMENTS A ETABLIR                                           DELAIS (jours
                                                                          ETABLIR PAR LE
ORDRE           OPERATIONS               PAR L'ENTREPRENEUR                                             calendaires)
                                                                          MAITRE D'ŒUVRE

                                                                               Piquetage         Cinq (5) jours à compter de
  1              PIQUETAGE                         Piquetage                Procès verbaux         la date de départ de la
                                                                            contradictoires        période de préparation

                                        Sous-détail des prix unitaires
                                                                                                     Quinze (15) jours à
          SOUS-DETAIL DES PRIX            demandés par l'ordre de
                                                                                                    compter de la date de
  2      autres que ceux demandés        service (OS) prescrivant le
                                                                                                   départ de la période de
         lors de la remise des offres   commencement de la période
                                                                                                        préparation
                                               de préparation
                                                                                                     Quinze (15) jours à
        PROGRAMME D'EXECUTION            Note technique et planning                                 compter de la date de
  3
             DES TRAVAUX                          détaillé                                         départ de la période de
                                                                                                        préparation
                                                                                                     Quinze (15) jours à
3 Bis     VISA DU PROGRAMME                                               Visa et Observations      compter de la date de
                                                                                                 réception dudit programme
               MISE A JOUR DU
  4                                                Planning                                      Tous les quinze (15) jours
                PROGRAMME
                 PROJET DES                                                                          Quinze (15) jours à
              INSTALLATIONS DE                       Notes                                          compter de la date de
  5
             CHANTIER - PISTE DE                     Plans                                         départ de la période de
                  CHANTIER                                                                              préparation

              Plan de signalisation                  Notes                                           Quinze (15) jours à
                                                                                                    compter de la date de
  6      Désignation du responsable                  Lettre
                                                                                                   départ de la période de
             de la signalisation                     Plans                                              préparation
                                                                                                 Dix (10) jours à compter de
         Agrément des modalités de
  7                                                                            Agrément              la présentation des
               signalisation
                                                                                                          documents
                                                                                                    Quinze (15) jours à
                                                                                                   compter de la date de
  8     CONTRATS D'ASSURANCE              Présentation des contrats
                                                                                                   début de la période de
                                                                                                        préparation
          PROPOSITION DU PLAN                                                                       Quinze (15) jours à
           D'ASSURANCE DE LA                                                                       compter de la date de
  9                                                 Notice
            QUALITE (P.A.Q.) ET                                                                    début de la période de
         D’ENVIRONNEMENT (PAE)                                                                          préparation
                                                                                                    Quinze (15) jours à
9 Bis     VISA DU P.A.Q. DU PAE                                                  Visa              compter de la date de
                                                                                                 réception du P.A.Q et PAE
 10     SCHEMA D’ORGANISATION                       Notice                       Visa               Quinze (15) jours à
          ET SUIVI DE DECHET                                                                       compter de la date de
               (SOSED)                                                                             début de la période de
                                                                                                        préparation
          PLAN PARTICULIER DE                                                                    Trente (30) jours à compter
 11         SECURITE ET DE                           Plan                                         de la date de début de la
        PROTECTION DE LA SANTE                                                                     période de préparation

           PROPOSITION POUR                 Lettre et échantillons                                 Trente (30) jours avant
 12      ORIGINE ET NATURE DES              Fiche d’identification                                approvisionnement sur le
               MATERIAUX                                                                                    site
                                             Résultats d’essais
          PROPOSITION POUR                                                                       Vingt (20) jours à compter
        AGREMENT DES USINES ET                                                                    du début de la période de
 13                                             Notice technique                                    préparation et avant
            CENTRALES DE
             FABRICATION                                                                         approvisionnement sur site




 IGIOA.SAS                   Igioa_09015_CG03                  C.C.T.P.         Novembre 2009 – Indice A          Page 24
 RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                  Dossier de Consultation des Entreprises



                                                                              DOCUMENTS A                   DELAIS
  N°              DESIGNATION DES           DOCUMENTS A ETABLIR
                                                                             ETABLIR PAR LE
ORDRE               OPERATIONS              PAR L'ENTREPRENEUR
                                                                             MAITRE D'ŒUVRE

                   AGREMENT DES
12 Bis             MATERIAUX ET                                                                      Trois (3) semaines à
                                                                                                    compter de la date de
---------     AGREMENT DES USINES ET                                            Agrément
                                                                                                  réception de la proposition
13 Bis            CENTRALES DE                                                                        de l'Entrepreneur
                   FABRICATION
                 PROPOSITIONS DES
                                                                                                     Simultanément aux
  14              ITINERAIRES DE                       Notice
                                                                                                   propositions des 9 et 10
                    TRANSPORT
                   AGREMENT DES
                                                                                                 Simultanément à l'agrément
14 Bis             ITINERAIRES DE                                               Agrément
                                                                                                         des 9 et 10
                     TRANSPORT
                                                       Plans                                      Vingt (20) jours à compter
                ETUDE DE STABILITE
  15                                                  Notices                                     de la date de début de la
              GENERALE DES OUVRAGES
                                                      Calculs                                      période de préparation
                                                                                                 Quinze (15) jours à compter
              PROGRAMME DES ETUDES
  16                                                   Notice                                     de la date de début de la
                  D'EXECUTION
                                                                                                   période de préparation
                                                      Plans
                 PLANS D'EXECUTION                                                                Trente (30) jours avant le
                                                     Notices
  17              NOTE S DE CALCUL                                                                   début des travaux
                                            Calculs définitifs (visés par
                  ETUDES DE DETAIL                                                                       concernés
                                                      M.O)
                                                                                                   Trente (30) jours avant
               PROJET DES OUVRAGES                     Plans
  18                                                                                              montage ou début desdits
                   PROVISOIRES                    Notes de calculs
                                                                                                           travaux

               PROJET DES OUVRAGES                     Plans                                         Quinze (15) jours à
18 Bis                                                                            Visa
                   PROVISOIRES                        Notices                                      réception des éléments
                                                  Notes de Calculs
                    ETUDE DE LA                                                                   Vingt (20) jours à compter
  19              COMPOSITION DES                 Notice technique                                de la date de départ de la
                  BETONS DE DALLE                                                                  période de préparation
                  PROGRAMME DE                                                                    Quinze (15) jours avant le
  20                                                   Note
               BETONNAGE DE LA DALLE                                                                début du bétonnage
              PROGRAMME DE POSE DES
                                                                                                  Quinze (15) jours avant le
  21          POUTRELLES                               Note
                                                                                                       début de pose
              PROGRAMME              DES
                                                                                                    Trente (30) jours avant
  22          EPREUVES                                 Notice
                                                                                                          épreuves
              DOSSIER DE RECOLEMENT
  23             ETUDE DE DETAIL           Ensemble du dossier définitif                                 Cf. C.C.A.G
                DOSSIER D’OUVRAGE



       Délai de production et de vérification des études


            Après réception du dernier document d’un ensemble cohérent (notes de calculs et plans
            correspondants), le Maître d’ouvrage remettra son agrément ou ses demandes de modifications
            à l'entrepreneur, dans un délai de quinze (15) jours calendaires. Les rectifications, qui seraient
            demandées à l'Entrepreneur devront être faites dans le délai qui lui sera imparti.


            Le délai du visa ou de nouvelles demandes de modifications, suite au retour d’un document
            rectifié, sera de huit (8) jours calendaires.
            L'Entrepreneur fournira au Maître d’ouvrage les diverses notices, notes techniques, notes de
            calculs et tout document écrit définitif en cinq (5) exemplaires et les dessins en cinq (5)
            exemplaires.



 IGIOA.SAS                     Igioa_09015_CG03                   C.C.T.P.       Novembre 2009 – Indice A          Page 25
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



         2.1.1.3 - Plan des installations de chantier


Pour l'établissement des plans de ses d'installations de chantier, l’entreprise devra tenir compte des
éléments cités au C.C.A.P et des dispositions qui figurent au P.G.C.S.P.S (Plan Général de
Coordination en matière de Sécurité et de Protection de la Santé) ainsi que des contraintes
particulières imposées au chantier, visées au présent C.C.T.P.


2.1.2 - CALENDRIER
Pour l’établissement du calendrier d'exécution des travaux, et pour l'organisation du chantier,
l'entreprise tiendra compte des contraintes particulières imposées au chantier.


Le calendrier d'exécution des travaux sera présenté de telle sorte qu'apparaissent les tâches critiques
et leur enchaînement.


2.1.3 - JOURNAL DE CHANTIER
Un journal de chantier sera tenu par un représentant du Maître d'ouvrage. Dans ce journal seront
consignés chaque jour :
            les principales opérations administratives relatives à l'exécution et au règlement du Marché,
            les conditions atmosphériques constatées,
            les résultats des essais de contrôle,
            les observations faites et les prescriptions imposées à l'Entreprise.


A ce journal sera annexé, chaque jour, un compte rendu détaillé, établi par un représentant de
l'Entrepreneur, sur lequel seront indiqués par poste :
            les horaires de travail, l'effectif et la qualification du personnel, le matériel sur le chantier, la
             durée et la cause des arrêts de chantier, l'évaluation des quantités de travaux effectués
             chaque jour.
            les incidents de chantier susceptibles de donner lieu à une réclamation de la part de
             l'Entrepreneur.


Les observations relatives aux bétons seront consignées sur une annexe à ce journal.


2.1.4 - SCHEMA D’ORGANISATION ET DE SUIVI DES DECHETS (SOSED)
Dans ce document, qui sera soumis au visa du Maître d’ouvrage pendant la période de préparation,
l’Entrepreneur expose et s’engage sur :
              les centres de stockage et/ou centres de regroupement et/ou unités de recyclage vers
               lesquels seront acheminés les différents déchets à évacuer, en fonction de leur typologie
               et en accord avec le centre de stockage ou de regroupement,

              les méthodes qui seront employées pour ne pas mélanger les différents déchets,




IGIOA.SAS                   Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.         Novembre 2009 – Indice A       Page 26
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



            les moyens de contrôle, de suivi et de traçabilité qui seront mis en œuvre pendant les
             travaux,
            le tri sur le chantier des différents déchets de chantier à évacuer (bennes, stockage,
             emplacement sur le chantier des installations, etc.),

            l’information du Maître d’ouvrage en phase travaux (composition, quantités, lieu de dépôt
             envisagé…).


2.1.5 - PROGRAMME D'EXECUTION DES TRAVAUX
A-    Programme général
      L’Entrepreneur sera tenu de fournir et de mettre à jour en cours de chantier un programme
      d’exécution, conformément aux spécifications du C.C.A.P et complété comme suit : le
      programme sera synthétisé sur un graphique mettant en évidence notamment :
       le respect des délais partiels et globaux contractuels
       les différentes tâches à accomplir pour exécuter les ouvrages et leur enchaînement
       pour chaque tâche, la date prévue pour son achèvement et la marge de temps disponible
            pour son exécution
       le chemin critique
       les intempéries prévisibles ainsi que les intempéries probables
       les cadences de travail et les ateliers de production
       les différentes contraintes et sujétions définies au présent C.C.T.P.


      Il devra tenir compte des délais d’établissement et de vérification des documents d’exécution,
      de l’agrément et de la fourniture des matériaux.


      L’amenée et la mise en état opérationnel de chaque unité fonctionnelle de matériel seront
      considérées comme des tâches élémentaires.


      Une notice précisera le personnel, le matériel et les cycles élémentaires de travail, leur durée,
      ainsi que les détails de commande et d’approvisionnement ou les cadences lorsque celles-ci
      sont régulières.


      Le programme général d’exécution sera accompagné d’une liste prévisionnelle des documents
      d’exécution.

B-    Programme partiel
      Toutes les semaines, la veille de la réunion de chantier, l’entreprise fournira un programme
      détaillé des travaux prévus pour le mois à venir.


      Le Maître d’ouvrage se réserve la possibilité de modifier la périodicité et la durée complète de
      ces programmes partiels.




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 27
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



ARTICLE 2.2 - CONTRÔLE DE L'EXÉCUTION ET ASSURANCE DE LA QUALITÉ

2.2.1 - NIVEAU D’ASSURANCE DE LA QUALITE
Dans le cadre du présent marché, le genre de délégation d’assurance de la qualité pour les travaux
de réhabilitation et d’élargissement de l’ouvrage sera conforme aux prescriptions du chapitre 2 du
fascicule 65A du CCTG ainsi qu’à l’article 35 du même fascicule.


2.2.2 - CONTENU DU PLAN D'ASSURANCE DE LA QUALITE


      2.2.2.1 - Introduction
Le Plan d'Assurance de la Qualité (P.A.Q) est établi pour l'ensemble des travaux à réaliser et prendra
en compte le principe de délégation de l'assurance de la qualité défini ci-avant.


Le P.A.Q. est constitué :


       0 d'un document d'organisation générale présentant les éléments communs à l'ensemble du
            chantier,
       1 des documents de définition relatifs à la procédure d’exécution et de suivi pour chacune des
            tâches selon les fascicules 65A du C.C.T.G pour les ouvrages d’art,
       2 des résultats de mesures, essais et épreuves.


Le présent article définit le contenu minimal du document général du P.A.Q et les éléments communs
aux procédures d'exécution. Il est complété par les articles du présent C.C.T.P. qui traitent des
documents que l'entrepreneur doit soumettre au Maître d’ouvrage et aux contrôles qu'il doit exécuter.


En particulier, le P.A.Q devra intégrer toutes les propositions non définies à la signature du marché
que l'Entrepreneur se doit de soumettre à l'agrément du Maître d’ouvrage (provenance des granulats,
centrale de fabrication, sous-traitants, etc.) en dehors des études d'exécution, du programme
d'exécution des travaux et du projet des installations de chantier, ainsi que des annexes à ces
documents.

      2.2.2.2 - Organisation générale
Le document d'organisation générale définit tous les éléments concourant à l'obtention de la qualité et
traite en particulier des points définis ci-après :

    Affectation des tâches :
                 Entreprise responsable de la direction du chantier,
                 Sous-traitants,
                 Principaux fournisseurs,
                 Bureaux d'études,
                 Bureau de contrôle et laboratoire,
                 Chargé de la qualité.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.         Novembre 2009 – Indice A      Page 28
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



         Moyens en personnel des entreprises et sous-traitants avec références de l'encadrement et
          responsables des sous-traitants sur le chantier, à savoir :
          Responsable des études,
          Responsable du contrôle interne,
          Responsable de la qualité dans les entreprises sous-traitantes et chez les principaux
           fournisseurs,
          Effectif moyen prévisible sur le chantier.


    Moyens généraux en matériel des entreprises, sous-traitants et autres intervenants
                 Sur les aires de fabrication et d'usinage,
                 Sur le chantier,
                 Pour le transport et la mise en place des éléments préfabriqués.


    Interfaces entre les différents intervenants dans les études et les travaux
                 Calendrier de fourniture des documents
                 Nombre de documents adressés au Maître d’ouvrage, au bureau de contrôle et autres
                  intervenants

    Organisation du contrôle interne :
     Le document rappelle les principes et présente les conditions d'organisation et de fonctionnement
     du contrôle interne, ces conditions étant en relation avec les indications concernant les
     personnes désignées pour exécuter ou coordonner les tâches correspondantes. Il précise les
     moyens qui y sont consacrés.

    Liste des procédures d'exécution et leur échéancier d'établissement.

    Liste des tâches pour lesquelles il est prévu d'effectuer des épreuves d'étude et de
    convenance.

    Les spécimens de fiche de suivi des travaux par procédure et le principe de gestion des non-
    conformités.

    Conditions d'authentification des documents et dessins visés par le Maître d’ouvrage pour
    exécution afin de les distinguer des versions provisoires qui ont pu être distribuées.

         2.2.2.3 - Nature et qualité des différents constituants
Les dispositions relatives à l’assurance qualité des bétons prévues par les articles 75 et 76 du
fascicule 65A du CCTG et les articles 24, 25, 44 et 45 de l’additif au fascicule 65A du CCTG, des
armatures de béton armé (article 65 du fascicule 65A du CCTG) seront précisées au P.A.Q de
l’entreprise :

A. Nature et qualité des différents constituants du béton :


Le P.A.Q définit la catégorie, la classe, la sous-classe et la provenance des ciments.


Pour les granulats (norme XPP 18-545 et NF EN 12620), il indique :



IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03             C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 29
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



     - leur provenance
     - leurs caractéristiques :
                  granularité (norme XPP 18-560)
                  propreté (norme P 18-595)
                  poids spécifique
                  résistance au choc (norme P 18-573)
                  résistance à l’usure (Micro-Deval, norme P 18-572)
                  friabilité des sables (norme P 18-576)
                  le niveau de réactivité vis-à-vis de la réaction alcali-silice (normes P18-542)
                  la non-gélivité (norme P 18-593)


Le P.A.Q définit la nature, le dosage et la provenance des adjuvants.


Dispositions particulières liées aux réactions d’alcali-réaction

*   Dispositions concernant le dossier d’étude des bétons
    Si les granulats bénéficient du droit d’usage de la marque NF-granulats, avec qualification vis-à-vis
    de l’alcali-réaction en NR ou PRP, le certificat de conformité des granulats à la marque NF, qui
    donne leur qualification vis-à-vis de l’alcali-réaction, doit être annexé au dossier d’étude des
    bétons.


    Si les granulats ne bénéficient pas du droit d’usage de la marque NF-granulats, mais si le
    producteur de granulats dispose d'un dossier carrière élaboré conformément aux prescriptions du
    document « Guide pour l’élaboration du dossier carrière » du LCPC de juin 1994, et approuvé par
    le Maître d’ouvrage, le dossier d’étude des bétons doit contenir les extraits du plan qualité du
    producteur permettant de certifier la qualification vis-à-vis de l’alcali-réaction des granulats utilisés.
    Ces documents sont accompagnés des résultats des contrôles internes effectués par le producteur
    des granulats.


    En l’absence de granulats titulaires de la marque NF-granulats et d’un dossier carrière approuvé
    par le Maître d’ouvrage, les résultats des essais permettant la qualification des granulats
    conformément aux prescriptions de la norme P 18-542 sont joints au dossier d’étude des bétons.


    Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR), tous les résultats des essais visés par les
    chapitres 5, 6 ou 8 « Recommandations pour la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction »
    du LCPC de juin 1994 doivent être joints au dossier d’étude des bétons.
    Si les granulats sont potentiellement réactifs à l’effet de pessimum (PRP), le dossier d’étude des
    bétons doit comporter tous les résultats des essais permettant de justifier que les conditions 1 et 2
    du chapitre 9 des « Recommandations pour la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction » du
    LCPC de juin 1994 sont vérifiées.


*   Dispositions concernant les procédures de bétonnage




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 30
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



    En l’absence de granulats titulaires de la marque NF-granulats, mais en présence d’un dossier
    carrière approuvé par le Maître d’ouvrage, toutes les procédures de bétonnage doivent prévoir la
    fourniture au Maître d’ouvrage avant le bétonnage, des documents de suivi du contrôle interne
    effectué par le producteur de granulats et l’Entrepreneur conformément à leur P.A.Q.


    En l’absence de granulats titulaires de la marque NF-granulats et d’un dossier carrière approuvé
    par le Maître d’ouvrage, toutes les procédures de bétonnage doivent prévoir la fourniture au Maître
    d’ouvrage, avant le bétonnage, des résultats des essais rapides permettant la qualification des
    granulats conformément aux prescriptions de la norme P 18-542.


    Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR) et si les opérations de bétonnage s’étalent sur
    une période supérieure à deux mois, les procédures de bétonnage doivent prévoir la fourniture au
    Maître d’ouvrage, avant bétonnage, des résultats des essais visés par les chapitres 5, 6 ou 8 des
    « Recommandations pour la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction » du LCPC de juin
    1994. Ces essais doivent dater de moins de 2 mois.


    Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR), et dans le cas de changement des propriétés
    d’un des constituants du béton, les procédures de bétonnage doivent être modifiées, et prévoir la
    fourniture au Maître d’ouvrage avant bétonnage, des résultats des essais visés par les chapitres
    5,6 ou 8 des « Recommandations pour la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction » du
    LCPC de juin 1994.


    Ces essais doivent être conduits sur la formule modifiée.
    L’acceptation des résultats de tous les essais par le Maître d’ouvrage est une condition nécessaire
    à la levée des points d’arrêt avant bétonnage.


*   Bétonnage sous conditions climatiques extrêmes
    Le P.A.Q précise les dispositions à prendre en cas de bétonnage lorsque la température ambiante
    est négative ou durablement supérieure à 35°C et lorsque la température du béton est supérieure
    à 32°C pendant sa mise en œuvre.


*   Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel
    En cas de délai important entre la fabrication du béton et la fin de sa mise en œuvre, le P.A.Q
    précise les dispositions à appliquer ainsi que les modalités d’utilisation d’un retardateur de reprise.


    B. Autres constituants :
    B 1 : Assurance de la qualité pour les armatures de béton armé
    (Article 65 du fascicule 65A du CCTG)
    Les dispositions en matière d’assurance qualité pour les armatures de béton armé sont établies
    conformément à l’article 65 du fascicule 65A du CCTG.
    En complément des stipulations de l’article 65.1 du fascicule 65A du CCTG, le P.A.Q précise les
    caractéristiques et la provenance des dispositifs de raccordement des armatures de béton armé
    (manchons).



IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 31
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



     B 2 : Assurance de la qualité pour l’étanchéité

   La procédure de mise en oeuvre de l'étanchéité précise la nature et la compatibilité, vis-à-vis de
   l'étanchéité, des produits de cure utilisés.


   B 3 : Assurance de la qualité relative à la protection contre la corrosion
   La procédure d'exécution relative à la protection contre la corrosion est accompagnée de fiches de
   suivi des contrôles effectués par l'entrepreneur, et portant sur la préparation des surfaces.


   B 4 : Assurance de la qualité relative à la protection par galvanisation
   Toutes les procédures concernant les éléments protégés par galvanisation sont accompagnées
   des fiches de suivi des contrôles effectués par le galvanisateur. Ces fiches, qui portent notamment
   sur la vérification de l'épaisseur de la galvanisation et de son adhérence, sont remises au maître
   d’ouvrage, avant le départ des pièces de l'usine de fabrication.

   Le PAQ précise les modalités détaillées de réalisation de l'essai d'adhérence réalisé conformément
   aux prescriptions indiquées dans le sous-article "Prescriptions concernant la galvanisation" de
   l'article "composant et équipement divers : Spécifications communes" du fascicule 2 du présent
   C.C.T.P. Pour les pièces galvanisées puis mises en peinture, il explicite les dispositions adoptées
   pour garantir l'accrochage de la peinture (délai minimum entre la galvanisation et la mise en
   peinture, préparation de surface de l'acier galvanisé par dérochage, etc.).


   B 5 : Assurance de la qualité pour les dispositifs de retenue
   Le PAQ traite les points suivants :

      -     la définition du lot en relation avec les approvisionnements d'acier (avec les certificats de
            conformité de la qualité des aciers),
      -     la consistance de l'examen visuel,
      -     les essais (visuel, ressuage ou magnétoscopie, pesée, épaisseur de la galvanisation, etc.),
      -     les fiches de suivi du contrôle interne et externe,
      -     le traitement des non-conformités.


   B6 : Assurance de la qualité pour le rejointoiement et les reconstitutions locales
   Le PAQ définit :

      -     Le mode de dégarnissage des joints et la profondeur,
      -     le mode de rejointoiement utilisé,
      -     l'origine et la qualité des éléments pour reconstitutions locales.


   B7 : Assurance de la qualité du mortier utilisé pour le rejointoiement
   Le PAQ définit :

      -     la catégorie, la classe, la sous-classe, la provenance des ciments, et le dosage.
      -     la nature, le dosage et la provenance de la chaux dans le cas d'un mortier bâtard.
      -     la nature, le dosage et la provenance des adjuvants si besoin,
      -     les caractéristiques du sable employé et son dosage.




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 32
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



        -     La formulation du mortier (la quantité d’eau).


B8 : Assurance de la qualité pour les opérations de levage à la grue
   La procédure relative aux travaux de levage à la grue détaille :
        -     les caractéristiques des engins de levage,
        -     la position exacte de ces engins pendant les opérations de levage,
        -     les travaux préparatoires éventuellement nécessaires,
        -     les moyens prévus pour prendre, stabiliser et guider les éléments levés,
        -     la réalisation des appuis provisoires, s'il en est prévu,
        -     les dispositifs de calage et de contreventement éventuel des éléments une fois posée.


B9 : Assurance de la qualité pour les épreuves
   (art. 25 du fasc. 61 titre II du CPC)

   Le programme détaillé des épreuves, établi conformément aux prescriptions de l’article « Epreuves
   des ouvrages » du présent CCTP, comporte au moins les éléments suivants :

        -     pour chaque cas de charge, une fiche de suivi qui récapitule sur un croquis les positions des
              charges sur l'ouvrage,
        -     les endroits où les flèches doivent être mesurées, avec le rappel des flèches théoriques
              correspondantes.
   Une fois les épreuves réalisées, ces fiches de suivi sont intégrées au Procès Verbal des épreuves.

