Docstoc

LA TECHNOLOGIE A L'ECOLE ELEMENTAIRE

Document Sample
LA TECHNOLOGIE A L'ECOLE ELEMENTAIRE Powered By Docstoc
					               LA TECHNOLOGIE A L'ECOLE ELEMENTAIRE

     SOMMAIRE:
     1/ ConsidÈrations gÈnÈrales
     2/ Les fonctions
     3/ La liaison CM COLLËGE
     4/ Des fiches techniques

      "La technologie, considÈrÈe comme moyen de connaissance, cherche ý retrouver
les dÈmarches intellectuelles et techniques de l'homme pour aboutir ý l'objet".

     La rÈflexion suivante part du postulat que a technologie a sa place ý l'Ècole
ÈlÈmentaire. Il ne s'agit donc pas d'analyser ici les finalitÈs de cet enseignement mais
simplement de proposer, ý titre d'hypothËses, quelques-uns des objectifs qu'il serait
souhaitable d'avoir atteint :
     a) ý la fin de l'annÈe
     b) ý la fin de l'Ècole ÈlÈmentaire

      Il est Èvident que ces objectifs sous-entendent des mÈthodes pour les attendre. Et
on peut se poser la question de savoir si les mÈthodes, les voies et les moyens utilisÈs
sont spÈcifiques ý la technologie, en partie ou en totalitÈ. et dans ce cas, qu'est-ce qui
les distingue des mÈthodes et dÈmarches plus gÈnÈrales 'une pÈdagogie de l'Èveil? Ou
bien, au contraire, peut-on les rattacher d'une faÁon plus globale ý la pÈdagogie active
dans son ensemble?

      Il est Èvident que l'objet de la technologie ý l'Ècole ÈlÈmentaire n'est pas de
"rationaliser la connaissance des outils et des mÈthodes de travail", ce qui est le but
dans l'enseignement technique. Ce n'est pas, non plus, d'initier ý la pensÈe technique en
s'appuyant sur une Ètude logique(1) des objet et des fonctions comme l'envisage le
premier cycle du second degrÈ.

       Il convient aussi d'exclure, sauf cas exceptionnel, la "boÓte noire extrÍme" du
domaine d'Ètudes de l'Ècole ÈlÈmentaire ; c'est notamment le cas de tous les objets
Èlectroniques (calculatrices par exemple) qui peuvent sans doute Ítre manipulÈs ý
l'autres fins, mais qui sont trop complexes pour que l'enfant puisse en tirer un vÈritable
profit au niveau de la structuration d'un savoir scientifique.


     I. Quelle technologie ý l'Ècole ÈlÈmentaire

      La technologie ý l'Ècole ÈlÈmentaire pourrait, plus modestement, se proposer :
      1ƒ de faire rÈflÈchir l'enfant sur les solutions qu'il propose spontanÈment pour
rÈsoudre un problËme, les lui faire analyser ý son niveau et essayer de dÈgager eu ý peu
quelques-uns des caractËres communs ý certaines de ces solutions. A la fin de la
scolaritÈ ÈlÈmentaire, quelques grandes classes propres aux fonctions mises en jeu
pourraient avoir ÈtÈ abordÈes.

     Exemple :
      - Les rotations : conditions ý remplir pour qu'une roue tourne
      - Les translations : des piËces se dÈplacent, guidÈes par des surfaces en contact.
        Quel est le rÙle et l'importance de ces surfaces pour le mouvement obtenu?
      - Les contenants : forme et constitution du rÈcipient en fonction du produit ý
        "contenir"
      - Les conducteurs : nature et forme du conducteur en fonction du "fluide" ý
        vÈhiculer.

       2ƒ) d'attirer l'attention de l'enfant sur certains des phÈnomËnes, parmi les pus
importants, mis en jeu pour obtenir une solution ý un problËme pratique posÈ par une
situation concrËte que l'enfant vit ou est susceptible de vivre ý travers la manipulation
d'objets existants
       Exemple : dans la classe de CE2, on a voulu faire des frites. Les enfants ont,
chacun de leur cÙtÈ, rapportÈ de la maison des ustensiles qui permettaient d'obtenir ces
frites. Il est aussitÙt apparu que les divers appareils avaient des formes fort diffÈrentes,
qu'ils ne s'utilisaient pas de la m^me faÁon, qu'ils ne mettaient pas en jeu les m^mes
phÈnomËnes.

      3ƒ) de faire mettre en Èvidence par l'enfant, ý partir de comparaisons, que l'objet
technique Èvolue en gÈnÈral :
      - dans le sens d'un progrËs technique
      - dans le sens d'un ajustement Èconomique qui rend sn accËs plus facile ý un
nombre toujours plus grand d'utilisateurs

     Exemple : Èvolution de l'automobile ; popularitÈ de ce moyen de locomotion
     Evolution des procÈdÈs de broyage : du "mortier pilon" au "mixer" en passant par
le moulin ý cafÈ ý main et le moulin ý cafÈ Èlectrique

       Cette prise de conscience d'une Èvolution des objets, outre sa valeur
interdisciplinaire : historique, sociologique, Èconomique, permet d'utiles comparaisons
avec la rÈalitÈ industrielle Un progrËs n'est possible que par la standardisation des
procÈdÈs, des outillages, mais aussi des piËces diverses composant l'objet et des
limmites entre lesquelles doivent nÈcessarement Ítre maintenues leurs dimensions, mais
encore par l'utilisation d'un langage conventionnelle ne laissant aucune place ý la libertÈ
d'interprÈtation, langage univoque dont le dessin technique est l'un des reprÈsentants.

       1ƒ La somme de dÈcouverte semblables devrait permettre, en fin de scolaritÈ,
d'atteindre les objectifs gÈnÈraux et spÈcifiques propres ý la technologie, ý savoir par
exemple :
       a) bjectifs gÈnÈraux :
       - la finalitÈ de l'objet ; sa fonction utile
       - la diversitÈ des soluions proposÈes pour rÈsoudre un problËme de mÍme nature.
       - les transformations qu'une sÈrie d'objet peuvent subir pour se rapprocher d'une
adaptation de plus en plus fine de la fonction ý remplir.
       - la structure des diverses piËces d'un objet technique donnÈ ; la fonction
technique : la distinction entre "fonction et organe" du biologiste se retrouve ici entre
circuit, ou l'organe mÈcanique, et la fonction technique qui est accomplie par ce circuit
ou cet organe.
      - la latitude que possËde un objet de remplir plusieurs fonctions "utiles", c'est ý
dire d'avoir de maniËre plus ou moins nette plusieurs usages.

      b) Objectifs spÈcifiques :
      Ils concernent surtout les problËmes techniques ou physique :
      - les liaisons
      - les surfaces fonctionnelles
      - les guidages
      - les contraintes diverses : de course, de pressions d'ÈlasticitÈ....
      - les limitations de mouvements



       2ƒMais il existe aussi les objectifs plus vastes qui ressortissent aux finalitÈs de
l'Ècole ÈlÈmentaire:
       a) la technologie favorise la mise en place díattitudes transfÈrables ý díautres
situations, attitudes fondamentales pour la formation de líesprit scientifique.
       Cíest díaboord parceque líobjet est la concrÈtaisation de phÈnomËnes physiques,
il reprÈsente une ou plusieurs applications avec leurs lois et leurs limites:
       Simondon: î líacquisition de connaissances technologiques par líenfant peut initier
ý un encyclopÈdisme intuitif, saisi au traversÝ du caractËre de líobjet technique. Líobjet
technique se distingue en fait de líobjet scientifique parce que líobjet scientifique est un
objet analytique, visant ý analyser un effet unique avec toutes ses conditions et ses
caractËres les plus prÈcis, alors que líobjet technique, bien loin de se situer dans un
contextedíune science particuliËre, est en fait le concours díune multitude de donnÈes et
díeffets scientifiques provenant de domaines les plus variÈs, intÈgrant des savoirs
hÈtÈroclites, et qui ne peuvent pas Ítre intellectuellement coordonnÈs, alors quíils le
sont pratiquement dans líobjet technique... î
       Líenfant rentre en contact avec ceux-ci de maniËre directe: force, travail, Ènergie,
frottements sont perÁus et vÈcus sensoriellement. Le paassage ý la pensÈe opÈratoire
est facilitÈ par líappui quíoffrent ces exemples concrets. La multitude díexemples
favorise líÈmergence du concept.

      B) dans le cadre des activitÈs scientifiques et techniques, la technologie
reprÈsente une possibilitÈ particuliËrement efficace díobtenir une inter-disciplinaritÈ
rÈelle:
         ÝÝÝÝcíest regarder un objet autrement quíun simple utilisateur, un
consommateur, cíest se poser des questions qui peuvent faire rÈfÈrence ý son origine,
son Èvolution, sa rÈpartition dans líespace, ý son rÙle Èconomique et social.
         ÝÝÝÝCíest retrouver ý travers la chaÓne mÈcanique, la chaÓne ÈnergÈtique
et Èvaluer le cošt et le rendement afin díen saisir les implications plus vastes qui
peuvent se poser, ý travers les relations physico-technologiques ainsi perÁues, au niveau
de la consommation díÈnergie.
         ÝÝÝÝCíest chercher ý en comprendre le fonctionnementdonc dÈgaer ses lois,
son fonctionnement
         ÝÝÝÝCíest chercher ý le condenser en un modËle explicatif, ce qui implique
la maitrise de plusieurs langages : Ècrit, oral, dessin, maquettes..et celui de la
symbolisation.
       Afin de faciliter la communication,il faut síappuyer sur des conventions de
reprÈsentations et de langage.. líobjet technique se prÍte ý líutilisation díun vocabulaire
spÈcifique qui peut avoir son point de dÈpart dans les termes spontanÈment ÈvoquÈs
par les ÈlËves mais qui se doit díÈvoluervers un vocabulaire technique minimal: celui
qui met en Èvidence líÈconomie rÈalisÈe par les raccourcis de langage et la prÈcision
quíil permet, mais aussi celui qui provoque les grandes classes fonctionnelles, cdonc,
met en Èvidence les ÈlÈments ayant une fonction symbolique et ouvre la voie ý
líabstraction.

      Líobjet technique ý líÈcole ÈlȘentaire
      Le terrme díobjet technique, ý líÈcole ÈlÈmentaire est proposÈ ý la dÈcouverte de
líÈlËve et est pris sous un aspect plus large que celui de Simondon : î est objet
technique, ce qui est facilement dÈtachable, est objet aussi ce qui dans líhistoirepeut Ítre
perdu, abandonnÈ, retrouvÈ, en somme ce qui a une certaine auutonomie, une destinÈe
individuelle î.
      On peut, ý líÈcole ÈlÈmentaire, aborder des objets modestes, des ustensilesÝ
comme le filtre ý cafÈ, le moulin ý poivre; mais aussi des objets plus importants tels que
le nichoir ý oiseau, la mison visitÈe, la bicyclette ou les rollers, líaspirateur...

