Approche dynamique by BWdp9S4

VIEWS: 33 PAGES: 36

									         Communication présentée au SAFID 2008
            Ouagadougou le 29 Janvier 2008

Par: Mme TRAORE-GUE: Sociologue, ingénieur de recherches
                INERA; GRN-SP OUEST
Titre: Evaluation participative de la technique
d’irrigation goutte à goutte au Nord-Ouest du
Burkina Faso : potentialités, contraintes et
conditions d’appropriation
Auteurs [1] :
• Julienne Gué-Traoré (Sociologue, doctorante, INERA,
  Burkina Faso),
• Vianney Tarpaga    (Agronome, doctorant, INERA, Burkina
  Faso),
• Dr Daouda Dao (Economiste, CSRS, Côte d’Ivoire),
• Dr Andres Tschannen (Agronome, CSRS, Côte d’Ivoire),
• Sénan Soro (Agronome, doctorant, CSRS, Côte d’Ivoire),
  [1] Sans oublier les Unions des Groupements de
  producteurs maraîchers de Ouahigouya, Koumbri, Tikaré,
  OCS, la Coopération Suisse, les partenaires locaux, etc.
         PLAN DE L’EXPOSE


I. INTRODUCTION

II. MATERIEL ET METHODES

III. RESULTATS

IV. CONCLUSION/DISCUSSIONS
I. INTRODUCTION
Contexte général
• Burkina Faso: 274 200 Km² ; treize millions d’habitants; 80 %
  pratiquent l’agriculture et l’élevage (CSLP : 2004);

• Amenuisement qualitatif et quantitatif des RN (eau, sol,
  végétation) (CSLP: 2004); l’incidence de pauvreté accrue entre
  1994 et 2003 de 44,5% à 46,4% , (INSD: 2003);

• Faibles pluviométrie et capacité de rétention de l’eau et
  production céréalière pluviale aléatoire et tributaire de facteurs
  combinés (INERA: 2006; Dembélé 2007)

• La production maraîchère surtout) perçue comme une
  alternative: formation de revenus, alimentation: plus 400 000
  emplois; occupe environ 96.395 ha (JUDICOME/JEXCO, 2004)

• Des projets et programmes (ouvrages hydrauliques: barrages,
  retenues d’eau, puits, forages; aménagement de périmètres
  (maraîchers) et de Politiques (CSLP, LPDRD
Carte 1: Points d’eau de surface
                                            Production moyenne (t)




                                     2000
                                            4000
                                                   6000
                                                          8000
                                                                 10000
                                                                         12000
                                                                                 14000
                                                                                         16000
                                                                                                 18000
                                                                                                         20000




                                 0
              OUB
                 RI TE
                       NGA
                 S ANG
                        U IE
                    H OU
                         ET
                B OU
                     LGOU
            S ANM
                 ATEN
                        GA
                YATE
                      NGA
                KADI
                       OGO
            GAN
                ZOUR
                       GOU
                  S OU R
                         OU
                        B AM
                                                                                                                 cultures maraîchères




              B OU
                  LKIE
                      MDE
                   COM
                        OE
                  B AZE
                       GA
             KENE
                  DOU
                      GOU
                PAS S
                      ORE




Provinces
                 GN A
                      GNA
                    LORO
                         UM
                     B ANW
                           A
                       IOBA
                  GOU
                         RMA
             NAM
                 E NTE
                         NG A
                MOU
                      H OU
            ZOUN             N
                 DWE
                        OGO
                     S ISS I
                            LI
              KO M
                    PIE N
                          GA
                                                                                                                                        Figure 1 : Principales provinces de production des




                 NAH
                       OUR
             KO U            I
                 RWE
                        OG O
Evolution des productions maraîchères

                            Evolution des productions maraîchères sur une
                                              decennie
Productions (en tonnes)




                                                                                                                                   Oignons bulbes
                          60000                                                                                                    Oignons feuilles
                                                                                                                                   Chou
                          50000
                                                                                                                                   Tomate
                          40000                                                                                                    Aubergine locale
                                                                                                                                   Aubergine importée
                          30000
                                                                                                                                   Piment
                          20000                                                                                                    Laitue
                          10000                                                                                                    Carotte
                                                                                                                                   Pomme de terre
                              0                                                                                                    Haricot vert
                                  1995/1996


                                              1996/1997


                                                           1997/1998


                                                                       1998/1999


                                                                                   2000/2001


                                                                                               2001/2002


                                                                                                           2002/2003


                                                                                                                       2004/2005
                                                                                                                                   Concombre
                                                                                                                                   Poivron
                                                                                                                                   Ail
                                                                                                                                   Gombo

