Les Glandes Endocrines by nuhman10

VIEWS: 67 PAGES: 5

									                      LES PRINCIPALES GLANDES ENDOCRINES
                        (on donne le nom d’HORMONES à leurs sécrétions)

Ces glandes sont richement vascularisées (capillaires dits sinusoïdes), le sang baignant directement
les cellules glandulaires

                                 LES ORGANES PRINCIPAUX :
        ORGANES                                      HORMONES
La glande Thyroïde          (T2, T3 & T4), TSH, TRF & la Thyrocalcitonine.
(Poids = 20 à 25 g)
Les 4 glandes ParaThyroïdes La Parathormone.
(Poids = de 0,01 à 0,10 g)
Les glandes Surrénales      au niveau de la Corticosurrénale :
(Poids = 4 à 6 g)            -l’Aldostérone, la Cortisone et la Cortico-stérone, les
                            Stéroïdes sexuels.
                              au niveau de la Médullosurrénale :
                             -l’Adrénaline et la Noradrénaline.
Le Pancréas                 L’Insuline, le Glucagon, l’hormone Lipocaïque, l’hormone
(Poids = 70 g)              Gastro-sécrétagogue.
Le Testicule                La Testostérone.
(Poids = 20 g)
L’Ovaire                    Les Œstrogènes, la Progestérone, la Relaxine.
(Poids = 10 g)
L’Hypophyse                 La Somatotrope, les Stimulines (A.C.T.H., T.S.H., F.S.H.,
(Poids = 0,60 g)            L.H., L.T.H.), la Prolactine

                                LES ORGANES SECONDAIRES :
L’Epiphyse
Le Rein                        La Rénine et l'Erythropoïétine
L’Appareil Digestif            La Gastrine, la Sécrétine et la Cholécystokinine
LA THYROÏDE
Elle est située en dessous des cartilage du Larynx (face antérieure), contre la Trachée. Elle est
constituée de 2 lobes latéraux réunis par l’isthme. Les hormones thyroïdiennes sont stockées au sein
d’une substance colloïde : la Thyréoglobuline.
Ces hormones thyroïdiennes (T2, T3 et T4)1, libérées par la Thyréoglobuline, sont déversées dans le
sang où elles se fixent sur des protéines de transport. Ces hormones sont extrêmement riches en
iode (toute carence de cette substance provoque un hypofonctionnement thyroïdien et donc
l’apparition d’un goitre).
La quantité de thyroglobuline et d’hormones sécrétées par la thyroïde est contrôlée par une autre
hormone, la thyréostimuline (TSH), synthétisée par l’hypophyse. La sécrétion de TSH est elle-
même régulée par une substance appelée facteur de libération de la TSH, ou thyréolibérine (TRF),
sécrétée par l’hypothalamus (région de la base du cerveau située au-dessus de l'hypophyse).
ACTIONS SUR LE METABOLISME
        elle augmente le métabolisme cellulaire, elle fait tourner plus vite la « centrale
thermique » humaine,
        elle accélère l’utilisation des Glucides, des Lipides et des Protides, ce qui provoque une
augmentation des échanges respiratoires, du volume sanguin et du débit cardiaque (en cas
hyperthyroïdie : apparition de bouffées de chaleur et de palpitations),
        elle régule la température centrale, en cas d’abaissement de la valeur de cette dernière, elle
augmente la production de chaleur.
ACTION SUR LA CROISSANCE
Lors de la croissance, il existe une intense activité cellulaire et la Thyroïde possède une action
stimulante sur cette croissance. L’insuffisance thyroïdienne entraîne un retard staturo-pondérale et
dans sa forme extrême un nanisme (Taille adulte < 127 cm).
ACTIONS SUR LES TISSUS
La Thyroïde agit sur les tissus et leur donne une résistance et un aspect normaux.
Elle agit :
            sur l’ossification et les cartilages de conjugaison (action sur la croissance),
            sur le développement de l’appareil génital lors de la puberté
            sur la pousse des Poils, des Ongles et des Dents, lors de la croissance
            sur les cellules du système nerveux supérieur en facilitant son fonctionnement.
NB : On nommera les 2 familles de dysfonctionnement de la glande Thyroïdienne :
       dans le cas d’un hypofonctionnement : un myxœdème,
       dans le cas d’un hyperfonctionnement : la maladie de BASEDOW.
ACTION DE LA THYROCALCITONINE (cette dernière est totalement indépendante de l’hypophyse)
Elle agit :
         sur le métabolisme du Calcium (hypocalcémie), en limitant à 100 mg/L, la quantité de
calcium libérée par l’os (une quantité trop faible de Calcium provoque des tétanies et une quantité
trop forte provoque hypertension, ulcères, troubles rénaux et psychiques),
         et accessoirement sur le métabolisme du Phosphore, en limitant, la quantité de ce dernier,
dans le sang (hypophosphorémie).