       Les voies díaccËs:
       Trois voies díaccËs possibles:
       1/ analyse de líobjet existant
       cette technologie prÈsente son intÈrÍt lorsque le dÈmontage et le remontage de
líobjet sont possibles (ce qui níest plus souvent le cas, líÈconomie actuelle fonctionne
souvent ý líobjet jetable apËs usage). Líobservation des divers ÈlÈments conduit ý les
identifier par leur forme et leurs mouvements. On peut les classer selon des formes
spÈcifiques.
       Il semblerait quíau CP, lorsque líobjet intÈresse, que líenfant cherche ý dÈmonter
sans se prÈoccuper des relations existantes entre les diffÈrentes piËces, ni de líordre
dans lequel elles se prÈsentent. Le remontage prÈsente souvent des difficultÈs sauf dans
le cas díobjets trËs simples
       Un premier conseil: síil y a activitÈ de dÈmontage, un organigramme de
dÈmontage doit Ítre prÈvu, organigramme qui permettre de retrouver les actions
chronologiques aidant au remontage des diffÈrentes parties .
       Líobjet mystÈrieux peut Ítre Ègalement un moyen díÈveiller líintÈrÍt de líÈlËve.
Il fait apparaitre un problËme: ì Aquoi Áa sert? î . Líanalyse des organes de líobjet
incite líenfant ý faire des rapprochements de fonction. Toutefois, on ne peut Ítre certain
quíil trouvera la fonction exacte, mais une utilisation qui relËvera de la mÍme classe de
fonctions.

      2/ Construction díun objet rÈpondant ý un besoin ý satisfaire:
      deux pistes possibles ý ce niveau:
      a) líenfant cherche une solution ý un problËme effectivement posÈ:
      exemples: crÈer une carte postale en relief
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcomment ì nettoyer de líeau boueuse î
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcomment garder une boisson au frais ou au
chaud le plus longtemps possible
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcomment construire un moulin dont les ailes
tournent
      Les chemeins sont multiples et conduisent ý la rÈsolution de problËmes pratiques,
il peut Ítre intÈressant de comparer les dÈmarches des uns et des autres et de les
rapprocher de celles quíutilisent les techniciens ou les artisans

      b) mise en place de maquettes , modËlisations
      exemples: principe de fonctionnement díun aspirateur, díun seche-cheveux
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcrÈation díune pendule
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcrÈation díune trousse
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝconstruire un bateau
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝconstruire un bac ý fleurs ou ý plantes
grasses.
      A ce niveau, le travail de rÈflexion de líÈlËve est engagÈ sur un ensemble de
voies convergentes, au dÈpart des expÈriences ou des expÈrimentations, pour aboutir ý
un objet qui, síil prÈsente les m^mes fonctionnalitÈs que líobjet du commerce ne sera
au mieux quíun objet díÈtudes nÈcessaire ý comprendre le fonctionnement de líappareil
du commerce.
      Pour tous ces objets, le dÈmontage, puis le remontage des objets du commerce
permet díÈvaluer les capacitÈs transfÈrables de líÈlËve.Ý

       Cette dÈmarche synthÈtisante ressemble parfois ý du bricolage dans la mesure o˜
líenfant, pour rÈaliser son objet, utilise des ÈlÈments tout faits ou du matÈriel de
rÈcupÈration. En fait, cette rÈcupÈration permet de vÈrifier si líenfant attribue
díemblÈe ý un matÈriau de rÈcupÈration une fonction prÈcise, de plus, cette utilisation
díobjets rÈcupÈrÈs permetÝ de rÈaliser une manipulation mentale de ces piËces, et
donc la prise de conscience de relations technologiques par delý mÍme, la participation ý
la structuration de la pensÈe.

      3/ la recherche de pannes ou de dysfonctionnements
      TrËs souvent, lorsque líobjet fonctionne, il síintËgre dans líenvironnement de
líenfant et il níest pas certain que ce dernier prenne conscience des liens existants entre
les divers organes de líobjet.
      Par contre, lorsque líobjet ne fonctionne plus ou ne fonctionne pas , ou fonctionne
partiellement, il pose problËme: pour quelles raisons ne remplit-il plus sa fonction?
Líobjet est alors perÁu comme ne rÈpondant plus ý la demande: pourquoi la voiture
Èlectrique ne roule-t-elle plus, pourquoiÝ la voiture níavance-t-elle plus ?.....
      LíintÈret du travail sur un objet en panne est quíil incite ý une recherche
systÈmatique des causes possibles. Le tatonnement alÈatoire du dÈbut conduit peu ý
peu ý une organisation plus ratonnelle de la dÈmarche de recherche:
      exemple: piles ou une pile hors díusage
                  ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝune des piles mise ý líenvers
                  ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝfaux contact ou fil coupÈ.....
      Mais des pannes peuvent exister en cascade, il y a alors possibilitÈ díÈtablir une
chaine logiquede relations: cíest líalgoritme de dÈpannage.
      Exemple pour líÈclairage sur un vÈlo:
            4/ Les objectifs de type technologique
            a) les fonctions utiles: A quoi Áa sert?
            Le mot fonction dÈsigne ici le rÙle , la fonction se manifeste par une action sur
      líenvironnement proche ( interrupteur)Ý ou lointain ( tÈlÈphone). En gÈnÈral, les
      enfants identifient le fonctionnement des objets courants auxquels ils sont confrontÈs
      mais la difficultÈ apparait au niveau des ÈlÈments qui constituent líobjet: en CE un
      enfant reconnait le role de locomotion de la bicyclette, mais identifie trËs mal le rolr de
      la chaine (cíest pour pas quíon tombe, cíest pour tenir la roue arriËre). Il faut retourner
      la bicyclette pour quíil arrive ý voir une relation entre le pÈdalier, la chaine et la roue
      arriËre. En enlevant la chaine, il constate que le mouvement de rotation de la roue
      arriËre níest plus assurÈ ( dÈmonstration par diffÈrence).
            Pour líenvironnement lointain ou les objets qui níappartiennent pas ý son horizon
      habituel, líenfant raisonne par analogie et cela le conduit ý des rÈponses trËs souvent
      erronÈes (exemple le palmer prisÝ pour un poinÁon).
            Ces fonctions peuvent Ítre regoupÈes en grandes familles toutes caractÈrisÈes par
      des verbes:
Fonction clÈ                      Fonctions Èquivalentes          Exemples
Broyer                            concasser, Ècraser, diviser, moulin ý cafÈ, presse purÈe
                                  presser
Trier                             sÈparer, filtrer                tamis
                                                                  filtre ý cafÈ
Hacher                            dÈcouper, lacÈrer               coupe frites, mixer, hachoir
Transporter                       dÈplacer, conduire              chariot, seringue
Contenir                          ranger, enrouler, supporter     les rÈservoirs, la caisse ý
                                                                  outils, la trousse
Tracer                            graver, reproduire, modeler     pyrograveur,        les     outils
                                                                  graphiques, le tour.
Transformer le mouvement                                          une rotation qui amËne une
                                                                  translation: la poignÈe de
                                                                  fenËtre
Transformer la force                                              pince, leviers, systËme vis-
                                                                  Ècrou
Transformer la forme              modeler, repasser, tricoter     le fer ý repasser, le macramÈ
Transformer la matiËre            cuire, congeler, distiller      griller des graines, le diffuseur
                                                                  de parfum, líalambic, le
                                                                  rÈfrigÈrateur, le micro-ondes,
                                                                  le four
Communiquer                       enregistrer                     le       magnÈtophone,          le
                                                                  camescope, le magnÈtoscope,
                                                                  internet.
Serrer                          tenir, pincer                   les outils, líÈtau
Aspirer                         pomper, sËcher                  líaspirateur, le seche cheveux,
                                                                le sËche mains
Comprimer                                                       la pompe ý bicyclette
Jauger                          mesurer, peser, compter         les instruments de mesure
Isoler                          abriter, couvrir, protÈger      isolation thermique, isolation
                                                                contre la pluie
Percer                          limer, user, raper, poncer      outils
MÈlanger                        battre, malaxer                 batteur ý oeufs, le pÈtrin
Lier temporairement             visser, assembler               moyens         díobtenir    des
                                                                assemblages dÈmontables
Lier durablement                clouer, coller, coudre          moyens         díobtenir    des
                                                                assemblages fixes
Projeter                        lancer, propulser               canon, lance-pierre
Projeter un liquide             arroser, faire circuler      un pompe ý eau, systÍme
                                liquide                         díarrosage du jardin


            B/ les fonctions techniques
            Ce sont les fonctions liÈes aux phÈnomËnes physiques ou mÈcaniques mis en
      oeuvre et aux piËces mises en jeu. Les formes gÈomÈtriques interviennent ainsi que les
      surfaces de contact , de mÍme les liaisons ou les ì jeux î Ètablis ou tolÈrÈs. Les
      fonctions techniques se caractÈrisent par des substantifs; on peut, comme pour les
      fonctions utiles Ètablir un tableau en grandes catÈgories, tableau qui peut toujours Ítre
      augmentÈ par líadjonction de nouvelles fonction ou par líaffinement des fonctions
      dÈterminÈes ici.

LA FONCTION                     LES CONDITIONS A                 EXEMPLES
TECHNIQUE                       REMPLIR
LA ROTATION                     axes, alÈsages, compatibilitÈ    au CP:
                                des diamiËtres assemblÈs,        partir de piËces existantes;
                                nombre minimal de ponts de       pas de ì jeu î:
                                contact                          les roues sont clouÈes sur la
                                                                 caisse, on les fait tourner en
                                                                 force; líenfant ne voit pas la
                                                                 nÈcessitÈ des liaisons ý
                                                                 mettre en place, sauf si on le
                                                                 force
                                                                 au CM:
                                                                 líenfant     dÈcouvre    deux
                                                                 possibilitÈs, soit la rotation
                                                                 de la roue ý partir díun axe
                                                                 fixe; soit roues fixÈes sur
                                                                 líaxe et axe libre:
LA REGULATION        flotteurs,         thermostats, Ýcette notion ne parait
                     robinets, vannes, rhÈostats     accessible quíau CM.
                                                     On imagine aprËs avoir
                                                     dÈmontÈ un robinet que
                                                     quelque chose síinterpose
                                                     dans le circuit pour crÈer un
                                                     obstacle.
                                                     Le rhÈostat est utilisable mais
                                                     non compris ( voir les
                                                     commandes         de     lampes
                                                     halogËnes)
LA CONTENANCE        panier, maille, conduite...     au CP:
                                                     adaptation de la maillle du
                                                     panier ý líÈtat des matiËres
                                                     au CM:
                                                     reccherche de conditions
                                                     supplÈmentaires pour que le
                                                     rÈcipient        puisse      Ítre
                                                     correctement utilisÈ: matiËre
                                                     souple,      rigide,    Ètanche,
                                                     poreuse.....
LES TRANSMISSIONS de chaines, courroies,             au CP:
MOUVEMENT            engrenages..                    capacitÈ díentrainer deux
                                                     axes ý líaide díun bracelet en
                                                     caoutchouc.
                                                     Au CM:
                                                     comprÈhension                des
                                                     systÍmessimples
                                                     díentrainement,              des
                                                     difficultÈs        pour       les
                                                     modifications de mouvement:
                                                     tranlation ---> rotation par
                                                     exemple

LES LIAISONS                 temporaires ou permanentes   utilisation des systÍmes vis
                                                          Ècrous, de la colle (prÈfÈrer
                                                          les colles techniques ý la colle
                                                          universelle).
LES LIMITATIONS         DE en translation                 par le biais de clous.
COURSE
LES GUIDAGES                                              par le biais de chemins plus
                                                          ou moins ÈlaborÈs du CP au
                                                          CM2 (passage du chemin
                                                          crÈe avec des clous en CP
                                                          pour le boulier chinois au
                                                          chemin avec des guides et des
                                                          ressorts pour le flipper au
                                                          CM).
             5/ FinalitÈs de líobjet, pluralitÈ des solutions:
             la fonction utile de líobjet cíest le pourquoi il a ÈtÈ conÁu, mais les enfants
      remarquent la diversitÈ des solutions proposÈes pour aboutir au mÍme rÈsultatou pour
      obtenir un mÍme effet (mise en place de la roue du chariot)
             Par exemple, si líon se rÈfËre ý la fonction ì broyer î, trois solutions co-existent:
      le pilon (du mortier), la meule (du moulin ý poivre) et la lame tournant ý grande vitesse
      (pour le mixer)
             Pour construire un chariot, les ÈlËves ont ÈtÈ amenÈs ý considÈrer le diamËtre
      des roues, la soliditÈ du systËme et líamoindrissement des frottements par líadjonction
      de roulements ý billes.