   La levée du point d'arrêt pour la réalisation des épreuves est subordonnée aux éléments suivants :

        -     acceptation des documents préalables à la réalisation des épreuves (programme des
              épreuves visées par le maître d’ouvrage),
        -     acceptation des dispositifs de mesure, des échafaudages et des passerelles (conformément
              au programme de charge),
        -     acceptation des fiches de pesée des véhicules.


B10 : Assurance de la qualité pour les appareils d'appui en caoutchouc fretté
    Acceptation des appareils d'appui
    Dans le cadre de son contrôle extérieur, le maître d’ouvrage s'assure de l'existence du marquage
    et relève le numéro du ou des lots correspondants.

    Dans le cadre de son contrôle interne, l'entrepreneur remet au maître d'ouvrage une fiche de suivi
    attestant :

    -       son contrôle de toute absence de défauts ou d'endommagements,
    -       son contrôle de la conformité des dimensions réelles aux dimensions portées sur les plans
            d'exécution de l'ouvrage.

    Pose des appareils d'appui
    Dans le cadre de son contrôle interne, l'entrepreneur remet au maître d’ouvrage une fiche de
    contrôle attestant de :

    -       la vérification du bon positionnement en place par rapport à l'emplacement prévu sur les plans,



IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A    Page 33
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



    -    l'absence de défaut de calage, notamment au niveau du bossage supérieur, et le parfait
         réglage des appareils d'appui glissants.
    Ces contrôles sont réalisés avant et après une éventuelle opération de libération par vérinage des
    déformations prises pendant le chantier.


   B11 : Assurance de la qualité pour les ouvrages provisoires
   (Art. 43 du fasc. 65A du CCTG)

        Le projet des ouvrages provisoires doit fournir le phasage détaillé et précis des opérations de
        mise en oeuvre et de chargement.
        Le projet doit faire apparaître clairement la conception en ce qui concerne les descentes de
        charges, les contreventements, le montage et le démontage, il doit également faire apparaître
        et justifier les profils utilisés, avant et après déformation, tant du point de vue de la conformité et
        de l'aspect de l'ouvrage fini que du comportement mécanique de l'ouvrage provisoire et de
        l'ouvrage lui-même.
        Les ouvrages provisoires sont dimensionnés en prenant en compte toutes les actions exercées
        dans les diverses phases de la construction.


        2.2.2.4 - Procédures d’exécution


a. Contenu :


   Les procédures d'exécution sont établies conformément aux prescriptions du présent C.C.T.P, et
   définissent notamment :
1. la partie des travaux faisant l'objet de la procédure considérée,
2. les moyens en personnel spécifiques à la tâche,
3. les moyens matériels spécifiques utilisés (dans les cas les plus fréquents, les moyens à décrire
    dans les différentes procédures sont ceux qui figurent aux commentaires de l'article susvisé),
4. les choix de l'entreprise en matière de matériaux, produits et composants (qualité, certification,
    origine, marque et modèle exact lorsqu'il y a lieu). Les matériaux et produits visés sont, dans les
    cas courants, ceux qui figurent aux commentaires de l'article susvisé,
5. les points sensibles de l'exécution (un point sensible est un point d'exécution qui doit
    particulièrement retenir l'attention en vue d'une bonne réalisation), par référence aux phases
    d'exécution des travaux, avec s'il y a lieu une description des modes opératoires et les consignes
    ou instructions particulières pour l'exécution,
6. le cas échéant, les interactions avec d'autres procédures et les conditions préalables à remplir
    pour l'exécution ultérieure de certaines tâches,
7. les modalités de contrôle interne,
8. la liste des documents annexés ou non à la procédure et utiles à l'exécution de la tâche.


b. Prescriptions particulières au contrôle interne :
   La partie du document traitant du contrôle interne explicite :



IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 34
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



1   pour les matériaux, produits et composants utilisés, soumis à une procédure officielle de
     certification de conformité, les conditions d'identification sur le chantier des lots livrés,
2   en l'absence de procédure officielle de certification ou lorsque, par dérogation, le produit livré ne
     bénéficie pas de la certification, les modalités du contrôle de conformité des lots en indiquant les
     opérations qui incombent aux fournisseurs ou sous-traitants,
3   la nature des contrôles et des intervenants,
4   les conditions d'exécution et d'interprétation des épreuves de convenance lorsque celles-ci sont
     prévues à l'origine ou s'avèrent nécessaires en cours d'exécution,
5   le modèle des documents, dits de suivi d'exécution, à recueillir ou à établir au titre du contrôle
     interne, ainsi que les conditions de transmission au Maître d’ouvrage ou de tenue à disposition,
6   les précisions sur la conduite à tenir en cas d'anomalies prévisibles,
7   les points de l'exécution qui doivent retenir une attention particulière et notamment les "points
     critiques, points de l'exécution qui nécessitent une matérialisation du contrôle interne et les
     "points d'arrêt", points critiques pour lesquels un accord formel du Maître d’ouvrage ou de son
     représentant est nécessaire à la poursuite de l'exécution.


    Le contenu de cette partie du P.A.Q satisfait aux prescriptions des autres articles du présent
    C.C.T.P et du C.C.T.G.


    En particulier, cette partie comprendra les fiches types de contrôle interne           que l'Entrepreneur
    compte utiliser au cours des travaux ; la réception, l'identification et le contrôle des
    approvisionnements porteront en particulier sur :
            les armatures pour béton armé,
            les constituants des bétons et des mortiers,
            les bétons prêts à l'emploi préparés en usine,
            les poutrelles préfabriquées
            les composants,
            les parois de coffrage,
            les chapes d’étanchéité,
            les dispositifs de sécurité (garde-corps),
            les systèmes de peinture et systèmes anti-corrosion à mettre en œuvre.


    Le suivi d’exécution portera principalement sur :
            l’implantation du tablier,
            l’exécution des travaux de démolition,
            l’exécution des travaux de décaissement et de terrassement,
            la mise en oeuvre des coffrages,
            la pose des poutrelles,
            le ferraillage,



IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 35
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



             le bétonnage de la dalle de recouvrement,
             la réalisation des éléments en béton armé,
             la mise en place des éléments préfabriqués,
             la qualité de nettoyage des parements de l’ouvrage,
             la qualité des parements,
             la mise en place des dispositifs de sécurité sur l’ouvrage et des superstructures,
             la mise en place des équipements (garde-corps, dispositif de drainage, joints de
              dilatation…),
             la mise en oeuvre de l’étanchéité sur l’ouvrage et sa protection,
             la réalisation des remblais contigus,
             la réalisation de l’enrobé,
             les épreuves de l’ouvrage,


   Le contrôle interne concerne aussi les éléments ci-après :


       tableau d’organisation des contrôles de conformité aux spécifications du C.C.T.P, ce tableau
            devra indiquer :
                  - un calpinage des ouvrages ou « partie d’ouvrage »,
                  - pour chacune de ces parties :
                     . le type de béton
                     . le volume à mettre en oeuvre
                     . les dates de bétonnage (dates prévues et effectives)
                     . les résultats des contrôles de consistance (valeurs objectives et valeurs
                       mesurées)
                     . les résultats des contrôles de conformité avec le nombre de prélèvement et le
                       nombre d’éprouvettes


       fiche de contrôle de la conformité du béton aux spécifications concernant les performances
            mécaniques demandées précisant :
                  - la partie d’ouvrage concernée
                  - les dates de bétonnage et de réalisation des essais
                  - le numéro de prélèvement
                  - les résultats des essais de compression, éprouvette par éprouvette
                  - la vérification de la conformité aux spécifications


       fiche d’identification de l’état du support de l’étanchéité
       fiche de contrôle de la conformité de l’étanchéité aux spécifications demandées


       fiche de contrôle de la conformité des parements aux spécifications demandées


       une synthèse du P.A.Q qui sera jointe au dossier d’ouvrage


IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.           Novembre 2009 – Indice A    Page 36
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



   Ces dossiers dressés sous l’autorité du responsable de la phase de travaux répondent à
   trois objectifs :


                    1. ils constituent le support de la matérialisation des différents contrôles effectués
                    2. ils permettent au Maître d’ouvrage de s’assurer que les travaux sont bien conformes
                        aux prévisions
                    3. ils offrent au gestionnaire de l’ouvrage, lorsqu’ils seront regroupés dans le dossier
                        de récolement, les moyens d’être informé sur les conditions d’exécution


   Ils seront constitués de fiches renseignées aux cours du déroulement de chaque phase de travaux
   qui permettront de recueillir les informations sur les conditions d’exécution et de noter, afin de les
   valider, les actions et les résultats du contrôle interne.


   Ces fiches comporteront, en outre, des informations sur les interventions des contrôles internes et
   extérieurs.


   La liste et les spécimens de ces documents seront arrêtés en concertation avec le Maître
   d’ouvrage lors de l’établissement de la note d’organisation générale (au stade de la mise au point
   du marché).


c. Phases d'établissement et d'application du P.A.Q :


                    Les documents constituant et appliquant le P.A.Q sont établis en plusieurs étapes :


    Remise des offres


      Présentation du cadre du P.A.Q. et des principales dispositions de la note d'organisation
      générale ainsi que la liste des procédures d'exécution prévues


    Signature du marché


                   Mise au point du cadre du P.A.Q. comprenant notamment :
                -     l'établissement de l'organigramme nominatif du chantier ainsi que la définition de la
                      qualification et des références des responsables,
                -     l'agrément par le Maître d’ouvrage de la liste des sous-traitants proposée par
                      l'entreprise au moment de la remise des offres, des sous-traitants et fournisseurs
                      désignés par l'entreprise pour les prestations explicitement visées dans le Règlement
                      de la Consultation.


                   Choix des modalités d'organisation et de fonctionnement du contrôle interne et
                notamment :
                -     l’entreprise proposera à l’agrément du Maître d’ouvrage, un chargé de la qualité ne
                      dépendant pas de la hiérarchie technique, ni de la gestion du chantier, mais



IGIOA.SAS                    Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.       Novembre 2009 – Indice A       Page 37
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



                    directement de la direction de l’entreprise ou de son service qualité, ou extérieur à
                    l’entreprise.

        Le « chargé de qualité » devra :


        1. planifier et développer un programme d’assurance de la qualité défini préalablement par le
                Maître d’ouvrage
        2. assister l’entreprise et ses sous-traitants pour l’établissement et la mise à jour des Plans
                d’Assurance de la Qualité
        3. promouvoir et organiser le contrôle interne
        4. contrôler la conformité des organismes avec le personnel présent sur le chantier
        5. établir mensuellement un rapport sur la qualité
        6. prévenir les blocages possibles de chantier dus aux points d’arrêt de gestion de la qualité


    Pendant la période de préparation des travaux


                 Mise au point du document d'organisation générale complété par les éléments ci-après :
                   épreuve de convenance
                   1. documents d’exécution

                 Etablissement de la liste des points critiques et points d'arrêt

                 Etablissement des procédures d'exécution correspondant aux premières phases des
                  travaux et préparation des cadres des documents de suivi


    En cours de travaux, mais avant toute phase d'exécution et conformément aux délais
      prescrits par le marché


                 Etablissement des autres procédures d'exécution

                 Préparation des documents de suivi d'exécution


    Pendant l'exécution


                 Renseignements et tenue à disposition sur le chantier des documents de suivi



    A l'achèvement des travaux


                 Regroupement et remise au Maître d'ouvrage de l'ensemble des documents du P.A.Q et
                  des documents de suivi d'exécution (ces documents n'entrent pas dans le champ
                  d'application de l'article 40 du C.C.A.G.) ; ces documents sont fournis en un seul
                  exemplaire facilement reproductible.




IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.         Novembre 2009 – Indice A    Page 38
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



2.2.3 - CONSISTANCE DU CONTROLE EXTERIEUR


Les missions du contrôle extérieur seront définies tâche par tâche, en fonction du genre de délégation
d'assurance de la qualité.


Les paragraphes suivants donne la trame indicative du contenu du contrôle extérieur appliqué au
chantier.



      2.2.3.1 - Validation du contrôle intérieur


Le Maître d'ouvrage s'assure du bon fonctionnement du contrôle intérieur et en particulier de
l'application effective du P.A.Q et de ses procédures d'exécution. La validation du contrôle intérieur
sera effectuée :

 Par validation des documents de suivi, d'essais et de contrôles fournis par l'Entrepreneur,

 Par des contrôles non contractuels de fréquence variable (ou "sondages") réalisés à la charge du
    Maître d'Ouvrage.

      2.2.3.2 - Contrôles de conformité


Parmi les contrôles de conformité visés ci-avant, on citera, au minimum :
-   la vérification des garanties données par la norme sur les ciments,
-   les essais complémentaires de réception des granulats,
-   les épreuves de contrôle supplémentaire relatives aux chapes d'étanchéité visées au présent
    C.C.T.P.,
-   le contrôle des éléments préfabriqués,
-   le contrôle des matériaux et des dispositions anticorrosion des équipements métalliques,
-   les contrôles d'implantation et de nivellement de la dalle et de l’ouvrage d’une manière générale,
-   les épreuves de contrôle et d'information sur l'évolution des caractéristiques mécaniques des
    bétons.

Les essais seront exécutés par le Laboratoire du Maître d'ouvrage et les résultats transmis
simultanément à l'Entrepreneur et au Maître d’ouvrage.


Ces contrôles ne dispensent pas l'Entrepreneur de son contrôle interne.

      2.2.3.3 - Points d'arrêts :
Au cours de l'exécution des travaux, le Maître d'ouvrage procédera à des contrôles préalablement
définis pour lesquels la poursuite des opérations par l'entreprise est subordonnée à son acceptation
prononcée dans un délai déterminé. Ces points de contrôle sont appelés "Points d'Arrêt" ; ils sont
associés à des délais de préavis, délais au-delà desquels l'entreprise peut poursuivre l'exécution en
l'absence de manifestation du Maître d’ouvrage.



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 39
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Pour les points d'arrêts liés à l'acceptation par le Maître d'ouvrage des résultats d'essai d'étude ou de
convenance d'éléments témoins, les délais de préavis seront de cinq jours travaillés (5).


Pour les points d'arrêts d'exécution récapitulés ci-après, sauf proposition particulière de l'Entreprise
acceptée par le Maître d'ouvrage ou son représentant, les délais de préavis et de levée seront les
suivants :


Désignation                                                                        Délais
                                                                                   Préavis        Levée
Implantation générale piquetage                                                    1 jours        1 jour
Réception de la signalisation temporaire de chantier                               1 jour         1 jour

Réception du fond de fouille des sommiers                                          1 jour         1 jour

Réception fin de coffrage (avant chaque bétonnage)                                 1 jour         1 jour

Réception fin de ferraillage (avant chaque bétonnage)                              1 jour         2 jours

Acceptation de la pose des appareils d’appuis                                      1 jour         1 jour

Réception des poutrelles préfabriquées                                             1 jour         1 jour

Réception des équipements (acceptation du système anti-corrosion)                  2 jours        3 jours

Acceptation de l’ensemble des documents et résultats d’essais permettant
de montrer la conformité de la chape d’étanchéité aux exigences du 1 jour                         1 jour
fascicule 67 titre I du CCTG,

Réception du support de chape                                                      1 jour         1 jour

Conformité de la chape                                                             1 jour         1 jour

Réception de des parements des appuis après nettoyage                              1 jour         1 jour

Réception de la reconstitution de maçonnerie                                       1 jour         1 jour

Acceptation d’un élément témoin des dispositifs de retenue avant le
                                                                                   1 jour         1 jour
lancement des opérations de fabrication

Réception des réglages avant scellement des éléments des garde-corps               1 jour         1 jour

Acceptation des fiches de contrôle de l’épaisseur de la galvanisation et de
                                                                                   1 jour         1 jour
son adhérence avant départ de l’usine de fabrication,

Acceptation du système de peinture sur site, avant l’enlèvement du                 5 jours        5 jours
matériel nécessaire à la mise en peinture
Assises des remblais techniques                                                    2 jours        2 jours

Contrôle de la nature des matériaux réutilisés                                     1 jour         1 jour

Réception de la plate forme du radier du canal                                     1 jour         1 jour

Réception de l’enrobé                                                              1 jour         1 jour




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A        Page 40
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




Réception des joints de chaussée et trottoirs                                      2 jours        2 jours

Autorisation de réaliser les épreuves de chargement sur ouvrage                    2 jours        5 jours


La liste définitive des points d'arrêt associée à leurs délais de préavis et de levée ainsi que la liste des
points critiques seront arrêtés définitivement dans le cadre de la mise au point du P.A.Q après
propositions de l'Entrepreneur et acceptation du Maître d’ouvrage.



ARTICLE 2.3 - PLAN ASSURANCE ENVIRONNEMENT

2.3.1 - GENERALITES
Dans le cadre de la réalisation des travaux de réhabilitation et d’élargissement de l’ouvrage,
l'entreprise établira un Plan Assurance Environnement (P.A.E.) qui sera soumis au visa du maître
d'ouvrage. Il est établi pour l'ensemble des travaux à réaliser.


2.3.2 - COMPOSITION DU PLAN D'ASSURANCE ENVIRONNEMENT
Le P.A.E. est constitué de :
  -   un document d'organisation générale présentant les éléments communs à l'ensemble du
      chantier concernant le préservation de l'environnent,


  -   un document ou plusieurs documents particuliers à une phase du chantier ou à une procédure
      d'exécution concernant les moyens et précautions mis en oeuvre pour la préservation de
      l'environnement


2.3.3 - ORGANISATION GENERALE
Le document d'Organisation Générale définit :
  -   le nom du responsable qui sera chargé de mettre en oeuvre le P.A.E. pour l'ensemble du
      chantier,
  -   les noms du ou des responsables au sein des entreprises co-traitantes ou sous-traitantes
      chargés, dans
  -   chaque entreprise, d'appliquer et mettre en oeuvre le P.A.E.,
  -   les moyens mis en oeuvre pour informer les personnels et les prestataires de service
      concernant l'application du P.A.E,
  -   les moyens mis en oeuvre pour organiser et appliquer le P.A.E.


2.3.4 - DOCUMENTS PARTICULIERS
Les documents particuliers recensent et identifient les nuisances à l'environnement pour chaque
phase de chantier ou procédure d'exécution.
Ils définissent, pour chaque nuisance recensée et identifiée :
  -   les mesures de protection correspondantes vis-à-vis de l'environnement
  -   les matériels et adaptations nécessaires
  -   les opérations nécessaires


IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A        Page 41
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



    -     les procédures d'alerte et d'intervention


Ces nuisances à l'environnement concernent :
    -     le bruit
    -     la qualité de l'air
    -     les risques de pollution des sols
    -     les risques de pollution de la nappe phréatique
    -     la gestion des déchets de chantier
    -     la préservation de la flore
    -     la préservation de la faune
    -     l'entrave à l'écoulement de l'eau
    -     l'aspect paysager
    -     les moyens mis en oeuvre pour organiser et appliquer le P.A.E.



ARTICLE 2.4 - PRESCRIPTION GENERALE RELATIVES AUX TRAVAUX
D’EXECUTION

2.4.1 - GENERALITES
L'attention de l'Entrepreneur est attirée sur les sujétions qui découlent du C.C.A.P. et notamment de
son article 8. L'Entrepreneur devra réaliser à ses frais les travaux rendus nécessaires par ces
sujétions.


Préalablement à la remise de son offre, l’Entrepreneur est censé avoir pris connaissance du site des
travaux.


2.4.2 - EMPLACEMENTS MIS A LA DISPOSITION DE L'ENTREPRISE
Les emprises nécessaires à la réalisation des travaux seront mises, en totalité, à disposition de
l'Entreprise, de sorte que ceux-ci soient réalisés dans les délais prescrits.


2.4.3 - INSTALLATION DE CHANTIER
L'installation du chantier comprend tous les travaux énumérés dans le bordereau de prix et l’ensemble
des prestations définies à l'article 1.1 de l'annexe D du fascicule 65A du CCTG, ainsi qu'à l'article 1.1
de l'annexe au texte "Définition technique des prestations" du fascicule 68 du CCTG, hormis celles
faisant l'objet d'un prix particulier.

Elles devront intégrer, en outre, les panneaux d’informations visés à l’article 31.14 du C.C.A.G
réalisés selon les caractéristiques suivantes :
-       cadre en particule mélaminée ou contre plaqué marine, bakélisé de 10 mm d’épaisseur minimale,
        fond blanc dont les dimensions seront fournies ultérieurement par le Maître d’ouvrage,
-       inscriptions réalisées par transferts autocollants
-       supports métalliques suffisants pour résister aux efforts du vent et dispositifs d’ancrage dans le sol
        de fondation.



IGIOA.SAS                       Igioa_09015_CG03         C.C.T.P.       Novembre 2009 – Indice A       Page 42
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



L’aire des installations générales de chantier ne devra pas servir d’aire de stockage au matériel de
l’entreprise ni d’aire de stationnement des engins de chantier.


2.4.4 - CLOTURES DE CHANTIER
Pendant toute la durée des travaux, le chantier et autres installations devront rester clos, pour ce qui
concerne les zones hors voies publiques.


Pour ce faire, l'Entrepreneur devra poser, avant tout commencement des travaux dans les emprises,
une clôture périphérique encadrant la totalité du chantier et des installations, conformément aux
prescriptions ci-après.
L'ensemble des clôtures devra être équipé et notamment au droit des voies publiques, de panneaux
indiquant que le chantier est interdit au public.


Les clôtures sont constituées de poteaux de 2 mètres de hauteur placés tous les deux mètres. Les
mailles du grillage employé ont pour dimensions maximales 10*10 cm. Une fois les clôtures
périphériques du chantier réalisées, toute clôture traversant l'emprise du chantier est déposée et
évacuée à une décharge autorisée, extérieure au chantier, et dont la recherche incombe à
l'entrepreneur.

Il devra, en outre, si le Maître d’ouvrage lui en fait la demande, compléter les clôtures existantes
par des clôtures provisoires.


2.4.5 - SIGNALISATION DU CHANTIER
L’Entrepreneur conserve à sa charge et sous sa responsabilité la signalisation temporaire                  du
chantier, de protection, de balisage des zones de travaux et de gestion du trafic.
L’Entrepreneur établira un dossier global de signalisation temporaire de chantier comprenant :

                                      e
-   un plan d’ensemble au 1/5000 de repérage des aires et des zones soumises à une signalisation
    temporaire,
-   un plan de chaque zone (accès, etc.) soumise à une signalisation particulière, accompagné des
    schémas de signalisation,
-   les noms et coordonnées des personnes responsables de la signalisation, pouvant être joints de
    jour comme de nuit, tout jour calendaire.


Ce dossier sera soumis à l’approbation du Maître d’ouvrage et au coordinateur SPS.
Les panneaux de signalisation temporaire du chantier à mettre en place par l’entreprise devront être
rétro-réfléchissants de classe II ; ils seront de taille « grande gamme » pour ceux implantés sur la
Route Nationale et de « gamme normale » pour ceux implantés sur les autres voies. Ils seront
implantés conformément aux indications de la première partie du Livre I de l’Instruction
Interministérielle sur la signalisation routière.


L’entreprise assurera la fourniture, la maintenance et l’entretien de l’ensemble de la signalisation
temporaire mise en place dans le cadre du chantier.



IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03             C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 43
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



2.4.6 - REMISE EN ETAT DES LIEUX
L’Entrepreneur sera tenu de remettre en état les lieux non concernés par les travaux.


Les constructions et installations, propres à l’entreprise, seront évacuées, tous les ouvrages bétonnés,
les aires, réseaux et fossés seront démolis et les produits évacués vers un dépôt définitif à la charge
de cette même entreprise (tout enfouissement in situ est à exclure).


En outre, la remise en état des lieux en fin de travaux comportera un nettoyage général des
emprises et des zones d’occupation temporaire. Tous les déchets, matériels ou matériaux sans
emploi (chute de ferraille ou de coffrage, bidons, pneus, sacs de ciment, fonds de malaxeurs, etc.)
seront ramassés et évacués en dépôt définitif quelles que soient les difficultés d’accès pour leur
récupération. La remise en état des lieux et le nettoyage général sont inclus dans le prix d’installation.


2.4.7 - LIEUX DE DEPOTS


   Lieux de dépôts définitifs :
     Les lieux de dépôts définitifs seront en priorité ceux proposés par le Maître d'ouvrage. Les lieux
     de dépôts supplémentaires seront à la charge de l'Entrepreneur, ils devront avoir fait l'objet des
     autorisations administratives éventuellement nécessaires. Ils seront soumis à l'agrément du
     Maître d'ouvrage.

   Lieux de dépôts provisoires :
    Les lieux de dépôts provisoires pour stockage des matériaux en vue d’une réutilisation ultérieure,
    seront constitués par les terrains situés dans les limites d’emprises des travaux pouvant être mis à
    la disposition de l’entreprise par le Maître d’ouvrage.


   Lieux de décharges :
     Les lieux de décharges seront à la charge de l'Entrepreneur et soumis à l'agrément du Maître
     d'ouvrage. Ils seront des lieux régulièrement autorisés et conformes au SOSED.