                                                          Campagnes agricoles                                                      Courgettes
                                                                                                                                   Autres
 Contexte : types d’irrigation et leurs
 limites!
• 2 types d’irrigation connus jusqu’alors: arrosage,
 irrigation gravitaire ou à la raie qui montrent leurs
 limites et inconvénients

  – Paradoxe rareté/utilisation pertes d’eau par infiltration et
    évaporation: selon Jenny and Engels seul 40% des eaux
    vont à la plante dans ces types d’irrigation; selon Dembélé,
    65% des eaux du BF vont à l’agriculture, Selon Niasse, le BF
    est le deuxième pays le plus dépourvu en eau ;

  – Pénibilité du travail, fatigue; exigence            en   main
    d’œuvre/force de travail (INERA-CSRS: 2007)

  – Petitesse des superficies exploitables (arrosage)
• Moyen d’exhaure: puisage manuel, pompage à
 pédales (Nafa) ou avec motopompe
   Contexte: le Goutte à Goutte, une solution?
• Le «Family drip system» (Nétafim) et son processus
  de ""quête d’alliés du au Burkina »

  – Zone sahélienne: le DMP; en production du palmier dattier

  – Au Plateau Central (70 systèmes) et à l’Ouest (110
    systèmes): le projet «Jardins Potagers Africains»: adhésion
    individuelle;

  – Au Nord-Ouest: le projet «JPA-BUCO» (30 systèmes et
    projet d’extension avec 25 autres): 4 unions; l’INERA et le
    CSRS; un privé OCS; la Coopération Suisse au Burkina Faso;

• D’autres types de systèmes GG existent: indien, (250
  m²) californien; types expérimentés par l’IER-ETSHER
  et le CREPA (usage domestique), etc.
Question de recherche: quelles sont les
conditions d’acceptabilité et d’appropriation du système?


  • Quels sont les avantages et les performances
    réelles (pertinence, efficacité potentielle) du
    système?
  • Quels sont les déterminants (les facteurs explicatifs)
    sociaux, culturels, techniques, économiques, etc.?
  • Quelles sont les contraintes ou limites intrinsèques
    ou extrinsèques du système Netafim (sociaux,
    culturels, techniques, économiques, etc.)?

  • Comment lever ces contraintes (soupçonnables ou
    non)?
                         Objectifs
                     •   Objectif général
–    Analyser les conditions d’acceptabilité et d’appropriation
     du système d’irrigation goutte à goutte

                 •    Objectifs spécifiques
1.   Caractériser les exploitants: les types, les profils

2.   Analyser les performances, les contraintes et les facteurs
     les déterminants (sociaux, culturels, économiques) les
     expliquant, les « perturbations » sociales et culturelles
     induites par le système d’irrigation GG, etc.

3.   Identifier les conditions d’acceptabilité sociale et
     économique et d’appropriation, etc.
Thèse générale émise et hypothèses de recherches

-Toute technologie ou innovation perturbe un ordre social,
économique, culturel établi: établissant les uns en alliés, les
autres en adversaires ou en sceptiques;

-En tant que nouveauté s’introduisant dans un système
existant, la technique est aussi bien régulatrice que
perturbatrice (Mendras; De Sardan, Cheuveau, Mahamadou,
Rogers, Ricards, etc.).

-le changement n’est pas accepté intégralement, mais il est
réinterprété (Balandier).

-Les phénomènes d’adaptation, de réappropriation de la
technique, de la technologie et de l’innovation sont inhérents à
toute société; Treillon (1992)
     Hypothèses de recherche
• Le goutte à goutte présente des avantages (pour un pays
  sahélien tel le BF) qui sont variables selon l’environnement
  physique (champ géographique), socio-culturel (milieu
  humain et culturel) économique, politique (aspects
  structurels) et les systèmes de production (cultures
  pratiquées, niveau de technicité, etc.);

• L’acceptabilité du système est limitée par des
  contraintes (intrinsèques) telles que le coût et les charges
  inhérentes, la complexité technique de l’entretien du matériel
  du dispositif, etc.)

