UNESCO et l'eau by stariya

VIEWS: 3 PAGES: 4

									                                   Développement durable et
                                  gestion des ressources en eau
     Les programmes de l’UNESCO destinés à gérer l’utilisation des ressources en eau douce dans un
objectif de développement durable sont organisés autour de l’IHP (International Hydrological
Programme).

     • International Hydrological Programme
     Depuis son lancement en 1975, ce programme s’est appliqué à améliorer les connaissances sur les
cycles hydrologiques et par conséquent à valoriser les ressources exploitables en eau. L’accent est
désormais particulièrement placé sur les questions de la « gestion des ressources en eau dans une
optique de développement durable » et de l’évolution des études hydrologiques face à l’évolution des
conditions environnementales.

          Plans du PHI-II (1981-1983) et PHI-III (1984-1989) : L’hydrologie et les bases scientifiques de
           la gestion rationnelle des ressources en eau.
          Plans du PHI-IV (1990-1995) : L’hydrologie et la mise en oeuvre durable des ressources en
           eau dans un environnement évolutif
          Plans du PHI-V (1996-2001) : L’hydrologie et la mise en oeuvre des ressources en eau dans un
           environnement évolutif.
          Plans du PHI-VI (2002-2007) : Interactions de l’eau : systèmes en danger et défis sociaux.

     L’IHP est devenu un programme multidisciplinaire en acquérant une importante composante sociale,
avec l’idée que le développement économique et humain est menacé si un approvisionnement stable n’est
pas assuré à long-terme. Tout en restant un programme global d’hydrologie, la sixième phase de l’IHP
met l’accent sur les aspects sociaux de la diminution des ressources en eau résultant autant de la pollution
des réserves que de leur surexploitation. Par une étude plus globale des phénomènes hydrologiques, il
s’agit d’améliorer la compréhension de la gestion de l’eau pour en rationaliser la consommation.

      Dans un esprit de développement humain et social durable, le programme a mis l’accent sur une
gestion écologiquement rationnelle, dans le cadre d’une approche plus intégrée. Parmis les différents
thèmes d’étude de ce programme, le Thème 4 est consacré aux rapports entre eau et société (comment les
populations peuvent elles croitre et se développer de manière durable ? Comment régler les conflits dus à
l’utilisation de l’eau ? Quelle éthique développer dans la gestion des ressources hydrologiques ?). Ce
thème comporte 5 axes de travail :

1. Eau, civilisation et éthique : comprendre le rôle de l’eau dans l’évolution des civilisations, et par
             conséquent les interactions entre la gestion de l’eau et les conditions sociopolitiques.
                                   diffusion de pratiques éthiques dans la gestion de l’eau (notamment les
             questions liées à l’accès à l’eau salubre en tant que droit de l’homme
2. Valeur de l’eau : intégrer les dimensions environnementales et sociales dans la gestion de l’eau.
                        étudier la valeur de l’eau et la question de la tarification.
3. Conflits liés à l’eau (prévention et règlement) : étudier les méthodes de prévention et de règlement
             des conflits liés au partage de l’eau.
4. Sécurité humaine dans les catastrophes liées à l’eau et les environnements en voie de détérioration :
             évaluer les conséquences de la pénurie et de la détérioration de la qualité de l’eau sur la
             santé et la sécurité humaine.
             évaluer les effets des changements climatiques, écologiques et hydrologiques sur les
             populations (réduire les conséquences néfastes des catastrophes liées à l’eau).
5. Sensibilisation du public aux interactions de l’eau : sensibiliser le public aux problèmes
             hydrologiques en fonction de la région géographique donnée, et concentrer les efforts
             notamment sur les jeunes et les femmes.

     Dans le cadre de l’IHP, il existe également deux programmes internationaux :
                FRIEND : recherche appliquée à l’évaluation et la gestion des ressources en eau )
                l’échelle régionale
                HELP (Hydrologie au service de l’Environnement, de la Vie et de la Politique) : il s’agit
                d’améliorer les liens entre les études hydrologiques et les besoins sociaux (préservation
                de la santé humaine et environnementale, …).

      • Environnement et Développement dans les régions côtières et petite îles
      Ce programme contribue à développer les régions côtières et des petites îles de manière durable pour
l'environnement, socialement équitable et économiquement viable. En plus d’actions locales sur le terrain
(23 projets sont en cours), il assure la promotion de pratiques éclairées pour un développement humain
durable (par un forum de discussion Internet). Il dispose également d’un site Internet pour donner une
tribune aux jeunes des petites îles, appelé Small Islands Voice.

     • World Water Assessment Programme
     L’UNESCO participe à cette initiative de l’ensemble du système des Nations Unies afin d’améliorer
les politiques et les pratiques de gestion des ressources en eau douce vers leur utilisation plus durable. En
s’appuyant sur une évaluation de la situation mondiale des ressources disponibles, le WWAP devra
ensuite identifier les situations de crise due à la répartition de l’eau, et coordonner ensuite les initiatives
des différentes agences du système des Nations Unies.

