DICO PERSO COLLEGE 58 by F0ElM084

VIEWS: 19 PAGES: 50

									                          VOCABULAIRE COLLEGE-LYCEE

"DE VISU" (locution latine): Par la vue, en regardant. Ex.: "Je te parlerai de cela de visu, et non par téléphone."
"HAPPY END" : Se dit, au cinéma, d'une fin de film dans laquelle l'action se dénoue au mieux.
« CARPE DIEM » : proverbe latin signifiant « cueille le jour » ; invitation à profiter des plaisirs de la vie.


                                                       A
A FOISON (loc. adv.): en quantité, en foule.
A LA RACINE (loc.): Au plus profond, là où le problème a le plus de chances d'être réglé.
A PRIORI (n. m. latin): préjugé, idée que l’on se forge sur un domaine que l’on ne connaît pas encore.
ABERRANT, E : Qui s’écarte du bon sens et de la raison, à propos d’une idée, d’un comportement ; qui n’a pas
        de sens, absurde.
ABERRATION (n.f.) : Idée ou action qui s’écarte du bon sens et de la raison, ou qui n’a pas de sens.
ABJECT, E (adj) : digne de mépris, qui inspire une violente répulsion.
ABJURER: Renoncer solennellement à une religion; abandonner une croyance religieuse.
ABOLIR : Supprimer, annuler (à propos d’une loi, d’une décision, d’un principe)
ABOLITION (n.f.) : Action de supprimer, d’annuler par une loi ou une décision politique.
ABROGATION (n.f.): Annulation d'une loi, d'une mesure.
ABSINTHE (n .f.): Liqueur alcoolique verte, extraite d'une plante amère, très en vogue à la fin du XIXème
        siècle. L’absinthe : nom d’un tableau de Degas
ABSOLU (adj. et n. m.) : Ce qui existe indépendamment de tout rapport avec autre chose. Contr. : relatif
ABSOUDRE: Pardonner les fautes, les péchés de quelqu'un.
ABSTRAIT,E (adj.) : en art :qui ne représente rien de concret, rien de précis.
ABSURDE(adj.): Qui n'a pas de sens.
ABSURDE [théâtre de l’] : se dit du théâtre, né après la seconde guerre mondiale, qui dénonce à travers la
        remise en question du langage, le fait que notre existence et nos actions n’ont pas de sens ; dans ce
        théâtre (représenté par Ionesco, Adamov, et Beckett), le personnage est réduit à une marionnette, et sa
        volonté de communiquer est une parodie ridicule et pathétique.
ABUS DE LANGAGE (n.m.) : expression, mot, phrase que l’on peut employer de façon impropre ou
        approximative, sans compromettre le sens ni gêner la communication ( ex. la tournure « ça me gratte »
        au lieu de « ça me démange », qui est l’expression correcte)
ABYME [MISE EN]: Procédé stylistique, utilisé en peinture et en littérature, qui consiste à reprendre, dans un
        petit détail, un élément de l'oeuvre - ou l'oeuvre elle même - pour en expliquer le sens et en renforcer la
        cohérence. (ex.: "Les époux Arnolfini", célèbre tableau du flamand Van Eyck, offre l'exemple type de la
        construction en abyme, à travers la reprise, dans un miroir central, des deux personnages peints,
        encadrant la minuscule silhouette du peintre.)
ACCENT RYTHMIQUE (n. m.): En poésie, syllabe accentuée avant une coupe.
ACADEMIE (n.f.) : Ecole supérieure où l’on enseigne, entre autres arts, le dessin et la peinture depuis le 16e
        siècle ; au 19e siècle, elle est le symbole de l’art officiel et figé contre lequel vont se développer les
        impressionnistes et les peintres modernes.
ACADEMISME (n.m.) : Art trop marqué par l’Académie, par la façon officielle de peindre ou d’écrire ; art
        froid et officiel qui se contente d’employer des règles apprises.
ACARIATRE (adj.) : De mauvaise humeur, d’un caractère désagréable.
ACCENT RYTHMIQUE (n. m.): En poésie, syllabe accentuée avant une coupe.
ACCEPTION (n. f.) Sens d’un mot. Ex.: le mot « côte »a plusieurs acceptions.
ACCOINTANCE (n .f.): Connaissance, relation que l'on entretient avec telle ou telle personne.
ACCULER : 1°Pousser quelqu’un dans un endroit où tout recul est impossible ; 2° mettre quelqu’un dans
l’impossibilité de répondre ou de réagir.
ACCULTURATION (n.f.) : Phénomène sociologique par lequel un individu, un groupe ou toute une société
entre en contact avec une culture différente qui va peu à peu prendre la place de la sienne.
ACHALANDÉ(adj.): Qui a beaucoup de clients, à propos d'un magasin. Par extension: qui est bien
       approvisionné.
ACHOPPEMENT (PIERRE D’) : Obstacle sur lequel on bute, difficulté qu’on rencontre.
ACOMPTE (m) : premier versement acquitté sur le montant d’une somme due. Syn. : arrhes
ACQUITTER (S’) : se libérer d’une obligation juridique ou morale, régler une dette
ACRETÉ (n.f.) : Qualité de ce qui est irritant (pour le goût ou l’odorat), ou douloureux (au sens figuré)
ACROSTICHE (n.m.) : Poème ou strophe dont la première lettre de chaque mot initial forme un nom si on la lit
       verticalement.
ACTIVISTE (n.m.) : Partisan de l’action violente en matière de politique, pour faire triompher une cause ou des
       idées.
ADEQUAT,E(adj.): Bien approprié à sa fonction, à son but.
ADJUVANT(n.m.): Au théâtre, personnage qui aide le héros à accomplir une action (un mariage, par ex. chez
       Molière).
ADULTERE (n.m.): infidélité conjugale (pour un homme ou une femme) (adj.): coupable d'infidélité conjugale.
AFFABLE (adj.): d’une très grande gentillesse dans le ton, la façon de parler, les manières.
AFFECTIF (CHANTAGE) : forme de chantage dans lequel la personne essaie de faire jouer les sentiments et
       l’affection d’autrui pour arriver à ses fins.
AFFINITE (n.f.) : Lien affectif entre deux personnes qui partagent les mêmes goûts et centres d’intérêt.
AFFIXE (n.m.) : Elément qui se place au début, à la fin ou au milieu d’un mot pour en modifier le sens. Au
       début d’un mot, un affixe s’appelle un préfixe, au milieu, un infixe, et à la fin, un suffixe.
AFFUBLER : habiller de façon ridule, comme pour un déguisement.
AGE D’OR : 1. Dans la mythologie grecque, période au cours de laquelle les hommes et les dieux vivaient en
       harmonie, avant que cette entente ne se dégrade 2. Période heureuse.
AGENT (complément d’) : Gram. Complément d’un verbe passif désignant la personne ou la chose qui fait
       l’action. Il est introduit par les prépositions «par » ou « de ». Le piéton a été renversé par une voiture.