            6/ ProblËmes et pistes de travail:
            a) les phÈnomËnes physiques mis en jeu
            contrairement ý une idÈe largement rÈpandue, la physique intervient par ses effets
      et non par les lois qui la rÈgisse. En effet, travailler sur la rÈsistance de matÈriaux pour
      construire un chariot implique de la part de líenfant un recherche empirique et la mise
      en place de tests; il en est de mÍme pour líenseignant quelles que soient ses
      compÈtences , il saura seulement que le balsa trËs faconnable ne rÈsiste guËre et que le
      chËne, trËs resistant est trËsÝ sinon trop dur ý travailler pour des ÈlËves, donc, quel
      bois choisir?, quel renforts et en quelle matiËre? Voici les vraies questions.
            Choisir un tissu poreux pour filtrer la poussiËre níimplique pas quíil faille
      connaitre les caractÈristiques de tissage de la matiËre mais essayer et trouver parmi
      divers produits celui qui sera le plus adaptable ý la fonction recherchÈe (on parle
      souvent de cote mal taillÈe) .
            b) Blocage culturels et obstacles psychologiques:
            il parait souvent que líun des obstacles consiste en le desintÈret des filles ý partir
      du CE2 pour la technologie, surtout lorsquíil síagit de construire ou de manipuler. Ces
      derniËres prennent en charge (ou sont relÈguÈes ) dans les t’ches annexes ou servent
      díauxilliaires aux garÁons:
                ÝÝÝÝpasser les outils
                ÝÝÝÝdessiner ou dÈcorer líobjet
                ÝÝÝÝremplir le questionnaire
                ÝÝÝÝproduire líorganigramme de rÈalisation.
            Ce clivage se ressent (mais serait ý confirmer) dans les classes o˜ les enseignantes
      produisent plus díobjets ý base de papier, carton ou matÈriaux souples que les
      enseignants qui crÈent des circuits Èlectriques et apportent parfois leurs outils.
            Je pense quíý ce niveau, il serait possible dans les classes de faire alterner
      diffÈrents types de productionset, en les finalisant (voir les exemples en derniËre
      partie), díintÈresser líensemble díune classe.

           C) ParallËle entre Èvolution de la pensÈe scientifique et la pensÈe technologique
           il semblerait, en premiËre approximation, que líenfant arrive plus rapidement dans
      le domaine technique ý Ètablir líexistence de lois rÈguliËres portant sur les propriÈtÈs
      observables des objets et leurs modifications (F.HALBWACH)1Ý et quíil introduise
      plus naturellement líidÈe de causalitÈ, cíest ý dire líidÈe de production des
      phÈnomËnes les unes par rapport aux autres, certains objets agissant sur díautres pour

-1 F. HALBWACHS: la pensÈe physique chez líenfant et le savant Delachaux et NiestlÈ.
les modifier ou les transformer de maniËre dÈterminÈe impliquant líidÈe díune
conservation.
      Ce qui est important, cíest que ces deux modes de pensÈe semblent se
construirede la mÍme maniËre, líenfant passant par des stadesanimistes, Ègocentriques
puis Èvoule vers un dÈtachement de plus en plus net de líobjet par rapport ý lui-mÍme
(dÈcentration). A la question: ì quíest ce qui fait marcher la voiture? î, les reponses
seront:
      - cíest moi
          ÝÝÝÝ- cíest le volant que je tiens
          ÝÝÝÝ- cíest le fil
          ÝÝÝÝ- cíest les piles
          ÝÝÝÝ- cíest les roues
          ÝÝÝÝ- cíest le moteur
      Ce níest quíau bout díun certain temps de rÈflexion quíil sÈparera le subjectif de
líobjectif: ì il faut les roues, les piles et le moteur î.

      La dÈmarchede type tatonnements, essais, erreurs ý partir díune pÈrvision, díun
projet, conduit encas díÈchec ý une sancton immÈdiate de la part de líobjet.
      Les perturbations qui en dÈcoulent dans la croyance ou les reprÈsentations de
líenfant le conduisent ý remanier ses savoirs, il y a rÈÈquilibration au sens piagetien du
terme et un nouveau systÍme se sibstitue ý líancien, plus performant et plus modÈlisant.

     D) Les langages:
     une recherche serai ý mener sur les langages utilisÈs par les ÈlËves ý diffÈrents
niveaux, recherches partiellement entreprises mais qui demanderaient ý Ítre
approfondies:
     langue orale:
     passage de la terminologie vague (truc, machin, chose, bout..) ý líutilisation de
termes prÈcis (culot, filament,..)
     langue graphique:
     passages des dessins rÈalistes ý des schÈmas puis ý des schÈmas codifiÈs
     langage gestuel:
     maquettes implicites vers des maquettes explicites
     langage Ècrit:
     listes, modes díemploi, algoritmes....



     TRAVAUX EFFECTUES EN 1997-1998 EN TECHNOLOGIE
     STAGE DE LIAISON CM SIXIEMES

      Cete liaison fait partie des objectifs de la circonscription afin de crÈer des
Èchanges et un partenariat entre líÈcole et le collËge; de plus, jíai ÈtÈ amenÈ ý mettre
en place des animations pÈdagogiques en technologie auprËs des maitres formateurs du
dÈpartement dans le cadre du sÈminaire dur les sciences ý líÈcole.
      Dans les deux cas, il fallait permettre aux enseignants de prendre conscience que
la technologieÈtait une discipline dans laquelle les enfant pouvaient facilement
síinserrer et que les connaissances nÈcessaires ne dÈpassaient pas les compÈtences
habituelles des maitres.
        La mÈthode employÈe consistait ý mettre au travail des Èquipes sur des thËmes
  prÈcis, thËmes donnant lieu ý des fiches de rÈalisation
        Ýdes travaux ý rÈaliser dans les classes donnant lieu ý une exposition
        Ý des Èchanges entre ÈlÈmentaire et collËge pour un partenariat en sous-traitance
  (les ÈlËves de collËge pouvant prÈparer les piËces ý partir de gabarit crÈes en
  ÈlÈmentaire)
        Ýtous les objets manifestant díune volontÈ pluri-disciplinaire.

        Liste des objets:
NumÈro OBJETS                            Remarques
1           Carte postales en relief     prÈ-sÈrie puis autonomie
2           bateaux                      maquettes
3           pot floraux                  objets fabriquÈs en sÈrie
4           trousse       ou      porte objets fabriques en serie
            document
5           aspirateur, seche cheveux maquette
6           Lampe de poche               maquette
7           pendule                      prÈ-sÈrie, autonomie, puis serie
8           moulin                       prÈ-sÈrie
9           objets en volume             autonomie puis passage ý líart plastique
10          sablier                      maquette
11          cadran solaire               prÈ-sÈrie puis autonomie, passage ý la sÈrie
12          nichoir ý oiseau             maquette
        Maquette: líobjet est un modËle explicatif
        PrÈ-sÈrie: fabrication dans des matÈriaux de rÈcupÈration puis passage ý la
  forme dÈfinitive sans trop síoccuper des finitions ou de líÈsthÈtisme. En cas
  díautonomie, celle ci síexerce sur la forme de líun des composants, dí o˜ des ÈlÈments
  fabriquÈs en sÈrie et díautres ý líunitÈ.
        SÈrie: líobjet est rÈalisÈ dans sa forme dÈfinitive, les gabarits crÈs afin de
  permettre la mise en place díune gamme de fabrication. Les aspects prix, motage et
  esthÈtisme sont pris en compte. Seuls ces objets ont fait líobjet díun partenariat avec le
  collËge.

        Afin de faciliter la lecture, et pour líenseignant de poser des questions aux ÈlËves,
  les compÈtences en gÈomÈtrie ou en physique ont ÈtÈ incluses dans la fiche en
  caractËres gras et níont pas ÈtÈ indiquÈes , comme dans une fiche de prÈparation
  classique en dÈbut de prÈparation.
      FICHE Nƒ1

      DES CARTES POSTALES EN RELIEF

      DÈpart: lorsque líon ouvre certains livres, on remarque que es personnages ou des
objets de dressent.
      Objectif: crÈer des doubles pages qui prÈsentent le mÍme phÈnomËne.
      MatÈriel: des livres avec images en relief
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝdu papier
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝciseaux, Èquerre, double dÈcimËtre
                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcrayons de couleur, feutres etc pour le
dessin.

      OBSERVATIONS:
      1/ livres en relief:
          ÝÝÝÝon peut remarquer que la feuille est contre-collÈe
          ÝÝÝÝil existe un pliage et des axes de plis avec une symÈtrie axiale, un objet
se trouvant par pliage ì coupÈ en deux parties Ègales î.
      2/ RÈalisation:
          ÝÝÝÝfeuille de papier pliÈe en deux parties Ègales.
      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                              ÝÝÝÝ
                                                    Les segments [AB] [BC] [ED]
                                              [EF]sont Ègaux.
                                                    BE forme un axe de symÈtrie,
                                              comment alors Ítre sšr de tracer des
                                              segments Ègaux?
                                                    Pliage de la feuille, tracÈ sur un
                                              mÍme       cÙtÈ    de     deux     segments
                                              perpendiculaires auÝ pli et Ègaux.
                                                    Ces deux segments sont portÈs par
des demi-droites parallËles.
      Utilisation des ciseaux pour dÈcouper sur les segments et ouverture de la feuille.
      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                          ÝÝÝ
                                                Le pli [gh] est rentrant et le pli [be] est
                                          saillant.
                                                Lorsque la feuille est pliÈe sur elle-
                                          m^me, le segment [AD] se supperpose au
                                          segment [CF].
                                                Lorsque la feuille est ouverte et les deux
                                          demifeuilles       forment       des       plans
                                          prependiculaires, les paries de plans
                                          dÈlimitÈes par (ADEB) et (BEFC) sont aussi
perpendiculaires.
                                               Construction díune maison ý partir de cette
                                             forme:
                                                    On     voit    alors     apparaitre      des
                                             transformations concernant le pavÈ droit: la
                                             face supÈrieiure sert díappui au dessin de la
                                             toiture , toiture qui sera dÈcoupÈe mais
                                             attention, il ne faut pas toucher aux sommets
                                             du pavÈ droit, on síarrÍte ý quelques
                                             millimËtres de part et díautre des sommets.
                                                    Devant la maison, crÈation díun banc.
                                             mÍme dÈmarche de fabrication ý partir de
                                             líarÍte du parallÈlÈpipËde rectangle.
      La maison peut alors Ítre dÈcorÈe, se voir ajouter des fenÍtres et une porte; le plan
arriËre peut Ítre dessinÈ ou faire líobjet díun collage de paysage.
      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                                                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                                                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                                                        Le patron ci joint
                                                                 reprÈsente le schÈma codÈ
                                                                 de la rÈalisation concrËte.
                                                                        A ce niveau, il est
                                                                 nÈcessaire de distinguer les
                                                                 types de plis par des traces
                                                                 distinctes qui, si elles ne
                                                                 sont     pas     les     traces
                                                                 codifiÈes ( -----Ý et
                                                                 +++++) permettent de
                                                                 comprendre la situation,
                                                                 díautant que quelque soit le
                                                                 schÈma, exception faite
                                                                 des dessinateurs industriels
                                                                 o˜ tout est normÈ, le
                                                                 cartouche            indiquera
                                                                 toujours les symboles et
                                                                 leur signification.
                                                                        Enfin, un dÈtail
                                                                 pratique non nÈgligeable,
                                                                 les schÈmas ont tous ÈtÈ
exÈcutÈs sur un ordinateur ordinaire avec les logiciels NEOPAINT et PAINT cíest ý
dire des logiciels de dessin ne nÈcessitant pas un grand apprentissage de la part de
líenfant, conrairement aux logiciels de Dessin AssistÈ par Ordinatuer (DAO).