2.4.8 - GESTION ET SUIVI DES DECHETS
                                                                      er
En application de la loi n°92-646 du 13 juillet 1992 et depuis le 1 juillet 2002, relative à l’élimination
des déchets ainsi qu’aux installations classées pour la protection de l’environnement, certains
matériaux issus du fraisage non utilisés ou autres matériaux d’extraction et déblais de toutes natures,
seront considérés comme déchets et devront subir un traitement approprié en fonction de leur
catégorie conformément au guide du traitement et de valorisation des déchets du BTP.


L’ensemble des déchets doit être évacué, conformément au « SOSED » (schéma d’organisation et de
suivi des déchets). Ce traitement est rétribué à l’entreprise dans le présent marché aux prix concernés
dans le bordereau des prix et doit être accompagné de fiches de suivi.




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 44
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



2.4.9 - IMPLANTATION - PIQUETAGE


Les piquetages spéciaux et les piquetages complémentaires incombent à l’entreprise ; les travaux ne
pourront commencer que lorsque toutes les vérifications auront été faites (point d’arrêt).


Le plan d’implantation général remis à l’Entrepreneur et le piquetage général réalisé seront vérifiés par
l’Entrepreneur qui fera part de ses observations par écrit au Maître d’ouvrage ; ils seront, le cas
échéant, modifiés contradictoirement.


La conservation des sommets d’emprise, pôles de polygonale et repères sont à la charge de
l’Entrepreneur. En cas de destruction d’un élément, celui-ci sera rétabli par le géomètre du Maître
d’ouvrage aux frais de l’Entrepreneur.



ARTICLE 2.5 - ETUDES D’EXECUTION

2.5.1 - PROGRAMME DES ETUDES D'EXECUTION
(Art. 28.2 du CCAG, art. 33 et 34 du fasc. 65A du CCTG, art. III.1.3 et III.1.4. du fasc. 66 du CCTG )


L'Entrepreneur fournira un programme des études d'exécution.
Ce document comprendra :
     -   la liste prévisionnelle des documents à fournir,
     -   le calendrier prévisionnel de production de ces documents.


La liste énumère les documents dont la fourniture est nécessaire à la réalisation des ouvrages
provisoires et des ouvrages définitifs.


Elle est dressée en conformité avec le cadre des études tel qu'il est fixé au marché.


Le calendrier prévisionnel comporte :
     -   l’échéancier d'envoi des documents,
     -   les dates prévues ou souhaitées pour obtention des visas ou acceptations du Maître
         d’ouvrage.


Il est présenté sous la forme d'un diagramme à barres faisant ressortir les chemins critiques et les
marges.


2.5.2 - CONDITIONS D'ETABLISSEMENT DES ETUDES D'EXECUTION
Les dispositions de l'article 32.1. du fascicule 65A du CCTG sont applicables.


Les études d'exécution seront réalisées en une phase.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 45
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



       plans définissant les caractéristiques générales de l'ouvrage (implantation, coupes longitudinales
        et transversales)
       plan de superstructures,
       principe de la cinématique de construction,
       notes de calculs de stabilité générale donnant les efforts dans chacun des éléments constitutifs
        (provisoires ou définitifs) des ouvrages aux différentes phases de la construction,
       dessins de coffrage,
       notes de calculs de la résistance à la construction et en service,
       dessins de ferraillage, assortis du tableau de nomenclature et du métré correspondant.

 Modalité de remise des documents
    A chaque phase d'étude (ou pour chaque partie d'ouvrage) sera transmis simultanément
    l'ensemble des documents (notices descriptives - notes justificatives - plans) nécessaires à leur
    vérification et à leur visa par le Maître d'ouvrage.
    En cours d'exécution des travaux, l’Entreprise fournira tous les documents du programme
    d'exécution :
    -     en deux exemplaires au Maître d'ouvrage et un à son bureau de contrôle pour les opérations de
          vérification,
    -     en cinq exemplaires au Maître d’ouvrage et en un exemplaire au bureau de contrôle après "visa
          bon pour exécution" de ceux-ci.
    L'Entrepreneur établira une "liste des documents" constituant le dossier d'exécution qui sera
    régulièrement tenue à jour, et sur laquelle seront indiqués :
    -     le nom du bureau d'études (bureau d'études de l'Entrepreneur ou le bureau d'études sous-
          traitant),
    -     le nom de la personne de ce bureau d'études, responsable de l'étude.

 Pour chaque document


    -      le numéro,
    -      le titre complet,
    -      la date d'établissement,
    -      le ou les indices des modifications, avec les dates correspondantes,
    -      la ou les dates d'envoi au visa du Maître d'ouvrage,
    -      la date du visa.


    Ces mêmes indications devront être reproduites sur chaque document avec, en complément,
    l’indication succincte de la nature des modifications apportées à chaque indice.


 Dessins de coffrage
    Les dessins d'exécution concernant les coffrages devront préciser en complément à l'article 32.3.2
    du fascicule 65 A du C.C.T.G. :



IGIOA.SAS                   Igioa_09015_CG03             C.C.T.P.       Novembre 2009 – Indice A      Page 46
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



   -   les éléments géométriques et topographiques des voies concernées,
   -   l’environnement de l’ouvrage,
   -   les équipements,
   -   le calepinage des dispositifs de sécurité,
   -   les dispositions techniques particulières provisoires ou définitives,
   -   les reprises de bétonnage,
   -   la distribution des joints de coffrages,
   -   les chanfreins prévus aux angles aigus et droits,
   -   les dispositions envisagées en cas d’arrêt de bétonnage inopiné dans les différentes parties
       d’ouvrage,
   -   dans le cas d'éléments préfabriqués, leurs assemblages et les dispositions adoptées pour leur
        mise en place,
   -   les tolérances d'exécution des parties coulées sur chantier,
   -    la classe des parements,
   -    les tolérances concernant la mise en place des éléments préfabriqués,

 Dessins d'armatures de béton armé
   Les dessins d'exécution concernant les armatures devront préciser les points suivants en
   complément à l'article 32.3.3 du fascicule 65 A du C.C.T.G. :
   -   le recouvrement des armatures,
   -   les armatures laissées en attente au droit des reprises de bétonnage ; les reprises de
        bétonnage ; le traitement des attentes vis-à-vis de la sécurité,
   -   les dispositifs assurant le positionnement prévu des armatures,
   -   les réservations dans le béton,
   -   les différents enrobages,
   - les indications de diamètre, de nuance, d’espacements ainsi que le croquis de façonnage à
       proximité de chaque repère d’armatures.


   Chaque armature sera représentée et repérée au moins sur deux (2) vues prises dans des plans
   différents.


   Pour une série d’armatures de répartition, la première sera cotée par rapport au nu de coffrage.
   Les arrêts de barres et recouvrements d’armatures seront systématiquement côtés par rapport au
   nu de coffrage ou reprise de bétonnage.


   Les parties où le ferraillage est dense seront représentées par des détails cotés à grande échelle
   comportant outre les armatures passives, les cheminées de bétonnage et les cheminées de
   vibration.


   Ces détails devront permettre, par simple inspection visuelle, de justifier :




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 47
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



   de la possibilité géométrique de disposer les armatures dans leur agencement prévu,
   de la possibilité d’effectuer correctement la mise en place du béton.


    Chaque dessin d’armatures sera accompagné d’un ou de plusieurs tableaux récapitulatifs des
    armatures utilisées (ou nomenclatures) :


    Chaque tableau devra indiquer, pour chaque armature :
   Le numéro de repérage,
   Le diamètre,
   L’espacement,
   Le nombre d’armatures semblables,
   Le nombre de groupes d’armatures identiques,
   La longueur développée (longueur à couper),
   Le croquis coté du tracé géométrique,
   L’indication éventuelle de la position de l’armature (lit inférieur, supérieur, 1er, 2ème, etc..),
   Le diamètre des mandrins de cintrage,


    De plus, il indiquera également :
   Le poids total par diamètre et par nuance,
   Le poids total des armatures prévues à l’ensemble du plan (acier doux, H.A., total général).
    L’indication « longueur variable », tant dans la longueur développée que dans le croquis côté du
    tracé géométrique, ne sera tolérée qu’à la condition d’indiquer les longueurs extrêmes (minimales
    et maximales) et les variations.


    Des armatures de même diamètre, de même forme et de même longueur, mais situées dans les
    parties différentes de l’ouvrage devront porter des numéros de repérage différents.


2.5.3 - BASES DES ETUDES D'EXECUTION
L'entrepreneur est tenu de fournir un document définissant les bases de ses études dont la
consistance doit être conforme à l'article 32.2. du fascicule 65A du CCTG.


Tous les calculs justificatifs sont à la charge de l'entrepreneur.


Tous les calculs doivent être menés avec les fascicules du Cahier des Clauses Techniques Générales
( CCTG ) approuvé par le décret n° 2000-54 du 15 juin 2000 et par la circulaire n° 2000-59 du 02 août
2000 s’y référant.


Les études d’exécution doivent prendre en compte le phasage des travaux.


Les règles de calcul à appliquer pour les justifications des ouvrages sont les suivantes :




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A          Page 48
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



A - REGLEMENTS DE CALCUL ET TEXTES REGLEMENTAlRES


A.1 – Textes généraux
De manière générale, les justifications relatives aux études d'exécution sont issues des textes
énumérés suivants :

           -    Fascicule 61 - TITRE II approuvé par arrêté du 28 décembre 1971 et annexé aux circulaires
                n° 71.155 du 29 décembre 1971 et n° 71.156 du 30 décembre 1971 modifié par la circulaire
                80.52 du 8 décembre 1980.
           -    Fascicule n° 62 titre 1er - Section I du CCTG : "Règles techniques de conception et de calcul
                des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites" (BAEL
                91 révisé 99) ;
           -    Fascicule n° 62 titre V du CCTG : "Règles techniques          de conception et de calcul des
                fondations des ouvrages de génie civil" ;
           -    Fascicule n° 65A du CCTG et son additif : "Exécution des ouvrages de génie civil en béton
                armé ou en béton précontraint par post-tension" (pour quelques données de calculs) ;
           -    Fascicule n° 62 titre V du CCTG : "Règles techniques          de conception et de calcul des
                fondations des ouvrages de génie civil" ;
           -    Fascicule n° 68 du CCTG : "Exécution des travaux de fondation des ouvrages de génie
                civil" ;
           -    Circulaire n° 79.25 du 13 mars 1979 concernant l'instruction technique sur les directives
                communes de 1979 relatives au calcul des constructions.
           -    Fascicule n° 2 du CCTG : "Terrassements généraux" ;
           -    Fascicule n° 25 du CCTG : "Exécution des corps de chaussée " ;
           -    Fascicule n° 61 du CPC
           -    Fascicule n° 64 du CCTG : "Travaux de maçonnerie d’ouvrages de génie civil" ;
           -    Fascicule n° 65-A du CCTG : "Exécution des ouvrages de génie-civil en béton armé" ;
           -    Fascicule n° 68 du CCTG : "Exécution des travaux de fondations des ouvrages de génie
                civil" ;


De plus, l’Entrepreneur respectera les indications données dans les dossiers du S.E.T.R.A (et leurs
remises à jour) à savoir, principalement :
   -       Recommandations pour la prévention des désordres dus à alcali réaction (S.E.T.R.A – L.C.R.C
           de juin 1994)

A 2 - NORMES

       -       NF EN 206-1        Sept 2004- Béton - Spécifications performances, production et conformité -
               EN 206-1

       -       GA P18-902      Mai 2004- Guide d'application - Produits et systèmes pour la protection et la
               réparation de structures en béton - Recommandations pour la sélection des systèmes de
               protection de surface des bétons destinés aux ouvrages de génie civil -P18-902

       -       DTU P18-702 Février 1999 Règles BAEL 91, révisées 99. Règles techniques de conception
               et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites
                               P18-702



IGIOA.SAS                    Igioa_09015_CG03                C.C.T.P.      Novembre 2009 – Indice A     Page 49
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




       -    DTU P18-702/A1 Février 2000 Règles BAEL 91 - Règles techniques de conception et de
            calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites -
            Modificatif n° 1 P18-702/A1

       -    NF P95-107       Avril 2002    Ouvrages d'art - Réparation et renforcement des maçonneries -
            Spécifications relatives aux techniques et aux matériaux utilisés P95-107

       -    NF P15-108     Décembre 2000 - Liants hydrauliques - Liants hydrauliques routiers -
            Composition, spécifications et critères de conformité - P15-108


De plus, l’Entrepreneur respectera les indications données dans les dossiers du S.E.T.R.A (et leurs
remises à jour) à savoir, principalement :
   -       Recommandations pour la prévention des désordres dus à alcali réaction (S.E.T.R.A – L.C.R.C
           de juin 1994)


A.3 – Règles relatives aux ouvrages en béton armé
Les calculs seront menés selon les règles techniques de conception et de calcul des ouvrages en
béton armé suivant la méthode des états limites (règles BAEL 91, révisées 99 : fascicule 62 TITRE 1,
section 1 du C.C.T.G.).


Il ne sera pas prévu de vérification supplémentaire à l'état limite de fatigue.
(BAEL article A.1.2)


Les pièces en béton armé seront justifiées en considérant la fissuration préjudiciable.


Les imperfections géométriques des pièces en béton armé sont celles du B.A.E.L, article A.4.4.3.


Les déformations seront évaluées comme indiqué pour les cas courants. (BAEL - article 4.4.3.2)


A.4 – Règles relatives aux ouvrages provisoires
Les justifications des ouvrages provisoires sont menées selon les règles définies par l'annexe A1 au
fascicule 65 A du C.C.T.G.

B - ACTIONS ET SOLLICITATIONS


B.1 – Charges permanentes :
Elles sont notées CP. On distingue celles de poids propre et celles provenant des équipements du
tablier.


B.1.1 - Poids propre des structures
On évalue à partir des valeurs probables, les sollicitations d'origine pondérale au cours des diverses
phases de construction, en tenant compte, s'il y a lieu, du poids des épaississements locaux,
bossages, etc. ...


Les effets du poids propre sont calculés sur la base des dessins de coffrage en attribuant :



IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03            C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 50
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



                                                                      3
   -       au béton armé  une masse volumique de 2.50 t/m
                                                                  3
   -       à l’acier        une masse volumique de 7.85 t/m
                                                                      3
   -       maçonnerie        une masse volumique de 2.60 t/m


Par adaptation des Directives Communes 1971, il n’est considéré qu’une seule valeur caractéristique
du poids propre, égale à la valeur probable, mais l’action des charges permanentes défavorables est
pondérée par 1.35 (au lieu de 1.32) dans les combinaisons d’actions à l’état limite ultime.


B.1.2 - Equipements et superstructures du tablier
Les actions dues au poids propre des équipements fixes de toutes natures seront prises en compte
avec leur valeur caractéristique maximale ou minimale évaluée en se conformant aux dispositions des
Directives Communes.
On prendra en compte les équipements suivants :
                                                                  3
   -       chapes d'étanchéité, épaisseur 1 cm, densité 2,4 t/m ,
   -       Les valeurs caractéristiques maximales et minimales sont obtenues par application, pour la
           chape épaisse, les fractions forfaitaires sont de +20% et -20%.
   -       chaussée (couche de roulement) : son poids est évalué par mètre.


L'épaisseur nominale est : celle précisée sur les plans contractuels.
                             3
La densité est de 2.4 t/m . En l’absence de données sur le rechargement ultérieur de la chaussée il
sera fait application de DC 79 (charge majorée de 40% et minorée de 20%), applicable à l’épaisseur
nominale du revêtement de chaussée prévu au projet d’exécution.


       -     Le garde-corps, dont le poids propre est pris conforme à la norme en vigueur,
Les autres équipements (fixations diverses, bordures de trottoirs, contre-bordures, longrines, béton de
remplissage des trottoirs, caniveaux, …) dont le poids est évalué à partir des plans d’exécution ou
selon les valeurs données par les catalogues.
De façon générale, les fractions forfaitaires à appliquer aux équipements et superstructures sont de
+/- 5% ; pour les éléments préfabriqués en béton, l'entrepreneur applique les fractions forfaitaires de
+/- 3%.


B.2 – Effet de la température

a) Variations uniformes de températures appliquées à l'ensemble de la structure


   Les structures sont soumises aux augmentations ou aux diminutions de température prévues dans
   le commentaire de l'article 4.2.4 des Directives Communes relatives au calcul des constructions.


   La valeur du coefficient de dilatation thermique du béton et des aciers de toute nature est fixée à
   10-5 m/m/°C dans les calculs.

   Les effets de la température sont regroupés en deux types de cas de charge :
       -      les cas de charge rares
       -      les cas de charge fréquents


IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03             C.C.T.P.           Novembre 2009 – Indice A    Page 51
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



b) Variations uniformes de la température
    Les cas de charge rares de variation uniforme de la température correspondent à des écarts de +
    30°C, - 40°C.


    Les cas de charge fréquents correspondent à 60 % des cas de charge rares lorsque la dilatation
    est cumulée à l’effet de charges d’exploitation (ELS rare), et à 50 % des cas de charge rares
    lorsque la dilatation est considérée seule (ELS fréquent).
    Ces cas de charge sont calculés en utilisant la valeur instantanée du module du béton.
    Pour les appareils d'appui en caoutchouc fretté, le calcul est conduit avec le module statique des
    appareils d'appui.


c) Cumul des cas de charges thermiques aux charges d’exploitation
    L’Entrepreneur note Tf l’enveloppe des cas de charge thermiques fréquents, Tr l’enveloppe des
    cas de charges thermiques rares.


    Cumul à l’ELS Fréquent :
         -        l’entrepreneur cumule Tf à l’état à vide


    Cumul à l’ELS Rare :
         -        l’entrepreneur cumule Tr à l’état à vide
         -        l’entrepreneur cumule Tf à l’état à vide et aux charges routières rares


    Cumul à l’ELU :
         -        l’entrepreneur cumule 1,35 Tr à l’état à vide pondéré à l’ELU
         -        l’entrepreneur cumule 0,8 Tr à l’état à vide et aux charges routières pondérées à l’ELU


d) Effets du retrait et du fluage

    Les effets du retrait du béton armé sont calculés conformément au paragraphe A.2.1.22 du BAEL
    91        révisé    99    en     utilisant   un   raccourcissement   unitaire   final   du   béton   égal   à
             -4
    3.10 .


B.3 – Charges routières
Les charges à prendre en compte sur l’ouvrage sont celles définies au TITRE II du fascicule 61 du
C.C.T.G : « conception, calcul et épreuves des ouvrages d'art ».
                               ème
-   L’ouvrage est de 3               classe au sens du fascicule 61 titre II du CPC.

-   Charges routières : Les charges routières de type A et B sont applicables sur l'ouvrage.

-   Charges sur trottoirs : Les charges de trottoirs sont applicables sur l'ouvrage.

-   Charges militaires : sans objet.

-   Charges exceptionnelles : sans objet.




IGIOA.SAS                     Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.       Novembre 2009 – Indice A      Page 52
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



B.4 – Actions transmises par les dispositifs de retenue (actions accidentelles)

*   Charges sur les garde-corps
    Les garde-corps sont censés pouvoir transmettre à la structure, au droit de chacun de leur support,
    les moments ultimes de résistance des ouvrages, calculés suivant les stipulations de l’article 5.3 de
    la norme XPP 98-405.


B.5 – Charges dur Remblais
Les charges sur remblais telles qu’elles sont définies à l’article 8 du fascicule 61 – Titre II du C.P.C
sont applicables.


En complément de l’article 8 du fascicule 61 – tire II du C.P.C, l’Entrepreneur considèrera sur les
remblais retenus par les murs, une charge de compactage uniforme, pondérée vis-à-vis des E.L.S,
d’une tonne par mètre carré, répartie sur toute la surface des terres retenues.


B.6 – Efforts horizontaux transmis par le tablier aux appareils d'appui
La répartition des efforts horizontaux entre les divers appuis est calculée en prenant en compte les
raideurs réelles des appareils d'appui, des appuis et des fondations.


C- MODE DE JUSTIFICATION DES OUVRAGES


C.1 - Enrobage
L'enrobage de toute armature passive sera au-moins égal à son diamètre nominal et au minimum de
30 mm (40 mm pour les parties d’ouvrages en fondation).


C.2 – Justification de l’ouvrage
Le titulaire du marché est tenu de justifier phase par phase les différentes parties de l’ouvrage (tablier
en Béton armé et appuis) conformément aux textes règlementaires et aux normes en vigueurs définis
ci-dessus.

La note définissant les bases des études d'exécution rappelle l'ensemble des prescriptions de calcul
fournies dans le présent marché et les complète au besoin suivant les propositions techniques de
l'entrepreneur.

Ces propositions ne doivent pas remettre en cause les clauses du marché et sont conformes aux
directives de conception et de calcul en vigueur.


C.3 - Dispositifs de retenue
Les dispositifs de retenue sont calculés conformément aux prescriptions du chapitre IV du fascicule 61
titre II du CPC et aux normes homologuées en vigueur.

Les garde-corps pour piétons sont soumis aux conditions normales et courantes d'utilisation,
conformément à la norme XP P 98-405.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 53
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



D. JUSTIFICATION DES APPAREILS D’APPUI


D.1 - Généralités
Pour la détermination des réactions d'appui verticales au niveau des appareils d'appui, il est tenu
compte des coefficients de répartition transversale.

L'entrepreneur tient également compte des coefficients de majoration dynamique des charges
d'exploitation.

Pour la justification des appareils d'appui sur culées, ces dernières sont supposées bloquées par les
dalles de transition frottant dans les remblais, et donc non déplaçables.


D.2 - Compléments concernant les appareils d’appui en caoutchouc fretté
Les dimensions des appareils d'appui en caoutchouc fretté sont justifiées par application des chapitres
3 et 4 du document intitulé "Appareils d'appui en caoutchouc fretté : Guide technique", édité par le
SETRA en septembre 2000.

E. JUSTIFICATION DES FONDATIONS
E.1 - Généralités
De manière générale, les justifications sont menées conformément aux règles du BAEL 91 révisé 99.

Pour les fondations, la fissuration est considérée comme préjudiciable.

Pour les sommiers, la fissuration est considérée comme préjudiciable.

Les justifications relatives aux fondations sont conduites conformément aux règles du fascicule 62 titre
V du CCTG.


E.2 - Justification des sommiers
Pour justifier la stabilité et le ferraillage des sommiers, l'entrepreneur s'inspire des principes et règles
de calcul de la pièce 1.3.2 du document "Piles et palées : PP73 - Dossier pilote" édité par le SETRA
en 1977 actualisé en 1983.

Les sections béton armé seront justifiées par un béton C30/37 en fissuration préjudiciable.


E.3- Justification des fondations superficielles
Les justifications des fondations superficielles sont menées conformément aux règles décrites dans le
fascicule 62 titre V du CCTG. Il est notamment effectué un calcul avec prise en compte des réactions
du sol pour la détermination des efforts et des déplacements des fondations.

Les hypothèses pour les calculs des fondations superficielles, conformes aux prescriptions fascicule
62 titre V du CCTG, sont fixées à la suite de reconnaissances géotechniques données dans le rapport
joint au présent CCTP.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 54
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



F. – Justification des joints de dilatation
La détermination du souffle des joints de chaussée est faite selon la méthode exposée dans le
document "Joint de chaussée des ponts-routes - Document technique" édité par le SETRA en 1986.

Les distances entre les parties béton doivent respecter à tout moment de la vie de l'ouvrage, la valeur
minimale de 30mm.

Le réglage des joints de chaussée est déterminé en tenant compte de la température et des
déformations différées déjà effectuées au moment de la pose.


G. – Justification des murs de soutènement en béton armé
L’entrepreneur s'inspire des principes de calcul du document "Ouvrages de soutènement : Guide de
conception générale" édité par le SETRA en 1998 pour justifier la stabilité externe des murs de
soutènement et des indications du BAEL 91 révisé 99 pour justifier leur ferraillage. Il est rappelé que
le fascicule 62 titre V du CCTG ne s’applique pas aux murs de soutènement.

La fissuration est considérée comme préjudiciable.

L'entrepreneur retient en particulier les hypothèses suivantes :

      -     Les charges sur remblai derrière les murs ; Elles sont conformes aux stipulations du sous-
            article intitulé "Charges sur les remblais" du présent CCTP.
      -     Les efforts transmis par les dispositifs de retenue en tête du mur ; Ils sont conformes aux
            stipulations du sous-article intitulé "Actions transmises par les dispositifs de retenue" de
            l'article intitulé "Actions et sollicitations" de ce chapitre du présent CCTP. Ces efforts se
            cumulent aux autres efforts dus à la poussée des terres, et sont à reprendre, sans
            pondération supplémentaire, par la structure selon les conditions normales d'utilisation
            (ELS), la contrainte dans les aciers passifs étant limitée aux deux tiers de leur limite
            élastique.


Le calcul des murs comporte une estimation des déplacements prévisibles liés aux déformations de la
structure en béton armé et aux tassements des sols de fondation.


2.5.4 - COMBINAISONS D’ACTIONS
Les combinaisons d'actions suivantes sont étudiées, en complément éventuel des combinaisons
d'actions définies dans les cahiers des clauses techniques générales.