AGNOSTIQUE (adj. et n.) : n. : personne qui refuse de se prononcer sur l’existence de Dieu, et sur ce qui
       échappe à la connaissance (comme l’au-delà) ; adj. : relatif à cette attitude.
AGORAPHOBIE(n.f.): Angoisse ressentie dans un espace libre, un endroit immense et désert. Contr.:
       "claustrophobie".
AGRAMMATICAL, E(adj.): Se dit d'une construction de phrase incorrecte sur le plan grammatical.
AGUICHER : Séduire, attirer par un comportement provoquant.
AIGRETTE (n.f.) : ornement fait d’un bouquet de plumes et surmontant un turban, un casque, etc.
ALAMBIC (n.m.): appareil formé d’un long tube de verre enroulé, servant à la distillation de l’alcool.
ALAMBIQUÉ, ÉE: Compliqué et confus, à propos d'un style, d'une idée, ou d'une phrase.
ALANGUI (adj.) : se dit d’une pose du corps qui reflète mollesse et fatigue.
ALCHIMIE(n.f.): Art de la transmutation des métaux, au Moyen Age.
ALCHIMISTE (n.m.) : Personne qui s’adonne à l’alchimie.
ALCOVE (n.f.) : renfoncement, ménagé dans une chambre à coucher, pour un ou plusieurs lits.
ALÉATOIRE (adj.): Hasardeux, qui ne dépend que du hasard.
ALEXANDRIN(n.m.): vers de douze pieds*; c'est le vers le plus répandu dans la poésie française.
ALIENANT, E : Qui rend étranger à soi-même.
ALIENÉ (adj. et n.m.) : Personne atteinte d’aliénation mentale ; fou.
ALIENISTE (n.m.) : (anciennement) médecin, spécialiste dans le traitement de la folie.
ALIENER: Rendre fou, étranger à soi-même.
ALIMENTAIRE(adj.): se dit d'un travail, d'un métier fait uniquement pour trouver de quoi vivre, et peu
       enrichissant
ALINÉA(n.m.): Espace compris entre la marge et le début d'un texte (deux ou trois centimètres).
ALLEGEANCE (n.f.) : 1 ; au Moyen-âge : liens de fidélité qui unissent le vassal à son seigneur. 2. (sens mod.) :
       fidélité et soumission à l’égard d’une nation, d’une autorité.
ALLÉGORIE(n.f.): Représentation concrète, à travers un personnage peint, sculpté, ou mis en scène dans un
       livre, d'une idée abstraite (ex; Marianne est une allégorie: elle symbolise la France).
ALLITÉRATION(n.f.): Répétition d'un même son à l'intérieur d'un vers, d'une phrase, en vue d'un effet
expressif, d'une signification particulière.
   (ex.: "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes?" Racine)
ALLUSIF, VE (adj.) : qui procède par allusions
ALLUSION(n.f.): Fait d'évoquer l'idée d'une personne ou d'une chose en la mentionnant rapidement.
ALTERCATION(n.f.): Dispute verbale entre deux personnes.
ALTRUISTE(adj.): Qui est généreux et tourné vers autrui (le contraire d' "égoïste").
AMBIDEXTRE(n.m. et adj.): Personne qui se sert également bien des deux mains
AMBIGU(adj.): Qui présente deux ou plusieurs sens, dont l'interprétation est incertaine.
AMBIGUÏTÉ (n.f.) : Caractère de ce qui est ambigu, qui peut se prêter à deux ou plusieurs interprétations.
AMER (n.m.) : objet fixe et visible servant de point de repère sur une côte.
AMNÉSIQUE(adj.): Qui a perdu la mémoire.
AMNISTIE(n.f.): Fait de supprimer les condamnations, les infractions, de la part du pouvoir politique.
AMOUR-PROPRE(n.m.): Fierté, vanité.
AMPHIBOLOGIE(n.f.): Double sens présenté par une phrase, ambiguïté grammaticale (ex.: "Pierre s'amuse
     avec Jean; il casse soudain son jouet": on ne sait pas si "son" renvoie au propre jouet de Pierre, ou à
     celui de Jean.)
AMPHIGOURI(n.m.): Ecrit ou discours burlesque et incompréhensible
AMPOULÉ(adj.): Se dit d'une façon de s'exprimer snob et trop recherchée.
ANACHRONIQUE (adj.):1° Qui fait apparaître une faute contre la chronologie, une confusion entre les
     époques et les dates. 2° Qui est périmé, d'un autre âge.
ANACHRONISME (n.m.): faute contre la chronologie et les dates ; attitude périmée, qui appartient à un autre
     âge
ANALEPSE (n. f.) : retour en arrière, dans une narration ; équivaut au flash-back au cinéma.
ANALOGIE (n. f.) : ressemblance, rapport que la pensée établit entre deux objets, deux idées.
ANAMORPHOSE (n.f.) : procédé artistique consistant à représenter dans un tableau, de façon déformée, un
     détail ; un miroir, rond le plus souvent, ou une vision latérale du détail en question permet de
     recomposer le dessin et d’en deviner le sujet. La peinture de la Renaissance a mis à la mode ce procédé.
ANAPHORE(n.f.): Répétition d'un mot en début de plusieurs phrases ou vers, pour insister ou créer un effet
     expressif.
ANARCHIE(n.f.): Fait de vouloir rejeter toute règle, toute autorité dans la société.
ANARCHIQUE(n.f.): Caractérisé par l'anarchie, le désordre.
ANARCHISTE(n.m.): Personne qui rejette toute autorité, toute règle dans la société.
ANCRÉ (adj.) : se dit d’un énoncé à l’intérieur duquel sont précisés divers indices d’énonciation (qui est le
     locuteur, le destinataire, le moment où il a été écrit, le lieu de l’écriture…) contr. : COUPÉ
ANDROGYNE (adj.) : Se dit d’un être dont l’apparence combine celle d‘un homme et celle d’une femme.
ANGÉLIQUE (adj.) : qui a l’apparence d’un ange.
ANGLICISME(n.m.): expression, tournure propre à l'anglais.
ANGOISSE (n.f.) : Malaise diffus, anxiété, qui ne repose sur aucune raison particulière.
ANGULEUX , EUSE (adj.) : qui forme des angles, à propos d’un visage.
ANICROCHE (n. f.) : petite difficulté, petit obstacle qui arrête un projet
ANIMISME(n.m.): Attitude consistant à attribuer aux choses de la nature ou aux objets, une vie, une âme
     analogue à l'âme humaine (certaines religions africaines sont basées sur l'animisme.)
ANNONCIATION (n.f.) : Dans la Bible, scène au cours de laquelle la Vierge Marie apprend qu’elle va
     engendrer le Christ ; l’Annonciation a souvent été représentée par les peintres
ANODIN, E (adj.) : 1. Inoffensif, et sans danger 2. sans importance, insignifiant.
ANONYME(adj.): Qui n'a pas de nom.
ANTAGONISME (n.m.) : Etat d’opposition de deux forces, deux principes, deux personnes.
ANTAGONISTE (adj.): qui s'oppose, qui est en contradiction, à propos de deux forces, deux principes.
