Comment s�approprier un texte ? by Pz8426

VIEWS: 4 PAGES: 17

									Comment s’approprier un texte ?

                Élèves de 15-16 ans
                 en deuxième année de
                 français

                Français langue
                 seconde

                Lycée Notre Dame de
                 Sion Istanbul

                         Marie BERRY
   Présentation du
 contexte des élèves


     Les élèves ont entre 15 et 16 ans. Ce sont des jeunes d’un
milieu social très favorisé financièrement, pas vraiment au
niveau culturel. Très peu ont des livres chez eux hormis les
livres obligatoires demandés par les professeurs. Par contre,
tous ont un ordinateur et une connexion à internet.

     L’enseignement à l’école primaire et au collège est un
enseignement d’apprentissage par cœur. Les évaluations sont à
95% des QCM. Les élèves ont donc une excellente mémoire et
une grande maîtrise des procédés par élimination pour répondre
à des questions.
                              Objectifs

Objectifs de lycée 1 :
           Après une année de français intensif (23 périodes par
  semaine),les élèves arrivent en lycée 1 avec une pratique
  communicative de la langue. Les textes qu’ils ont étudiés sont
  très simples, issus de livres de jeunesse et de FLE en français
  facile et ce sont le plus souvent des textes de type narratif.


           Cette année, nous devons les préparer à lire différents
  types de textes, à comprendre leur structure et à partir de ces
  textes, leur faire produire de l’écrit.


             Les élèves doivent aussi apprendre à découvrir
  l’implicite et les connotations culturelles dans les textes. Ils
  doivent également poursuivre la maîtrise de la langue de
  communication orale.
           Objectifs
     spécifiques au texte:
      Les caprices de la
              mode.
 Les élèves veulent étudier des textes littéraires classiques car
  ils en ont des représentations très positives (la culture française,
  la beauté des mots, les idées qui font réfléchir…), c’est donc pour
  cette raison que je leur ai proposé ce texte de Montesquieu.

 Le texte choisi n’est pas très difficile pour une compréhension
  globale, mais il présente quelques difficultés de tournure de
  phrase que je n’ai pas voulu supprimer pour qu’il y ait « problème »
  à résoudre. Les élèves n’ont pas envie que ce soit trop facile car
  ils se sentent alors considérés comme des « bébés ».

 L’objectif ici, est de montrer aux élèves comment faire pour
  mieux comprendre un texte dans sa globalité, comment repérer le
  thème, l’idée principale, trouver l’ironie et comment elle
  s’exprime.
               Les caprices de la mode
                 Lettres persanes, Montesquieu
                      Rica à Rhédi, à Venise

Je trouve les caprices de la mode,   Une femme qui quitte Paris pour
chez les Français, étonnants. Ils    aller passer six mois à la campagne
ont oublié comment ils étaient       en revient aussi antique que si elle
habillés cet été ; ils ignorent      s’y était oubliée trente ans. Le fils
encore plus comment ils le seront    méconnaît le portrait de sa mère
cet hiver. Mais, surtout, on ne      tant l’habit avec lequel elle est
saurait croire combien il coûte à    peinte lui paraît étrange ; il
un mari pour mettre sa femme à       s’imagine    que    c’est    quelque
la mode.                             Américaine qui y est représentée,
Que me servirait de te faire une     ou que le peintre a voulu exprimer
description    exacte    de   leur   quelqu’une de ses fantaisies.
habillement et de leurs parures ?    Quelquefois, les coiffures montent
Une mode nouvelle viendrait          insensiblement et une révolution
détruire tout mon ouvrage, comme     les fait descendre tout à coup. Il a
celui de leurs ouvriers, et, avant   été un temps que leur hauteur
que tu eusses reçu ma lettre, tout   immense mettait le visage d’une
serait changé.                       femme au milieu d’elle-même.
Dans un autre, c’étaient les pieds      Autrefois, les femmes avaient de
qui occupaient cette place : les        la taille et des dents ; aujourd’hui,
talons faisaient un piédestal qui       il n’en est pas question. Dans
les tenait en l’air. Qui pourrait le    cette changeante nation, quoi
croire ? Les architectes ont été        qu’en disent les mauvais plaisants,
souvent obligés de hausser et           les filles se trouvent autrement
d’élargir leurs portes, selon que les   faites que leurs mères.
parures des femmes exigeaient           Il en est des manières et de la
d’eux ce changement, et les règles      façon de vivre comme des modes :
de leur art ont été asservies à ces     les Français changent de mœurs
caprices.                               selon l’âge de leur roi. Le
On voit quelquefois sur un visage       monarque pourrait même parvenir
une quantité prodigieuse de             à rendre la nation grave, s’il l’avait
mouches*, et elles disparaissent        entrepris. Le Prince imprime le
toutes le lendemain.                    caractère de son esprit à la Cour ;
                                        la Cour à la Ville ; la Ville aux
* petits morceaux de soie noire qu’on   provinces. L’âme du souverain est
collait sur la peau      pour   faire   un moule qui donne la forme à
ressortir la blancheur                  toutes les autres.