      2.5.4.1 - Définition
L'entrepreneur désigne par :

   Gmax = l'ensemble des actions permanentes défavorables

   Gmin = l'ensemble des actions permanentes favorables

   Tf = actions dues aux effets thermiques fréquents d'ensemble

   TR = actions dues aux effets thermiques rares d'ensemble




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 55
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



   FA = action accidentelle

   Qr = actions dues aux charges routières sans caractère particulier

   Qrp = actions dues aux charges routières de caractère particulier

   We = action du vent en situation d'exécution

   Ws = action du vent en service

   Qpra = actions aléatoires dues aux charges de chantier en construction

   Qprc = actions connues dues aux charges de chantier en construction



      2.5.4.2 - Combinaisons d’actions à l’état limitent de service


        En service, combinaisons rares

    L'entrepreneur considère les combinaisons d'actions suivantes :

    Gmax + Gmin + 1,2 Qr + Tf

    Gmax + Gmin + Qrp

    Gmax + Gmin + TR

    Gmax + Gmin + Ws



        En service, combinaisons fréquentes

    L'entrepreneur considère les combinaisons d'actions suivantes :

    Gmax + Gmin + 0,72Qr

    Gmax + Gmin + Tf



        En phase de construction

    L'entrepreneur considère les combinaisons d'actions suivantes :

    Gmax + Gmin + Qpra + Qprc + We + Tf

    Gmax + Gmin + Qpra + Qprc + TR



      2.5.4.3 - Combinaisons d’actions à l’état limite ultime de résistance


        Combinaisons fondamentales, en service

    L'entrepreneur considère les combinaisons d'actions suivantes :

    1,35 Gmax + Gmin + 1,35 Qrp

    1,35 Gmax + Gmin + 1,6 Qr + 0,8 TR



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 56
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



    1,35 Gmax + Gmin + 1,5 Ws

    1,35 Gmax + Gmin + 1,35 TR



           Combinaisons fondamentales, en phase de construction

    L'entrepreneur considère les combinaisons d'actions suivantes :

    1,35 Gmax + Gmin + Qprc + 1,50 We + 1,3 Qpra

    1,35 Gmax + Gmin + Qprc + 1,50 Qpra + 1,3 We



           Combinaisons accidentelles

    L'entrepreneur considère la combinaison d'actions suivante :

    Gmax + Gmin + FA



      2.5.4.4 - Équilibre statique
En phase de construction, il convient de vérifier l'équilibre statique de la structure.

Dans toutes les phases de montage, la stabilité de la structure de l'ouvrage en ossature mixte doit être
assurée.

L'équilibre statique doit être assuré sous la combinaison d'actions suivante :

    1,05*G2 + 0,95*G1 + 1,2* Q2 + 0,8*Q1

    où :

        -    G1 et Q1 sont la fraction de poids propre et la fraction de charge de montage favorables à
             l'équilibre,
        -    G2 et Q2 sont la fraction de poids propre et la fraction de charge de montage défavorables à
             l'équilibre.
Dans tous les cas, en phase de lancement de l'ossature, l'entrepreneur prend une erreur de
positionnement longitudinal du tablier d'un mètre.



ARTICLE 2.6 - DOSSIER DE RÉCOLEMENT DE L’OUVRAGE

(Art. 40 du C.C.A.G., art. 32.4 et 103 du fasc. 65-A du C.C.T.G, art. 111.14 du fasc. 66 du CCTG)
Le dossier de récolement comprendra :
        -    le programme et le calendrier réel d'exécution des travaux,
        -    les plans et notes de calculs mises à jour,
        -    les comptes-rendus d'incident et les calculs éventuels les accompagnant,
        -    les fiches de non-conformité,
        -    le P.A.Q définitif accompagné de tous les résultats des contrôles, épreuves et essais divers.
Avant la réception des travaux, l'entrepreneur remet au maître d’ouvrage trois (3) exemplaires papier
des documents conformes à l'exécution et un (1) exemplaire sur support informatique (cd rom).


IGIOA.SAS                   Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.    Novembre 2009 – Indice A       Page 57
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




             CHAPITRE 3 - PROVENANCE, QUALITE ET
                   PREPARATION DES MATERIAUX




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 58
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




ARTICLE 3.1 - GENERALITES CONCERNANT LES MATERIAUX ET COMPOSANTS

3.1.1 - GENERALITES
Les différents matériaux, composants ou équipements, entrant dans la composition de l’ouvrage ou
présentant des incidences sur l’aspect définitif, seront proposés par l'Entrepreneur ; ils seront définis
par leurs caractéristiques, leur conditionnement et leur provenance.


Le Plan d'Assurance Qualité (P.A.Q.) définira les modalités de présentation à l'acceptation du Maître
d’ouvrage lorsque celles-ci ne sont pas fixées au marché.


Il est rappelé, conformément à l’article II.1 du fascicule 66 du C.C.T.G et aux articles 21 à 25 du
C.C.A.G que :
L’acceptation des matériaux, produits et composants sera subordonnée :
   -    aux résultats du contrôle interne, dont les modalités seront définies dans le P.A.Q de
        l’entreprise
   -    aux résultats du contrôle extérieur


Dans l’exercice du contrôle extérieur, le Maître d‘ouvrage pourra être amené à :
   -    s’assurer de l’exercice du contrôle interne
   -    exécuter les essais qu’il juge utiles
   -    faire procéder à des prélèvements conservatoires


en cas d’anomalies constatées sur les matériaux, produits, composants et équipements avant
leur mise en place dans l’ouvrage au niveau du contrôle interne, ou dans le cadre du contrôle
extérieur, il sera fait application des articles 39 et 44 du C.C.A.G.


3.1.2 - CONFORMITE AUX NORMES, MARQUES ET AVIS TECHNIQUES FRANÇAIS
       3.1.2.1 - Possibilités d’équivalence
Le présent C.C.T.P prévoit que certains produits ou services doivent être conformes à des
normes françaises non issues de normes européennes.


L’Entrepreneur pourra proposer d’autres produits ou services à condition d’une part, qu’ils
soient conformes à des normes en vigueur dans d’autres Etats membres de l’espace
économique européen et d’autre part, qu’ils soient acceptés par le Maître d’ouvrage, ce dernier
restant seul juge de l’équivalence.


Le présent C.C.T.P prévoit également que certains produits ou services doivent être titulaires
soit d’une marque de qualité française (marque NF ou autre), soit d’un avis technique, d’un
agrément ou d’une homologation émise par un organisme public français (SETRA, LCPC,
CSTB, etc.).
L’Entrepreneur pourra proposer d’autres produits ou services à condition que ceux-ci bénéficient de
modes de preuves en vigueur dans d’autres Etats membres de l’espace économique européen



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.         Novembre 2009 – Indice A      Page 59
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



attestés par des organismes accrédités par des organismes signataires des accords dits « E.A » ou, à
défaut, fournissant la preuve de leur conformité aux normes de la série NF EN 45-000. Ces produits
ou services devront également être acceptés par le Maître d’ouvrage, ce dernier restant seul juge de
l’équivalence.


      3.1.2.2 - Acceptation ou refus du Maître d’ouvrage d’une équivalence
En complément à l’article 23 du C.C.A.G.T, pour toute demande d’équivalence d’un produit ou service,
le titulaire devra fournir au moins deux mois avant tout début d’approvisionnement ou mise en œuvre,
les éléments (échantillons, notices techniques, résultats d’essais, etc.) nécessaires à l’appréciation de
l’équivalence du produit ou service proposé au produit ou service requis. Ces éléments seront à la
charge de l’Entrepreneur et pour les documents, rédigés en langue française.


Le Maître d’ouvrage disposera d’un délai de trente jours à partir de la livraison de ces éléments pour
accepter ou refuser ce produit. Son acceptation sera fondée sur le respect des exigences définies dans
la norme française ou dans le règlement de la marque de qualité, de l’avis technique, de l’homologation
ou de l’agrément requis qui constitueront toujours la référence technique.


Tout produit ou service pour lequel l’équivalence aurait été sollicitée et qui serait livré sur le chantier ou
engagé sans respecter le délai précité sera réputé être en contradiction avec les clauses du marché et
devra donc être immédiatement retiré ou interrompu au frais de l’Entrepreneur sans préjudice des frais
directs ou indirects de retard ou d’arrêt de chantier.



ARTICLE 3.2 - MATERIAUX POUR REMBLAI

3.2.1 - REMBLAIS DIVERS
(Fasc. 2 du CCTG, norme NF P 11-300)
Les matériaux d'emprunt servant de remblais contigus à l’ouvrage doivent avoir les caractéristiques
suivantes :
      -     classification : classes B31, C1B31, C2B31, D21, D31, R21, R41 ou R61 telles que définies
            à l'article 5 de la norme NF P 11-300,

      -     diamètre du plus gros élément : au moins vingt (20) millimètres et au plus cent (100)
            millimètres,

      -     objectif de densification : niveau q4 pour les remblais de fouilles et niveau q3 tels que définis
            à l'article 6.2.5 de la norme NF P 98-331.

Le remblai sera composé d’un matériau d’apport insensible à l’eau au sens du guide technique 0/100
à mettre à l’arrière des murs en maçonnerie à reconstruire et les quarts de cônes contigus aux culées
de l’ouvrage.

Le module de déformation en arase supérieure EV2, mesuré par essai de plaque ou équivalence
dynaplaque, devra être au moins égal à 80 MPa.

L'entrepreneur doit fournir au maître d’Ouvrage les bons d'identification de chaque matériau.
Les matériaux sont soumis avant emploi à l'acceptation du maître d’Ouvrage.




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03                C.C.T.P.      Novembre 2009 – Indice A       Page 60
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



3.2.2 - COMBLEMENT DES VIDES OU TROUS DE TOUTE NATURE
(Article 17.8 du fascicule 2 du CCTG)


Les trous résultant de la démolition des murs en retours existant, seront comblés avec des matériaux
de remblai suivant les prescriptions du G.T.R.


3.2.3 - GRAVE CIMENT
(Fasc. 25 du CCTG, norme NF P 98-116)
La grave ciment à mettre en oeuvre à l’arrière des gardes grèves des culées est une grave ciment
0/20.


        3.2.3.1 - Caractéristiques des granulats
(Norme XP P 18-540, NF P 98-116)
Les caractéristiques minimales des granulats doivent être :
    o    catégorie E pour les caractéristiques intrinsèques des gravillons,
    o    catégorie IV pour les caractéristiques de fabrication des gravillons,
    o    catégorie c pour les caractéristiques de fabrication des sables.
    o    L'indice de concassage (Ic) des granulats est supérieur ou égal à 30.

     3.2.3.2 - Qualité du ciment
(Norme NF P 15-301)
Le liant utilisé est un ciment de classe 32,5 répondant aux spécifications de la norme NF P 15-301.


     3.2.3.3 - Eau
(Norme NF P 98-100)
L'eau utilisée, tant pour le malaxage des matériaux que pour leur arrosage, doit être conforme aux
spécifications de l'article 6.4 de la norme NF P 98-116.


      3.2.3.4 - Caractéristiques du mélange
Le fuseau de spécification est celui de classe 2 défini à l'article 7.2 de la norme NF P 98-116.
La classe de performances mécaniques est G1 telle que définie dans la norme NF P 98-116.
Le délai de maniabilité de la grave ciment est de selon les conditions définies à l'article 6.3.3.3 de la
norme NF P 98-115.

ARTICLE 3.3 - DRAIN
Les drains de diamètre 160 mm prévus dans le marché seront constitués par des éléments en PVC
rigide. L’assemblage des drains, de même catégorie, sera réalisé soit par emboîtement, soit par
manchonnage ; dans les deux cas un collage sera effectué.
Ils seront protégés par une « chaussette » de géotextile conformément au Bordereau de Prix.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 61
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



ARTICLE 3.4 - ARMATURES EN ACIER POUR BÉTON ARMÉ

(Cf. Fascicule 65 A - Article 6)

3.4.1 - GENERALITES
Toutes les armatures de béton armé utilisées seront soudables. Le recours à des armatures
conformes aux spécifications de la norme NFA 35-017 sera ainsi interdit.


Les armatures utilisées seront conformes aux normes en vigueur et seront admises à l’usage de la
marque NF-AFCAB.


Si l’Entrepreneur a recours à une usine d’armatures industrielles pour le béton, celle-ci devra
bénéficier d’un certificat NF-AFCAB précisant les catégories d’armatures concernées (sur plan, sur
catalogues, spéciales, …) et les travaux effectués (dressage, coupe, façonnage, assemblage,…).


Un double de la partie technique de la commande de l’Entrepreneur au producteur d’armatures
industrielles sera remis au Maître d’ouvrage le jour de la passation de la commande.


3.4.2 - PRODUITS ET MATERIAUX
      3.4.2.1 - Armatures lisses

   1 Nuances des aciers
      Les armatures rondes et lisses seront exclusivement de la nuance FeE235 et devront satisfaire
       aux normes N.F.A 35.015.
      Leurs conditions de façonnages seront conformes aux spécifications de la norme N.F.P.02.016.


   2 Domaine d’emploi
      Ces aciers seront utilisés :
            -   comme armatures de frettage,
            -   comme barres de montage,
            -   comme armatures en attente de diamètre inférieur ou égal à quatorze (14) millimètres
                si elles sont exposées à un pliage suivi d'un dépliage,
            -   comme armatures de liaison des corniches.



      3.4.2.2 - Armatures à haute adhérence pour béton armé
Elles seront de la nuance FeE500, et devront satisfaire aux normes N.F.A. 35-016.


Leurs conditions de façonnages seront conformes aux spécifications de la norme N.F.P.02.016.


   Approvisionnement
      Les armatures seront approvisionnées en longueur telles que toute armature transversale
      puisse ne pas comporter plus de tronçons que si elle était constituée d'éléments de douze (12)



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 62
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



      mètres, et que les recouvrements des armatures longitudinales puissent être espacés entre
      milieux de onze (11) mètres au moins.


      Toutes ces armatures doivent être aptes au soudage, dans les conditions de la norme
      N.F.A 35.018.


      L'Entrepreneur doit tenir       à disposition du Maître d’ouvrage, sur              le chantier, dès
      approvisionnement des armatures à haute adhérence, les fiches d'identification ou les
      autorisations de fourniture des armatures.


      Il ne devra être utilisé sur le chantier que deux marques d'acier au maximum.


      Les fils livrés en couronne feront l'objet d'une épreuve de convenance de redressage comme
      envisagé dans le commentaire de l'article 61.3 du fascicule 65 A.


   Domaine d’emploi
      Toutes les barres seront de diamètre strictement supérieur ou égal à huit (8) millimètres et
      inférieur ou égal à trente deux (32) millimètres.

      3.4.2.3 - Treillis soudé
L'emploi de treillis soudé n'est pas prévu dans le cadre du présent marché, excepté pour le ferraillage
du béton de pose des perrés et des chapes de trottoir.


Ils devront satisfaire aux normes N.F.A.35.022.
Un treillis soudé de protection, mailles 15x15 cm maximum, sera mis en partie supérieure du tablier
pour permettre l’évolution du personnel de l’entreprise sans risque de se blesser.



ARTICLE 3.5 - BÉTONS HYDRAULIQUES

(Art. 71 à 73 du fascicule 65A du CCTG, norme NF EN 206-1).


3.5.1 - DESIGNATION DES BETONS
Les bétons désignés ci-dessous seront des bétons à propriétés spécifiées (BPS).


3.5.2 - DEFINITION DES BETONS

(Norme NF EN 206-1)

Les désignation, la classe d’exposition (au sens de la norme NF EN 206-1), la classe de
résistance, le dosage en liant, les destinations, les résistances à la compression et les
caractéristiques complémentaires exigées des différents bétons sont indiqués dans le tableau
ci-après :




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 63
        RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                         Dossier de Consultation des Entreprises




Parties d'ouvrages       Classe        Classe de    Dmax en     Teneur       Nature du   Caractéristiques   Eeff/C   Caractéristiques
                      d'environnem     résistance    mm (2)   minimale en     ciment     complémentaire              complémentaires
                           ent                                ciment C (1)                 s du ciment                     (3)

Béton de propreté      X0 (CI 1,0)       C16/20                  250kg
Et de calage

Tablier en Béton      XF2 (CI 0,40)      C30/37          20     385 kg        52.5 ou    PM (6) PM ES        0.5          RAG
armé                                                                           52.5R          (7)
                                                                                                                          EQP

Murets de             XF2 (CI 0,40)      C30/37          20     350 kg        52.5 ou    PM (6) PM ES        0.5          RAG
soutènement                                                                    52.5R          (7)
                                                                                                                          EQP
Longrines des
dispositifs de
retenue

Béton des trottoirs   XF2 (CI 0,40)      C30/37          20     350 kg                                       0.50         RAG

Radier du canal       XF2 (CI 0,40)      C25/30          20     300 kg                                       0.50         RAG



        Les commentaires concernant les spécifications fournies dans le tableau ci-dessus sont donnés dans
        la norme NF EN 206-1

                 3.5.2.1 - Consistance des bétons
        Pour tous les bétons, la consistance est proposée par l'entrepreneur. L'affaissement de classe S2
        selon la norme NF EN 206-1 Article 4.21, doit être compris entre 50 et 90 mm pour tous les bétons
        non préfabriqués.
        Dispositions particulières pour la qualité des parements : (EQP)
        La classe de consistance S1 n'est autorisée que pour les bétons préfabriqués ou extrudés.

        ARTICLE 3.6 - MORTIERS

        Les mortiers mis en oeuvre doivent faire preuve non seulement de la résistance mécanique
        nécessaire, mais encore ils devront assurer une protection efficace des armatures et conduire à une
        teinte homogène des parements.
        A cette fin, on recherchera par le choix de la composition, des méthodes de fabrication et des moyens
        de mise en oeuvre, de mortiers compacts, homogènes et imperméables. Les procédés de
        construction seront choisis de façon à éviter la fissuration au jeune âge et à limiter le nombre des
        reprises.
        Les désignations utilisées pour les mortiers dans la suite du présent C.C.T.P. sont conformes au
        chapitre VII du fasc. 65-A du C.C.T.G. : M Mortiers

              3.6.1.1 - Les constituants des mortiers
        Les spécifications correspondantes font l'objet des articles 4.4.1.2 du présent CCTP :


               3.6.1.2 - Définition des mortiers
        L'article 71 du fascicule 65 A du CCTG est précisé par ce qui suit : les parties d'ouvrage qui doivent
        présenter une homogénéité structurale sont énumérées dans le tableau ci-après ; il fixe pour chacune
        les caractères de base spécifiés pour le mortier qui les constitue :



        IGIOA.SAS                     Igioa_09015_CG03           C.C.T.P.         Novembre 2009 – Indice A           Page 64
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



        -      consistance du mortier frais,
        -      résistance caractéristique du mortier à la compression à 28 jours,
        -      dosage minimal en ciment,
        -      dimension maximum du granulat.


    Parties           Classe du        Consistance         Résistance        Dosage           Dimension        Autres
   d'ouvrage           mortier        du mortier frais   caractéristique    minimum          maximum du    caractéristique
                                                              f 28          en ciment          granulat     s spécifiées
                                                              c
                    Mortier bâtard           P              30 Mpa         200 Kg/m³ de           0/6          Néant
Rejointoiement           M30                                                CPA CEM I
et maçonneries                                                             42,5 + 300 kg
                                                                             de chaux
                                                                            hydraulique
                                                                           XHN ou XHA
* Consistance des mortiers frais
La classe de consistance des bétons est définie à l'article 71 du fascicule 65 A. Ces valeurs sont
données à titre indicatif et pourront être modifiées après épreuves d'étude et de convenance des
mortiers, en accord avec le Maître d’ouvrage. Les tolérances sur la valeur requise à l'issue de ces
épreuves seront celles du chapitre VII du fascicule 65-A du CCTG.
Tous les mortiers doivent faire l'objet des dispositions particulières relatives à la prévention des
désordres liés à l'alcali réaction.


Spécifications complémentaires
* Destination
Les mortiers seront normalement utilisés pour le calage des corniches, le scellement et le jointoiement
des bordures de trottoir, les chapes sur trottoir et le rejointoiement des maçonneries.
* Résistance
La résistance des mortiers de calage des corniches, des mortiers de scellement et de rejointoiement
des trottoirs et le jointoiement des maçonneries sera au moins égale à 30 MPa. Ils devront être
parfaitement compacts et imperméables.
La résistance des mortiers des chapes sur trottoir sera au moins égale à 40 MPa. Ils devront être
parfaitement compacts et imperméables.


      3.6.1.3 - Fabrication des mortiers

Les mortiers de jointoiement peuvent être fabriqués sur site.


      3.6.1.4 - Assurance de la qualité des mortiers – épreuves

Parmi les documents techniques généraux, on se référera en particulier à l'article 76 du fascicule 65 A
du C.C.T.G
Leurs dispositions sont complétées par les prescriptions des paragraphes suivants. On rappelle que le
coût des études et du contrôle des mortiers est à la charge de l'entreprise.



IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03                  C.C.T.P.         Novembre 2009 – Indice A      Page 65
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



-   Confection, conservation et transport des éprouvettes
L'entrepreneur assure la confection des éprouvettes, leur marquage, leur conservation puis leur
transport au laboratoire agréé par le Maître d’ouvrage.
-   l'emploi de moules en matière plastique ou en carton, de caractéristiques préalablement agréées
    par le Maître d’ouvrage, est seul autorisé pour la confection des cylindres de compression non
    soumis à un traitement thermique.
-   les éprouvettes prismatiques pour essai de traction par flexion circulaire auront une section de
    cent centimètres carrés (100cm²) et une longueur de quarante centimètres (40cm). Les
    éprouvettes de traction pourront être aussi des cylindres identiques aux éprouvettes de
    compression. Elles seront alors éprouvées par fendage.
-   pour maintenir à 20°C les éprouvettes de convenance et de contrôle jusqu'à leur livraison au local
    de stockage, l'entrepreneur approvisionnera au lieu de leur fabrication des caisses calorifugées en
    nombre suffisant, les éprouvettes sont amenées au local de stockage dès qu'elles sont
    transportables.


-   Epreuves de convenance
Les mortiers utilisés dans le présent marché sont dispensés d'une épreuve de convenance.


-   Epreuves de contrôle
Les mortiers utilisés dans le présent marché sont dispensés d'une épreuve de contrôle.
                * Prescriptions particulières


L'entrepreneur devra soumettre à l'acceptation du Maître d’ouvrage la formule nominale des mortiers
durant la période de préparation. La mise en oeuvre par projection est obligatoire pour le jointoiement
des maçonneries. L’entreprise devra faire agréer par le Maître d’ouvrage la teinte du mortier de
jointoiement.


      3.6.1.5 - Etude de composition des mortiers

Les mortiers utilisés dans le présent marché sont dispensés d'une étude de composition.
a) Interprétation des essais :
Les essais seront interprétés conformément à l'article 77 du fascicule 65 A du C.C.T.G.



3.6.2 - CONSTITUANTS DES MORTIERS ET BETONS
(Art. 72 du fasc. 65A du CCTG)

La norme NF P95-107 « Réparation et renforcement des maçonneries » précise les caractéristiques
des constituants du mortier. Les mortiers pour maçonnerie doivent être conformes à la norme NF EN
998-2.




IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03             C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 66
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



      3.6.2.1 - Granulats
(Normes NF EN 12620, XP P 18-545, P 18-542)

Par dérogation à l’article 72.2 du fascicule 65A du C.C.T.G, les granulats doivent vérifier les
spécifications suivantes :

Les granulats sont des granulats naturels courants, conformes aux normes NF EN 12620 et XP P 18-
545. Ils sont admis à la marque NF Granulats ou font l'objet d'une procédure de contrôle reconnue
équivalente (type et fréquence de contrôles).

Les granulats récupérés sur l'installation de production à partir des eaux de lavage ou de béton frais
sont interdits pour les bétons dont la classe de résistance en compression est supérieure ou égale à C
35/45.

  Le principe général consiste à retenir         Inférieure à C 35/45         Supérieure ou égale à C
  l'utilisation des granulats suivants :                                      35/45
  Classe de résistance du béton

  Code des granulats                             Code B                       Code A



Contrôle interne :
Dans le cas où les bétons ne seraient pas fournis par une usine de B.P.E., le P.A.Q. présenté par
l'Entrepreneur indiquera la provenance et la nature des granulats et précisera leur niveau de
performance.


Il définit, dans le cadre de son contrôle interne, les lots soumis à réception ainsi que le nombre
d'essais à effectuer par lot conformément à la norme en vigueur.


L’Entrepreneur devra prévenir immédiatement le Maître d’ouvrage des modifications qui peuvent
survenir dans la production des granulats.
Lors de la livraison des granulats sur le lieu d’utilisation, l’Entrepreneur devra contrôler les bordereaux
de livraison et l’aspect visuel des granulats.


      3.6.2.2 - Dispositions particulières pour la qualité des parements, EQP
Pour les bétons apparents ou devant subir une mise en peinture à l'état brut de décoffrage, la
présence de pyrite ou de tout autre sulfure métallique sous forme de grains de dimension supérieure à
2 mm est interdite.



