CCTP - DOC by kyFbm2

VIEWS: 384 PAGES: 120

									                        MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX


                          Département de Meurthe et Moselle
                             Direction de l’Aménagement
                         Service Ponts, Structures et Ouvrages
                             48 esplanade Jacques Baudot
                                      C.O. 900 19
                                 54035 NANCY Cedex
                                  Tél : 03 83 94 53 61




D116.045 – REHABILITATION DU PONT DES HARAS A
              ROSIERES AUX SALINES




Cahier des Clauses Techniques Particulières


Dressé par le Directeur des routes                         Lu et approuvé
                                                         Par l’entrepreneur
A NANCY, le                                           A …………………….., le



C DANNER                                                     (Signature)
                                             S O M M A I R E



CHAPITRE 1. DISPOSITIONS GENERALES - DESCRIPTION DE L'OUVRAGE                                                                             5
ARTICLE 1.1. CONTEXTE DE L’OPREATION ........................................................................................ 5
ARTICLE 1.2. OBJET DU MARCHE ........................................................................................................ 6
ARTICLE 1.3. DONNEES GENERALES .................................................................................................. 7
ARTICLE 1.4. DONNEES CONCERNANT L'OUVRAGE EXISTANT ....................................................... 9
ARTICLE 1.5. DONNEES CONCERNANT L'OUVRAGE CONFORTE .................................................. 13
ARTICLE 1.6. DESORDRES CONSTATES SUR L’OUVRAGE ............................................................. 13
ARTICLE 1.7. CONSISTANCE DES TRAVAUX .................................................................................... 14
ARTICLE 1.8. DESCRIPTION DES TRAVAUX A REALISER ................................................................ 16
ARTICLE 1.9. CONTRAINTES PARTICULIERES IMPOSEES AU CHANTIER ..................................... 18


CHAPITRE 2. PREPARATION ET ORGANISATION DU CHANTIER                                                                                     23
ARTICLE 2.1. STIPULATIONS PRELIMINAIRES .................................................................................. 23
ARTICLE 2.2. DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR.................................................... 23
ARTICLE 2.3. PROGRAMME D'EXECUTION DES TRAVAUX ............................................................. 25
ARTICLE 2.4. SECURITE ET PROTECTION DE LA SANTE ................................................................ 25
ARTICLE 2.5. PLAN QUALITE - GENERALITES................................................................................... 25
ARTICLE 2.6. SCHEMA D'ORGANISATION ET DE SUIVI DE L'ELIMINATION DES DECHETS .......... 27
ARTICLE 2.7. QUALITE DE L'ASPECT DES PAREMENTS .................................................................. 27
ARTICLE 2.8. DOCUMENT D'ORGANISATION GENERALE DU CHANTIER ....................................... 27
ARTICLE 2.9. PROCEDURES D'EXECUTION ...................................................................................... 28
ARTICLE 2.10. SCHEMA D'ORGANISATION ET DE SUIVI DE L'ELIMINATION DES DECHETS ........ 35
ARTICLE 2.11. DOCUMENTS DE SUIVI DU CONTROLE INTERNE .................................................... 35
ARTICLE 2.12. ETUDES D'EXECUTION............................................................................................... 35
ARTICLE 2.13. TEXTES REGLEMENTAIRES ET REGLEMENTS DE CALCUL ................................... 36
ARTICLE 2.14. ACTIONS ET SOLLICITATIONS ................................................................................... 37
ARTICLE 2.15. JUSTIFICATION DU CINTRE ....................................................................................... 38
ARTICLE 2.16. JUSTIFICATION DES MICROPIEUX ............................................................................ 39
ARTICLE 2.17. DOSSIER DE RECOLEMENT DE L'OUVRAGE ........................................................... 40


CHAPITRE 3. PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX                                                                            41
ARTICLE 3.1. GENERALITES ............................................................................................................... 41
ARTICLE 3.2. MICROPIEUX ................................................................................................................. 42
ARTICLE 3.3. ACIERS POUR BETON ARME ....................................................................................... 43

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                             - CCTP -                                     Page 2 sur 120
ARTICLE 3.4. BETONS ET MORTIERS HYDRAULIQUES ................................................................... 44
ARTICLE 3.5. MORTIERS HYDRAULIQUES POUR LE REJOINTOIEMENT ........................................ 59
ARTICLE 3.6. FOURNITURE DE PIERRES .......................................................................................... 61
ARTICLE 3.7. COULIS D’INJECTION.................................................................................................... 63
ARTICLE 3.8. BETON PROJETE .......................................................................................................... 64
ARTICLE 3.9. TIRANTS D’ANCRAGE ................................................................................................... 75
ARTICLE 3.10. ETANCHEITE PRINCIPALE ......................................................................................... 77
ARTICLE 3.11. BARBACANES.............................................................................................................. 78
ARTICLE 3.12. REMBLAIS DE LA VOUTE ET REMBLAIS CONTIGUS ................................................ 78
ARTICLE 3.13. PARAPETS ................................................................................................................... 79
ARTICLE 3.14. CORNICHES................................................................................................................. 79
ARTICLE 3.15. BANDEAUX EN PIERRE .............................................................................................. 79
ARTICLE 3.16. GARDE-CORPS ........................................................................................................... 80
ARTICLE 3.17. REPERES DE NIVELLEMENT ..................................................................................... 80
ARTICLE 3.18. GRAVE NON TRAITEE ................................................................................................. 80
ARTICLE 3.19. CANIVEAUX ................................................................................................................. 80
ARTICLE 3.20. BORDURES DE TROTTOIR ......................................................................................... 81


CHAPITRE 4. EXECUTION DES TRAVAUX                                                                                                               82
ARTICLE 4.1. TRAVAUX PREPARATOIRES ........................................................................................ 82
ARTICLE 4.2. DISPOSITIONS PARTICULIERES LIEES AUX CONSTRUCTIONS
AVOISINANTES .................................................................................................................................... 84
ARTICLE 4.3. OUVRAGES PROVISOIRES .......................................................................................... 84
ARTICLE 4.4. BATARDEAUX EN TERRE - EPUISEMENTS ................................................................ 84
ARTICLE 4.5. MICROPIEUX ................................................................................................................. 85
ARTICLE 4.6. POUTRES DE REPARTITION ........................................................................................ 88
ARTICLE 4.7. MISE EN ŒUVRE DES ACIERS POUR BETON ARME ................................................. 90
ARTICLE 4.8. COFFRAGES .................................................................................................................. 90
ARTICLE 4.9. MISE EN ŒUVRE DES BETONS ................................................................................... 91
ARTICLE 4.10. REJOINTOIEMENT DES MACONNERIES ................................................................... 94
ARTICLE 4.11. RECONSTITUTION LOCALE DES MACONNERIES .................................................... 99
ARTICLE 4.12. INJECTION DES MACONNERIES .............................................................................. 100
ARTICLE 4.13. PROJECTION DU BETON .......................................................................................... 105
ARTICLE 4.14. TIRANTS D'ANCRAGES PASSIFS ............................................................................. 112
ARTICLE 4.15. DECAISSEMENT DE LA VOUTE................................................................................ 114
ARTICLE 4.16. ETANCHEITE PRINCIPALE ....................................................................................... 115
ARTICLE 4.17. BARBACANES............................................................................................................ 116
ARTICLE 4.18 REMBLAIS DE LA VOUTE ET REMBLAIS CONTIGUS ............................................... 117
ARTICLE 4.19. MISE EN ŒUVRE DE LA GRAVE NON TRAITEE ...................................................... 117


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                                 - CCTP -                                       Page 3 sur 120
ARTICLE 4.20. PARAPETS ................................................................................................................. 118
ARTICLE 4.21. GARDE-CORPS ......................................................................................................... 119
ARTICLE 4.22. BORDURES DE TROTTOIR ....................................................................................... 119
ARTICLE 4.23. MISE EN ŒUVRE DES CANIVEAUX ......................................................................... 119
ARTICLE 4.24. TOLERANCES GEOMETRIQUES DE L'OUVRAGE FINI ........................................... 119
ARTICLE 4.25. ACHEVEMENT DES TRAVAUX ................................................................................. 120
ARTICLE 4.26. REMISE EN ETAT DES LIEUX ET NETTOYAGE FINAL ............................................ 120




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                             - CCTP -                                     Page 4 sur 120
                                  CHAPITRE 1.
                           DISPOSITIONS GENERALES
                               - DESCRIPTION DE
                                  L'OUVRAGE




ARTICLE 1.1. CONTEXTE DE L’OPREATION
   Le présent C.C.T.P. définit les spécifications des matériaux et produits, ainsi que les
conditions d’exécution des travaux de restauration du Pont des Haras, rue du Colonel Thiébaut à
Rosières aux Salines (54).




                                                             Site étudié




Source : CartoExplorer 3

   Une visite préalable des lieux est obligatoire pour visualiser les zones de travaux et bien
appréhender les problèmes d’accès et d’installation.
    Le titulaire est réputé ainsi avoir effectué une reconnaissance d’ensemble des lieux et s’être
pleinement rendu compte des difficultés de réalisation des travaux demandés et de mise en œuvre
de ses personnels et matériels.
    L’Entrepreneur est censé avoir pris connaissance de la totalité du projet et de son
environnement, et ne pourra arguer d'un manque de connaissances pour ne pas se soumettre à
une quelconque obligation afférente à sa spécialité et exécuter intégralement tous les ouvrages
nécessaires au parfait achèvement de tous les travaux.
     Tous les documents y compris les plans, schémas et graphiques remis à l'Entrepreneur pour
l'exécution des ouvrages doivent être considérés comme une base d’étude qu'il devra examiner et
compléter, avant tout commencement d'exécution.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES            - CCTP -                         Page 5 sur 120
     L’Entrepreneur devra signaler au Maître d'Œuvre les dispositions qui ne lui paraîtraient pas en
rapport avec la solidité, la conservation des ouvrages, l'usage auquel ils sont destinés, ou
l'observation des règles de l'Art, réglementations et normes de toutes natures en vigueur.
    De toutes manières, le fait pour un Entrepreneur d'exécuter sans rien changer des
prescriptions et des documents techniques remis par le Maître d'Œuvre ne peut atténuer en quoi
que ce soit, sa pleine et entière responsabilité de constructeur, s'il n'a pas présenté ses réserves
par écrit au moment de la remise de son offre.



ARTICLE 1.2. OBJET DU MARCHE
   Les travaux faisant l'objet du présent marché concernent la réparation et le confortement du
Pont des Haras à Rosières-aux-Salines.
    Cet ouvrage est un pont-route en maçonnerie permettant le franchissement d'un bras de
décharge de la Meurthe. Il est constitué d'une voûte d’environ 17m de portée d'une largeur totale
de 7,15m.
    L'ouvrage est situé dans un tissu urbain dense, auprès d'habitations et de murs de
soutènements qui sont en partie fondés sur les culées de l'ouvrage.
    La structure présente en plusieurs endroits des défauts plus ou moins importants, dont la
description complète est faite dans le Rapport de Diagnostic de Ginger CEBTP EN17.9.038 Ind.
1.1 du 01/02/2010.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 6 sur 120
ARTICLE 1.3. DONNEES GENERALES

1.3.1. Planimétrie et altimétrie

1.3.1.1. Planimétrie
    Tous les points sont repérés en coordonnées planes NTF-Lambert zone I.

1.3.1.2. Altimétrie
    Les plans topographiques de levé de l'ouvrage existant sont joints au Dossier de Consultation.
     Tous les plans du projet de réparation et de confortement de l'ouvrage sont rapportés au zéro
du nivellement du réseau NGF-IGN 1969 (nouveau système des altitudes françaises) et toutes les
altitudes sont exprimées en mètres.

1.3.2. Données géotechniques
    (art. A.2.2 du fasc. 62 titre V du CCTG, art.2 du fasc. 68 du CCTG)
    Tous les renseignements géologiques et géotechniques relatifs aux travaux faisant l'objet du
présent marché sont consignés dans les éléments du rapport géotechnique d’avant-projet (G12)
de Ginger CEBTP ENA.7.038 Ind. 3 du 02/02/2010.

1.3.3. Données hydrauliques
    Tous les renseignements hydrauliques relatifs aux travaux faisant l’objet du présent marché
sont consignés dans le Dossier Loi sur l’eau réalisé par Egis Aménagement en 2010.
    Des indications sur les niveaux des eaux à prendre en compte dans les calculs sont données
au chapitre 1.4.6. du présent CCTP.

1.3.4. Réseaux de concessionnaires
    Les réseaux existants dans l’ouvrage et à ses abords sont les suivants :
    -   une conduite de gaz MPB en PE 40mm de 1983 de GrDF dans le trottoir aval, à priori
        dans un fourreau acier  50 mm à 30cm de profondeur, sous les dallettes béton,
    -   un réseau téléphonique de France Telecom dans le trottoir aval, vraisemblablement
        accroché sous la corniche,
    -   une conduite d’eau potable  110 de Veolia Eau dans le trottoir amont, sous les
        dallettes,
    -   un réseau d’électricité HTA 3x150 AL d’ErDF dans le trottoir amont, accroché sous la
        corniche.
    Ces réseaux devront être protégés et maintenus en service pendant toute la durée des
travaux. Ils sont maintenus sur l'ouvrage dans sa configuration définitive.
    Les réseaux accrochés à l’ouvrage seront déplacés et intégrés dans le corps du trottoir
projeté.
   Le plan des réseaux existants joint au Dossier de Consultation reprend ces données. En rive
gauche, des réseaux sont présents dans la chaussée (traversée FT, branchements d’AEP à
proximité des bouches à clé, branchements de gaz). Ce dernier point, ainsi que la proximité des
accès riverains, impose la réalisation d’une enceinte blindée autour de la culée pour la réalisation
des terrassements. Le type de blindage sera proposé par l’entreprise et soumis à l’agrément du
Maître d’œuvre. Les palplanches sont à proscrire.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 7 sur 120
    En rive droite, un talus à 3/2 dans les remblais de la culée pourra être réalisé, en protégeant et
en accrochant les réseaux existants le long des murs de propriété, et en s’assurant de ne pas
déchausser la fondation du mur mitoyen avec le parc (le niveau du TN dans le parc est environ 1m
plus bas que celui de la route).

1.3.5. Contexte climatique et environnemental

1.3.5.1. Classe d'exposition à l'environnement climatique
    (normes NF EN 206-1, NF EN 206-1/NA, NF EN 1992-1-1 et NF EN 1992-1-1/NA)
     Pour la prescription des bétons, les classes d'exposition définies à l'article 4.1 de la norme NF
EN 206-1 et auxquelles sont soumises les différentes parties de l'ouvrage, sont précisées à l'article
intitulé "Bétons et mortiers hydrauliques" du chapitre 3.4. du présent CCTP.

1.3.5.2. Niveau de prévention vis-à-vis des risques liés à l'alcali-réaction
     L'entrepreneur doit mettre en œuvre les recommandations destinées à prévenir l'alcali-réaction
des bétons données dans l'article 5.2.3.4 de la norme NF EN 206-1 et dans le document intitulé
"Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en
juin 1994.
     Pour l'application de ces documents, le niveau de prévention des risques liés à l'alcali-réaction
est le niveau de précautions particulières (niveau B des recommandations).

1.3.5.3. Niveau de prévention des risques liés à la réaction sulfatique interne
    L'entrepreneur doit mettre en œuvre les recommandations destinées à prévenir la réaction
sulfatique interne des bétons données dans le document intitulé "Recommandations pour la
prévention des désordres dus à la réaction sulfatique interne" édité par le LCPC en août 2007.
    Pour l'application de ce document, le niveau de prévention de chaque partie de l'ouvrage est
déterminé grâce au tableau III de ce document en retenant la catégorie d'ouvrage et la classe
d'exposition XH précisées ci-dessous.
    Catégorie d'ouvrage
   L'ouvrage est de catégorie II au sens du tableau I du document intitulé "Recommandations
pour la prévention des désordres dus à la réaction sulfatique interne" édité par le LCPC en août
2007.
    Classes d'exposition XH
    Les parties émergées de l’ouvrage relèvent de la classe d’exposition XH2 et les fondations
relèvent de la classe d’exposition XH3 au sens du tableau II du document intitulé
"Recommandations pour la prévention des désordres dus à la réaction sulfatique interne" édité par
le LCPC en août 2007.

1.3.5.4. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel et des fondants
     L'ouvrage comporte des parties soumises à un gel sévère (G) ou à un gel modéré avec salage
fréquent ou très fréquent (G+S). Celles-ci sont précisées dans l'article intitulé "Bétons et mortiers
hydrauliques" du chapitre 3 du présent CCTP. Pour leur béton, l'entrepreneur doit mettre en œuvre
les recommandations données dans le document intitulé "Recommandations pour la durabilité des
bétons durcis soumis au gel" édité par le LCPC en décembre 2003, en adoptant comme classe de
gel la classe gel modéré et comme classe d'exposition au salage de la voie portée la classe H3.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 8 sur 120
1.3.5.5. Contexte sismique
     L’ouvrage est situé en zone de sismicité 0 selon le décret relatif à la prévention du risque
sismique n°91-461 du 14 mai 1991, et en zone de sismicité très faible au sens du nouveau zonage
sismique de la France. Cependant, au vu du contexte, seules les fondations profondes sont à
vérifier vis-à-vis des sollicitations sismiques.

1.3.6. Aspect architectural
    Le projet a fait l'objet d'une étude architecturale soignée. Le parti choisi dans celle-ci doit être
respecté au niveau des études d'exécution.
     L'attention de l'entrepreneur est attirée sur le fait que le maître d'œuvre demandera l'avis et/ou
l'accord de l'architecte à certaines étapes du chantier, notamment au moment de l'acceptation des
éléments témoins.
     Pour la réalisation des travaux, les plans d’exécution, les demandes d’agrément des matériaux
et les méthodes de travail proposées par l’entreprise pourront être soumis à l’avis de l’architecte
et/ou de l'Architecte des Bâtiments de France. Les contraintes liées aux prescriptions de
l'Architecte des Bâtiments de France font partie intégrante des obligations de
l’entrepreneur pour ce projet.

1.3.7. Protection du site - Déchets - Traitement des eaux de ruissellement
polluées
   L'entrepreneur doit mettre en œuvre un schéma d'organisation et de suivi de l'élimination des
déchets (SOSED), selon les modalités définies au chapitre 2.6. du présent CCTP.



ARTICLE 1.4. DONNEES CONCERNANT L'OUVRAGE EXISTANT

1.4.1. Données géométriques et fonctionnelles
    L’ouvrage existant est une voûte en maçonnerie en anse de panier d’environ 17m d’ouverture,
de 7,15m de large avec un tirant d’air de 4,40m à la clé.




    La partie résistante de la voûte est constituée de 3 chaînages en pierre de taille : 2 chaînages
d’angle et 1 arc doubleau en partie centrale. Le reste de la voûte, entre ces chaînages, est


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                           Page 9 sur 120
recouvert d’un enduit de chaux ou de ciment en mauvais état, derrière lequel se trouve un
remplissage en moellons de pierres calcaires hourdis avec des joints à la chaux.
   Les tympans sont constitués de pierre de taille en calcaire d’origine locale jointes avec un
mortier à base de chaux, et par endroits enduits de mortier de ciment.




     Les levés topographiques de la voûte permettent de restituer sa géométrie de manière assez
fiable :
       -   ouverture comprise entre 16,96m (côté amont) et 17,24m (côté aval).
       -   flèche (hauteur à la clé au niveau des appuis) = 4,24m
       -   surbaissement de la voûte = flèche / ouverture = 1/4
    La voûte est dite assez surbaissée, la courbe d’intrados est complète (elle se termine
par une tangente verticale aux retombées).
     La courbe d’extrados ne peut pas être assimilée à l’épaisseur du bandeau. Les sondages
réalisés en phase de conception (cf. Rapports géotechniques de Ginger CEBTP) indiquent une
épaisseur à la clé de 66cm au droit de l’arc doubleau. L’épaisseur dans les reins n’est pas
connue précisément, elle est estimée à 1,50m par le calcul basé sur une approche expérimentale
du dimensionnement de ce type de voûte.

1.4.2. Données historiques
    La date de construction de l’ouvrage n’est pas connue. Sur les cartes de Cassini datant de la
seconde moitié du XVIIIème siècle, la commune de Rosières-aux-Salines est parcourue par 3 bras
de la Meurthe, et séparée de la saline par un pont, qui semble être à l’emplacement de l’ouvrage
étudié.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES           - CCTP -                         Page 10 sur 120
     Après une analyse plus fine de la configuration du site et des sondages effectués, il semblerait
que l’ouvrage ait été à l’origine constitué de 2 voûtes, dont une aurait été détruite et remblayée en
rive droite, vraisemblablement avant 1859, date de construction de l’escalier.
    Les éléments qui appuient cette hypothèse sont :
-   la topographie du bras de décharge en amont et en aval de
    l’ouvrage (largeur plus importante) et le resserrement du lit
    mineur au droit du pont,
-   la géographie de la rive droite : aucune construction n’est
    présente le long du bras de décharge à une distance de
    moins de 20m du cours d’eau,
-   la présence de tourbe décelée lors du sondage au droit de
    l’appui en rive droite, sur 4m d’épaisseur, et qui pourrait
    s’expliquer par le fait que cet appui était auparavant la pile
    centrale dans le cours d’eau,
-   la forme de l’arrière-bec (symétrique) à côté de l’escalier qui
    évoque plus une construction de pile que de culée.

1.4.3. Diagnostic des matériaux
    Le diagnostic des matériaux réalisé par Ginger CEBTP en 2009 et 2010 a permis de
déterminer la résistance à la compression de la pierre calcaire constituant la voûte : Rc = 26
MPa moyen sur 6 échantillons.
    Le calcul de la contrainte admissible dans le matériau « pierre calcaire actuelle / joints
hétérogènes et dégradés » est de 1,98 MPa selon l’étude menée (cf. Rapport Diagnostic de
Ginger CEBTP ENA7.9.038 Ind. 1.1 du 01/02/2010).
   Cette contrainte admissible pourrait s’élever à 3,3 MPa selon le même calcul, pour un
matériau « pierre calcaire actuelle / joints neufs ».
    L’objectif des travaux prévus sur les maçonneries existantes (rejointoiement,
remplacement des pierres détériorées, injections des fissures et cavités, remplissage des
vides du corps de voûte) est de reconstituer un ensemble « pierre / joints » dont la
contrainte admissible serait proche de 3 MPa.

1.4.4. Profil en travers
    L’ouvrage supporte actuellement une chaussée à 2 voies d’une largeur totale de 5,15m, avec
un trottoir de 1,00m de large au sud (côté amont) et 1,10m au nord (côté aval).


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 11 sur 120
   Le profil en travers actuel est en toit avec une différence de 6 à 10cm entre l’axe de la
chaussée et les fils d’eau (soit une pente en travers de 2 à 4%).
    Des mesures de restriction de circulation prises par le Maître d’Ouvrage ont réduit la largeur
de chaussée circulable à une seule voie de circulation en zone centrale.
    Les bordures sur et hors ouvrage sont en béton de type T2, peintes en jaune, les caniveaux
sont en béton préfabriqué de type CS2.
    Des dallettes en béton de taille 30x30cm sont disposées à l’arrière des trottoirs, contre les
corniches en béton. Il s’agit vraisemblablement des couvertures de caniveaux techniques pour le
passage des réseaux sur l’ouvrage.
    Des garde-corps en fer forgé de 1,00m de hauteur sont scellés dans les corniches. Celles-ci
sont en pierre et sont recouvertes d’un ragréage en béton.

1.4.5. Profil en long
     Le profil en long actuel de la chaussée sur l’ouvrage est en toit, le point haut étant au droit de
la clé de voûte à la cote 212,06 IGN-69, alors que le niveau aux abords de l’ouvrage est de 211,58
environ (soit une dénivelée de l’ordre de 50cm, et une pente moyenne de 5 à 6%).

1.4.6. Données hydrauliques
    La section hydraulique actuelle de l’ouvrage est d’environ 64,8 m².
    Une étude hydraulique a été réalisée pour l’élaboration du Dossier Loi sur l’Eau.
    Les principales conclusions de cette étude sont :
    -   Le débouché de l’ouvrage après travaux sera inférieur à celui de l’ouvrage existant (entre
        58 et 60m²). L’incidence sur les écoulements dans le bras de décharge du projet à terme
        sera cependant négligeable, l’ouvrage restant largement dimensionné (voir chapitre VI
        Incidences sur le milieu aquatique, paragraphe B Incidences du projet : état futur
        hydraulique) ;
    -   Les batardeaux : Implantés en rive gauche, autour de la culée, ces batardeaux auront les
        caractéristiques suivantes :
               o   largeur d’emprise dans le lit mineur : 2,50 m maximum,
               o   cote d’arase : 207,00 m IGN-69, égale à la cote du niveau d’eau maximum hors
                   crues de la Meurthe (correspond au débit maximum de 5 m3/s qui peut être
                   atteint dans le bras de décharge),
               Note : en période de crue de la Meurthe, la vanne d’entrée est abaissée de manière
               à réduire le débit voire à l’annuler.
    -   La plateforme de travail : elle sera installée sur des tuyaux ou des dalots d’ouverture
        hydraulique cumulée de 4,8 m² :
               o   Cote de l’intrados des dalots ou tuyaux : 207,00 m IGN-69
               o   Cote de la plateforme de travail : cote de l’intrados + 40 cm, soit : 207,40 m
                   IGN-69.
        La plateforme de travail ci-dessus pourra être remplacée par une plateforme sur
        barges, sous réserve que la section hydraulique résiduelle sous la barge soit
        toujours supérieure à 5m².
    -   Les échafaudages ou nacelles de travail : Ces derniers seront posés sur la plateforme de
        travail. Ils devront être enlevés dès que la cote du niveau d’eau dans le bras de décharge
        atteint 207,00 m IGN-69 (cote de l’intrados des tuyaux ou dalots).


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 12 sur 120
    Mesures pour limiter les incidences des travaux sur l’hydraulique du cours d’eau :
           - Système d’alerte de crue et interruption de chantier :
             Toutes les dispositions seront prises pour pouvoir interrompre le chantier dans
             les meilleurs délais et l’évacuer de tout l’équipement amovible en cas de
             montée des eaux dans le bras de la Meurthe et en cas d’alerte de crues de la
             Meurthe ;

1.4.7. Plans de l'ouvrage existant
    Les plans de l'ouvrage existant sont joints au DCE.



ARTICLE 1.5. DONNEES CONCERNANT L'OUVRAGE CONFORTE

1.5.1. Données géométriques et fonctionnelles
   Le confortement de la voûte par une contre-voûte réduit le gabarit disponible d’environ 15 à
20cm.
    L’analyse du levé topographique et des mesures faites sur place permet de déterminer les
caractéristiques géométriques de l’ouvrage réparé. Le plan joint au DCE servira de plan de
principe pour la définition de la nouvelle ligne d’intrados.
    L’épaisseur de la voûte à la clé (e0), est déduite de celle de la voûte actuelle augmentée de
l’épaisseur de la contre-voûte en béton projeté. De la même manière, l’épaisseur aux reins (e1) est
augmentée, et on pourra considérer :
                                        e0 = 0,90m et e1 = 1,70m




ARTICLE 1.6. DESORDRES CONSTATES SUR L’OUVRAGE
   De nombreuses réparations ont été faites par le passé, avec des mises en œuvre de
matériaux différents de ceux d’origine :
     - réparation / confortement au mortier de ciment des chaînages périphériques en intrados
       et parement des culées rive gauche côté aval et rive droite côté amont ;
     - remplacement ponctuel surfacique de la pierre de taille en culée rive droite par un moellon
       de faible épaisseur recouvert d’enduit ;
     - réparation / confortement au mortier de ciment des deux culées ;
     - reprise ponctuelle de l’enduit à base de chaux en intrados et remplacement par un enduit
       à base de ciment ;
     - rejointoiement entre pierres de tailles au joint à base de ciment sur les tympans et
       bandeaux amont et aval ;
     - mise en place de 3 tirants métalliques ;
     - reprise de la culée en rive droite : les maçonneries en pierre ont été retaillées,
       partiellement remplacées et confortées au mortier de ciment.
    De nombreux désordres ont été recensés lors du Diagnostic de l’ouvrage :
    Sur les culées
       -    ouverture importante des joints, dégarnissage ;
       -    colonisation biologique ;

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                         Page 13 sur 120
       -   fissuration de pierres, altération, éclatement, desquamation ;
       -   réparations locales à l’aide d’enduit appliqué sur les pierres ;
    Sur l’escalier
       -   marches fendues ou éclatées ;
       -   joints en mauvais état ;
    Sur les tympans et bandeaux
       -   joints ouverts et dégarnis ;
       -   colonisation biologique ;
       -   fissuration de pierres, notamment à proximité des tirants métalliques, desquamation,
           éclatement de l’arête ;
       -   réparations locales à l’aide d’enduit appliqué sur les pierres ;
       -   rebouchages de trous au mortier de ciment ;
    Sur les chaînages en intrados
       -   colonisation biologique intense ;
       -   forte présence d’humidité, traces de calcite, suintement important après les pluies.
       -   fissuration de pierres, desquamation complète, éclatement, désorganisation ;
       -   réparations à l’aide de pierre de parement et d’enduit, réparations locales à l’aide
           d’enduit appliqué sur les pierres, enduit sonnant creux par endroits ;
       -   chutes de pierres et de mortier de réparation, apparition de cavités ;
   L’apparition des désordres a tendance à accélérer, la dégradation de l’ouvrage est devenue
importante.



ARTICLE 1.7. CONSISTANCE DES TRAVAUX

1.7.1. Travaux compris dans l'entreprise
     D'une manière générale, l'entreprise comprend toutes les fournitures et mises en œuvre
nécessaires à la complète réalisation des travaux objets du présent marché, ainsi que la remise en
état des lieux mis à la disposition de l'entrepreneur ou modifiés par le déroulement des travaux, à
l'exclusion de celles mentionnées au sous-article suivant.
    Ceci couvre en particulier :
       -   les installations de chantier,
       -   la signalisation de chantier liée aux travaux du présent lot,
       -   l’établissement d’un constat d’huissier des constructions environnantes,
       -   la protection du cours d’eau et de l’environnement en général,
       -   l’étude du phasage de la réparation et du confortement,
       -   l'étude des ouvrages définitifs,


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 14 sur 120
       -   la réalisation des plans de phasage, des plans de méthodes et des plans d’installation
           et de signalisation de chantier pour l’obtention des arrêtés de circulation nécessaires,
       -   la gestion de la qualité et le contrôle interne,
       -   les ouvrages provisoires ou éléments provisoires nécessaires à la réalisation des
           travaux.
    Les travaux comprennent en outre :
       -   la protection des ouvrages des services concédés présents sur l’ouvrage ou à ses
           abords, et en particulier les réseaux présents,
       -   la mise en place des dispositifs de confinement du chantier et de traitement des eaux
           avant rejet pour la protection de l’environnement,
       -   la mise à sec de la culée en rive gauche par constitution d'un batardeau en maintenant
           l'écoulement du cours d’eau,
       -   la mise en œuvre et l’enlèvement en fin de chantier d’une plateforme de travail sous
           l’ouvrage,
       -   la réalisation des fondations de la contre-voûte ;
       -   la mise en œuvre d'un échafaudage ou d'une nacelle permettant l’accès à l’intrados
           pour exécuter les travaux,
       -   le nettoyage et la dévégétalisation de l’ouvrage,
       -   le déchargement de la voûte et la démolition des superstructures de l’ouvrage
           (chaussée, bordures, garde-corps, remblai),
       -   le piochage et la purge des éléments détériorés de l’intrados de l’ouvrage et des
           culées,
       -   les reconstitutions locales de maçonneries,
       -   le confortement du corps de la voûte par l'injection gravitaire des fissures et cavités et
           la reconstitution de l’extrados et des reins de la voûte,
       -   le renforcement de structure par la réalisation d’une contre-voûte en béton armé
           projeté par voie sèche, liaisonné à l’intrados,
       -   la rénovation des parements conservés (tympans, bandeaux, corniches, murs en retour
           des culées, avant-becs, arrière-becs),
       -   le rejointoiement des parements de maçonnerie conservés,
       -   la réfection complète de l’étanchéité, du drainage et des superstructures de la voûte,
       -   la rénovation des garde-corps existant ou la création de parapets en pierre de taille en
           rive d’ouvrage en remplacement de ces garde-corps,
       -   le démontage des échafaudages et étaiements,
       -   le repliement et la remise en état des lieux, y compris le lit mineur du cours d’eau,
       -   la réalisation et la fourniture du dossier de récolement.

1.7.2. Travaux non compris dans l'entreprise
    Ne sont pas compris au titre du présent marché, les travaux suivants :



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                         Page 15 sur 120
       -    la fourniture et la pose des différents réseaux empruntant l'ouvrage, les raccordements
            de réseaux,
       -    le déplacement des ouvrages des services concédés affectés par l'ouvrage ou par les
            aménagements définitifs qui lui sont associés.



ARTICLE 1.8. DESCRIPTION DES TRAVAUX A REALISER

1.8.1. Confortement et travaux de réparation

       -    Mise en place de dalots, géotextile et sable pour la réalisation de la plateforme de
            travail sous ouvrage,
       -    Mise à sec de l'ouvrage par constitution d'un batardeau devant la culée rive gauche en
            maintenant l'écoulement du cours d’eau,
       -    Mise en place des échafaudages et étaiements éventuels,
       -    Nettoyage de l'ouvrage avec élimination complète de tous les dépôts de calcite non
            adhérente et de toutes les salissures,
       -    Nettoyage et purge des parements y compris l’enlèvement des pierres des zones à
            reconstituer,
       -    Mise en place, à bain de mortier, des moellons dans les zones à reconstituer,
       -    Dégarnissage des joints par zones,
       -    Rejointoiement de l'ouvrage y compris dans les zones reconstituées,
       -    Réalisation de pieux et de poutres de répartition pour les fondations de la contre-voûte,
       -    Préparation des surfaces à protéger,
       -    Projection du béton,
       -    Injection gravitaire des fissures et cavités,
       -    Démontage des échafaudages, étaiements et batardeaux.

1.8.2. Aspect du parement
    Après projection, le parement de l’intrados de la contre-voûte devra avoir la finition
suivante :
       o    L’aspect sera grésé, taloché fin lisse,
       o    teinte sable clair, identique aux joints,
       o    des « coups de scies » seront donnés tous les 2 mètres afin de maîtriser le
            faïençage.

1.8.3. Etanchéité de la voûte
    (fasc. 67 titre I du CCTG)
        -   La chaussée et les trottoirs doivent être complètement démolis et l’ouvrage
            complètement décaissé jusqu’à l’extrados de la voûte, c’est-à-dire jusqu’à la mise à nu
            du queutage.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                        Page 16 sur 120
        -   Préparation et mise en œuvre d’un support d’étanchéité :
               o   reconstitution du corps de voûte en mœllons de maçonnerie (queutage),
               o   rejointoiement complété par une injection gravitaire au coulis de chaux,
               o   exécution d’un support constitué par le remplissage correctement réglé et par
                   une couche de sable 2/4 mélangé avec de la chaux et compacté de 10cm.
        -   Protection par un géotextile anti-poinçonnement non tissé (700 g/m²),
        -   Mise en œuvre de la couche d’étanchéité en position intermédiaire : géomembrane en
            bitume élastomère armé de type Teranap 431 TP ou Coletanche NTPES ou
            équivalent.
            La géomembrane sera prolongée jusqu’à une distance de 2m au-delà des
            parements de la voûte sur les culées, et elle sera terminée dans un fossé
            drainant qui collectera les eaux circulant dans le remblai des abords de
            l’ouvrage pour les évacuer latéralement ou vers l’intrados de la voûte.
        -   Mise en œuvre des relevés sur tympans, avec protection en tête (engravure conforme
            au fascicule 67 titre I, article 9.1.2.3. du CCTG ou solin en aluminium),
        -   Collecte des eaux et drainage, pose de barbacanes et de tubes crépinés.

1.8.4. Parapets
   Des parapets en pierre calcaire conformes aux plans et à la norme XP P 98-405 sont à mettre
en œuvre sur l’ouvrage, en remplacement des garde-corps actuels (en option).

1.8.5. Corniches
    Les corniches existantes sont conservées et réparées.

1.8.6. Revêtement de trottoir
     Les trottoirs seront réalisés en béton jusqu’au niveau fini. Le revêtement des trottoirs sera
réalisé en résine (hors marché).

1.8.7. Couche de roulement
    Une couche de roulement en béton bitumineux semi-grenu 0/10 de 7 cm d'épaisseur est
prévue sur l'ouvrage (hors marché).

1.8.8. Remblais
     Le volume des remblais contigus à l'ouvrage est défini à l'article intitulé "Remblais de la voûte
et remblais contigus" du chapitre 4 du présent CCTP.

1.8.9. Surveillance - repères topométriques
    L'ouvrage est équipé de repères de nivellement permettant son suivi sur le long terme. Leur
nature et leur localisation sont précisées aux chapitres 3 et 4 du présent CCTP.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 17 sur 120
ARTICLE 1.9. CONTRAINTES PARTICULIERES IMPOSEES AU
CHANTIER

1.9.1. Conditions d'accès au site
    Le chantier est accessible par la RD 116 de part et d’autre. Lors des travaux, la RD 116 sera
fermée et barrée au droit de l’ouvrage.
    L’accès de chantier à la berge en rive droite se fera par l’escalier existant en aval de la culée
en rive droite, ou par le chemin existant sur la berge en rive droite, depuis l’amont.

1.9.2. Constructions avoisinantes
     L'attention de l'entrepreneur est attirée sur l'existence, au voisinage immédiat du chantier, de
la présence de constructions et de murs de clôture et de soutènement et dont le comportement ne
doit pas être perturbé.
    A cette fin, l’entrepreneur fera établir un constat d’huissier des constructions environnantes,
avant travaux et après la réalisation, qui portera sur l’intérieur et l’extérieur des habitations les plus
proches : parcelle n°56, parcelle n°57, parcelle n°58, mur de soutènement et de clôture des haras,
mur de soutènement et de clôture de la parcelle n°87 à minima.