                                             Lettres persanes XCIX, 1721
Anonyme, pièce facétieuse
où des amours coiffent une
femme      qu’un     vieillard
courtise. BNF, Paris


(Dessin en noir et blanc qui
accompagne le texte dans le
livre de cours, que j’ai
colorié pour qu’il soit plus
« visible ».)
        Les caprices de la mode
 * Après avoir distribué le texte, je
 demande aux élèves de ne pas le lire mais
 simplement en le regardant, d’imaginer de
 quoi il va parler (prédiction), quel va en
 être le thème. Je leur demande de faire
 attention au titre, de regarder aussi
 l’image et de faire des hypothèses.
Je précise qu’on peut trouver plusieurs idées, qu’il n’y a pas
qu’une seule réponse exacte et que j’écrirai tout ce qu’ils diront
pour vérifier plus tard après la lecture, si cela correspond.
- Les élèves trouvent facilement qu’il s’agit de la mode soit
qu’ils ont vu le titre « Les caprices de la mode », soit qu’ils ont vu
le dessin. (réponses à la question : comment ils ont trouvé)
* A votre avis, en regardant l’image, de quels éléments de la
mode va-t-on parler ?
- Des coiffures, du maquillage.
* On vérifiera après la lecture, que Montesquieu parle aussi de
bijoux et de vêtements, ce que ne montre pas le dessin. On en
déduira que le dessin aide en illustrant le texte, mais qu’il a ses
limites car il ne montre pas tout.
Je leur demande de me dire tout ce qu’ils voient sur le dessin, ou
ce qu’ils pensent voir.
- Certains voient des bébés qui transportent de la pommade
d’Italie à la femme qui est à la fenêtre, d’autres voient dans le
vieillard, le mari de la femme qui est assise, parce qu’il est vieux
donc ça ne peut être que son mari. Pour beaucoup d’élèves, un
amant doit forcément être jeune . Certains disent quand même
qu’en Turquie, il y a beaucoup d’hommes vieux mariés avec de
jeunes femmes…
* Personne n’a lu la légende à côté du texte ce que je leur
demande alors de faire et de me dire ensuite ce qu’ils en ont
compris. Ils ne connaissent ni « pièce facétieuse » ni
« courtiser ». Je les oriente vers les mots de la même famille
pour courtiser et pour le reste, je leur demande ce que cela peut
vouloir dire à leur avis.
- Réponses pour pièce facétieuse : un salon chic, un salon de
coiffure, un morceau d’histoire, une caricature, un dessin de
livre... Pour courtiser : la cour, courtisan.
                 Certains trouvent que les amours représentent le
                 dieu de l’amour qui est toujours un bébé avec des
                 ailes et un truc (geste de l’arc et des flèches)
                 * Je leur dis que leurs explications à pièce
                 facétieuse sont recevables même si ce n’est pas
                 exact.
Je traduis leurs gestes en écrivant au tableau un arc et des
flèches. Je leur donne le nom d’Eros qu’ils ne connaissent pas. Je
leur demande ce que faisaient les courtisans avec le roi.
- Ils faisaient tout ce que le roi voulait pour lui plaire donc le
vieillard qui courtise la femme c’est parce qu’il veut lui plaire.
* J’explique l’expression « faire la cour à quelqu’un ». On cherche
ensuite à quelle époque a été écrit ce texte et par qui.
- Les élèves trouvent facilement en 1721 et par Montesquieu.
* Je leur demande ce qu’ils peuvent me dire de Montesquieu et du
18ème siècle. (connaissances antérieures, on a étudié un texte de
Voltaire)
- Plusieurs élèves disent que c’est un écrivain, deux que c’est un
philosophe. Personne ne parle du siècle des Lumières.
 * Je leur présente brièvement Montesquieu, le siècle des Lumières
   et les Lettres persanes. Je leur demande s’ils se souviennent du
   texte de Voltaire (évocation : essayer de se rappeler
   mentalement le texte étudié antérieurement en quelques
   secondes).
 - Certains se souviennent qu’il s’agissait de l’éducation des enfants
   de rois et que Voltaire se moquait des nobles. Ils en déduisent
   que les philosophes se moquent et que dans ce texte,
   Montesquieu va se moquer de la mode et du roi (inférences).