      3.6.2.3 - Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice", RAG
Tous les granulats (gravillons et sables) doivent être qualifiés vis-à-vis de l'alcali réaction,
conformément aux prescriptions du fascicule de documentation FD P 18-542.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03                C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 67
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



      3.6.2.4 - Dispositions particulières relatives à la durabilité vis à vis du gel, G/GS
Les caractéristiques des granulats doivent respecter les spécifications suivantes définies dans les
"Recommandations pour la durabilité des bétons durcie soumis au gel" éditées par le LCPC en
Décembre 2003 :


                 Caractéristiques                                           Spécifications
                                                                  Béton G                    Béton G + S
  Sable : friabilité * P 18-576                                              FS ≤ 40 *
  Sable : propreté PS/ sur la fraction 0/2 mm                      alluvionnaires et concassées
  limitée à 10 % de fines *                                                  PS ≥ 70 *
  P 18-597                                                        quelle que soit la valeur de VB
  Sable : passant à 0,08 mm **                                             ≤ 10 % e = 3
  Sable : module de finesse ***                                           Ls ≤ 2,8 e = 0,6
  Gravillons : sensibilité au gel – absorption                    Pour chaque classe granulaire
  d'eau                                                                      Ab ≤ 1 %
  P 18-554 ****
  Gravillons : diamètre maxi                                           ≤ 40 mm ≤ 31,5 mm


* Chaque sable utilisé seul ou comme composant d'un mélange doit satisfaire aux valeurs spécifiées
pour la propreté et, dans le cas de sables dont le D maximum est supérieur à 1 mm, aux valeurs
spécifiées pour la friabilité.

** Le passant à 0,08 mm comprend d'éventuelles additions utilisées comme correcteur de la
granularité des sables.

Les sables comportant une teneur en fines supérieure à 10 %, dans les mêmes conditions que ci-
dessus, peuvent engendrer un mauvais comportement au gel. Leur emploi peut toutefois être
envisagé à condition de vérifier dans l'épreuve d'étude que les spécifications exigées dans les
recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel sont respectées.

*** La limite supérieure du module de finesse Ls et l'étendue e s'appliquent au sable n'ayant pas fait
l'objet d'un mélange et au sable reconstitué par le producteur de granulats.

Pour le sable recomposé sur la centrale à béton, le module de finesse correspond au centième de la
moyenne pondérée des refus cumulés des sables constituant le mélange, exprimés en pourcentage.
Les refus correspondent aux tamis entrant dans la définition du module de finesse. La pondération est
effectuée suivant les proportions relatives des sables entrant dans le mélange. L'exigence concernant
l'étendue du module de finesse est satisfaite lorsque l'étendue de chaque composant du sable
recomposé est conforme à la valeur indiquée dans les recommandations pour la durabilité des bétons
durcis soumis au gel.

**** Seul le critère absorption d'eau défini dans la norme NF EN 12620, Ab, est retenu pour qualifier la
résistance au gel des gravillons. Chaque classe granulaire doit satisfaire à une valeur d'absorption
d'eau Ab ≤ 1 %.

A défaut, il est possible d'utiliser des gravillons caractérisés par une valeur de Ab > à 1%, à condition
que ceux-ci soient résistants au gel et classés dans la catégorie F1 définie dans la norme




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.          Novembre 2009 – Indice A      Page 68
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



NF EN 12620. Dans ce cas, la résistance au gel est déterminée suivant la norme NF EN 1367-1-
Essais pour déterminer les propriétés thermiques et l'altérabilité des granulats. Partie 1 :
Détermination de la résistance au gel - dégel.


      3.6.2.5 - Dispositions concernant les procédures de bétonnage

En l’absence de granulats titulaires de la marque NF granulats, mais en présence d’un dossier
carrière approuvé par le Maître d’ouvrage, toutes les procédures de bétonnage devront prévoir la
fourniture au Maître d’ouvrage avant le bétonnage, des documents de suivi du contrôle interne
effectué par le producteur de granulats et l’entreprise conformément à leur P.A.Q.

En l’absence de granulats titulaires de la marque NF granulats et d’un dossier carrière approuvé par le
Maître d’ouvrage, toutes les procédures de bétonnage devront prévoir la fourniture au Maître
d’ouvrage avant le bétonnage, des résultats des essais rapides permettant la qualification des
granulats conformément aux prescriptions de la norme P 18-542.

Si les granulats sont potentiellement réactifs (P.R) et si les opérations de bétonnage s’étalent sur une
période supérieure à deux mois, les procédures de bétonnage devront prévoir la fourniture au Maître
d’ouvrage avant le bétonnage, des résultats des essais visés par les chapitres 5, 6 ou 8 des
« Recommandations pour la prévention des désordres liés à alcali réaction » du L.C.P.C de juin 1994.
Ces essais devront être conduits sur la formule modifiée.

La réception des résultats de tous les essais par le Maître d’ouvrage est une condition nécessaire à la
levée des points d’arrêt avant bétonnage.


      3.6.2.6 - Ciments
(art. 72.1, fasc. 3 du CCTG, normes FD P 15-010, NF P 15-301, NF EN 197-1)

Les ciments devront être admis à la marque NF liant hydraulique. Leur désignation est conforme à la
norme NF EN 197-1.


Les conditions de livraison et de stockage des ciments seront conformes à l'article 3 du fascicule 3 du
C.C.T.G.

3.6.2.6.1 - - Nature et qualité des ciments
Les ciments utilisés devront être munis du marquage CE, ils devront être admis à l'usage de la
marque NF – Liants hydrauliques et satisfaire aux normes en vigueur (NF EN 197-1, NF P 15 317 et
XP P 15 319). On utilisera :


      -     pour les bétons de propreté : ciment Portland composé CPJ-CEM II B Classe 32,5.
      -     pour les mortiers de jointoiement de maçonnerie :
                -   ciment Portland artificiel : CPA CEM 1 Classe 42,5
                -   ciment hydraulique : XHN ou XHA
Tous les ciments utilisés sur le chantier seront proposés à l'agrément du Maître d’ouvrage au moment
de l'étude de composition des bétons.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 69
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Pour chacune des spécifications ci-dessus, l'agrément ne sera accordé qu'à un ciment, défini par son
origine (usine productrice), sa dénomination, sa composition et ses caractéristiques. A l'appui de ses
propositions d'agrément, l'entrepreneur devra fournir au Maître d’ouvrage en même temps que le
dossier, des études de composition des bétons et, pour toutes les catégories de ciment utilisées sur le
chantier, les résultats statistiques mensuels et annuels des essais effectués dans le cadre de l'auto
contrôle par la société ou les sociétés cimentières retenues, et portant sur la période de 12 mois
précédant la date de signature du marché.
Le PAQ rappelle la catégorie, la classe, la sous classe et la provenance des ciments en fonction des
parties d'ouvrage, des qualités de parement et des spécialités liées à l'exécution des travaux (temps
froid, décintrage, …). Il définit les procédures et dispositions de mise en oeuvre pour s'assurer du
respect des consignes définies dans les dispositions générales et des consignes imposées ci-
dessous.
Enfin le PAQ dans les dispositions du contrôle interne, indiquera les dispositions prises (type et
fréquence d'essais) pour apporter la preuve que les ciments proposés sont conformes aux
spécifications demandées. A cet effet, le titulaire du marché devra se faire communiquer les résultats
de l'auto contrôle effectué par la cimenterie sur le ciment livré et mettre ces résultats à la disposition
du Maître d’ouvrage.


Quelle que soit la catégorie, le ciment à utiliser pour l'ensemble des parements dont l'uniformité est
requise à l'échelle de l'ouvrage, doit être d'une même provenance.


L'Entrepreneur spécifiera à son fournisseur que toutes les livraisons de ciment sont
susceptibles de prélèvements conservatoires tels que définis par la norme N.F.P 15.300.


Le fournisseur devra informer des livraisons le Maître d’ouvrage au minimum 24 heures à l'avance.


Pour limiter les risques de fausses prises les ciments devront être livrés sur le site de fabrication du
béton à une température inférieure à 75° C.
L'entrepreneur doit effectuer des prélèvements conservatoires de ciment :

      -     de 10 kg pour chaque lot de ciment utilisé pour les épreuves d'étude et de convenance des
            bétons,
      -     de 5 kg pour chaque partie d'ouvrage.
Les prélèvements sont effectués soit dans le silo à l'aide d'un dispositif installé sur la colonne
montante, soit au droit du malaxeur.

Ces prélèvements sont conservés à l'abri en récipients étanches et étiquetés, par le laboratoire du
Maître d’ouvrage qui en assurera la gestion, soit par le Maître d’ouvrage lui-même.


- Contrôle interne :

Pendant toute la durée des travaux de bétonnage, l'entrepreneur fournit au maître d’ouvrage les
relevés statistiques du fabricant de ciment comprenant moyenne, écart type et coefficient de variation.
En complément à l'article 75.2B du fascicule 65A du CCTG, le fournisseur présente, à l'appui de ses
résultats d'autocontrôle, un engagement sur le respect de la valeur minimale retenue C min.



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 70
    RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                     Dossier de Consultation des Entreprises



    - Contrôle extérieur :

    Sur chaque prélèvement désigné par le maître d’ouvrage sont réalisés les essais suivants :

           -    identification rapide,
           -    temps de prise,
           -    expansion à chaud,
           -    flexion - compression à 7 et 28 jours,
           -    chaleur d'hydratation (uniquement pour les ciments à faible chaleur d'hydratation initiale
                (CP).


    3.6.2.6.2 - Dispositions particulières liées à la limitation de la chaleur d'hydratation, LCH
    Il faut utiliser des ciments à faible exothermie et à prise lente.

    Les ciments HPR sont proscrits.



    3.6.2.6.3 - Dispositions particulières liées à la limitation du retrait, LRE
    La teneur maximale en ciment est limitée à 385 kg/m3.

    La résistance caractéristique du béton est d'au moins 30 MPa à 28 jours.



    3.6.2.6.4 - Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice", RAG
    - Contrôle interne :

    Dans le cas où le dossier carrière montre que les granulats sont potentiellement réactifs, et si la
    justification de la formule se fait par référence au chapitre 5 des "Recommandations pour la
    prévention des désordres dus à alcali réaction" du LCPC de juin 1994, il est rappelé que des essais
    de détermination des teneurs en alcalin réactif des ciments sont à réaliser conformément à la norme
    NF EN 196-21. Ces essais ont pour objet de confirmer les données statistiques de la cimenterie. Ils
    sont effectués au début du chantier, au cours des épreuves d'étude, ou avant les épreuves de
    convenance en cas d'utilisation d'un béton disposant de références.



    - Contrôle extérieur :

    Le maître d’ouvrage peut faire effectuer sur les prélèvements de ciment des mesures de taux
    d'alcalins et de teneurs en laitier.



    3.6.2.6.5 - Dispositions particulières relatives à la durabilité vis à vis du gel, G/GS
    La teneur minimale en ciment est égale à 700/(Dmax)^1/5.

-      Cas du gel (G) :
       Les ciments utilisés peuvent être soit des CPA-CEM I soit CPJ-CEM II/A.
       Les ciments CLK-CEM III/C, CLC-CEM V/A et CLC-CEM V/B sont proscrits.
-      Cas du gel avec fondants (GS) :




    IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 71
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



   Les ciments utilisés peuvent être soit des PM ES, soit des CPA-CEM I ou des CPJ-CEM II/A, avec
   addition de fillers calcaires.
   Les ciments blancs sont proscrits.


         3.6.2.7 - Adjuvants
(CCTG : fascicule 65A, article 72.4, norme XP-P 18-103, NF-EN 934-2 à
934-6, liste COPLA, circulaire 80-108 du 8 Août 1980 (Ministère des Transports)

L'incorporation en usine de tout adjuvant dans les liants est interdite.

Pour les bétons, l'emploi d'adjuvants (figurant sur une liste ministérielle d'agrément) pourra être
autorisé. Ils seront proposés par l'entrepreneur à l'agrément du Maître d’ouvrage. Toutefois, cet
agrément ne sera accordé qu'au terme de l'épreuve de convenance.

On appliquera de plus les stipulations de l'article 72-4 du fascicule 65 A.

Toute livraison d'adjuvants sur le chantier donnera lieu à la présentation d'un certificat d'origine
indiquant la date limite au-delà de laquelle ces produits devront être mis au rebut.

L'emploi d'adjuvants hormis ceux entrant normalement dans la constitution des mortiers de réparation
sera soumis aux règles ci-après :

          -   utilisation d'adjuvants entraîneur d'air et plastifiant imposés pour les bétons des
              équipements du tablier

          -   fiches d'identification remises au Maître d’ouvrage (certificat d'origine comportant
              notamment les conditions de conservation et de stockage, la date d'utilisation, etc…)

          -   agrément du Maître d’ouvrage sur la base d'une étude présentée par l'entrepreneur.



3.6.2.7.1 - Dispositions particulières relatives à la durabilité vis à vis du gel, G/GS
L'utilisation d'un entraîneur d'air est obligatoire. D'autres adjuvants peuvent être utilisés sous réserve
d'avoir également le droit d'usage de la marque NF-Adjuvants pour bétons, mortiers et coulis -
Produits de cure. Il convient de s'assurer lors des épreuves d'études et de convenance que ces
produits sont bien compatibles entre eux et avec le ciment et qu'il n'y a pas de phénomène de fausse
prise.

L'utilisation d'un réducteur d'eau est fortement conseillée pour pallier les baisses de résistances
mécaniques consécutives à la présence d'air entraîné. Le dosage en entraîneur d'air doit être fixé au
cours des épreuves d'études et de convenance pour obtenir le facteur d'espacement L spécifié, tel
que défini par la norme ASTM C 457.



         3.6.2.8 - Additions pour bétons
(art. 72.5 du fasc. 65A du CCTG, normes NF P 18-501, NF P 18-502, NF P 18-506, NF P 18-508, NF
EN 450)

3.6.2.8.1 - Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice", RAG



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 72
    RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                     Dossier de Consultation des Entreprises



    Les fillers siliceux ne sont admis que sous réserve que la formule de béton proposée satisfasse à un
    critère de performance (essai de gonflements) conformément aux prescriptions du chapitre 6 des
    "Recommandations pour la prévention des désordres dus à alcali réaction" du LCPC de juin 1994.

    Si les granulats sont PRP, les cendres volantes de houille ne sont admises qu'à la condition que leur
    teneur totale en alcalins soit inférieure à 2%.

    Si les granulats sont NR ou PRP, les fillers siliceux ne sont admis que sous réserve que la formule de
    béton proposée satisfasse à un critère de performance (essai de gonflement) conformément aux
    prescriptions du chapitre 6 des "Recommandations pour la prévention des désordres dus à alcali
    réaction" du LCPC de juin 1994.

    Si les granulats sont PRP, les cendres volantes de houille ne sont admises qu'à la condition que leur
    teneur totale en alcalins soit inférieure à 2%.

    Si les granulats sont PR, ou considérés comme tels :

-      si la formulation de béton est justifiée sur la base de critère analytique (bilan des alcalins) effectué
       conformément aux prescriptions du chapitre 5 des "Recommandations pour la prévention des
       désordres dus à alcali réaction" du LCPC de juin 1994, alors les alcalins des additions sont pris en
       compte dans le bilan avec les coefficients d'activité suivants :
       Pouzzolanes : 0,17
       Laitiers : 0,5
       Cendres volantes : 0,17
       Fumées de silice : 0,17
       Fines siliceuses : 0,5
       Fines calcaires : 0,5
-      quelle que soit la démarche adoptée pour valider la formule de béton, toute modification dans la
       qualité ou la nature des additions est interdite à moins de reproduire l'ensemble de la démarche
       ayant permis de justifier la formule initiale.



    3.6.2.8.2 - Dispositions particulières relatives à la durabilité vis à vis du gel, G/GS
        L'addition de cendres volantes est interdite.



          3.6.2.9 - Eau
    (Art. 53.2.2,2 et 72.3 du fasc. 65A du CCTG)

    L'eau de gâchage satisfait aux prescriptions de la norme NF EN 1008.

    Dans le cas où l'eau provient d'un réseau public d'eau potable, une analyse physique et chimique est
    faite lors des épreuves d'étude et de convenance des bétons.

    Dans tous les autres cas, il est réalisé une analyse physique et chimique par mois pendant toute la
    durée du chantier.




    IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 73
    RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                     Dossier de Consultation des Entreprises



    3.6.3 - ETUDE DES BETONS
    (Art. 75.2 du fasc. 65A du CCTG)

          3.6.3.1 - Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali silice", RAG
-      Justification de la qualification des granulats :
       Si les granulats bénéficient du droit d'usage de la marque NF-Granulats, avec qualification vis-à-vis
       d’alcali réaction en NR ou PRP, le certificat de conformité des granulats à la marque NF, et qui
       donne leur qualification vis-à-vis d’alcali réaction, doit être annexé au dossier d'étude des bétons.


       Si les granulats ne bénéficient pas du droit d'usage de la marque NF-Granulats, mais si le
       producteur de granulats dispose d'un dossier carrière élaboré conformément aux prescriptions du
       document "Guide pour l'élaboration du dossier carrière" du LCPC de juin 1994, et approuvé par le
       maître d’ouvrage, le dossier d'étude des bétons doit contenir les extraits du plan qualité du
       producteur permettant de certifier la qualification vis-à-vis de alcali réaction des granulats utilisés.
       Ces documents sont accompagnés des résultats des contrôles internes effectués par le producteur
       de granulats.
       En l'absence de granulats titulaires de la marque NF-Granulats, et d'un dossier carrière approuvé
       par le maître d’ouvrage, l'entrepreneur fait réaliser, à ses frais, les essais permettant la qualification
       des granulats conformément aux prescriptions de la norme P 18-542. Les résultats de ces essais
       sont joints au dossier d'étude des bétons.


-      Justification de la possibilité d'utilisation des granulats :
       Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR), l'entrepreneur doit intégrer dans le dossier
       d'étude des bétons, tous les résultats des essais           visés par les chapitres 5, ou 6, ou 8 des
       "Recommandations pour la prévention des désordres dus à alcali réaction" du LCPC de juin 1994.
       Ces essais sont réalisés à ses frais.
       Si les granulats sont potentiellement réactifs à effet de pessimum (PRP), l'entrepreneur doit
       intégrer dans le dossier d'étude des bétons, tous les résultats des essais (réalisés à ses frais),
       permettant de vérifier que les conditions 1 et 2 du chapitre 9 des "Recommandations pour la
       prévention des désordres dus à alcali réaction" du LCPC de juin 1994, sont vérifiées.
       Dans le cas de la reconduction d'une formule de béton, l'entrepreneur doit tout de même réaliser
       ces essais, avant les épreuves de convenance.

          3.6.3.2 - Dispositions particulières relatives à la durabilité vis à vis du gel, G/GS
    Les caractéristiques exigées sont les suivantes :



      Caractéristiques                                             Action du gel : G     Action du gel : GS

      Rapport Eeff/(C+kA)                                          < ou = 0.50           < ou = 0.45

      Facteur d'espacement L (1)                                   < ou = 250µm          < ou = 200µm

      Ecaillage E (2) : béton standard                             -                     < ou = 400g/m2

      Ecaillage E (2) : béton de parement ouvragé                  -                     < ou = 80g/m2




    IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03                C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 74
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



    (1) suivant norme ASTM C 457

    (2) suivant norme XP P 18-420

La quantité d'air occlus dans le béton frais doit être mesurée à l'aéromètre sur chaque gâchée
fabriquée.



3.6.4 - EPREUVES DE CONVENANCE
(art. 76.1 du fasc. 65A du CCTG)

Tous les bétons de résistance caractéristique supérieure ou égale à 25 MPa sont soumis aux
épreuves de convenance.

Pour l'application de l'article 76.1 du fascicule 65 A, le chantier est considéré comme étant de longue
durée.

Les épreuves de convenance sont à la charge de l'entrepreneur qui a, en outre, la responsabilité de
les mener en temps utile afin de respecter ses obligations contractuelles en matière de délais
d'exécution.

Les épreuves de convenance sont à la charge du Maître d’ouvrage. L'entrepreneur a toutefois la
charge de les mener en temps utile afin de respecter ses obligations contractuelles en matière de
délais d'exécution.



      3.6.4.1 - Dispositions particulières liées aux réactions "alcali silice", RAG
Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR), l'épreuve de convenance intègre la réalisation des
essais visés par les chapitres 5, ou 6, ou 8 des "Recommandations pour la prévention des désordres
dus à alcali réaction" du LCPC de juin 1994. La réalisation de ces essais est à la charge de
l'entrepreneur.



      3.6.4.2 - Dispositions particulières relatives à la durabilité vis à vis du gel, G/GS
L'épreuve de convenance doit permettre de vérifier l'obtention des caractéristiques exigées, à savoir :

 Caractéristiques                                             Action du gel : G      Action du gel : GS

 Rapport Eeff/(C+kA)                                          < ou = 0,50            < ou = 0,45

 Facteur d'espacement L (1)                                   < ou = 250µm           < ou = 200µm

 Ecaillage E (2) : béton standard                             -                      < ou = 400g/m2

 Ecaillage E (2) : béton de parement ouvragé                  -                      < ou = 80g/m2



    (1) suivant norme ASTM C 457

    (2) suivant norme XP P 18-420




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 75
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



3.6.5 - FABRICATION, TRANSPORT ET MANUTENTION DES BETONS
     (Art. 73 du fasc. 65A du CCTG, norme NF EN 206-1)

– Généralités
Dans le cas de bétons prêts à l’emploi (BPE) préparés en usine, la centrale doit être titulaire de la
marque NF-Béton prêt à l’emploi, ou disposer d’une attestation de marque NF (procédure particulière
définie dans le règlement de certification de cette marque).

L’acceptation de la centrale est conditionnée par l’existence d’une capacité de stockage des ciments
et des granulats compatible avec les exigences du chantier.

La fabrication des bétons de structure doit faire l’objet d’un suivi continu à partir d’un appareil
enregistreur de l’efficacité du malaxage, de type wattmètre enregistreur. Pour chaque gâchée
fabriquée, l’enregistrement correspondant est tenu à la disposition du maître d’ouvrage pendant toute
la durée du chantier.

Chaque livraison de béton de structure est accompagnée du bordereau d’impression des pesées qui
est visé par l’entrepreneur dans le cadre du contrôle interne. Ce document est également tenu à la
disposition du maître d’ouvrage.

– Contrôle interne à la charge de l’entrepreneur lors du processus de fabrication
L’entrepreneur doit contrôler les conditions de stockage, et de transport des granulats aux
emplacements réservés dans le cas de recours d’une centrale alimentée par des granulats provenant
de gisements ou d’identités différents. Elle doit s’assurer que toutes les dispositions sont prises pour
éviter les mélanges inopportuns.


– Dispositions particulières liées aux réactions « d’alcali-silice », RAG
En l’absence de granulats titulaires de la marque NF-Granulats, et d’un dossier carrière approuvé par
le maître d’ouvrage, l’entrepreneur doit réaliser sur chaque dépôt de granulats, et à chaque
renouvellement de stock des essais rapides permettant la qualification des granulats conformément
aux prescriptions de la norme P 18-542. Les résultats de ces essais sont fournis au maître d’ouvrage,
avant chaque phase de bétonnage. Le nombre de ces essais doit être au moins de 3 essais pour un
                 3                                                          3
tas de 1 000 m , et au moins de deux essais pour un tas de 500 m .

L’acceptation des résultats de ces essais par le maître d’ouvrage est une condition nécessaire à la
levée des points d’arrêt avant bétonnage.

– Épreuve de contrôle
(art. 76.2 du fasc. 65A du CCTG, art. 14.2 de l’additif au fasc. 65A du CCTG)

Tous les bétons de résistance caractéristique supérieure ou égale à 25 Mpa sont soumis à l’épreuve
de contrôle.



Le lotissement et le nombre de prélèvements sont indiqués dans le tableau ci-après :




IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03                  C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A   Page 76
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




Lot                                           Nombre de prélèvements

Tablier – dalle de couverture                 3 prélèvements

Sommiers, murets de soutènements              3 prélèvements

Longrines des dispositifs de retenue, 3 prélèvements
contre-bordure sur ouvrage, radier

Un prélèvement comprend :

      -     une mesure de l'affaissement au cône d'Abrams tel que défini par la norme NF P 12350-2,
      -     une mesure de l’aire cclus du béton frais selon la norme NF EN 12350-7, pour les bétons
            comportant un adjuvant entraîneur d’air,
      -     la confection de 3 éprouvettes pour des essais à 7 jours.
      -     la confection de 3 éprouvettes pour des essais à 28 jours.


De plus, il est effectué par l'entrepreneur au minimum deux essais de consistance de béton frais sur
chaque camion de livraison (un essai avant la mise en oeuvre, un essai au cours de la mise en
oeuvre) ou dans le cas de fabrication du béton sur chantier, un essai par heure de bétonnage.

L'entrepreneur met à la disposition du maître d’ouvrage, sur chaque point de bétonnage, une caisse
isotherme pour la conservation des éprouvettes. Elle doit avoir des dimensions suffisantes pour
pouvoir contenir l'ensemble des éprouvettes confectionnées lors d'une phase de bétonnage.

La fourniture du béton pour éprouvettes est à la charge de l'entrepreneur.