1.9.3. Réseaux
     L'attention de l'entrepreneur est attirée sur l'existence de réseaux concessionnaires qui
figurent sur les plans joints.
    Tous les réseaux existants sont maintenus en exploitation pendant les travaux et doivent être
protégés.
   Les réseaux existants dans l’ouvrage et à ses abords sont décrits au §1.3.4. Réseaux de
concessionnaires.

1.9.4. Phasage des travaux et ordre d'exécution
    Les travaux sont prévus en 2 tranches.
   Le phasage des travaux de chaque tranche est décrit ci-après. L’entreprise pourra proposer un
phasage différent, intégrant l’ensemble des contraintes fixées par le présent CCTP, qui sera
soumis à la validation du Maître d’œuvre.


    TRANCHE FERME
    Travaux préparatoires
        -   recalcul de la voûte pour les phases provisoires avant décaissement,
        -   mise en place de la déviation piéton par ponton flottant,
        -   mise en place sur toute la largeur de l’ouvrage de tuyaux ou de dalots d’ouverture
            hydraulique cumulée 4,8 m² dans le lit du cours d’eau et création d’une plateforme de
            travail,
        -   réalisation des fondations de la contre-voûte par la mise en œuvre de micropieux
            depuis la chaussée,
        -   réalisation d’un batardeau au droit de la culée rive gauche,
        -   réalisation des poutres de répartition au droit des culées,
Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                            Page 18 sur 120
        -   mise en place d’un échafaudage pour le travail en intrados
        -   comblement par béton projeté des plus grosses cavités en intrados avant la pose du
            cintre et la réalisation des injections en extrados,
        -   mise en place d’un cintre provisoire et de butons destiné à prévenir les mouvements
            de la voûte lors de son décaissement et des travaux sur l’extrados.


    Etanchement de la voûte – travaux en extrados
        -   démolition de la chaussée, décaissement du remplissage de la voûte et des culées sur
            une hauteur d’environ 2,0m au droit des reins,
        -   accrochage des réseaux aux tympans sur supports provisoires,
        -   suppression des plaques de tirants,
        -   remise en état du queutage le cas échéant,
        -   injection gravitaire au coulis de chaux du corps de la voûte maçonnée et du queutage
            depuis l’extrados pour combler les vides et les fissures et recréer un bloc avec la
            maçonnerie,
        -   réalisation du support de la géomembrane d’étanchéité en sable-chaux, avec forme de
            pente, cunette et gargouilles,
        -   rejointoiement et ragréage au mortier des parements intérieurs des tympans pour la
            fixation des relevés d’étanchéité,
        -   étanchement de la voûte et relevés d’étanchéité, pose des solins,
        -   réalisation du drainage de la voûte, de la collecte et de l’évacuation des eaux, pose de
            tubes crépinés dans les culées,
        -   mise en œuvre d’un géotextile anti-poinçonnement,
        -   remblaiement de la voûte avec un remblai drainant,
        -   remise en peinture des garde-corps ou remplacement des garde-corps par des
            parapets en maçonneries.


    Remise en état des lieux
        -   démontage et enlèvement de l’échafaudage,
        -   remise en place des réseaux et de leur protection,
        -   pose des bordures et caniveaux en béton préfabriqués,
        -   réalisation des trottoirs en béton,
        -   réfection de la structure de la chaussée,
        -   dépose du cintre provisoire,
        -   dépose et évacuation de la plateforme de travail et des tuyaux ou dalots,
        -   enlévement du ponton flottant.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 19 sur 120
    TRANCHE CONDITIONNELLE
    Travaux préparatoires
        -   mise en place de la déviation piéton par ponton flottant,
        -   mise en place sur toute la largeur de l’ouvrage de tuyaux ou de dalots d’ouverture
            hydraulique cumulée 4,8 m² dans le lit du cours d’eau et création d’une plateforme de
            travail,
        -   mise en place d’un échafaudage pour le travail en intrados et sur les tympans


    Confortement de la voûte – travaux en intrados
        -   nettoyage de la végétation,
        -   piochage de l’enduit dégradé, repiquage des parties friables et des pierres disloquées,
        -   comblement des fissures par injection et remise en place de pierres,
        -   rejointoiement,
        -   décapage ou sablage,
        -   mise en place des connecteurs dans la maçonnerie,
        -   humidification du support,
        -   mise en œuvre du ferraillage préalable,
        -   réalisation de la contre-voûte en béton projeté par voie sèche par passes de 5 à 15 cm
            d’épaisseur suivant le phasage de l’article 4.13,
        -   réalisation de l’enduit de finition,
        -   mise en œuvre sur les tranches de la contre-voûte de l’habillage en pierre calcaire
            agrafée, avec jointoiement au mortier de chaux.


    Réparation de la voûte – travaux sur les parements des tympans
        -   purge de l’enduit de chaux, en grande partie imbibé et humide, et de l’enduit de ciment
            incompatible avec le matériau calcaire, sur les tympans,
        -   réparation et rejointoiement des pierres des tympans,
        -   remise en état des corniches.


    Réparation de l’escalier
        -   dépose des marches de l’escalier,
        -   repose de marches neuves,
        -   remise en peinture de la main courante.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                        Page 20 sur 120
    Remise en état des lieux
        -   démontage et enlèvement de l’échafaudage,
        -   dépose et évacuation de la plateforme de travail et des tuyaux ou dalots,
        -   remise en état du lit de la rivière et des berges,
        -   remise en état du chemin en rive droite,
        -   enlévement du ponton flottant.



1.9.5. Maintien de circulations
    Les mesures de circulations suivantes seront prises pendant les travaux :
        -   circulation piétons et cycles : interdite au droit de l’ouvrage et sur la berge rive droite
            sous l’ouvrage, reportée en aval de l’ouvrage par la rue de Ravel, la berge rive droite,
            un ponton flottant et la rue de l’ancien hôtel de ville,
        -   circulation automobile : interdite au droit de l’ouvrage pendant les 2 tranches de
            travaux.

1.9.6. Ponton flottant
    Afin de dévier la circulation des piétons, l’entreprise mettra en place un ponton flottant équipé
de garde-corps pour permettre le franchissement du cours d’eau en aval de l’ouvrage, pendant
toute la durée de fermeture du pont à la circulation piétonne, pour chaque tranche de travaux.
    Ce ponton reliera la berge rive droite en aval de l’escalier à la rue de l’ancien hôtel de ville en
rive gauche. Il sera équipé des rampes et dispositifs de sécurité nécessaires pour assurer son
accessibilité aux personnes à mobilité réduite.
    Il aura les caractéristiques minimales suivantes :
        -   longueur totale à mesurer sur place (proche de 18m),
        -   largeur utile 2,00m,
        -   pente maximale des rampes d’accès 4%,
        -   garde-corps conformes aux normes piétons et PMR.
    La structure du ponton sera de préférence en aluminium, et le tirant d’eau devra être inférieur
à 30cm à lège.

1.9.7. Engins de chantier
    Le passage d'engins de chantier est interdit sur l'ouvrage en phase provisoire.

1.9.8. Moyens mis en oeuvre
   L'entrepreneur réalise les travaux en tenant compte de la nécessité d'éviter toute action
susceptible d'endommager l'ouvrage, telles que des vibrations excessives.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                          Page 21 sur 120
1.9.9. Evacuation des eaux de chantier
    Les eaux de chantier sont rejetées dans le réseau d'assainissement de la ville après passage
par un décanteur et un séparateur d'hydrocarbures.

1.9.10. Limitation des nuisances et respect de l'environnement
    L'entrepreneur est tenu de respecter tout au long des travaux l'ensemble des prescriptions
relatives au respect de l'environnement, à la maîtrise des déchets et à la limitation des nuisances
portées aux chapitres 2 et 4 du présent CCTP.
   Les actions qu'il entreprend doivent être exécutées en tenant compte notamment de la
nécessité :
        -   d'assurer un écoulement correct des eaux de ruissellement pendant toute la durée des
            travaux,
        -   de protéger le cours d’eau contre toute pollution due au chantier,
        -   de protéger l’environnement de l’ouvrage contre toute pollution due au chantier.
   L'entrepreneur doit mettre en œuvre un schéma d'organisation et de suivi de l'élimination des
déchets (SOSED), selon les modalités définies au chapitre 2 du présent CCTP.
    Toute conséquence de la non observation de ces sujétions par l'entrepreneur est à sa charge.
    Afin de limiter les nuisances dues au chantier, les travaux en-dehors des horaires usuels
devront faire l'objet d'une demande écrite de la part du titulaire auprès du Maître d'Ouvrage au
moins 1 (un) mois avant la date souhaitée des travaux.

1.9.11. Monuments historiques
    L'ouvrage étant situé dans le périmètre de monuments historiques classés, le présent projet de
réparation et de confortement de l’ouvrage a été validé par l'Architecte des Bâtiments de France.
     Pour la réalisation des travaux, les plans d’exécution, les demandes d’agrément des matériaux
et les méthodes de travail proposées par l’entreprise pourront être soumis à l’avis de l'Architecte
des Bâtiments de France. Les contraintes liées aux prescriptions de l'Architecte des Bâtiments de
France font partie intégrante des obligations de l’entrepreneur pour ce projet.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                         Page 22 sur 120
                             CHAPITRE 2.
                   PREPARATION ET ORGANISATION DU
                              CHANTIER




ARTICLE 2.1. STIPULATIONS PRELIMINAIRES
    L'entrepreneur doit soumettre à l'acceptation du maître d'œuvre toutes les dispositions
techniques qui ne font pas l'objet de stipulations dans le présent marché.
    Ces dispositions ne peuvent pas être contraires aux règles de l'art ni être susceptibles de
réduire la sécurité et la durabilité de la structure et des équipements de l'ouvrage en phase
d'exécution comme en phase de service.
    Ces propositions doivent être assorties de justifications correspondantes, telles que notices,
mémoires, rapports d'organismes de certification ou de laboratoires agréés, procès-verbaux
d'essais, etc.
    Tous les documents remis par l'entrepreneur à la maîtrise d'œuvre doivent être rédigés en
français.



ARTICLE 2.2. DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR
    (chapitre 3 du fasc. 65 du CCTG, art. 28, 29, 40 du CCAG)

2.2.1. Dispositions générales
   L'ensemble des documents à fournir par l'entrepreneur est soumis au visa du maître d'œuvre,
excepté :
        -   les documents relatifs à la sécurité et à la protection de la santé,
        -   les documents relatifs aux ouvrages provisoires de 2ème catégorie,
        -   les documents de suivi du contrôle interne dont seul le cadre est soumis à son
            acceptation.

2.2.2. Liste des documents à fournir
   L'ensemble des documents à fournir par l'entrepreneur, soit pendant la mise au point du
marché, soit pendant la période de préparation des travaux, soit pendant les travaux, soit après
exécution, est regroupé sous les huit rubriques suivantes :
        -   le programme d'exécution des travaux,
        -   le programme des études d'exécution,
        -   le projet des installations de chantier,
        -   le plan qualité (PQ), y compris les agréments de matériaux et matériels,
        -   les études des batardeaux,


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                  - CCTP -                    Page 23 sur 120
        -   les documents relatifs à la sécurité et à la protection de la santé,
        -   les documents relatifs aux ouvrages provisoires de première catégorie,
        -   les études d'exécution,
        -   le schéma d'organisation et de suivi de l'élimination des déchets (SOSED),
        -   le plan d’assurance de la protection de l’environnement (PAPE),
        -   les résultats des essais de convenance,
        -   les résultats du contrôle interne,
        -   le dossier de récolement de l'ouvrage.

2.2.3. Délais de production et de vérification

         Liste non exhaustive des documents à fournir par l'Entreprise


            Opération                   Documents à établir par          Délais en jours calendaires
                                     Entrepreneur Maître d'Œuvre
 Projet d'installations de chantier Plan et mémoire                  21 jours suivant l’OS de démarrage
                                                                          de la période de préparation
      Programme d'exécution         Notice graphique                 21 jours suivant l’OS de démarrage
                                                                          de la période de préparation
                                                        Visa ou          10 jours suivant réception des
                                                      observations                 documents
 Liste des documents d'exécution          Notice                     21 jours suivant l’OS de démarrage
                                                                          de la période de préparation
                                                        Visa ou          10 jours suivant réception des
                                                      observations                 documents
PQ Notice d'organisation générale         Notice                     21 jours suivant l’OS de démarrage
                                                                          de la période de préparation
                                                        Visa ou          10 jours suivant réception des
                                                      observations                 documents
   PQ Procédures et cadre des             Notice                     21 jours suivant l’OS de démarrage
        documents de suivi                                                de la période de préparation
                                                        Visa ou          10 jours suivant réception des
                                                      observations                 documents
                                                                     30 jours suivant l’OS de démarrage
     Notes de calculs et plans       Plans, dessins,                  de la période de préparation ou 30
            d'exécution                   notes                          jours avant début des travaux
                                                                        correspondants aux documents
                                                        Visa ou          15 jours suivant réception des
                                                      observations                 documents
 Projet des ouvrages provisoires Plans, dessins,                       20 jours avant mise en place des
                                          notes                               ouvrages concernés
                                                                     10 jours suivant réception de la note
   Rectification des documents       Plans et notes                               d'observation
 suivant une note d'observations         indicés        Visa ou          10 jours suivant réception des
                                                      observations             documents indicés
Dossier de récolement conforme à Plans, notes                             avant la date de la réception
             l'exécution
 Plan Particulier de Sécurité et de Notice et plans                  30 jours suivant l’OS de démarrage
       Protection de la Santé                                             de la période de préparation
                                                     Observations du     10 jours suivant réception des
                                                          SPS                      documents




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                            Page 24 sur 120
ARTICLE 2.3. PROGRAMME D'EXECUTION DES TRAVAUX
   (art. 28.2 du CCAG, art. 33 et 35 du fasc. 65 du CCTG, art. III.1.3 et III.1.4. du fasc. 66 du
CCTG)
    Le programme d'exécution des travaux comprend :
        -   le calendrier prévisionnel des travaux,
        -   la description générale des matériels et méthodes à utiliser,
        -   le projet des installations de chantier.
     Le calendrier prévisionnel des travaux doit être présenté de telle sorte qu'apparaissent
clairement les tâches critiques et leur enchaînement.




ARTICLE 2.4. SECURITE ET PROTECTION DE LA SANTE
    (art. 28.3 du CCAG, loi 93-1418 du 31 décembre 1993 et ses décrets d'application)
    Les modalités d'élaboration des documents relatifs à la sécurité et à la protection de la santé,
conformément aux lois en vigueur, sont définies au CCAP.




ARTICLE 2.5. PLAN QUALITE - GENERALITES
    (art. 34 du fasc. 65 du CCTG)

2.5.1. Composition générale du PQ
    Conformément aux dispositions des articles 34 du fascicule 65 et 7 du fascicule 68 du CCTG,
le PQ est constitué :
        -   de la note d'organisation générale du chantier (y compris les installations de chantier),
        -   des procédures d'exécution (y compris la description générale des matériels et
            méthodes), relatives à chaque tâche principale (étaiement, mise sur cintre,
            rejointoiement, décaissement, étanchement …),
        -   des documents de suivi de contrôle intérieur,
        -   du cadre des documents de suivi d'exécution,
        -   du cadre de fiche de non conformité,
        -   des modalités de demande d’agrément des matériaux, composants et équipements.

2.5.2. Points d'arrêt et points critiques
    La liste des points d'arrêt est donnée ci-dessous. Les délais de préavis et de levée sont de 5
jours ouvrés.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                  - CCTP -                      Page 25 sur 120
              Phase des travaux                              Points d'arrêt

              Phase préparatoire                         - Acceptation du PQ

                   Batardeau                - Acceptation du niveau de fond de fouille
                                          - Acceptation du batardeau avant la mise en
                                         place des armatures de la poutre de répartition

                  Micropieux               - acceptation des résultats d’essai sur les
                                        armatures non normalisées avant livraison sur le
                                                           chantier
                                          - Acceptation du forage des micropieux avant
                                                             injection
                                        - Acceptation de l’ensemble des micropieux d’un
                                          appui et acceptation des fouilles d’élément de
                                           liaison une fois le béton de propreté mis en
                                                               œuvre

                  Bétonnages                       - Réception des centrales à béton
                                             - Autorisation des formulations de béton
                                             - Autorisation de bétonnage d'une partie
                                                             d'ouvrage

                   Nettoyage              - Réception de l’épreuve de convenance de
                                          nettoyage avant nettoyage de l’ensemble de
                                                            l’ouvrage

                Rejointoiement                - Définition et acceptation des zones à
                                                              rejointoyer
                                           - Réception de l’épreuve de convenance de
                                         rejointoiement avant démarrage des travaux de
                                                   rejointoiement sur l’ouvrage

            Reconstitutions locales           - Définition et acceptation des zones à
                                                             reconstituer
                                           - Réception de l’épreuve de convenance de
                                         reconstitution avant démarrage des travaux de
                                                   reconstitution sur l’ouvrage

                 Béton projeté               - Réception de l’épreuve de convenance
                                              - Réception des préparations de surface et
                                                   des armatures avant projection

                   Injections            - Définition et acceptation des zones à injecter
                                             - Réception de l’épreuve de convenance
                                             d'injection avant démarrage des travaux
                                                       d'injection sur ouvrage

                   Epinglage             - Définition et acceptation des zones à épingler
                                            - Réception de l’épreuve de convenance
                                            d’épinglage avant démarrage des travaux


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES   - CCTP -                              Page 26 sur 120
                                                                d’épinglage sur ouvrage

   Toute opération de réparation (nettoyage,            - Réception des zones réparées avant
  rejointoiement, reconstitution, béton projeté,       enlèvement des dispositifs d’accès et des
      injection, épinglage, étanchement…)                           échafaudages

                  Equipements                           - Acceptation du support de l'étanchéité
                                                              - Acceptation de l'étanchéité


    La liste des points critiques, assortie des délais de préavis du maître d'œuvre, est présentée
par l'entrepreneur dans le document d'organisation générale du PQ.
    Le contrôle intérieur à la chaîne de production exécuté par le titulaire, est complété par un
contrôle extérieur du maître d'œuvre, qui peut porter notamment sur la qualité des bétons, des
mortiers, de l’étanchéité et des pierres de reconstitution ainsi que sur la qualité des joints et
reconstitutions de maçonneries finis.




ARTICLE 2.6. SCHEMA D'ORGANISATION ET DE SUIVI DE
L'ELIMINATION DES DECHETS
   Pendant la période de préparation, l'entrepreneur soumet au visa du maître d'œuvre un
Schéma d'Organisation et de Suivi de l'Elimination des Déchets (SOSED) dans lequel il décrit de
manière détaillée :
        -   les moyens et méthodes qu'il va employer pour la récupération des déchets sous
            l'ouvrage, et pour la protection du cours d’eau vis-à-vis des projections et des chutes
            de matériaux,
        -   les méthodes qu'il va employer pour ne pas mélanger les déchets,
        -   les centres de stockage ou centres de regroupement ou unités de recyclage vers
            lesquels sont acheminés les différents déchets à éliminer,
        -   les moyens de contrôle, de suivi et de traçabilité qu'il va mettre en œuvre pendant les
            travaux.
   Tous les déchets à évacuer doivent l'être en respectant les modalités prévues dans ce
document.



ARTICLE 2.7. QUALITE DE L'ASPECT DES PAREMENTS
    Pour la réparation des parties vues de l’ouvrage réparé (tympans, bandeaux, parapets,
corniches, culées et arrière-becs), concernant la couleur et la texture des matériaux, les fournitures
proposées sont soumises à l'agrément du maître d'œuvre, dans le respect des prescriptions du
chapitre 3 du présent CCTP.
    Une épreuve de convenance est réalisée.



ARTICLE 2.8. DOCUMENT D'ORGANISATION GENERALE DU CHANTIER
    (art. 34.2.2 du fasc. 65 du CCTG, art. 7.1 du fasc. 68 du CCTG)

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 27 sur 120
    La liste et l'organigramme des responsables sur le chantier concernent l'ensemble des
entreprises, sous-traitants inclus.
    Le document d'organisation générale explicite également de façon détaillée les principes de la
gestion des documents :
        -   calendrier de fourniture des documents,
        -   nombre de documents adressés au maître d'œuvre, aux bureaux de contrôle et autres
            intervenants,
        -   principes et délais pour les vérifications et modifications,
        -   liste des procédures d’exécution,
        -   principe du contrôle intérieur envisagé.




ARTICLE 2.9. PROCEDURES D'EXECUTION

2.9.1. Liste des procédures d'exécution
    Les procédures d'exécution à fournir sont les suivantes :
        -   exécution des fouilles et forages pour fondations,
        -   réalisation des micropieux,
        -   coffrage des parements,
        -   ferraillages,
        -   bétonnage,
        -   réalisation des ouvrages provisoires          de     première   catégorie   (soutènements,
            batardeaux, plateforme de travail, cintre),
        -   montage des échafaudages,
        -   détails des épreuves de convenances (déroulement, moyens humains et matériels mis
            en œuvre…),
        -   nettoyage des parements,
        -   préparation de surfaces,
        -   reconstitution locale de la maçonnerie,
        -   rejointoiement de la maçonnerie,
        -   projection du béton,
        -   injection des maçonneries,
        -   décaissement,
        -   remplissage,
        -   étanchement (support        d’étanchéité,   couche    d’étanchéité,   protection,   système
            d’évacuation des eaux)
        -   réalisation des parapets.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                            Page 28 sur 120
2.9.2. Documents annexés aux procédures d'exécution
    Les documents annexés aux procédures comprennent en outre les documents suivants :
        -   le plan de phasage de réparation de la maçonnerie,
        -   le projet des ouvrages provisoires,
        -   le dossier d'études du béton projeté,
        -   l’ensemble des dispositions prises pour la protection de l’environnement,
        -   les références des documents internes à l’entreprise consultables par le maître
            d’œuvre sur le chantier.

2.9.3. Prise en compte des constructions avoisinantes dans le PQ
    Les procédures d'exécution relatives aux travaux de soutènement provisoire, terrassements et
remblaiement précisent l'ensemble des contrôles qui doivent être effectués par l'entrepreneur
avant et pendant l'exécution de ces travaux pour prévenir toute perturbation des constructions
avoisinantes précisées dans le dernier article du chapitre 1 du présent CCTP. Ces procédures
précisent également la conduite à tenir en cas d'anomalies mises en évidence par ces contrôles.

2.9.4. Maîtrise de la conformité pour les ouvrages provisoires
    (art. 53 du fasc. 65 du CCTG)

2.9.4.1. Généralités
    Le projet des ouvrages provisoires (soutènements, batardeaux, plateforme de travail, cintre,
échafaudages) doit fournir le phasage détaillé et précis des opérations de mise en œuvre et de
chargement.
     Les ouvrages provisoires sont dimensionnés en prenant en compte tout le poids de la
structure à exécuter sans faire appel à la résistance d'aucune partie de celle-ci. Il faut notamment
tenir compte des retombées de mortier dans le cas de projection.
    L’entreprise est responsable des ouvrages provisoires.
    La réception est assurée par le Chargé des Ouvrages Provisoires (COP) de l’entreprise.

2.9.4.2. Dessins des ouvrages provisoires
    (art. 53.2 du fasc. 65 du CCTG)
    Outre les spécifications de l'article 53.2 du fascicule 65 du CCTG, les dessins définissent :
        -   les types et modules normalisés de tous les profils à utiliser,
        -   les épaisseurs de tubes et non pas seulement leurs diamètres extérieurs,
        -   les pièces qui, du fait de la pente ou du dévers, devraient avoir leur plan de résistance
            principal non vertical, ainsi que les surfaces d'appui des pièces qui doivent comporter
            des boîtes à sable ou des cales d'épaisseur variable en vue d'assurer un contact
            correct des pièces (surface sur surface et non ligne sur ligne ou point sur point),
        -   les niveaux théoriques d'appui de tous les éléments verticaux,
        -   les précautions prévues pour pallier l'hétérogénéité des conditions d'appuis,
        -   en cas d'appui direct sur le sol, la pression admissible exigée du sol dans les
            conditions d'utilisation : en l'absence de sondages menés par un laboratoire agréé par

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                         Page 29 sur 120
            le maître d'œuvre, la contrainte maximale supportée par le sol de fondation (quel qu'il
            soit) ne dépasse pas 0,1 MPa,
        -   les précautions prévues pour pallier l'instabilité d'une zone d'appui en pente,
        -   le plan de phasage de réalisation des travaux,
        -   les manœuvres par lesquelles commencent le montage et le démontage des ouvrages
            provisoires,
        -   l'emplacement des boîtes à sable, coins ou vérins, nécessaires au démontage des
            ouvrages provisoires,
        -   les zones de circulation du personnel et les réservations pour la fixation de tous les
            dispositifs de retenue.
    Des schémas types peuvent être utilisés et, en cas d'emploi de pièces préfabriquées, des
notices ou partie de notices du fabricant peuvent être incorporées aux dessins d'exécution à
condition de former avec les dessins particuliers un ensemble complet, cohérent et sans risque
d'ambiguïté ; en particulier, les parties de ces notices applicables au cas d'espèce sont clairement
mises en évidence.

2.9.4.3. Règles de calcul
    Les ouvrages provisoires sont calculés conformément aux indications de l'article 59 du
fascicule 65 et de l'annexe A2 du fascicule 66 du CCTG.
    Le cintre reposera sur les poutres de répartition en tête des micropieux.

2.9.5. Assurance de la qualité pour les reconstitutions locales de maçonnerie
    Le PQ définit :
        -   Le mode de dégarnissage des joints et la profondeur,
        -   le mode de rejointoiement utilisé,
        -   l'origine et la qualité des éléments pour reconstitutions locales.

2.9.6. Assurance de la qualité pour le rejointoiement de maçonnerie
    Le PQ définit :
        -   Le mode de dégarnissage des joints et la profondeur,
        -   le mode de rejointoiement utilisé.

2.9.7. Assurance de la qualité du mortier utilisé pour les reconstitutions
locales
    Le PQ définit :
        -   la catégorie, la classe, la sous-classe, la provenance des ciments, et le dosage,
        -   la nature, le dosage et la provenance de la chaux dans le cas d'un mortier bâtard,
        -   la nature, le dosage et la provenance des adjuvants si besoin est,
        -   les caractéristiques du sable employé et son dosage,
        -   la formulation du mortier (la quantité d’eau),


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 30 sur 120
        -   la qualité d’aspect, la teinte, les finitions.

2.9.8. Assurance de la qualité du mortier utilisé pour les rejointoiements
    Le PQ définit :
        -   la catégorie, la classe, la sous-classe, la provenance des ciments, et le dosage,
        -   la nature, le dosage et la provenance de la chaux dans le cas d'un mortier bâtard,
        -   la nature, le dosage et la provenance des adjuvants si besoin est,
        -   les caractéristiques du sable employé et son dosage,
        -   la formulation du mortier (la quantité d’eau).

2.9.9. Assurance de la qualité pour les bétons projetés sur maçonnerie
    Le PQ définit :
        -   le mode de projection utilisé (voie sèche),
        -   la formulation du béton projeté, les quantités des différents constituants,
        -   l'origine et la qualité des constituants des bétons,
        -   la catégorie, la classe, la sous-classe et la provenance des ciments,
        -   les caractéristiques du sable employé,
        -   la nature, le dosage et la provenance des adjuvants si besoin est,
        -   les épreuves de convenance à réaliser avant travaux de projection,
        -   le mode de mise en place du ferraillage éventuel, et ses liaisons avec la structure.
    Le PQ précise :
        -   les conditions de réalisation des épreuves,
        -   les modalités de communication des résultats par l'entreprise au maître d’œuvre,
        -   la conduite à tenir lorsque les résultats escomptés ne sont pas atteints.
   Les épreuves de convenance sont à la charge de l'entreprise et doivent être réalisées avant le
début de la projection, sur le chantier et dans les conditions de celui-ci pour vérifier :
        -   les parements,
        -   la méthode de préparation du support,
        -   la mise en place du ferraillage éventuel,
        -   la projection (y compris la qualification du porte lance),
        -   le respect des épaisseurs,
        -   les caractéristiques du béton projeté.
   Le calendrier proposé par l’entreprise, en accord avec le maître d’œuvre, doit prendre en
compte l’éventualité de résultats négatifs des épreuves nécessitant un ajustement possible sur un
des points évoqués ci-dessus et permettre tous les réglages en fonction des paramètres du
chantier.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                  - CCTP -                         Page 31 sur 120
2.9.10. Maîtrise de la conformité pour les bétons
    (art. 81 du fasc. 65 du CCTG)

2.9.10.1. Nature et qualité des différents constituants
    Le PQ définit la catégorie, la classe, la sous-classe et la provenance des ciments.
    Pour les granulats (normes NF EN 12620 et XP P 18-545), le PQ indique par dérogation au
fascicule 65 du CCTG :
        -   leur provenance,
        -   leurs caractéristiques :
               o   granularité et teneur en fines des gravillons, des sables et graves (norme NF
                   EN 933-1),
               o   module de finesse des sables et graves (normes NF EN 12620 et NF EN
                   13139),
               o   propreté des sables et graves (normes NF EN 933-8 et NF EN 933-9),
               o   polluants organiques (norme NF EN 1744-1),
               o   coefficient d'absorption d'eau (norme NF EN 1097-6),
               o   impuretés prohibées,
               o   soufre total, sulfates solubles dans l'acide et chlorures (norme NF EN 1744-1),
               o   coefficient d'aplatissement (norme NF EN 933-3),
               o   teneur en éléments coquilliers des granulats d'origine marine (norme NF EN
                   933-7),
               o   Los Angeles (norme NF EN 1097-2),
               o   friabilité des sables (norme P 18-576),
               o   niveau de réactivité vis-à-vis de la réaction alcali-silice (normes XP P 18-594,
                   FD P 18-542 et mode opératoire LPC n°37),
               o   sensibilité au gel-dégel (normes NF EN 1097-6 et NF EN 1367-1).
    L'emploi de granulats recyclés ou artificiels est interdit. L'emploi de granulats provenant de la
récupération du béton frais sur l’installation de production est possible mais dans les conditions
précisées au paragraphe "Granulats" du sous-article "Constituants des mortiers et bétons" du
chapitre 3 du présent CCTP.
    Le PQ définit enfin la nature, le dosage et la provenance des adjuvants.

2.9.10.2. Dispositions particulières liées à l’alcali-réaction
    Dispositions concernant le dossier d'étude des bétons
    Si les granulats bénéficient du droit d'usage de la marque NF-Granulats avec qualification vis-
à-vis de l'alcali-réaction en NR ou PRP, le certificat de conformité des granulats à la marque NF,
qui donne leur qualification vis-à-vis de l'alcali-réaction, doit être annexé au dossier d'étude des
bétons.
    Si les granulats ne bénéficient pas du droit d'usage de la marque NF-Granulats mais si le
producteur de granulats dispose d'un dossier carrière élaboré conformément aux prescriptions du


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 32 sur 120
document intitulé "Guide pour l'élaboration du dossier carrière" édité par le LCPC en juin 1994 et
approuvé par le maître d'œuvre, le dossier d'étude des bétons doit contenir les extraits du plan
qualité du producteur permettant de certifier la qualification vis-à-vis de l'alcali-réaction des
granulats utilisés. Ces documents sont accompagnés des résultats des contrôles internes
effectués par le producteur de granulats.
    En l'absence de granulats titulaires de la marque NF-Granulats et d'un dossier carrière
approuvé par le maître d'œuvre, les résultats des essais permettant la qualification des granulats
conformément aux prescriptions du fascicule de documentation FD P 18-542 et de la norme XP P
18-594 sont joints au dossier d'étude des bétons.
     Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR), tous les résultats des essais visés par les
chapitres 5, 6 ou 8 du document intitulé "Recommandations pour la prévention des désordres dus
à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994 doivent être joints au dossier d'étude des bétons.
     Si les granulats sont potentiellement réactifs à l'effet de pessimum (PRP), le dossier d'étude
des bétons doit comporter tous les résultats des essais permettant de justifier que les conditions 1
et 2 du chapitre 9 du document intitulé "Recommandations pour la prévention des désordres dus à
l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994 sont vérifiées.
    Dispositions concernant les procédures de bétonnage
    En l'absence de granulats titulaires de la marque NF-Granulats mais en présence d'un dossier
carrière approuvé par le maître d'œuvre, toutes les procédures de bétonnage doivent prévoir la
fourniture au maître d'œuvre, avant bétonnage, des documents de suivi du contrôle interne
effectué par le producteur de granulats et l'entrepreneur conformément à leur PQ.
    En l'absence de granulats titulaires de la marque NF-Granulats et d'un dossier carrière
approuvé par le maître d'œuvre, toutes les procédures de bétonnage doivent prévoir la fourniture
au maître d'œuvre, avant bétonnage, des résultats des essais rapides permettant la qualification
des granulats conformément aux prescriptions du fascicule de documentation FD P 18-542.
    Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR) et si les opérations de bétonnage s'étalent
sur une période supérieure à deux mois, les procédures de bétonnage doivent prévoir la fourniture
au maître d'œuvre, avant bétonnage, des résultats des essais visés par les chapitres 5, 6 ou 8 du
document intitulé "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction"
édité par le LCPC en juin 1994. Ces essais doivent dater de moins de deux mois.
     Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR) et dans le cas de changement des
propriétés d'un des constituants du béton, les procédures de bétonnage doivent être modifiées et
prévoir la fourniture au maître d'œuvre, avant bétonnage, des résultats des essais visés par les
chapitres 5, 6 ou 8 du document intitulé "Recommandations pour la prévention des désordres dus
à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994. Ces essais doivent être conduits sur la formule
modifiée.
   L'acceptation des résultats de tous les essais par le maître d'œuvre est une condition
nécessaire à la levée des points d'arrêt avant bétonnage.

2.9.10.3. Bétonnage sous conditions climatiques extrêmes
    Le PQ précise les dispositions à prendre en cas de bétonnage lorsque la température
ambiante est négative ou durablement supérieure à +35°C et lorsque la température du béton est
supérieure à +32°C pendant sa mise en œuvre. En outre, en cas de délai important entre la
fabrication du béton et la fin de sa mise en œuvre, le PQ précise les dispositions à appliquer ainsi
que les modalités d'utilisation d'un retardateur de prise.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 33 sur 120
2.9.10.4. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel
   Le PQ précise les modalités de prise en compte des préconisations du guide technique
"Recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel " édité par le LCPC en
décembre 2003.

2.9.11. Assurance de la qualité pour les injections
    Le P.Q définit :
        -   la méthode de préparation du support,
        -   le mode de réparation utilisé,
        -   la fonction et la nature du contrôle intérieur,
        -   les références du personnel.
    Il définit en outre les spécifications de mise en œuvre qui comportent deux volets :
        -   des documents précis rédigés par le formulateur des produits de d'injection et de
            calfeutrement, qui doivent définir les différentes phases à respecter, pour préparer et
            appliquer le produit, ainsi que les différentes contre-indications d'emploi de ce produit ;
        -   des documents écrits par l'entrepreneur qui détaillent le matériel à utiliser, ainsi que les
            opérations à réaliser sur le chantier lors de l'application. Ces documents doivent se
            référer aux documents du formulateur.

2.9.12. Assurance de la qualité pour les coulis d'injection
   Le P.Q. définit la catégorie, la classe, la sous-classe et la provenance des ciments. Il définit
aussi les caractéristiques du sable employé. Le P.Q. définit :
       -    la formulation du coulis,
        -   la nature, le dosage et la provenance de la chaux dans le cas d’un coulis à base de
            chaux,
        -   la nature, le dosage et la provenance des adjuvants si besoin est,
        -   les épreuves de convenance à réaliser avant travaux d’injection.
    Le P.Q. précise :
        -   les conditions de réalisation des épreuves,
        -   les modalités de communication des résultats par l'entreprise au maître d’œuvre,
        -   la conduite à tenir lorsque les résultats escomptés ne sont pas atteints.
    Les épreuves de convenance sont à la charge de l'entreprise et doivent être réalisées au
minimum vingt-quatre heures avant le début des injections, sur le chantier et dans les conditions
de celui-ci. Elles permettent le réglage des dosages des coulis et de la méthode d’injection en
fonction des paramètres du chantier.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                            Page 34 sur 120
ARTICLE 2.10. SCHEMA D'ORGANISATION ET DE SUIVI DE
L'ELIMINATION DES DECHETS
   Pendant la période de préparation, l'entrepreneur soumet au visa du maître d'œuvre un
Schéma d'Organisation et de Suivi de l'Elimination des Déchets (SOSED) dans lequel il décrit de
manière détaillée :
        -   les méthodes qu'il va employer pour ne pas mélanger les déchets,
        -   les centres de stockage ou centres de regroupement ou unités de recyclage vers
            lesquels sont acheminés les différents déchets à éliminer,
        -   les moyens de contrôle, de suivi et de traçabilité qu'il va mettre en œuvre pendant les
            travaux (bordereaux de suivi).
   Tous les déchets à évacuer doivent l'être en respectant les modalités prévues dans ce
document.



ARTICLE 2.11. DOCUMENTS DE SUIVI DU CONTROLE INTERNE
    La liste des documents de suivi est définie au PQ pour chaque procédure.
   Lors de l'exécution, l'entrepreneur adresse au maître d'œuvre les documents de suivi au fur et
à mesure de l'obtention des résultats du contrôle interne.