ANTÉRIORITÉ (n.f.) : Caractère d’une action qui se passe avant une autre action. Ex. : Le plus-que-parfait
     exprime l’antériorité par rapport à une action passée.
ANTHOLOGIE(n.f.): Recueil, sélection des meilleurs textes d'un auteur, des meilleures oeuvres d'un artiste.
ANTHROPOMORPHISME(n.m.): fait d'attribuer, à des animaux ou des choses, un comportement humain. La
     Fontaine a fait parler les animaux, par anthropomorphisme, dans ses Fables.
ANTICLÉRICAL,E (adj.): Qui affiche un mépris pour les prêtres et l' Église.
ANTIMILITARISME (n.m.): Fait de s'opposer à ce qu'un gouvernement fasse la guerre. Syn.: pacifisme.
ANTIMILITARISTE (adj. et n.): Animé par l'antimilitarisme*.
ANTIPHRASE(n.f.): Locution, mot employé dans un sens contraire au sens véritable, par ironie.
ANTISÉMITE(adj. et n.m.): Raciste animé par sa haine envers les juifs
ANTISÉMITISME (n.m.) : Racisme dirigé contre les Juifs.
ANTITHÉSE:(n.f.): 1° Chose ou personne entièrement opposée l'une à l'autre; contraste entre deux aspects. 2°
     Dans une argumentation, contradiction d'une idée de départ (la thèse).
ANTITHÉTIQUE(adj.): Qui forme antithèse*
ANTONYME (adj. et n.m.): Se dit de mots qui s'opposent par le sens (ex.: triste et gai ; grand et petit).
ANXIÉTÉ(n.f.):État d'angoisse, de tension nerveuse et psychique
APANAGE (n.m.) : ce qui est le propre de quelque chose ou de quelqu’un (ex. le langage articulé est l’apanage
     de l’être humain)
APARTHEID(n.m./mot angl.): En Afrique du sud, système de gouvernement qui a inscrit le racisme à son
     programme, en écartant les Noirs de la vie publique et en faisant peser sur eux des mesures d'exclusions
     ou humiliations, au mépris des droits de l'homme. Grâce à la lutte de certains militants (Nelson
     Mandela) et grâce aux pressions internationales, l’apartheid a été officiellement aboli par le président De
     Klerk en 1990.
APATHIQUE(adj.): Mou, faible, sans ressort, à propos d'une personne.
APLAT (n.m.) : surface unie, teinte appliquée de manière uniforme.
APOCALYPSE(n.f.): Dernier livre du Nouveau Testament, attribué par l' Église à St Jean l' Évangéliste,
     relatant la fin du monde. Par extension: fin du monde.
APOCALYPTIQUE(adj.): Qui évoque l'Apocalypse, la fin du monde.
APOSTROPHE (n.f.):1° Dans un discours, une phrase, fait d'interpeller une personne. 2° interpellation brusque,
     sans politesse (ex.: les automobilistes se sont interpellés.)
APOTHEOSE (n.f.) : 1. Cérémonie au cours de laquelle les empereurs romains, après leur mort, étaient
     transformés en dieux. 2. Triomphe, point culminant d’une action, d’une carrière.
APOTHICAIRE(n.m.): Ancien nom du pharmacien.
APOTROPAIQUE (adj): se dit des pratiques superstitieuses, ou des appellations que l’on utilise pour se
     protéger du mauvais sort, ou se rendre favorable un élément hostile. (ex.: l’appellation « océan
     pacifique » est apotropaïque.)
APPOINTEMENTS (m.pl.) : Salaire, revenus réguliers d’une personne.
APPRENTISSAGE (ROMAN D’) : Se dit d’un roman qui met en scène un enfant ou un adolescent qui fait ses
     premières armes, et découvre les plaisirs et difficultés de la vie en se construisant. Syn. : roman
     d’initiation
AQUILIN, E (adj.) : en forme de bec d’aigle, à propos d’un nez.
ARBITRAIRE(adj.): Qui dépend du bon plaisir, des caprices de quelqu'un, et qui n'est donc pas toujours
     justifié.
ARCHÉTYPE(n.m.): Exemple de personne ou de chose qui sert, dans la société, de modèle primitif, original.
     Ex.: le personnage d'Ulysse, dans L’Odyssée, est l'archétype de l'homme rusé.
ARGOT(n.m.): Langue propre à un groupe social (ex.: l'argot des détenus, des écoliers, etc...)
ARGUMENT (n.m.) : Raisonnement ou phrase servant à appuyer ou à réfuter une thèse ; une image, fixe ou
     animée peut également servir d’argument (dans la publicité par ex.)
ARGUMENTATEUR (n. m.) : Celui qui, dans un texte ou une discussion, prend en charge une argumentation
     et donne des raisons pour convaincre un destinataire.
ARISTOCRATIQUE (adj.) : qui témoigne d’une noblesse d’attitude ou de sentiments de nature à inspirer fierté
     ou orgueil.
ARRANGÉ (MARIAGE) : Se dit d’un mariage dans lequel les deux époux ont été plus ou moins contraints par
     leur famille respective à s’unir.
ARRHES (m. pl.) : somme d’argent donnée au moment de la promesse de vente ; premier versement acquitté.
     Syn. : acompte
ARRIVISTE (n.m.) : Personne dénuée de scrupules qui veut arriver, réussir dans le monde par n’importe quel
     moyen.
ARTICLE [de dictionnaire ou encyclopédie](n.m.) : texte formant un tout et proposant une définition de mot,
     un développement encyclopédique.
ARTICLE [de presse] : Ecrit, formant un tout et faisant partie d’un journal, d’une publication.
ASOCIAL, E (adj) : Qui n’est pas adapté à la vie sociale.
ASPERSION (n.f.) : Dans la liturgie chrétienne, fait d’asperger d’eau bénite lors d’une cérémonie (baptême,
     bénédiction)
ASPIRER A : souhaiter, avoir pour objectif
ASSERVIR : rendre esclave.
ASSIDUITE( n. f). Présence régulière là où l’on doit s’acquitter de ses obligations.
ASSISTANCE PUBLIQUE : Organisme chargé autrefois de prendre en charge les orphelins et les enfants
     déshérités.
ASSONANCE(N.f.) : Rime faible dans laquelle seul un e muet est repris (ex. : quand belle rime avec rêve)
ASSUMER: Accepter consciemment un fait, et ses conséquences.
ATHÉE (adj. et nom): Personne qui refuse de croire en l'existence de Dieu.
ATHÉISME(n.m.): refus de croire en l'existence de Dieu.
ATYPIQUE (adj.) : Qui ne se conforme pas au modèle habituel.
ATOURS (n.f.pl.): Tout ce qui sert à la parure des femmes (anciennement ou par emploi ironique)
ATRABILAIRE (adj) / qui fait preuve de mauvaise humeur et se met souvent en colère.
ATROPHIÉ : Se dit d’un membre, ou d’une fonction, qui ne s’est pas développé.
ATTIFER : Habiller d’une manière recherchée et ridicule.
AUDITIF(adj.): relatif à l'organe de l'ouïe, à l'audition.