3.6.5.1.1 - Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice", RAG
Dans le cas où les granulats ont été qualifiés de potentiellement réactifs, le maître d’ouvrage peut
faire effectuer par phase de bétonnage un essai de gonflement visé par le chapitre 6 des
"Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" de juin 1994,
conformément aux dispositions de l'article 9.2 du CCAP sur la réception de l'ouvrage.

Le gonflement doit être inférieur à 200 µm/m à 5 mois.



      3.6.5.2 - Épreuves d'information
(art. 75.3 du fasc. 65A du CCTG)

Les épreuves d'information comprennent :

      -     Epreuves à la charge de l'entrepreneur :
            Evaluation des caractéristiques du béton avant l'exécution de phases de travaux importantes
            telles que décintrements, mises en précontrainte.


      -     Epreuves à la charge du maître de l'ouvrage :
            Evaluation des caractéristiques du béton à moyen et long terme (90 jours et 1 an par
            exemple).




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 77
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



            Le maître d’ouvrage désigne les parties d'ouvrages sur lesquelles il souhaite obtenir les
            caractéristiques du béton à moyen et long terme.



ARTICLE 3.7 - TRAITEMENTS DE SURFACE

(art. 54 du fascicule 65A du CCTG)


3.7.1 - BADIGEON POUR PAROIS EN CONTACT AVEC LES TERRES
(art.54.3 du fasc. 65A du CCTG)


Le badigeon pour parements cachés du béton en contact avec les terres sera, soit du goudron
désacidifié, soit du bitume à chaud, soit une émulsion non acide de bitume.
Le PH doit être supérieur à six (6).


La composition de ce badigeon est soumise à l’acceptation préalable du Maître d’ouvrage.


La livraison, le transport et la manutention sont effectués en respectant les indications des articles
82.2 et 82.3 de l'additif au fascicule 65A du CCTG. Les produits sont préparés et mis en œuvre
conformément aux indications de la fiche technique du fabricant.




ARTICLE 3.8 - ETANCHEITE PRINCIPALE

L'étanchéité de l'ouvrage sera assurée par un système d'étanchéité en feuilles minces préfabriquée
auto-protégée type F.P.M. : Etanchéité par feuilles Préfabriquées Monocouche suivant la terminologie
du SETRA.


3.8.1 - INDICATIONS GENERALES ET DESCRIPTION
L'étanchéité sera assurée par une feuille préfabriquée constituée par du bitume armé auto-protégé.
Cette chape est mise en oeuvre par collage au chalumeau sur une couche d'accrochage
préalablement répandue sur le béton. Elle sera en tous points conforme au dossier STER 81 chapitre
IV du sous-dossier E du SETRA.


3.8.2 - QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX
L'entrepreneur devra soumettre à l'accord du Maître d’ouvrage le produit exact qu'il se propose
d'utiliser, en joignant à sa proposition, la fiche technique d'identification du produit et le procès-verbal
des résultats des essais faits par le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées suivant les projets de
modes opératoires mis au point par ce laboratoire pour ces matériaux.
Ce procès-verbal devra avoir moins de cinq (5) ans.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 78
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Fiche technique :

La fiche technique du produit proposé devra indiquer :

Les conditions d'emploi

-   la température minimale d'application,
-   la sensibilité du produit à l'humidité du support.

Les conditions de mise en oeuvre

-   la préparation minimale du support : géométrique, propreté physique et chimique (nettoyage,
    lavage, etc...),
-   la cadence de répandage,
-   la toxicité (vis-à-vis des utilisateurs et d’environnements).



3.8.3 - LIVRAISON DES PRODUITS
Les produits porteront un étiquetage bien apparent avec les indications suivantes au moins :

-   l'indication précise du contenu conforme à la fiche technique,
-   la contenance en poids pour les bidons,
-   la toxicité,
-   les dimensions de la feuille en mètres,
-   le numéro du lot de fabrication,
-   l'indication "stocker debout".


3.8.4 - PRELEVEMENTS D'ECHANTILLONS
Le Maître d’ouvrage conserve toute latitude pour faire procéder à la vérification de la conformité entre
le produit approvisionné sur le chantier et le produit qui a été soumis à son acceptation.




ARTICLE 3.9 - APPAREILS D'APPUI EN CAOUTCHOUC FRETTE

(Norme XP T 47-815).

3.9.1 - GENERALITES
Les appareils d'appui seront en élastomère fretté, totalement enrobés, marqués N.F. Ils seront
conformes à la norme T. 47.815 de Mars 1993.
Les appareils d'appui dont les dimensions issues des études d'exécution sont normalisées, doivent
être titulaires de la marque NF-Appareils d'appui en caoutchouc.

Les appareils d'appui, dont les dimensions issues des études d'exécution ne sont pas normalisées,
doivent être exécutés par un fabricant, produisant des appareils d'appui titulaires de la marque NF-
Appareils d'appui en caoutchouc, et livrés avec une attestation certifiant leur respect de la norme XP T
47-815 ainsi que l'existence et l'application d'un PAQ.



3.9.2 - CARACTERISTIQUES DES APPAREILS D'APPUI



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03                 C.C.T.P.      Novembre 2009 – Indice A       Page 79
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Leurs dimensions sont indiquées sur les plans joints au présent CCTP.

Les essais sur les appareils d'appui à la charge de l'Entrepreneur seront effectués conformément aux
indications du Chapitre 5 du « Guide technique pour l’utilisation des appareils d’appuis en caoutchouc
fretté » du S.E.T.R.A.
Le module G sera égal à 0,9 MPa.


Caractéristiques des frettes :
Les tôles de frettage seront en acier Fe E 360.


3.9.3 - CONDITIONS DE LIVRAISON ET DE STOCKAGE
Les appareils d'appui sont livrés sur chantier sous emballage protecteur puis stockés dans un local
clos et couvert.

A la livraison, chaque appareil d’appui comportera un marquage conforme à l’avis technique et
comprenant :


      -     le nom du fabricant ou fournisseur
      -     le numéro de fabrication
      -     le sigle du LCPC


3.9.4 - RECEPTION DES APPAREILS D'APPUI
Elle doit se faire en présence du Maître d'Oeuvre.
La numérotation d'usine doit pouvoir être disponible en cas de mauvais fonctionnement.
La position exacte de chaque appareil d'appui sera imprimée sur l'une de ses faces, soit chez le
fournisseur, soit sur le chantier (par ex. : pile P, appareil n° X).
Le certificat de conformité du fournisseur, relatif aux appareils d'appui livrés, sera obligatoirement
fourni. Il devra être daté et signé par le       fournisseur. Il sera vérifié que les tolérances sur les
dimensions des appareils, prescrites par le « Guide technique pour l’utilisation des appareils d’appuis
en caoutchouc fretté » (qui remplace le bulletin technique n°4 de 1974) sont bien respectées. Le non-
respect de l'une des tolérances sur l'épaisseur totale "h" de l'appareil d'appui entraînera le rejet du ou
des appareils incriminés.



ARTICLE 3.10 -           GARDE-CORPS

(Chapitre IV du fasc. 61 titre II du CPC, norme XP P 98-405 est applicable)

3.10.1 - GENERALITES

Le garde-corps est conforme aux plans joints au présent CCTP.

Il s'agit d'un garde-corps de type 1902. En complément du système de protection anti-corrosion, ils
seront revêtus d’une peinture polyester cuite au four de nuance Verte RAL 6005.




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 80
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



3.10.2 - QUALITE DES MATERIAUX

Les éléments constitutifs du garde-corps sont conformes aux prescriptions de la norme XP P 98-405.



3.10.3 - PROTECTION CONTRE LA CORROSION

Toutes les pièces en acier y compris les dispositifs d’ancrage entrant dans la constitution des
dispositifs de sécurité : garde-corps type "Village" seront protégés par galvanisation à chaud par
immersion dans le zinc fondu conformément aux normes NFA 91-121 et 91-122 d’Août 1987 et aux
articles 7, 8 et 9 du fascicule 56 du C.C.T.G. Quant aux contrôles de cette galvanisation selon l’article
10 du fascicule 56, il est assuré par l’entrepreneur, dans le cadre de la prise en charge des matériaux
et produits qu’il fournit. Les dispositifs de sécurité précédemment définis sont considérés comme des
ouvrages de catégorie 2 au sens du fascicule 56. Il n’est pas admis d’autre procédé de galvanisation.

        - galvanisation minimum 70 microns (500 g/m2)

        - teneur en silicium inférieur à 0,04 %

        - le contrôle du revêtement sera fait suivant la norme NFA 91-201

Les autres prescriptions concernant la qualité des matériaux des garde-corps type 1902 sont donnés
dans le dossier GC 77 du SETRA et dans le guide technique GC : garde-corps F 9709 du SETRA.

Le système de peinture de finition sur la galvanisation sera obligatoirement un système certifié par
l'ACQPA. Il sera de classe C3 GNV. Il s'agira de système de peinture poudre thermodurcissable
(poudre polyester – TGIC). Les garanties exigées pour ces éléments sont celles définies à l'article
1.5.4.4 du fascicule 56 du C.C.T.G, à savoir :

               -   garantie anti corrosion : 14 ans

               -   garantie d'aspect : 4 ans

Tous ces éléments seront approvisionnés galvanisés et peints.




ARTICLE 3.11 -         BORDURES DE TROTTOIRS

(Art. 7.2 du fasc. 31 du CCTG, normes NF P 98-301, NF P 98-302 et NF P 98-304)

Les bordures de trottoir préfabriquées sont titulaires de la marque NF-Bordures en béton.

Les bordures sont de classe A telle que définie par la norme NF P 98-302.

Les différents articles du fascicule 65 A et du présent C.C.T.P formulés par les éléments coulés en
place s’appliquent aux éléments préfabriqués.


L’Entrepreneur devra intégrer le P.A.Q du producteur au P.A.Q générale du chantier.



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 81
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



ARTICLE 3.12 - TUYAUX D'ÉVACUATION D'EAU - REGARDS

(Fasc. 70 du CCTG, normes NF EN 476, NF P 16-351 et NF P 16-352)

Les tuyaux, ainsi que l'ensemble des produits utilisés pour l'évacuation des eaux aux extrémités de
l'ouvrage, sont :

    -   soit titulaires de la marque NF-Eléments en béton pour réseaux d'assainissement sans
        pression, de la marque NF-Tubes et raccords en PVC non plastifié rigide ou de la Marque NF-
        Tubes en polyéthylène,

    -   soit des produits normalisés au sens de l'article 2.1.1 du fascicule 70 du CCTG,

    -   soit des produits non normalisés, mais ayant fait l'objet d'un Avis Technique Favorable délivré
        par la Commission Interministérielle institué à cet effet par l'arrêté interministériel du
        2 décembre 1969.

Les regards de visite sont réalisés en béton armé, soit préfabriqués, soit coulés en place. Le béton est
identique au béton utilisé pour les appuis de l'ouvrage.

Les aciers pour béton armé sont des aciers ronds lisses de nuance Fe E 235 conformes à la norme
NF A 35-015.

Les cadres, tampons et grilles sont en fonte ductile conforme à la norme NF EN 1563. Ils doivent être
au minimum de classe conformément aux prescriptions de la norme NF EN 124.

Les ouvrages de serrurerie, grilles de protection, etc. sont en acier S 235 tel que défini par la norme
NF EN 10025. Ces aciers sont aptes à la galvanisation conformément aux prescriptions de la norme
NF A 35-503.




ARTICLE 3.13 - REPERES DE NIVELLEMENT

Les repères de nivellement doivent être robustes, inoxydables et discrets et être adaptés au type de
mesure prévu. Ils sont obligatoirement exécutés en laiton, en acier inoxydable ou en bronze. Leur
conception est telle que leur contact avec le talon de la mire est toujours limité à un point.

Les repères susceptibles d'offrir un appui linéaire ou surfacique au talon de la mire sont ainsi interdits.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 82
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




              CHAPITRE 4 -                  EXÉCUTION DES TRAVAUX




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 83
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




ARTICLE 4.1 - TRAVAUX PREALABLE A RECONSTRUCTION DU TABLIER

Le titulaire du marché doit tenir compte de toutes les sujétions liées à la particularité du site et de
l’ouvrage, des phasages d'exécution, de la présence des réseaux et des contraintes pour éviter toute
pollution et toute retombée de matériaux dans l’étang de Billot.


L'entrepreneur doit respecter les règlements en vigueur, notamment toutes les prescriptions visant à
assurer la sécurité du personnel. Le maître d'ouvrage décline par avance toute responsabilité au cas
où un accident ou incident (effondrement d'échafaudage, entre autres) surviendrait par absence,
insuffisance ou manque de rapidité de la mise en œuvre des protections.


4.1.1 - TRAVAUX DE DEMOLITIONS
L’Entrepreneur devra particulièrement procéder à la démolition et à la dépose de certains éléments de
l’ouvrage existant nécessaire à la réalisation du nouveau tablier, à savoir :
       -    le tablier
       -    les garde-corps actuel,
       -    les bordures des trottoirs,
       -    le radier du canal,


Les matériaux provenant des démolitions devront être évacués, conformément au schéma
d’organisation et de gestion des déchets (SOGED), exception faite des matériaux pierreux qui
pourront être réutilisés dans les remblais dans les conditions à fixer en accord avec le Maître
d’ouvrage.


4.1.2 - DEPOSE DE MAÇONNERIE
L’entrepreneur devra procéder dans le cadre du présent marché à la dépose soignée d’une partie de
la maçonnerie des culées et des murs de soutènement situés en aval de l’ouvrage.
Les zones à déposer sont indiquées sur le plan joint à ce document.
Les éléments déposés et non réutilisés seront évacuer vers le dépôt du Maître d’ouvrage. Les déchets
venant de cette opération seront évacuer vers la décharge de l’entreprise conformément au schéma
de suivi de gestion des déchets (SOSED)


Il est tenu d’exécuter cette tache avec beaucoup de vigilance pour ne pas endommager les appuis et
les murs de l’ouvrage conservés. Si toutefois des pathologies seront constatées sur une partie de
l’ouvrage suite à ces travaux, l’entrepreneur est tenu d’exécuter à ses frais les travaux de réparations
selon les règles de l’art.


Il est tenu également et conformément aux prescriptions du présent CCTP d’assurer la surveillance
géométrique des culées conservées dans l’état.




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 84
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



4.1.3 - DEMOLITION DE CHAUSSEE EXISTANTE
La chaussée de part et d’autre de l’ouvrage sera démolie sur l’épaisseur totale de 50cm maximum
conformément au plan du marché et après accord du Maître d’ouvrage, les produits extraits seront
évacués, conformément au schéma d’organisation et de suivi des déchets (SOSED).


Les chaussées à démolir doivent être préalablement découpées :
   -       par sciage, sur l’épaisseur de l’enrobé,


La zone de chaussée à refaire est bien indiquée sur le plan du marché, elle sera arrêtée
définitivement au cours des travaux après accord du Maître d'Ouvrage.

ARTICLE 4.2 - TRAVAUX DE TERRASSEMENT

(Fasc. 68 du CCTG)

Les niveaux de terrassement indiqués sur le plan n'ont que le caractère d'une prévision; ils seront
arrêtés définitivement au cours des travaux après accord du Maître d'ouvrage.


Les matériaux en provenance des terrassements seront, après avis du Maître d’ouvrage, mis en dépôt
définitif pour les matériaux impropres ; les matériaux réutilisables en remblais, seront mis en dépôts
provisoires à proximité du chantier.


Les conditions retenues quant aux moyens mis en oeuvre pour l'exécution des terrassements
(notamment matériel) devront être soumises à l'accord préalable du Maître d’ouvrage.
L'exécution des fouilles, les épuisements, les blindages, les préparations des fonds et les
remblaiements devront respecter les clauses des articles du présent C.C.T.P.


Pour toutes les fouilles, les épuisements devront être menés de telle façon que puissent être effectués
à sec :
       -      la réception du fond de fouille,
       -      le coulage des bétons de propreté (ou du béton d'assise des semelles),
       -      le coulage des parties d'ouvrages en béton armé,
       -      le remblaiement des fouilles et les remblais techniques.


L'Entrepreneur ne pourra prétendre à aucune rémunération des épuisements de fouilles, celle-ci étant
réputée incluse dans le prix « Fouilles en terrain de toutes nature».


L'Entrepreneur devra systématiquement procéder, avant le coulage des bétons de propreté ou de
substitution, à la préparation des fonds de fouilles qui consistera essentiellement à :


       -      procéder à l'enlèvement de tous éléments, poches ou lentilles, rencontrés en fond de
              fouille et susceptibles de provoquer des désordres dans la fondation. En particulier,
              devront être éliminés les éléments susceptibles de former des points durs et les
              poches ou lentilles beaucoup plus compressibles que le terrain d'ensemble,




IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03             C.C.T.P.          Novembre 2009 – Indice A     Page 85
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



       -    nettoyer efficacement, à la main, le fond de fouille dans les terrains ordinaires en
            éliminant tous les matériaux désolidarisés du fond de fouille et à procéder à un
            compactage efficace.


Avant la mise en place du remblai d’assise, le fond de fouille devra être réceptionné par le Maître
d’ouvrage (point d’arrêt).


Cette réception devra se faire à sec. Le Maître d’ouvrage pourra faire effectuer, à ses frais, tous les
essais qu'il jugera utiles.


Il est rappelé à l’Entrepreneur, conformément à l’article 14 du fascicule 68 du C.C.T.G, les points
d’arrêt relatifs aux fouilles pour ouvrages :

   -   conformité du fond de fouille (niveau et réglage de la fouille, nature et portance du sol)

   -   contrôle du remblaiement des poches purgées



ARTICLE 4.3 - SEMELLES DE FONDATION SUPERFICIELLE

(Fasc. 68 du CCTG)

Les niveaux de fondation indiqués sur le plan n'ont que le caractère d'une prévision ; ils seront
arrêtés définitivement au cours des travaux après accord du Maître d'ouvrage.


La tolérance d'implantation de chacune des faces verticales des semelles de fondation est fixée à cinq
centimètres (5cm).


La tolérance en ce qui concerne le niveau, tant inférieur que supérieur des semelles de fondation, est
fixée à cinq centimètres (5cm).


Le bétonnage des semelles sera exécuté en continu et sans arrêt de bétonnage.



ARTICLE 4.4 - REMBLAIEMENT CONTIGU

(Fasc. 2 du CCTG)



4.4.1 - GENERALITES
La préparation du terrain sera identique à celle imposée pour la réalisation des remblais généraux.
Sont considérés comme remblais contigus aux ouvrages ou aux maçonneries, les remblais mis en
place dans les massifs figurés sur les plans visés au C.C.A.P.
Le volume des remblais contigus est calculé d'après leur définition donnée dans les plans joints au
présent CCTP.




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 86
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



4.4.2 - REMBLAIS CONTIGUS A L’OUVRAGE
Les matériaux pour remblais contigus à l’ouvrage devront            avoir les caractéristiques définies au
présent fascicule et seront disposés conformément aux plans du marché.
Ces remblais sont compactés dans les conditions définies à l'article 15 du fascicule 2 du CCTG et
conformément aux dispositions du document "Réalisation des remblais et des couches de forme -
Guide technique" édité par le SETRA et le LCPC en septembre 1992.


Ils seront très soigneusement compactés avec le matériel approprié pour un objectif de densification
q3.


L'épaisseur maximale des couches élémentaires de remblais obtenue après compactage mécanique
ne devra pas excéder vingt cinq centimètres (25cm).


Ces remblais doivent être exécutés de manière à ne causer ni déplacement de maçonnerie autre que
leurs flèches élastiques, ni dommages de celles-ci. A cet effet, pendant toutes les phases
intermédiaires de remblaiement, dans les limites des niveaux définitifs :


      - les différences de niveau de ces remblais de part et d'autre d'une même maçonnerie (mur ou
       voile) ou entre deux points quelconques situés sur le pourtour d'une maçonnerie ne devront
        jamais excéder cinquante centimètres (50cm).


      - le compactage doit être effectué par bandes parallèles à l'axe longitudinal des ouvrages ; les
       engins de compactage lourds ne sont pas autorisés.


Le module de déformation mesuré par essai de plaque ou dynaplaque sous dalle de transition devra
être tel que EV2  80 MPa.


L'Entrepreneur est tenu de préciser dans le cadre de son contrôle intérieur, les moyens qu'il compte
mettre en oeuvre pour s'assurer en permanence de la bonne réalisation des remblais techniques ou
remblais contigus aux ouvrages d'art.
Les tolérances de mise en œuvre sont de plus ou moins 5cm sur le nivellement.

ARTICLE 4.5 - GRAVE CIMENT POUR FOUILLES

(Fasc. 25 du CCTG, norme NF P 98-115)
4.5.1 - CENTRALE DE FABRICATION
La centrale utilisée pour la fabrication de la grave ciment doit être conforme aux spécifications de
l'article 7.3.1.3 de la norme NF P 98-115. Elle peut être discontinue.

4.5.2 - MISE EN OEUVRE
La mise en oeuvre de la grave ciment par temps de pluie continue ou lorsque la température
extérieure est inférieure à + 5 °C est interdite.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 87
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Les prescriptions de compactage sont fondées sur le contrôle de densité tel que défini à l'article 7.5.5
de la norme NF P 98-115.
Les prescriptions de compactage sont fondées sur la définition et le contrôle des moyens de
compactage et de leur mode d'utilisation, tels que défini à l'article 7.5.5 de la norme NF P 98-115.
L'épaisseur maximale des couches à compacter est de vingt (20) centimètres.



ARTICLE 4.6 - OUVRAGES PROVISOIRES AUTRES QUE LES COFFRAGES

Il sera fait référence au chapitre 4 du fascicule 65 A du C.C.T.G. et de son annexe A1.


Les règles sur les calculs et la conception des charpentes en bois, dites règles CB 71, objet du D.T.U.
P.21.701 sont applicables.


Les prescriptions relatives aux ouvrages provisoires visés par le fascicule 65 A sont celles visées au
chapitre 4, complétées comme suit :


   -    le C.O.P. chargé d'étaiement de ponts de 1ère catégorie présentera une qualification
        d'ingénieur. Dans le cas de son contrôle interne, il devra établir et transmettre au Maître
        d’ouvrage les attestations visées à l'article 42.2 du fascicule 65 A du C.C.T.G.



ARTICLE 4.7 - PAREMENTS ET AUTRES SURFACES COFFRÉES

(Fascicule 65 A chapitre 5)


4.7.1 - GENERALITES
La mise en oeuvre des coffrages sera réalisée conformément aux stipulations du chapitre 5 du
fascicule 65 A du C.C.T.G.


4.7.2 - COFFRAGES


       4.7.2.1 - Parois de coffrages pour parements vus
Les parois des coffrages pour parements vus sont définies comme suit et détaillées dans les plans
contractuels :


 Partie d'ouvrage                                           Classe de parement

   -   Tous les parements vues du tablier des Parements soignés fins
       sommiers,

Des descriptions sont également reportées sur les plans joints au présent CCTP et des indications
complémentaires peuvent être consultées dans le dossier architectural.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 88
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



       4.7.2.2 - Parois de coffrages pour parties non vues
Les parois de coffrages pour parties non vues pourront être des parois ordinaires : elles seront
utilisées pour toutes les parties cachées des ouvrages.

4.7.3 - COFFRAGES POUR PAREMENTS FINS


a) Généralités :
Les coffrages pour parements fins bruts de décoffrage seront constitués de panneaux identiques
ayant le même nombre d'emplois antérieurs, ou bien, ils devront être pourvus d'un revêtement
plastique ou de peinture soumis préalablement à l'agrément du Maître d'ouvrage.


Les coffrages ne devront comporter aucun dispositif de fixation non prévu sur les dessins d'exécution.


Les dispositifs de fixation proposés devront assurer un aspect satisfaisant une fois l'ouvrage terminé
(pas de coulure de rouille, disposition permettant un aspect satisfaisant après rebouchage, etc.).


En cas d'utilisation de coffrages métalliques, on utilisera des panneaux d'une épaisseur minimale de
cinq (5) millimètres pour toutes les parties d'ouvrage.


Ces panneaux seront décapés par sablage avant la première utilisation. Cette opération sera
renouvelée en cas de non-utilisation prolongée des coffrages et lorsque le nombre d'emploi successif
dépassera celui accepté par le Maître d’ouvrage dans le cadre du P.A.Q.


Le nombre de réemploi des coffrages avant régénération, et le nombre de réemploi avant
remplacement sera proposé par l'Entrepreneur dans le cadre de son P.A.Q., accompagné des critères
d'appréciation de l'état des coffrages.


Les modes d'utilisation des différents coffrages :


   -    nature et application des produits de démoulage,
   -    protection juste après décoffrage,
   -    mode de stockage d'attente des panneaux et protection de ceux-ci,
   -    mode de manutention, de réglage, de traitement des joints


Seront arrêtés en cours des épreuves de convenance et devront être établis pour être fixes pendant
toute la durée du chantier.