ARTICLE 2.12. ETUDES D'EXECUTION
    (chap. 4 du fasc. 65 du CCTG)

2.12.1. Programme des études d’exécution
    L'entrepreneur doit fournir un programme d'études d'exécution.

2.12.2. Données d’entrée pour les études d’exécution
    Les dispositions de l'article 42 du fascicule 65 du CCTG sont applicables.
   L'entrepreneur est tenu de fournir un document définissant les données d’entrée de ses études
dont la consistance doit être conforme à l'article 42 du fascicule 65 du CCTG.
    La note précise notamment les enrobages prévus pour le béton projeté.
    Ces propositions ne doivent pas remettre en cause les clauses du marché et sont conformes
aux directives de conception et de calcul en vigueur.
    Tous les calculs justificatifs sont à la charge de l'entrepreneur.
    Tous les calculs doivent être menés avec les fascicules du Cahier des Clauses Techniques
Générales (CCTG) approuvé par le décret n° 2000-54 du 15 juin 2000 et par la circulaire n° 2000-
59 du 02 août 2000 s’y référant.
    Les études d’exécution doivent prendre en compte le phasage des travaux.

2.12.3. Plans d’exécution et notes techniques
    (art. 43 du fascicule 65 du CCTG)

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                       Page 35 sur 120
    L'entrepreneur établit une "liste des plans et notes de calculs", qui doit être régulièrement
tenue à jour, constituant le dossier d'exécution, en indiquant notamment pour chaque dessin :
        -   l'indication du bureau d'études (bureau d'études de l'entrepreneur ou bureau d'études
            sous-traitant),
        -   le nom de la personne de ce bureau d'études, responsable du dessin,
        -   le numéro,
        -   le titre complet,
        -   la date d'établissement,
        -   le ou les indices des modifications, avec les dates correspondantes,
        -   le repérage de ces modifications,
        -   l'indication succincte de la nature de cette ou de ces modifications,
        -   la ou les dates d'envoi au visa du maître d’œuvre,
        -   la ou les dates des visas du maître d’œuvre,
        -   la date du visa définitif (bon pour exécution).
    Ces mêmes indications doivent être également reproduites sur chaque plan.
    Les études d'exécution doivent prendre en compte le phasage des travaux.
   La stabilité de l'ouvrage doit être vérifiée pendant l'exécution des travaux, notamment
pendant toutes les phases de décaissement et remblaiement.
   La différence maximale de niveau entre les remblais de part et d'autre de la voûte à
prendre en compte est de 20 cm.




ARTICLE 2.13. TEXTES REGLEMENTAIRES ET REGLEMENTS DE
CALCUL
   De manière générale, les justifications relatives aux études d'exécution sont issues des textes
énumérés suivants :

2.13.1. Textes généraux
        -   le fascicule 61 titre II du CPC : "Programme de charges et épreuves des ponts-routes",
        -   le fascicule n° 62 titre 1er - Section I du CCTG : "Règles techniques de conception et
            de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états
            limites" (BAEL 91 révisé 99),
        -   le fascicule n° 62 titre V du CCTG : "Règles techniques de conception et de calcul des
            fondations des ouvrages de génie civil",
        -   le fascicule n° 65 du CCTG : "Exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou
            en béton précontraint par post-tension" (pour quelques données de calculs),
        -   le fascicule 66 du CCTG : "Exécution des ouvrages de génie civil à ossature en acier"
            (pour les ouvrages provisoires),
        -   le fascicule n° 68 du CCTG : "Exécution des travaux de fondation des ouvrages de
            génie civil".

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                        Page 36 sur 120
2.13.2. Textes spécifiques
        -   norme NF P 95-101 « Ouvrages d'art. Réparation et renforcement des ouvrages en
            béton et en maçonnerie - Reprise du béton dégradé superficiellement. Spécifications
            relatives à la technique et aux matériaux utilisés » ;
        -   norme NF P95-107 « Réparation et renforcement des maçonneries » ;
        -   la collection des guides du STRRES, traitant de la mise en œuvre de diverses
            techniques de réparation et de renforcement des ouvrages en béton, en métal et en
            maçonnerie ;
        -   les fascicules de l’ASQUAPRO pour la formulation, la mise en œuvre, le contrôle de la
            qualité et le dimensionnement du béton projeté ;
        -   les recommandations de l’AFTES et notamment : "Recommandations relatives à la
            conception et au dimensionnement du béton projeté utilisé en travaux souterrains",
            "Recommandations relatives à la technologie et la mise en œuvre du béton projeté
            renforcé de fibres", "Réflexions sur la conception, le calcul, la fabrication et la mise en
            œuvre des cintres réticulés" ;
        -   Guide technique du SETRA de mai 1992 « Ponts routes en maçonnerie - Protection
            contre l'action des eaux ».



ARTICLE 2.14. ACTIONS ET SOLLICITATIONS

2.14.1. Charges permanentes
    L'entrepreneur distingue le poids propre des structures et le poids des équipements.

2.14.1.1. Poids propre des structures
    L'entrepreneur évalue à partir des valeurs probables, les actions d'origine pondérale au cours
des différentes phases de construction.
    Les effets du poids propre de la voûte en maçonnerie sont calculés sur la base des levés
topographiques, en attribuant au complexe pierre / joints une masse volumique de 2,35 t/m3.
     Les effets du poids propre des parties métalliques sont calculés sur la base des dessins de
coffrage, en tenant compte des entretoises et des raidisseurs, et en attribuant à l'acier une masse
volumique de 7,85 t/m3.
     Par adaptation des Directives Communes 1971 (DC 71), il n'est considéré qu'une seule valeur
caractéristique du poids propre, égale à la valeur probable, mais l'action des charges permanentes
défavorables est pondérée par 1,35 (au lieu de 1,32) dans les combinaisons d'actions à l'état limite
ultime.

2.14.1.2. Equipements et superstructures de la voûte
    Les actions dues au poids propre des équipements fixes de toute nature sont prises en
compte avec leurs valeurs caractéristiques, maximales ou minimales, évaluées en se conformant
aux dispositions de la circulaire n°79-25 du 13 mars 1979 (DC 79).
    L'entrepreneur prend en compte les équipements suivants :
     - La chape d'étanchéité, dont le poids est évalué en fonction de sa nature.
       Les valeurs caractéristiques maximales et minimales sont obtenues par application des
       fractions forfaitaires de +/- 20 %.
     - La couche de roulement, dont le poids est évalué par métré :
Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 37 sur 120
         L'épaisseur nominale est prise égale à 7 cm et la masse volumique à 2,4 t/m3. Les
         fractions forfaitaires de +40/-20% sont appliquées à l'épaisseur nominale du revêtement
         pour le rechargement de chaussée.
      - Les garde-corps, dont le poids est évalué par métré à partir des plans d'exécution.
      - Les parapets en pierre, dont le poids est évalué par métré à partir des plans d'exécution.
    Les autres équipements (tels que bordures de trottoir, caniveaux, béton maigre), dont le poids
est évalué à partir des plans d'exécution ou selon les valeurs données par les catalogues.
     De façon générale, les fractions forfaitaires à appliquer aux équipements et superstructures
sont de +/- 5% ; pour les éléments préfabriqués en béton, l'entrepreneur applique les fractions
forfaitaires de +/- 3%.

2.14.2. Engins et matériels de chantier
    Aucun engin de chantier n’est admis sur l’ouvrage pendant les phases provisoires de travaux,
hormis les compacteurs pour le remblaiement de la voûte, ainsi que les engins nécessaires à la
réfection de la chaussée.

2.14.3. Charges d'exploitation
    (fasc. 61 titre II du CPC)
    Pour les justifications de l'ouvrage, le profil en travers est défini sur les plans joints au DCE.
    L'ouvrage routier est de 3ème classe au sens du fascicule 61 titre II du CPC.
    La largeur chargeable de l'ouvrage actuel est de 5,15 mètres. La largeur chargeable future
moyenne est de 5,00m en cas de conservation des garde-corps actuels et de 4,25m avec des
parapets en maçonnerie.
    Charges routières
    Les charges routières de type A et B sont applicables sur l'ouvrage.
    Charges sur trottoirs
    Les charges de trottoir sont applicables sur l'ouvrage. La largeur des trottoirs est de 1,10 à
1,20m.
    Charges militaires
    Le passage de véhicules militaires sur l'ouvrage n'est pas prévu.
    Charges exceptionnelles
    Le passage de convois exceptionnels sur l'ouvrage n'est pas prévu.
    Charges de chantier
   L'ouvrage doit laisser passage aux engins de terrassement et/ou de chantier suivants :
compacteurs, finisseurs.
   En l'absence de limitation de vitesse, l'entrepreneur considère un coefficient de majoration
dynamique de 1,5.



ARTICLE 2.15. JUSTIFICATION DU CINTRE
    Le cintre provisoire sera dimensionné pour reprendre les efforts suivants :


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                           Page 38 sur 120
     - poussées des terres sur les culées en cas d’effondrement de la voûte,
     - poids propre de la voûte décaissée (partie en maçonnerie seule). Pour information, ce
       poids est estimé en première approche à 500 T (valeur nominale pondérée).



ARTICLE 2.16. JUSTIFICATION DES MICROPIEUX

2.16.1. Généralités
    De manière générale, les justifications sont menées conformément aux règles du BAEL 91
révisé 99.
    Pour les fondations, la fissuration est considérée comme préjudiciable.
     Les justifications relatives aux fondations sont conduites conformément aux règles du fascicule
62 titre V du CCTG.
    En l'absence de prescriptions particulières dans le présent article, les caractéristiques
mécaniques des sols à prendre en compte pour le calcul des fondations sont tirées des éléments
des rapports géotechniques G11 et G12 joints au DCE.
    Une vérification au flambement ainsi que le raccourcissement élastique des micropieux
devront être effectuées.

2.16.2. Hypothèses sur les niveaux des eaux
    Pour la justification des dispositifs provisoires en phase de construction, le niveau maximal de
l'eau est pris égal à 207,00 IGN-69.

2.16.3. Hypothèses pour les micropieux

2.16.3.1. Fondations profondes
    Les hypothèses pour le calcul des fondations profondes, conformes aux prescriptions du
fascicule 62 titre V du CCTG, sont proposées par l'entrepreneur en fonction des éléments présents
dans les éléments du rapport géotechnique joints au DCE. Elles sont soumises au visa du maître
d'œuvre.
    Des frottements négatifs et des poussées latérales étant susceptibles de se développer sur les
micropieux du fait des remblais de la voûte, ceux-ci doivent être justifiés conformément aux
stipulations des annexes G2 et G3 du fascicule 62 titre V du CCTG.

2.16.3.2. Hypothèses particulières pour les éléments métalliques dans le sol
    Les épaisseurs d'acier sacrifiés à la corrosion sont prises en compte conformément aux
prescriptions de l'article C.4.2,22 du fascicule 62 titre V du CCTG avec les hypothèses suivantes :
     - sols ou remblais moyennement corrosifs,
     - durée de vie de 100 ans.

2.16.4. Effets du séisme
    Calculs justificatifs de l'ouvrage
    L'effet du séisme sur l'ouvrage à vide est considéré comme un état limite ultime.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 39 sur 120
    Une vérification des fondations profondes doit être menée selon les errements de l'article 4.2.5
du document intitulé "Ponts courants en zone sismique - Guide de conception" édité par le Sétra et
la SNCF en janvier 2000.
    Dispositions constructives
    Les dispositions constructives du ferraillage des poutres de répartition doivent être conformes
aux prescriptions réglementaires parasismiques rappelées dans le chapitre 6 du document intitulé
"Ponts courants en zone sismique - Guide de conception" édité par le Sétra et la SNCF en janvier
2000.

2.16.5. Effets du cintre
    La somme des surcharges apportées sur l’ouvrage par les travaux de confortement
ainsi que le poids de la voûte nue sont estimés à 500,00 tonnes, auxquelles s’ajoute, durant
la phase travaux, le poids du cintre en soutien de la voûte estimé à 100,00 tonnes. Ces
charges devront être reprises, en phase provisoire, par les micropieux à réaliser en pied
des culées.


ARTICLE 2.17. DOSSIER DE RECOLEMENT DE L'OUVRAGE
    (art. 40 du CCAG, art. 36 et 43.6 du fasc. 65 du CCTG)
    Le dossier de récolement comprend :
        -   le programme et le calendrier réel d'exécution des travaux,
        -   les fiches d’agrément de fournitures,
        -   les quantités mises en œuvre,
        -   les plans et notes de calculs mis à jour,
        -   les documents de suivi de mise en œuvre,
        -   les comptes-rendus d'incidents et les calculs éventuels les accompagnant,
        -   les fiches de non-conformité,
        -   le PQ accompagné de tous les résultats des contrôles, épreuves et essais divers,
        -   une notice de visite et d'entretien comprenant le suivi géométrique de l'ouvrage et les
            éléments nécessaires à la visite et à l'entretien des différentes parties de l'ouvrage,
            dans l'esprit du document "Surveillance et entretien des ouvrages d'art - Instruction
            technique" édité par le Setra et la Direction des Routes en 1979.
    Avant la réception de l'ouvrage, l'entrepreneur remet au maître d’œuvre deux (2) exemplaires
papier des documents conformes à l'exécution et deux (2) exemplaires sur support informatique
(cd rom).
    En plus de ces éléments, l’entrepreneur fournira les plans de gestion de l’ouvrage (au format
A3 plus les fichiers informatiques au format dwg) comprenant les éléments suivants :
        -   vue en plan avec indications des données géométriques et obstacles franchis avec le
            tableau récapitulatif des coordonées NGF des repères de nivellement,
        -   coupe transversale de l’ouvrage avec indication des largeurs de voies, des
            superstructures et équipements, des réseaux et de leurs réservations, etc,
        -   coupe longitudinale avec indication des gabarits franchis et des fondations.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                        Page 40 sur 120
                               CHAPITRE 3.
                          PROVENANCE, QUALITE ET
                        PREPARATION DES MATERIAUX




ARTICLE 3.1. GENERALITES

3.1.1. Généralités
    (art. 21 à 25 du CCAG)
     Il est rappelé que la fourniture des matériaux, composants ou autres produits fait partie de
l'entreprise. L'entrepreneur doit en conséquence imposer dans les conventions avec les
fournisseurs ou producteurs toutes les obligations résultant du présent marché.
   Tous les matériaux, composants ou équipements entrant dans la composition des ouvrages ou
ayant une incidence sur leur qualité ou leur aspect, sont proposés par l'entrepreneur au maître
d'œuvre selon les modalités (procédures et délais) prévues au PQ.
    Ils sont définis par leurs caractéristiques, leur conditionnement et leur provenance.
    Il est rappelé que l'acceptation des matériaux, produits et composants est subordonnée :
        -   aux résultats du contrôle interne, dont les modalités sont définies dans le PQ,
        -   aux résultats du contrôle extérieur.
    Dans l'exercice du contrôle extérieur, le maître d'œuvre peut être amené à :
        -   s'assurer de l'exercice du contrôle interne,
        -   exécuter les essais qu'il juge utiles,
        -   faire procéder à des prélèvements conservatoires.
    En cas d'anomalies constatées sur les matériaux, produits composants et équipements avant
leur mise en place dans l'ouvrage au niveau du contrôle interne, ou dans le cadre du contrôle
extérieur, il est fait application des articles 39 et 44 du CCAG.
    Le PQ doit définir les modalités de leur présentation à l'acceptation du maître d'œuvre
lorsqu'ils ne sont pas fixés au marché.

3.1.2. Conformité aux normes, marques et avis techniques français
    (Recommandations RC 99-T1)

3.1.2.1. Possibilités d'équivalence
   Le présent CCTP prévoit que certains produits ou services doivent être conformes à des
normes européennes en vigueur ou à défaut, aux normes françaises.
    A défaut de normes européennes et de normes françaises, l'entrepreneur peut proposer
d'autres produits ou services à condition d'une part, qu'ils soient conformes à des normes en
vigueur dans d'autres Etats membres de l'espace économique européen et d'autre part, qu'ils
soient acceptés par le maître d'œuvre, ce dernier restant seul juge de l'équivalence.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                        Page 41 sur 120
    Le présent CCTP prévoit également que certains produits ou services doivent être titulaires
soit d'une marque de qualité CE, NF ou autres (DIN, BSI…), soit d'un avis technique, d'un
agrément ou d'une homologation émis par un organisme public européen ou français (EOTA,
SETRA, LCPC, CSTB, etc.).
    L'entrepreneur peut proposer d'autres produits ou services à condition que ceux-ci bénéficient
de modes de preuves en vigueur dans d'autres états membres de l'espace économique européen
attestés par des organismes accrédités par des organismes signataires des accords dits "E.A.".
Ces produits ou services doivent également être acceptés par le maître d'œuvre, ce dernier
restant seul juge de l'équivalence.

3.1.2.2. Acceptation ou refus du maître d'œuvre d'une équivalence
    En complément à l'article 23 du CCAG-T, pour toute demande d'équivalence d'un produit ou
service, le titulaire doit fournir au moins deux mois avant tout début d'approvisionnement ou mise
en œuvre, les éléments (échantillons, notices techniques, résultats d'essai, etc.) nécessaires à
l'appréciation de l'équivalence du produit ou service proposé au produit ou service requis. Ces
éléments sont à la charge de l'entrepreneur et, pour les documents, rédigés en langue française.
    Le maître d'œuvre dispose d'un délai de 30 jours à partir de la livraison de ces éléments pour
accepter ou refuser ce produit. Son acceptation est fondée sur le respect des exigences définies
dans la norme française ou dans le règlement de la marque de qualité, de l'avis technique, de
l'homologation ou de l'agrément requis, qui constituent toujours la référence technique.
    Tout produit ou service pour lequel l'équivalence aurait été sollicitée et qui serait livré sur le
chantier ou engagé sans respecter le délai précité est réputé être en contradiction avec les clauses
du marché et doit donc être immédiatement retiré ou interrompu au frais de l'entrepreneur, sans
préjudice des frais directs ou indirects de retard ou d'arrêt de chantier.



ARTICLE 3.2. MICROPIEUX
    (annexe G5 du fasc. 62 titre V du CCTG)
    Les contraintes du site nécessiteront la réalisation des micropieux depuis le tablier. La
traversée de la maçonnerie sera obligatoirement faite par carottage rotatif.
    Les micropieux seront de type III ou IV, obligatoirement tubés sur toute la hauteur des
horizons compressibles mis en évidence au cours des investigations géotechniques.
     Le choix de la technique de forage est laissé libre (marteau fond de trou, tarière, tri-lame). Leur
dimensionnement fera l'objet d'une étude d'exécution (mission G3) établie par les soins de
l'Entrepreneur à ses frais par le bureau d'études de son choix, et incluse dans les études
d’exécution dues par l’Entrepreneur.
    On attire l’attention de l’entreprise sur la présence probable de pieux bois sous les culées de
l’ouvrage.
   Les plans et documents d'exécution seront transmis au Maître d’Ouvrage et Maître d'Œuvre
pour visa (mission G4). Aucun ouvrage ne pourra être commencé sans visa du Maître d'Œuvre.

3.2.1. Caractéristiques du coulis ou du mortier de scellement et du coulis de
gaine.
    Le coulis ou le mortier de scellement et le coulis de gaine sont conformes aux spécifications
du PQ et aux recommandations du Fascicule n°62 Titre V.
    Le choix des liants utilisés tiendra compte des résultats d’analyse chimique de l’eau, du sol et
de la nature des aciers. On tiendra compte des modifications de temps de prise et des pertes de

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                           Page 42 sur 120
résistance du mortier dues à l’agressivité éventuelle du terrain ou de l’eau de la nappe. En cas
d’utilisation de barres à très haute limite élastique, on vérifiera que les liants utilisés ne peuvent
pas entraîner une corrosion fissurante de l’acier des barres.
    Le dosage minimal de coulis de scellement sera de 1 200 kg par m3 de coulis.

3.2.2. Tube à manchettes pour l'injection
    Pour exécuter l'injection sous pression, l'entrepreneur peut retenir un des procédés suivants :
        -   tube pétrolier équipé de une à deux manchettes tous les mètres,
        -   tube à manchettes plastique avec 2 manchettes ou 3 manchettes au mètre, associé au
            faisceau de barres.
    Dans les zones très fracturées, une chaussette peut être nécessaire pour permettre d'assurer
le scellement des micropieux.
    L'utilisation de chaussettes en polyester est prohibée.

3.2.3. Armatures
    (art. 2 de l'annexe C6 au fasc. 62 titre V du CCTG)
    Les armatures des micropieux sont
        -   Des tubes en acier de diamètres intérieur et extérieur 109/127, et de 530 MPa de limite
            d'élasticité garantie.
   La section résistante prise en compte pour les armatures doit intégrer les dispositions
adoptées dans les zones de raboutage (filetage).
    En l'absence de fournitures normalisées, les tolérances géométriques des tubes sont les
suivantes :
        -   diamètre extérieur : +/- 1%,
        -   épaisseur : conformément aux prescriptions de la norme NF EN 10210-2.
    Pour justifier la limite d'élasticité, au moins 30% des armatures font l'objet d'un essai de
dureté. Si les résultats de ces essais montrent une homogénéité du matériau, la valeur de la
résistance est garantie par un seul essai de traction. Dans le cas contraire, l'essai de dureté est
complété par au moins trois essais de traction.
    Les résultats de l'ensemble des essais (dureté, traction, contrôle géométrique) doivent être
fourni au maître d'œuvre avant la livraison des tubes sur le chantier (point d'arrêt).



ARTICLE 3.3. ACIERS POUR BETON ARME
   (art. 71 du fasc. 65 du CCTG, normes NF A 35-015, NF A 35-016-1, NFA 35-016-2, NFA 35-
019-1 et NF A 35-019-2)

3.3.1. Généralités
    Toutes les armatures de béton armé utilisées sont soudables. Le recours à des armatures
conformes aux spécifications de la norme NF A 35-017 est ainsi interdit.
   Si l'entrepreneur a recours à une usine d'armatures industrielles pour le béton, celle-ci doit
bénéficier de la marque NF-Armatures.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 43 sur 120
3.3.2. Treillis soudés
    (normes NF A 35-016, NF A 35-019-2)
   L'utilisation de treillis soudés ou de fils tréfilés est interdite sauf pour les pièces secondaires
pour lesquelles elle est soumise à l'acceptation préalable du maître d'œuvre.

3.3.3. Ronds lisses
    (normes NF A 35-015)
    Tous les aciers utilisés sont conformes à la norme NF A 35-015. Leur utilisation est limitée
aux :
    - armatures de frettage,
    - barres de montage,
    - armatures en attente de diamètre inférieur ou égal à 16mm exposées à un pliage suivi d’un
    dépliage.

3.3.4. Armatures à haute adhérence
    (normes NF A 35-016-1 et NF A 35-019-1)
    Toutes les armatures à haute adhérence sont conformes aux normes NF A 35-016-1 et NF A
35-019-1 et sont de nuance B500B au sens de celles-ci.
   Elles sont approvisionnées en longueur telle que toute armature transversale puisse ne pas
comporter plus de tronçons que si elle était constituée d'éléments de 12 m.

3.3.5. Dispositifs de raboutage pour armatures de béton armé
    (normes NF A 35-020-1 et NF A 35-020-2)
    Les dispositifs de raboutage éventuellement utilisés pour le raccordement des armatures de
béton armé sont admis à la marque AFCAB-Dispositifs de raboutage ou d'ancrage d'armatures du
béton.



ARTICLE 3.4. BETONS ET MORTIERS HYDRAULIQUES
    (art. 81 à 83 du fasc. 65 du CCTG, norme NF EN 206-1)
    Les essais relatifs aux épreuves (études, convenances, contrôles) doivent être réalisés sur
chacun des bétons de classe de résistance supérieure à C25/30 prévus au marché. La notion de
famille définie dans la norme NF EN 206-1 n'est pas retenue pour ce qui concerne les études,
convenances et contrôles.
    Les spécifications relatives à la consistance et à la teneur en air sont définies en termes de
valeurs réelles.
     Compte tenu de la disparité des types d'éprouvettes utilisées en Europe, la classe de
résistance d'un béton s'exprime désormais avec deux valeurs (ex. C30/37), la première
correspondant à des résultats en compression obtenus en écrasant des éprouvettes cylindriques,
l'autre des éprouvettes cubiques.
     La détermination des résistances est appréciée à partir d'essais réalisés sur des éprouvettes
cylindriques conformes à la norme NF EN 12390-1.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 44 sur 120
     Par dérogation au fascicule 65 du CCTG, les désignations, les classes d'exposition, la classe
 de résistance au sens de la norme NF EN 206-1, le dosage en liant, les destinations et les
 caractéristiques complémentaires exigées des différents bétons sont indiqués dans le tableau ci-
 après.
     La classe de chlorure pour chacune des parties d’ouvrage est définie en référence au tableau
 NA 5.2.7 de la norme NF EN 206-1, à l’exception des bétons précontraints par prétension pour
 lesquels la classe de chlorure retenue est 0,15.

 3.4.1. Définition des bétons
      (art. 81 à 83 du fasc. 65 du CCTG, norme NF EN 206-1)

 3.4.1.1. Bétons partiellement immergés

 Parties   Classes Classe Teneur minimale Nature du Caractéristiques Eeff/Leq Caracté
d'ouvrage d'expositi    de        en liant      ciment vis- complémentaires vis-à-vis ristiques
    s         on     résistan équivalent vis-à- à-vis de la du ciment vis-à-   de la    complé
                        ce        vis de la      durabilité     vis de la    durabilité mentair
                                durabilité (1)                 durabilité       (8)      es (3)

 Poutres XF3 XC4 C30/37            385kg (9)      CEM I ou          CP (4)           0,50      RAG G
   de                                              CEM II/A
répartition                                       ou B (sauf
                                                     W)

 3.4.1.2. Bétons enterrés de moins d’un mètre ou en contact avec le sol, non immergés,
 même partiellement, et soumis aux eaux de ruissellement de chaussée

 Parties   Classes Classe Teneur minimale Nature du Caractéristiques Eeff/Leq Caracté
d'ouvrage d'expositi    de        en liant      ciment vis- complémentaires vis-à-vis ristiques
    s         on     résistan équivalent vis-à- à-vis de la du ciment vis-à-   de la    complé
                        ce        vis de la      durabilité     vis de la    durabilité mentair
                                durabilité (1)                 durabilité       (8)      es (3)

 Béton      XF4 XC4 C35/45         385kg (9)       CEM I ou       PM ou ES           0,45       RAG
  pour                                             CEM II/A                                     G+S
 trottoir                                          (S ou D)

 3.4.1.3. Mortiers
     Les mortiers sont titulaires de la marque NF-Produits spéciaux destinés aux constructions en
 béton hydraulique au titre de scellement ou de calage.

 3.4.1.4. Commentaires concernant les spécifications fournies dans les tableaux précédents
     (1) Les additions en substitution de ciment ne sont admises que pour les parties d'ouvrage où
 la nature du ciment n'est pas imposée. Il est alors rappelé que dans ce cas, le ciment utilisé doit
 être un ciment CEM I. La nature et la quantité maximale de ces additions sont données dans le
 tableau NA.F.1 de la norme NF EN 206-1.
     Pour les bétons G et G+S, il convient en outre de tenir compte des restrictions
 complémentaires données dans le document intitulé "Recommandations pour la durabilité des
 bétons durcis soumis au gel" édité par le LCPC en décembre 2003.
      (2) Les teneurs minimales en liant équivalent étant définies pour Dmax =20mm, la quantité de
 liant équivalent à ajouter ou à déduire en pourcentage de la valeur indiquée en fonction de la
 dimension nominale supérieure du plus gros granulat exprimée en mm est +10% pour D <


 Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES            - CCTP -                          Page 45 sur 120
12,5mm, +7,5% pour de D=14mm, +5% pour D=16mm, -2,5% pour D=22,4mm et -5% pour
D=25mm.
    (3) Les caractéristiques complémentaires indiquées ont les significations suivantes :
      - caractéristique complémentaire "G" :
         Les bétons correspondants doivent faire l'objet des dispositions particulières relatives à la
         durabilité vis-à-vis du gel précisées dans la suite du présent CCTP.
      - caractéristique complémentaire "G+S" :
         Les bétons correspondants doivent faire l'objet des dispositions particulières relatives à la
         durabilité vis-à-vis du gel avec fondants précisées dans la suite du présent CCTP.
      - caractéristique complémentaire "RAG" :
         Les bétons correspondants doivent faire l'objet des dispositions particulières relatives à la
         prévention des désordres liés à l'alcali-réaction précisées dans la suite du présent CCTP.
      - caractéristique complémentaire "LRE" :
         Les bétons correspondants doivent faire l'objet des dispositions particulières relatives à la
         limitation des retraits précisées dans la suite du présent CCTP.
      - caractéristique complémentaire "LCH" :
         Les bétons correspondants doivent faire l'objet des dispositions particulières relatives à la
         limitation de la chaleur d'hydratation précisées dans la suite du présent CCTP.
      - caractéristique complémentaire "EQP" :
         Les bétons correspondants doivent faire l'objet de dispositions particulières pour la qualité
         des parements précisées dans la suite du présent CCTP.
    (4) Spécification requise uniquement dans le cas de béton précontraint.
     (5) Spécification requise uniquement dans le cas où la couverture de remblais au dessus de
l'élément est inférieure à un mètre.
    (6) Spécification requise uniquement en présence de chlorures.
    (7) Spécification requise uniquement en présence de sulfate.
    (8) En complément des dispositions du tableau NA.F.1 de la norme NF EN 206-1, l'exigence
relative au rapport Eeff/Leq est applicable à chaque gâchée de la charge.
     (9) Pour les bétons soumis à une classe d’exposition XF3 ou XF4, l'entrepreneur peut réduire
les dosages en liant équivalent en dessous de 385 kg/m3, dans la limite de 350 kg/m3 pour la
classe XF3 et de 370 kg/m3 pour la classe XF4, sous réserve de justifier la résistance au gel
interne par l'essai pertinent des normes P 18-424 ou P 18-425 selon le degré de saturation en eau
du béton. L'entrepreneur doit également justifier la résistance à l’écaillage par l’essai défini dans la
norme XP 18-420 en cas de gel en présence de sels de déverglaçage.

3.4.1.5. Consistance des bétons
    La consistance de tous les bétons est proposée par l'entrepreneur et soumise au visa du
maître d'œuvre. Elle est déterminée par l'essai d'affaissement selon la norme NF EN 12350-2 (P
18-439) pour les classes de consistance S1 à S4 et par l'essai d'étalement selon la norme NF EN
12350-5 pour la classe de consistance S5. La classe de consistance S1 n'est autorisée que pour
les bétons préfabriqués.

3.4.2. Constituants des mortiers et bétons
    (art. 82 du fasc. 65 du CCTG)

3.4.2.1. Granulats
    (art. 82.2 du fasc. 65 du CCTG, normes NF EN 12620, XP P 18-545, FD P 18-542)




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                           Page 46 sur 120
     Pour chaque formule de béton, la dimension nominale supérieure du plus gros granulat est
proposée et justifiée par l’entrepreneur dans son PQ. Dans tous les cas, elle est limitée à 25mm et
doit être adaptée à la dimension et à la densité du ferraillage des pièces à bétonner.
   Les granulats sont des granulats naturels courants, conformes aux normes NF EN 12620 et
XP P 18-545.
    Les granulats récupérés sur l'installation de production considérée à partir des eaux de lavage
ou de béton frais sont interdits pour les bétons dont la classe de résistance en compression est
supérieure ou égale à C35/45.
    Pour les bétons de classe de résistance inférieure, leur utilisation n'est autorisée que dans la
mesure où la proportion de granulats récupérés n'est pas supérieure à 5% de la quantité totale de
granulats et où des dispositions justificatives adaptées sont décrites dans le Plan Qualité
concernant la production des bétons.
    Les granulats récupérés sur l’installation de production considérée et traités dans une
installation de lavage/criblage sont assimilés à des granulats naturels courants.
    Pour les bétons de classe de résistance inférieure à C35/45, les granulats doivent appartenir
au code B au sens de l'article 10 de la norme XP P 18-545 avec toutefois une ou deux
caractéristiques pouvant être de code C après études ou références.
    Pour les bétons de classe de résistance égale ou supérieure à C35/45, les granulats doivent
appartenir au code A, avec toutefois une ou deux caractéristiques pouvant être de code B après
études ou références.
    Les granulats doivent impérativement être approvisionnés à la centrale sur un stockage
primaire.
    Des stocks sont constitués sur une aire bétonnée présentant une pente assurant l'évacuation
des eaux d'essorage.
    Le volume de ces stocks et l'organisation des manutentions doivent être tels qu'au moment du
transfert à la centrale, la durée d'essorage effectif soit de trois jours pour le sable et de deux jours
pour les gravillons.
    L'entrepreneur doit prévenir immédiatement le maître d'œuvre des modifications qui peuvent
survenir dans la production des granulats.
    Lors de la livraison des granulats sur le lieu d'utilisation, l'entrepreneur doit contrôler les
bordereaux de livraison et l'aspect visuel des granulats.

3.4.2.1.1. Dispositions particulières pour la qualité des parements EQP
    Pour les bétons apparents ou devant subir une mise en peinture à l'état brut de décoffrage, la
présence de pyrite ou de tout autre sulfure métallique sous forme de grains de dimension
supérieure à 2 mm est interdite.

3.4.2.1.2. Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice" RAG
    Tous les granulats (gravillons et sables) doivent être qualifiés vis-à-vis de l'alcali-réaction,
conformément aux prescriptions du fascicule de documentation FD P 18-542.
    Dans le cas de sables fillérisés, les fillers doivent être qualifiés séparément des sables vis-à-
vis de l'alcali-réaction. Ils sont qualifiés soit, lorsque la granulométrie du filler correspond à la
coupure 0-0,315mm, par l'essai cinétique visé par la norme XP P 18-594, soit, dans le cas
contraire, en appliquant les clauses relatives aux additions mentionnées au paragraphe "Additions
pour bétons" du même sous-article du présent CCTP.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                           Page 47 sur 120
    Les granulats doivent être qualifiés non réactifs (NR). Toutefois, des granulats potentiellement
réactifs à effet de pessimum (PRP), peuvent être utilisés sous réserve que les deux conditions du
chapitre 9 du guide technique "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-
réaction" édité par le LCPC en juin 1994 soient vérifiées.
    En l'absence de justification de la qualification des granulats, ces derniers sont considérés
comme potentiellement réactifs (PR) et toutes les dispositions du présent CCTP relatives aux
granulats PR leur sont applicables.
    Les granulats doivent être non réactifs (NR). Toutefois, des granulats potentiellement réactifs à
effet de pessimum (PRP) peuvent être utilisés sous réserve que les deux conditions du chapitre 9
du guide technique "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction"
édité par le LCPC en juin 1994 soient vérifiées. Si ces conditions ne sont pas vérifiées, les
granulats sont considérés comme potentiellement réactifs (PR) et toutes les dispositions du
présent CCTP relatives aux granulats potentiellement réactifs leurs sont applicables.
   De même, des granulats potentiellement réactifs (PR) peuvent être utilisés sous réserve qu'au
moins une des quatre conditions suivantes soit vérifiée :
          -    Condition 1 : La formulation satisfait à un critère analytique (bilan des alcalins)
               effectué conformément aux prescriptions du chapitre 5 du guide technique
               "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par
               le LCPC en juin 1994.
          -    Condition 2 : La formulation satisfait à un critère de performance (essais de
               gonflement) effectué conformément aux prescriptions du chapitre 6 du guide
               technique "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-
               réaction" édité par le LCPC en juin 1994.
          -    Condition 3 : Sur la base des prescriptions du chapitre 7 du guide technique
               "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par
               le LCPC en juin 1994, le maître d'œuvre juge que la formulation offre des références
               d'emploi suffisamment convaincantes.
          -    Condition 4 : Le béton proposé contient des additions minéralogiques inhibitrices en
               proportions suffisantes, eu égard aux prescriptions du chapitre 8 du guide technique
               "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par
               le LCPC en juin 1994.

3.4.2.1.3. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
    Les caractéristiques des granulats doivent respecter les spécifications suivantes définies dans
le guide "Recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel" édité par le LCPC
en décembre 2003 :

         Caractéristiques                          Béton G                           Béton G+S

 Sable : friabilité ° selon P 18-576             FS < ou = 40                        FS < ou = 40

 Sable : équivalent de sable sur la    alluvionnaires et concassés ES >    alluvionnaires et concassés ES >
fraction 0/2 selon la norme NF EN       ou = 65 ; essai au bleu selon la    ou = 60 ; essai au bleu selon la
               933-8                   norme NF EN 933-9 non accepté       norme NF EN 933-9 non accepté

  Sable : passant à 0,063 mm °°               < ou = 9 % e = 3                    < ou = 9 % e = 3

  Sable : module de finesse °°°             Ls < ou = 2,8 e = 0,6               Ls < ou = 2,8 e = 0,6

 Gravillons : sensibilité au gel et     pour chaque classe granulaire       pour chaque classe granulaire
absorption d'eau selon les normes         WA24 < ou = 1 % ou F2               WA24 < ou = 1 % ou F2
 NF EN 1367-1 et NF EN 1097-6
                °°°°

Gravillons : Dmax selon la norme                < ou = 25 mm                        < ou = 25 mm
          XP P 18-545


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                  - CCTP -                            Page 48 sur 120
   ° Chaque sable utilisé seul ou comme composant d'un mélange doit satisfaire aux valeurs
spécifiées pour la propreté et, dans le cas de sables dont le D est supérieur à 1 mm, aux valeurs
spécifiées pour la friabilité.
    °° Le passant à 0,063 mm comprend d'éventuelles additions utilisées comme correcteur de la
granularité des sables.
    Les sables comportant une teneur en fines supérieure à 9 % dans les mêmes conditions que
ci-dessus peuvent engendrer un mauvais comportement au gel. Leur emploi peut toutefois être
envisagé à condition de vérifier dans l'épreuve d'étude que les spécifications exigées dans le guide
technique "Recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel" édité par le
LCPC en décembre 2003 sont respectées.
    °°° La limite supérieure du module de finesse Ls et l'étendue e s'appliquent au sable n'ayant
pas fait l'objet d'un mélange et au sable reconstitué par le producteur de granulats.
    Pour le sable recomposé sur la centrale à béton, le module de finesse correspond au centième
de la moyenne pondérée des refus cumulés des sables constituant le mélange, exprimés en
pourcentage. Les refus correspondent aux tamis entrant dans la définition du module de finesse.
La pondération est effectuée suivant les proportions relatives des sables entrant dans le mélange.
L'exigence concernant l'étendue du module de finesse est satisfaite lorsque l'étendue de chaque
composant du sable recomposé est conforme à la valeur indiquée dans le guide technique
"Recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel" édité par le LCPC en
décembre 2003.
    °°°° Seul le critère d'absorption d'eau WA24 est retenu pour qualifier la résistance au gel des
gravillons. Chaque classe granulaire doit avoir une valeur d'absorption d'eau WA24 inférieure ou
égale à 1 %. A défaut, il est possible d'utiliser des gravillons présentant une valeur de WA24
supérieure à 1 % à condition que ceux-ci soient résistants au gel et classés dans la catégorie F2
définie dans la norme NF EN 12620. Dans ce cas, la résistance au gel est déterminée suivant la
norme NF EN 1367-1.