• Son acceptabilité varie selon des facteurs sociaux (niveau
  d’instruction, formation et/ou expériences), culturels (milieu,
  religion), économiques (capital, revenu), méthodologiques
  (approche utilisée) , etc.
MATERIEL
MATERIEL: Le dispositif goutte à goutte « composantes
du Family Drip System™ » utilisé dans ce projet (voir
www.netafim.com)
MATERIEL: les cultures pratiquées: l’oignon majoritairement
(photo: un château, plus adapté; un champ de 500m2 quelques
semaines après le repiquage)
MATERIEL: des parcelles GG à Koumbri: d’oignon et de
choux (photo: l’eau y est une ressource rare à économiser pour les
différents usages)
MATERIEL: les cultures pratiquées: le haricot vert (photo:
observations et discussions avec le producteur lors d’un suivi conjoint
INERA/OCS/CSRS)
Structure des jardins potagers à irrigation goutte à goutte


                              Ecartements                 Densités par planche
Spéculations


Oignon (Violet de galmi)      10 cm x 15 cm en 6 ou       1500 à 2000 plants
                              8 lignes par planche


Chou (KK cross)               40 cm x 40 cm en 3 ou       185 à 250 plants
                              4 lignes par planche


Pomme de terre (Atlas)        30 cm x 50 cm en 3 lignes   250 plants

Haricot vert (Sahel K U 25)   15 cm x 50 cm en 3 lignes   500 plants

Piment                        30 cm x 50 cm en 3 lignes   250 plants
Méthodes
Où et avec qui travaillons-nous et
comment?
• Champ géographique: aire d’intervention du projet JPA:
   – Zone soudano-sahélienne avec un dispositif particulier du projet JPA-
     BUCO:

       • dans la commune urbaine de Ouahigouya, et les communes rurales de
         Koumbri et de Tikaré
• Champ sociologique: une trentaines d’exploitants (1 à 2
  systèmes maximum)
   – Milieu humain à dominance culturelle mossi
   – Hommes (80%) et Femmes (20%)
   – Une longue expérience en production maraîchère limitée par des
     contraintes diverses (climatiques, techniques, économiques,
     organisationnelles, institutionnelles, etc.)
• Collecte: enquêtes (qualitatives et quantitatives) et suivi de la
  production, des dépenses et des ventes
METHODE: une approche plutôt ascendante inclusive, flexible et
itérative et responsabilisante utilisée par le projet


               RECHERCHE


               VULGARISATION


               PRODUCTEURS




              - Staff et producteurs maraîchers de 4 unions
              - décideurs communaux, pouvoir traditionnel
                     - vulgarisateurs/animateurs locaux
                       - Recherche: INERA et CSRS;
                                - Privé: OCS;
              - Bailleur de fond: Coopération Suisse (BuCo)
Méthode: les difficultés rencontrées

• Démarrage tardif chez certains exploitants: retard dans la
    mobilisation des moyens matériels requis
•   Pannes fréquentes de motopompes (vieilles et amorties dans la
    majorité des cas)
•   Tarissement de certains nouveaux puits avant la fin du cycle de
    production (débit faible des puits situés sur les versants à
    Ouahigouya où les systèmes sont sur des parcelles individuelles
    contrairement à Koumbri et Tikaré où elles sont sur un site collectif)
•   Manque de moyens financiers pour assurer les charges (carburant,
    intrants, etc.) jusqu’au bout
•   Attente permanente exprimée par les exploitants d’assistance
    financière de la part du projet: attitudes forgées par les approches
    passées
•   Récolte à un moment de grande offre: prix pas incitateur;
    conservation de l’oignon

• Financement ponctuel: recherche de bourse complémentaire.
Résultats
Répartition des choix des cultures par les exploitants du
GG: fréquences en %

                                   Chou
                                   17%


                                                Autres
                                                 11%




              Oignon
               72%
Rendements moyens totaux et commerciaux de l’oignon en
fonction des systèmes d’irrigation


                        Rendements commercialisables               Rendements bruts
                        35                               35
                                                                   a
                               a
                        30                               30

                                                                            a
                        25
                                       a                 25
  Rendement en t / ha




                                                                                      b
                                                  b
                        20                               20


                        15                               15


                        10                               10


                        5                                 5


                        0                                 0
                             Système de production (traditionnel contre goutte à goutte)
                 amélioré:            goutte à goutte
                 traditionnel :         irrigation à la raie        irrigation à l'arrosage manuel
Rendements comparatifs de quelques spéculations selon
le système d’irrigation utilisé

Spéculations        Irrigation à la raie             Irrigation GG        Variation
                                                                          du
                                                                          rendement
               Production        Rendement    Production     Rendement
               Moyenne (T /      Moyen        Moyenne (T /   Moyen
               500 m2)           (T/Ha) (R)   500 m2)        (T/Ha)



Oignons             1,06             21,2         1,60               32    + 50 %



Choux                1,8              36          3,63           72,6      + 100 %