 * On passe à la lecture. Lisez une première fois le texte sans vous
occuper du vocabulaire inconnu ou des phrases non comprises (10
minutes). Je précise qu’on cherche pour le moment le sens global du
texte et on vérifie si le thème est bien celui de la mode comme on l’a
dit au début, si on ne peut pas préciser un peu plus.

 - Tout le monde a compris que le thème est la mode comme on l’avait
dit, mais que c’est celle des coiffures, des vêtements, des bijoux et
du maquillage. (Retour à la prédiction de départ avec l’image qui
limitait la mode aux coiffures).
            * Vous avez dit que Montesquieu allait se moquer de la
            mode, mais après avoir lu le texte, pouvez-vous dire de
            quoi exactement ?
            - Personne ne trouve.
            * Je relis le texte à haute voix et je repose la même
            question.
- Une élève dit qu’il s’agit de la mode qui passe trop vite. Pour
  justifier sa réponse elle donne quelques expressions du texte :
  « ils ont oublié comment ils étaient habillés cet été », « elle
  quitte Paris 6 mois et en revient aussi antique… »
* Les autres approuvent et cherchent dans leur texte où se
  trouvent ces phrases. Je leur laisse le temps de trouver et je les
  aide aussi en demandant à leur camarade de leur indiquer le
  numéro de ligne (qui est dans le texte des élèves). On déduit que
  c’est cela l’idée principale.

  Expliquez-moi avec vos mots, comment on voit qu’il se moque du
changement trop rapide de la mode. (reformulation)
- De nombreux élèves répondent car ils avouent avoir mieux
compris avec la lecture orale. Réponses : les enfants ne
reconnaissent pas leur mère. Les coiffures redescendent tout d’un
coup. Ils oublient ce qu’ils ont mis l’été.
    Rica ne peut pas expliquer toute la mode dans sa lettre parce
    que quand Rhédi la recevra, la mode aura changé. Un jour, on met
    des mouches et le lendemain, ce n’est plus à la mode.
*    J’aimerais que vous me disiez maintenant comment Montesquieu
    se moque, quel procédé il utilise en écrivant.
-   Il exagère.
*   Donnez-moi toutes les exagérations que vous voyez.
-   Ils oublient ce qu’ils ont mis l’été, ce n’est pas possible. Le fils ne
    reconnaît pas sa mère quand elle revient de vacances. Sur
    l’image, on voit les coiffures très hautes et ce n’est pas possible.
    Les architectes doivent agrandir les portes.
*   Vous souvenez-vous comment on appelle en littérature le fait de
    se moquer, d’exagérer ?
-   La moquerie.
*   On parle de satire. C’est un genre littéraire. On s’attaque à
    quelqu’un ou à quelque chose en se moquant en utilisant l’ironie ou
    l’humour. Est-ce que c’était facile de critiquer à cette époque ?
- Non, c’était dangereux de se moquer du roi, on
    pouvait aller en prison. (inférence)
* Dans ce texte, comment Montesquieu fait-il pour
    critiquer sans se mettre en danger ?
- Personne ne répond.
* Regardez bien le texte. Qui parle ? Est-ce
    Montesquieu ?
 - Rica raconte ce qu’il voit à son ami Rhédi. Il est persan et il est
 surpris par les traditions françaises ; donc ce n’est pas directement
 Montesquieu, mais le roi sait qui écrit et il peut le punir. (processus
 d’élaboration)
 * J’explique qu’à cette époque, les philosophes prennent des naïfs,
 des « candides » pour critiquer et comme ce n’est pas une critique
 directe, le roi peut ne pas se sentir concerné. On constate aussi que
 c’est dans le dernier paragraphe seulement qu’arrive la critique du
 roi et de la cour. Les hypothèses du départ : on se moque de la
 rapidité du changement de mode et du roi sont vérifiées avec l’idée
 en plus de la toute puissance du roi que les courtisans imitent pour
 plaire et imposer une mode reprise par les bourgeois des villes.
Synthèse collective (processus métacognitif) après évocation :