3.4.2.2. Ciments
   (art. 82.1 du fasc. 65 du CCTG, normes FD P 15-010, NF EN 197-1, NF P 15-302, NF P 15-
317, NF P 15-318 et NF P 15-319)
    L’entrepreneur doit effectuer des prélèvements conservatoires de ciment de 10 kg pour
chaque lot de ciment utilisé pour les épreuves d’étude et de convenance des bétons. Ces
prélèvements sont effectués dans le silo à l’aide d’un dispositif installé soit sur la colonne
montante, soit au droit du malaxeur.
    Contrôle interne
    Pendant toute la durée des travaux de bétonnage, l'entrepreneur fournit au maître d'œuvre les
relevés statistiques du fabricant de ciment comprenant moyenne, écart-type et coefficient de
variation. En complément à l'article 85.1B du fascicule 65 du CCTG, le fournisseur de ciment
présente, à l'appui de ses résultats d'auto-contrôle, un engagement sur le respect de la valeur
minimale retenue C min.
    Contrôle extérieur
    L'attention de l'entrepreneur est attirée sur le fait que le maître d'œuvre peut faire réaliser des
prélèvements en vue de faire réaliser les essais suivants :
      -   identification rapide,
      -   temps de prise,
      -   expansion à chaud,
      -   flexion - compression à 7 et 28 jours,

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 49 sur 120
      - chaleur d'hydratation.

3.4.2.2.1. Dispositions particulières liées à la limitation de la chaleur d'hydratation LCH
    Il faut utiliser des ciments à faible exothermie et à prise lente. Les ciments de la classe de
résistance à court terme R sont notamment proscrits.

3.4.2.2.2. Dispositions particulières liées à la limitation du retrait LRE
    La teneur maximale en ciment est limitée à 385 kg/m3.
    La résistance caractéristique du béton est d'au moins 30 MPa à 28 jours sur cylindres.
    Afin de limiter le retrait endogène, les dalles des ouvrages mixtes doivent être réalisées avec
un béton dont le rapport eau-ciment doit être supérieur à 0,4.

3.4.2.2.3. Dispositions particulières liées aux réactions de gonflement interne
    Réaction alcali-silice RAG
    Contrôle interne
     Dans le cas où le dossier carrière montre que les granulats sont potentiellement réactifs, et si
la justification de la formule se fait par référence au chapitre 5 du document intitulé
«Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en
juin 1994, il est rappelé que des essais de détermination des teneurs en alcalin réactif des ciments
sont à réaliser conformément à la norme NF EN 196-2. Ces essais ont pour objet de confirmer les
données statistiques de la cimenterie et sont effectués au début du chantier, au cours des
épreuves d'étude, ou avant les épreuves de convenance en cas d'utilisation d'un béton disposant
de références.
    Contrôle extérieur
    L'attention de l'entrepreneur est attirée sur le fait que le maître d'œuvre peut faire effectuer sur
les prélèvements de ciment des mesures de taux d'alcalins et de teneurs en laitier.
    Réaction sulfatique interne RSI
     Conformément aux indications du document intitulé «Recommandations sur la prévention des
désordres dus à la RSI» édité par le LCPC en août 2007, en cas d’élévation de température
excessive et en fonction du niveau de prévention retenu pour l’ouvrage ou la partie de l’ouvrage,
l'entrepreneur peut être amené à utiliser des ciments particuliers.

3.4.2.2.4. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
    Le ciment et son dosage doivent respecter les caractéristiques suivantes :



         Caractéristiques                        Béton G                            Béton G+S

          Type et classe               CEM I ou CEM II/A et B sauf       CEM I PM ou ES° ou CEM II/A (S,
                                    cendres volantes 42,5 N - 42,5 R°°   D) PM ou ES° 42,5 N - 42,5 R°° et
                                              et supérieure                        supérieure

  Dosage minimal pour un béton                  385 kg/m3                           385 kg/m3
    armé ou précontraint 0/20



   Pour ces bétons, l'entrepreneur peut réduire les dosages en liant équivalent en dessous de
385 kg/m3, dans la limite de 350 kg/m3 pour la classe XF3 et de 370 kg/m3 pour la classe XF4,

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                            Page 50 sur 120
sous réserve de justifier la résistance au gel interne par l'essai pertinent des normes P 18-424 ou
P 18-425, selon le degré de saturation en eau du béton. L'entrepreneur doit également justifier la
résistance à l’écaillage par l’essai défini dans la norme XP 18-420 en cas de gel en présence de
sels de déverglaçage.
   Les fines des sables et des sables de correction granulaire passant au tamis de 0,063 mm ne
peuvent pas être comptabilisées dans le ciment.
    ° L'entrepreneur doit utiliser des ciments PM ou ES au sens des normes NF P 15-317 et NF P
15-319 pour réduire les risques de réaction sulfatique en présence de sels de déverglaçage dont la
teneur en sulfates solubles est supérieure à 3 %.
     °° L'entrepreneur doit limiter la microfissuration superficielle du béton, et de ce fait, la
pénétration des chlorures, en utilisant des ciments peu exothermiques, en particulier pour la
réalisation des pièces massives. L'utilisation des ciments de la classe de résistance à court terme
R est donc déconseillée.

3.4.2.3. Adjuvants pour bétons
    (art. 82.4 du fasc. 65 du CCTG, norme NF EN 934-2)
    En début d’utilisation, l’entrepreneur effectue un prélèvement conservatoire sur chaque
adjuvant.

3.4.2.3.1. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
     L'utilisation d'un entraîneur d'air est obligatoire pour les bétons traditionnels de classe
inférieure à C50/60. L'utilisation d'un réducteur d'eau est fortement conseillée pour pallier les
baisses de résistances mécaniques consécutives à la présence d'air entraîné. Il est nécessaire
d'effectuer un complément d'étude en centrale permettant de tenir compte des conditions de
malaxage et de température. Son objet est d'ajuster le dosage en entraîneur d'air de manière à
respecter la fourchette de pourcentage d'air entraîné défini lors de l'étude et de vérifier la stabilité
dans le temps des différents paramètres.

3.4.2.4. Additions pour bétons
   (art. 82.6 du fasc. 65 du CCTG, normes NF P 18-506, NF P 18-508, NF P 18-509, NF EN 450,
NF EN 13263-1)

3.4.2.4.1. Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice" RAG
    Les fillers siliceux ne sont admis que sous réserve que la formule de béton proposée
satisfasse à un critère de performance (essai de gonflement) conformément aux prescriptions du
chapitre 6 du guide technique "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-
réaction" édité par le LCPC en juin 1994.
   Si les granulats sont PRP, les cendres volantes de houille ne sont admises qu'à la condition
que leur teneur totale en alcalins soit inférieure à 2%.
    Si les granulats sont NR ou PRP, les fillers siliceux ne sont admis que sous réserve que la
formule de béton proposée satisfasse à un critère de performance (essai de gonflement)
conformément aux prescriptions du chapitre 6 du guide technique "Recommandations pour la
prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994.
   Si les granulats sont PRP, les cendres volantes de houille ne sont admises qu'à la condition
que leur teneur totale en alcalins soit inférieure à 2%.
    Si les granulats sont PR ou considérés comme tels, si l'entrepreneur choisit de justifier sa
formulation en effectuant un bilan des alcalins, ce dernier est effectué conformément aux
prescriptions du chapitre 5 du guide technique "Recommandations pour la prévention des

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                            Page 51 sur 120
désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994, les alcalins des additions étant
pris en compte dans le bilan avec le coefficient d'activité 0,17 pour les pouzzolanes, les cendres
volantes et les fumées de silice et avec le coefficient 0,5 pour les laitiers, les fines siliceuses et les
fines calcaires. Si au contraire, l'entrepreneur choisit de justifier sa formulation par des essais de
performances (essais de gonflement), ceux-ci sont réalisés sur les formules incluant les additions.
    Quelle que soit la démarche adoptée pour valider la formule de béton, toute modification dans
la qualité ou la nature des additions est interdite à moins de reproduire l'ensemble de la démarche
ayant permis de justifier la formule initiale.

3.4.2.4.2. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
    Seuls les laitiers moulus et les fumées de silice sont susceptibles de ne pas altérer la
résistance au gel des bétons durcis. Les cendres volantes sont interdites dans tous les cas.
   Si les additions sont utilisées comme correcteur de la granularité des sables ou en addition au
ciment (CEM I), les dosages maximaux suivants par rapport au poids du ciment sont à respecter :
     - 10% pour les fumées de silice,
     - 30% pour les laitiers moulus,
     - 15% pour les additions calcaires (certaines peuvent augmenter la sensibilité à l'écaillage),
   étant entendu que le total du dosage en additions calcaires et laitiers moulus ne doit pas
dépasser 30%.
   Si les additions sont utilisées en substitution partielle au ciment CEM I, elle n'est autorisée que
pour les bétons G ; le dosage minimal s'applique alors au liant recomposé ciment + addition.
   Pour un béton dont le diamètre maximal du granulat D max est égal à 20 mm, les quantités
maximales suivantes, données en kg/m3, doivent être respectées :



                            Classes d'exposition    XF1     XF2     XF3   XF4

                              Laitiers moulus        50         0   50      0

                              Fumées de silice       30         0   30      0

                             Additions calcaires     50         0    0      0



    Pour un béton dont le diamètre maximal du granulat Dmax est différent de 20 mm, les
quantités d'additions A à ajouter ou à déduire, en pourcentage des valeurs indiquées dans le
tableau précédent, sont données dans le fascicule 65 du CCTG.
   Pour une même formule, une seule addition est autorisée en substitution dans une formule
donnée.

3.4.2.5. Eau
    (art. 82.3 du fasc. 65 du CCTG)
    Il est rappelé que l’eau de gâchage doit respecter les prescriptions de la norme NF EN 1008.
    En l'absence d'étude appropriée, l'eau de récupération de l'industrie du béton ne peut pas être
employée. Une étude particulière est notamment nécessaire dans les cas suivants : béton
architectural, béton précontraint, béton contenant de l'air entraîné, béton en environnement
agressif. En tout état de cause, seule l'eau décantée ayant atteint une masse volumique inférieure
à 1,02 et déshuilée pourra être utilisée.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                            Page 52 sur 120
3.4.3. Etude des bétons
    (art. 85.1 du fasc. 65 du CCTG)
    Les dispositions de l’article 85.1 du fascicule 65 du CCTG s'appliquent en considérant qu’un
prélèvement comporte trois éprouvettes.

3.4.3.1. Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice" RAG
    Justification de la qualification des granulats
    Si les granulats bénéficient du droit d'usage de la marque NF-Granulats, avec qualification vis-
à-vis de l'alcali-réaction en NR ou PRP, le certificat de conformité des granulats à la marque NF,
qui donne leur qualification vis-à-vis de l'alcali-réaction, doit être annexé au dossier d'étude des
bétons.
    Si les granulats ne bénéficient pas du droit d'usage de la marque NF-Granulats mais si le
producteur de granulats dispose d'un dossier carrière élaboré conformément aux prescriptions du
document "Guide pour l'élaboration du dossier carrière" édité par le LCPC en juin 1994 et
approuvé par le maître d'œuvre, le dossier d'étude des bétons doit contenir les extraits du plan
qualité du producteur permettant de certifier la qualification vis-à-vis de l'alcali-réaction des
granulats utilisés. Ces documents sont accompagnés des résultats des contrôles internes
effectués par le producteur de granulats.
    En l'absence de granulats titulaires de la marque NF-Granulats et d'un dossier carrière
approuvé par le maître d'œuvre, l'entrepreneur fait réaliser, à ses frais, les essais permettant la
qualification des granulats conformément aux prescriptions du fascicule de documentation FD P
18-542. Les résultats de ces essais sont joints au dossier d'étude des bétons.
    Justification de la possibilité d'utilisation des granulats
    Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR), l'entrepreneur doit intégrer dans le dossier
d'étude des bétons, tous les résultats des essais visés par les chapitres 5 ou 6 ou 8 du guide
technique "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le
LCPC en juin 1994. Ces essais sont réalisés à ses frais.
     Si les granulats sont potentiellement réactifs à effet de pessimum (PRP), l'entrepreneur doit
intégrer dans le dossier d'étude des bétons tous les résultats des essais permettant de vérifier que
les conditions 1 et 2 du chapitre 9 du guide "Recommandations pour la prévention des désordres
dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994 sont vérifiées. Ces essais sont réalisés à ses
frais.
     Dans le cas de la reconduction d'une formule de béton, l'entrepreneur doit tout de même
réaliser ces essais, avant les épreuves de convenance.

3.4.3.2. Dispositions particulières liées à la réaction sulfatique interne
    Généralités
    Dans le cadre des épreuves d'étude, l'entrepreneur doit démontrer que la température
maximale susceptible d’être atteinte par le béton de toutes les parties d'ouvrage - compte tenu du
planning de réalisation, du programme de bétonnage et des éventuelles dispositions particulières
proposées par l’entrepreneur - respecte la température maximale fixée dans le document intitulé
«Recommandations sur la prévention des désordres dus à la réaction sulfatique interne» édité par
le LCPC en août 2007.
    Si la température maximale donnée par la méthode simplifiée constituant l'annexe IV de ce
document excède le seuil fixé pour le niveau de prévention requis et rappelé ci-dessous, une étude
plus précise doit être entreprise par l'entrepreneur, à ses frais, pour valider la formule proposée et
pour définir la température maximale du béton à la livraison.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 53 sur 120
    Température maximale pour le niveau de prévention Bs
    Pour le niveau de prévention Bs, la température maximale dans le béton doit, d'une manière
générale, rester inférieure à 75°C. Si cette condition ne peut être respectée, elle doit
obligatoirement rester inférieure à 85°C et au moins une des six conditions suivantes doit être
respectée :
     - le ciment utilisé est conforme à la norme NF P15-319 (ES) avec, dans le cas des CEM I et
       CEM II/A, une limitation à 3 kg/m3 de la teneur en alcalins équivalents actifs du béton ;
     - le ciment utilisé est un ciment non conforme à la norme NF P 15-319 (ES) de type CEM
       II/B-V, CEM II/B-S, CEM II/B-Q, CEM II/B-M (S-V), CEM III/A ou CEM V, dont la teneur en
       SO3 n'excède pas 3% et qui est fabriqué à partir d’un clinker dont la teneur en C3A
       n'excède pas 8% ;
     - le ciment, un CEM I, est utilisé en combinaison avec des cendres volantes conformes à la
       norme NF EN 450-1, de laitiers de haut fourneau moulus conformes à la norme NF EN
       15167-1, ou encore de pouzzolanes naturelles calcinées. La proportion d’addition doit être
       d’au moins 20 % sous réserve de respecter les exigences des normes, en particulier la
       norme NF EN 206-1. Les teneurs en C3A (rapportée au ciment) et en S03 sont
       respectivement inférieures ou égales à 8% et 3% ;
     - vérification de la durabilité du béton vis-à-vis de la réaction sulfatique interne à l’aide de
       l’essai de performance décrit dans les recommandations et par la satisfaction aux critères
       décisionnels ;
     - pour les éléments préfabriqués, le couple béton/échauffement envisagé est identique ou
       analogue à un couple béton/échauffement disposant d’au moins cinq références d’emploi
       satisfaisantes dans des lieux différents, cette analogie devant être justifiée par une
       documentation satisfaisante et approuvée par un laboratoire indépendant expert en
       réaction sulfatique interne.
    Température maximale pour le niveau de prévention Cs
    Pour le niveau de prévention Cs, la température maximale dans le béton doit, d'une manière
générale, rester inférieure à 70°C. Si cette condition ne peut être respectée, elle doit
obligatoirement rester inférieure à 80°C et au moins une des six conditions suivantes doit être
respectée :
     - le traitement thermique est maîtrisé, la durée de maintien de la température du béton au-
       delà de 70°C ne doit pas excéder 4 heures et les alcalins équivalents actifs du béton
       doivent être en quantité inférieure à 3 kg/m3 (la durée de maintien est définie comme la
       période pendant laquelle la température est supérieure à 70°C) ;
     - le ciment utilisé est conforme à la norme NF P15-319 (ES) avec, dans le cas des CEM I et
       CEM II/A, une limitation à 3 kg/m3 de la teneur en alcalins équivalents actifs du béton ;
     - le ciment utilisé est un ciment non conforme à la norme NF P 15-319 (ES) de type CEM
       II/B-V, CEM II/B-S, CEM II/B-Q, CEM II/B-M (S-V), CEM III/A ou CEM V, dont la teneur en
       SO3 n'excède pas 3% et qui est fabriqué à partir d’un clinker dont la teneur en C3A
       n'excède pas 8% ;
     - le ciment, un CEM I, est utilisé en combinaison avec des cendres volantes conformes à la
       norme NF EN 450-1, de laitiers de haut fourneau moulus conformes à la norme NF EN
       15167-1, ou encore de pouzzolanes naturelles calcinées. La proportion d’addition doit être
       d’au moins 20% sous réserve de respecter les exigences des normes, en particulier la
       norme NF EN 206-1. Les teneurs en C3A (rapportée au ciment) et en S03 sont
       respectivement inférieures ou égales à 8% et 3% ;
     - vérification de la durabilité du béton vis-à-vis de la réaction sulfatique interne à l’aide de
       l’essai de performance décrit dans les recommandations et par la satisfaction aux critères
       décisionnels ;
     - pour les éléments préfabriqués, le couple béton/échauffement envisagé est identique ou
       analogue à un couple béton/échauffement disposant d’au moins cinq références d’emploi
       satisfaisantes dans des lieux différents et cette analogie doit être justifiée par une
       documentation satisfaisante et approuvée par un laboratoire indépendant expert en
       réaction sulfatique interne.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 54 sur 120
    Température maximale pour le niveau de prévention Ds
    Pour le niveau de prévention Ds, la température maximale dans le béton doit, d'une manière
générale, rester inférieure à 65°C. Si cette condition ne peut être respectée, elle doit
obligatoirement rester inférieure à 75°C mais dans ce cas, le ciment doit être conforme à la norme
NF P15-319 (ES) avec, dans le cas des CEM I et CEM II/A, une limitation à 3 kg/m3 de la teneur
en alcalins équivalents actifs du béton et la formulation du béton doit être obligatoirement validée
par un laboratoire indépendant expert en réaction sulfatique interne.

3.4.3.3. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
    Les caractéristiques exigées sont les suivantes :



Caractéristiques                                              Béton G             Béton G+S

Rapport E/C (E = eau efficace et C = ciment ou liant < ou = 0,50                  < ou = 0,45
recomposé pour les bétons G)

Résistance caractéristique en compression fc 28 sur > ou = 30 MPa                 > ou = 35 MPa
cylindre

Facteur d'espacement L selon la norme ASTM C457 °

< ou = 250 µm                                                 < ou = 200 µm

Ecaillage selon la norme XP P 18-420                          sans objet          < ou = 600 g/m² °°

Allongement relatif selon les normes P18-424 et 425           < ou = 400 µm/m     < ou = 400 µm/m

Rapport des carrés des fréquences de résonance > ou = 75                          > ou = 75
mesurées suivant la norme P 18-414


    ° L'évaluation du facteur d'espacement nécessite que l'entrepreneur respecte avec une très
grande rigueur le mode opératoire de la norme : prélèvement des échantillons, nombre
d'échantillons, qualité du polissage, etc. Cette opération doit être réalisée par un personnel qualifié
et par un organisme certifié COFRAC.
     °° Dans le cas des bétons bruts de décoffrage destinés à des parties d'ouvrage dont
l'esthétique est une fonction particulièrement importante, on peut limiter les valeurs d'écaillage à
150 g/m². Ces valeurs très basses nécessitent des conditions de fabrication très élaborées. Elles
sont imposées uniquement pour les parties d'ouvrage visibles à très courte distance, 2 à 3 m, et
exigeant un aspect d'une qualité exceptionnelle. Elles doivent être spécifiées dans le CCTP du
marché.
    La quantité d'air occlus dans le béton frais doit être mesurée à l'aéromètre sur chaque gâchée
fabriquée.




3.4.4. Epreuves de convenance
    (art. 85.3 du fasc. 65 du CCTG)




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 55 sur 120
     Tous les bétons de classe supérieure ou égale à C25/30 sont soumis aux épreuves de
convenance. Celles-ci sont réalisées dans le cadre du contrôle intérieur et sont à la charge de
l'entrepreneur.
    Un essai de rendement doit être effectué. Il doit permettre de vérifier l'inégalité suivante :
                   0.975 < masse volumique théorique / masse volumique réelle < 1.025
    L'entrepreneur doit réaliser un élément de béton témoin relatif aux voiles préfabriqués afin
d'apprécier les difficultés de mise en place du béton.
   Si l'élément témoin est accepté par le maître d'œuvre, le point d'arrêt est levé ; l'élément
témoin est alors démoli et évacué en décharge aux frais de l'entrepreneur.
     Si cet élément témoin est refusé par le maître d'œuvre, l'entrepreneur l'évacue en décharge et
le recommence à ses frais, autant de fois que nécessaire.

3.4.4.1. Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice" RAG
     Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR), l'épreuve de convenance intègre la
réalisation des essais visés par les chapitres 5 ou 6 ou 8 du guide technique "Recommandations
pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994. La
réalisation de ces essais est à la charge de l'entrepreneur.

3.4.4.2. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
    L'épreuve de convenance doit permettre de vérifier l'obtention des caractéristiques suivantes :



                        Caractéristiques                              Béton G            Béton G+S

 Rapport E/C (E = eau efficace et C = ciment ou liant recomposé      < ou = 0,50         < ou = 0,45
                      pour les bétons G)

  Résistance caractéristique en compression fc 28 sur cylindre     > ou = 30 MPa       > ou = 35 MPa

      Facteur d'espacement L selon norme ASTM C 457 °              < ou = 250 µm        < ou = 200 µm

             Ecaillage selon la norme XP P 18-420                    sans objet       < ou = 600 g/m² °°

      Allongement relatif selon les normes P18-424 et 425         < ou = 400 µm/m     < ou = 400 µm/m

   Rapport des carrés des fréquences de résonance mesurées            > ou = 75           > ou = 75
                   suivant la norme P 18-414



    ° L'évaluation du facteur d'espacement nécessite que l'entrepreneur respecte avec une très
grande rigueur le mode opératoire de la norme : prélèvement des échantillons, nombre
d'échantillons, qualité du polissage etc. Cette opération doit être réalisée par un personnel qualifié
et par un organisme certifié COFRAC.
     °° Dans le cas des bétons bruts de décoffrage destinés à des parties d'ouvrage dont
l'esthétique est une fonction particulièrement importante, on peut limiter les valeurs d'écaillage à
150 g/m². Ces valeurs très basses nécessitent des conditions de fabrication très élaborées. Elles
sont imposées uniquement pour les parties d'ouvrage visibles à très courte distance, 2 à 3 m,
exigeant un aspect d'une qualité exceptionnelle et spécifiées dans le tableau des bétons ci avant.

3.4.5. Fabrication, transport et manutention des bétons
    (chap. 8 du fasc. 65 du CCTG, norme NF EN 206-1)

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                          Page 56 sur 120
3.4.5.1. Généralités
    Le béton est fabriqué par l'entrepreneur soit dans une centrale de chantier, soit dans une
centrale de béton prêt à l'emploi (BPE), soit dans une usine de préfabrication.
    Dans tous les cas, il doit respecter la norme NF EN 206-1 et l'unité de fabrication est soumise
à l'acceptation du maître d'œuvre. Cette dernière s'effectue sur la base du respect des
caractéristiques détaillées précisées dans le paragraphe "Spécifications complémentaires des
centrales à béton" du sous-article "Fabrication, transport et manutention des bétons" du chapitre 2
du présent CCTP. Il est notamment tenu compte de l'existence d'une capacité de stockage des
ciments et des granulats et d'une capacité de production compatibles avec les exigences du
chantier.
    Les bétonnières portées sont des cuves agitatrices et non des camions malaxeurs. De ce fait,
la vérification des tolérances de dosage sur chaque constituant doit être réalisée sur chaque
gâchée. Les exigences concernant les rapports maxi Eaueff / Lianteq doivent être respectées pour
chaque gâchée.
     Si le béton provient d'une centrale de BPE, il doit être titulaire de la marque NF-BPE. Ainsi,
soit la centrale est titulaire de la marque NF-BPE (procédure conventionnelle), soit le béton est
certifié pour le chantier (procédure particulière).
    Chaque livraison de béton de structure est accompagnée du bordereau d'impression des
pesées qui est visé par l'entrepreneur dans le cadre du contrôle interne. Ce document est
également tenu à la disposition du maître d'œuvre.

3.4.5.2. Contrôle interne à la charge de l'entrepreneur lors du processus de fabrication
    L'entrepreneur doit contrôler les conditions de stockage et de transport des granulats aux
emplacements réservés dans le cas de recours à une centrale alimentée par des granulats
provenant de gisements ou d'identités différents. Il doit s'assurer que toutes les dispositions sont
prises pour éviter les mélanges inopportuns.

3.4.5.2.1. Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice" RAG
    En l'absence de granulats titulaires de la marque NF-Granulats et d'un dossier carrière
approuvé par le maître d'œuvre, l'entrepreneur doit réaliser sur chaque dépôt de granulats et à
chaque renouvellement de stock, des essais rapides permettant la qualification des granulats
conformément aux prescriptions du fascicule de documentation FD P 18-542. Les résultats de ces
essais sont fournis au maître d'œuvre avant chaque phase de bétonnage. Le nombre de ces
essais doit être au moins de trois pour un tas de 1000 m3 et au moins de deux pour un tas de 500
m3.
     L'acceptation des résultats de ces essais par le maître d'œuvre est une condition nécessaire à
la levée des points d'arrêt avant bétonnage.

3.4.5.3. Epreuve de contrôle
    (art. 86 du fasc. 65 du CCTG)
     Tous les bétons de classe supérieure à C25/30 sont soumis à l’épreuve de contrôle. Les
essais réalisés dans le cadre de celle-ci ne relèvent pas des spécifications de la norme NF EN
206-1 qui s'appliquent aux contrôles de production et de conformité de l'installation de fabrication.
Ils sont effectués par un laboratoire de contrôle qui doit, soit être accrédité COFRAC, soit avoir
subi, avec succès et moins d'un an avant le premier essai, un audit basé sur un référentiel
d'accréditation équivalent. Ils font l’objet de rapports qui doivent être transmis au maître d'œuvre
au fur et à mesure de l'obtention des résultats.
    Le lotissement et le nombre de prélèvements sont indiqués dans le tableau ci-dessous :


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                        Page 57 sur 120
               Lot                                          Nombre de prélèvements

      Poutres de répartition             3 par poutre et au moins un prélèvement par phase de bétonnage

        Béton de trottoir                     2 et au moins un prélèvement par phase de bétonnage



     De plus, il est effectué par l'entrepreneur au minimum deux essais de consistance de béton
frais sur chaque camion de livraison (un essai avant la mise en œuvre et un essai au cours de la
mise en œuvre) ou dans le cas de fabrication du béton sur chantier, un essai par heure de
bétonnage.
    Les éprouvettes de béton, dont la fourniture est à la charge de l’entrepreneur, doivent être
transportées au laboratoire et démoulées dans les trois jours suivant leur confection et être
placées en atmosphère normalisée dans les trois heures suivant leur démoulage.
     Les dispositions pour obtenir ces conditions de conservation sont à la charge de
l'entrepreneur, qui doit les préciser dans son PQ. Le respect de la fourchette des températures
rappelées ci-dessus est obligatoirement contrôlé avec un thermomètre mini/maxi maintenu à
proximité des éprouvettes.

3.4.5.3.1. Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice" RAG
     Dans le cas où les granulats ont été qualifiés de potentiellement réactifs, le maître d'œuvre
peut faire effectuer par phase de bétonnage un essai de gonflement visé par le chapitre 6 du guide
"Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en
juin 1994, conformément aux dispositions de l'article 9.2 du CCAP sur la réception de l'ouvrage.
    Le gonflement doit être inférieur à 200 µm/m à cinq mois.

3.4.5.3.2. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
    L'épreuve de contrôle doit permettre de vérifier l'obtention des caractéristiques suivantes :



                               Caractéristiques                                Béton G         Béton G+S

 Rapport E/C (E = eau efficace et C = ciment ou liant recomposé pour les     < ou = 0,50      < ou = 0,45
                               bétons G)

      Résistance caractéristique en compression fc 28 sur cylindre            > 30 MPa         > 35 MPa

                            Facteur d'espacement L                          < ou = 300µm     < ou = 250µm

                  Ecaillage selon la norme XP P 18-420                        sans objet       < 750 g/m²

          Allongement relatif selon les normes P18-424 et 425                < 500 µm/m       < 500 µm/m

  Rapport des carrés des fréquences de résonance mesurées selon la              > 60              > 60
                            norme P18-414



   La quantité d'air occlus dans le béton frais doit être mesurée à l'aéromètre chaque fois qu'une
mesure de la consistance du béton est effectuée.
    Le lotissement et le nombre de prélèvements sont indiqués dans le tableau ci-dessous :



                     Lot                                          Nombre de prélèvements

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                  - CCTP -                            Page 58 sur 120
           Poutres de répartition                               1 pour l’ensemble des poutres

              Béton de trottoir                                 1 pour l’ensemble des trottoirs



    Un prélèvement comprend :
     - béton soumis au gel pur (G) : une mesure du facteur d'espacement L,
     - béton soumis au gel + sels (G+S) : une mesure du facteur d'espacement L et une mesure
       d'écaillage E.

3.4.5.4. Equipements des centrales à béton
    Il est rappelé que les centrales à béton, quel que soit leur type, doivent être équipées
conformément aux exigences de l’article 83 et de l’annexe B du fascicule 65 du CCTG.




ARTICLE 3.5. MORTIERS HYDRAULIQUES POUR LE REJOINTOIEMENT
    (Norme NF EN 206-1)

3.5.1. Définition des mortiers
    Le mortier utilisé pour consolider les pierres de la voûte est un coulis à base de chaux
uniquement.
    Les maçonneries de remplissage seront posées au mortier bâtard.
    Le rejointoiement sera réalisé au mortier de chaux hydrauliques.
    Dosage du mortier
    Le dosage du mortier de rejointoiement est défini ci-après :
    Le dosage et les constituants dépendent :
     - de la nature des matériaux à rejointoyer
     - de l’adhérence que l’on attend sur la pierre
     - du lieu d’application, en plafond ou verticalement
     - de la sollicitation attendue en particulier en ce qui concerne les efforts de cisaillement
     - du retrait escompté et du retrait tolérable
    Le dosage de l’eau de gâchage doit être tel que le mortier soit onctueux et non coulant.


    A titre indicatif, quelques exemples de dosage en volume (attention au foisonnement) :
    (ces dosages concernent des mortiers de rejointoiement par la méthode traditionnelle)




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                               Page 59 sur 120
    (1) Les mortiers de rejointoiement seront uniquement à base de chaux.

3.5.2. Constituants des mortiers et bétons
     La norme NF P95-107 « Réparation et renforcement des maçonneries » précise les
caractéristiques des constituants du mortier. Les mortiers pour maçonnerie doivent être conformes
à la norme NF EN 998-2.

3.5.2.1. Chaux
    Elles doivent être conformes aux normes NF P 15-307 et NF EN 459-1, 459-2 et 459-3.
    Chaux hydrauliques naturelles ou artificielles : NHL ou HL

3.5.2.2. Sables pour mortier de rejointoiement
    Le PQ indique la provenance des granulats et le niveau de performance des granulats
proposés. Il en fixe les modalités du contrôle du transport, du stockage et de la conformité des
fournitures.
    Les granulats marins sont interdits.
     Pendant toute la durée du chantier, le sable doit provenir d'une seule et même installation.
Chaque proposition doit être obligatoirement accompagnée des fuseaux de production établis à
partir d'un contrôle statistique à la production portant sur une durée d'au moins 6 mois. L'effectif de
l'échantillon correspondant à chaque caractère spécifié ne doit pas être inférieur à 30.

3.5.2.2.1. Nature
    Le sable utilisé pour confectionner le mortier de rejointoiement est un sable de rivière lavé.

3.5.2.2.2. Granularité et propreté
   En conformité avec la norme NF EN.196-1, le granulat à utiliser est un sable tamisé et lavé, de
bonne qualité et d’origine alluvionnaire, de préférence EV>75.
    Un sable de bonne qualité est constitué de grains allant de 0,5 mm à 0,08 mm suivant une
courbe de granulométrie régulière.
   La proportion maximale d'éléments retenus sur le tamis de module trente-cinq (35), tamis de
deux virgule cinq millimètres (2,5 mm) doit être inférieure à dix (10) pour cent.
    Dans le cadre du contrôle intérieur, des planches d’essai sont à réaliser avant
rejointoiement pour juger de la couleur du joint à mettre en place.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 60 sur 120
3.5.2.2.3. Stockage
   L'entrepreneur ne peut utiliser que des sables stockés depuis au moins deux (2) jours. En
conséquence, la capacité de stockage du sable doit correspondre au moins à la plus forte
consommation prévue de deux jours de rejointoiement.

3.5.2.3. Eau de gâchage et d'apport
    Elle doit répondre aux prescriptions de la norme NF EN 1008. Sous réserve de se conformer à
la norme précitée, l’eau du réseau public peut être utilisée.
    Prescriptions conformes à l'article 82.3. du fascicule 65 du CCTG.

3.5.2.4. Adjuvants
    Ils doivent être conformes aux normes XP P 18-340 et NF EN 934-2.
    On applique les spécifications fixées par l'article 82.4 du fascicule 65 du CCTG.
        -   Si le mortier de rejointoiement est préparé sur le chantier : L'incorporation en usine de
            tout adjuvant dans les liants est interdite. Toute livraison d'adjuvants sur le chantier
            doit donner lieu à la présentation d'un certificat d'origine indiquant la date limite
            d’utilisation. L’utilisation d’adjuvants doit être soumise à l’agrément du maître d’œuvre.
        -   Si des produits de réparation prêts à l’emploi sont utilisés : Les adjuvants alcalins à
            base d’aluminates ou de silicates de sodium sont interdits. L'incorporation sur chantier
            de tout nouvel adjuvant dans le liant est interdite.
    Colorants
     Conformément aux spécifications de la norme NF P 95-107, la coloration des mortiers s'obtient
par l'utilisation de sables de couleur ou par adjonction de faibles quantités d'oxydes métalliques
(fer, cuivre...) de terre de Sienne ou d'ocre.

3.5.2.5. Compatibilité des différents constituants
    Prescriptions conformes à l'article 82.7 du fascicule 65 du CCTG.
    Pour la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction, les travaux sont menés avec un
niveau de prévention B.

3.5.2.6. Cure
   La cure peut être réalisée à l’eau. Cette eau peut être la même que celle utilisée pour le
gâchage du mortier avec les mêmes prescriptions (cf. article 3.2.2.4).

3.5.3. Contrôle extérieur
    Le maître d’œuvre peut procéder, à titre exceptionnel à des vérifications complémentaires à la
charge du maître d'ouvrage.




ARTICLE 3.6. FOURNITURE DE PIERRES
    Les matériaux utilisés doivent répondre aux spécifications de la norme NF P 95-107.
     En ce qui concerne la fourniture de ces matériaux pour le remplacement des pierres délitées,
desquamées, éclatées… des tympans, des bandeaux, des corniches, des culées et des avant- et
arrière-becs, ainsi que pour la création des parapets, l'entrepreneur doit établir, en liaison avec le

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 61 sur 120
maître d’œuvre, les caractéristiques de ces pierres et rechercher la provenance la mieux adaptée.
Ces éléments doivent être de teintes et de caractéristiques les plus proches de celles présentes
sur l’ouvrage. Le choix de ces éléments doit être soumis à l’agrément du maître d’œuvre.
    Il est fait application du fascicule 64 chapitre I du CCTG et des normes citées.

3.6.1. Pierres de taille
   Les pierres de tailles doivent répondre aux spécifications des normes NF EN 12-670, 13-373,
771-6, 772-16 et XP B 10-601.
    Les pierres de taille sont non gélives et de dimensions régulières (volume compris entre 0,8 et
1,2 fois le volume moyen).
    Les pierres de taille sont exemptes d'épaufrures et il appartient à l'entreprise de prendre au
cours de leur transport et manutention les dispositions nécessaires à cet effet. Si de telles
épaufrures se produisent néanmoins, la pierre est refusée, ou retaillée si cela est possible.
    En cas de maçonnerie à réaliser contre des maçonneries existantes, les pierres de taille
provenant des démolitions ne sont retaillées que si elles ne peuvent être maintenues dans leurs
dimensions d'origine par suite d'épaufrures ou de détériorations diverses.
     Les pierres de taille neuves doivent présenter des caractéristiques (résistance, dureté,
couleur, aspect) aussi voisines que possible de celles des matériaux anciens, et leur aspect doit
s'intégrer avec celui des maçonneries non démolies ou réutilisées.
    La taille des pierres est choisie de façon à harmoniser l'appareillage obtenu avec l'aspect des
parements de maçonnerie non démolis.
   La pierre utilisée pour la réparation et le remplacement de pierres de l’ouvrage devra avoir
pour caractéristiques :
       -   nature de la pierre : calcaire légèrement coquillé, beige à jaune, présence ponctuelle
           de fils de pierre couleur rouille,
       -   résistance à la compression simple 26 MPa moyen (élancement 1), et en aucun cas
           supérieure à 30 MPa,
       -   porosité comprise entre 15 et 30%, des essais d’absorption d’eau devront
           impérativement être réalisés selon la norme NF EN 12-371,
       -   masse volumique humide environ 2,3 T/m3
       -   gélivité : pas d’altération après 144 cycles gel-dégel au sens de la norme NF EN 12-
           371,
       -   pierres extraites en saison sèche ou débarrassées de leur eau de carrière lors de la
           mise en œuvre.