Pomme de             2,5              50          2,90               58    + 16 %
terre
Quantités produites, vendues; revenus formés et utilisation: GG
No d’ordre     Quantité ou    Quantité           Revenu: total   Marge      Affectation ou
               nombre de      vendue             des vente       brute      utilisation du revenu
               pieds                                                        formé
               récoltés
Productrice1   71 tines       51 (x 3505F)       178 755F        122 870F   - Achat de
               d’oignon                                                     motopompe
Producteur2    65 tines       52 (x 3500 F)      182 000F        118 280F   - Achat de
               d’oignon                                                     motopompe
Productrice3   57 tines       48 (x 3500 F)      168 000F        115 080F   - Achat de
               d’oignon                                                     motopompe
Producteur4    30 tines et    27 (x 2750 F) et   116 325F        64 470F    -2 moutons,
               495 pieds      495 (x 85 F)                                  - sac céréales
               choux
Productrice5   55 tines       43 (x 3500 F)      150 500F        131 215    -2 moutons,
                                                                             -scolarité, compte
Producteur7    90 tines       84 (x 1915 F)      160 860F        93 750F    - Motopompe

Producteur8    1 050 Kg de    1 050 Kg (x 175    183 750F        121 150    - Achat de
               pomme de       F)                                            motopompe
               terre
Productrice7   209 Kg de      169 Kg (x 200F)    33 800F         - 30200F   Oignon cette
               Haricot vert                                                 campagne
Marge brute chez quelques productrices et
producteurs d’oignon
                                  Marges brutes dégagées des ventes d'oignon produit
                                             au goutte à goutte sur 500m²
Producteur ou




                Producteur6                                  81050
 ptoductrice




            Productrice5                                                111930
                Producteur4                            64470
            Productrice3                                                 115080
            Productreur2                                                  118280
            Productrice1                                                   122870

                              0               50000            100000           150000
                                               Marge bénéficiaire
Premier avantage cité
Cité comme premier avantage                          Fréquences (en %)


Economie de l’eau                                    21%

Economie du temps pour exécuter d’autres activités   37%

Meilleure production/bon rendement                   16%

Travail aisé, pas pénible                            21%

Réduction de la main d’œuvre                          5%


TOTAL                                                100%
Deuxième avantage cité

Cité comme deuxième avantage                            Fréquences (en %)

Economie de l’eau                                       11%

Economie du temps pour exécuter d’autres activités      16%

Meilleure production et bon rendement                   53%

Bonne présentation des produits (meilleure attraction    5%
  des clients)
                                                        10%
Travail aisé, pas pénible

Gestion rationnelle, optimale et localisée de l’eau     5%
TOTAL                                                   100%
Principales contraintes
Contrainte principale                                         Fréquences (en %)



Inaccessibilité à l’équipement (motopompe, kits, etc.)        60%

Le coût des charges récurrentes (intrants, carburant, etc.)   30%

Goutteurs sont bouchés                                        5%

Rien à signaler                                               5%




TOTAL                                                         100%
   Discussions
De l’analyse des résultats, nous tirons deux constats majeurs :
Les rendements obtenus avec le système amélioré (goutte à goutte)
    sont sensiblement supérieurs à ceux obtenus dans le système
    traditionnel de l’irrigation à la raie et beaucoup supérieurs à ceux
    obtenus dans le système traditionnel d’irrigation par arrosage
    manuel,
• Le système goutte à goutte en milieu paysan permet d’obtenir des
    niveaux de rendement semblables à ceux obtenus en station: Le
    meilleur rendement est d’environ 3 tonnes de pommes de terre sur le
    système d’irrigation goutte à goutte (500 m2). Ceci correspond à un
    rendement moyen de 66 t ha-1
Il ressort du tableau comparant les rendements du système d’irrigation
    à la raie
les variations suivantes :
• Oignon : un accroissement des rendements en bulbes de 50 %,
• Choux : un accroissement de 100 %,
• Pomme de terre : un accroissement de 16% et enfin,
Discussions (suite)
• Il y a une disparités dans la date de démarrage et d’exploitation
  des parcelles GG, le respect des itinéraires techniques (qualité
  et quantité des intrants, etc.) etc.,

• Ces disparités offrent exigent l’approfondissement de l’analyse
  des données socio-économiques (les comportements, les
  résultats techniques et économique), dans les perspectives




• Cependant, l’acceptabilité et l’appropriation du système reste
  tributaire de la mobilisation des moyens matériels et financiers
  pour satisfaire aux différentes charges, etc.
Merci de votre attention

								
To top