1
    T2 : di-iodo-thyronine, T3 : tri-iodo-thyronine et T4 : tétra-iodo-thyronine
LES GLANDES PARATHYROÏDES
Au nombre de 4, situées 2 par 2, sur la face postérieure du corps thyroïdien. Elles sont indispensables
à la vie et tiennent sous leur dépendance, le métabolisme du Calcium et du Phosphore.
L’hormone parathyroïdienne se nomme la parathormone. La parathormone a un rôle antagoniste
envers la Thyrocalcitonine(qui, rappelons le, est hypocalcémique), dans la mesure où la
parathormone a un rôle hypercalcémique et hypophosphorémique.
En sécrétant de la parathormone, les glandes parathyroïdes favorisent l’excrétion du phosphore par
les reins (ce qui diminue la concentration sanguine de phosphore ou hypophosphorémie) et
augmente le taux de résorption osseuse (le calcium des os passe dans le sang, augmentant ainsi la
concentration sanguine de calcium, ou hypercalcémie).
L’hypercalcémie provient des os qui s’amollissent. Les excès de calcium présent dans l’urine au
cours de cette affection, peuvent cristalliser et provoquer la formation de calculs rénaux. Le calcium
en excès transporté par le flux sanguin peut, en outre, se déposer dans les tissus « mous » et provoquer
des dysfonctionnements de divers organes, les reins par exemple.
Une déficience en parathormone conduit à une réduction de la concentration sanguine de calcium
(hypocalcémie) et à une augmentation de la concentration sanguine en phosphore
(hyperphosphorémie). Il s’ensuit une hyperexcitabilité neuromusculaire responsable de rapides
contractions musculaires involontaires, état appelé tétanie
Les hypocalcémies peuvent également survenir dans les pancréatites aiguës, les insuffisances
rénales et en cas de perfusions veineuses exagérées visant à réhydrater certains patients.
Cette sécrétion est réglée uniquement par le taux de calcémie dans le sang.

LES GLANDES SURRENALES
D’une dimension de 3 * 2 * 1 cm et pesant 4 à 6 g, elles se situent ,au-dessus de l’extrémité supérieure
de chaque rein. Elles possèdent une sécrétion permanente faible mais réagit rapidement aux situations
d’urgence.
Les glandes surrénales sont constituées de deux parties distinctes :
         une partie périphérique, ou corticosurrénale
         et une région centrale, ou médullosurrénale,
Ces deux zones se composent de tissus différents, remplissent des fonctions différentes et ne sécrètent
pas les mêmes hormones ; elles forment donc deux glandes endocrines distinctes.
LA CORTICOSURRENALE sécrète un grand nombre d’hormones stéroïdes, dont quelques-unes
seulement en quantités significatives :
        l’aldostérone, régit l’équilibre sel/eau dans l’organisme,
        la cortisone et la corticostérone régulent le métabolisme des graisses, des glucides et des
protéines,
        les stéroïdes sexuels, hormones qui ont une influence mineure sur l’appareil reproducteur.
De par les hormones qu’elle produit, la corticosurrénale est un organe vital, dont l’atteinte met en
danger la survie du patient. Ces sécrétions sont réglées, entre autre, par l’Hypophyse.
LA MEDULLOSURRENALE est responsable de la sécrétion des hormones du groupe des
catécholamines :
        l’adrénaline, qui joue un rôle excitateur et qui est libérée lors d’un stress (Hémorragie,
Choc, Froid, Hypoglycémie, Douleur…), provoquant Vaso-Dilatation et Tachycardie,
        la noradrénaline, qui joue un rôle modérateur lors de ce stress, provoquant Vaso-
Constriction et Bradycardie.
L’ablation de la médullosurrénale, contrairement à celle de la corticosurrénale, n’entraîne aucun
danger pour la vie du patient.
Ces sécrétions sont réglées, entre autre, par l’Hypothalamus.
LE PANCREAS
L’hormone essentielle secrétée par le pancréas est l’insuline (libérée à partir des îlots de Langerhans).
Elle contribue à maintenir constant le taux de sucre sanguin (Glycémie). Elle stocke les glucides au
niveau du foie et des muscles.
Elle intervient également dans le métabolisme :
         des Lipides, en favorisant la synthèse des Acides gras et leur mise en réserve au niveau des
Tissus adipeux,
         des Protides, en favorisant la synthèse des Protéines au niveau des Muscles et du Foie.
Cette sécrétion est réglée, entre autre, par l’Hypothalamus.
Les autres hormones sont :
         le Glucagon, qui provoque l’augmentation de la Glycémie (en libérant le glucose stocké
dans le Foie),
         l’hormone Lipocaïque, hormone qui empêche la surcharge du Foie par les graisses,
         l’hormone Gastro-sécrétagogue, hormone qui déclenche la sécrétion acido-peptique2 de
l’estomac.