3.6.2. Moellons bruts ou taillés
    Les moellons bruts ou taillés doivent répondre aux spécifications des normes NF EN 12-670,
13-373, 771-6, 772-16 et XP B 10-601.
    Les moellons bruts ou taillés sont non gélifs et de dimensions les plus régulières possibles
(volume compris entre 0,8 et 1,2 fois le volume moyen).
      En cas de maçonnerie à réaliser contre des maçonneries existantes, les moellons bruts ou
taillés provenant des démolitions sont triés et seuls ceux qui ne présentent pas de défauts sont
réutilisés.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                            Page 62 sur 120
     Les moellons bruts ou taillés neufs présentent des caractéristiques (résistance, dureté,
couleur, aspect) aussi voisines que possible de celles des matériaux anciens, et leur aspect doit
s'intégrer avec celui des maçonneries non démolies ou réutilisées.



ARTICLE 3.7. COULIS D’INJECTION
    Les matériaux utilisés doivent répondre aux spécifications des normes NF P 95-103 et 95-107.

3.7.1. Coulis pour le remplissage des cavités de la voûte depuis l’extrados
    Il est utilisé pour exécuter l'injection un coulis de chaux, éventuellement chargé par des
produits inertes tels que les fillers, les cendres volantes, les sables fins...
    En regard des résistances mécaniques recherchées, on peut faire varier le rapport
charge/chaux jusqu'à 1,5 voire même 2. Il conviendra cependant d'essayer, dans la mesure du
possible, de surveiller la progression du coulis (forage de contrôle) pour éviter une trop grande
ségrégation du mélange dans la maçonnerie à traiter.
    L’injection sera réalisée uniquement de manière gravitaire.

3.7.1.1. Eau de gâchage et d'apport
    Elle doit répondre aux prescriptions de la norme NF EN 1008.
    Prescriptions conformes à l'article 82.3. du fascicule 65 du CCTG.
   Le choix de l’eau de gâchage et d’apport doit donner lieu à un intérêt particulier, car certaines
eaux réagissent de façon fort mal venue avec certains ciments.

3.7.1.2. Chaux
    Elles doivent être conformes aux normes NF P 15-307 et NF EN 459-1, 459-2 et 459-3.
    Chaux hydrauliques naturelles ou artificielles : NHL ou HL

3.7.1.3. Sable pour coulis chargés
    Il doit être conforme aux spécifications de la norme XP P 18-545.
    Le PQ indique la provenance des granulats et le niveau de performance des granulats
proposés. Il en fixe les modalités du contrôle du transport, du stockage et de la conformité des
fournitures.
    Les granulats marins sont interdits.
     Pendant toute la durée du chantier, le sable doit provenir d'une seule et même installation.
Chaque proposition doit être obligatoirement accompagnée des fuseaux de production établis à
partir d'un contrôle statistique à la production portant sur une durée d'au moins 6 mois. L'effectif de
l'échantillon correspondant à chaque caractère spécifié ne doit pas être inférieur à 30.

3.7.1.3.1. Nature
    Le sable utilisé pour les injections doit être propre, tamisé et de granulométrie 0/1 maximum.
(Le sable de Fontainebleau de granulométrie 0/1 est idéal).




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 63 sur 120
3.7.1.3.2. Stockage
   L'entrepreneur ne peut utiliser que des sables stockés depuis au moins deux (2) jours. En
conséquence, la capacité de stockage du sable doit correspondre au moins à la plus forte
consommation prévue de deux jours d'injection.

3.7.1.4. Adjuvants
    Les adjuvants employés doivent être conformes aux normes XP P 18-340 et NF EN 934-2.
    L’utilisation des adjuvants doit être soumise à l’agrément du maître d’œuvre.

3.7.1.5. Composition du coulis
   La composition du coulis est donnée par l’entreprise qui la soumet pour avis au maître
d’œuvre.

3.7.1.5.1. Coulis d'injection chargé de sable
   Ces coulis doivent être des mortiers colloïdaux ; ils ne doivent pas présenter de ségrégation
appréciable pendant la prise ni ressuage excédant 5 % en volume. Leur proportion (dosages et
malaxage) doit être particulièrement soignée et soumis à l'agrément du maître d’œuvre.

3.7.1.6. Assurance de la qualité des coulis

3.7.1.6.1. Différents types d'essais et épreuves
       -   Épreuves de convenance : à la charge et aux frais de l'entrepreneur
       -   Épreuves de contrôle : elles feront l'objet du contrôle extérieur
       -   Épreuves d'information : elles feront l'objet du contrôle intérieur

3.7.1.6.2. Épreuves de contrôle
    Les épreuves d'information sont effectuées par l'entrepreneur dans le cadre de son PQ.
    Les stipulations de l'article 86 du fascicule 65 du CCTG doivent être appliquées.

3.7.2. Contrôle extérieur
    Le maître d'œuvre peut procéder, à titre exceptionnel à des vérifications complémentaires à la
charge du maître d'ouvrage.



ARTICLE 3.8. BETON PROJETE
    Les matériaux utilisés ainsi que les contrôles effectués sur ceux-ci doivent être conformes et
répondre aux spécifications de la norme NF P 95-102 (Réparation et renforcement des ouvrages
en béton et en maçonnerie - Béton projeté) et à toutes celles issues du présent CCTP, ainsi qu’en
particulier les normes EN 206-1-1/A1-1/A2, EN 14487-1 et 2.
      L'adhérence du béton projeté sur la maçonnerie étant primordiale, les valeurs d'adhérence
exigées sont élevées, la méthode de projection par voie sèche doit, de ce fait, être obligatoirement
utilisée.
    La composition du mélange à projeter doit être étudiée pour assurer une bonne compacité car
les parements revêtus sont appelés à être immergés ou ponctuellement au contact des eaux sous
ouvrage (cas de la naissance de la voûte au droit des culées).

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                         Page 64 sur 120
3.8.1. Provenance des matériaux
      Dans les huit (8) jours qui suivent la notification du marché, l’entrepreneur doit soumettre à
l’agrément du maître d’œuvre, la nature, la provenance et la qualité des matériaux qu’il entend
utiliser.

3.8.2. Définition et exigences relatives au béton
    (NF EN 12390-3, NF EN 14488-4, FD P 18-011)
    Le béton doit répondre aux exigences définies dans le présent paragraphe.
     Il est à noter que le dosage minimal en ciment est vérifié sur le béton projeté en place et non
sur la formule projetée.

3.8.2.1. Caractéristiques de résistance et d'adhérence
        -   La résistance moyenne à la compression à 28 jours, mesurée selon la norme
            NF EN 12390-3 sur au moins 3 carottes de  60 mm x 120 mm, doit être supérieure ou
            égale à 30 MPa.
        -   L'adhérence moyenne entre le béton projeté et le support, mesurée en laboratoire par
            des essais en traction directe, sur au moins 3 carottes de  50 mm prélevées sur site,
            doit être supérieure ou égale à 1 MPa à 7 jours et à 1,5 MPa à 28 jours. L'essai
            d'adhérence par traction directe est décrit dans la norme NF EN 14488-4.

3.8.2.2. Classes d'exposition du béton projeté
    (NF EN 206-1)
   La classe d'exposition du béton projeté pour le risque de corrosion par carbonatation, définie
dans la norme NF EN 206-1, est XC4.
    Le béton projeté est soumis à des eaux de classe d'agressivité XA1. La classe d'agressivité
est définie dans le fascicule de documentation FD P 18-011.
    La classe d'exposition du béton projeté vis-à-vis du gel et des sels de déverglaçage est XF3
au sens de la norme NF EN 206-1 ; il n'est pas concerné par les recommandations données dans
le document intitulé "Recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel" édité
par le LCPC en décembre 2003.

3.8.2.3. Exigences vis-à-vis de l'alcali-réaction
     L'entrepreneur doit mettre en œuvre les recommandations destinées à prévenir l'alcali-réaction
des bétons données dans l'article 5.2.3.4 de la norme NF EN 206-1 et dans le document intitulé
"Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en
juin 1994.
     Pour l'application de ces documents, le niveau de prévention des risques liés à l'alcali-réaction
est le niveau de précautions particulières (niveau B des recommandations).

3.8.3. Mélange à projeter fabriqué en usine
     Les mélanges à projeter secs, prêts à l’emploi, fabriqués en usine et conditionnés en sacs ou
livrés en vrac et transvasés sur le site dans un silo, doivent répondre aux prescriptions de la
Norme NF P 95-102 et être proposés à l'agrément du maître d’œuvre, qu'ils soient destinés au
rejointoiement, à la reconstitution de la maçonnerie disparue ou purgée, ou à la réalisation de la
coque armée de protection de l'intrados.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                         Page 65 sur 120
    Les courbes granulaires des mélanges secs Ŕ en sacs ou en silos Ŕ doivent s'inscrire dans le
fuseau conseillé dans la Norme NF P 95-102.
    L'entrepreneur est dispensé de fournir une étude de composition lorsque le mélange sec est
élaboré en usine et livré en sac ou en silo. Il doit simplement dans ce cas, adresser au maître
d'œuvre la fiche technique du produit que le fournisseur est tenu d'établir. Cette fiche doit indiquer
la composition détaillée du mélange (granularité, nature et classe du ciment, teneur en ciment et
éventuellement nature et teneur en adjuvant).
    La fiche technique du fournisseur doit également préciser les conditions de stockage, la date
du conditionnement ou de l'ensachage du mélange, ainsi que la durée limite d'utilisation (dans les
conditions de stockage décrites dans la fiche). Ces indications doivent être respectées.
    L’entrepreneur est soumis également aux dispositions du fascicule 65 du CCTG.
    Le Maître d’Oeuvre refusera la mise en oeuvre de toute livraison de mélange sec préparé en
usine dont le marquage d’identification serait incomplet ou douteux.
     Compte tenu des très faibles quantités de béton pouvant être mises en place par heure pour
des travaux de rejointoiements, de reconstitution de moellons et de coques minces armées,
réalisés par phases et à partir d'échafaudages, un mélange prêt à l'emploi fabriqué en centrale
(BPE) ne doit être livré que par quantité maximale de 2 m3 si un ciment CEM I PMES est employé
en période chaude (t > 20°c) et par quantité maximale de 4 m3 si un ciment CEM III C est utilisé.
     L'utilisation de ce mode de confection et de transport du mélange à projeter doit donc être
soumis à l'agrément du maître d'œuvre qui fixe la quantité maximale de livraison et le délai limite
d'utilisation en fonction du type de ciment et de la température ambiante.
   Pour être agréés par le maître d'œuvre, les matériaux entrant dans la composition des
mélanges à projeter doivent satisfaire aux exigences décrites ci-après.

3.8.4. Constituants

3.8.4.1. Granulats
   Les granulats doivent être conformes aux normes NF EN 12-620, XP P 18-545, et FD P 18-
542.
   Conformément à la norme NF P 95-102, les granulats doivent être de catégorie A ou B.
Cependant, dans les deux cas, le coefficient d’aplatissement devra être inférieur ou égal à :
        -   20 pour D supérieur à 10
        -   25 pour D inférieur à 10 (selon la norme NF P 18-561).
    Le critère d’absorption d’eau doit être ≤ 2.5.
    La teneur en eau des granulats doit être homogène et rester faible (teneur optimale comprise
entre 2 et 5 %). A cet effet, les granulats doivent être stockés sous abri pour que leur teneur en
eau ne varie pas du fait des intempéries.

3.8.4.1.1. Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice"
    Tous les granulats (gravillons et sables) doivent être qualifiés vis-à-vis de l'alcali-réaction,
conformément aux prescriptions du fascicule de documentation FD P 18-542.
    Dans le cas de sables fillérisés, les fillers doivent être qualifiés séparément des sables vis-à-
vis de l'alcali-réaction. Ils sont qualifiés soit, lorsque la granulométrie du filler correspond à la
coupure 0-0,315mm, par l'essai cinétique visé par la norme XP P 18-594, soit, dans le cas
contraire, en appliquant les clauses relatives aux additions mentionnées au paragraphe "Additions
pour bétons" du même sous-article du présent CCTP.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                        Page 66 sur 120
    En l'absence de justification de la qualification des granulats, ces derniers sont considérés
comme potentiellement réactifs (PR) et toutes les dispositions du présent CCTP relatives aux
granulats PR leur sont applicables.
    Les granulats doivent être non réactifs (NR). Toutefois, des granulats potentiellement réactifs à
effet de pessimum (PRP) peuvent être utilisés sous réserve que les deux conditions du chapitre 9
du guide technique "Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction"
édité par le LCPC en juin 1994 soient vérifiées. Si ces conditions ne sont pas vérifiées, les
granulats sont considérés comme potentiellement réactifs (PR) et toutes les dispositions du
présent CCTP relatives aux granulats potentiellement réactifs leurs sont applicables.
   De même, des granulats potentiellement réactifs (PR) peuvent être utilisés sous réserve qu'au
moins une des quatre conditions suivantes soit vérifiée :
    Condition 1 : La formulation satisfait à un critère analytique (bilan des alcalins) effectué
conformément aux prescriptions du chapitre 5 du guide technique "Recommandations pour la
prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994.
    Condition 2 : La formulation satisfait à un critère de performance (essais de gonflement)
effectué conformément aux prescriptions du chapitre 6 du guide technique "Recommandations
pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994.
     Condition 3 : Sur la base des prescriptions du chapitre 7 du guide technique
"Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en
juin 1994, le maître d'œuvre juge que la formulation offre des références d'emploi suffisamment
convaincantes.
     Condition 4 : Le béton proposé contient des additions minéralogiques inhibitrices en
proportions suffisantes, eu égard aux prescriptions du chapitre 8 du guide technique
"Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en
juin 1994.

3.8.4.1.2. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
     Les caractéristiques des granulats doivent respecter les spécifications suivantes définies dans
l'esprit du guide "Recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel" édité par le
LCPC en décembre 2003 :
         Caractéristiques                 Béton G                  Béton G+S
      Sable : friabilité ° selon        FS < ou = 40              FS < ou = 40
             P 18-576
       Sable : équivalent de            alluvionnaires et        alluvionnaires et
      sable sur la fraction 0/2    concassés ES > ou = 65 ; concassés ES > ou = 60 ;
      selon la norme NF EN           essai au bleu selon la   essai au bleu selon la
               933-8               norme NF EN 933-9 non norme NF EN 933-9 non
                                             accepté                  accepté
      Sable : passant à 0,063          < ou = 9 % e = 3         < ou = 9 % e = 3
                mm °°
          Sable : module de       Ls < ou = 2,8 e = 0,6    Ls < ou = 2,8 e = 0,6
             finesse °°°
       Gravillons : sensibilité    pour chaque classe       pour chaque classe
         au gel et absorption   granulaire WA24 < ou = 1 granulaire WA24 < ou = 1
      d'eau selon les normes             % ou F2                  % ou F2
      NF EN 1367-1 et NF EN
             1097-6 °°°°
      Gravillons : Dmax selon         < ou = 25 mm             < ou = 25 mm
       la norme XP P 18-545


   Chaque sable utilisé seul ou comme composant d'un mélange doit satisfaire aux valeurs
spécifiées pour la propreté et, dans le cas de sables dont le D est supérieur à 1 mm, aux valeurs
spécifiées pour la friabilité.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                      - CCTP -                     Page 67 sur 120
    °° Le passant à 0,063 mm comprend d'éventuelles additions utilisées comme correcteur de la
granularité des sables.
    Les sables comportant une teneur en fines supérieure à 9 % dans les mêmes conditions que
ci-dessus peuvent engendrer un mauvais comportement au gel. Leur emploi peut toutefois être
envisagé à condition de vérifier dans l'épreuve d'étude que les spécifications exigées dans le guide
technique "Recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel" édité par le
LCPC en décembre 2003 sont respectées.
    °°° La limite supérieure du module de finesse Ls et l'étendue e s'appliquent au sable n'ayant
pas fait l'objet d'un mélange et au sable reconstitué par le producteur de granulats.
    Pour le sable recomposé sur la centrale à béton, le module de finesse correspond au centième
de la moyenne pondérée des refus cumulés des sables constituant le mélange, exprimés en
pourcentage. Les refus correspondent aux tamis entrant dans la définition du module de finesse.
La pondération est effectuée suivant les proportions relatives des sables entrant dans le mélange.
L'exigence concernant l'étendue du module de finesse est satisfaite lorsque l'étendue de chaque
composant du sable recomposé est conforme à la valeur indiquée dans le guide technique
"Recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel" édité par le LCPC en
décembre 2003.
    °°°° Seul le critère d'absorption d'eau WA24 est retenu pour qualifier la résistance au gel des
gravillons. Chaque classe granulaire doit avoir une valeur d'absorption d'eau WA24 inférieure ou
égale à 1 %. A défaut, il est possible d'utiliser des gravillons présentant une valeur de WA24
supérieure à 1 % à condition que ceux-ci soient résistants au gel et classés dans la catégorie F2
définie dans la norme NF EN 12620. Dans ce cas, la résistance au gel est déterminée suivant la
norme NF EN 1367-1.

3.8.4.2. Sable
     Le granulat fin ou sable doit avoir un équivalent de sable supérieur à 85 et un pourcentage
inférieur à 10 % d'éléments passant au tamis de 0,080 mm.
    Il ne doit pas contenir d’impuretés pouvant nuire aux propriétés du béton.

3.8.4.3. Eau
    Elle doit répondre aux prescriptions de la norme NF EN 1008. Sous réserve de se conformer à
la norme précitée, l’eau du réseau public peut être utilisée.

3.8.4.4. Ciments
   Les ciments employés doivent être conformes aux normes NF EN 197-1 et 1/A1, 197-2 et
FD P 15-010.
   La fourniture des ciments fait partie de l’Entreprise et elle doit satisfaire au fascicule 3 du
CCTG.
    Le ciment doit provenir exclusivement de l’usine choisie par l’Entrepreneur et agréée par le
maître d’œuvre
    Le ciment doit être le même pour l’ensemble du chantier.
    Le ciment doit être de type CEM I PMES ou de type CEM III C et sa classe doit être choisie en
fonction du dosage prévu dans la composition du mélange et de la résistance sur béton durci
exigée.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 68 sur 120
3.8.4.4.1. Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice"
     Dans le cas où le dossier carrière montre que les granulats sont potentiellement réactifs, et si
la justification de la formule se fait par référence au chapitre 5 du document intitulé
«Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en
juin 1994, il est rappelé que des essais de détermination des teneurs en alcalin réactif des ciments
sont à réaliser conformément à la norme NF EN 196-2. Ces essais ont pour objet de confirmer les
données statistiques de la cimenterie et sont effectués au début du chantier, au cours des
épreuves d'étude, ou avant les épreuves de convenance en cas d'utilisation d'un béton disposant
de références.

3.8.4.4.2. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
            Caractéristiques        Béton G          Béton G+S
             Type et classe    CEM I ou CEM II/A CEM I PM ou ES°
                               et B sauf cendres ou CEM II/A (S, D)
                                volantes 42,5 N - PM ou ES° 42,5 N
                                   42,5 R°° et      - 42,5 R°° et
                                   supérieure        supérieure
        Dosage minimal pour un     385 kg/m3         385 kg/m3
            béton armé ou
           précontraint 0/20


    Le ciment et son dosage doivent respecter les caractéristiques suivantes :
    L'entrepreneur doit justifier la résistance au gel interne par l'essai pertinent des normes NF P
18-424 ou NF P 18-425, selon le degré de saturation en eau du béton. L'entrepreneur doit
également justifier la résistance à l’écaillage par l’essai défini dans la norme XP P 18-420 en cas
de gel en présence de sels de déverglaçage.
   Les fines des sables et des sables de correction granulaire passant au tamis de 0,063 mm ne
peuvent pas être comptabilisées dans le ciment.
    ° L'entrepreneur doit utiliser des ciments PM ou ES au sens des normes NF P 15-317 et NF P
15-319 pour réduire les risques de réaction sulfatique en présence de sels de déverglaçage dont la
teneur en sulfates solubles est supérieure à 3 %.
     °° L'entrepreneur doit limiter la microfissuration superficielle du béton, et de ce fait, la
pénétration des chlorures, en utilisant des ciments peu exothermiques, en particulier pour la
réalisation des pièces massives. L'utilisation des ciments de la classe de résistance à court terme
R est donc déconseillée.

3.8.4.5. Adjuvants
    Les adjuvants employés doivent être conformes aux normes XP P 18-340 et NF EN 934-5.
   Les produits qui peuvent être utilisés pour faciliter la mise en œuvre du béton projeté et/ou
améliorer sa qualité en place sont :
        -   soit des adjuvants pour béton,
        -   soit des raidisseurs ne contenant ni alcalin ni silicate dont la fonction principale est de
            permettre l’adhérence et le maintien en place immédiats, sans fluage du béton dès sa
            projection sur le support quelle que soit l'inclinaison de celui-ci,
    Les adjuvants alcalins à base d’aluminates ou de silicates de sodium sont interdits.
    Sauf dans le cas d'emploi de mélanges secs préparés en usine, pour lesquels l'adjuvant peut
être dosé avec précision et incorporé à la fabrication, l’entrepreneur doit disposer, sur le chantier,
d’un moyen de dosage automatique agréé par le Maître d’Oeuvre.
    L’emploi de tout adjuvant doit être soumis à l’avis du maître d’œuvre.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                           Page 69 sur 120
3.8.4.5.1. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
     L'utilisation d'un entraîneur d'air est obligatoire pour les bétons traditionnels de classe
inférieure à C50/60. L'utilisation d'un réducteur d'eau est fortement conseillée pour pallier les
baisses de résistances mécaniques consécutives à la présence d'air entraîné. Il est nécessaire
d'effectuer un complément d'étude en centrale permettant de tenir compte des conditions de
malaxage et de température. Son objet est d'ajuster le dosage en entraîneur d'air de manière à
respecter la fourchette de pourcentage d'air entraîné défini lors de l'étude et de vérifier la stabilité
dans le temps des différents paramètres.

3.8.4.6. Additions
    Les additions utilisées doivent être conformes à la norme NF P 18-501.
    Sont autorisées :
        -   L’utilisation de fumées de silice. Elles doivent respecter la norme NF P 18-502.
        -   L’utilisation de laitiers. Ils doivent respecter la norme NF P 18-506.
        -   L’utilisation d’additions calcaires. Elles doivent respecter la norme NF P 18-508.
        -   L’utilisation d’additions siliceuses. Elles doivent respecter la norme NF P 18-509.

3.8.4.6.1. Dispositions particulières liées aux réactions "d'alcali-silice"
    Si les granulats sont NR ou PRP, les fillers siliceux ne sont admis que sous réserve que la
formule de béton proposée satisfasse à un critère de performance (essai de gonflement)
conformément aux prescriptions du chapitre 6 du guide technique "Recommandations pour la
prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994.
   Si les granulats sont PRP, les cendres volantes de houille ne sont admises qu'à la condition
que leur teneur totale en alcalins soit inférieure à 2%.
     Si les granulats sont PR ou considérés comme tels, si l'entrepreneur choisit de justifier sa
formulation en effectuant un bilan des alcalins, ce dernier est effectué conformément aux
prescriptions du chapitre 5 du guide technique "Recommandations pour la prévention des
désordres dus à l'alcali-réaction" édité par le LCPC en juin 1994, les alcalins des additions étant
pris en compte dans le bilan avec le coefficient d'activité 0,17 pour les pouzzolanes, les cendres
volantes et les fumées de silice et avec le coefficient 0,5 pour les laitiers, les fines siliceuses et les
fines calcaires. Si au contraire, l'entrepreneur choisit de justifier sa formulation par des essais de
performances (essais de gonflement), ceux-ci sont réalisés sur les formules incluant les additions.
    Quelle que soit la démarche adoptée pour valider la formule de béton, toute modification dans
la qualité ou la nature des additions est interdite à moins de reproduire l'ensemble de la démarche
ayant permis de justifier la formule initiale.

3.8.4.6.2. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel G et G+S
    Seuls les laitiers moulus et les fumées de silice sont susceptibles de ne pas altérer la
résistance au gel des bétons durcis. Les cendres volantes sont interdites dans tous les cas.
   Si les additions sont utilisées comme correcteur de la granularité des sables ou en addition au
ciment (CEM I), les dosages maximaux suivants par rapport au poids du ciment sont à respecter :
        -   10% pour les fumées de silice,
        -   30% pour les laitiers moulus,
        -   15% pour les additions calcaires (certaines peuvent augmenter la sensibilité à
            l'écaillage),


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                            Page 70 sur 120
   étant entendu que le total du dosage en additions calcaires et laitiers moulus ne doit pas
dépasser 30%.
   Si les additions sont utilisées en substitution partielle au ciment CEM I, elle n'est autorisée que
pour les bétons G ; le dosage minimal s'applique alors au liant recomposé ciment + addition.
   Pour un béton dont le diamètre maximal du granulat Dmax est égal à 20 mm, les quantités
maximales suivantes, données en kg/m3, doivent être respectées :


               Classes d'exposition     XF1   XF2     XF3      XF4

                  Laitiers moulus       50     0       50       0

                 Fumées de silice       30     0       30       0

                Additions calcaires     50     0       0        0




    Pour un béton dont le diamètre maximal du granulat Dmax est différent de 20 mm, les
quantités d'additions A à ajouter ou à déduire, en pourcentage des valeurs indiquées dans le
tableau précédent, sont données dans le fascicule 65 du CCTG.
   Pour une même formule, une seule addition est autorisée en substitution dans une formule
donnée.

3.8.4.7. Autres ajouts
    Pour le béton projeté de structure (ensembles de couches de béton projeté sauf la couche de
parement), l’emploi de fibres métalliques ou synthétique est prévu.
     Les fibres métalliques peuvent être tréfilées, laminées ou fraisées. Le choix du type de fibre
est laissé à l’initiative de l’entrepreneur est soumis à l’acceptation du maître d’œuvre suite à la
réalisation des épreuves de convenances.
     La dernière couche de béton projeté de 4cm d’épaisseur minimum ne comportera pas de
fibres. L’addition de colorant pour obtenir une teinte ocre proche de celle des pierres de l’ouvrage
est prévue et sera soumise à l’acceptation de l’Architecte des Bâtiments de France sur
présentation d’une planche d’essai réalisée sur l’élément ayant servi aux épreuves de
convenances du béton projeté fibré.
    Leur utilisation et leur dosage sont validés lors des essais de convenance.

3.8.4.8. Coffrages
    (art. 63 et 55 du fasc. 65 du CCTG, norme P 18-503)
    Les coffrages des rives de la contre-voûte seront réalisés à l’aide de matériaux souples
de type :
        -   métal déployé à petites mailles,
        -   treillis métallique ou synthétique à petites mailles.
     Pour la projection par voie sèche, il est nécessaire de réaliser une première couche mince
d’environ 1 cm, destinée à fermer et à rigidifier ce support. Cette couche est projetée avec une
faible énergie d’impact (diminution du débit d’air et/ou augmentation de la distance lance -
support). On utilise le mélange approvisionné pour le béton de structure.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                         Page 71 sur 120
3.8.4.9. Cure
    La cure peut être réalisée à l’eau. Cette eau peut être la même que celle utilisée pour le béton
projeté avec les mêmes prescriptions (cf. article 3.5.4.3)
    Les produits de cure utilisés doivent répondre aux spécifications de la norme NF P 18-370.

3.8.5. Aciers pour béton arme - produits de scellement des aciers

3.8.5.1. Aciers pour béton armé
   (art. 71 du fasc. 65 du CCTG, normes NF A 35-015, NF A 35-016-1, NF A 35-016-2, NF A 35-
019-1, NF A 35-019-2, NF A 35-027)

3.8.5.1.1. Généralités
    Toutes les armatures de béton armé utilisées sont soudables. Le recours à des armatures
conformes aux spécifications de la norme NF A 35-017 est ainsi interdit.
    Les aciers doivent être conformes à la norme NF A 35-027.
   Si l'entrepreneur a recours à une usine d'armatures industrielles pour le béton, celle-ci doit
bénéficier de la marque NF-Armatures.

3.8.5.1.2. Treillis soudés
    (normes NF A 35-016-2, NF A 35-019-2)
    L'utilisation de treillis soudés est soumise à l'acceptation préalable du maître d'œuvre.
    Tous les treillis soudés sont conformes aux normes NF A 35-016-2 et NF A 35-019-2 et sont
de nuance B500B au sens de celles-ci.

3.8.5.1.3. Ronds lisses
    (norme NF A 35-015)
     Tous les aciers lisses utilisés sont conformes à la norme NF A 35-015. Leur utilisation est
limitée aux :
        -   barres de montage,
        -   armatures en attente de diamètre inférieur ou égal à 16 mm exposées à un pliage suivi
            d'un dépliage.

3.8.5.1.4. Armatures à haute adhérence
    (normes NF A 35-016-1 et A 35-019-1)
    Toutes les armatures à haute adhérence sont conformes aux normes NF A 35-016-1 et NF A
35-019-1 et sont de nuance B500B au sens de celles-ci.
   Elles sont approvisionnées en longueur telle que toute armature transversale puisse ne pas
comporter plus de tronçons que si elle était constituée d'éléments de 12 m.

3.8.5.1.5. Dispositifs de raboutage pour armatures de béton armé
    (normes NF A 35-020-1 et NF A 35-020-2)




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 72 sur 120
    Les dispositifs de raboutage éventuellement utilisés pour le raccordement des armatures de
béton armé sont admis à la marque AFCAB-Dispositifs de raboutage ou d'ancrage d'armatures du
béton.

3.8.5.2. Produits de scellement des armatures
    (NF EN 1504-6)
    Les produits de scellement utilisés peuvent être à base de liants hydrauliques ou de résines
synthétiques. Ils doivent marqués CE conformément à la norme NF EN 1504-6.
    Les performances minimales garanties de ces produits sont rappelées ci-après :
         -   l'essai d'arrachement conduit selon la norme NF EN 1881 conduit à un déplacement de
             la barre inférieur à 0,6 mm pour une charge de 75 kN,
         -   la teneur en ions chlorure mesurée selon la norme NF EN 1015-17 doit être inférieure à
             0,05%,
         -   pour les produits à base de résines synthétiques (PC) :
                o   la température vitreuse mesurée selon la norme NF EN 12614 doit être
                    supérieure ou égale aux deux valeurs suivantes : 45°C, ou 20°C au-dessus de
                    la température ambiante maximale de la structure en service,
                o   l'essai de fluage en traction selon la norme NF EN 1544 doit conduire à un
                    déplacement de la barre inférieur ou égal à 0,6 mm au bout de 3 mois, après
                    application continue d'une charge de 50 kN.
    Les produits mis en œuvre doivent satisfaire en fonction de leur destination les critères figurant
dans le guide technique "Choix et application des produits de réparation et de protection des
ouvrages en béton armé" édité par LCPC-Sétra en août 1996.
   Le système d'attestation de conformité du produit ou système de produits mis en oeuvre doit
appartenir à la classe : 2+.
    Les produits mis en œuvre doivent être soumis à l'agrément du maître d'œuvre.

3.8.6. Composition, fabrication, transport et manutention des bétons

3.8.6.1. Composition
    L'étude de composition des bétons incombe à l'entrepreneur dans le cadre de son PQ.

3.8.6.1.1.Contenu du mémoire d'étude de composition

    Conformément aux spécifications de l’article 85.1 du fascicule 65 du CCTG, les épreuves
d’études ne sont pas nécessaires en cas d’utilisation d’une formule de béton présentant des
références probantes ou ceux dont la résistance à la compression à 28 j est inférieure ou égale à
25Mpa.
    Le béton est considéré comme disposant de références probantes si les deux conditions
suivantes sont remplies :
    1.       Il a été antérieurement fabriqué et mis en oeuvre dans des conditions à peu près
             équivalentes à celles de la fourniture considérée.
    2.       Les n résultats de résistance à la compression à 28 jours obtenus dans le cadre des
             épreuves de contrôle des fournitures de référence ayant donné lieu à une mesure de
             consistance située dans la fourchette requise, vérifient les deux conditions suivantes :

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 73 sur 120
              n  12          fc - K(n) S  fc28

              fc est la moyenne arithmétique des n résultats,
              S est l'estimateur de l'écart type de la distribution des résistances,
              fc28 est la résistance caractéristique spécifiée,
              K(n) est un coefficient, fonction du nombre de résultats selon le tableau ci-dessous :


    Pour chacun des bétons étudiés, le mémoire remis au maître d’œuvre doit comporter :
       -   un chapitre indiquant avec précision l'origine de chacun des composants du béton
           (ciment, granulats, eaux, adjuvants éventuels) et regroupant toutes les informations
           demandées à l'appui de la proposition d'agrément de ces composants. C'est dans ce
           chapitre que l'entrepreneur indique les valeurs minimales et maximales de l'équivalent
           de sable et les fuseaux de tolérance de la granulométrie des différents granulats qu'il
           propose, ainsi que la formule nominale de composition de chacun des bétons.
       -   Un chapitre indiquant avec précision les caractéristiques du matériel utilisé pour la
           fabrication du béton, et les tolérances qu'elles permettent sur le dosage de
           constituants.
       -   Un chapitre rassemblant les résultats de l'épreuve d'étude.

3.8.6.1.2. Délais impartis pour l'étude de composition
    L'entrepreneur doit remettre son mémoire d'étude au plus tard quinze jours ouvrables après
l’OS de démarrage de la période de préparation.
   Le maître d’œuvre formule ses observations dans un délai de quinze jours ouvrables à
compter de la réception du mémoire d'étude.

3.8.6.2. Fabrication des bétons
    Prescriptions conformes à l'article 83 du fascicule 65 du CCTG.

3.8.6.3. Transport et manutention
    Les prescriptions de l'article 83.3. du fascicule 65 du CCTG sont applicables.

3.8.6.4. Assurance de la qualité des bétons
    Dans le cadre du contrôle intérieur, sont réalisées les :
       -   Épreuves de convenance
       -   Épreuves de contrôle
       -   Épreuves d'information
    Pour confectionner les éprouvettes, l'entrepreneur doit fournir le béton et les caisses.
   Ces éprouvettes sont confectionnées suivant la méthode spécifique au béton projeté décrite
dans la norme NF P 95-102.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 74 sur 120
ARTICLE 3.9. TIRANTS D’ANCRAGE

3.9.1. Coulis de scellement ou de protection
    Les produits de scellement des barres HA doivent être soumis à l'agrément du maître d'œuvre.

3.9.1.1. Définition du coulis
    Les coulis utilisés pour les injections sont des coulis constitués de ciment et d’eau.
    Ils sont réalisés par un mélange de ciment CEM I et d’eau, dans les proportions C/E de 2
(rapport pondéral). L’entrepreneur doit fournir la composition du coulis et ses caractéristiques.
Toute modification du rapport C/E doit être justifiée par l’entrepreneur.
    L’utilisation de mortier expansif est interdite.

3.9.1.2. Eau
    L’eau de gâchage satisfait aux prescriptions de la norme NF EN 1008. Sous réserve de
conformité à la norme précitée, l’eau du réseau public peut-être utilisée. La precription est
conforme à l’article 82.3 du fascicule 65 du CCTG.

3.9.1.3. Adjuvants
   Les adjuvants doivent être conformes à la norme NF EN 934-2 et satisfaire aux conditions de
non-agressivité des armatures.

3.9.1.4. Essai de convenance du coulis
    Il doit être procédé à un essai de convenance du coulis à la charge de l’entreprise.
    Cet essai porte sur :
        -   les conditions de mise en œuvre
        -   la fluidité
        -   le ressuage
        -   la densité
        -   le temps de prise du coulis
        -   la résistance à la compression simple du coulis

3.9.2. Produits de scellement et de calage

3.9.2.1. Généralités
    Ces produits sont prêts à l’emploi et destinés aux opérations de scellement des tirants ou
épingles.
    Les produits sont à base de résine époxyde ou à base de liant hydraulique modifié (produits
EP ou LHM selon le vocabulaire du guide LCPC-Sétra « Choix et application des produits de
réparation et de protection des ouvrages en béton - Guide technique » ( août 1996 ).
      L'Entrepreneur propose les produits à l'acceptation du maître d'œuvre. Ils ne sont acceptés
que sur présentation d'un procès verbal de l'organisme certificateur qui est remis au maître
d'œuvre pendant la période de préparation des travaux et au plus tard un (1) mois avant leur
utilisation.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                  - CCTP -                       Page 75 sur 120
    Les dosages, domaines d'application, DPU, temps de prise selon la température,
caractéristiques mécaniques doivent être clairement récapitulés dans un document.

3.9.2.2. Scellement au coulis
     Le coulis de scellement est conforme aux spécifications du Plan Qualité et soumis à
l’agrément du maître d’œuvre.

3.9.2.3. Scellement au mortier
     Le mortier de scellement est conforme aux spécifications du Plan Qualité et soumis à
l’agrément du maître d’œuvre.

3.9.2.4. Scellement à base de mortier de résine
    Les mortiers de résine ne peuvent être utilisés que pour des scellements provisoires.
    Ils doivent être conformes à la norme NF EN 1504 et marqués CE conformément à cette
même norme. Ils doivent satisfaire en fonction de leur destination aux critères figurant dans le
guide LCPC-Sétra « Choix et application des produits de réparation et de protection des ouvrages
en béton - Guide technique » ( août 1996 ).
    Les produits proposés ne doivent pas contenir de solvant. Les composants des résines époxy
doivent être prédosés et conditionnés dans des emballages distincts, étanches, complètement
identifiés et devant permettre la préparation de 1 kg, 2 kg ou 5 kg de mélange.