       Des variantes peuvent Ítre introduites afin de crÈer un ensemble de maisons:
       le principe en est toujours le mÍme, il suffit de crÈer des pavÈs par dÈcoupes ou
entailles perpendiculaires aux axes de pliage.
       Afin de rendre le paysage plus vivant, on dessine ou dÈcoupe des fenÍtres, des
volets ou des portes, on peint le fond ou on y reproduit un paysage.
Une deuxiËme variante síintroduit par le biais de pliages non symÈtriques afin de
donner des illusions de perspective plus importantes. Le patron et líÈpure qui suivent en
sont des exemples.
      Au niveau de la classe, le travail consiste ý dÈcoder ce patron en se servant de
líÈpure puis ý le reproduire; enfin, il est possible de transfÈrer ý díautres sujets.
     TECHNO2Ý (suite)




      Une deuxiËme variante síintroduit par le biais de pliages non symÈtriques afin de
donner des illusions de perspective plus importantes. Le patron et líÈpure qui suivent en
sont des exemples.
      Au niveau de la classe, le travail consiste ý dÈcoder ce patron en se servant de líÈpure
puis ý le reproduire; enfin, il est possible de transfÈrer ý díautres sujets.
           FICHE Nƒ2
           PORTE CASSETTE, PORTE CD, PORTE CD-ROM
           GÈomÈtrie - Mesure - RÈsistance des matÈriaux
           DÈpart: comment ranger les cassettes, les disquettes ou les CD?
           Objectif: construire un objet de rangement qui ne soit pas une simple boite comme
     on en trouve souvent dans le commerce.
           MatÈriel: pour la mise en forme: cartonÝ ou feuille quadrillÈe cartonnÈe et
     ciseaux
              ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ pour la rÈalisation en sÈrie: plastique Èpais (1 mm ),
     ciseaux, Èquerre et rËglet ou rËgle millimÈtrÈe, pointe fine ou poinÁon pour les tracÈs.

      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
     ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝPlaque de feutrine adhÈsive ou non

      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
     ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝColle technique sans solvant.
           DEMARCHE:
           Pour ranger les disquettes sur la tranche, comment rÈaliser un support?
              ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLes solutions proposÈes:
     presse livre de chaque cotÈ ( mais ce níest pas un objet)

       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
ÝÝÝÝ   ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ boiteÝ ouverte ( ne rÈpond pas ý la contrainte)

    ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ forme prismatique avec encoches (rÈponse acceptable).

        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ ÝCRÈATION DE PATRONS:
                ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝutilisation de papier quadrillÈ pour
líÈbauche, puis de papier cartonnÈ quadrillÈ pour le modËle. Les formes principales sont
ainsi dÈfinies:

                                                      AprËs des essais,la forme repose sur le
                                                      prisme ayant une base rectangulaire et
                                                      deux faces Ètant des triangles
                                                      rectangles; un autre essai, abandonnÈ
                                                      celui-ci reposait sur deux faces Ètant
                                                      des triangles isocËles, ce qui donnait
                                                      les dessins suivants:

                                                                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                                         ÝÝÝÝÝÝ
                                                         ExpÈrimentation sue les deux formes:
                                                         laquelle rÈsiste le mieux?
                                                         TrËs rapidement, avec le papier, les
enfants visualisent le fait que la figure possËdant une seule face dÈcoupÈe est moins fragile
que celle qui possËde deux faces dÈcoupÈes.
Solution proposÈe alors: plaque de bois et arceaux en mÈtal
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝproblËme: contrainte au niveau rÈalisation du cintrage des tiges
mÈtalliques et perÁage rÈgulier de la plaque de bois. Dernier problËme: la fixation: colle ou
vis-Ècrou?

ProblËmes ý rÈgler: Èpaisseur des entailles:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝprise de mesures sur diffÈrents CD: 11mm avec un jeu de 1 mm
                       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ pour
les Cassettes: 14 mm avec un jeu de 1mm
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝpour la moindre erreur: mesure de la hauteur de 10 objets empilÈs;
le jeu est fixÈ postÈrieurement ý la prise de mesures.

        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝDimensions de dossier:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝesthÈtiquement et afin díassurer une bonne stabilitÈ, les
dimensions des cÙtÈs adjacents ý líangle droit du triangle rectangle devaient Ítre:
                ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝpour les CD de 10cm pour la
hauteur et 12 cm pour la longueur
                ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝpour les Cassettes de 10 cm et 6 cm
(dimensions ý inverser selon la position souhaitÈe de la cassette)
                      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLongueur
de líobjet:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝla longueur a ÈtÈ limitÈe par la rigiditÈ du plastique (environ
10cassettes et 15 CD)
                      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝDistance
entre les entailles:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝle choix a ÈtÈ pris de laisser entre chaque entaille 10 mm pour
assurer une rigiditÈ maximum.

MISE EN FORME DEFINITIVE:
Cette mise en forme a nÈcessitÈ:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝdes calculs concernant les dimensions:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝSachant que je veux mettre 15 CD, la longueur de líobjet sera:
                ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ15 x 12ÝÝ + 16 x 10 =Ý 340Ý ( en
mm)
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝEt si je níen mets que 10 ?Ý ou si le plastique ne mesure que 300
mm de longueur? Et pour les cassettes? Donc infinitÈ de solutions ý vÈrifier.
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝDes tracÈs de parallËles en sÈries et donc la connaissance díun
algoritme de calcul, pour les CD: 0 - 10 - 22 - 32 - 44 - 54 - 66 - 76 etcÝÝ ( +10 --> +12 -->
+10 --> +12 )
La mÈthode possible de tracÈ des parallËles repose sur líutilisation de líÈquerre pour le tracÈ
de trois demi-droites parallËles et la graduation des trois axes (deux Ètant utiles, le trooisiËme
Ètant la vÈrification).

        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLe tracÈ du patron avec les dimensions rÈelles, patron servant de
gabarit.
                                                         Les tracÈs sont alors rÈalisÈs sur le
                                                         plastique; dans un premier temps au
                                                         papier crayon fin pour les dimensions
                                                         extÈrieures
                                                         Puis crÈation díun orgaingramme de
                                                         fabrication:
                                                         1 couper la plaque au gabarit 440mm
                                                         de longueur et 340 mm de largeur
                                                         2 tracer les trois aretes au poinÁon
                                                         3 sur líarete 3 reporter les intervalles
                                                         4 sur líarete 5 reporter les intervalles

                                                         5 vÈrifier avec líarete 4 les
                                                         intervalles
                                                         6 tracer les parallËles au poinÁon
7 Appuyer sur les aretes avec le poinÁon
8 couper.
Ensuite coller la face 4 sous la face 1 avec une colle technique sans solvant (problËme du
plastique)
Coller sous le dossier une plaque de feutre pour dissimuler le collage prÈcÈdent.
FICHE Nƒ3

FABRIQUER UNE TROUSSE OU UN PORTE DOCUMENT
GeÈomÈtrie:patrons du pavÈ. Physique: rÈsistance des matÈriaux, collage ou rivetage
DÈpart: montrer une boite ý gateaux qui a la forle díun parrallÈlÈpipËde rectangle (ou díun
pavÈ droit); ý quoi pourrait-elle servir une fois vide?
La notion de rangement apparait alors: ranger ses crayons, ou ranger des images etc....

Objectif: crÈer le patron du pavÈ droit qui, par pliages peut former une trousse.

MatÈriel: papier quadrillÈ pour le modËle ciseaux
      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ plastique Èpais 1mm ou 1,5 mm
      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ rËgle , Èquerre, poinÁon, ciseaux
      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ colle ou rivets; velcro (choix possible) ou bouton pression

OBSERVATIONS:
1/ Observation díune boite ý gateaux en carton:
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝla faire dÈplier et utiliser le vocabulaire gÈomÈtrique pour
reconnaitre les diverses parties: faces, aretes, faces parallËles, faces perpendiculaires etc.....
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝretrouver le schÈma du patron du pavÈ qui peut etre construit par
rapport ý des schÈmas dffÈrents du pavÈ




         ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝAÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
BÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ C
Si les trois formes reprÈsentent le patron díun pavÈ, les formes B et C níoffrent pas les mÍmes
possibliltÈs díouverture de la boite que la forme A. Pour B ouverture sur un petit cÙtÈ et pour
C ouverture latÈrale

PASSAGE Ý LA FORME MODËLE:
problËme des languettes:
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝO˜ les placer? Par essais successifs ý líaide du papier quadrillÈ, les
languettes ont ÈtÈ placÈessur les deux faces latÈrales.
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝQuelle taille? Nombreuses discussions: si collage, la taille des
languettes peut Ítre variable ´ du moment que Áa colle ª, mais la bonne taille semblait Ítre la
moitiÈ de la longueur díun cÙtÈ.

    ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝMais deux autres solutions apparaissent en fonction
des objets que les enfants possËdent: le rivetage nÈcessite que les languettes soient de la taille
du cÙtÈ; deux rivets renforcent la rigiditÈ de la trousse

       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝle mortaisage o˜ la languette a une longueur díenviron
2 cm
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝQuelle forme?pour le collage et le rivetage, des formes
rectangulaires ou trapÈzoidales suffisent; pour le mortaisage, la forme trapËze isocËle est
nÈcessaire.
CREATION DE LíOBJET
1/ TracÈ du patron
                                                          Deux patrons sont possiblessuivant
                                                          que líon parlera de rivets ou de
                                                          languettes.

                                                             Organigramme de la rÈalisation:

                                                              1 Pour crÈer le patron, il faut une
                                                              feuille plastique rectangulaire de
                                                              32cm sur 36 cm
                                                              2 Apartir du centre de la feuille,
                                                              tracer un axe qui separera la feuille
                                                              en 2 rectangles de 32cm sur 18cm
                                                              3 A partir de la largeur, tracer des
                                                              parallËles distantes de 6cm - 8cm -6
                                                              cm-8cm
4 A partir de líaxe, reporter de chaque cÙtÈ la mesure suivante: 10cm.
5 PrÈsenter les languettes
6 les faces latÈrales sont des rectangles de 6cm sur 8cm
7 suivant les cas: couper sur les traits gras (collage rivetage et ajuster la taille des languettes)
ou ajuster les languettes et faire une fente sur chacune des faces latÈrales.
8 Pliages et collage ou rivetage.