     En particulier, l’UNESCO prend part directement dans les objectifs de :
       • satisfaction des besoins humains fondamentaux (autant en qualité qu’en quantité suffisantes).
       • protection des écosystèmes (gestion des ressources en eau de manière durable, en tenant compte
       des besoins naturels).
       • partage des ressources en eau (limiter les inégalités, sources de tensions et d’insécurité
       politiques et sociales).
       • amélioration des connaissances de base.

     C’est dans le cadre de de programme que l’UNESCO a présenté le 22 mars 2003 le premier Rapport
Mondial sur la Mise en Valeur des Ressources en Eau, avec 23 agences du système des Nations Unies et
d’autres instances internationales (notamment du système de Bretton Woods) concernées par les
problèmes de la gestion de l’eau douce. Ce rapport dispose d’une forte couleur politique en appuyant
d’amblée la nécessaire prise en compte d’une gestion des ressources en eau dans une optique
internationale cohérente de développement durable, liant protection de l’environnement, croissance
économique et lutte contre la pauvreté (en effet, les crises de l’eau affectent en particulier les populations
les plus démunies ; de plus le rapport soutient que « donner aux pauvres un meilleur accès à une eau
mieux gérée peut contribuer à éradiquer la pauvreté »).
     Ce rapport est articulé autour de 11 défis autour de la gestion des ressources en eau douce. Ces
objectifs touchent d’une part au bien-être humain, et d’autre part à la question de la responsabilité des
acteurs politiques et sociaux dans une gestion efficace et durable de l’eau, en se plaçant dans une optique
de résolution des conflits. Il s’agit de lier protection des écosystèmes et satisfaction des besoins humains
fondamentaux et industriels, y compris dans le cadre urbain. La question des risques naturels est
également abordée, ainsi que celle de la valeur économique potentielle de l’eau et de sa tarification.
     • 2003 International Year of Freshwater
     www.wateryear2003.org
      Toujours dans le cadre du système des Nations Unies, l’UNESCO participe à l’organisation de cette
Année Internationale de l’Eau Douce. Il s’agit améliorer la prise de conscience de l’importance de
l’utilisation, de la gestion et de la protection durables de l’eau douce, de prmouvoir les activités
existantes, et de tenter de mener de nouvelles initiatives aux niveaux local, nationale et international.
Dans la lignée du Sommet de Johannesbur de Septembre 2002, et avec comme cadre le Rapport Mondial
sur la Mise en Valeur des Ressources de l’eau, elle a donné lieu en Mars 2003 au Troisième Forum
Mondial de l’Eau au Japon.

     • Autres institutions du système des Nations Unies impliquées dans la gestion durable de l’eau :

            - La Commission pour le développement durable (www.un.org/esa/sustdev/csd/csd.htm)
      La travail de la CSD va être articulé autour des thèmes de l’eau et le traitement des lors du cycle de
travail 2004-2005, en étroite collaboration avec l’UNESCO. Cette commission est chargée de rédiger un
rapport auprès du Conseil ECOSOC pour évaluer l’avancée de la coopération internationale en matière de
politique de développement durable.
      L’UNESCO devrait également participer avec la CSD à l’organisation de la Décennie pour
l’Eductaion au Développement Durable des Nations Unies, d’autant plus que l’éducation a été reconnue
comme l’une des 12 activités tranversales de travail de la CSD entre 2004 et 2017.

            - Sommet mondial sur le développement durable, Johannesburg 2002
              (www.johannesburgsummit.org)
     K.Annan a identifié l’eau comme étant l’un des cinq domaines où des réultats concrets sont
essentiels et réalisables. On a tenté d’impliquer la société civile, les acteurs privés et les organisations de
particuliers dans le débat sur le développement durable, notamment en leur donnant un bien meilleur
accès à l’information et en les intégrant dans l’évaluation de l’impact sur l’environnement des politiques
et des pratiques.

     • Les jeunes et la consommation durable et responsable
     UNESCO et UNEP ont lancé un programme sur la jeunesse et la consommation afin de mieux
connaitre les habitudes de consommation des jeunes et de promouvoir un mode de consommation plus
efficace. Alors que l’UNEP souligne l’importance d’une changement des modes de consommation t de
production à l’échele mondiale, l’UNESCO s’attache au rôle que l’éducation de la jeunesse peut avoir
pour développer un engagement vers un comprtement responsible. Le guide « YOUTH EXCHANGE –
training kit on sustainable consumption » a été réalisé dans ce cadre.

     • Développement durable et éducation
     http://portal.unesco.org/fr/ev.php@URL_ID=1216&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html
     Considérant que les programmes d’éducation déterminer les habitudes des enfants et des jeunes,
alors les politiques d’éducation sont des instruments fondémentaux pour les problèmes du développement
durable.

								
To top