3.9.2.5. Scellement mécanique
    La fixation du boulon est obtenue par une tête expansive située en fond de trou et bloquée par
le serrage du boulon. L’effet du boulon est immédiat. Ce type de scellement est réservé pour une
épingle provisoire et interdit pour les épingles et tirants définitifs.

3.9.2.6. Produit de calage des plaques d’appui
   Le produit de calage est conforme aux spécifications du Plans Qualité et soumis à l’agrément
du maître d’œuvre.

3.9.3. Barres constituant les tirants et les épingles
    (Norme NF P95-107 article4.2.2.4 et NF P95-106 article 6.3 )

3.9.3.1. Barres HA
   Les barres constitutives des tirants sont des armatures à haute adhérence conformes à la
norme NF A 35-016-1, de nuance B500B au sens de celle-ci.
   Elles sont soudables. Le recours à des armatures conformes aux spécifications de la norme
NF A 35-017 est ainsi interdit.
    Les aciers doivent être conformes à la norme NF A 35-027.
    Les armatures doivent bénéficier de la marque NF-Armatures.
   Elles sont approvisionnées en longueur telle que toute armature transversale puisse ne pas
comporter plus de tronçons que si elle était constituée d'éléments de 12 m.
    L’extrémité apparente des barres est filetée sur 200mm par forage.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES            - CCTP -                          Page 76 sur 120
3.9.3.2. Boulonnerie
    La boulonnerie à serrage contrôlé doit être conforme à la norme NF EN27-201.
    La norme NF EN 27-201 ne concerne pas la boulonnerie à serrage contrôlé.

3.9.4. Plaques d’ancrage
     L’ensemble plaque d’ancrage comprend également la contre plaque et l’écrou hémisphérique.
Il est soumis à l’agrément du maître d’œuvre.
    Si l’entreprise n’utilise pas de contre plaque, le trou de la plaque doit être allésé et présenter
du côté serrage un cône d’angle au centre 60°. Le boulon doit avoir obligatoirement une embase
hémisphérique.
   Les plaques, contre-plaques et écrous sont en acier S235 tel que défini par la norme NF EN
10025 ou en acier allié ayant des caractéristiques mécaniques au moins égales.
    Les plaques doivent avoir une dimension minimale de manière à ne pas exercer d’effort
ponctuel sur la maçonnerie et répartir l’effort du au tirant sur une certaine zone. La règle est de
couvrir au minimum 3 moellons. Si ces précautions ne sont pas prises, il y a un fort risque de voir
apparaître des fissures entre les joints des moellons maintenus et le reste de la maçonnerie.
D’autre part les plaques doivent avoir une inertie importante, c’est la raison pour laquelle il est
recommandé d’utiliser des UPN. On utilise couramment des UPN 140 ou 160.
    Les plaques seront architecturée et seront soumises à l’avis et à l’approbation de l’Architecte
des Bâtiments de France.




ARTICLE 3.10. ETANCHEITE PRINCIPALE
    (Norme NF P 95-107, Guide technique du SETRA de mai 1992 « Ponts routes en maçonnerie
- Protection contre l'action des eaux »)

3.10.1. Généralités
   L'étanchéité de la voûte est réalisée par une géomembrane de type Teranap 431 TP ® ou
Coletanche NTPES ® ou équivalent.
     La géomembrane sera prolongée jusqu’à une distance de 2m au-delà des parements de
la voûte sur les culées, et elle sera terminée dans un fossé drainant qui collectera les eaux
circulant dans le remblai des abords de l’ouvrage pour les évacuer latéralement ou vers
l’intrados de la voûte.
     La protection des relevés d'étanchéité est assurée par un solin métallique et par le béton de
trottoir.
    Le système mis en œuvre doit être titulaire d'un avis technique sur les étanchéités des ponts-
routes de type voûtes en maçonnerie, délivré par le SETRA.
     La protection de l’étanchéité est constituée d'un film mince synthétique (polyane) et d’un
géotextile anti-poinçonnement recouvert d'une couche de sable 2/4 mélangé à de la chaux de
10cm. Les caractéristiques de cette protection sont proposées par l'entrepreneur et soumises à
l'acceptation du maître d'œuvre.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 77 sur 120
3.10.2. Assurance de la qualité
     Les épreuves de contrôle sont réalisées suivant les stipulations de l'article 8 du fascicule 67
titre I du CCTG.

3.10.3. Drainage
    Un drain aluminium 25 x 15mm est mis en place sur l’étanchéité à l’axe de l’ouvrage, dans la
partie proche de la clé et jusqu’à une couverture définitive de l’ordre de 60cm.
    Ensuite, le drain est prolongé par un drain de diamètre 100mm en PVC jusqu’aux reins de la
voûte.
    En partie basse de la géomembrane, des drains transversaux de diamètre 100mm en PVC
sont disposés sur toute la largeur de l’étanchéité, avec une pente vers les barbacanes.



ARTICLE 3.11. BARBACANES
      Les barbacanes mises en place sont en polyéthylène haute densité (PEHD) de diamètre 80
millimètres. La tenue des éléments se fait par produit de scellement à retrait compensé défini à
l’article 3.8.5.2. ci-avant. La tuyauterie doit être conforme aux normes NF T 54.070 de novembre
1978.
   Les barbacanes sont crépinées et perforées en partie intérieure et équipées d’un géotextile
imputrescible perméable à l’eau faisant obstacle à tous matériaux solides.
    Elles sont munies d’une collerette souple assurant le centrage dans les carottages.



ARTICLE 3.12. REMBLAIS DE LA VOUTE ET REMBLAIS CONTIGUS
    (fasc. 2 du CCTG, norme NF P 11-300)

3.12.1. Origine des remblais de la voûte et des remblais contigus
    Les matériaux constituant les remblais de la voûte et les remblais contigus proviennent
entièrement d'apports extérieurs.

3.12.2. Spécifications applicables aux remblais provenant d'apports
extérieurs
    Les matériaux utilisés pour les remblais de la voûte et les remblais contigus doivent être des
matériaux non traités, à granularité ouverte et renfermant peu de fines, ayant les caractéristiques
suivantes :
        -   classification : classes B1, B3, D1, D2, telles que définie au 5 de la norme NF P 11-
            300,
        -   dimensions maximales des plus gros éléments : 50 mm,

        -   moins de 5% d’éléments de diamètre < à 80 m.
   L'entrepreneur doit fournir au maître d'œuvre les fiches techniques d'identification des
matériaux proposés.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 78 sur 120
ARTICLE 3.13. PARAPETS
    (chapitre IV du fasc. 61 titre II du CPC, norme XP P 98-405)

3.13.1. Généralités
    Les parapets sont conformes aux plans.
    Ils font office de garde-corps pour piétons tels que définis dans la norme XP P 98-405.

3.13.2. Qualité des matériaux
   Les éléments constitutifs des parapets sont conformes aux prescriptions de l’article 3.6
Fourniture de pierres.
    La finition de surface des pierres (surfaces verticales) sera sciée brute.
    La finition de surface des couvertines (surfaces verticales et horizontale) sera sciée polie.

3.13.3. Dimension des pierres
    Les éléments constitutifs des parapets sont taillés pour respecter le gabarit des parapets
donné sur les plans. Les pierres auront une épaisseur de 30cm, une hauteur de 38cm et une
longueur supérieure à 75cm.
   Les joints entre éléments du parapet et entre les pierres du parapet et les couvertines et le
bandeau existant auront une largeur moyenne de 2cm.



ARTICLE 3.14. CORNICHES
    Les corniches existantes seront conservées et nettoyées de leur végétation, micro-organismes
et de leurs enduits et mortiers.
     Au même titre que les pierres de parement des tympans, bandeaux, avant- et arrière-becs, les
éléments dégradés seront remplacés par des pierres neuves taillées conformes aux prescriptions
de l’article 3.6 Fourniture de pierres.



ARTICLE 3.15. BANDEAUX EN PIERRE

3.15.1. Généralités
    Les bandeaux en pierre sont conformes aux plans, et d’épaisseur variable afin de rattraper les
désafleurements de la courbe de l’ouvrage existant et d’obtenir une géométrie de voûte
harmonieuse et régulière après travaux. Ils seront nécessairement réalisés sur mesure après
contrôle en place des altimétries et de la géométrie issue des levés topographiques réalisés en
phase de conception.
    Ils font office de rives pour la contre-voûte en béton projeté, et sont scellés dans le béton
projeté et dans les bandeaux existants si nécessaire.

3.15.2. Qualité des matériaux
    Les éléments constitutifs des bandeaux en pierre sont conformes aux prescriptions de l’article
3.6 Fourniture de pierres.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 79 sur 120
ARTICLE 3.16. GARDE-CORPS

3.16.1. Généralités
    Les garde-corps existants seront remplacés par des parapets en pierre.
    Il s'agit de garde-corps métalliques de type ancien.




ARTICLE 3.17. REPERES DE NIVELLEMENT
     Les repères de nivellement doivent être robustes, inoxydables et discrets et être adaptés au
type de mesure prévu. Ils sont obligatoirement exécutés en laiton, en acier inoxydable ou en
bronze. Leur conception est telle que leur contact avec le talon de la mire est toujours limité à un
point. Les repères susceptibles d'offrir un appui linéaire ou surfacique au talon de la mire sont ainsi
interdits.



ARTICLE 3.18. GRAVE NON TRAITEE
    (fasc. 25 du CCTG, norme NF EN 13-285, XP P 18-545)
    Les graves non traitées à mettre en œuvre sont une GNT 6 (0/20).

3.18.1. Granulats
    (norme XP P 18-545, NF EN 13-285)
    Les caractéristiques minimales des granulats devront répondre aux exigences de la GNT 6
citées dans l'avant-propos national de la NF EN 13-285. Les exigences induisent des
performances à atteindre en caractéristiques intrinsèques et en caractéristiques de fabrication des
gravillons et sables.

3.18.2. Eau
    L'eau utilisée doit être conforme aux spécifications de l'article 5.3 de la norme NF EN 13-285.

3.18.3. Caractéristiques de la grave non traitée
    (norme NF P 98-125, NF EN 13-285)
    La compacité minimale à l'OPM est telle que définie à l'article 5.3 de la norme NF EN 13-285,
l'OPM étant l'Optimum Proctor Modifié déterminé conformément à la norme NF EN 13-286-2.
   Cette grave doit avoir un équivalent de sable, mesuré conformément à la norme NF EN 933-8,
supérieur à 40.
    Pour la GNT 6, le fuseau de spécification est celui défini dans le tableau GNT 6 de l'avant-
projet national de la norme NF EN 13-285.


ARTICLE 3.19. CANIVEAUX
     Les caniveaux préfabriqués sont titulaires de la marque NF-Bordures et caniveaux en béton.
Leur classe de résistance à la flexion telle que définie à l'article 5.3.3.2 de la norme NF EN 1340
est la classe U. Leur classe de résistance aux agressions climatiques au sens de la norme NF EN


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 80 sur 120
1340 est la classe D. Leur classe de résistance à l'abrasion au sens de la norme NF EN 1340 est
la classe F.



ARTICLE 3.20. BORDURES DE TROTTOIR
       (art. 7.2 du fasc.31 du CCTG, norme NF EN 1340)
    Les bordures de trottoir préfabriquées sont titulaires de la marque NF-Bordures et caniveaux
en béton. Leur classe de résistance à la flexion telle que définie à l'article 5.3.3.2 de la norme NF
EN 1340 est la classe U. Leur classe de résistance aux agressions climatiques au sens de la
norme NF EN 1340 est la classe D. Leur classe de résistance à l'abrasion au sens de la norme NF
EN 1340 est la classe F.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 81 sur 120
                                  CHAPITRE 4.
                             EXECUTION DES TRAVAUX




ARTICLE 4.1. TRAVAUX PREPARATOIRES

4.1.1. Installations de chantier
    L'installation du chantier comprend les travaux suivants :
        -   les prestations définies à l'article 1.1 de l'annexe D du fascicule 65 du CCTG, ainsi
            qu'à l'article 1.1 de l'annexe au texte "Définition technique des prestations" du fascicule
            68 du CCTG,
        -   la réalisation de clôtures périphériques du chantier,
        -   les travaux d'assainissement relatifs aux installations de chantier,
        -   les dispositifs de recueil et de traitement des eaux usées et polluées en provenance
            des installations du chantier,
        -   les dispositifs de protection du cours d'eau contre toutes les pollutions y compris par
            des matériaux de déblai ou de démolition,
        -   une embarcation armée ainsi que des bouées, pour assurer la sécurité des travaux en
            site aquatique, le cas échéant,
        -   une salle de réunion de 15 m2 mise à la disposition du maître d'œuvre, y compris le
            chauffage éventuel, l'éclairage, le téléphone et l'entretien,
        -   toutes les installations nécessaires à la réalisation des ouvrages de soutènements
            provisoires,
        -   l'approvisionnement en eau,
        -   les branchements aux divers réseaux pour l'ensemble du chantier,
        -   les dispositifs de sécurité et installations d'hygiène,
        -   le gardiennage et le nettoyage du chantier,
        -   la mise à disposition pour le personnel des locaux prévus par la législation,
        -   les constats d'huissier et constats contradictoires prévus au chapitre 1 du présent
            CCTP,
        -   la remise en état des lieux, après repliement des installations de chantier.
    La détermination de l'emplacement des installations de chantier est définie en accord avec le
maître d’œuvre.
   En outre, l'entrepreneur prend tous les contacts nécessaires auprès de la Commune de
Rosières-aux-Salines pour bénéficier de prévisions de variations du niveau des eaux du
bras de décharge de la Meurthe.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                          Page 82 sur 120
4.1.2. Clôtures
    Le chantier est clôturé ou clos. Les clôtures sont constituées de poteaux de 2 mètres de
hauteur placés tous les deux mètres. Les mailles du grillage employé ont pour dimensions
maximales 40 mm x 40 mm. Une fois les clôtures périphériques du chantier réalisées, toute clôture
traversant l'emprise du chantier est déposée et évacuée à une décharge autorisée, extérieure au
chantier, selon les modalités arrêtées dans le SOSED.

4.1.3. Ponton flottant
    Le ponton flottant destiné à maintenir la traversée du cours d’eau pour les piétons pendant
toutes les phases de travaux sera mis à l’eau et acheminé par flottaison depuis le rue de Ravel.
    Une fois en place, il sera correctement ancré afin de ne pas dériver, tout en permettant un
déplacement vertical selon l’augmentation ou la diminution du débit du cours d’eau.

4.1.4. Repères de nivellement
    La fixation des repères de nivellement s'effectue par scellement ou par collage.
    En cas de scellement, le repère est fixé dans un trou réalisé mécaniquement à un
emplacement préservant les aciers de l'ouvrage de tout endommagement. Après nettoyage de ce
trou par soufflage, il est scellé à l'aide d'un produit de scellement titulaire de la marque NF-Produits
spéciaux destinés aux constructions en béton hydraulique. Les repères mis en œuvre avec des
chevilles autoforeuses ou à expansion sont interdits.
    En cas de collage, le produit de fixation est soumis à l'acceptation du maître d'œuvre.

4.1.5. Implantation, piquetage
    (art. 27 du CCAG, art. 7 du CCAP)
    Des repères fixes maçonnés et protégés sont mis en place par l'entrepreneur. Leur
implantation est soumise à l'acceptation du maître d'œuvre.
    Ces repères servent au contrôle de la géométrie de l'ouvrage, et à la surveillance
topographique prévue lors des phases de décaissement de la voûte et de réparation de l’intrados.

4.1.6. Nettoyage préalable de l'ouvrage
     Préalablement aux opérations de réparations, l'ensemble de l'ouvrage doit être nettoyé afin
d'éliminer toutes traces de mousses, calcite, salissures et végétation. Ce nettoyage est réalisé soit
manuellement, soit par un sablage léger, soit à la lance à eau sous pression (environ 10 à 20 bars)
sans dépasser impérativement 20 bars. Le choix du moyen de nettoyage et la pression sont à
adapter de façon à ne pas désorganiser la maçonnerie. Ils sont soumis à l'agrément du maître
d’œuvre. Il doit faire l’objet d’un essai de convenance.
    L’ensemble de la végétation présente sur l’ouvrage doit être enlevé avant tous travaux, de
façon à ne pas déstabiliser la maçonnerie.
    L’utilisation de tous types de détergents ou acides est interdite.

4.1.7. Panneau de chantier
   L’entreprise mettra en œuvre, dès le démarrage des travaux, 2 panneaux de chantier (1 sur
chaque rive) de dimensions 1,50m x 2m, figurant l’intitulé de l’opération, le nom du Maître
d’Ouvrage, des Maîtres d’œuvre et du coordonateur SPS, le nom de la (des) entreprise(s), ainsi
que les dates prévisionnelles des 2 tranches de travaux.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                           Page 83 sur 120
ARTICLE 4.2. DISPOSITIONS PARTICULIERES LIEES AUX
CONSTRUCTIONS AVOISINANTES

4.2.1. Constat d’Huissier
    Avant tout démarrage des travaux, l'entrepreneur est tenu de faire procéder à ses frais à
un constat d’huissier des constructions avoisinantes tel que décrit à l’article 1.9.2. du
chapitre 1 du présent CCTP, et ce, en présence du Maître d’œuvre. Ces éléments sont
consignés dans un constat d’Huissier. Pendant les travaux, l'entrepreneur s'assure que ses
travaux ne perturbent pas ces constructions.
   A la fin des travaux, l'entrepreneur fait procéder à ses frais à un second constat
d’huissier des constructions avoisinantes.
    Les constats porteront aussi bien sur les façades et murs de clôture et de
soutènements que sur l’état des habitations à l’intérieur des logements (murs, sols,
plafonds, carrelages et faïences…).




ARTICLE 4.3. OUVRAGES PROVISOIRES
    Ils doivent être conformes aux prescriptions du chapitre 5 du fascicule 65 du CCTG, et classés
en fonction de l’importance de l’ouvrage.
    Accès aux zones de travail : il se fait par des échafaudages ou par des nacelles posés sur la
plateforme de travail.
    Il faut prendre garde à la surcharge importante amenée par les retombées, notamment lors de
la projection de béton. La surcharge de retombées à prendre en compte doit être égale au poids
desdites retombées calculées sur une journée.
     Les ouvrages provisoires sont mis en place et utilisés sous la responsabilité entière de
l'entreprise titulaire. Ils doivent à ce titre être réceptionnés, avant toute utilisation par le chargé des
ouvrages provisoires (COP) de l'entreprise.



ARTICLE 4.4. BATARDEAUX EN TERRE - EPUISEMENTS

4.4.1. Batardeaux en terre
   Les batardeaux font partie de l'entreprise qui a la charge de tous les travaux et fournitures
nécessaires à leur exécution.
    Pour réaliser les travaux, une mise à sec de la culée ouest est réalisée en exécutant deux
batardeaux en terre de déblai compactée en couches de vingt (20) centimètres d'épaisseur
maximale. Sur l'emplacement des batardeaux, un décapage du lit et une souille sont exécutés.
    Ils sont talutés avec une pente de trois pour deux (3/2). Si les matériaux mis en place
n'assurent pas une étanchéité suffisante, il doit être disposé à l'intérieur un noyau d'argile
imperméable assurant cette étanchéité.
    Des enrochements sont disposés sur les talus extérieurs des batardeaux afin d'éviter l'érosion
de ceux-ci.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                            Page 84 sur 120
    La cote du niveau supérieur des batardeaux est fixée à 207,00 IGN-69, cote du niveau
d’eau maximum hors crue de la Meurthe.
    Les batardeaux sont mis en place, réceptionnés et utilisés par l'entreprise comme tout ouvrage
provisoire.
   Un plan précisant les niveaux d'eau acceptables de part et d'autre doit être établi avant le
montage du batardeau.

4.4.2. Epuisements
   Les épuisements font partie de l'entreprise qui a la charge de tous les travaux et fournitures
nécessaires à leur exécution.
    L'entrepreneur doit soumettre à l'agrément du maître d'œuvre, les marques, types,
caractéristiques, âge et nombre de matériels qu'il se propose d'utiliser, et les dispositions qu'il
compte prendre pour assurer l'assèchement.
    Le maître d'œuvre peut prescrire au fur et à mesure de l'exécution toutes dispositions utiles
pour activer les épuisements ou les réduire. Les rigoles et puisards sont construits ou entretenus
par l'entrepreneur à ses frais. Les batardeaux doivent être vidés dans un temps calculé pour éviter
tous les phénomènes pouvant nuire à la stabilité d’ensemble du batardeau.
   L’entrepreneur doit surveiller l’évolution de l’ouvrage et la tenue des berges pendant cette
opération.
    D'une façon générale, l'entrepreneur doit, sous sa responsabilité, assurer la protection de son
chantier contre les eaux de toute nature et de toute origine. Il est responsable des conséquences
des perturbations qu'il apporterait dans le régime de l'écoulement des eaux de surface ou des
eaux profondes. Il assure également sous sa responsabilité et à sa charge, l'évacuation des eaux
de toute origine depuis le chantier jusqu'aux exutoires où elles peuvent être reçues. Ces
obligations comprennent la fourniture de l'énergie et du combustible, la main d'œuvre d'exploitation
et de surveillance, la remise en état des lieux, etc.…et l'entretien des ouvrages (rigoles, drains,
puisards) de captage et d'adduction.



ARTICLE 4.5. MICROPIEUX
    (chapitre IV du fasc. 68 du CCTG)
    Les micropieux seront strictement verticaux, réalisés depuis le tablier au droit du bord de la
culée, de part et d’autre de la contre-voûte à réaliser. La maçonnerie sera obligatoirement
traversée par carottage rotatif sous injection douce. Le nombre de micropieux nécessaires sera
déterminé par les études d’exécution sur la base des rapports géotechniques joints au dossier de
consultation.
    A titre d’information, compte tenu des charges à considérer et de la géométrie de l’ouvrage
existant, les dispositions suivantes pourront être retenues :
        -   charges maximales à reprendre en phase provisoire (poids de la voûte décaissée) :
            600,00 tonnes, soit 300,00 tonnes par culée,
        -   largeur de l’ouvrage : 7,15 mètres,
        -   nombre de micropieux par culée : 5 soit 10 micropieux au total, reprenant chacun
            60,00 tonnes en charges strictement verticales,
        -   profondeur d’ancrage des micropieux depuis la chaussée : 19,0m en rive droite, 20,0m
            en rive gauche,


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 85 sur 120
        -   débord de part et d’autre de l’ouvrage dans sa largeur : 0,50 mètre, soit un
            espacement entre micropieux voisin de 1,50 mètre.
    Les surcharges provisoires en phase chantier amenées par l’étaiement et le cintre de soutien
de la voûte sont estimées et devront être limitées à 100 tonnes.
    Les surcharges définitives apportées par les travaux de confortement (principalement par la
contre-voûte en béton projeté) sont de l’ordre de 100 tonnes.
   Les micropieux seront de type III ou IV obligatoirement tubés sur toute la hauteur des horizons
compressibles mis en évidence au cours des investigations géotechniques.
   A titre indicatif, des exemples de pré-dimensionnements sont donnés dans le rapport
géotechnique G12 sans prise en compte des épaisseurs d’acier sacrifiées à la corrosion.
    Les autres sujétions d’exécution sont liées :
        -   au respect des prescriptions d’ancrage,
        -   au respect des hypothèses de mise en œuvre considérées,
        -   à la prise en compte de l’épaisseur d’acier sacrifiée à la corrosion,
        -   à la nécessité de renforcer les micropieux par armatures,
        -   à l’enregistrement des paramètres de forage afin de valider à l’avancement les
            caractéristiques mécaniques des différents horizons, à la présence de venues d’eau
            nécessitant des précautions d’exécutions spéciales (tubages, boues denses, …).

4.5.1. Dispositions constructives
    (annexe C6 du fasc. 62 titre V du CCTG)

4.5.1.1. Généralités
    Les trous de forage sont remplis de coulis sur toute la longueur du micropieu. Les éléments de
fondations sont scellés par injection sur toute la longueur.
     Les longueurs d'ancrage sont arrêtées après étude et éventuellement essais à la charge de
l'entrepreneur en dérogation à l'article 38 premier alinéa du CCAG-T.
    Les armatures et le tube à manchettes sont d'abord noyés dans un coulis de remplissage, puis
scellés au terrain avec du coulis de ciment, grâce à une injection au moyen d'un obturateur double
par le tube à manchettes.
    La liaison de chaque micropieu avec la poutre de répartition est réalisée par encastrement des
aciers du micropieu munis d'une platine d'ancrage.
     La procédure d'exécution doit indiquer le phasage adopté pour les forages et injections de
l'ensemble des micropieux.

4.5.1.2. Réalisation du forage
    Le forage du micropieu est effectué avec enregistrement des paramètres : vitesse
d'avancement, pression sur l'outil et pression du fluide de foration.
    Une fiche de forage est établie pour chaque micropieu. Outre les enregistrements des
paramètres de forage, la fiche indique la nature et l'épaisseur des couches de terrains traversés.
   L'entrepreneur procède, dès le forage terminé, à l'équipement du trou de forage et à la mise
en œuvre du coulis de gaine.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                        Page 86 sur 120
4.5.1.3. Réalisation des injections
   L'injection de scellement doit être effectuée à faible débit (400 à 500 l/h) dans un délai
compatible avec les caractéristiques du coulis de gaine mis en œuvre.
   La procédure doit indiquer la pression de refus prévue en fonction de la nature du terrain, ainsi
que les dispositions prévues pour garantir le claquage du coulis de gaine.
    Au cours de l'injection, un enregistrement analytique et numérique de tous les paramètres doit
être effectué : pression d'injection, débit instantané et volume cumulé.
    Une fiche d'injection est établie pour chaque micropieu.
     Pour chaque micropieu de type III, cette fiche précise le volume injecté et la pression
d'injection.

4.5.2. Implantation
    L'implantation des micropieux est donnée sur les plans joints au DCE.
    Les tolérances d'implantation maximales sont les suivantes :

                             Micropieux                       En site aquatique   A terre

                              En plan                              10 cm           5 cm

             Micropieux verticaux, défaut de verticalité          4 cm / m        2 cm / m

              Micropieux inclinés, défaut d'inclinaison           8 cm / m        4 cm / m

4.5.3. Mise en œuvre
     Les niveaux de pied des micropieux portés sur les plans joints au DCE n'ont qu'un caractère
indicatif. Les niveaux définitifs sont arrêtés en tenant compte :
        -   des niveaux déterminés par les études d'exécution et les essais définis ci-après,
        -   en cas de particularités géotechniques rencontrées pendant les travaux, des
            propositions de l'entrepreneur acceptées par le maître d'œuvre.

4.5.4. Essais et contrôles

4.5.4.1. Micropieu d'essai
    (art. 3 et 4 de l'annexe C1 du fasc. 62 titre V du CCTG, NF P 94-150-1)
    Il n’est pas demandé la réalisation d’un essai de chargement statique.
    En contrepartie, il sera procédé, au démarrage du chantier et en dehors de l’emprise de
l’ouvrage, à un essai d’arrachage sur un micropieu témoin. Le test d’arrachage sera réalisé
conformément à la norme NF P 94-153. Bien que le micropieu testé ne soit pas sous l’ouvrage à
reprendre, l’essai ne sera pas mené à la rupture. Il s’agira d’un essai de contrôle sous effort de
traction (Te) fixé contractuellement plus loin dans ce chapitre.
    L’effort de traction (Te) sera équivalent à 1,3 fois la charge de service imposée aux micropieux
sous l’ouvrage. Le programme de chargement-déchargement ainsi que les valeurs minimales et
maximales de déplacement attendues, fonction des caractéristiques de l’armature (allongement
mini à Te et allongement maxi à Te, fonctions de la limite élastique et de la section de l’armature)
seront fournis avant la réalisation de l’essai au Maître d’Ouvrage pour approbation.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                            Page 87 sur 120
     Le procès verbal d’essai sera conforme aux exigences de la norme et présentera entre autre
clairement la section utile du vérin d’arrachage. La courbe de pression-déplacement sera très
clairement encadrée par les droites d’allongement minimum et maximum prévisionnelles ; le
diagramme des fluages de chaque palier sera représenté en fonction du logarithme du temps
exprimé en minutes ; enfin le diagramme des pentes de fluage sera donné avec en ordonnée les
pentes sans correction d’échelle.
    A l’issue du test d’arrachage, après validation de l’essai, la tête du micropieu sera recépée à -
1,00 mètre de profondeur sous le terrain naturel.

4.5.4.2. Essais de contrôle sur les micropieux définitifs
    Les contrôles de chaque micropieu portent sur :
        -   l'implantation du forage et sa direction,
        -   la longueur de l'ancrage,
        -   les paramètres de forage,
        -   les dosages pour la constitution des coulis,
        -   les caractéristiques des coulis (résistance, densité, viscosité, décantation),
        -   les quantités de coulis d'injection,
        -   les pressions d'injection.
    Le matériel de forage et d'injection doit être conforme à celui prévu dans la procédure
d'exécution. Le matériel d'injection doit comporter impérativement un malaxeur à haute turbulence,
un manographe et un totalisateur de quantités injectées.



ARTICLE 4.6. POUTRES DE REPARTITION
    (fasc. 68 du CCTG)

4.6.1. Fouilles pour fondations

4.6.1.1. Généralités
    Sont considérés comme fouilles pour fondations, tous les déblais exécutés au droit des
éléments de liaison de fondations profondes.
    Le volume des fouilles pris en compte est calculé à partir des hypothèses suivantes :
        -   la surface de base est l'emprise en plan théorique des fouilles,
        -   la hauteur est la différence entre le niveau du terrain naturel et la côte de fond de
            fouille.
   Il n'est pas tenu compte des suppléments de terrassement exécutés dans le simple but de
donner plus de commodité au chantier.
   Tous les produits des fouilles sont récupérés et transportés pour être mis soit dans une
décharge proposée par l'entrepreneur et selon les modalités arrêtées dans le SOSED, soit en
dépôt en un lieu désigné par le maître d'œuvre.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                          Page 88 sur 120
4.6.1.2. Fouilles courantes
    L'emprise en plan des fouilles est celle de la poutre de répartition en rive droite augmentée de
50 cm pour chacune des faces, hormis du côté de la maçonnerie. Le coffrage de la poutre est
donné sur les plans joints au DCE.
     Les parois des fouilles sont protégées contre les eaux de ruissellement ou les eaux
d'infiltration par un procédé soumis à l'acceptation du maître d'œuvre.
    Il est prévu la mise en œuvre d'un dispositif d'épuisement des eaux des fouilles.
    Le niveau du fond de fouilles est le niveau inférieur du béton de propreté de 10 centimètres
d'épaisseur minimale.

4.6.1.3. Fouilles à l'intérieur des batardeaux
    L'emprise en plan des fouilles est celle du plan moyen des batardeaux.
    Les terrassements dans les batardeaux pour la poutre de répartition en rive gauche sont
exécutés à sec. Afin d'éviter les chocs de l'engin de terrassements sur les batardeaux, les fouilles
seront réalisées à l’aide d'un engin léger soumis à l'acceptation du maître d'œuvre.
    Il est prévu la mise en œuvre d'un dispositif d'épuisement des eaux des fouilles.
    Le niveau du fond de fouilles est le niveau inférieur du béton de propreté de 10 centimètres
d'épaisseur minimale.

4.6.2. Remblaiement des fouilles
    (normes NF P 94-093 et NF P 98-331, art. 3.2 et 6.4 du fasc. 68 du CCTG et art. 15 du fasc. 2
du CCTG)
    L'entrepreneur propose dans le cadre de son PQ les moyens et méthodes qu'il envisage de
mettre en œuvre pour la réalisation des remblais des fouilles, en précisant notamment les
dispositions qu'il compte prendre aux abords immédiats des semelles des appuis (engins de
compactage lourd, plaques vibrantes, etc.).
    Les conditions de mise en œuvre doivent être conformes aux documents intitulés "Réalisation
des remblais et des couches de forme - Guide technique" et "Remblayage des tranchées et
réfection des chaussées - Guide technique" édités par le Sétra respectivement en juillet 2000 et
mai 1994. Elles sont soumises au visa du maître d'œuvre.

4.6.3. Implantation
    (art. 11 du fasc. 68 du CCTG)
    Les tolérances d'implantation des semelles en plan sont de cinq centimètres.

4.6.4. Spécifications particulières relatives aux éléments de liaison de
fondations profondes
    Les articles 10 à 14 du chapitre II du fascicule 68 du CCTG sont rendus applicables également
aux éléments de liaison de fondations profondes.

4.6.5. Blindage des fouilles
   Les travaux de fouilles au droit des habitations et des réseaux existants, en particulier en rive
gauche, seront conduits de façon à éviter toute déconsolidation du terrain et tout mouvement de la
chaussée. Cela implique la mise en œuvre d’un blindage posé à l'avancement ainsi que les


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 89 sur 120
sujétions découlant de l’encombrement du site : fractionnement des déblais, limitation de la
puissance des engins, contrôle de déformation, etc.
     La conception et la mise en œuvre du blindage feront l'objet de propositions techniques de
l'entrepreneur. Elles seront précisées par un plan d'exécution particulier portant l'indication du
phasage des travaux. Ce blindage pourra être utilement complété par une pré-injection des
remblais au coulis de ciment.
   Sauf indications contraires du maître d'œuvre, les blindages seront enlevés au fur et à mesure
de la reconstitution du remblai. Les matériaux éventuellement laissés en place doivent être
imputrescibles.



ARTICLE 4.7. MISE EN ŒUVRE DES ACIERS POUR BETON ARME
    (art. 73 du fasc. 65 du CCTG, norme NF A 35-027)

4.7.1. Façonnage des armatures
    (art. 72 et 73 du fasc. 65 du CCTG)
     Par dérogation au premier alinéa de l'article762.1 du fascicule 65 du CCTG, le façonnage dans
les coffrages de certaines armatures de diamètre supérieur à 12 mm pour les ronds lisses, 8 mm
pour les armatures à haute adhérence, peut être admis par le maître d'œuvre sous réserve de la
réalisation d'une épreuve de convenance de façonnage concluante. Cette épreuve, réalisée sur les
premiers aciers façonnés met en évidence le respect de la conformité des façonnages par rapport
aux plans d'exécution et aux normes, ainsi que l'absence de blessures aux parois des coffrages.
L'acceptation de cette épreuve ne constitue pas un point d'arrêt, mais est un point critique.
L'attention de l'entrepreneur est toutefois attirée sur le fait qu'une non conformité de façonnage,
et/ou la présence de blessures aux coffrages peut entraîner le refus des aciers correspondants
et/ou le remplacement des coffrages abîmés, pour permettre la levée du point d'arrêt de
bétonnage, et cela aux frais de l'entrepreneur.
   Si l'entrepreneur a recours à une entreprise de pose, celle-ci doit bénéficier de la marque
AFCAB-Pose d'armatures du béton.

4.7.2. Enrobage des armatures selon règles françaises
    Les enrobages sont conformes à l'article A.7.1. du BAEL 91 révisé 99.

4.7.3. Dispositifs de raboutage pour armatures
    (art. 73.2 du fasc. 65 du CCTG)
    Sauf justifications contraires de l'entrepreneur, les filetages des barres à raccorder sont
exécutés en usine, de même que la fixation des manchons sur les barres de première phase. Les
manchons sont obligatoirement équipés de bouchons en plastique vissés. Leur tolérance
d'implantation est la même que celle des barres qu'ils doivent raccorder.



ARTICLE 4.8. COFFRAGES
    (art. 63 et 65 du fasc. 65 du CCTG, norme P 18-503)




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES            - CCTP -                          Page 90 sur 120
4.8.1. Obligation de résultats
    (norme P 18-503)
     Pour les parements fins, l'homogénéité de la teinte et de la texture est appréciée par rapport à
l'élément témoin de l'étude de convenance ou par rapport au premier élément coulé. Les niveaux
d'exigence pour ces deux critères sont les niveaux E (3-3-2) et T (3) tels que définis à l'article 5 de
la norme P 18-503.
   La planéité des parements est conforme aux spécifications de l'article 62.2 du fascicule 65 du
CCTG.

4.8.2. Coffrages pour parement fins
    (art. 62.1.3 du fasc. 65 du CCTG)
   Dans le cas d'utilisation de contre-plaqué non peint, le nombre de réemploi des panneaux est
soumis à l'acceptation du maître d'œuvre.
    Les systèmes d'attache nécessitant un ragréage ne sont pas autorisés.
     Les coffrages pour parements fins ne doivent comporter aucun dispositif de fixation non prévu
sur les dessins d'exécution.
    La teinte à obtenir est : gris clair.
    Les arrêtes de bétonnage sont traitées de la façon suivante : chanfreins de 2 cm x 2 cm.

4.8.3. Protections des parements
     Conformément à l'article 63.2.3.3 du fascicule 65 du CCTG, l'entrepreneur prend toutes les
dispositions nécessaires (passivation des aciers en attente, protections provisoires, gardiennage,
etc.) pour assurer la protection des parements de l'ouvrage jusqu'à la réception des travaux.
     D'autre part, compte tenu des risques de salissures inhérents à l'ensemble des travaux du
titulaire, de ses cotraitants, sous-traitants, ainsi que des travaux des autres lots, et notamment la
pose d'enrobés et le marquage au sol, les parements de toutes les parties verticales (culées,
longrines, murs en ailes et en retours, etc.) sont protégés pendant toute la durée du chantier par
un revêtement provisoire synthétique (polyane de forte épaisseur, bâches renforcées, etc.).
L'entrepreneur soumet à l'acceptation du maître d'œuvre la nature de ce revêtement et son mode
de fixation sur les parties à protéger.