AURA (n.f.) : influence que peut avoir une personne sur autrui, du fait de son prestige, sa personnalité, son
     caractère.
AURÉOLE(n.f.): Cercle doré ou coloré dont les peintres entourent la tête de Jésus-Christ, de la Vierge ou des
     saints.
AUSTERE (adj) : Triste et froid ; sans ornement.
AUTISTE (n.m.) : Personne atteinte d’autisme, une maladie caractérisée par un repli sur soi grave, et une
     coupure avec la réalité et la société.
AUTOBIOGRAPHIE(n.f.): Récit de la vie d'un auteur, faite par lui-même.
AUTOCHTONE (n.m.) : Habitant natif d’un pays.
AUTODAFÉ (n.m.): 1° Cérémonie au cours de laquelle on demandait aux hérétiques, condamnés au bûcher par
     l'Inquisition, de faire "acte de foi" pour mériter le rachat; 2° Destruction par le feu d'ouvrages jugés
     néfastes pour l'ordre établi, la doctrine officielle.
AUTOGRAPHE (n.m. et adj.) : Qui est écrit de la propre main de quelqu’un, d’une personne célèbre en
     particulier (on parle de « manuscrit autographe »)
AUTO-DERISION(n.f.):néol. Capacité de l'être humain à se moquer de soi-même.
AUTODIDACTE(n.m.): Personne qui est parvenue à s'instruire et à se former elle-même, sans passer par l'école
     ni obtenir, le plus souvent, de diplômes.
AUTOPORTRAIT(n.m.): Portrait qu'un peintre fait de lui-même.
AVANCE (n.f.) : Argent que demandé avant un paiement définitif, et qui représente une partie de ce qu’on doit.
AVANT SE METTRE EN AVANT : Accepter de prendre des risques, d’assumer une responsabilité, dans une
     situation précise.
AVANCE SUR SON TEMPS (ETRE EN) voir TEMPS
AVANT-COUREUR (adj. masc.): annonciateur, précurseur (ex.: les signes avant-coureurs de la pluie).
AVÈNEMENT (n.m.) : Début du règne (de quelque chose ou de quelqu’un) ; s’emploie pour l’accession au
     pouvoir d’un souverain, en particulier.
AVIDE (adj.) : Qui a un désir excessif de nourriture, glouton ; 2 Qui recherche et qui aime l’argent.
AVOUÉ(n.m.): Officier ministériel chargé de représenter les parties devant un tribunal.


                                                     B
BAGNARD (n.m.) : Prisonnier d’un bagne.
BAGNE (n.m.) : 1. Etablissement pénitentiaire où étaient internés les prisonniers au XIXe siècle ; ils
     purgeaient leur peine en travaillant, sans être rémunérés. . 2. Séjour où l’on est astreint à un travail
     pénible.
BAN (n.m.): exil, bannissement ("mettre quelqu'un au ban de la société": le déclarer indigne, le rejeter au plus
     bas de l'échelle sociale. )
BANNI, IE (adj.): qui est exclu de son pays, qui est rejeté d’une communauté.
BANQUEROUTE(n.f.): Faillite commerciale.
BARBARE(adj.): Qui n'est pas encore civilisé.
BARBARISME(n.f.): Faute de français concernant les mots, déformés ou utilisés dans un sens qu'ils n'ont pas
     (ex.:"*vous disez" au lieu de "vous dites"); création d'un mot qui n'existe pas dans la langue.
BARBON:(n.m.): Vieil homme aux manières ridicules, dans les comédies.
BAROQUE (n.m.) : 1. Se dit de l’art qui se développe en Europe aux 17e et 18e s. ; d’inspiration religieuse, il se
      caractérise par une surcharge décorative, une expression exagérée des émotions et des sentiments. Le
      Bernin est l’artiste baroque le plus célèbre à Rome. 2.(adj.) : caractérise un art, un écrit qui mélange
      volontairement les styles, les tons, et qui cultive l’étrange, le bizarre.
BEC [tomber tout cuit dans le] : (fam.) : gagner une chose sans faire un seul effort pour l’obtenir.
BEHAVIORISME (n.m.) : courant de la psychologie qui s’intéresse à l’être humain uniquement tel qu’il se
      montre dans son comportement avec les autres , et non dans ses pensées et sa vie intérieure.
BELLATRE (n.m.): homme vaniteux qui joue les séducteurs, en se croyant beau.
BELLIGERANT (n.m.) : participant à une guerre ; chacun des deux camps en présence dans un conflit.
BEMOL(n.m.) : voc. musical : atténuation de la force d’un propos, d’une demande, d’une exigence.
BERCEAU : se dit d’une voûte en plein cintre (dont l’extrémité supérieure est arrondie).
BESICLES (n.f. pl.) (vx) : ancienne appellation des lunettes ; lunettes sans branches se fixant sur le nez.
BESOGNE : (N. F.) : Travail, occupation
BESTIAIRE (N.M.) : 1. Recueil de fables mettant en scène des animaux, ; 2 ensemble des animaux présents
       dans une œuvre picturale, ou littéraire.
BEST-SELLERS (n.m. angl. de "best", meilleur et "to sell", vendre): livre qui a obtenu un grand succès de
      librairie.
BIBLIOGRAPHIE(n.f.): Répertoire des livres d'un auteur ou des écrits relatifs à un sujet.
BICORNE (n.m.) : Large chapeau à deux cornes, à la mode au 19e siècle.
BICULTURALISME (n.m.) : coexistence de deux cultures dans un même pays.
BICULTUREL, ELLE (adj.) : qui possède deux cultures.
BIENSEANT, E (adj.) : qui respecte le code de la politesse et des convenances sociales.
BIGAME (n.m. ou f.) : personne remariée, alors que son précédent mariage n'a pas été annulé.
BIGAMIE(n.f.): Etat d'une personne remariée, alors que son précédent mariage n'a pas été annulé.
BILINGUE(adj.): Qui peut s'exprimer de la même façon dans deux langues différentes.
BINAIRE(adj.): formé de deux éléments; "un rythme binaire"
BINOCLES (n.f. pl.) (vx) : lunettes sans branches se fixant sur le nez. Syn. bésicles
BIOGRAPHIE(n.f.): Récit de la vie d'un homme célèbre.
BIOTOPE(n.m.): milieu naturel et vital, pour un animal.
BLANCHE [VOIX] : se dit d’une voix basse, et sans timbre.
BLANCHIR : 1. Disculper, innocenter une personne accusée. 2. donner une existence légale à de l’argent dont
      l’origine est douteuse ou illicite (ex. : blanchir l’argent de la drogue)
BLANCHISSEUR, -SEUSE (n.m./f.) : Personne dont le métier est de blanchir et repasser le linge.
BLASÉ (adj.): Qui ne s’étonne de rien, qui est revenu de tout.
BLASPHEME (n.m.): Action d’insulter la divinité, de se moquer de la religion.
BLASPHEMER: Insulter la divinité, se moquer de la religion.
BLIZ (n.m.) : partie d’échecs exécutée avec la plus grande rapidité de la part des deux adversaires.