LE TESTICULE
La fonction endocrine du Testicule est dévolue aux cellules interstitielles de Leydig. Rappelons que
dans sa fonction exocrine elle élabore des Spermatoïdes.
Les hormones testiculaires sont des substances stéroïdes (et donc proche chimiquement des hormones
cortico-surrénales).L’hormone essentielle est la Testostérone et ses actions sont multiples :
         elle développe les organes génitaux mâles,
         elle intervient dans le développement musculaire et squelettique du mâle,
         elle provoque le développement pileux,
         elle augmente la combativité, l’agressivité et développe la libido
Cette sécrétion est réglée, entre autre, par l’Hypophyse, qui élabore des gonado-stimuline.

L’OVAIRE
Les ovaires sont les glandes génitales femelles, ou gonades. Ils sont responsables de la sécrétion des
hormones œstrogènes, nécessaires au développement des organes reproducteurs et à l'acquisition des
caractères sexuels secondaires.
La fonction endocrine de l’Ovaire est dévolue aux cellules folliculeuses qui entoure l’ovocyte.
Rappelons que dans sa fonction exocrine, elle élabore des Ovules.
L’ovaire sécrète des hormones sexuelles sous le contrôle de l’hypophyse : avant l’ovulation, le
follicule sécrète des œstrogènes (la folliculine, l’œstrone et l’œstradiol). Après l’ovulation, le
follicule de Graaf se transforme en corps jaune, et sécrète des œstrogènes et de la progestérone. Le
rôle physiologique de cette dernière porte essentiellement sur la préparation et le maintien de la
grossesse.
Certaines particularités des hormones ovariennes présentent un intérêt clinique : leur influence sur la
température du corps, leur élimination dans les urines sous forme de dérivés facilement dosables, ou
encore leur impact sur les muqueuses de l’appareil génital, sont couramment utilisés pour
l’exploration médicale des fonctions ovariennes
Les ovaires fabriquent également une hormone appelée relaxine, qui induit la dilatation du col de
l'utérus pendant l'accouchement.




2
    Peptique : qui a rapport à la Pepsine (Enzyme du suc gastrique).
L’HYPOPHYSE
Situé à la base du Cerveau, elle est constituée de 3 parties dont les fonctions sont totalement
différentes : le lobe Antérieur, le lobe Intermédiaire et le lobe Postérieur.
Le lobe Antérieur (ou antépophyse) sécréte :
        l’hormone de Croissance, appelée somatotrope,
        les stimulines qui agissent sur les autres glandes endocrines dont elles règlent le
fonctionnement
               la Cortico-stimuline (ou A.C.T.H.), qui commande les cortico-surrénales,
               la Thyréo-stimuline (ou T.S.H.), qui commande la Thyroïde,
               les Gonado-Stimuline A (ou F.S.H.),qui agit sur la maturation folliculaire de la
femelle et stimule la spermatogenèse du mâle,
               les Gonado-Stimuline B (ou L.H.), qui provoque la ponte ovulaire chez la femelle et
stimule, chez le mâle, la production d’hormones,
               et la Prolactine (ou L.T.H.), qui agit sur les glandes mammaires en établissant et en
entretenant la lactation.
Le lobe Intermédiaire, qui chez l’homme, semble dépourvu d’action.
Le lobe Postérieur (ou post-hypophyse) sécréte 2 hormones:
         la Vasopressine ou Pitressine (ou A.D.H), qui provoque une vaso-constriction et entraîne
de ce fait, une hypertension artérielle Elle possède aussi une action antidiurétique, en évitant les
fuites urinaires trop importantes.
         l’Ocytocine, qui provoque la contraction des fibres musculaires lisses et notamment celles
de l’Utérus. A ce titre, elle joue un rôle fondamental dans l’accouchement. Elle intervient également
en association avec la Prolactine, dans le déclenchement de la lactation.
A noter que le lobe Postérieur est en rapport intime avec l’Hypothalamus auquel il est relié par de
nombreuses fibres nerveuses..

L’EPIPHYSE
Sa fonction exacte serait encore incertaine. Elle serait un faible antagoniste de l’Hypophyse

LE THYMUS
Il se situe dans la partie haute du Médiastin, en arrière du Sternum. Il joue un rôle majeur dans
l’établissement, après la naissance, des processus de l’immunité. Il intervient en produisant des
cellules lymphoïdes (lymphocytes). Ces dernières représentent le support essentiel de l’immunité
d’origine cellulaire.

LE REIN
Les reins sécrètent la Rénine, qui active l'hormone angiotensine fabriquée dans le foie ; cette
hormone augmente à son tour la pression sanguine, en partie en stimulant la libération d'aldostérone
par les glandes surrénales. Les reins fabriquent également une hormone appelée l'érythropoïétine, qui
stimule la production des globules rouges par la moelle osseuse

L’APPAREIL DIGESTIF
Le tractus gastro-intestinal produit plusieurs substances régulant les fonctions du système digestif. Ce
sont la Gastrine de l'estomac qui stimule la sécrétion d'acide gastrique, la Sécrétine et la
Cholécystokinine de l'intestin supérieur qui activent la sécrétion des sucs digestifs et des hormones
du pancréas. La cholécystokinine permet également la contraction de la vésicule biliaire.

								
To top