4.8.4. Réparations d'imperfections et de non conformités
    (art. 65.5 du fasc. 65 du CCTG)
     L'entrepreneur est tenu de signaler au maître d'œuvre tous les défauts qu'il constate au
moment du décoffrage. Après acceptation de ce dernier, il procède aux réparations nécessaires à
l'aide d'un produit de réparation titulaire de la marque NF-Produits spéciaux destinés aux
constructions en béton hydraulique, offrant un aspect proche de celui du parement à réparer.



ARTICLE 4.9. MISE EN ŒUVRE DES BETONS
    (art. 84 du fasc. 65 du CCTG)

4.9.1. Béton de propreté
    L'épaisseur minimale du béton de propreté est de dix centimètres.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 91 sur 120
4.9.2. Bétonnage sous conditions climatiques extrêmes
    (art. 84.7 du fasc. 65 du CCTG)
    Les résultats des mesures de températures sur chantier sont corrélés par l'entrepreneur avec
ceux de la station météorologique la plus proche afin de dégager des tendances et, en cas de
température négative ou durablement supérieure à 35°C, procéder dès la veille du bétonnage à la
mise en place des dispositions du PQ relatives au bétonnage sous conditions climatiques
extrêmes.
   Le bétonnage ne peut pas avoir lieu sans un abri si la température extérieure mesurée sur le
chantier est inférieure à 5°C.
    Le recours au béton chauffé nécessite la mise en œuvre de moyens particuliers
complémentaires destinés à limiter l'écart de température entre le béton et le métal, comme le
calorifugeage et le chauffage de la charpente.
    Des dispositions particulières sont prises pour éviter un refroidissement brutal de la dalle.

4.9.2.1. Bétonnage par temps froid
     Lorsque la température mesurée sur chantier est comprise entre -5°C et +5°C, la mise en
place du béton n’est autorisée que sous réserve de l’emploi de moyens efficaces pour prévenir les
effets dommageables du froid, proposés par l'entrepreneur dans son programme de bétonnage et
soumis à l'acceptation du maître d'œuvre. Lorsque la température mesurée sur chantier est
inférieure à -5°C, la mise en place du béton n’est pas autorisée.
    Lorsque la température mesurée sur chantier est inférieure à +5°C, la mise en place du béton
n’est autorisée que sous réserve de l’emploi de moyens efficaces pour prévenir les effets
dommageables du froid. Ces moyens sont proposés par l'entrepreneur dans son programme de
bétonnage et soumis à l'acceptation du maître d'œuvre.
   Après une interruption de bétonnage due au froid, le béton éventuellement endommagé est
démoli et repris selon les mêmes précautions qu'en cas de reprises accidentelles.

4.9.2.2. Bétonnage par temps chaud
    L’effet nocif de certains facteurs atmosphériques (vent, ensoleillement, hygrométrie basse,
etc.…) est considérablement accru par temps chaud. Ces facteurs peuvent notamment
compromettre l’obtention des résistances requises, augmenter le retrait, provoquer des fissurations
superficielles nuisibles à l’aspect et à la durabilité du béton. En l’absence de choix d’un liant
approprié (faibles teneurs en sulfates, aluminate tricalcique et alcalins), l’atteinte de températures
dans le béton supérieures ou égales à +65°C accroît les risques de développement de réactions
sulfatiques internes.
     Pour les périodes où la température ambiante, mesurée sur le chantier, est durablement
supérieure à +35°C, dans le cadre du programme de bétonnage, l’entrepreneur soumet au maître
d’œuvre les dispositions qu’il propose de prendre pour limiter la température maximale du béton
frais (utilisation de ciments à faible chaleur d’hydratation et/ou d’eau refroidie, formulation
permettant de minimiser le dégagement de chaleur, réduction du délai entre la fabrication et la
mise en place, recours au travail de nuit, etc.…) et en complément de celles qui résultent du sous-
article "Cure" du présent article du présent CCTP.
   Lorsque la température du béton au moment de sa mise en œuvre est susceptible de
dépasser +32°C, le niveau le plus contraignant de ces dispositions doit être prévu.
    De même, des dispositions particulières telles que l'emploi de circuits de refroidissement dans
la masse du béton, peuvent devoir être nécessaires, quel que soit le temps, pour du béton exécuté
en grande masse, en raison du risque de fissuration due aux gradients thermiques.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 92 sur 120
4.9.3. Cure
    (art. 84.6.1 et 84.6.2 du fasc. 65 du CCTG)
   La cure est indispensable et doit être appliquée par l'entrepreneur le plus tôt possible après la
mise en œuvre du béton. Elle peut faire appel, successivement ou de manière séparée, aux
méthodes suivantes :
       - maintien du coffrage en place ;
       - application sur le béton d’une bâche hermétique et étanche à la vapeur ;
       - mise en place sur la surface du béton de couvertures mouillées et maintien de leur
         surface humide ;
       - apport d’eau en quantité appropriée pour maintenir la surface du béton visiblement
         humide ;
       - application sur la surface de béton d’un produit de cure titulaire de la marque NF-Produits
         de cure.
     De même, des conditions ambiantes humides (HR > 80% et vent de vitesse maximale
inférieure à 30 km/h ou temps pluvieux) assurent des conditions de cure satisfaisantes pour le
béton. Elles doivent faire l’objet d’un enregistrement sur chantier.
     Les procédés de cure par humidification, arrosage ou immersion sont interdits par temps de
gel. Les produits de cure teintés, qui permettent de contrôler facilement la continuité du film, ne
doivent pas être utilisés sur les parements, sauf essai de convenance favorable. Dans le cas de
mise en place de bâches étanches maintenues en permanence, l'entrepreneur doit, soit assurer un
contact complet avec le béton, ce qui est exclu dans le cas des parements, soit laisser un vide
d’air continu de façon que le traitement soit homogène.
   L’application des produits de cure doit être compatible avec les revêtements définitifs prévus
au marché.

4.9.4. Dispositions particulières relatives à la durabilité vis-à-vis du gel

4.9.4.1. Méthodologie de mise en œuvre
    Le béton ne doit présenter ni ressuage, ni zone riche en mousse. Les surfaces non coffrées
sont talochées par l'entrepreneur sans excès afin d'éviter les remontées d'eau et de laitance ; à cet
effet, il est interdit d'utiliser des taloches ou des truelles métalliques.
    Il est recommandé de limiter le délai entre le début de la mise en œuvre du béton et son
achèvement à 90 mn à une température ambiante de 10°C, à 75 mn à 20°C et à 60 mn à 25°C.
Dans le cas de délais plus importants justifiés par l'entrepreneur, le PQ précise les dispositions à
prendre pendant le bétonnage.
    Dans le cas de préfabrication, l'entrepreneur prend soin de positionner le moule de façon à ne
pas avoir de surface coffrée sub-verticale à fruit positif et à privilégier les surfaces à fruit négatif.
    Le choix de l'huile ou de la cire pour la protection des coffrages est effectué pour limiter au
maximum le bullage. L'entrepreneur applique régulièrement celle-ci de façon à éviter toute
accumulation pouvant se mélanger à la laitance, ce qui donnerait une peau de très mauvaises
caractéristiques mécaniques et esthétiques.
    Compte tenu de la présence de bulles d'air dans les bétons G et G+S, l'entrepreneur les met
en œuvre au pervibrateur par couches de faible épaisseur pour permettre aux grosses bulles d'air
d'éclater à la surface du béton frais tout en évitant une vibration trop énergique qui provoquerait
une ségrégation.
    L'aspect des parements ne doit être ni trop lisse, ni glacé. Le bullage moyen est jugé par
rapport à l'échelle 3 de la norme P 18-503, soit une surface maximale par bulle de 0,3 cm2, une
profondeur maximale de 2 mm et une surface de bullage inférieure à 2%.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                            Page 93 sur 120
4.9.4.2. Traitement thermique
     Le traitement thermique du béton est déconseillé. Dans le cas de chauffage, la température du
béton doit rester inférieure à 50°C. Dans le cas contraire, des essais complémentaires de
résistance, de gel interne et d'écaillage sont effectués sur des échantillons ayant subi le même
traitement thermique.

4.9.4.3. Cure et mûrissement
    Une cure très soignée avant et après démoulage est réalisée par l'entrepreneur sur le béton
de façon à éviter la fissuration et la microfissuration de peau et pour assurer une bonne
hydratation de la peau. L'entrepreneur prend toutes les dispositions nécessaires pour que le
décoffrage ou démoulage et le stockage s'effectuent sans que l'écart entre la température du
béton et la température ambiante dépasse 30 °C pour des températures ambiantes positives et 15
°C pour des températures ambiantes négatives.
   Le béton ne doit pas être exposé à des températures négatives avant d'avoir atteint au moins
15 MPa de résistance en compression.



ARTICLE 4.10. REJOINTOIEMENT DES MACONNERIES

4.10.1. Prescriptions architecturales
   Les pierres des tympans sont « brutes » et nécessitent d’être nettoyées, parées et dressés
avant d’être de nouveau mises en œuvre.
    Le maître d’œuvre et l’entreprise dresseront en début de chantier un état de surface et
définiront les éléments de maçonnerie à renouveler ou bien les points nécessitant une reprise au
ciseau et inclusions de parement.
    Il sera recherché autant que possible à ce que l’aspect de pierre soit « dominant » en surface.
   Les actuelles surfaces de parement d’enduit seront dégradées et remplacées par des
maçonneries de parements.
   La pose et le scellement des moellons s'effectuent comme une maçonnerie hourdée au
mortier de ciment (mortier M 35) de teinte sable clair (semblable à la pierre).
    Les moellons sont assemblés à joints croisés par lits horizontaux selon leurs
disposition d’origine afin d’avoir un rendu de surface homogène.
    Un aspect de chaînage doit être recherché.

4.10.2. Reconnaissances préliminaires
    Les zones à traiter font l’objet d’un relevé contradictoire entre l’entreprise et le maître d’œuvre.
    Des sondages de reconnaissance par points sont exécutés pour permettre d’apprécier la
qualité et la profondeur des joints à traiter. Ils peuvent être réalisés manuellement au marteau et à
la pointerole.
     Les sondages doivent permettre de préciser les zones à rejointoyer, de déterminer les moyens
ultérieurs de dégarnissage et de rejointoiement à mettre en place. Pour cela, il est important de
considérer notamment les joints épais, les emplacements d'intersection des joints et les joints dont
l'épaisseur est rapidement variable. Les joints verticaux, à priori susceptibles d'être les plus
tendus, sont à regarder avec une attention particulière.
    La densité de ces sondages est fixée à 4 par mètre carré de parement.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                           Page 94 sur 120
      Si des trous ont été faits pour réaliser des sondages, il faut les reboucher immédiatement.

4.10.3. Contrôle intérieur
      L'entrepreneur est tenu d'assurer le contrôle intérieur selon les modalités prévues dans son
PQ.

4.10.4. Les essais de convenance
     Avant le démarrage des travaux de rejointoiement, dans le cadre du contrôle intérieur,
l'entrepreneur réalise en présence du maître d'œuvre et de son laboratoire de contrôle, une
épreuve de convenance comprenant la préparation du support et l'application des produits, dans
les conditions du chantier, sur une surface représentative de l'ouvrage (choisie par l'entrepreneur
en accord avec le maître d'œuvre). Cette épreuve a pour but de vérifier, de façon contradictoire,
l'aptitude du personnel et des moyens à satisfaire les conditions du marché.
    Ces essais sont à réaliser avec les mêmes personnes qui ont participé à la réunion
préparatoire. Ils portent sur :
          -   la qualité de la préparation du support,
          -   l'applicabilité des produits,
          -   la qualité du rejointoiement.
    Si les résultats obtenus au cours de cette épreuve de convenance ne sont pas probants, le
maître d'œuvre demande à l'entrepreneur de réaliser à ses frais, une nouvelle épreuve en
apportant les modifications nécessaires à l'obtention du résultat recherché.

4.10.5. Suivi de chantier
    Le chantier peut démarrer lorsque les modalités du plan des contrôles sont précisément
établies et acceptées par le maître d’œuvre.
      Dans le cadre du suivi de chantier, les contrôles portent sur :
          -   la préparation des surfaces,
          -   la réception des produits,
          -   l'application des produits.
     Tous les contrôles énumérés ci-dessus font parties du contrôle intérieur à la charge de
l’entrepreneur.

4.10.6. Préparation avant rejointoiement
   Chaque préparation de surface fait l’objet d’un contrôle interne dont les modalités sont définies
dans le PQ, et dont la traçabilité est assurée dans les documents de suivi d’exécution.
    Conformément aux dispositions de l’article 3.5.3. du présent CCTP, le maître d’œuvre se
réserve le droit d’effectuer à tout moment un contrôle extérieur inopiné du respect des procédures
d’exécution.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                         Page 95 sur 120
4.10.6.1. Le dégarnissage

4.10.6.1.1. Méthode
    Le dégarnissage doit faire l’objet d’un essai de convenance. Il est conseillé de débuter le
dégarnissage à l’eau sous pression et de terminer au marteau. L’eau dégrossit le travail en
détachant les éléments peu adhérant et le repiquage assure la finition.
    Le dégarnissage des joints se fait soit :
        -   manuellement, au burin, pour les joints étroits,
        -   mécaniquement, au burin ou au marteau pneumatique, ou à l'eau sous pression
            (environ 10 à 20 bars) sans dépasser impérativement 20 bars.
    Pour les joints rectilignes de moellons assisés, on peut opérer au disque abrasif. Il convient
toutefois de prendre des dispositions pour rendre le fond de joint rugueux, par repiquage, pour
favoriser une bonne accroche au rejointoiement.
    Les moyens de dégarnissage doivent toujours être contrôlés et devront limiter les épaufrures
des pierres en place. Ils sont soumis à l’accord du maître d’œuvre.
    Le dégarnissage comprend le repiquage en recherche de tous les joints défectueux ou
dégarnis et des pierres altérées. Le rejointoiement doit intéresser tous les joints susceptibles d’être
défectueux et non seulement les joints dont les altérations sont visibles (cf. relevé contradictoire
précité).

4.10.6.1.2. Phasage
    La mise en place d'un système de surveillance géométrique de l'ouvrage et de certaines zones
de parement doit précéder le dégarnissage.
    Les zones à surveiller sont plus particulièrement l’intrados de la voûte avec comme
surveillance un suivi topographique de points singuliers (pose de nivelles, levé topographique
régulier de repères de nivellement).
     Dans le cas d’un dégarnissage de l’ensemble d'une structure pour la rejointoyer en une seule
fois, il est impératif de prévoir un renforcement provisoire adapté.
    Dans le cas d’un dégarnissage par zones successives, celles ci doivent être déterminées de
façon à ce que l’ampleur du dégarnissage ne présente pas de risque pour la stabilité de l’ouvrage.
Dans tous les cas, la zone à dégarnir ne dépassera pas 2 m².
    Les zones sensibles doivent être consolidées en premier lieu, après mise en place de cintres
ou de calages.
   Les zones traitées ne doivent pas être contiguës pour éviter la mise en vibration de la dernière
zone rejointoyée par les travaux de dégarnissage de la zone suivante.

4.10.6.1.3. Exécution
    La profondeur du dégarnissage doit être de 4 cm environ en une seule phase dans le cas
normal. En principe, la profondeur de dégarnissage ne doit pas excéder 5 cm pour les
maçonneries de pierres (cf. norme NFP 95-102 Réparation et renforcement des ouvrages en béton
et en maçonnerie, article 8.1.2.2).
    L’entreprise doit éviter les variations trop brutales de la profondeur de dégarnissage et elle doit
s'assurer de la compatibilité de celle-ci avec les capacités des moyens envisagés ultérieurement
pour réaliser le rejointoiement.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 96 sur 120
   Si nécessaire, il est procédé au calage des moellons par des coins de bois dur ou métalliques.
Le bois de calage doit être résistant et présenter des fibres ligneuses très serrées donnant un
matériau non gonflant lors de l'humidification des lèvres des joints.

4.10.6.1.4. Contrôle
    Le contrôle du dégarnissage comprend la mesure de sa profondeur ainsi qu'une appréciation
de la consistance du fond de joint qui doit assurer un appui au mortier de rejointoiement. La dureté
du fond de joint sera appréciée par enfoncement d'un poinçon.
     Si le fond de joint est friable ou instable on doit faire appel à une technique complémentaire au
rejointoiement (cf. schémas ci-dessous : joints matés ou injections).

                                  Eléments de choix des méthodes de
                                     régénération des maçonneries
                Ouverture des
                joints O (mm)




                    50




                                                                          INJECTION
                                            PROJECTION**
                                                  OU
                           REJOINTOIEMENT     INJECTION
                            TRADITIONNEL
                                 OU
                           PROJECTION**
                    30




                                                                                       INJECTION
                                                               MATAGE*
                                                                  OU
                                                              INJECTION


                    15    REJOINTOIEMENT
                          TRADITIONNEL


                    10


                    5                                INJECTION

                                                                                       Profondeur à
                                                                                      traiter P (mm)

                         10           50                                     200
                         * MATAGE A PRIVILEGIER (INJECTION SI CONTRAINTES DE
                           DELAIS OU DE SURFACES IMPORTANTES)
                         ** PROJECTION SI AIRE > 100 M2




4.10.6.2. Mise en état de recette
    Il comprend :
        -   un dépoussiérage intense à l’air comprimé,
        -   le décapage des surfaces,
        -   l’élimination des produits de décapage
        -   une humidification complète par vaporisation et non par immersion massive. Les
            pierres ne doivent pas être ruisselantes mais humides.

4.10.7. Rejointoiement
    Le rejointoiement doit être conforme à l’article 21 du fascicule 64 du CCTG.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                      - CCTP -                                Page 97 sur 120
     Le rejointoiement doit être réalisé le plus vite possible après le dégarnissage. Pour cela il est
fortement préconisé de prévoir des surfaces de travaux permettant le dégarnissage et le
rejointoiement dans la même journée.

4.10.7.1. Mise en œuvre
    Le mode de rejointoiement devant être adopté pour chaque partie d’ouvrage à rejointoyer est
indiqué ici :
        -    parement de la voûte en intrados et des tympans du côté du remblai de la voûte : joint
             en saillie ou joint creux rectangulaire (afin d’améliorer l’adhérence du béton projeté) ;
        -    parement des tympans, bandeaux, corniches, parapets, avant- et arrière-becs, murs
             de culées : joints plats. La teinte des joints doit être identique aux joints existants.
   L’entrepreneur définit le mode de rejointoiement qu’il compte employer et doit le soumettre
pour approbation au maître d’œuvre.
     NOTA : L’entrepreneur réalise des planches d’essai de rejointoiement avant d’engager la
totalité des travaux. Ces planches sont soumises pour accord au maître d’œuvre.
    La planche d’essai comprend le contrôle des moyens de :
        -    dégarnissage,
        -    nettoyage, dépoussiérage et décapage,
        -    humidification, rejointoiement,
        -    cure,
    et vérifie :
        -    la couleur des joints,
        -    l’aspect fini des joints.
    Méthode traditionnelle :
    Au préalable, le joint est humidifié par aspersion et non par immersion massive.
    Le rejointoiement par la méthode traditionnelle se fait par jet manuel, avec bourrage à la
"langue de chat" et refoulement au fer.
    Il est recommandé de procéder de haut en bas pour réduire les salissures, de nettoyer les
pierres adjacentes aux joints traités et de réaliser une cure par humidification, par aspersion, avec
protection contre le soleil et le vent.
    L’entrepreneur doit veiller à :
        -    placer les évents en cas d’injection ultérieure,
        -    établir des joints dans le plan du parement,
        -    ne pas réaliser le lissage des joints au fer qui entraînerait un ressuage de surface et la
             fragiliserait.
      La finition des joints peut se faire avec une éponge ou une brosse après une « prise »
suffisante du mortier. La surface obtenue présente un aspect légèrement granuleux. Le type de
finition est défini en accord avec le maître d’œuvre en fonction des planches d’essai précitées.
    Joints matés :



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                          Page 98 sur 120
    Le matage est réalisé sur des joints dégarnis en profondeur et constitue une remise en charge
partielle de la maçonnerie par reconstitution locale du mortier de hourdage.
    Le mortier est dosé à 600 kg/m3 de chaux. Il est dit pulvérulent, c'est-à-dire qu’il contient juste
ce qu’il faut d’eau pour la prise chimique de la chaux.
    Une première couche de mortier est disposée en fond de joint avec un matage modéré puis il
est mis en place par couches de 2 cm et maté énergiquement. Il est procédé à un bourrage
complet du joint.
    La finition des joints matés est réalisée par rejointoiement traditionnel (sur 4 cm à partir du
parement).

4.10.8. Contrôle extérieur
    Le maître d'œuvre s'assure de l’application du PQ et de l'exécution du contrôle intérieur, par
des contrôles inopinés.



ARTICLE 4.11. RECONSTITUTION LOCALE DES MACONNERIES
     Avant de procéder à la reconstitution de maçonnerie, l’entrepreneur doit soumettre au maître
d’œuvre toutes les dispositions de confortation provisoire prévues ou non qu’il juge indispensable
à la préservation de l’ouvrage (étaiements, cintres…).

4.11.1. Réalignement de maçonneries
    Les éléments déplacés doivent être réalignés.
    Les éléments déplacés sont déposés en prenant préalablement le soin de caler les moellons
voisins afin de ne pas les déstabiliser.
    Les éléments déposés et leurs emplacements sont nettoyés. Ils sont reposés à bain de mortier
conformément aux règles de l'art.

4.11.2. Reprise des pierres altérées et lacunes
    Cette dernière opération est conduite de la façon suivante :
        -   le repiquage en recherche,
        -   cavité n'excédant pas 8 cm de profondeur :
            La cavité est surcreusée pour atteindre la profondeur de 10 cm.
        -   cavités excédant 8 cm de profondeur :
            Il est mis une nouvelle pierre avec mortier (article 6.3 de la norme NF P 95-107).
     Toutes les pierres utilisées sont soumises à l'agrément du maître d'œuvre. Elles doivent
présenter des caractéristiques (résistance, clarté, contenu, aspect) aussi voisines que possible de
celles des matériaux en place sur l'ouvrage, et leur aspect doit s'intégrer avec celui des
maçonneries existantes.

4.11.3. Démontage et reconstruction
    Les éléments détériorés et fragiles sont reconstruits.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                           Page 99 sur 120
    Pour réaliser cette opération, les pierres sont déposées avec soin puis stockées en vue de leur
réutilisation éventuelle (à l’exception des pierres dont la réutilisation est proscrite).
   Chaque élément démonté est nettoyé. Tout élément ayant subi, du fait du démontage, des
dommages irréversibles est mis au rebut.
   Les pierres de taille ne sont retaillées que si elles ne peuvent être maintenues dans leurs
dimensions d'origine.
    Conformément aux plans du projet, les nouveaux éléments sont posés à bain de mortier
suivant les règles de l'art.
    Toutes les pierres réutilisées sont soumises à l'agrément du maître d'œuvre. Les pierres
neuves doivent présenter des caractéristiques (résistance, dureté, couleur, aspect) aussi voisines
que possible de celles des matériaux en place sur l'ouvrage, et leur aspect doit s'intégrer avec
celui des maçonneries non démolies ou réutilisées.

4.11.4. Bandeaux de la voûte
   Le remplacement d’un ou de plusieurs éléments de bandeaux peut nécessiter l’étaiement
complet du bandeau et la reprise des efforts par le cintre provisoire. Toutes les mesures
nécessaires seront prises pour empêcher les mouvements de la partie du bandeau conservée.
      La méthodologie devra être validée par le maître d’œuvre avant travaux.
      Le mortier des joints doit être soigneusement compacté par matage ou procédé similaire.
      Dans certains cas, un effort actif peut être introduit (coins…).

4.11.5. Parties en intrados de voûte
     Pour des reprises affectant une partie importante du parement, il est nécessaire de procéder
par phases, constituants des anneaux de faible largeur avec des éléments de cintre formant
coffrage.
     Le remplissage des joints et de l’interface entre partie nouvelle et partie conservée ne peut se
faire que par injection de coulis ou de mortier, qui sont exécutées à partir d’injecteurs posés dans
les joints.


ARTICLE 4.12. INJECTION DES MACONNERIES
      Les injections concernent :
          -   l’extrados de la voûte : injection gravitaire destinée à combler les cavités et
              permettre la mise en œuvre d’une couche de support de l’étanchéité ;
          -   injection gravitaire des murs de soutènement, des culées, des avant- et arrière-
              becs si cela s’avère nécessaire lors de la réalisation des travaux.
  Les injections ne sont à réaliser que dans le cas de fissures dont l’ouverture est supérieure à 5
mm et dans le cas de présence de cavités à remplir.

4.12.1. Reconnaissances préliminaires
      Les zones à traiter font l’objet d’un relevé contradictoire entre l’entreprise et le maître d’œuvre.

4.12.2. Contrôle intérieur
      L'entrepreneur est tenu d'assurer le contrôle intérieur selon les modalités prévues dans son
PQ.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                 - CCTP -                           Page 100 sur 120
4.12.3. Les essais de convenance
     Avant le démarrage des travaux d’injection, dans le cadre du contrôle intérieur, l'entrepreneur
réalise en présence du maître d'œuvre et de son laboratoire de contrôle, une épreuve de
convenance comprenant la préparation du support et l'application des produits, dans les conditions
du chantier, sur une surface représentative de l'ouvrage (choisie par l'entrepreneur en accord avec
le maître d'œuvre). Cette épreuve a pour but de vérifier, de façon contradictoire, l'aptitude du
personnel et des moyens à satisfaire les conditions du marché.
    Ces essais sont à réaliser avec les mêmes personnes qui ont participé à la réunion
préparatoire. Ils portent sur :
        -   la qualité de préparation du support,
        -   l'applicabilité des produits,
        -   la qualité de l’injection.
    Si les résultats obtenus au cours de cette épreuve de convenance ne sont pas probants, le
maître d'œuvre demande à l'entrepreneur de réaliser à ses frais, une nouvelle épreuve en
apportant les modifications nécessaires à l'obtention du résultat recherché.

4.12.4. Suivi de chantier
    Le chantier peut démarrer lorsque les modalités du plan des contrôles sont précisément
établies et acceptées par le maître d’œuvre.
    Dans le cadre du suivi de chantier, les contrôles portent sur :
        -   la préparation des supports,
        -   la réception des produits,
        -   l'application des produits.
     Tous les contrôles énumérés ci-dessus font parties du contrôle intérieur à la charge de
l’entrepreneur.

4.12.5. Forages
   Le positionnement des forages s'exécute suivant un maillage ou une répartition à définir sur le
chantier suivant l'état de la maçonnerie rencontrée.
    L'espacement entre forages dépend de la perméabilité ou de l'état de dislocation du matériau
traversé. A titre indicatif, un espacement variant de 1,50m à 2,00m entre forages pourra être
prévu.
    La profondeur des forages dépend de l'épaisseur de la voûte. Pour l’injection d’une
maçonnerie, la longueur du forage est généralement limitée aux 2/3 de l’épaisseur
existante. On se reportera aux plans de l’ouvrage existant et aux indications suivantes :
       -    l’épaisseur à la clé mesurée lors du carottage effectué pour le diagnostic de
            l’ouvrage est de 66 cm ;
       -    le calcul de l’épaisseur aux reins déterminée de manière empirique pour une telle
            voûte donne un résultat de 1,50m.
    Le diamètre des forages pourra varier de 40 à 90mm.
    Les forages seront réalisés par carottage au diamant, à travers les joints des parements.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                        Page 101 sur 120
    L'exécution des forages doit être constante de façon à éviter tout risque de désorganisation
des maçonneries. La tolérance admise dans la variation directionnelle des forages ne doit pas être
supérieure à 2cm par mètre de forage.
    Dans le cas de variation supérieure, l'entrepreneur prend à sa charge les frais d'obturation par
injection du forage défectueux et l'exécution d'un nouveau forage. La rectification d'un forage est
soumise à l'agrément du maître d'oeuvre.
    Il est exigé un dispositif de guidage au départ de chaque forage.
    Pendant toute la durée de l'opération de forage, l'outil doit être refroidi en permanence.
    Le positionnement des forages doit être indiqué sur les plans d’Exécution.

4.12.5.1. Graisses et lubrifiants
     L'emploi de graisse pour lubrifier les tiges de forage n'est pas autorisé en forages d'injection.
L'emploi de lubrifiants destinés à faciliter la perforation ou à réduire l'usure des outils doit être
soumis à l'agrément du maître d'œuvre. Ces produits ne doivent pas nuire à la qualité des
injections ou à la prise et à la résistance des coulis. La composition chimique et le dosage de ces
lubrifiants doivent être indiqués avec précision.

4.12.6. Injection

4.12.6.1. Description des travaux
    La confortation par injection est réalisée à l'aide de coulis de chaux (cf. article 3.7).
    Les travaux de forage et d'injection doivent être confiés à des spécialistes ayant une grande
expérience et doivent être exécutés conformément aux règles de l'art habituellement appliquées
en la matière.
    L'entrepreneur doit fournir au maître d’œuvre une note technique descriptive de la réalisation
de l'injection. Dans cette note, doit notamment figurer l'ordre d'injection, les précautions prises
pour éviter l'inclusion d'air.
     Avant l'injection du coulis, les maçonneries doivent être humidifiées à l'eau afin d'éviter
l'absorption de l'eau du coulis par des moellons trop secs. L'eau est évacuée à l'air comprimé
avant injection du coulis.
    Les injections ne doivent pas engendrer des désordres dans les maçonneries. Toute
réparation de désordre engendré par une injection mal conduite est à la charge de l'entrepreneur.

4.12.6.2. Matériel d'injection
     Le matériel d'injection doit être maintenu en permanence en excellent état de fonctionnement
et le chantier doit être approvisionné en pièces de rechange et d'usure nécessaires pour éviter tout
arrêt prolongé du matériel par suite de panne.
    Lors d’une panne en cours d’injection, si la durée de panne est supérieure au temps de prise
du coulis, il faut réaliser un nouveau forage pour terminer l’injection.
   Le matériel doit être pourvu de doseurs volumétriques et pondéraux permettant le dosage des
constituants avec une précision de l'ordre de 1 à 2 %.
     Les manomètres équipant le matériel d'injection doivent, afin qu'il soit possible d'obtenir une
précision de lecture suffisante, être pourvus d'échelles dont l'amplitude totale n'excède pas deux
fois la pression maximale de refus autorisée pour l'injection effectuée.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                            Page 102 sur 120
     Les manomètres doivent être branchés en tête des tubes d'injection. Les pompes d'injection
doivent être munies d'électrovannes préréglées ; la précision de réglage doit être de l'ordre de 0,3
bar.
    Les presses doivent être équipées de compte-coups permettant de contrôler les débits.

4.12.6.3. Processus d'injection
     Le processus d'injection fait l’objet d’une procédure d’exécution qui doit être soumis à
l'agrément du maître d’œuvre.
    La décision de charger un coulis est prise sur chantier, pendant l’injection, s’il s’avère que les
quantités à injecter sont plus importantes que prévu et/ou que la présence de vides est suspectée
en cours de chantier.
    Les injections sont effectuées par quantités prédéterminées de manière gravitaire ou à basse
pression.

4.12.7. Rapports d'injection
    Pour chaque tranche injectée, l'Entrepreneur doit établir journellement un rapport détaillé
indiquant en particulier :
        -   le numéro de forage ;
        -   la tranche injectée ;
        -   les dates et heures du début et de la fin de l'opération ;
        -   le dosage du coulis, le débit de l'injection, et l'heure à laquelle l'un quelconque de ces
            paramètres a varié, ainsi que les quantités injectées entre deux variations d'un
            quelconque de ces paramètres ;
        -   l'absorption totale de la tranche ;
        -   les remarques et incidents en cours d'injection.

4.12.8. Méthodes d'injection
   Les injections sont exécutées par passes à raison d’un forage sur deux dans la première
passe. L’injection est reprise 48 heures plus tard pour effectuer la deuxième passe.
    Toute reprise d’injection au coulis de chaux doit s’effectuer 48 heures après pour permettre la
prise du premier coulis.
     Outre les travaux préparatoires, tels que le rejointoiement des parements, l'hydratation des
surfaces injectées devant précéder toutes interventions, la conduite des opérations d'injection doit
tenir compte de toutes les particularités spécifiques au projet.
    Les recommandations pour le phasage des injections sont :
        -   Injection du mélange par couches horizontales successives du bas vers le haut,
        -   Épandage du coulis par zones concentriques,
        -   Diffusion du coulis par phases alternées.
     Dans une maçonnerie de pierres ou de moellons, les vides étant rarement en continuité,
l'injection se pratique depuis la périphérie en allant vers le centre, en progressant de bas en
haut.



Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                         Page 103 sur 120
    Les spécifications exactes des travaux d'injection, la composition des coulis, l'ordre des
opérations de percement et d'injection des divers forages en dehors de celles qui relèvent des
règles de l'art et de l'expérience de l'entrepreneur, sont ajustés par l’entrepreneur au fur et à
mesure du déroulement des travaux.
    L'entrepreneur doit s'engager sur le résultat de ses injections. Les modalités d'engagement
sont définies par le maître d’œuvre.

4.12.9. Rebouchage des forages
    Tous les forages exécutés doivent être, sauf indication contraire du maître d’œuvre,
soigneusement rebouchés sur toute leur longueur par remplissage sous pression à partir du fond
de forage.

4.12.10. Contrôle des coulis
    L'entrepreneur doit prélever régulièrement du coulis d'injection en tête des forages pour vérifier
à ses frais qu'il est bien conforme aux spécifications.
    Les essais doivent être faits en présence d'un représentant du maître d’œuvre.
     La température des coulis ne doit pas dépasser 20° Celsius en aucun point de leur parcours,
ni être inférieure à 5° Celsius.

4.12.11. Rapport de chantier
    Au plus tard 20 jours après l'achèvement des travaux d'injection, l'entrepreneur doit remettre
au maître d’œuvre un rapport descriptif relatif à ce chantier. Ce rapport décrit et commente dans le
détail, au besoin avec des plans :
        -   la nature, la consistance et les caractéristiques du matériel utilisé sur le chantier ;
        -   le repérage, la position, l'orientation et les caractéristiques des forages;
        -   le repérage, la position, la nature et les caractéristiques des injections réalisées (coulis,
            nombre de reprises, durées de ces reprises, volumes mis en oeuvre, refus) avec un
            relevé par forage injecté ;
        -   les résultats des divers essais de chantier et de Laboratoire ;
        -   les contrôles effectués ;
        -   les incidents survenus au cours du chantier avec les indications de causes réelles ou
            probables d'incidents.

4.12.12. Dessins
     Sur les fonds de plans fournis par le maître d’œuvre ou par le bureau d’étude d’exécution,
l'entrepreneur doit faire figurer tous les renseignements nécessaires correspondant au contenu
d'un plan de récolement de réparation.
    Doivent en particulier apparaître, les renseignements suivants :
        -   phasages d'injection - natures et quantités d'injection par phase ;
        -   phases de rejointoiement ;
        -   dates de diverses interventions.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                              Page 104 sur 120
4.12.13. Contrôle extérieur
    Le maître d'œuvre s'assure de l’application du PQ et de l'exécution du contrôle intérieur, par
des contrôles inopinés.
    Après les opérations d'injection, une épreuve de contrôle peut être réalisée.
    Elle a pour objet de vérifier la bonne exécution des travaux.
      Les contrôles exécutés doivent être de même nature que ceux effectués au moment de l'étude
d'exécution afin de pouvoir comparer les valeurs obtenues, après injections, avec des valeurs
initiales d'avant travaux.
   Les contrôles que l'on peut citer sont des essais mécaniques destructifs (carottages, avec
éventuellement, un examen endoscopique, mesures en place de la résistance à la rupture, du
module d'élasticité statique, essais d'eau du type "Lugeon").



ARTICLE 4.13. PROJECTION DU BETON
   La mise en œuvre du béton projeté doit être réalisée conformément aux prescriptions des
normes NF P 95-102, EN 206-1-1/A1-1/A2, EN 14487-1 et 2.
    NOTA :
    Pour la projection, on distingue la notion de « couche » de la notion de « passe » de la façon
suivante :
       -   Une passe est une épaisseur de béton frais mise en place lors d’un passage de la
           lance de projection sur le support à recouvrir. Ce support peut être constitué de
           roche, de sol, de matériaux rapportés, de béton frais mis en place lors d’une
           précédente passe ou encore du béton durci de la couche précédente.
       -   Une couche est une épaisseur de béton projeté non recouverte avant la fin de sa prise
           par une nouvelle épaisseur de béton frais. Elle peut être mise en œuvre en une ou
           plusieurs passes.
   Le béton projeté doit être réalisé sur une épaisseur moyenne totale de 15 à 20 cm, avec
un maximum de 35cm aux droits des désaffleurements de la voûte.
    La projection du béton est réalisée par voie sèche.
    L’épaisseur de chaque couche sera limitée à 15 cm sur surface verticale et à 5 cm en
plafond.


    La première couche de béton projeté (couche de consolidation) devra être réalisée par
bandes horizontales successives de 50cm à 1m, des reins vers la clé, par alternance en rive
droite et en rive gauche.
    Les phases à prévoir pour la réalisation de la coque en béton projeté sont :
       1. rejointoiement et couche générale (avant la pose du treillis soudé)
           Il s’agit :
               -    de rejointoyer les joints dégarnis,
               -    de recouvrir l’ensemble du parement par une couche d’épaisseur
                    minimale de 1 cm sur pointes,


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 105 sur 120
               -   de commencer à atténuer les irrégularités de la maçonnerie en
                   augmentant l’épaisseur de cette première couche dans les zones en creux
                   jusqu’à une épaisseur maximale projetée de 5 cm.