BONHOMME (adj.) : sympathique et gentil, prêt à rendre service
BONHOMIE (n.f.) : gentillesse, bonté du cœur.
BORNÉ, ÉE (adj.) : Dont les facultés intellectuelles sont limitées, qui manque d’ouverture.
BOUC (n.m.) : Barbe portée au menton.
BOUC-EMISSAIRE: Personne sur laquelle on fait retomber les torts des autres.
BOUDINE, EE : se dit d’une partie du corps gonflée sous l’effet d’une maladie ou de l’embonpoint.
BOUFFI, IE (adj.) : gonflé et boursouflé, en particulier à propos d’un visage.
BOUFFI [D'ORGUEIL]: fam. D'une grande vanité.
BOURBONIEN, ENNE (adj.) : qui se rapporte à la famille des Bourbons ; aquilin et long, à propos du nez
      (comme l’avaient les Bourbons.)
BOUSTROPHEDON(n.m.): Ecriture grecque primitive dont les lignes allaient sans interruption de gauche à
      droite et de droite à gauche.
BOUTADE(n.f.): Plaisanterie, mot d'esprit.
BOYCOTT (n.m.): refus, de la part d’un groupe de personnes, d’acheter un produit, pour faire baisser le chiffre
      des ventes.
BRIGADIER(n.m.): (théâtre) autrefois, bâton qui servait à frapper les trois coups
BROSSER (un portrait): Décrire un personnage, une personne.
BUCOLIQUE (adj.) : Qui se passe dans la nature, qui se rapporte à la vie de la campagne.
BURLESQUE(adj.): D'un comique extravagant et absurde (ex: les Marx Brothers au cinéma sont des
     personnages burlesques typiques).


                                                        C
CABALE(n.f.): Manoeuvres secrètes, concertées, contre quelqu'un ou quelque chose.
CABALISTIQUE (adj.): mystérieux et incompréhensible, à propos de gestes, de pratiques.
CACOPHONIE(n.f.): Rencontre de sons désagréables, discordants, dans le discours, ou dans la réalité.
CALCULATEUR, -TRICE (adj.) : qui calcule mesquinement, qui agit par calcul et par ruse.
CALLIGRAMME (n.m.) : Poésie dans laquelle les mots sont utilisés pour constituer des dessins en rapport
       avec le contenu du texte. Apollinaire, au XXe siècle, est en France l’auteur le plus célèbre de ce genre
       d’écrits.
CALLIGRAPHIE(n.f.): Art de bien former les caractères d'écriture, écriture formée selon cet art.
CALVITIE(n.f.): Etat d'une tête chauve.
CAMAIEU (n. m.) : Peinture qui n’utilise qu’une couleur, mais avec des tons dégradés.
CAMERA OBSCURA : appareil optique utilisé dans la peinture occidentale (au 17ème et 18ème siècle en
       particulier) ; il permettait de projeter une image inversée de la réalité sur un des côtés de la boîte ;
       certains peintres (Vermeer) ont eu l’idée, par des lentilles, de projeter cette image sur leur toile pour
       décalquer une image précise de la réalité.
CAMPER : dans un récit : mettre en valeur (un personnage, une attitude, un sentiment, un décor)
CANDEUR (n.f.) : Caractère d’une personne pure et innocence ; naïveté.
CANEVAS(n.m.): Structure, schéma narratif d'un texte ou d'un livre
CANOTIER (n.m.) : 1. Rameur, sur un canot. 2. Chapeau de paille à bords ronds et à fond plat.
CAPE ET D’EPEE (DE) : se dit des œuvres littéraires ou cinématographiques se situant aux 16ème ou au 17ème
       siècle, dont les héros sont des personnages chevaleresques, prompts à se battre.
CAPITEUX (adj.) : qui monte à la tête, qui enivre (à propos d’un parfum, en particulier).
CAPOTE (n.f.) : 1. grand manteau utilisé dans l’armée pour luter contre le froid et la pluie. 2. couverture
       mobile de certains véhicules.
CAPUCIN (n.m.) : religieux de l’ordre de St François
CARCAN(n.m.): Collier de fer fixé à un poteau pour emprisonner le cou et les mains d'un condamné, afin de
       l'exposer publiquement; (fig.) institution, règle, loi qui étouffe l'individu et l'empêche de s'épanouir.
CARCERAL,E (adj.): Qui ressemble à une prison, et à son univers.
CARDINAL(ADJECTIF NUMERAL) : adjectifs désignant les nombres. Ex. un, deux, trois, etc.
CARLINGUE (n.f.) : partie habitable d’un avion.
CARNATION(n.f.): Couleur, apparence de la chair d'une personne (terme souvent utilisé dans le vocabulaire de
       la peinture)
carpe diem (locution latine. Litt.: "cueille le jour") Parole que l'on dit pour inviter à profiter de la vie et de ses
       plaisirs, avant qu'il ne soit trop tard.
CARTESIEN, ENNE (adj.) : Du nom du philosophe français Descartes : qui manifeste un goût pour l’ordre, la
       méthode et la clarté dans l’agencement de ses idées.
CARTOMANCIE(n.f.): Art de prédire l'avenir par l'interprétation des cartes
CARTOMANCIEN, ENNE (n.m./f.): personne qui prédit l'avenir, en tirant les cartes.
CARTOUCHE (nom masculin) : 1.dans l’art égyptien, encadrement d’une inscription en hiéroglyphes 2. petit
       rectangle réservé au titre, à la légende (pour une carte géographique, un tableau) ou au paratexte (pour
       une B.D.)
CASQUETTE: - "avoir plusieurs casquettes": détenir plusieurs emplois, plusieurs responsabilités différentes. "
       faire porter la casquette": faire porter la responsabilité d'un acte à quelqu'un.
CASTING(n.m. mot angl.): distribution des rôles, dans un film ou un spectacle; choix des comédiens.
CASUISTIQUE (n.f.) : Partie de la religion (spécialement de la religion catholique) qui concerne les cas de
       conscience qui peuvent se présenter au prêtre ou au croyant.
CATACHRESE (n.f.) : Métaphore figée, passée dans le langage courant dans une expression (ex. : les « bras »
       du fauteuil ; une « bouche » de métro)
CATACOMBE (n.f.) : Cavité souterraine ayant servi de sépulture et de lieu de réunion aux premiers Chrétiens,
       persécutés dans le monde romain ; elles ont permis, à Rome en particulier, l’éclosion d’un art appelé
       « paléochrétien »
CATALYSEUR(n.m.) : se dit de tout ce qui sert à déclencher une réaction, à accélérer un processus. Ex. :
       l’arrivée des grands magasins, au XIXème siècle a servi de catalyseur à la disparition du petit
       commerce.
CAUTION(n.f.): personne ou chose qui fournit une garantie, un témoignage sûr et fiable.
CAVALE (n.f.): Jument de race (terme recherché ou poétique)
CAVEAU (n.m.) : tombeau où reposent plusieurs membres d’une même famille
CENSURER : Interdire une publication, un spectacle, un film.