Toutes les arêtes saillantes seront abattues au moyen d'un chanfrein de 3 cm minimum.


b) Réservations diverses :

Toutes les réservations, en particulier pour tenue des coffrages, dispositifs de stabilisation en
construction, qu'elles soient apparentes ou cachées une fois les ouvrages terminés, qu'elles soient
ouvertes sur l'extérieur du béton ou internes à celui-ci une fois l'ouvrage terminé, devront être



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 89
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



systématiquement remplis par béton, mortier ou coulis pour interdire toute accumulation d'eau
susceptible de geler ou d'attaquer les armatures.

Les réservations sur les parties vues des ouvrages, non figurées sur les plans d’exécution, sont
interdites.


4.7.4 - TEINTE DES PAREMENTS
La teinte des bétons, des parements fins, sera appréciée par référence à une échelle de gris. La
planéité des parements sera conforme aux spécifications de l’article 52.2 du fascicule 65A du
C.C.T.G. Les variations de teinte, pour l'ensemble des parements, seront évaluées sur les bétons
secs âgés de 28 jours environ à partir de points d'observation situés aux distances suivantes des
parements.




              CLASSE DE PAREMENT             DISTANCE DU POINT D'OBSERVATION AU
                                                         PAREMENT


                       Fin                                          5m




ARTICLE 4.8 - TRAITEMENTS DE SURFACE

(Art. 54 du fasc. 65A du CCTG).



4.8.1 - BADIGEON POUR PAROIS EN CONTACT AVEC LES TERRES
(Art. 54.3 du fasc. 65A du CCTG)

La livraison, le transport et la manutention sont effectués en respectant les indications des articles
82.2 et 82.3 de l'additif au fascicule 65A du CCTG. Les produits sont préparés et mis en œuvre
conformément aux indications de la fiche technique du fabricant.




ARTICLE 4.9 - MISE EN OEUVRE DES ARMATURES POUR BETON ARME

(art. 63 du fasc. 65A du CCTG, chapitre A.7 du fasc. 62 titre I section I du CCTG, normes NF A
35-027, NF EN ISO 4066)



4.9.1 - FAÇONNAGE DES ARMATURES
(art. 62 du fasc. 65A du CCTG)

Par dérogation au premier alinéa de l'article 62.1 du fascicule 65A du CCTG, le façonnage dans les
coffrages de certaines armatures de diamètre supérieur à 12 mm pour les ronds lisses, 8 mm pour les



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 90
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



armatures à haute adhérence, peut être admis par le maître d'ouvrage sous réserve de la réalisation
d'une épreuve de convenance de façonnage concluante. Cette épreuve, réalisée sur les premiers
aciers façonnés met en évidence le respect de la conformité des façonnages par rapport aux plans
d'exécution et aux normes, ainsi que l'absence de blessures aux parois des coffrages. L'acceptation
de cette épreuve ne constitue pas un point d'arrêt, mais est un point critique. L'attention de
l'entrepreneur est toutefois attirée sur le fait qu'une non-conformité de façonnage, et/ou la présence
de blessures aux coffrages peut entraîner le refus des aciers correspondants et/ou le remplacement
des coffrages abîmés, pour permettre la levée du point d'arrêt de bétonnage, et cela aux frais de
l'entrepreneur.

Si l'entrepreneur a recours à une entreprise de pose, celle-ci doit bénéficier de la marque AFCAB-
Pose d'armatures du béton.

Les diamètres des mandarins de cintrage des armatures de béton armé (ronds lisses et armatures à
haute adhérence) seront au-moins égaux à ceux définis dans la norme NFA 35-027.


Avant tout coulage de tout béton, l'Entrepreneur devra prévenir le Maître d’ouvrage pour lui permettre
de vérifier la mise en oeuvre des armatures au-moins vingt-quatre heures (24 h) avant la mise en
oeuvre des bétons.


4.9.2 - ENROBAGE DES ARMATURES
Les enrobages sont conformes à l'article A.7.1. du BAEL 91 révisé 99.

Les enrobages sont ceux précisés à l'article A.7.1. du BAEL 91 révisé 99, pour les ouvrages soumis
aux intempéries, aux condensations ou aux actions agressives.

Les cales d'enrobage devront être ligaturées aux armatures.


En cas d'utilisation de manchons sertis ou de serre câbles, le P.A.Q. précisera les conditions limites
de leur réemploi.


Avant tout bétonnage, le résultat du contrôle interne des ferraillages sera remis au Maître d’ouvrage.


4.9.3 - DISPOSITIFS DE RABOUTAGE POUR ARMATURES
(art. 63.2 du fasc. 65A du CCTG)

Sauf justifications contraires de l'entrepreneur, les filetages des barres à raccorder sont exécutés en
usine, de même que la fixation des manchons sur les barres de première phase. Les manchons sont
obligatoirement équipés de bouchons en plastique vissés. Leur tolérance d'implantation est la même
que celle des barres qu'ils doivent raccorder.

ARTICLE 4.10 -         MISE EN OEUVRE DES BETONS

(Art. 74 du fasc. 65A du CCTG)

4.10.1 - BETONNAGE SOUS CONDITIONS CLIMATIQUES EXTREMES



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 91
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



(Art. 74.7 du fasc. 65A du CCTG)

Les résultats des mesures de températures sur chantier sont corrélés avec ceux de la station
météorologique la plus proche afin de dégager des tendances et prévoir, en cas de température
négative ou durablement supérieure à 35°C, la veille du bétonnage, la mise en place des dispositions
du PAQ relative au bétonnage sous conditions climatiques extrêmes.

Le bétonnage ne peut pas avoir lieu sans un abri si la température extérieure mesurée sur le chantier
est inférieure à 5° C.

Le recours au béton chauffé nécessite la mise en oeuvre de moyens particuliers complémentaires
destinés à limiter l'écart de température entre le béton et le métal, comme le calorifugeage et le
chauffage de la charpente.

Des dispositions particulières sont prises pour éviter un refroidissement brutal de la dalle.



4.10.2 - REPRISES DE BETONNAGE
(Art. 74.3 du fasc. 65A du CCTG)

Les reprises de bétonnage non prévues sur les plans d'exécution sont interdites. Les reprises de
bétonnage des parties visibles doivent faire l'objet d'une étude spécifique et ne sont tolérées qu'aux
conditions suivantes :

        -    exécution de stries ou indentations diverses,
        -    les reprises doivent se confondre rigoureusement avec les joints de coffrage.


En dehors de cette contrainte, les reprises de bétonnage ne seront tolérées qu'après accord du Maître
d’Ouvrage; les reprises verticales sont strictement interdites.


4.10.3 - CURE
(Art. 74.6.1 et 74.6.2 du fasc. 65A du CCTG)

Les prescriptions du fascicule 65A du CCTG relatives à la cure sont scrupuleusement respectées ; en
particulier, les coffrages sont laissés en place tant que la cure des faces coffrées est nécessaire, à
moins d'assurer une cure par d'autres moyens.

Elle sera réalisée soit par humidification, soit par mise en place d'un film protecteur.
Dans le cas d'une cure assurée au moyen d'un film protecteur sur une surface destinée à recevoir
ultérieurement une étanchéité adhérente, un essai de convenance de l'enlèvement du film sera
effectué avant emploi du produit de cure.

ARTICLE 4.11 - BOIS POUR SOUTIEN DE COFFRAGES – BLINDAGES
ECHAFAUDAGES

Les caractéristiques des bois sont définies par les normes N.F.B. 51.001 et N.F.B. 51.002. Les bois
de coffrage seront en sapin équarri, arêtes vives. Les bois pour blindage, échafaudage et support




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 92
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



seront choisis par l'Entrepreneur dans le cadre des prescriptions de la norme N.F.B. 51.001 et dans
les catégories correspondantes aux contraintes calculées.


Tous les bois seront droits, sains, unis et sans roulures, pourritures, nœuds vicieux, chancres et gui,
trous de vers, piqûres et vermoulures.


En cas de contestations sur la qualité du bois, il sera procédé, sur demande du Maître d’ouvrage, aux
essais définis par les normes N.F.B. 51.003 et N.F.B. 51.013. Les résultats de ces essais devront être
supérieurs aux valeurs de contraintes admissibles données aux articles 9 et 10 de la norme N.F.B.
52.001 pour les bois de catégorie II.


En cas d'emploi de panneaux de contre-plaqué pour l'obtention de parements fins, la qualité choisie
doit être du type à imprégnation spéciale pour bétons. L'épaisseur minimale de ces panneaux est de
vingt cinq millimètres (25mm).


Le nombre de réemploi avant régénération et le nombre de réemploi avant remplacement sera
proposé par l'Entrepreneur dans le cadre de son P.A.Q. accompagné des critères d'appréciation de
l'état des coffrages. Le P.A.Q. fournira également les modes d'utilisation des différents coffrages :
            -   nature et application des produits de démoulage,

            -   protection juste après décoffrage,

            -   mode de stockage d'attente des panneaux et protection de ceux-ci,

            -   mode de manutention, de réglage et traitement des joints.


Les coffrages devront, en tout état de cause, permettre d'obtenir des parements bruts de décoffrage
sans malfaçons (nids, pores, bulles, traînées, cloques, bavures,...).
Tous les panneaux ou planches destinés au coffrage des parements vus seront de la même essence
et au même stade de réemploi.



ARTICLE 4.12 -          ÉLEMENTS PREFABRIQUES

Manutention et stockage des éléments
Les éléments préfabriqués feront l’objet d’une étude spécifique venant en complément de celles
prévues à l’article « Mise en oeuvre des bétons ». Celle-ci sera menée conformément aux
prescriptions de l’article 85.1 du fascicule 65 A du C.C.T.G. et des ses commentaires.
Tout élément préfabriqué ayant subi une détérioration visible à l’œil nu, en particulier en cours de
stockage ou de manutention, sera refusé.


Tous les éléments préfabriqués devront être homogènes en teinte, en particulier, tout élément
présentant à l’œil nu à 2m de distance une variation de teinte par rapport à l’élément de référence
sera rebuté.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 93
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Les éléments seront assemblés conformément aux prescriptions de l’article 84.2 du fascicule 65 A du
C.C.T.G. ainsi qu’au calpinage établi par l’Entrepreneur et visé par le Maître d’ouvrage.


Dans l’hypothèse où l’entreprise se propose d’utiliser des ancres ou des épingles de manutention, le
type d’ancre, le matériau constitutif, la position sur l’élément, les conditions de cachetage ou de
protection complémentaire vis-à-vis de la corrosion seront soumis à l’acceptation du Maître d’Ouvrage
dans le cadre du P.A.Q.


L’utilisation de douilles d’ancrage inoxydables est recommandée.


Stockage
Les conditions de stockage des éléments préfabriqués seront conformes aux spécifications de l’article
83 du fascicule 65 A du C.C.T.G. et seront précisées par l’Entrepreneur dans le P.A.Q.

Réglage
Aucun désafleurement de surface ne sera toléré dans l’alignement vertical des plaques à disposer sur
les murs en retour des culées.

Fixation des éléments à la structure
Les éléments à disposer seront scellés à la maçonnerie coulée en place.
L’Entrepreneur proposera à l’agrément du Maître d’Ouvrage la méthode et les moyens qu’il compte
utiliser pour mener à bien cette opération.

ARTICLE 4.13 -         TRAITEMENT DE SURFACE DES TROTTOIRS

Le trottoir amont est constitué en béton C30/37 sans revêtement particulier. La face supérieure du
béton de trottoir fera l’objet d’une finition par balayage transversale avant prise du béton. Ce balayage
sera effectué de façon à ce que l’eau piégée en fond de rainures ne soit pas bloquée contre la
bordure.

ARTICLE 4.14 -         ETANCHEITE PRINCIPALE

4.14.1 - RECEPTION DU SUPPORT
L'état de surface du tablier fera l'objet d'une réception par référence à une plaquette étalon. La
rugosité maximale devra être celle définie pour la plaquette P1.

Le contrôle sera visuel : en cas de contestation, il sera procédé à la mesure de la hauteur de sable. Si
l'état de surface ne correspond pas à la plaquette exigée et si l'essai éventuel de hauteur de sable
donne une valeur supérieure ou égale à 1,5mm, il sera procédé à une remise de la surface à l'état par
un procédé soumis à l'acceptation du Maître d’ouvrage.

Quel que soit le procédé, la réception de la surface ne sera prononcée qu'après essais de hauteur de
sable (valeur à obtenir : H.S. plus petit ou égal à 1,5mm) et si la résistance RT est supérieure à 2 MPa
(deux). Essai selon le projet du mode opératoire de décembre 1979 du L.C.P.C. "Caractéristiques
mécaniques de matériaux en films et en feuilles".



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 94
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



4.14.2 - PREPARATION DU SUPPORT
Le support recevra la préparation minimale et normale suivante :

    o   élimination des matières sans cohésion : argile, terre, poussière, laitance, etc. et du produit de
        cure éventuel,

    o   nettoyage définitif de la surface à étancher par balayage et/ou aspiration suivi, si besoin est,
        d'un lavage à l'eau propre et sous pression.

Ces deux opérations sont menées simultanément et réitérées autant que de besoin.

Les procédés, matériels et programmes nécessaires à cette préparation seront soumis à l'acceptation
du Maître d’ouvrage ; la mise en oeuvre de l'étanchéité ne sera faite que sur son autorisation, après
examen par ses soins de la préparation du support.



4.14.3 - PLAN DE POSE
Avant tout début de chantier, l'entrepreneur soumettra au Maître d’ouvrage, pour avis, un plan de
pose de l'étanchéité de l'ouvrage.



4.14.4 - COUCHE D'ACCROCHAGE
Elle sera appliquée sur un support propre et débarrassé des matières sans cohésion (terre, argile,
poussière, etc.).

L'application se fera au balai à poils souples ou par pulvérisation : ou par une combinaison des deux.
L'usage de la raclette en caoutchouc sera prohibée. L'usage de la "raclette mousse" sera toléré quand
elle est complétée par un passage de balai à poils souples.

On appliquera sur une surface sèche (naturellement ou artificiellement), l'application sur une surface
humide ou sous la pluie sera prohibée. Le produit recouvrira toute la surface et les manques seront
repris. Les accumulations seront éliminées.



4.14.5 - MISE EN OEUVRE DE LA FEUILLE
Le travail ne doit être ni ré entrepris ni poursuivi, avant que le support soit sec et les solvants de
l'enduit d'imprégnation évaporés.

La mise en oeuvre se fait par "soudage en plein" au chalumeau à gaz. Le réchauffage devra être
uniforme sur toute la largeur du rouleau pour permettre de créer un bourrelet de bitume fondu au pied
du rouleau : il ne devra cependant pas être excessif au point de risquer ou détériorer la chape.

Après pose des différents lés avec recouvrement de cinq (5) centimètres, les joints seront repris à la
spatule et au chalumeau de façon à parfaire à leur soudure et afin de leur donner un profil biais
adoucissant le changement d'épaisseur au droit du recouvrement.

Il sera réalisé un relevé d’étanchéité au droit de la longrine d’ancrage des corniches. L'étanchéité sera
relevée verticalement sur la hauteur totale de l'engravure (hauteur 18cm, épaisseur 3cm).




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 95
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Il sera réalisé un solin en mortier hydraulique 5cm x 5cm au droit des relevés d’étanchéité le long des
longrines d’ancrage. En limite de la dalle, l’étanchéité sera rabattue verticalement en descendant sur
la totalité de l’épaisseur de la dalle + 10 cm.

Les pénétrations seront traitées conformément aux règles de l'art. L'application sous la pluie ou sur un
support mouillé est interdite.



4.14.6 - CONTROLES ET ESSAIS
a) Conformité en poids

Le poids des échantillons et, éventuellement, des rouleaux est fait systématiquement.

b) Composition

Il s'agit d'une vérification rapide de la composition : teneur en liant, poids et type d'armature.

c) Cloques, gonfles

La surface extérieure ne doit pas comporter de lésions, cloques, gonfles, etc. Tous les défauts seront
repris autant que besoin.




ARTICLE 4.15 - BOSSAGES D'APPUI

4.15.1 - GENERALITES
L'exécution des bossages d'appui inférieurs en micro-béton M50 respecte les prescriptions du
document "Environnement des appareils d'appui en élastomère fretté - Règles de l'art" édité par le
SETRA et le LCPC en Octobre 1978 (réimpression de juin 90).

Des connecteurs verticaux doivent lier le bossage au couronnement des appuis.

Les bossages doivent déborder d'au moins 5 cm des bords des appareils d'appui (à porter à 10cm si
le dé dépasse 10cm de hauteur) et d'au moins 10cm du parement vertical le plus voisin.



4.15.2 - TOLERANCES
Les tolérances sur l'implantation et la géométrie des bossages sont les suivantes :

            -   planéité et horizontalité : 1mm sur la surface des bossages,

            -   implantation en plan : + 10mm,

            -   nivellement : + 10mm par rapport aux bases d'implantation et + 3mm par rapport aux
                bossages de la même ligne d'appui.

ARTICLE 4.16 - APPAREILS D'APPUI EN CAOUTCHOUC FRETTE

Pour un ouvrage en béton, l'entrepreneur propose à l'acceptation du maître d’ouvrage la méthodologie
de pose comprenant les interactions avec la cinématique générale de construction.



IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 96
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Le sommet des appuis sera repiqué à l'emplacement des bossages avant pose des coffrages.
Les faces en contact avec l'appareil d'appui devront être planes et la surface supérieure du bossage
inférieur, horizontale ; la tolérance en planéité et en horizontalité est de 1,00 mm sur la surface des
bossages.
Les appareils d'appui seront, si nécessaire, munis d'un dispositif anti-cheminement à soumettre à
l'agrément du Maître d'ouvrage.


En fin de travaux, toute disposition anormale des appareils d'appui sera éliminée. Pour y parvenir,
l'Entrepreneur procédera au vérinage des tabliers ; cette prestation étant réputée rémunérée par le
prix définit dans le bordereau des prix, article « appareils d’appuis en élastomère fretté ».



ARTICLE 4.17 -          GARDE-CORPS

Tous les garde-corps à réaliser sur l’ouvrage et dans le cadre du présent marché sont de type 1902
(garde-corps de village).

Les garde-corps recevront, après galvanisation à chaud sur leurs surfaces extérieures vues et non
vues une peinture Epoxy (Verte) de nuance RAL 6005.

La mise en oeuvre des dispositifs de sécurité sur ouvrage sera conforme aux prescriptions du
document guide GC 77 du SETRA mis à jour en Mars 1981 et suivant le Guide Technique du GC du
SETRA : Garde-corps N° F 9707.



4.17.1 - DESSINS D'EXECUTION DES OUVRAGES
Les documents d'exécution du garde-corps comprennent :

            -   les dessins d'exécution du garde-corps,

            -   le détail des dispositifs d'extrémités et les liaisons avec les bâtiments privés

            -   un plan définissant de façon précise les emplacements prévus pour les scellements.



4.17.2 - FABRICATION ET MONTAGE
Le serrurier procède au découpage et à l'assemblage de tous les éléments. Les éléments du garde-
corps sont assemblés puis posés et réglés en alignement et en altitude. La tolérance pour faux
aplomb est de 0,5 centimètres sur la hauteur. La fixation des montants n'intervient qu'après
vérification par le Maître d’ouvrage ou son représentant autorisé, du parfait alignement du garde-
corps.

La tolérance pour faux alignement en plan ou en hauteur est de 1 centimètre par rapport à la ligne
idéale tout le long de l'ouvrage intéressé, quelles que puissent être les irrégularités de l'assise.

Le scellement des montants n'intervient qu'après vérification par le maître d'ouvrage du parfait
alignement du garde-corps (point d’arrêt).




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A        Page 97
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



La tolérance pour faux alignement en plan ou en hauteur est de 1cm par rapport à la ligne idéale tout
le long de l'ouvrage intéressé, quelles que puissent être les irrégularités de l'assise.

Le béton de scellement est fabriqué, transporté et mis en oeuvre dans les mêmes conditions que le
béton de la structure.

Le surfaçage du béton de scellement est soigné, de telle sorte que l'eau ne puisse séjourner à
l'encastrement des montants.

Les éléments de garde-corps seront livrés sur le chantier dans des emballages protecteurs. Ils seront
en outre revêtus d'un film plastique de protection qui ne sera enlevé par l'Entrepreneur
qu'immédiatement avant les opérations préalables à la réception. Tout élément rayé ou abîmé sera
refusé et devra être remplacé aux frais de l'Entrepreneur.


4.17.3 - RECONDITIONNEMENT DES SURFACES PROTEGEES
Les surfaces à reconditionner au droit des blessures, des coupes ou des soudures exécutées sur
chantier sont convenablement dégraissées, décalaminées ou dérouillées s'il y a lieu, puis reçoivent,
en l'absence d'humidité, l'application de peinture riche en zinc.

L'épaisseur de la peinture mise en oeuvre est supérieure ou égale à celle du revêtement adjacent.

Lorsque la surface des défauts à reconditionner dépasse 3 % de la surface totale du garde-corps, la
peinture de reconditionnement est généralisée pour donner une homogénéité de teinte.

La mise en peinture est effectuée par un applicateur titulaire de la marque ACQPA-Peinture
anticorrosion/Certification des opérateurs.




ARTICLE 4.18 -           BORDURES DE TROTTOIRS

Les bordures de trottoir préfabriquées type T2 sont posées après clavage ou décintrement de
l'ouvrage sur un mortier M25.

En cas d'insuffisance de hauteur disponible, les bordures sont retaillées avant pose.

Les joints ont dix millimètres (10 mm) d'épaisseur maximale et sont serrés et lissés au fer.

La tolérance pour faux alignement en plan et en hauteur est de un (1) centimètre par rapport à la ligne
idéale tout le long de l'ouvrage intéressé.

La tolérance pour faux alignement local (entre deux bordures successives) en plan et en hauteur est
de deux (2) millimètres par rapport à la ligne idéale tout le long de l'ouvrage intéressé.

Les parties des bordures de trottoirs adjacentes aux joints sont obligatoirement coulées en place
après pose des joints.

Pour les bordures de trottoir coulées en place, la tolérance pour faux alignement en plan et en hauteur
est de un (1) centimètre par rapport à la ligne idéale tout le long de l'ouvrage intéressé.

Les parties des bordures de trottoirs adjacentes aux joints sont obligatoirement coulées en place
après pose des joints.



IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 98
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



ARTICLE 4.19 -          DRAINS

Les drains à disposer le long des trottoirs placés au niveau de l’interface chaussée / Chape
d’étanchéité et adossées aux bordures et le long de la longrine des garde-corps seront réalisés
conformément aux plans du marché. Ils sont en inox ou alu.


Les drains à disposer dans les fouilles des chevêtres des culées de 160mm de diamètre sont des
drains type routier.
La mise en place et la fixation des systèmes d'évacuation sont exécutées suivant les indications
portées sur le plan d'exécution correspondants et suivant la procédure prévue au PAQ.




ARTICLE 4.20 - FOURREAUX

L’ensemble des fourreaux est en PVC, ils seront mis en place dans le trottoir amont conformément
aux plans des ouvrages joints au présent CCTP.
Ils sont composés :
      -     Dans les deux trottoirs amont et aval de 1  100mm + 1  120mm,
Les fourreaux devant recevoir des câbles munis d'un lance-câble en attente.




ARTICLE 4.21 -          JOINTS DE CHAUSSEES ET JOINTS DE TROTTOIRS

Les joints de chaussées et des trottoirs seront réalisés après mise en œuvre des enrobés.
La pose des joints de chaussées et de trottoirs sera conforme aux spécifications de l'annexe 1 du
document "Joints de chaussées des Ponts Routes" du S.E.T.R.A. de Juillet 1986 :

Joints de chaussée :
Les joints de chaussée seront des joints à revêtement amélioré, adaptés à un trafic :
      -     T2, présentant une capacité minimale de souffle 30 mm ( 15 mm) et ayant fait l'objet d'une
            procédure d'avis technique auprès du S.E.T.R.A .
Leur raccordement avec les joints de trottoirs devra permettre d'assurer une continuité.

Joints de trottoirs :
Le joint de trottoirs sera du même type que le joint de chaussée et en continuité de celui-ci.



ARTICLE 4.22 - MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIFS DE RECUEIL ET
D'ÉVACUATION DES EAUX

La mise en place et la fixation des systèmes d'évacuation sont exécutées suivant les indications
portées sur le plan d'exécution correspondants et suivant la procédure prévue au PAQ.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A       Page 99
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Les raccordements entre les différents éléments du réseau d'évacuation des eaux en polyéthylène
seront collés.
La partie du réseau noyée dans le béton devra être solidement arrimée au ferraillage et testée après
bétonnage.



ARTICLE 4.23 -          REPARATION DES MAÇONNERIES DE L’OUVRAGE

4.23.1 - RECONSTRUCTION DES MURS EN MAÇONNERIE
Les murs en aile situés côté aval de l’ouvrage sont dans un mauvais état. Ils présentent des
désordres divers : problèmes de rejointoiement, de descellement de la maçonnerie et de bombement,
la présence de végétation, etc. …

L’entrepreneur est tenu dans le cadre du présent marché de déposer soigneusement la maçonnerie
des murs existants et de les reconstruire à l’identique avec les mêmes pierres.

Le niveau de démolition et les caractéristiques géométriques des murs donnés dans le plan du
marché devront être respectés.