   Une fois la couche de consolidation réalisée, les phases suivantes pourront être
menées sur de plus grandes surfaces :
       2. reprofilage (avant la pose de treillis soudé)
           Il s’agit de poursuivre le comblement des irrégularités jusqu’à obtention d’une
           géométrie régulière proche de la géométrie projetée.
           Pour cela, le béton sera projeté par passes successives d’épaisseur maximale de
           5 cm avec un délai d’attente d’au moins deux heures entre deux passes.
       3. enrobage des aciers (après pose du treillis, des épingles et des guides
          d’épaisseur)
           Il s’agit de recouvrir les aciers (treillis + épingles) en leur assurant une épaisseur
           d’enrobage de 3 cm minimum au-dessus du treillis.
           Finition : Le parement vu de la coque armée doit être "tiré à la règle" sur des
           guides en PVC. Le talochage est interdit.
       4. couche de finition
           Il s’agit de projeter une très fine couche de finition (5 millimètres d'épaisseur) de
           manière à obtenir un meilleur aspect esthétique et une bonne compacité du
           béton de peau.
           Cette couche sera traitée architecturalement de manière à obtenir un aspect
           grésé, taloché fin lisse avec une teinte sable clair.
           Des « coups de scies horizontaux » seront donnés tous les 2 mètres afin de
           limiter le faïençage.

4.13.1. Préparation du support
    Préalablement à la préparation du support, il est procédé contradictoirement à la délimitation
précise des zones à protéger et des modes de préparation du support (reconstitution de
maçonnerie, repiquage ou sablage seul, décapage à l'eau …).
       -   La végétation qui a pu se développer sur les parements doit être enlevée. Toutes les
           salissures et impuretés doivent être éliminées.
       -   Il est procédé au repiquage des parties friables des moellons et des enduits, et au
           sablage général éventuellement au nettoyage à l’eau sous pression (10 à 20 bars) des
           parements à protéger.
           L’énergie du repiquage et du sablage doit être réglée en fonction de la friabilité des
           matériaux en place.
       -   Les venues d’eau doivent être colmatées ou de préférence drainées (mise en place
           préalable de barbacanes localisées sur les venues d’eau).
       -   Les petites cavités peuvent être comblées par des projections de béton en première
           passe.
       -   Le parement de la structure, avant protection, doit être précédé d’une fermeture par
           une passe de projection préalable.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES            - CCTP -                         Page 106 sur 120
        -   Le cas échéant, les pierres peuvent faire l’objet d’un traitement préalable à condition
            que ce traitement ne remette pas en cause l’adhérence du béton projeté.
        -   Le parement doit être nettoyé (sablage ou jet d’eau sous pression, au moins 250 bars)
            et humidifié en profondeur avant la projection, par soufflage d’air avec ajout d’eau à la
            lance de façon à produire une brumisation qui favorise la pénétration d’eau dans le
            parement.
    La préparation du support fait l’objet d’un contrôle interne dont les modalités sont définies dans
le PQ, et dont la traçabilité est assurée dans les documents de suivi d’exécution.
    Conformément aux dispositions de l’article 4.8.8 du présent CCTP, le maître d’œuvre se
réserve le droit d’effectuer à tout moment un contrôle extérieur inopiné du respect des procédures
d’exécution.

4.13.2. Armatures

4.13.2.1. Mise en place des armatures
      Un ferraillage est mis en place sur le parement à traiter. Les armatures sont conformes à
l’article 3.8.5. du présent CCTP.
     Le diamètre des aciers doit être soumis à l’agrément du maître d’œuvre et ne doit pas être
inférieur à 8 mm.
    La distance entre deux barres parallèles doit être au moins égale à 50 mm mini pour permettre
le passage des gros granulats.
    L’enrobage, les recouvrements et tout dimensionnement de pièces métalliques doivent
respecter les règles des normes NF EN 1992-1-1 et NF EN 1992-2 et leurs annexes nationales,
les normes NF EN 1992-1-1/NA et NF EN 1992-2/NA.
    Afin d’éviter les mouvements des aciers pendant la projection, la fixation, à la structure à
protéger, des panneaux d’armatures doit être assurée par un minimum de 4 points de fixation par
m2.
    La distance entre une nappe d’armature et la paroi à protéger doit être au minimum de 2 cm,
sinon il faut plaquer les aciers au support.
    Après la projection du béton, tout mouvement ou déplacement des armatures sont interdits.

4.13.2.2. Ancrage des armatures
     Sur la maçonnerie à protéger, il est procédé à la mise en place d’ancrages pour connecter le
ferraillage au support.
   Les forages et les scellements sont fonction du cahier des charges du produit de scellement
spécifié à l’article 3.9.2. du présent CCTP ou soumis par l’entreprise à l'agrément du maître
d'œuvre.
    Les connecteurs sont mis en place à raison de quatre (4) au minimum par mètre carré de
parement.
    Les forages sont réalisés par rotation sans percussion excessive pour éviter tout ébranlement
de la maçonnerie. Ces forages doivent atteindre la partie saine de la maçonnerie sans pour autant
traverser cette dernière, et ne doivent pas être inférieurs à 25cm.
    La technique de forage est soumise à l’agrément du maître d’œuvre.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 107 sur 120
4.13.3. Ajouts de fibres
    Des fibres métalliques ou synthétiques doivent être ajoutées au béton afin de limiter les effets
du retrait.

4.13.4. Projection du béton
     Préalablement au traitement des surfaces à protéger, un essai de convenance doit être
réalisé, en présence du maître d’œuvre, sur une zone de la surface à traiter. Le maître d’œuvre se
réserve la possibilité de faire effectuer, lors de ces essais, tous les contrôles qu’il juge nécessaire
et qui peuvent éventuellement amener une modification des paramètres de la projection (teneur en
eau, composition du béton...).
     La projection doit être réalisée par le ou les opérateurs de projection (porte-lance) dont
l’aptitude a été vérifiée, au plus tard, lors de l’essai de convenance. Cet opérateur doit être certifié
« ASQUAPRO » ou équivalent.
    La projection de béton ne peut avoir lieu qu’après réception par le maître d’œuvre des
surfaces à traiter.
        -   Les parements doivent être nettoyés par soufflage et humidifiés à l’aide du matériel de
            projection en projetant un mélange d’air et d’eau.
        -   La projection ne doit commencer que lorsque tout ruissellement d’eau sur les
            parements, résultant de la préparation des surfaces, a cessé et que les mortiers ou
            bétons mis en œuvre dans cette même phase de préparation (comblement de cavités,
            ragréages, rejointoiements) ont effectué leur prise.
        -   Le béton est ensuite projeté sur une surface humide mais non ruisselante.
        -   Afin de limiter les effets du retrait du béton, la mise en place d’armatures de peau est
            nécessaire (dès que l’épaisseur de béton projeté dépasse 5 cm). Le ferraillage peut
            être classique ou en treillis soudé avec accord préalable du maître d’œuvre. Le
            ferraillage est solidarisé au support par des fixations (4 par m² au minimum). A défaut
            d’armatures, la mise en œuvre d’une couche de 2 à 3 cm de béton de fibres
            (métalliques ou synthétiques) est possible.
        -   Les parements verticaux doivent être revêtus en commençant par le bas et en
            remontant, le béton en cours de projection s’appuyant sur le béton en place.
        -   Sur chaque couche, une cure doit être réalisée.
        -   Avant l’application d’une nouvelle couche, la précédente doit avoir fait sa prise et doit
            être nettoyée des traces d’éventuels produits de cure qui pourraient nuire à l’adhérence
            du nouveau béton à projeter.
        -   Les couches élémentaires ne doivent pas être talochées. Lorsque certains parements
            doivent être traités avec un souci d’esthétique, et qu’en particulier un talochage ou
            l’adjonction de colorant sont prévus, il est nécessaire de procéder à une passe
            supplémentaire de finition.
        -   La réparation globale comporte également l'injection des maçonneries. Dans ce cas, la
            projection de la protection précède cette opération pour contenir le coulis à l'intérieur
            de l'ouvrage. Des réservations doivent être prévues dans la protection pour la mise en
            place des injecteurs et des évents nécessaires à l’injection.
    Dans le cas d’apparition de venues d’eau nouvelles sur les surfaces à traiter, on appliquera les
prescriptions précisées dans la préparation du support.
    L’utilisation de résine d’accrochage et de tout produit similaire est proscrite.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                           Page 108 sur 120
   Les épaisseurs à réaliser et le nombre de couches doivent être fixées en accord avec le maître
d’œuvre. Elles doivent correspondre à l’épaisseur minimum satisfaisant aux conditions suivantes :
        -   compatibilité avec les moyens mis en œuvre et la position dans l’ouvrage,
        -   enrobage de 3 cm sur les armatures éventuelles.
    Dans tous les cas, l'épaisseur sur surface verticale est limitée à 15 cm, et l'épaisseur en
plafond est limitée à 5 cm.

4.13.4.1. Arrêts et reprises
    Si une couche ne peut être projetée en une seule passe, l’arrêt de bétonnage doit être
particulièrement soigné et comporter en particulier un chanfrein entre 30 et 45° environ.
     Entre chaque passe, il doit être procédé, sur la couche réalisée, à l’élimination de la laitance
superficielle et des granulats mal sertis. Ce traitement peut être réalisé par balayage (sur béton
frais) ou sablage superficiel (sur béton durci) afin d’obtenir une bonne surface d’accrochage.

4.13.4.2. Aspect des parements
    Aspect fini avec exigence esthétique particulière
    Une couche de finition, d’épaisseur fine (5 millimètres), est appliquée après durcissement de la
précédente. Seule cette dernière peut être dressée ou lissée comme un enduit. Les
caractéristiques (aspect, couleur...) de cette couche de finition sont déterminées en accord avec le
maître d’œuvre.
    L’enduit d’habillage de la contre-voûte en béton projeté sera de teinte sable clair,
identique aux joints des tympans.
    L’aspect sera grésé, taloché fin lisse.
    Des « coups de scies » seront donnés tous les 2 mètres afin de maîtriser la fissuration.
   Cette prescription fait l’objet d’un point d’arrêt avec présentation par l’entreprise d’une planche
témoin pour validation.

4.13.4.3. Cure des bétons
    Pour conserver au béton l'humidité nécessaire à la bonne hydratation des premiers
centimètres de peau et éviter la fissuration due au retrait de dessiccation, le parement doit être
arrosé "à refus" entre chaque couche de béton à l'aide d'un jet à faible pression de type "eau
pulvérisée" ou similaire.
    Cette cure par arrosage doit être effectuée deux fois par jour pendant au moins quatre jours ou
jusqu’à projection de la couche suivante.
   L'eau de la cure est fournie par l’entrepreneur et doit répondre aux prescriptions de la norme
NF EN 1008.
     Pour les couches intermédiaires, la cure se fait exclusivement par humidification à l’eau
réalisée par arrosages fréquents.
    Pour la couche finale, elle peut être réalisée soit par humidification à l’eau, soit par application
d’un produit de cure conforme aux spécifications du chapitre 3 du présent CCTP.
    Les conditions de la cure doivent être soumises à l’agrément du maître d’œuvre.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                           Page 109 sur 120
4.13.4.4. Bétonnage par temps froid
    Lorsque la température du support à protéger est inférieure à 0°C, la projection de béton est
formellement interdite.
     En cas de projection du béton par température du support comprise entre 0 et +5°C, les
matériaux mis en œuvre doivent avoir une température d'au moins 5°C (mesurée pour l'eau à la
sortie de la lance). L'entrepreneur soumet au maître d’œuvre un système de protection de la zone
traitée maintenant la température dans cette zone au-dessus de cinq (5) degrés pendant au moins
dix (10) heures. La cure par arrosage est alors interdite. Elle est remplacée par la mise en place
sur le béton projeté d'un film plastique recouvert d'un isolant (type laine de roche ou similaire) ou
tout autre système proposé par l’entreprise et jugé équivalent par le maître d’œuvre.

4.13.4.5. Bétonnage par temps chaud
    Lorsque la température du support est supérieure à +35°C, la projection de béton est
formellement interdite sauf si l’entrepreneur propose des mesures agréées par le maître d’œuvre
pour maintenir la température du support et du béton frais à moins de 35°C pendant au moins 72
heures.

4.13.5. Contrôle intérieur
    L'entrepreneur est tenu d'assurer le contrôle intérieur selon les modalités prévues dans son
Plan Qualité.

4.13.6. Les essais de convenance
     Avant le démarrage des travaux de projection, dans le cadre du contrôle intérieur,
l'entrepreneur réalise en présence du maître d'œuvre et de son laboratoire de contrôle, une
épreuve de convenance comprenant la préparation du support et l'application des produits, dans
les conditions du chantier, sur une surface représentative de l'ouvrage (choisie par l'entrepreneur
en accord avec le maître d'œuvre). Cette épreuve a pour but de vérifier, de façon contradictoire,
l'aptitude du personnel et des moyens à satisfaire les conditions du marché.
    Ces essais sont à réaliser avec les mêmes personnes qui ont participé à la réunion
préparatoire. Ils portent sur :
       -   la qualité de la préparation du support,
       -   l'applicabilité des produits,
       -   la qualité du béton projeté.
    Si les résultats obtenus au cours de cette épreuve de convenance ne sont pas probants, le
maître d'œuvre demande à l'entrepreneur de réaliser à ses frais, une nouvelle épreuve en
apportant les modifications nécessaires à l'obtention du résultat recherché.
    Toutes les tâches principales doivent faire partie de l’essai de convenance dès la préparation
de surface.
     Ces essais doivent être réalisés à l’aide des matériaux, matériels et porte-lance prévus pour
l’exécution des travaux.
    Le mode de prélèvement des échantillons et les essais à réaliser sont exécutés comme il est
précisé ci-après.
    Le nombre des essais pour une épreuve de convenance est de : 1.
     Essais de compression, d’adhérence, et de poinçonnement (l'essai de poinçonnement est
réalisé selon la norme NF EN 14488-5 à partir de dalles parallélépipédiques de 600 x 600 x 100
mm) :

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 110 sur 120
       -   six (6) éprouvettes (3 carottes, à 7 jours et 3 carottes à 28 jours)
   Les exigences relatives aux performances du béton sont données au chapitre 3 du présent
CCTP.
    Dans le cas où ces essais ne donnent pas des résultats satisfaisants, l’entrepreneur est tenu
de proposer à l’agrément du maître d’œuvre une nouvelle composition de béton et de procéder à
ses frais à une nouvelle série d’essais de convenance.
    L’entrepreneur n’est pas admis à présenter quelque réclamation que ce soit concernant
l’immobilisation de son matériel et de son personnel jusqu'à l’obtention de résultats satisfaisants
des essais de convenance.

4.13.7. Suivi de chantier
    Le chantier peut démarrer lorsque les modalités du plan de contrôle sont précisément établies
et acceptées par le maître d’œuvre.
    Dans le cadre du suivi de chantier, les contrôles portent sur :
       -   le personnel,
       -   la préparation du support,
       -   la réception du béton avant projection,
       -   la projection du béton, avec prélèvements d’échantillons.
           La projection dans des caisses est définie dans les normes NF P 95-102 et EN 14488-
           2.
           Dernières opérations préalables à la réception du béton projeté Les prélèvements sont
           effectués à la demande du maître d’œuvre avec un minimum d'un (1) prélèvement pour
           deux cents (200) mètres carrés de surface traitée par projection de béton, ou un (1) par
           chantier.
           Pendant le délai de stockage des caisses, l’entrepreneur est tenu d’assurer toutes les
           protections nécessaires à la bonne conservation des prélèvements, en particulier la
           cure et la protection contre toutes les souillures provenant des projections voisines ou
           éventuels produits de cure.
       -   l’épaisseur mise en œuvre,
           Le contrôle de l’épaisseur, norme EN 14488-6 minimale à mettre en œuvre, fixée aux
           articles 1.4.1 et 4.10, est effectué au moyen de piges ou de tout autre dispositif adapté.
       -   l’adhérence au support,
           Comme précisé dans le PQ, l'entrepreneur doit préciser comment il contrôle le respect
           des épaisseurs. Les conditions de réalisation des essais d’adhérence sont définies
           dans la norme EN 11488-4.
       -   la résistance en compression,
           Les essais sur béton durci font partie du contrôle intérieur. Il est procédé aux essais de
           mesures des résistances à la compression. Les essais de résistance sont effectués à
           sept (7) jours et à vingt-huit (28) jours, à raison de trois à chaque échéance. Trois
           carottes sont conservées pour des essais d’information éventuels.
    Le lendemain de la projection, le maître d’œuvre procède à un sondage au marteau sur les
parements projetés. Toutes les parties reconnues défectueuses (zones sonnant le creux ou


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                       Page 111 sur 120
anormalement fissurées) sont démolies puis reconstituées aux frais de l’entrepreneur après remise
en état des surfaces.
    Le maître d’œuvre peut aussi faire réaliser un essai de traction directe, en laboratoire, sur une
carotte prélevée dans le revêtement à tester.
     Tous les contrôles énumérés ci-dessus font parties du contrôle intérieur à la charge de
l’entrepreneur.

4.13.8. Contrôle extérieur
    Le maître d'œuvre s'assure de l’application du PQ et de l'exécution du contrôle intérieur, par
des contrôles inopinés.

4.13.9. Dernières opérations préalables à la réception du béton projeté
    Après la fin de la projection, une vérification est effectuée par le maître d’œuvre ou son
représentant pour s’assurer que :
       -   toutes les surfaces prévues ont bien été traitées,
       -   les parties traitées ne présentent pas d’amorce de décollement, de fissuration
           anormale ou de traces d’humidité
       -   le nettoyage des parties voisines des zones traitées a été correctement effectué.
    De plus, cette vérification permet de valider les plans de récolement destinés au dossier de
l’ouvrage réparé.



ARTICLE 4.14. TIRANTS D'ANCRAGES PASSIFS

4.14.1. Reconnaissances préliminaires
    Les zones à traiter font l’objet d’un relevé contradictoire entre l’entreprise et le maître d’œuvre.

4.14.2. Contrôle intérieur
    L'entrepreneur est tenu d'assurer le contrôle intérieur selon les modalités prévues dans son
Plan Qualité.

4.14.3. Les essais de convenance
     Avant le démarrage des travaux de tirantage, dans le cadre du contrôle intérieur,
l'entrepreneur réalise en présence du maître d'œuvre et de son laboratoire de contrôle, une
épreuve de convenance comprenant la préparation du support et l'application des produits, dans
les conditions du chantier, sur une surface représentative de l'ouvrage (choisie par l'entrepreneur
en accord avec le maître d'œuvre). Cette épreuve a pour but de vérifier, de façon contradictoire,
l'aptitude du personnel et des moyens à satisfaire les conditions du marché.
    Ces essais sont à réaliser avec les mêmes personnes qui ont participé à la réunion
préparatoire. Ils portent sur :
       -   la qualité de la préparation du support,
       -   l'applicabilité des produits,
       -   la qualité des tirantages.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                           Page 112 sur 120
    Si les résultats obtenus au cours de cette épreuve de convenance ne sont pas probants, le
maître d'œuvre demande à l'entrepreneur de réaliser à ses frais, une nouvelle épreuve en
apportant les modifications nécessaires à l'obtention du résultat recherché.

4.14.4. Suivi de chantier
   Le chantier peut démarrer lorsque les modalités du plan des contrôles, le cadre du journal de
chantier sont précisément établis et acceptés par le maître d’œuvre.
    Dans le cadre du suivi de chantier, les contrôles portent sur la préparation des surfaces.
   Chaque préparation de surface fait l’objet d’un contrôle interne dont les modalités sont définies
dans le PQ, et dont la traçabilité est assurée dans les documents de suivi d’exécution.
    Conformément aux dispositions de l’article 4.14.9 du présent CCTP, le maître d’œuvre se
réserve le droit d’effectuer à tout moment un contrôle extérieur inopiné du respect des procédures
d’exécution. Ces contrôles portent sur la réception et l'application des produits.
     Tous les contrôles énumérés ci-dessus font parties du contrôle intérieur à la charge de
l’entrepreneur.

4.14.5. Forages

4.14.5.1. Implantation
    La position des forages est tracée à la peinture sur la maçonnerie avec indication du numéro
du forage. De la même manière, le point de sortie du forage est repéré. Ces indications sont
reportées sur le plan de récolement tenu à jour d’une manière hebdomadaire. Pour les bandeaux,
les forages sont implantés au milieu des moellons, si cette implantation est compatible avec
l’épaisseur de la voûte. La tolérance d’implantation est de 5cm.

4.14.5.2. Diamètre
    Le diamètre des forages est compris entre 50 et 70 mm et est déterminé de la manière
suivante :
    - cas de scellement à la résine : diamètre de la barre augmenté de 4 à 8 mm
    - cas de scellement au coulis : diamètre de la barre augmenté de 10 à15 mm

4.14.5.3 Exécution des forages
   Si la foration se fait à l’air comprimé, la pression doit être strictement contrôlée et ne pas
dépasser 0,3 MPa. Le refroidissement à l’eau doit être contrôlé pour éviter le délavage des
maçonneries.
   La partie du forage dans les maçonneries est réalisée préférentiellement en rotation en
essayant de minimiser le diamètre des forages et l’énergie de foration.

4.14.6. Mise en œuvre des tirants passifs

4.14.6.1 Mise en œuvre des tirants passifs
    Les tirants passifs sont introduits équipés de centreurs dans les forages ou les conduits.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                           Page 113 sur 120
4.14.6.2. Injections des tirants passifs
    Les injections se font à faible pression 0,2 MPa maxi avec surveillance des quantités injectées.
Les têtes des forages sont équipées d’un tube d’injection en partie basse et d’un évent en partie
haute.

4.14.6.3. Essais de contrôle des tirants passifs
     Il s’agit d’essai à déplacement contrôlé. Cet essai doit être conduit en suivant les dispositions
de l’article 2.6 des recommandations CLOUTERRE 1991.

4.14.6.4. Scellement par mortier de résine
    Le scellement par mortier de résine n’est autorisé que pour des scellements provisoires.

4.14.7. Plaques d’ancrage

4.14.7.1. Dimensions et implantation des plaques
    Les plaques doivent intéresser au moins 3 moellons. Un mortier de calage est interposé
derrière la plaque au contact avec la maçonnerie.
     En cas d’engravure de la plaque d’ancrage on peut délarder l’UPN pour diminuer son
épaisseur. L’engravure est remplie par un mortier bâtard dont la composition et la couleur doit faire
l’objet d’un essai de convenance.
   L’engravure est réalisée par sciage ; l'entrepreneur cherchera à limiter son épaisseur, sans
dépasser le tiers de l'épaisseur du moellon.
    La géomértie et l’esthétisme de la plaque d’ancrage seront soumis à l’avis et à
l’approbation de l’Architecte des Bâtiments de France.

4.14.7.2. Mise en œuvre des ancrages d'épingles
   Le dispositif de serrage comporte une contre-plaque ou un boulon hémisphérique, à moins
que la plaque comporte une partie hémisphérique.
    Les épingles sont légèrement mises en tension à la clé puis on procède au blocage définitif
des contre-écrous. La pression sur la maçonnerie ne doit pas excéder 0,2 MPa.
    Un mortier de calage est interposé entre les plaques et la maçonnerie.

4.14.7.3. Protection contre la corrosion des plaques d’ancrage
    Le système de protection anti-corrosion doit être conforme aux prescriptions du Fascicule 56
du CCTG classe d’environnement C4.

4.14.8 .Contrôle extérieur
    Le maître d'œuvre s'assure de l’application du PQ et de l'exécution du contrôle intérieur, par
des contrôles inopinés.


ARTICLE 4.15. DECAISSEMENT DE LA VOUTE
     Avant de procéder au décaissement de la voûte, il est obligatoire d’avoir procédé à une
vérification de sa stabilité en phase provisoire.
   Les engins de chantier utilisés pour le décaissement devront obligatoirement être situés en-
dehors de la voûte.

Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 114 sur 120
    Le dégarnissage au voisinage de l’extrados doit être effectué avec beaucoup de précautions
en présence d’un représentant qualifié du maître d’œuvre, car la transition entre l’extrados de la
voûte et le remplissage n’est pas toujours très nette, et qu’il faut veiller à ne pas toucher à la voûte.
    Le décaissement s’effectuera de manière symétrique en partant de l’axe vers les rives, et en
ne dépassant pas une différence de 20cm de hauteur entre le niveau des remblais de part et
d’autre de la voûte.



ARTICLE 4.16. ETANCHEITE PRINCIPALE

4.16.1 Généralités
     La mise en œuvre de la géomembrane d'étanchéité est conforme aux stipulations de la note
d’information Ouvrages d’Art du 1er octobre 1986 publiée par le SETRA.

4.16.2 Préparation du support
    Le remblai ou l’assise servant de support à l’étanchéité seront soigneusement réglés, sans
flashes, et compactés au minimum à 90 % de l’optimum Proctor modifié. Entre le remblai ou le
corps de la voûte et la géomembrane d’étanchéité, il est prévu une couche de sable de réglage de
granulométrie 2/4 mélangé à de la chaux de 10 cm d’épaisseur.
   Sur cette couche de réglage, il est prévu la mise en place d’un géotextile anti-poinçonnement
non tissé de 700 g/m².
    Pour éviter que le géotextile ne soit détérioré par la flamme du chalumeau lors du soudage de
2 bandes de géomembrane, il est prévu l’interposition d’un écran thermique à cheval sur
l’emplacement de chaque joint.

4.16.3 Exécution de l’étanchéité en section courante
    La géomembrane d’étanchéité sera déroulée dans le sens longitudinal de l’ouvrage.
     Les soudures seront effectuées à l’avancement au fur et à mesure au niveau des
recouvrements de lés sur une largeur minimale de 15 à 20 cm. La soudure sera exécutée
latéralement, en soulevant le lé soudé et en assurant un marouflage correct.

4.16.4 Relevés d’étanchéité sur les tympans
    Les dispositions nécessaires seront prises pour assurer la stabilité et le maintien des bandes
de géomembrane sur la face intérieure des tympans, sur toute leur hauteur.
   Le relevé sera protégé en tête par un solin en aluminium conformément aux dispositions du
dossier STER du SETRA, volume E.

4.16.4.1 Contrôle de la géomembrane
    Le contrôle de la géomembrane ne se résume pas à la seule recherche de fuites, il concerne
tous les points qui sont susceptibles de conduire à la non-fonctionnalité du dispositif d’étanchéité,
instantanée ou à plus long terme, c’est à dire :
          - Le dimensionnement
          - l’adéquation matériau-milieu ;
          - la stabilité des géosynthétiques ;


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES               - CCTP -                            Page 115 sur 120
          - leur vieillissement dans les conditions de service.
    Le contrôle à la pointe sèche
    Cet essai très qualitatif a pour but la détection de zones mal ou insuffisamment soudées. Le
passage d’une pointe émoussée le long du bord de la soudure conduit ainsi à détecter ces zones,
parfois de surface importante, qui doivent être réparées.
     Un contrôle satisfaisant à la pointe sèche n’est pas suffisant pour garantir l’étanchéité de la
rustine ou de l’extrusion.
    Le contrôle à la cloche à vide
   Cet essai facile à mettre en œuvre nécessite une cloche à vide, un compresseur et de l’eau
savonneuse.
    Le principe consiste à mouiller à l’eau savonneuse la surface des soudures manuelles ou des
extrusions et de placer la cloche à vide sur l’ensemble.
   Avec une dépression de 0,5 bar pour les matériaux rigides (PEhd,…) et de 0,3 bar pour les
matériaux souples (PVC-P, PP,…), toute fuite ou micro fuite se manifeste par l’apparition de bulles
sous la cloche. Une durée minimale de 30 secondes est requise afin qu’un équilibre s’opère.
    Contrôle par mise en pression des doubles soudures
    Cet essai concerne uniquement les Géomembranes polymères pouvant être assemblées par
fusion avec des machines à double soudure.
    L’essai consiste à mettre le canal de contrôle situé entre les deux soudures en pression, le
plus souvent pneumatique, et à vérifier l’absence de baisse de pression qui signifierait la présence
d’une fuite. Les pressions sont de l’ordre de 3 bars pour les matériaux rigides comme le PEhd et
d’environ 1 bar pour les matériaux plus flexibles comme le PVC-P.
    Les contrôles électriques
     L’essai diélectrique consiste à vérifier l’absence de passage de courant entre les faces
inférieure et supérieure d’une rustine ou d’une extrusion. La mise en œuvre de ce test passe par la
mise en place d’un fil conducteur sous la rustine ou l’extrusion préalablement au
soudage. Le passage d’un peigne électrique en surface permet la détection de fuite.
   Comme dans le cas de la cloche à vide, il s’agit d’un test d’étanchéité ne permettant nullement
une appréciation de la résistance mécanique des soudures.
    Les contrôles par ultrason
     Cette méthode est actuellement utilisée sur les Géomembranes bitumineuses et s’appuie sur
la mesure de l’épaisseur de la Géomembrane et de ses soudures. Dans un joint soudé, où
l’épaisseur globale est de l’ordre de 1,5 à 1,8 fois l’épaisseur de la Géomembrane, l’examen par
ultrasons localise des zones de moindre épaisseur qui correspondent le plus souvent à des
défauts de soudage.



ARTICLE 4.17. BARBACANES
    Les barbacanes, définies à l’article 3.10. du CCTP doivent être réalisées dans les naissances
de la voûte au nombre de 1 par ml de parement et sont scellées dans des forages carottés de 100
mm de diamètre à l’aide d’un produit conforme aux prescriptions de l’article 3.4. du CCTP.
    Le scellement des barbacanes ne doit concerner que l’espace annulaire entre le forage et le
tuyau sur 4 à 5 cm de profondeur afin de ne pas colmater le dispositif de drainage.


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 116 sur 120
    Chaque barbacane doit dépasser de 15 cm le nu du parement et être mise en œuvre dans un
forage exécuté par roto-percussion ou carottage dans le béton projeté, en mettant en œuvre les
moyens techniques qui ne détruisent ou ne brisent pas la matière. Toute dégradation du béton due
aux forages pour barbacanes doit être réparée aux frais de l’entreprise.


ARTICLE 4.18 REMBLAIS DE LA VOUTE ET REMBLAIS CONTIGUS
    (fasc. 2 du CCTG)

4.18.1 Volume des remblais contigus
     Le volume des remblais contigus est calculé d'après leur définition ci-après et selon les plans
joints.
    Sont compris dans les remblais contigus :
       -   les remblais pour la reconstitution du remblai de la voûte,
       -   les remblais à l'arrière des culées,
       -   jusqu’à un niveau situé à -0,60m du niveau fini.

4.18.2 Mise en œuvre des remblais contigus
    (art. 5.8 et 6.9 du fasc. 2 du CCTG)
     Le remblaiement de la voûte s’effectuera de manière symétrique en partant des rives vers
l’axe, et en ne dépassant pas une différence de 20cm de hauteur entre le niveau des remblais de
part et d’autre de la voûte.
    L'entrepreneur propose dans le cadre de son PQ les moyens et méthodes qu'il envisage de
mettre en œuvre pour la réalisation des remblais contigus, en précisant notamment les
dispositions qu'il compte prendre aux abords immédiats de l'ouvrage (engins de compactage
lourds, plaques vibrantes, etc.).
    Les conditions de mise en œuvre doivent être conformes aux documents intitulés "Réalisation
des remblais et des couches de forme - Guide technique" et "Remblayage des tranchées et
réfection des chaussées - Guide technique" édités par le SETRA respectivement en juillet 2000 et
mai 1994. Elles sont soumises au visa du maître d'œuvre.
    Les niveaux de densification que l'entrepreneur doit atteindre sont le niveau q3 pour les 50
derniers centimètres des remblais contigus sous la dalle de transition et le niveau q4 pour les
autres zones des remblais contigus aux ouvrages, ces niveaux s'entendant au sens de l'article
6.2.5 de la norme NF P 98-331.



ARTICLE 4.19. MISE EN ŒUVRE DE LA GRAVE NON TRAITEE
    (fasc. 25 du CCTG, norme NF P 98-115)

4.19.1 Emplacement de la grave non traitée
     La GNT 6 est mise en œuvre sous l’ensemble de la plateforme de la voirie (chaussée +
trottoirs) :
       -   jusqu’à un niveau situé à -0,07m du niveau fini sous chaussée,
       -   jusqu’à un niveau situé à -0,05m du niveau fini sous trottoir (hors ouvrage).


Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 117 sur 120
4.19.2 Mise en œuvre
      Les prescriptions de compactage sont fondées sur le contrôle de densité tel que défini à
l'article 7.5.5 de la norme NF P 98-115.
    L'épaisseur maximale des couches à compacter est de 20 centimètres.

4.19.3 Couche de protection
   Une couche de protection est réalisée conformément à l'article 7.5.6.1 de la norme NF P 98-
115.



ARTICLE 4.20. PARAPETS
    (norme XP P 98-405)

4.20.1. Dessins d'exécution des ouvrages
    Les documents d'exécution des parapets comprennent :
       -   les dessins d'exécution des parapets,
       -   le détail des dispositifs d'extrémités.

4.20.2 Fabrication et pose
   La fabrication et la pose des parapets sont réalisées conformément aux prescriptions de la
norme XP P 98-405.
    Les éléments des parapets sont posés et réglés en alignement et en altitude. Il est vérifié que
les éléments sont bien verticaux, la tolérance pour faux aplomb étant de 0,5 cm sur la hauteur.
    La tolérance pour faux alignement en plan ou en hauteur est de 1 cm par rapport à la ligne
idéale tout le long de l'ouvrage, quelles que puissent être les irrégularités de l'assise.
   Le mortier de scellement est fabriqué, transporté et mis en œuvre dans les mêmes conditions
que le mortier de hourdage.

4.20.3 Traitement par imprégnation
    Les pierres constitutives des parapets sont protégées des eaux de pluie, de la pollution et des
mousses par imprégnation d’un produit hydrofuge et anti-mousse compatible avec la nature des
pierres.
    Le choix et l’application de ce produit hydrofuge et anti-mousse doit permettre l’échange
gazeux (perméabilité à la vapeur) et doit tenir compte de la capillarité, de la porosité et de la
porométrie de la pierre.
    Suivant la nature du produit utilisé, la mise en œuvre se fera par badigeonnage, pulvérisation
ou ruissellement.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES                - CCTP -                      Page 118 sur 120
ARTICLE 4.21. GARDE-CORPS

4.21.1 Généralités
    L’actuel garde-corps métallique sera déposé et évacué. L’entrepreneur devra établir son offre
en tenant compte des informations issues du rapport de visite de reconnaissance du revêtement
anticorrosion des garde-corps réalisé par Concrete en février 2012 et joint au présent DCE. Il
devra également proposer une filière d’élimination des déchets générés qui respecte les exigences
réglementaires relatives à la récupération, au transport et au traitement des déchets.


ARTICLE 4.22. BORDURES DE TROTTOIR
    Les bordures de trottoir préfabriquées sont posées sur un lit de béton sec de 15 cm
d’épaisseur.
    En cas d’insuffisance de hauteur disponible, les bordures sont retaillées avant pose.
    Les joints ont 10 mm d’épaisseur maximale et sont serrés et lissés au fer.
    La tolérance pour faux alignement en plan et en hauteur est de 1 cm par rapport à la ligne
idéale tout le long de l’ouvrage.
   La tolérance pour faux alignement local (entre deux bordures successives) en plan et en
hauteur est de 2 mm par rapport à la ligne idéale tout le long de l’ouvrage.


ARTICLE 4.23. MISE EN ŒUVRE DES CANIVEAUX
    Les tolérances d'exécution des caniveaux préfabriqués sont les suivantes :
        -   tolérances sur les dimensions extérieures : ± 1 cm,
        -   écarts dans le profil en long de la ligne supérieure du caniveau : ± 5 mm sur 10 m par
            rapport à une parallèle à la ligne rouge du projet.
     Le calage des éléments de caniveaux est fait sur un lit de mortier de ciment parfaitement réglé
et nivelé. Tout autre mode de calage est interdit.
    Les joints ont 10 mm d'épaisseur maximale et sont serrés et lissés au fer.
    La tolérance de planéité sur le caniveau fini est de 2 mm sur 2 m.


ARTICLE 4.24. TOLERANCES GEOMETRIQUES DE L'OUVRAGE FINI
    (art.161 à 164 du fasc. 65 du CCTG, art. III.9 du fasc. 66 du CCTG)

4.24.1 Tolérances générales sur l'implantation et les dimensions générales
des ouvrages
    La tolérance des ouvrages en état définitif par rapport à leur profil en long théorique est limité
à +/- 25 mm en tout point.
   La conformité du nivellement de l'ouvrage est appréciée après la mise en œuvre des
superstructures, en tenant compte des déformations complémentaires liées aux effets différés
dans le tablier.
    La tolérance d'implantation des ouvrages en état définitif par rapport à leur tracé en plan
théorique est limité à +/- 20 mm en tout point.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES              - CCTP -                          Page 119 sur 120
ARTICLE 4.25. ACHEVEMENT DES TRAVAUX
    (articles 171 et 172 du fascicule 65 du CCTG)
     Conformément aux articles 171 et 172 du fascicule 65 du CCTG, en fin de travaux, il est fait un
contrôle de l’aspect des parements après réfection. Ce contrôle contradictoire entre l’entrepreneur
et le maître d’œuvre est effectué pour vérifier la conformité des travaux réalisés par rapport au
marché.
     Conformément aux articles 171 et 172, précités, du fascicule 65, toute imperfection (défaut
géométrique, défaut de nettoyage ou d’aspect…) du fait de l’entreprise est reprise aux frais de
l’entrepreneur.


ARTICLE 4.26. REMISE EN ETAT DES LIEUX ET NETTOYAGE FINAL
    (art. 37 du CCAG, art. 172 du fasc. 65 du CCAG)
     En fin de chantier, et après repliement du matériel, l'entrepreneur doit remettre en état, à ses
frais, les talus, les rives, les abords de l'ouvrage et le lit de la rivière.
    Outre la remise en état des lieux conformément à l'article 37 du CCAG, l'entrepreneur est tenu
d'assurer le nettoyage de l'ouvrage défini à l'article 172 du fascicule 65 du CCTG.
    Notamment, les parements de l'ouvrage sont nettoyés et débarrassés de toutes les souillures
et salissures du fait des travaux.




Pont des Haras à ROSIERES-AUX-SALINES             - CCTP -                          Page 120 sur 120

								
To top