ProblËmes posÈs:
la mise en place du mortaisage, pour ÈlÈgant quíil soit níoffre que peu de soliditÈ lors des
essais
le collage doit Ítre soignÈ
le rivetage est simple mais líajustement des trous pour les rivets doit etre dÈfini par
líenseignant.

La languette rabattable peut Ítre munie de velcro ou faire líobjet de la mise en place díun
bouton pression.
Une autre mÈthode, peu ÈlÈgante consiste en une fente dans laquelle se rabat la partie
supÈrieure


OBJET VOISIN:
Le PORTE POCHETTES ou porte feuille
La conception est identique ý celle de la trousse mais les dimensions sont trËs diffÈrentes:
Longueur: 30,5 cm ou longueur díune pochette cartonnÈe + 1 cm
Largeur :ÝÝ 22 cmÝÝÝ ou largeur díune pochette cartonnÈe + 1cm
Epaisseur :3 ou 4 cm

Pour cet objet, le rivetage est ý associer au collage afin díobtenir une certaine
rigiditÈ.ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
Díautres variantes peuvent Ítre inrtroduites concernant la destination finale:
Trousse plate hauteur limitÈe ý 4 cm
Range cassettesÝ ou range disquettes (attention aux dimensions et limiter ý 20 objets ý
líintÈrieur
Range disquettes de micro informatique (conseil personnel, crÈer un biseau dans la boite afin
se pouvor prendre plus facilement les disquettes, celles-ci Ètant alors dÈcalÈes en hauteur les
unes par rapport aux autres: pour une bonne saisie, la hauteur du biseau est de 1cm par
disquette).
Range Cassettes vidÈo par groupe deÝ ý 6 cassettes maximum
FICHE Nƒ4

LES POTERIES FLORALES
GÈomÈtrie: construction de solides ÝÝÝÝÝÝPhysique: ÈvaporationÝ Biologie: les
      vÈgÈtaux

DÈpart: CrÈer des poteries destinÈes ý organiser des jardins miniatures
Objectif: inventer des formes transparentes destinÈes ý recevoir des plantes
MatÈriel: carton, compas, ciseaux
         ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ papier quadrillÈ
Ý        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ plastique dur de 2 ý 3 mm
         ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ altuglass ou plastique transparent Èpais (2mm)
         ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ Cisaille et thermoformeur (si possible)


Pour crÈer un solide, il est díabord nÈcessaire de le concevoir. On peut ainsi montrer aux
        ÈlËves des polyËdres ý 4, 5, 6, 7, 8 faces latÈrales; les bases Ètant des polygones
        rÈguliers ou non ý 4, 5, 6, 7, 8 cÙtÈs.
Choix de formes :Ý afin díamener les ÈlËves ý des chox privilÈgiÈs, on peut montrer que la
        reproduction de certaines figures est fort complexe (pentagone, heptagone ) ainsi que
        des formes non rÈguliËres.
Choix de deux formes: la base hexagonale et la base octogonale

CrÈation du patron:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                    ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                    ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                            CrÈation díun hexagone rÈgulier
                                    ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝvoir les
                                    constructions gÈomÈtriques.

                                             le cÙtÈ de líhexagone servira de mesure pour les
                                                      faces latÈrales (rappel, si le disque
                                                      possËde un rayon de N cm, le cÙtÈ de
                                                      líhexagone sera de N cm.
                                             CrÈation des six faces latÈrales .

                                                ProblËmes:
Sur quoi reposeront les faces latÈrales? Il faut donc construire un hexagaone plus grand, de
         rayon 1.2 fois le rayon prÈcÈdent.
Comment coller les faces sur un plan perpendiculaire? Intervient ici le premier hexagone qui,
         tout en servant de gabarit sera collÈ contre le grand hexagone et contre les faces
         latÈrales.
Comment rÈaliser en altuglass les six faces? Ici intervient un problËme technique: soit ý la
         thermoformeuse, il est possible de crÈer 3 faces au maximum ý la fois par le biais de
         2 pliages, soit il est nÈcessaire de decouper six rectangles Ègaux.
ProblËme de líÈtanchÈitÈ: líutilisation díune colle plastique de type Rubson permet ý la fois
         le collage et assure líÈtanchÈitÈ avec la base mais ne rÈsoud pas les problËmes des
        faces latÈrales; il est donc utile de prÈvoir des joints en X et une colle transparente
        pour les faces latÈrales.

REALISATION PRATIQUE:
Choix des matÈriaux:
Les matÈriaux ne peuvent Ítre du bois (putrescible) ou du mÈtal (rouille) au contact de
        líhumiditÈ, bien quíil soit possible de les protÈger ( rÈsine , peinture micropreuse,
        Èpoxy, etc) mais la rÈalisation est alors allongÈe díautant pour un rÈsultat trËs
        moyen (nÈcessitÈ de plusieurs couches de peinture).
Líusage des plastique apparait comme un bon substitut. Le verre dangereux est remplacÈ par
        un plastique transparent genre altuglass.

Objet construit:
ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                           ÝÝÝÝÝÝÝÝ

                                        Cet objet a ÈtÈ transmis avec les gabarits aux ÈlËves
                                                 de sixiËme qui ont eu pour mission de mettre
                                                 en place líensemble des dÈcoupes ainsi que
                                                 les formatages.
                                        ElÈments transmis:
                                                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- gabarits hexagonaux
                                                 ý dÈcouper dans une plaque plastique de
                                                 2mm
                                                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- formatage de deux
                                                 plaques díaltuglass de dimensions donnÈes et
                                                 díangles saillants 120ƒ
                                        Assemblage des diffÈrentes parties par les ÈlËves de
        CM (CM1 ou CM2).


Le vase a ensuite ÈtÈ rempli de sable colorÈ, de tourbe puis de terre de bruyËre; enfin mise en
         place de plantes selon les gouts de chacun: cactÈes (ý manipuler avec des gants
         Èpais) , plantes vertes ou bulbes; certains ont ensuite placÈ de la mousse.
Arrosage assez limitÈ ý prÈvoir.

Variantes adoptÈes par les ÈlËves de sixiËmes:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLe socle est constituÈ par un carreau de cÈramique octogonal
        rÈgulier ou non, ce qui amËne des mesures díangles.
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLa face supÈrieure a ÈtÈ crÈÈe sous forme de boite encastrÈe
        ou sous foume de face rabattable avec une charniËre collÈe afin de limiter
        líÈvaporation dío˜ les ÈlÈments figurÈs ci dessous:
FICHE Nƒ5

ELABORATION DíUN CADRAN SOLAIRE
GÈomÈtrie: les anglesÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ Physique: les ombres , la notion de durÈe,
      recherche de la latitude

DÈpart:Ý observation de líombre portÈe sur le sol ý diffÈrents moments díune journÈe
         ensoleillÈe, si líon mesure les angles formÈs ý 1 heure díintervalle, on peut observer
         une rÈgularitÈ.
Objectif: CrÈer un instrument portatif qui indiquera líheure de la mÍme maniËre que le
         phÈnomËne observÈ; crÈation díun objet ´ culturel ª
MatÈriel: plaque de terre glaise ou de platre, tige mÈtallique, boussole.
         ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝinstruments pour graver le platre ou la terre glaise.

OBSERVATIONS:
Poser sur le sol une plaque de terre glaiseÝ (environ 30cm de cÙtÈ), au milieu planter une
         tige mÈtallique puis noter toutes les heures líendroit o˜ se situe líombre portÈe.

                                       Plusieurs remarques peuvent se faire jour:
                                                ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝlongueur de líombre
                                                portÈe
                                                ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝorientation du cadran
                                                ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝposition de la tige
                                                mÈtallique.

                                         Trois rÈponses:
                                         líombre portÈe la plus longue se situe ý midi solaire (
         ce qui níest pas líheure lÈgale) dío˜ une recherche documentaire ý mettre en place
         avec les ÈlËves sur les fuseaux horaires et la relation entre ceux-ci et les mÈridiens.
         En France, líheure lÈgale correspond ý une diffÈrence de 55mn en heure solaire entre
         Brest et Strasbourg!
Líorientation du cadran: la plus grande ombre correspond ý une orientation Nord (ý regarder
         avec la boussole).
La position de la tige mÈtallique qui permet díobtenir la plus grande ombre portÈe correspond
         ý une inclinaison ( essais rÈalisÈs avec angle de 30ƒ, 45ƒ, 60ƒ). En France, la plus
         grande ombre portÈe correspond ý un angle díenviron 45ƒqui reprÈsente la latitude
         du lieu.

                                          ProblËme posÈ:
                                          la Terre est reprÈsentÈe par un ballon de
                                                   beaudruche.
                                          Une source lumineuse figure le Soleil.
                                          Deux cadrans solaires sont placÈs, líun dans
                                                   líhÈmisphËre Nord; líautre dans
                                                   líhÈmisphËre Sud.
                                          O˜ se situera dans les deux cas líombre portÈe?
                                          Quelle devra Ítre líinclinaison de la tige du cadran
         solaire dans líhÈmisphËre Sud?
A la fin de líexpÈrimentation, relever tous les angles formÈs par les ombres portÈes. On
          constate une ÈgalitÈ entre ces diffÈrents angles. Sachant que un angle plein mesure
          360ƒ et que la durÈe díune journÈe est de 24 heures, la valeur de chaque angle sera
          de 15ƒ.
Comment crÈer un angle de 15ƒ? Rappel angle de 60ƒ; bissectrice de cet angle donc crÈation
          de deux angles de 30ƒ; bissectrice de líun des deux angles dío˜ crÈation de líangle de
          15ƒ.
          ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝAutre mÈthode avec le papier calque: tracÈ díun angle de 60ƒ
          puis par pliages successifs obtention de líangle de 15ƒ
          ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝNÈcessitÈ de deux demi droites assez ´ grandes ª au dÈpart
          afin de limiter les imprÈcisions.

CREATION DU CADRAN SOLAIRE:
Deux parties distinctes: le socle et la tige; une liaison socle-tige.
Le socle:

                                                   Il peut Ítre en terre glaise ou en pl’tre dans
                                                             lequel seront gravÈs les angles tous
                                                             les 15ƒ ý partir díun sommet
                                                             commun.
                                                   Mise en place sur deux arcs de líheure vraie
                                                             et de ou des heures lÈgales soit par
                                                             gravure, soit par appport de chiffres
                                                             collÈs. Gros problËme ý ce niveau
                                                             car ý 12heures solaires ne
                                                             correspondra pas obligatoirement 11
                                                             ou 10 heures lÈgales; des minutes
                                                             apparaissent en fonction du lieu!
                                                   Le style ou tige mÈtallique:
angle par rapport au socle Ègal ý la latitude du lieu; nÈcessitÈ de mesurer des angles avec un
         rapporteur et crÈation díun gabarit afin de fixer le style dans le plan perpendiculaire
         au trait correspondant ý la plus grande ombre portÈe (12 heures)


La dÈcoration est laissÈe au libre choix des ÈlËves; certains utilisent les chiffres romains,
        díautres arabes, díautres síinspirent de caractËres des polices de líordinateur.
Le support peut Ítre peint, vernis , mais peut Ègalement Ítre constituÈ díune plaque de bois;
        les traits et les heures Ètant tracÈs au pyrograveur.

Nota:
Ce cadran solaire peut etre placÈ horizontalement et possËder toute dimension choisie, ou
        verticalement, auquel cal le style doit former un angle de 90ƒ-latitude par rapport au
        socle.