Les pierres à remettre pour reconstruction du mur devront être nettoyées, décrottées et découpées si
nécessaires.



4.23.2 - NETTOYAGE DE MAÇONNERIE
Les parois en maçonnerie des culées et des murs de soutènement seront nettoyées. La réhabilitation
de ces éléments consiste :

-   à réaliser sur l'ensemble des surfaces en maçonnerie :

      o     un nettoyage afin que le support soit débarrassé de toutes particules et éléments non
            adhérents, purge de la végétation, des mousses et toutes les souillures et salissures.

            Les maçonneries en élévation font l’objet d’un décapage à l’eau sous haute pression (150-
            180bars), suivi d’un soufflage à l’air comprimé. L’entrepreneur propose les modalités de
            réalisation, les moyens d’accès et les dispositifs de récupération des déchets.

            Un essai de convenance de 2m² de surface sera réalisé en début de travaux afin de valider
            les moyens et dispositifs de recueil des déchets. Cet essai sera effectué sur la face
            horizontale d’une culée.

            Après nettoyage des parements, un constat est établi avec le maître d’ouvrage afin de
            définir les zones dégradées et à nettoyer.

            L’emploi du sablage pour le nettoyage de la maçonnerie est interdit.


-   à rejointoyer les joints des pierres sur l’ensemble des éléments en maçonnerie si nécessaire,

      o     mise en état de recette du joint, purge des parties non adhérentes des joints et des
            éléments instables, enlèvement et purge de la végétation, des mousses et des lichens,




IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03                C.C.T.P.      Novembre 2009 – Indice A      Page 100
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



      o     refouillement en recherche de tous les joints altérés ou douteux (purge de tous les éléments
            instables). La profondeur finale de refouillement sera déterminée en présence du maître
            d’ouvrage. Les matériaux de refouillement seront évacués dans une décharge de
            l’entrepreneur. Toutes les précautions devront être prises pour ne pas endommager la
            maçonnerie saine.

      o     nettoyage des joints au jet d'eau à haute pression afin que le support soit débarrassé de
            toutes particules et éléments non adhérents, la puissance de projection sera appropriée afin
            de permettre l’élimination de toutes les parties friables et non adhérentes en surface tout en
            ne détériorant ou en ne désagrégeant pas les pierres de maçonnerie,

      o     garnissage du joint à l’aide d’un mortier M30 conforme aux spécifications du présent
            C.C.T.P. Après regarnissage, les joints seront ébavurés et les moellons débarrassés de
            toute trace de projection. Les joints seront identiques aux joints existants




ARTICLE 4.24 -           CONTROLE DE LA STABILITE DE L'OUVRAGE EN COURS DE
TRAVAUX

Au cours des travaux de nature à modifier de façon temporaire et défavorable la stabilité des appuis
conservés, l'entrepreneur devra, sans aucune rémunération particulière, assurer un contrôle de la
stabilité de l’ouvrage et ceci en complément de l'article 1.10.10 du présent C.C.T.P.

Ce contrôle de la stabilité sera effectué depuis le début des travaux et jusqu'à l'achèvement complet
des travaux. Ce contrôle, à la charge et aux frais de l'entrepreneur, comportera le système de
surveillance de façon à ce qu'il puisse mesurer ou constater tout changement de comportement des
appuis. Ce système sera soumis à l’agrément du Maître d’ouvrage

Dans le cas où les désordres apparaîtraient (fissures, tassement, basculement...), l'entrepreneur
devra :

-   arrêter immédiatement les travaux et en aviser, dans les plus brefs délais, le maître d'ouvrage,

-   réaliser la pose de témoins afin d'assurer le contrôle de l'évolution des dégradations apparues,

-   prendre toutes les mesures utiles pour limiter l'extension des désordres,

-   remettre ses propositions pour effectuer les travaux de confortement et de réparation nécessités
    par les désordres apparus, permettant de garantir la bonne conservation de l'ouvrage,

-   faire de nouvelles propositions pour la poursuite du chantier en toute sécurité.




ARTICLE 4.25 - REPÈRES DE NIVELLEMENT

Les repères de nivellement seront fournis par l’entreprise. Ils seront scellés en place sur l’ouvrage,
suivant les indications du Maître d’ouvrage.


La tolérance d’implantation sera de plus ou moins un centimètre (± 1 cm).



IGIOA.SAS                Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 101
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Le repère sera fixé dans un trou réalisé mécaniquement à un emplacement préservant les aciers de
l’ouvrage de tout endommagement. Après nettoyage de ce trou par soufflage, il sera scellé à l’aide
d’un produit de scellement titulaire de la marque NF-Produits spéciaux destinés aux constructions en
béton hydraulique. Les repères mis en œuvre avec des chevilles autoforeuses ou à expansion seront
interdits.
Les plans de récolement devront faire figurer ces repères avec des indications très précises.



ARTICLE 4.26 - TRAVAUX DE CHAUSSEE ET ACCOTEMENTS

4.26.1 - LES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE MARCHE
                                                                      5
    -   la fourniture et la mise en œuvre de grave non traitée 0/31 ,
    -   la préparation du support par balayage et nettoyage
    -   la préparation du support par mise en oeuvre des couches d'accrochage,
    -   les repérages de nivellement et les piquetages complémentaires,
    -   le transport, depuis la centrale de fabrication jusqu’au lieu de mise en oeuvre, des matériaux
        enrobés à chaud aux liants hydrocarbonés,
    -   la mise en oeuvre et le compactage des matériaux enrobés à chaud aux liants hydrocarbonés,
    - le contrôle de l'application des matériaux enrobés à chaud aux liants hydrocarbonés,

La fourniture de l’enrobé est la charge du Maître d’ouvrage. La prestation de l’entreprise
comprend uniquement le transport depuis la centrale de fabrication désignée par le Maître
d’ouvrage ainsi que la mise en œuvre conformément aux normes en vigueurs.

Cette prestation est réputée rémunérer par l’application du prix 4060 du bordereau de prix.


4.26.2 - PROFIL EN LONG
La chaussée à reconstruire de part et d’autre de l’ouvrage doit suivre le profil en long dicté par les
points de nivellements donnés dans le plan joint au présent CCTP (dossier du marché).


4.26.3 - PROFILS EN TRAVERS
La mise en œuvre des matériaux doit respecter le profil en travers actuel de la chaussée.

        4.26.3.1 - Contrôles
Les rôles de chacun sont résumés à titre indicatif dans le tableau ci-après; ils devront être précisés
après remise par l’Entrepreneur de son Plan d'Assurance Qualité (PAQ) pendant la période de
préparation.
Celui-ci devra mentionner dans le paragraphe "Contrôle", les moyens mis en œuvre en personnel et
en matériel pour assurer les contrôles, le type des contrôles effectués par l'Entreprise pour la
réalisation des terrassements, de la couche de réglage et des différentes couches de chaussée, ainsi
que la fréquence des contrôles.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.           Novembre 2009 – Indice A   Page 102
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



                       ENTREPRISE                                  MAITRE                      D’ŒUVRE
TRAVAUX
                       (à ses frais)                               (aux frais du Maître d’Ouvrage)
                       -      Définition    de      l'atelier de -     Planche de référence.
MISE EN ŒUVRE                 compactage.                        -     Vérification    de     l'atelier    de
DES ENROBES            -      Fonctionnement de l'atelier de           compactage       proposé      (planche
                              compactage.                              d'essais et de référence).
                       -      Contrôle de mise en œuvre -               Contrôle de compactage.
                              (nivellement et surfaçage).


L’Entrepreneur devra donc mettre en œuvre tous les moyens en personnels et en matériel pour
assurer les essais qui lui incombent tels qu'ils sont définis ci-dessus.


4.26.4 - PROVENANCE ET DESIGNATION DES MATERIAUX
Seule la provenance de la GNT 0/31.5 nécessaire pour la réfection de la chaussée et la
reconstitution des accotement est la charge de l’entreprise


Tous les matériaux ne peuvent être employés qu’après avoir été examinés par le Maître d’ouvrage.
Tous les matériaux non utilisables doivent être immédiatement enlevés par l’Entrepreneur et
remplacés à bref délai.


Ils doivent être soumis à l’agrément du Maître d’ouvrage, en temps utile, pour respecter le délai
d’exécution contractuel et au maximum dans un délai de quinze (15) jours à compter de la date de
notification du marché.

      4.26.4.1 - Modalités d’agrément et de réception des matériaux

4.26.4.1.1 - Agrément des matériaux
Les matériaux, produits et constituants à soumettre au Maître d’ouvrage en exécution des clauses du
marché, doivent être présentés par l’Entrepreneur en temps voulu pour ne pas retarder la préparation
du chantier et l’exécution des fournitures ou travaux.


Le Maître d’ouvrage se réserve un délai de deux (2) semaines pour faire connaître sa décision, délai
courant à partir de la date à laquelle auront été fournis tous échantillons de fabrication, et tous
renseignements propres à justifier les propositions de l’Entrepreneur.

4.26.4.1.2 - Réception des matériaux
Avant leur emploi, tous les matériaux inclus dans le présent marché sont présentés sur le chantier ou
en usine à la vérification ou à l’acceptation provisoire du Maître d’ouvrage.


Les matériaux soumis à essais peuvent être utilisés qu’autant que les résultats des essais auront
permis de les accepter.


L’Entrepreneur doit prendre toutes dispositions nécessaires pour qu’un laps de temps suffisant à la
durée des essais soit compris entre l’approvisionnement d’un matériau et sa mise en œuvre.




IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03            C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 103
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



      4.26.4.2 - Matériaux pour en GNT
Les matériaux proposés par l’entrepreneur seront des types suivants :
 GNT 0/31,5 mm de type GNT2 suivant la norme NF EN 13285.

Sable de fermeture
Le sable de fermeture de la grave 0/31.5 mm à mettre sur les accotements sera un sable de couleur
claire 0/4 mm, de nature calcaire. Il sera répandu à raison de 6 à 8 l/m2 et sera suivi d’un
compactage.

      4.26.4.3 - Natures et caractéristiques des principaux MATERIAUX

4.26.4.3.1 - Nature et destination des principaux matériaux



                                       EPAISSEUR
                        DESIGNATION DU                       TRAITEMENT
SECTION                                MOYENNE                                 OBSERVATIONS
                        MATERIAU FINI                        DE SURFACE
                                       (cm)

                                                             Sablage 0/4
Accotements et
                        GNT 0/31,5           30cm            sur               -
corps de chaussée
                                                             accotement




4.26.4.3.2 - Références normalisées
Les références normalisées données dans le tableau ci-dessous sont valables à la date de rédaction
du marché.



                                                                                        FOURNISSE
  REFERENCE                                       ABREVIATI       CATEGO      PROVENANC UR     ET
                       TECHNIQUE
  De la norme                                     ON              RIE         E         OBSERVATI
                                                                                        ONS

                                                                              Usines
  NF EN 13285          Grave     non    traitée                               agréées par
                                                  GNT2                                       Entrepreneur
                       0/31.5                                                 le      Maître
                                                                              d’ouvrage


4.26.5 - EXECUTION DES TRAVAUX


      4.26.5.1 - Transport des enrobés
Cf. articles 4.9.2, 4.9.3 et 6.9 de la norme NF P 98-150


Entre la centrale et le chantier de mise en oeuvre, les camions doivent impérativement emprunter les
itinéraires imposés par le Maître d’ouvrage.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 104
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Toute surcharge est interdite. Si une surcharge est constatée, la totalité du poids des matériaux
transportés en surcharge ne sera pas prise en compte pour le règlement des prix des matériaux
hydrocarbonés. (Réf. article 25.2 du CCAG).


Tous les camions utilisés pour les transports des enrobés doivent :
      -     présenter des caractéristiques qui les rendent aptes à déverser dans des conditions
            satisfaisantes leur chargement dans les matériels de mise en œuvre du chantier et en
            particulier en évitant au maximum les risques de ségrégation.
      -     être équipés d’un dispositif d’identification


Le bâchage des camions est obligatoire et effectué au moyen de bâches imperméables
couvrant la totalité du chargement. Seul le Maître d’ouvrage peut autoriser l'entrepreneur à ne
pas l'effectuer.



      4.26.5.2 - Mise en œuvre des enrobés
Cf. articles 4.14 et 6.14 pour la GE de la norme NF P 98-150

4.26.5.2.1 - Travaux préalables

          A)   Reconnaissance du support

Préalablement à tout chantier, le maître d'ouvrage et l'entrepreneur reconnaissent le support.


La liste détaillée des défectuosités constatées doit être remise au moins cinq (5) jours avant le début
des travaux au Maître d’ouvrage qui notifiera à l’Entrepreneur la liste des travaux qu’il sera nécessaire
d’exécuter avant la mise en œuvre des matériaux enrobés à chaud aux liants hydrocarbonés.


Avant tout début des travaux d'enrobé, le Maître d’ouvrage lève le point d'arrêt d'acceptation
du support.

4.26.5.2.2 - Répandage
cf. articles 4.14 .2., 4.14.3 de la norme NF P 98-150
Le répandage sera exécuté :
          - en largeur variable,
          - par voie de circulation,
          - hors circulation.
Il s’effectuera au finisseur quelles que soient les qualités d'uni longitudinal, de rugosité et d'adhérence.

4.26.5.2.3 - Guidage du finisseur
Les méthodes de guidage doivent être précisées dans le P.A.Q de l’entreprise, en conformité avec
l’article 4.14.3.8.5 de la norme NF P 98-150


- le guidage du finisseur peut être :




IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03              C.C.T.P.       Novembre 2009 – Indice A      Page 105
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



- en vis calées ou en guidage court (bordures ou caniveaux, chaussée existante, bande adjacente
déjà appliquée...),
- par rapport à une référence mobile,
- par rapport à une référence fixe.

4.26.5.2.4 - Conditions météorologiques défavorables
cf. article 4.12.1.3 de la norme NF P 98-150
La température minimale de répandage des matériaux enrobés sera précisée par le PAQ en se
référant aux indications propres à chaque technique contenue dans les normes produites :


    -     Grave Bitume : NFP 98-138, article 8.2.3
    -     Béton Bitumineux à module élevé : NFP 98-140, article 8.2.3
    -     Béton bitumineux mince : NFP 98-132, article 10.2.2
    -     Béton bitumineux semi grenu : NFP 98-130, article 10.2.2


Les enrobés qui sont soit chargés sur camions, soit répandus à une température insuffisante, sont
rebutés et évacués hors du chantier à la charge de l’entrepreneur, dans une décharge acceptée par le
Maître d’ouvrage.


Le répandage des enrobés est subordonné à l’accord du Maître d’ouvrage dès lors que la température
extérieure est inférieure à cinq degrés Celsius (5°C) ou que la vitesse du vent atteint cinquante
kilomètres par heure (50 km/h).

4.26.5.2.5 - Joints longitudinaux
cf. l’article 4.14.3.3 de la norme NF P 98-150
La réalisation des joints longitudinaux doit permettre d’obtenir les spécifications demandées.

4.26.5.2.6 - Joints transversaux de reprise
cf. l’article 4.14.3.5 de la norme NF P 98-150
La réalisation des joints transversaux doit permettre d’obtenir les spécifications demandées.
Ils doivent être émulsionnés avant la reprise de la mise en œuvre.
Lors de chaque reprise, la découpe du biseau doit être réalisée par l'utilisation d'un marteau piqueur
ou d'une scie à disque qui permet d'obtenir un joint peu apparent.
Pour faciliter l'enlèvement de l'enrobé, les arrêts transversaux sont réalisés sur papier kraft ou sur
sable.

         4.26.5.3 - Compactage des matériaux hydrocarbonnés
(cf. l’article 4.14.4 de la norme NF P 98-150)
L'entrepreneur indique dans le SOPAQ la composition théorique du ou des ateliers types de
compactage qu'il propose de mettre en oeuvre.
En fonction de la nature des enrobés, de l'épaisseur de mise en oeuvre et de leur utilisation, la
composition de l'atelier, la mise au point des modalités de compactage sont définies par l'entreprise
dans le cadre de son PAQ.
L’entrepreneur est tenu de réaliser toutes les opérations de compactage sans vibration sur l’ouvrage.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 106
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



4.26.6 - CONTROLE DES CHAUSSEES
       4.26.6.1 - Contrôle interne
Le contrôle est conduit conformément aux dispositions de l'article 4.1 du fascicule 27 du CCTG et aux
dispositions du plan d’assurance de la qualité de l'entreprise. Il est complété par les dispositions ci –
après
4.26.6.1.1 - Contrôle des constituants
Dans le cas d’utilisation de constituants titulaires du droit d'usage de la marque NF ou équivalent, les
seuls essais à réaliser concernent les caractéristiques pouvant évoluer pendant le transport ou le
stockage.
Dans le cas contraire, les essais et leur fréquence sont indiqués dans l’annexe au SOPAQ rendue
contractuelle.
Pour les fillers d'apport, un essai d'identification complet doit avoir été réalisé depuis moins de trois
ans.

4.26.6.1.2 - Contrôle de la mise en œuvre


            A)   Teneur en vide.
Les essais à réaliser sont au minimum les suivants par lot de contrôle :


        -    pour les enrobés mis en œuvre en épaisseur supérieures ou égales à 5 cm, vingt mesures
             de teneur en vide réparties de façon aléatoire sur l'ensemble du lot de contrôle.


Les teneurs en vide à obtenir par lot de contrôle sont celles prescrites à l'article 4.2 3.du présent
CCTP.
Si une planche de référence a été réalisée, les contrôles sont exécutés conformément à la norme XP
P 98-151.


         B) Macrotexture
Elle est réalisée pour les enrobés de couche de roulement par l'essai de profondeur moyenne de
texture (PMT) selon la norme NF EN 13036-1. Pour chaque lot de contrôle défini à l'article 4.2 ci-
après, 10 essais au minimum, sont réalisés sur chaque ligne de mesure, par voie. Les résultats
doivent être conformes aux exigences de l'article 4.2.4.2 du présent CCTP.



4.26.6.1.3 - Epreuve de convenance de mise en œuvre


L'épreuve de convenance est réalisée de la façon suivante :


            A)   Planche de vérification


Dès que la fabrication des enrobés est jugée correcte, le Maître d’ouvrage fait procéder, à l'exécution
d'une planche de vérification afin de s'assurer que les modalités de compactage arrêtées dans le
PAQ permettent d'obtenir les caractéristiques demandées. En cas de                    résultats insuffisants,
l'entrepreneur est alors tenu de proposer d'autres modalités. Dans ce cas la nouvelle planche est
réalisée à ses frais.


IGIOA.SAS                 Igioa_09015_CG03             C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 107
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises




        B)     Pour la teneur en vide,


-   pour les enrobés d'épaisseur supérieure ou égale à 5cm les valeurs à obtenir sur 20 mesures sont
les suivantes :


Couche de surface                     pour 95% des valeurs                moyenne comprise
BBSG 0/10                             de 4 % à 9 %                        entre 5% et 8%



        C)     Planche de référence
Après vérification des modalités de compactage, le Maître d’ouvrage peut procéder à la réalisation
d'une planche de référence.

4.26.6.1.4 - Contrôles de mise en œuvre en cours de chantier
cf. article 4.17.1 de la norme NF P 98-150

        A)     Contrôles de mise en œuvre

             .1 Teneur en vide - cf. articles 4.17.6.21 et 2 4.17.6.2.2 de la norme NF P 98-150

-   Les teneurs en vide à obtenir par lot de contrôle, sur les enrobés d'épaisseur supérieure à 5 cm
sont les suivantes :


Couche de surface                     pour 90 % des valeurs               moyenne comprise
BBSG 0/10                             de 4 % à 9 %                        entre 5% et 8%



             .2 Épaisseur - cf. article 4.17.6.3 de la norme NF P 98-150
Le contrôle de l'épaisseur s'effectue par quantité moyenne par unité de surface ou par mesure directe
pour chaque section ou pour chaque journée de travail.
Les tolérances sont celles prescrites dans la norme NF P 98- 150 article 4.17.6.3.2.

             .3 Essai par carottage
Le Maître d’ouvrage peut vérifier directement par carottage le gradient de masse volumique apparente
sur les carottes, les épaisseurs de couche, apprécier le collage au support ou entre les différentes
couches, conformément à la norme NF P 98-150 article 4.17.6.3.

             .4 Profils en travers
Le contrôle s'effectue à la règle de 3 mètres (norme NF P 98- 218-1), selon les spécifications de la
norme NF P 98-150 articles 4.17.6.4 et 4.17.6.6. sur la couche de roulement.
Les tolérances sont celles prescrites par la norme NF P 98-150, article 4.17.6.4.

4.26.6.1.5 - Contrôle des caractéristiques de surface




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 108
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



4.26.6.1.6 - Uni longitudinal
Le contrôle contractuel de l'uni ne s'applique qu'aux couches de surface et est effectué à l'APL,
conformément à la norme NF P 98-218-3 et à la méthode d'essai LPC n°46.


Les mesures sont réalisées dans les bandes de roulement de chaque voie de circulation. Pour chaque
lot, les spécifications sont appliquées pour chaque voie et par sens de circulation, à la bande de
roulement dont les notes "petites ondes" ont les valeurs les plus faibles. Si ces valeurs sont identiques
pour les deux bandes de roulement, les spécifications sont appliquées sur la bande de roulement
droite.



ARTICLE 4.27 - EPREUVES DE L’OUVRAGE

(chapitre V du fasc. 61 titre II du CPC)



4.27.1 - GENERALITES
Les épreuves ne sont réalisées qu'après mise en place de la couche de protection mécanique définie
ci-avant sur le tablier.

Le Maître d’ouvrage se réserve le droit de fixer la date des épreuves qui ne pourront avoir lieu que
lorsque les bétons auront été achevés depuis au-moins quatre vingt dix jours (90).


Le programme détaillé des épreuves sera fixé par le Maître d’ouvrage sur propositions de
l’Entrepreneur faites sous forme de projet de procès verbal qui tiendra compte des caractéristiques
exactes des véhicules dont le Maître d’ouvrage prévoira l’utilisation.


L’Entrepreneur devra établir, à ses frais, et présenter au Maître d’ouvrage, avant les épreuves de
l’ouvrage, une note de calculs de flèches que seront susceptibles de prendre, au milieu des portées et
à chaque phase principale des essais, les ouvrages chargés dans les conditions définies ci-dessus.


4.27.2 - EPREUVES PAR POIDS MORT ET POIDS ROULANT
Tous les ouvrages subiront les épreuves de chargement définies au chapitre V du fascicule 61 titre II
du CPC.

Le programme des épreuves est établi par l'entrepreneur et soumis au visa du maître d’ouvrage. Il
comporte en annexe la note de calcul des flèches.

Par dérogation au premier alinéa de l'article 26 du fascicule 61 titre II du CPC, les frais afférents aux
charges de chaussée sont à la charge de l'entrepreneur.

La mesure des flèches du tablier s'effectue de part et d'autre de l'ouvrage en              points dans les
différentes travées.

A chaque point de mesure, et au droit de chaque ligne d'appui, un repère de nivellement est placé de
part et d'autre de l'ouvrage. Ces repères sont destinés à réaliser les épreuves et à suivre l'évolution de
l'ouvrage dans le futur.


IGIOA.SAS                  Igioa_09015_CG03            C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 109
RD 144 – PR 10 + 579 – Travaux de reconstruction du tablier du pont de l’étang de Billot – Commune Lurcy-Lévis
                                 Dossier de Consultation des Entreprises



Ils sont nivelés ou mesurés avant et après épreuves.

En plus des mesures effectuées sur le tablier, un nivellement des têtes de piles est effectué dans les
trois directions avant et après les épreuves.

Les nivellements sont réalisés avec une précision d'un millimètre, contradictoirement par le maître
d’œuvre et l'entrepreneur.

L'entrepreneur approvisionne tous les matériels nécessaires ainsi que des opérateurs qualifiés.

L'entrepreneur doit fournir et installer, à ses frais, en se conformant aux prescriptions du maître
d’ouvrage, les échafaudages et passerelles nécessaires pour visiter les différentes parties des
ouvrages au cours des essais (piles, culées, faces latérales et intrados du tablier).

L'entrepreneur doit établir à ses frais et présenter au maître d’œuvre la note de calcul des flèches.
Cette note est fournie au moins trente (30) jours avant la date prévue pour les épreuves.

Les frais de mesure des flèches sont à la charge de l'entrepreneur. Le maître d’ouvrage se réserve le
droit de contrôler son travail.

Avant la réalisation des épreuves de charge, les véhicules doivent présenter leur fiche de pesée.




ARTICLE 4.28 -          REMISE EN ETAT DES LIEUX ET NETTOYAGE FINAL

(art. 37 du CCAG, art. 104 du fasc. 65A du CCAG)

Outre la remise en état des lieux conformément à l'article 37 du CCAG, l'entrepreneur est tenu
d'assurer le nettoyage de l'ouvrage défini à l'article 104 du fascicule 65A du CCTG.




IGIOA.SAS               Igioa_09015_CG03               C.C.T.P.        Novembre 2009 – Indice A      Page 110

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:255
posted:11/26/2011
language:French
pages:110