   On a pu comprendre ce texte sans avoir besoin de connaître
  tous les mots.
   On a mieux compris le texte en regardant aussi l’image.
   On a utilisé les connaissances que nous avions d’un texte de
  Voltaire pour imaginer qu’on allait trouver la critique et l’ironie
  dans le texte de Montesquieu.
   On a vu que le thème et l’idée principale étaient différents et
  que pour trouver cette idée, il fallait lire tout le texte pour bien
  le comprendre.
   Si on connaît plus de vocabulaire, on peut mieux comprendre.
  On a besoin de connaître des mots de la même famille, de savoir
  repérer des racines de mots connus.
   On comprend mieux en lisant plusieurs phrases ensemble et
  pas mot à mot.
   On a aimé le texte parce qu’il est amusant et il fait réfléchir.
   C’est plus facile quand on lit le texte à voix haute et quand on
  essaie de le comprendre ensemble. Quand on est seul, on a peur
  de se tromper ou de mal comprendre.
    Quelques stratégies mises en
     œuvre et réutilisables pour
       n’importe quel texte.

 Les élèves ont appris à lire un texte en entier sans s’attacher à
  chaque mot ou à chaque phrase. Ils ont réalisé qu’ainsi, ils
  comprenaient mieux. Ils ont plus de recul avec le texte.
 Nous avions étudié l’étymologie des mots, mais pour eux, ce
  n’était qu’un exercice parmi d’autres. Ils ont vu qu’en l’appliquant
  dans la lecture d’un texte, cela les aidait à la compréhension du
  vocabulaire qu’ils croyaient ne pas connaître (asservir-monarque-
  hausser…)
 Faire des prédictions était une nouvelle stratégie pour eux. Ils
  l’ont trouvée intéressante car elle facilite la compréhension. Ce
  n’est plus un texte à déchiffrer, mais des hypothèses de départ à
  vérifier. Il y a donc moins d’inconnu. Je pense qu’elle sera plus
  difficile à mettre en œuvre individuellement car les élèves ont
  d’une façon générale du mal à anticiper.
                           CONCLUSION

 Il a fallu deux séances de 40 minutes pour étudier ce texte.
 Je n’ai pas donné tous les détails de la séquence pour ne pas
être rébarbative, mais il y a eu aussi un travail sur le
vocabulaire, l’étymologie des mots et sur la tournure des phrases
à la demande des élèves à la fin de la 2ème séance.
  Volontairement, le texte n’a pas été approfondi au niveau
littéraire pour garder le plaisir de la découverte et de la
compréhension globale. Les élèves n’ont qu’une année de français
et dès l’an prochain, ils étudieront plus à fond les textes
classiques.
  Les élèves ont aimé cette façon collective de travailler. Sur
leur cahier, ils ont inscrit les stratégies à utiliser pour les
prochains textes. Depuis ces deux séances, nous avons étudié
d’autres textes. J’ai pu constater une nette amélioration dans la
compréhension globale et la reformulation. Mais il reste encore
du chemin à faire surtout au niveau des inférences.

								
To top