CENE (n.f.) : Dans la religion chrétienne, dernier repas du Christ, entouré de ses Apôtres, pris la veille de sa
       Passion et au cours du quel il institua l’Eucharistie.
CÉRUSE (n.f.): Colorant blanc que l'on employait en peinture.
CÉSURE (n.f.): 1° Coupe qui donne son rythme au vers. Elle accentue la syllabe qui précède.(ex."Je le ferais
       encor,/si j'avais à le faire» Corneille) 2° coupe d’un mot entre deux syllabes à la fin d’une ligne.
Cf : abréviation du mot latin « confer » ; indique un renvoi, dans les dictionnaires ou encyclopédies en
       particulier
CHAINE [travail à la] : se dit d’un travail, dans une usine, où l’ouvrier exécute toujours le même geste pour
       assembler une pièce, qui défile en général sur un tapis roulant.
CHAMADE [battre la ] : Battre fort, à propos du cœur, sous l’emprise de la peur ou de l’émotion.
CHAMARRÉ, EE (adj.) : Orné de couleurs vives et variées
CHAMP/CONTRE-CHAMP (n.m.) : Dans le langage du cinéma, se dit des plans alternés qui montrent
       successivement deux personnes en train de se parler.
CHAMP LEXICAL: Ensemble de mots, dans un texte, formant un réseau de signification. Ex.: "soir"," pluie",
       "larmes", "hiver" peuvent tous évoquer l'idée de tristesse, et font donc partie du même champ lexical.
CHAMP SEMANTIQUE : n.m.) : ensemble des significations, selon le contexte, que peut prendre un mot,
       prises à des niveaux différents (le champ lexical de « rouge » peut être représenté par les sens de
       « révolutionnaire » ; « nom de couleur », et « type de vin »)
CHANGE [DONNER LE] : Tromper autrui, en falsifiant les apparences.
CHANTER : dans l’expression « faire chanter » [une couleur] : mettre en valeur une tonalité ou une couleur en
       l’entourant de couleurs différentes.
CHANTRE (n.m.): 1° personne chargée de chanter, dans une cérémonie religieuse. 2° personne qui fait l'éloge
       d'une idée, d'une notion dont elle se fait le porte-parole.
CHAPEAU (n.m.) : Introduction, souvent en italiques, ne faisant pas partie du texte proprement dit, mais
       donnant divers renseignement sur celui-ci (contexte, auteur, etc.)
CHAPELIER (n.m.) : personne dont le métier est de fabriquer, artisanalement, des chapeaux.
CHARENTAISE (n.f.) : pantoufle fourrée, en tissu molletonné.
CHARGE (n.f.): litt. Forte caricature d'une chose, ou d'une personne.
CHARISME (n.m.): Don particulier conféré à certaines personnes pour exercer leur métier ou leur fonction.
CHARMILLE (n.f.): Berceau de verdure.
CHARNEL, -ELLE (adj.) : relatif au corps, à la chair et à l’instinct sexuel.
CHARON (n.pr.): Dans la mythologie grecque, nom du vieillard chargé de faire passer aux âmes des morts, en
       barque, le fleuve qui séparait la vie du monde souterrain. Avare, il exigeait une obole* pour la traversée;
       les proches du mort avaient soin de déposer la pièce dans la bouche de la personne décédée, avant
       l'enterrement ou l'incinération.
CHARTE (n.f.) : accord passé entre deux pays.
CHARYBDE: Avec Sylla, l’un des deux monstres marins installés de part et d’autre du détroit de Gibraltar qui
       étaient responsables, aux yeux des anciens Grecs, des naufrages, en provoquant des courants violents.
       expression: « tomber de Charybde en Sylla »: aller de mal en pis.
CHASSE A COURRE(n.f.): Chasse sans armes ni engins, dans laquelle des meutes de chiens fatiguent le gibier
       pour le capturer.
CHASSE-CROISE (n.m.): échange réciproque et simultané de place, de situations.
CHASTE (adj.) : Qui s’abstient des plaisirs sensuels, en faisant de la virginité une qualité.
CHATIER: (ancien.) Rendre le style dans lequel on s'exprime plus correct et plus pur (ex.: utiliser un langage
       châtié).
CHATTERIE(n.f.) : Câlinerie insinuante et hypocrite.
CHAUSSE-TRAPE : piège, difficulté.
CHAUVIN(adj.): Qui a une admiration exagérée et exclusive pour son pays. Le chauvinisme débouche souvent
      sur le racisme
CHAUVINISME(n.m.): Fait d'avoir une admiration exagérée et exclusive pour son pays. Le chauvinisme
      débouche souvent sur le racisme.
CHENU, UE (adj.) : qui a les cheveux blancs, par l’effet de la vieillesse.
CHEPTEL (n.m.): bétail, animaux d'élevage.
CHÉTIF, VE (adj.) : Maigre et rachitique.
CHEVALERESQUE (adj.): Qui fait preuve du même sens de l’honneur et de la courtoisie que les chevaliers du
      Moyen-Age.
CHEVALET (n.m.) : support destiné à recevoir et à transporter une toile de peinture.
CHEVILLE(n.f.): En poésie, mot maladroit ou inutile pour le sens, qui ne sert qu'à compléter le nombre de
      pieds voulu par le vers.
CHIASME (n.m.): En poésie, croisement de termes, de sons, pour rendre le vers harmonieux
                                        (ex.1: "Il a deux trous rouges
                                                      X
                                               au côté droit." Rimbaud)
      Cette inversion de l'ordre d'un groupe de mots(nom+adjectif; adverbe+verbe, consonnes,etc..) forme la
      lettre grecque X [chi].
                                            Ex.2: "[...]Pour rattacher gaiement
                                                            et gaiement ramener [...]"
                                                                     Hugo: "L'enfant grec"
CHICOT (n. m.) : morceau qui reste d’une dent cassée .
CHIMÉRIQUE (adj.): Irréalisable et impossible, à propos d’un projet, d’un rêve.
CHIROMANCIEN, IENNE (n. m. et f.) : personne qui prétend pouvoir lire l’avenir dans les lignes de la main.
CHOUAN (n.m.): Nom donné, aux 18ème et 19ème siècles, aux insurgés royalistes qui s'organisèrent en
      bandes, dans l'Ouest de la France, pour lutter contre les acteurs ou les défenseurs de la Révolution
      française.
CHRISTIQUE(adj.): Qui a rapport à la personne du Christ, qui lui ressemble.
CHRONIQUE (n.f.) :recueil de faits ou de récits rapportés dans leur succession.
CHRONOLOGIQUE(adj.): Qui suit l'ordre dans lequel les événements se sont déroulés.
CHRYSANTHEME (n.m.) : Plante ornementale qui fleurit en automne, et qui décore les tombes, par tradition,
      à la Toussaint.
CHUTE (n.f.) : Fin, dénouement d’une courte histoire ou d’un court récit.
CIMEMA-VERITE (n.m.) Se dit d’une forme d’expérimentation artistique entre les années 1920 et 1930 qui a
      recherché à filmer la vie telle qu’elle est exactement et en temps réel ; Le principal artiste de ce
      mouvement est Dziga Vertov.