On peut conparer ces rÈalisations ý des cadrans anciens ( voir documentation et histoire) soit
        ý des objets existants.
FICHE Nƒ6
CREATION DE JEUX ELECTRIQUES
Physique: les circuits Èlectriques

DÈpart: ý partir de circuits Èlectriques crÈes en physique, transfert sur des circuits soit ayant
        pou objectif la dextÈitÈ, soit sur les jeux questions rÈponses.
MatÈriel:
tiges mÈtalliques, fils Èlectriques, ampoule.

Objets crÈs:
Mise en place de la dextÈritÈ manuelle:
                                                               Ici, le principe du circuit
                                                                          Èlectrique est revu:
                                                               pile --> fil conducteur -->
                                                                          interrupteur sous forme
                                                                          de boucle faisant ou non
                                                                          contact avec le fil
                                                                          metallique --> fil
                                                                          mÈtallique tordu --> tige
                                                                          mÈtallique -->ampoule -
                                                                          -> pile.
                                                               Recherche des pannes si le circuit
                                                                          ne fonctionne pas: pile,
         ampoule, contacts?

Jeu de questions rÈponses:

                                              Quelques remarques concernant le montage:
                                                      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝles fils
                                                      joignant questions et rÈponses
                                                      doivent Ítre isolÈs
                                                      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝles plots
                                                      peuvent Ítre des attaches parisiennes
                                                      ou, si la plaque est est bois , des vis
                                                      ou des systÍmes boulon -Ècrou qui
                                                      cionceront le fil
                                                      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝlíampoule est
                                                      fixÈe sur un support
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝles contacts peuvent Ítre des clous ou tout autre tige
       mÈtallique
ÝÝÝÝÝÝÝ ProblËme de non fonctionnement:
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝmauvais contacts
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcontacts entre plusieurs questions ou rÈponses.
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝPile?
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝAmpoule?
Remarques concernant les questions rÈponses:
ÝÝÝÝÝÝ le nombre doit Ítre assez ÈlevÈ pour que la mÈmorisation des contacts soit assez
       malaisÈe (environ 20 questions serait le minimum)
ÝÝÝÝÝÝ la crÈation de fiches amovibles questions rÈponses est simple mais faire attention
         sur líensemble des fiches ý conserver le mÍme ordre dans les rÈponses (voir la
         raison).
FICHE Nƒ 7
LAMPE DE POCHE
Physique: ÈlectricitÈÝ optique
DÈpart: observation díun circuit Èlectrique comprenant ampoule et interrupteur,
         obscurcissement de la salle de classe
Objectif: comment rÈaliser une lampe de poche et comparer ý celles du commerce
MatÈriel: piles rondes, ampoules, fil conducteur, papier aluminium, interrupteur, tournevis et
         outils divers, pour la rÈalisation un cylindre plastique dans lequel peuvent coulisser
         des piles rondes.

OBSERVATIONS:
Le montage de dÈpart:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝUne fois le circuit Èlectrique crÈe, il est nÈcessaire de crÈer
        le boitier pour transporter les piles, líampoule et líinterrupteur.
Le problËme soulevÈ par la suite: la diffusion du faisceau lumineux:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝObservation de lampes de poches et vision de la forme
        conique du receptacle de líampoule, receptacle argentÈ ou recouvert díun film
        mÈtallique brillant.
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝExpÈriences:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcÙne recouvert de papier aluminium
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcylindre recouvert de parpier aluminium
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝcylindre recouvert partiellement de papier aluminium
Mise en place du circuit Èlectrique fermeture de ce dernier et observation du phÈnomËne
        dans une salle assombrie.

SchÈma de principe:


                                                       Ce schÈma est simple ý comprendre et
                                                                ý rÈaliser par les ÈlËves.
                                                       Quelques problËmes ý voir avec eux:
                                                       Piles: quel type et combien?
                                                       Ampoule: faire des essais avec des
                                                                ampoules de 3,5V, 6 V et
                                                                9V.Conclure au niveau
                                                                luminositÈ


RÈalisation pratique:
Trois problËmes se posent:
         ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ-Ý Comment Ètablir le contact piles ampoule: nÈcessitÈ díun
         ressort qui contraint les deux piles ý se positionner contre líampoule; un fil
         conducteur partant alors du ressort pour aller vers líinterrupteur.
         ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- Líinterrupteur: plusieurs solutions:
               ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝlamelles qui glissent de part et
         díautre de líÈtui et qui font contact avec le fil conducteur (solution A)
              ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝbouton avec ressort qui forme contact
        lorsque líon appuie dessus (solution B)
              ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝen tournant líembout, on crÈe ou non
        le contact (solution C) mais le ressort doit alors Ítre partiellement isolÈ.




              ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLa solution C a ÈtÈ abandonnÈe faute
        de conception suffisamment solide ( difficile de crÈer un systËme rotatif
        partiellement isolÈ en CM)

        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- comment pouvoir mettre ou enlever les piles?
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝDeux solutions: soit crÈer un emboitement avec une forme
        creuse et une ÈvidÈe (A), soit crÈer un bracelet extÈrieur collÈ sur líune des parties
        du boitier (B)




Bien que A soit la solution la plus esthÈtique, elle est peu rÈalisable en CM du fait du soin ý
         apporter au creusement du bloc ( problËme de sÈcuritÈ) et est celle qui aurait permis
         la comprÈhension de la structure de vissage/dÈvissage que líon rencontre dans toutes
         les liaisons semi-fixes rigides
La solution B a donc ÈtÈ adoptÈe.

La fixation de cÙne:
Le cÙne a ÈtÈ rÈalisÈdans du plastique de rÈcupÈration (bouteille díeau minÈrale); du papier
         aluminium a ÈtÈ collÈ ý líintÈrieur . Líampoule a ÈtÈ fixÈe sur un culot ý vis du
         commerce et le systÍme a ÈtÈ lui-mÍme collÈ sur le culot, collÈ ý son tour sur le
         boitier de la lampe de poche.


MONTAGE ET DEMONTAGE DíUNE LAMPE DE POCHE
les ÈlËves ont eu ý apporter des lampes de poche de divers modËles. Il faut alors retrouver
        dans ces divers lampes les systÍmes trouvÈs sur la lampe de poche crÈe:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝinterrupteur,conducteurs Èlectriques, ampoule , pile
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝfixation des piles , fixation de líampoule
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝdÈgagement et mise en place des piles

Pannes concernant la lampe de poche: mise hors circuit de certaines lampes; faire rechercher
        la ou les pannes.
FICHE Nƒ8
PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DíUN ASPIRATEUR, DíUN SECHE CHEVEUX
Physique: líair, líaspiration, la filtration

DÈpart: il síagit díune situation problËme: des miettes et de la poussiËre sont renversÈes sur
une table; il faut les enlever sans les faire tomber par terre.
Objectifs: aspiration, principe de fonctionnement de líaspirateur.

EXPERIENCES de dÈpart:
Toutes les expÈriences partent de solutions qui ont ÈtÈ proposÈes:
a) on souffle sur la table ==> contrainte non respectÈe; les miettes tombent ý terre
b) avec un balai et une pelle ==> problËme du stockage ý voir
c) (une seringue est sur la table) on aspire avec la seringue; líexpÈrience est rÈalisÈe, bon
fonctionnement mais course limitÈe du piston, dío˜ problËme pour ramasser une grande
quantitÈ de poussiËre
d) on aspire avec un aspirateur; question: comment fonctionne líaspirateur?
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ´ Il y a de líair qui rentre et de líair qui sort aprËs ª

MISE EN PLACE DU PRINCIPE:

                          Un ventilateur provenant díun micro-ordinateur est branchÈ sur le
                          secteur.
                          Observations: des ÈlËves:
                                  ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝil y a du vent!
                          CaractÈriser le sens du vent: deux moyens
                          le premier avec un bandelette de papier fin qui se plaque díun cÙtÈ
                          du moteur et qui se place en position oblique de líautre cÙtÈ
                          le second avec une baguette díencens allumÈ , la fumÈe passe au
                          travers du moteur.

DeuxiËme expÈrience: le cÙtÈ dío˜ vient le vent est obturÈ au niveau du ventilateur; de
líautre cÙtÈ, la bandelette ne bouge pas.
                        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLe cÙtÈ o˜
va le souffle díair est obturÈ par une membrane de papier micro-onde; lorsque le ventilateur
est en marche la membrane se gonfle et a tendance ý vouloir se dÈtacher des parois du
ventilateur.
En physique, on parlerait díaspiration et de compression
en mÈtÈorologie, on parlera de dÈpression et de sur pression.

PREMIER PRINCIPE: LíASPIRATION:
                                                     EXPERIENCE:
                                                     Une bouteille plastique coupÈe en deux
                                                     parties, entre lesquelles est positionnÈ
                                                     le ventilateur.
líair et les poussiËres sont aspirÈs dans líespace bouteille et sont expulsÈs par líarriËre de la
bouteille.

ProblËme: comment faire pour rÈcupÈrer les poussiËres?
SpontanÈment les ÈlËves rÈpondent quíil faut un sac. Mais o˜ le placer?
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝDevant le moteur: peu de rÈponses positives.
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝDerriËre le moteur: grande majoritÈ.
Des expÈriences sont mises en place avec des sacs de diffÈrentes matiËres: coton, laine,
plastique, papier ordinaire, papier filtre
Pour que líair passe, il faut que la sac soit permÈable ý líair, donc choix de tissus ou de papier
filtre.
La place du sac importe guËre dans ces conditions, mais il faut alors faire remarquer que si les
poussiËres passent dans le moteur, celui ci se salit trËs vite et risque de síabÓmer (problËme
de surchauffe); il est donc prÈfÈrable de la mettre devant le moteur.
Avec la mÍme baguette díencens, on constate que les fumÈes passent au travers du sac, on va
donc protÈger le moteur en mettant un filtre. De mÍme, on constate, síil y a un rayon de soleil
que des poussiËres síÈchappent encore de la bouteille donc filtre en sortie.

SchÈma de principe de líaspirateur
ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                             ÝÝ
                                             les diffÈrentes
                                             fonctions sont
                                             ainsi
                                             reprÈsentÈes ý
                                             líexception de:
Ýfonction porter líobjet:
sur roulettes ou avec un manche
fonction dÈmonter líobjet pour vider le sac.

Ces deux fonctions sont vues sur líappareil grandeur nature.

DerniËre Ètape: dÈmontage díun aspirateur pour retrouver les fonctions dÈcrites
prÈcÈdemment. Cette partie ne pose aucun problËme aux ÈlËves qui comprennent - et leurs
parents le soir mÍme - que les filtres moteur et sortie doivent eux aussi Ítre changÈs
pÈriodiquement.
Seul ÈlÈment non vu car trop complexe : pourquoi existe-t-il une ouverture au-dessus du
moteur; je níai pu expliquer pourquoi le moteur chauffe, mais je leur ai fait constater, dío˜,
pour que le moteur ne chauffe pas trop, il faut ´ líaÈrer ª.En physique: dissipation de la
chaleur et Èchanges thermiques.
APPAREILS DERIVES: LE SECHE-CHEVEUX ou LE SECHE MAIN.
Le principe de líaspirateur est díaspirer de líair; celui du sËche cheveux est de souffler de líair;
le principe de fonctionnement est donc trËs voisin; il suffit alors díutiliser le tuyau de
líaspirateur en sortie et non en entrÈe díair.
Si líon dÈsire de líair chaud, il faut installer une rÈsistance de chauffage (comme dans les fers
ý repasser).
SchÈma de fonctionnement:

                                                            deux circuits distincts: un pour
                                                            líalimentation du bloc moteur avec
                                                            un rhÈostat pour avoir un plus ou
                                                            moins dÈbit díair pulsÈ
                                                                   ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝun pour
                                                            líalimentation des rÈsistances avec
                                                            un rhÈostat pour rÈguler la
                                                            tempÈrature de sortie de líair.

                                                            Le sËche mains fonctionne sur le
                                                            mÍme principe mais le dÈbit díair et
                                                            la tempÈrature sont prÈ-rÈglÈs.

Actuellement peu díappareils sont dÈmontables, ce                      qui    limite    la   vision
montage/dÈmontage/transferts sur les appareils du commerce.
FICHE Nƒ9
CREATION DíUN OBJET FLOTTANT (BATEAU) ou ROULANT (AUTOMOBILE)

Physique: mouvement, Ènergie, pression díArchimËde, flottabilitÈ,Ý centre de gravitÈ, líair
MathÈmatiques: mesures

IdÈe de dÈpart: construire un bateau autonome (qui se dÈplace seul sur líeau)

Attention, travail durant un trimestre; les diffÈrents phases sont expliquÈes dans un ordre
logique de progression; il peut exister dans la rÈalitÈ des phases qui seront occultÈes.

PHASE 1: Objets flottants
le premier travail consiste ý classer divers objets selon le critËre de flottabilitÈ
objets choisis: planche de bois, parallÈlÈpipËdes creux en bois, en mÈtal, en plastique, etc.
                ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLes poser librement sur une bassine
díeau et observer en exerÁant une pression avec le doigt quíils ne síenfoncent pas, quíils
remontent en surface ou au contraire quíils coulent si les objets se remplissent díeau.
DeuxiËme Ètape: prendre des objets de mÍme taille (30cm sur 10cm) planche de bois, pavÈs
creux en diffÈrentes matiËres et poser dessus des masses marquÈes.
Deux observations:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ-Ý si les masses se trouvent ý líavant, ý líarriËre de líobjet, au
milieu ou dispersÈs, le support rÈagit de diverses maniËres: notion de rÈpartition des
charges et centre de gravitÈ trouvÈ de maniËre empirique.
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ-Ý pour une mÍme masse, certains objets couleront, díautres
continueront ý flotter: notion de la poussÈe díArchimËde.

SynthËses de la phase 1: choix díobjets pouvant flotter avec la plus grande charge possible;
notion díÈquilibre et de rÈpartition de la charge afin díassurer la stabilitÈ de líobjet flottant.

PHASE 2: notion de propulsion.
Question posÈe: comment faire avancer un objet flottant?
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- en soufflant dessus
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- en mettant une voile et en soufflant sur la voile
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- avec un ballon (expÈrience 1)
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- avec de líeau (expÈrience 2)
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- avec un moteur et une hÈlice.
Mise en forme des expÈriences:
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝExpÈrience 1: avec un ballon de baudruche gonflÈ: le ballon par
dans tous les sens, dío˜ une contrainte lui est imposÈe: le gonfler ý líintÈrieur díun ´ guide ª:
une bouteille dont le fond a ÈtÈ enlevÈ; une paille et un support pour diriger le flux díair
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝExpÈrience 2: une bouteille ý fond coupÈ terminÈe par une paille
courbÈe; la paille traverse le support. Líeau contenue dans la bouteille síÈchappe par la paille.

Explications: il síagit ici díun phÈnomËne de rÈaction: líair qui síÈchappe de la baudruche
crÈe une surpression; pour trouver un Ètat díÈquilibre, il existe une rÈaction du support qui
avancera jusquíý ce que la surpression crÈe par líair qui síÈchappe et la pression de líair
ambiant síÈquilibrent (de fait lorsque líair sera ÈvacuÈ du ballon).
Pour líeau contenue dans la bouteille; elle descend par gravitation, líeau síÈchappant crÈe un
courant qui síoppose ý líeau de la bassine; donc le support avance jusquíý ce que líÈquilibre
soit rÈalisÈ entre líeau de la bouteille et líeau de la bassine.


SynthËse:
Les quatre premiers ÈlÈments ont ÈtÈ essayÈs et posent tous le problËme de líautonomie de
la propulsion.


PHASE 3 : la propulsion avec un moteur (hors de líeau)
retour sur la documentation: un bateau peut se dÈplacer au moyen díune hÈlice ou de roues ý
aubes (cf le PÈdalo)
prÈsentation díun moteur Èlectrique: notion de circuit Èlectrique, prÈvoir líalimentation par
une ou des piles
CrÈation de roues ý aube ou díhÈlices.
Ý       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLíhÈlice:
                                          fabrication dans un morceau de mÈtal peu Èpais
                                          pouvant Ítre coupÈ ý la tenaille puis limÈ avec une
                                          petite lime fine.

                                             ExpÈriences avec cette hÈlice fixÈe sur une plate-
                                             forme mobile du type mÈcanoÝ (plaque de
                                             mÈcano ou de lÈgo avec roues:
                                             líobjet níavance pas!
                                             Inclinaison des pales: líobjet avance ou recule
                                             suivant líinclinaison donnÈe aux pales.
                                             Si líhÈlice est fixe, le changement de sens de
                                             branchement de la pile aura pour consÈquence de
modifier le sens de rotation de líhÈlice ( les moteurs Èlectrique possËdent sont crÈes sur le
principe stator/ rotor basÈ sur les champs magnÈtiques et la polaritÈ) . donc
dÈtermination díun sens de rotation important ý connaÓtre.

La roue ý aube:


                                         Un cylindre de bois est entaillÈ ý mi profondeur
                                         (avec une scie). Ce cylindre peut avoir une Èpaisseur
                                         de 3cm ou une Èpaisseur de10cm ( dimensions
                                         possibles pour avoir les deux cas de figure)
                                         Des rectangles de mÈtal ou de plastique dur sont
                                         fixÈs dans les entailles puis collÈs (les dimensions
                                         des rectangles sont conditionnÈes par les dimensions
                                         du cylindre).
                                         En rËgle gÈnÈrale, il est bon de se fixer sur 3, 4 ou 8
                                         aubes afin díÈviter aux ÈlËves des mesures trop
complexes.
Ne pas oublier de percer dans les deux cas un axe central.


PHASE 4 : la liaison bloc moteur, bloc propulseur (rÈalisÈ ý sec au dÈpart sur mÈcano ou
lÈgo)
Ici interviennent les plus gros problËmes, non sur le plan thÈorique, mais sur le plan de la
rÈalisation pratique:

Moteur avec hÈlice:
Trois solutions possibles suivant les positions moteur hÈlice:
CAS 1: le bloc moteur est immergÈ, il sera nÈcessaire de le protÈger par un boÓtier Ètanche
CAS 2: nÈcessitÈ de crÈer un rappel ý líaide de poulies
CAS 3: perÁage en oblique du support, líhÈlice est elle-mÍme oblique.

Seul le premier cas a ÈtÈ retenu car le plus simple ý rÈaliser.


Roues ý aubes:
DÈfinition de la place des roues: latÈralement si deux roues sont prÈvues

        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
Ý ý líarriËre si grande roue
                                                            Dans les deux cas, il est
                                                            nÈcessaire      díÈtudier     le
                                                            positionnement du moteur , de la
                                                            transmission    et    du    bloc
                                                            propulseur.

                                                            Cas 1: les roues sont placÈes
                                                            latÈralement, deux possibilitÈs de
                                                            placement du bloc moteur:
                                                            soit utilisation de transmission ý
                                                            líaide de poulies
                                                            soit    utilisation   díengrenages
                                                            coniques ou ý renvoi dans des
                                                            plans      perpendiculaires    (cas
                                                            imaginÈ ý partir des boites
                                                            mÈcano et lÈgo).
                                                            Ne pas oublier la fixation de líaxe
                                                            mobile ainsi díune fixation fixe
                                                            axe et roues.

                                                               Cas 2: systËme de transmission
                                                               par poulie et Èlastique. Il est
                                                               possible       díimaginer   une
transmission centrale, auquel cas, la roue ý aube est partagÈe en deux parties.
La transmission latÈrale pose ý la rÈalisation moins de problËmes.
Ne pas oublier la fixation de líaxe et la solidarisation axe + roue + poulie.


PHASE 5: rÈalisation du bateau

Le socle:
le premier travail consiste en la dÈcoupe díune planche de sapin ou de bois assez facile ý
travailler (ý líexception du balsa): planche de 30cm sur 10 cm; Èpaisseur 10mm.
Choix de la propulsion:
Faire crÈer les schÈmas indicatifs aux dimensions rÈelles des choix des ÈlËves: en fait 3
choix puis constituer les groupes en fonction de ces trois choix.
Faire crÈer une fiche concernant líensemble du matÈriel nÈcessaire ý la rÈalisation (ce sera le
transfert des compÈtences dÈjý acquises dans les phases prÈcÈdentes) avec les dimensions
des diffÈrentes piËces nÈcessaires.
Tableau rÈcapitulatif: ý complÈter et ý vÈrifier
FONCTION                   objet                  Dimensions             Outils
Support
Alimentation
Bloc moteur
Bloc propulseur
transmissions
Finition de la coque
Une fois ces ÈlÈments renseignÈs, mise en forme du bateau et de ses diffÈrents composants.
Attention ý líoutillage et aux collages: problËme concernant la sÈcuritÈ et le soin.

Une fois tous les ÈlÈments crÈÈs, les positionner ý líaide de ruban adhÈsif double face sur la
plaque de bois; si le moteur est immergÈ, le placer dans un sac Ètanche et vÈrifier líassise de
la planche sur líeau; il peut exister des problËmes díÈquilibrage ý rÈgler soit par le
repositionnement de la pile et du moteur, soit par le biais díun lestage ý líaide de grenaille de
plomb.




Viennent ensuite les finitions qui consisteront ý crÈer:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝUn bastingageÝ ý líaide de baguettes carrÈes de 10 mm .
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝUne cabine qui protÈgera le bloc moteur et líalimentation ( le
balsa est intÈressant).
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝUn gouvernail si líon veut permettre une trajectoire rectiligne ou
curviligne.
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝUne quille servant ý la fois díÈquilibrant au bateau en abaissant le
centre de gravitÈ; díobjet directionnel pour une trajectoire rectiligne et de limitateur de
tangage par líinertie quíelle oppose.
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝUne protection pour le bloc moteur si celui ci est immergÈ.

ElÈments ý prendre en considÈration:
     ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝla pile doit pouvoir Ítre accessible et protÈgÈe
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝles fils conducteurs doivent Ítre fixÈs au bloc moteur mais pouvoir
se libÈrer de la pile
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝles frottements doivent Ítre rÈduits
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝla vitesse de rotation du moteur peut amener ý mettre en place des
poulies et engrenages de diamËtres diffÈrents.
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝRÈÈquilibrage final du bateau avant de le peindre.


Peinture et dÈcoration du bateau:
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝbien poncer les surfaces en bois, puis passer plusieurs couches de
vernis marine extÈrieur et intÈrieur de toutes les parties en bois.
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝLa dÈcoration peut alors de faire sur le vernis avec des encres
indÈlÈbiles; une couche de vernis pulvÈrisÈ sera ensuite utile pour parfaire le dÈcor.