CINETIQUE (adj.) : se dit d’un art essayant, à travers un jeu de formes géométriques, de reproduire le
      mouvement. Vasarely, dans les années 1960 et 1970, en est le principal représentant en France
CINTRE, EE (adj.) : Bien ajusté à la taille à propos d’un vêtement, cambré.
CIREUX, EUSE(adj.) qui a le teint très blanc, comme de la cire.
CITHARE (n.f.): Instrument de musique composé d'une caisse de résonance plate sur laquelle sont tendues des
      cordes, et destiné à être posé.
CIVIL, E (adj.) : Qui fait preuve de courtoisie, de gentillesse.
CIVILITÉ (n.f.) : gentillesse, courtoisie dont on peut faire preuve dans une société.
CLAIR-OBSCUR(n.m.): Répartition suggestive, dans un tableau, dans un film, des zones d'ombres et de
      lumière.
CLASSIQUE (n.m.) : auteur, artiste, compositeur reconnu universellement, étudié dans les classes, et vu par
      une société comme faisant partie de son histoire.
CLAUDIQUER: boiter légèrement.
CLAUSTROPHOBE(adj.): Qui déteste être dans un lieu clos.
CLEPTOMANE (n. et adj.) : Personne qui vole autrui, de façon pathologique.
CLERC (n.m.) : 1. homme qui est entré dans l’état ecclésiastique 2. au Moyen-âge : personne instruite, savant ;
      3. employé dans une étude de notaire, d’huissier ou d’avocat.
CLICHÉ(n.m.): Idée ou expression banale, trop souvent utilisée; lieu commun.
CLIMAX(n.m./mot anglais): synonyme de paroxysme.
CLINQUANT,E(adj.): Qui a un faux éclat, un brillant superficiel ou vulgaire (à propos d'un bijou, d'un style,
     etc...)
CLIVAGE (n.m.): Forte séparation, opposition entre deux classes sociales, deux tendances politiques, deux
     idéologies différentes.
CLOPINETTES (familier) : petite somme dérisoire (gagner des clopinettes)
COCASSE (adj.): d'une étrangeté comique, burlesque*.
COCON (n.m.) : se dit, par métaphore, de la famille lorsqu’elle est perçue comme structure réconfortante et
     protectrice.
COCOTTE(n.f.) : Femme entretenue et superficielle, en particulier au 19e siècle.
COERCITIF,VE(adj.): Qui exerce une contrainte sur l'individu.
COHERENT, E (adj.) : Qui présente une unité, qui se compose de parties liées et harmonisées entre elles.
« COLLER A LA PEAU » : Se dit d’une habitude, d’une attitude ou d’une qualité qui est fortement ancrée dans
     une personne.
COLLIER (n. m.) : fine barbe parcourant le maxillaire et allant d’une tempe à l’autre
COLLISION (n.f.) : heurt violent entre deux véhicules.
COLLUSION (n.f.) : Entente secrète entre deux ou plusieurs personnes pour commettre une mauvaise action.
COMBLES (n.m. pl.) : grenier, partie la plus haute d’une construction.
COMMEDIA DELL'ARTE(n.f.) Forme de théâtre née en Italie et développée du 16ème au 18ème siècle. Elle
     utilisait des canevas traditionnels et mettait en scène des personnages aux caractères bien fixés:
     Arlequin, Scaramouche, Colombine. Elle eut beaucoup d'influence sur Molière.
COMMENSAL, E (plur. : COMMENSAUX) : Se dit des personnes qui sont assises à la même table lors d’un
     repas.
COMMERAGE (n.m.) : fam. Propos de commères ; idées que l’on répand dans le dos des gens.
COMMISSURES (des lèvres) : angles de la bouche ; points de jonction des deux lèvres.
COMPARAISON(n.f.): procédé qui établit un rapprochement entre deux termes (le comparé et le comparant), à
     partir d'un élément qui leur est commun, et grâce à un outil grammatical.
COMPASSION (n.f.) : Aptitude à se mettre à la place d’autrui et à partager ses peines et ses souffrances.
COMPATIR : Avoir de la compassion pour une souffrance, s’apitoyer.
COMPLAIRE (SE) : Trouver du plaisir, de la satisfaction dans des actions déplacées ou déplaisantes.
COMPLAISANT(adj.): Qui laisse faire des actions coupables, qui ferme les yeux trop facilement.
COMPLEMENTARITE (n.f.): Caractère de ce qui est complémentaire.
COMPLET (n. m.) : costume formé de deux pièces (veste et pantalon) ou trois pièces (veste, pantalon, et gilet)
COMPROMETTRE : faire prendre des risques à quelqu’un en l’impliquant dans des affaires risquées ou peu
     conformes à la morale
COMPTE D'AUTEUR(n.m.): Ouvrage publié à la charge de son auteur
COMPTES D'APOTHICAIRE (n.m.pl.): Calculs, comptes très longs et compliqués.
COMPULSIF, COMPULSIVE (adj.) : qui agit avec frénésie et cherche à combler un manque par la satisfaction
     immédiate de ses désirs. Acheter de façon compulsive.
CONCESSION(n.f.): Fait d'abandonner à son adversaire un point de la discussion ou du litige.
CONCIS,E (adj): Qui s'exprime en peu de mots.
CONCISION (f) : attitude qui consiste à exprimer sa pensée en peu de mots
CONCOMITTANCE (n.f.) : Fait de se passer en même temps, à propos de deux faits, de deux verbes.
CONCOMITTANT, E (adj.) : qui se passe en même temps, à propos de deux faits, de deux verbes (celui de la
     principale et celui de la subordonnée)
CONCRET (adj.): Se dit d'un objet réel qui peut être perçu par les sens.
CONDESCENDANCE (n.f.): Supériorité bienveillante, mêlée de mépris envers la personne à qui on s'adresse
CONDESCENDANT,E (adj.): Qui fait preuve de condescendance*
CONDISCIPLE (n.m.) : camarade de classe (soutenu)
CONFER : mot latin signifiant : allez voir, reportez-vous à (abrégé en cf)
CONFESSER : avouer une faute afin d’en obtenir le pardon. Se confesser : dans la religion chrétienne, avouer
     ses péchés afin d’en être délivré.
CONFIDENTIEL : Qui ne doit pas être révélé.
CONFINER (SE): Se forcer à rester dans un espace limité, sans sortir.
CONFLICTUEL,ELLE(adj.): Qui est source de conflits.
CONFORMISME (adj. et n.m.) : attitude du conformiste, de celui qui se conforme aux usages, aux traditions,
     aux coutumes, sans les remettre en question.
CONFORMISTE (adj. et n.): Qui se conforme aux usages, aux traditions, aux coutumes, sans les remettre en
     question.
CONJECTURE (n.f.): Hypothèse, supposition que l'on est obligé de formuler quand on n'est pas sûr d'une
     chose.
CONJONCTURE (n.f.): Situation (sociale, politique, économique, religieuse, etc.) qui résulte d'une rencontre
     de circonstances.