A la place díun bateau, il est possible de construire une VOITURE ý moteur Èlectrique.
La voiture ne sera en fait quíun modËle explicatif simple ý rÈaliser ý líaide díun mÈcano ou
de piËces de lÈgo.

ElÈments ý prendre en compte:
Les roues: il peut exister des modËles ý quatre roues fixÈes sur un ou deux axes
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝUn axe solidaire du bloc moteur et deux roues fixÈes sur un axe
libre.
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝUn axe solidaire du bloc moteur et deux roues libres fixÈes sur le
support.
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝUn axe solidaire du bloc moteur et deux roues fixÈes sur un axe
pouvant avoir un mouvement de rotation sous le support (la notion de guidage et de volant
apparaissent).

La transmission: elle peut se faire au moyen de poulies ou díengrenages

La fixation de la pile et du bloc moteur ne posent aucune difficultÈ.

On peut Ègalement prÈvoir une grande hÈlice permettant une propulsion par un autre moyen
que des roues; de ce fait, un deuxiËme transfert sur líavion ý hÈlice est possible ( mais cet
avion aura beaucoup de mal ý prendre son envol du fait de la masse des matÈriaux et des
ÈlÈments Èlectriques).
Ý
Cette Ètude peut Ítre un transfert du bateau ou au contraire líÈtude prÈliminaire au bateau afin
díÈtudier et de mettre en place les diffÈrents moyens de transmission.
FICHE Nƒ10

CREATION DíUN MOULIN ý VENT
Physique: mouvements, engrenages, líair, circuits Èlectriques.
GÈomÈtrie: le disque

DÈpart: crÈer un moulin comme celui de MaÓtre Cornille
      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝrecherche documentaire sur les moulins
      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝrecherche sur líorientation des pales du moulin

Objectif: crÈer un schÈma reprÈsentatif díun moulin
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ concevoir un moulin dont les pales fonctionnent gr’ce ý un
petit moteur Èlectrique
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ une ampoule peut Ítre mise ý líintÈrieur du moulin afin de
líÈclairer.

TRAVAUX ý rÈaliser:
Plusieurs parties ont ÈtÈ vues lors de la crÈation díun bateau:
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝtransmission
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝconstruction díune hÈlice
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝnotion díaxe
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝnotion de circuit Èlectrique.
Le gros de la conception rÈside en la mise en place du projet de maquette du moulin,
maquette qui se dÈcompose en trois parties principales:
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝle corps et la toiture du moulin
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝles pales
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝle circuit Èlectrique et la transmission du mouvement.

Le corps du moulin
                                                         Choix des matÈriaux pour la
                                                         crÈation du moulin:
                                                         le bois ne peut Ítre creusÈ
                                                         facilement
                                                         le carton est peu solide
                                                         la terre glaise ou la p’te ý sel
                                                         seraient des bons compromis entre
                                                         soliditÈ, empreinte en creux et
                                                         dÈcoration.

                                                         Fabrication:
                                                         nÈcessitÈ de prÈvoir la fabrication
                                                         en six parties (aprËs discussions et
                                                         essais avec du carton)
                                                         le toit en un seul morceau: cíest un
                                                         secteur angulaire
                                                         le corps du moulin: deux plaques
                                                         courbÈes qui se colleront
les murs de la maison: un seul morceau
le toit: un prisme ý base triangulaire
le socle: plaque plate au dÈpart


Dimensionnement des piËces:
le dimensionnement des piËces síeffectue avec du papier cartonnÈ quadrillÈ qui possËde
líavantage de disposer de carreaux de 5mm de cÙtÈ.
Une fois líesthÈtique de moulin trouvÈe, les cotes sont portÈes sur le schÈma de fabrication:




attention ces dimensions sont fournies ý partir díun schÈma díÈlËve; les dimensions varient
donc en fonction de la reprÈsentation du moulin.
Remarques mathÈmatiques : concernant le corps du moulin et la toiture
le corps du moulin:
si la largeur du moulin est de T cm, la plaque aura pour diamËtre Tcm et sa largeur sera la
longueur de la face latÈrale du cylindre, cíest ý dire:  x D ou  x Tcm, ce qui explique la
largeur de la demi plaque:
݇ x Tx 3,14.
Concernant le cÙne reprÈsentant la toiture:
                      SiÝ on reprÈsente la toiture par le cÙne de hauteur h, de rayon r ; le
                      rayon de la base et a líapothËme; líangle  aura pour valeur en degrÈs:
                      = 360 x       ÷
                                   r¾ / (r¾ + h¾); le rayon de disque patron du
                     cÙne:(apothËmeÝ a)
                      ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝsera:ÝÝ a
=   Ý÷ (r¾ + h ¾ )




Les ailes du moulin:
observation principale: il síagit de triangles isocËles. Si le corps du moulin est de 20cm,
quelle peut-Ítre la taille des ailes du moulin?
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝDiscussion et essais pour convenir quíune taille de 9 ý 11 cm
conviendrait; une base de 4cm donnerait aux ailes une allure correcte.
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝConstruction des ailes:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝelles doivent Ítre fines , quadrillÈes et solides, qualitÈs difficiles ý
remplir conjointement, dío˜ crÈation díun gabarit , pose par dessus díun papier cristal et
collage díune tige mÈtallique de diamËtre 1mm courbÈe. Au feutre indÈlÈbile, tracÈ des
rayons de líaile.
                                                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                                 ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ
                                                 Líaxe est crÈe par la mÍme occasion.
                                                 Avec cette mÈthode, il est possible de
                                                 positionner les quatre ailes du moulin dans
                                                 quatre plans distincts par simple torsion de la
                                                 base de la tige mÈtallique.
Mise en place fonctionnelle de diffÈrentes parties:




        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ




Assemblage des diffÈrentes parties:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- collage des deux parties du moulin; mise en place des trous pour
líaxe des ailes
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- collage des deux parties de la maison

        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- dÈcoration du moulin et de la maison ainsi que du socle

        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- sÈchage de la toiture, du corps du moulin et de la maison et du
socle

        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- mise en place de líaxe des ailes de la poulie et de líÈlastique puis
des ailes (collage des ailes ou fixation des ailes sur líaxe).
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- positionnement de la pile et du moteur sur le socle
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- mise en place de la poulie partant du moteur
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- mise en place de líampoule
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- c’blage Èlectrique et mise en place díun interrupteur sous forme
díune targette ou díun loquet en cuivre
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- vÈrification du fonctionnement des diffÈrentes parties

       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- positionnement du toit
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- positionnement du corps du moulin et collage sur le socle
       ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- mise en place de la maison sans collage.

Au niveau dÈcoration, la crÈation de fenÍtres allËge la structure et le collage interne de papier
transparent colorÈ ou non accentue la vie.

Pour le corps du moulin et la maison, un enduit extÈrieur ton pierre, ocre, rend de trËs bons
effets; la toiture peut Ítre dÈcorÈeÝ avec des motifs tuile ou avec de la paille collÈe; le socle
peut recevoir de la mousse.
FICHE Nƒ11
CREATION DíUNE PENDULE
Liaison CM SIXIEME
Physique: polygone de sustentation, centre de gravitÈ
mathÈmatique: les angles

DÈpart: dÈmontage díune pendule Èlectrique ne fonctionnant plus
Objectif: fabriquer une pendulette Èlectrique

OBSERVATIONS:
Le dÈmontage díune pendule Èlectrique montre quíil existe trois parties distinctes:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- un moteur Èlectrique contenant une batterie
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- deux aiguilles
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝ- un support
Líobservation plus fine montre quíil existe au niveau du moteur deux axes concentriques, líun
pour líaiguille des heures et le central pour líaiguille des minutes. Les aiguilles sont serties ou
collÈes sur les deux axes.


CrÈation de la pendule:
        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝune rÈflexion concernant le support: la pendule doit-elle Ítre
posÈe ou suspendue?
Dans le second cas, une simple plaque avec une attache suffira. Sur cette plaque seront
gravÈes les heures.
Si la pendule est destinÈe ý Ítre posÈe, líÈtude du support est nÈcessaire:

                                                  La solution A est trËs stable mais parait trop
                                                  rigide.
                                                  La solution B níest pas stable.
                                                  La solution C est stable, le plan inclinÈ est
                                                  intÈressant au niveau facilitÈ de lecture.

                                                  Solution retenue: C



        ÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝÝNÈcessitÈ de crÈer le cadran: disque plein sur lequel sont reportÈs
les graduations des heures.

Au niveau des aiguilles:
crÈation de deux aiguilles de taille distincte puis pour la sÈrie achat díaiguilles en vrac:
problËme du sertissage et du perÁage.

Au niveau du moteur Èlectrique: achat de ce moteur (prix 15FF)

Mise en oeuvre:
                                       le support est rÈalisÈ en plastique 2mm ainsi que le
                                       cadran de la pendule.
                                       La forme du support est laissÈe au libre choix de
                                       líÈlËve: triangle; triangle et base rectangulaire,
                                       rectangle ou forme quelconque.
                                       Les gabarits du cadran et du support ainsi que la
                                       mesure de líangle concernant le support ont ÈtÈ
                                       transmis aux ÈlËves de sixiËme qui se sont chargÈs
                                       des dÈcoupes.
                                       Les ÈlËves de CM níayant plus quíý faire les
                                       assemblages par collage.


FICHE Nƒ12
AUTRES REALISATIONS NON DETAILLEES:

LE NICHOIR A OISEAUX
Il síagit ici pour les ÈlËves de lire un plan et imaginer la construction de líobjet selon les




dimensions ý líÈchelle.


LE MANEGE:
RÈalisation         trËs
complexe       rÈalisÈe
dans une seule classe
de CM.
En effet, il faut
solidariser        líaxe
central      avec     la
toitureÝ crÈe en toile
avec ý la base un
cercle en fer
et
avec      les     objets
tournants.

Líaxe central doit Ítre
guidÈ et Ítre enfermÈ
dans un cylindre lui
permettant cependant
de tourner librement.

A la base, un moteur
et un entraÓnement
par poulies.
EN GUISE DE CONCLUSION:
Síil est vrai que la technologie de líÈcole ÈlÈmentaire semble plus axÈe sur le ´ bricolage ª
partant díune recherche et de questions que líon se pose, il níen demeure pas moins que les
ÈlËves prennent plaisir ý rÈaliser des objets et apprennent ý se construire et síapproprier un
certain nombre de savoirs tant en physique quíen mathÈmatique et en franÁais.
On se doit díÈviter dans ces travaux tout formalisme et surtout vouloir ý tout prix prouver par
le raisonnement ou par le calcul quíune rËgle est gÈnÈrale: en technologie une rËgle
síapplique.
Des ´ boites noires ª ou ´ magiques ª existent en technologie: le moteur, la pile, les roulements
ý billes....il níest pas question de síen prÈoccuper: on les utilise tels quels.

La liaison avec la sixiËme a ÈtÈ rÈalisÈe par les enseignants au cours díun stage et a permis ,
ce qui jusquíý prÈsent posait problËme, de passer pour certains objets de la maquette ý la
production en sÈrie, ce qui est un des buts de la sixiËme et dons de passer de líobjet ´ rÈflÈchi
et thÈorisÈ ª ý líobjet ´ rÈel et construit ª.

Le matÈriel nÈcessaire est assez limitÈ dans son ensemble: des outils usuels pour le travail du
bois et du fer; une perceuse lÈgËre ou une micro-perceuse, un appareil ý thermoformer et une
cisaille pour líenseignant.

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:8
posted:11/23/2011
language:French
pages:51