CONJUGAL,E (adj.): relatif au couple, à l'union entre un homme et une femme.
CONNIVENCE (n.f.): Bonne entente, complicité entre deux personnes.
CONNOTATION (n.f.) : ensemble des significations que peut prendre un mot selon le contexte, en plus de son
     sens de départ (ex. « rouge » peut avoir plusieurs connotations en renvoyant, selon le contexte, à la
     passion amoureuse, au meurtre, ou au communisme)
CONNOTÉ, EE : Dont le sens s’enrichit grâce à un contexte particulier (ex. « rouge » peut être connoté en
     renvoyant, selon le contexte, à la passion amoureuse, au meurtre, ou au communisme)
CONSENSUS(n.m.): Accord entre plusieurs personnes, plusieurs états.
CONSIDERATION (n. f.) : estime portée à l’égard de quelqu’un, respect.
CONSTERNER : attrister en étonnant par un spectacle déplaisant ou dérisoire.
CONSONNANCE (n. f.) : Ensemble des sons qui composent les mots et qui permettent de les distinguer. Ex. :
     Un nom à consonance étrangère.
CONSPIRATION (n.f.) : Accord secret entre plusieurs personnes pour renverser le pouvoir établi.
CONSPUER (soutenu) : Critiquer violemment et publiquement une personne ou une chose.
CONTEMPORAIN, E (adj ;) Qui est de la même période qu’un autre fait, une autre personne 2. qui se déroule
     aujourd’hui.
CONTEMPORANEITE (n.f.) [rare] caractère de ce qui est contemporain.
CONTENANCE [SE DONNER UNE] : déguiser sa gêne et son embarras en adoptant des airs faussement
     naturels.
CONTEUR (n.m.) : personne qui raconte une histoire de fiction à un auditoire.
CONTINGENT,E(adj.): soumis au hasard, aux circonstances, et donc peu sûr (à propos d'un événement, d'une
     chose à venir)
CONTRADICTEUR (n.m.) : Personne qui apporte à une autre des arguments pour la contredire .
CONTRAIGNANT,E (adj.): Ennuyeux, pénible, qui contraint
CONTRASTE (n.m.): Forte opposition entre deux couleurs, deux tons, et plus largement deux idées,
     sentiments, aspects, etc.
CONTRE-COURBE (n.f.) : Courbe dont le tracé s’oppose à une première courbe qu’elle prolonge (dans un
     dessin, une décoration, ou en architecture)
CONTRE-EMPLOI (A) : employer quelque chose ou quelqu’un dans une fonction qui n’est pas la sienne
     habituellement.
CONTREMAITRE(n.m.) : Personne chargée d’encadrer une équipe d’ouvriers dans une usine, une entreprise.
CONTREPETERIE(n.f.): interversion des lettres ou des syllabes d'un ensemble de mots, afin d'obtenir un autre
     ensemble qui ait un sens. On l'utilise en général pour faire rire (ex:"trompez sonnettes" au lieu de
     "sonnez trompettes" ; Les lois de nos désirs sont des dés sans loisir. " (Robert Desnos).
CONTRE-PLONGEE (n.f.) : Au cinéma, fait d’orienter la caméra de bas en haut pour les prises de vue. Contr. :
     plongée.
CONTREPOINT(n.m.): motif secondaire, détail - dans une oeuvre littéraire, artistique, ou cinématographique -
     qui s'intercale dans l'ensemble et détourne momentanément l'attention. Le contrepoint peut éclairer le
     sens général de l'oeuvre, en reprenant, en petit, un de ses aspects.
CONTROVERSE (n.f.) : discussion publique, débat sur un sujet d’actualité qui demande des prises d’opinion
     opposées
CONTROVERSÉ(adj.): Qui fait l'objet d'une discussion, d'un débat
CONVALESCENCE (n. f.) : Période qui suit une opération chirurgicale ou une maladie au cours de laquelle
     l’organisme, grâce au repos, se rétablit.
CONVIVIAL(adj.): Qui donne envie de se réunir pour festoyer ou se retrouver entre amis.
CONVULSIF (adj.): se dit d'un geste mécanique, incontrôlé et violent.
COOPTATION(n.f.): Mode de recrutement consistant, pour les membres d'un cercle ou assemblée, à désigner
         eux-mêmes les nouveaux membres
COQUILLE (n.f.): Faute de typographie ou d'impression, dans un texte.
CORDEE (n.f.) : groupe d’alpinistes attachés par une corde, pour faire une ascension.
CORDE SENSIBLE [FAIRE VIBRER LA] toucher le point faible, les sentiments de quelqu’un.
CORDONS [TENIR LES] : diriger les finances (d’une entreprise, d’une famille, etc.)
CORROBORER: confirmer (un sentiment, une opinion)
COSMOPOLITE (adj.): Qui comprend des personnes de plusieurs pays, qui subit les influences de nombreux
         pays.
COSSU, E (adj.) : riche, qui dénote de l’aisance financière (à propos d’une personne ou d’une chose)
COUARD, COUARDE (adj.) : lâche et peureux (terme recherché)
COUDES (se tenir les) : [fam.] faire preuve de solidarité les uns envers les autres.
COULEUR « MURAILLE » : se dit d’une personne que l’on ne remarque pas, qui ne cherche pas à se
         singulariser.
COUPABLE [PLAIDER] : reconnaître ses fautes ou ses crimes devant un tribunal. Ne pas chercher à se
         disculper.
COUP DE THEATRE(n.m.): Dénouement imprévu et rapide d'une histoire, au théâtre ou dans la vie.
COUPE (n.f.): synonyme de césure*, en poésie.
COUPÉ (n.m.) : Voiture tirée par des chevaux, diligence (terme courant au XIXe siècle)
COUPÉ (ÉNONCÉ) : se dit d’un énoncé à l’intérieur duquel ne sont précisés aucun de divers indices
         d’énonciation permettant de savoir qui est le locuteur, le destinataire, le moment où il a été écrit, le lieu
         de l’écriture…etc. contr. : ANCRE
COUPERET [tomber comme un ] : Tomber brutalement, à propos d’un événement, de la conséquence d’un acte
         (par allusion au couperet de la guillotine)
COUPURE (de presse) : Article découpé dans un journal.
COUR (n.f.) : Résidence d’un monarque et de son entourage.
COURBETTES [faire des]: Donner des marques exagérées de soumission pour obtenir quelque chose.
COURTISAN(n.m.): 1°celui qui fréquente la cour d'un souverain 2°celui qui cherche à plaire aux puissants,
         par des flatteries.
COURTISANE (n.f.) : (anciennement) Prostituée d’un rang social élevé ; terme courant au XIXe s.
COURTISER : Faire la cour, chercher à séduire.
CREANCE (n.f.) : Droit en vertu duquel une personne peut exiger d’une autre une remise d’argent, ou la
restitution d’un prêt.
CREDIBLE (adj.): Vraisemblable, qui mérite d'être cru.
CRESCENDO: (mus.)ensemble de notes qui augmentent progressivement d’intensité; sentiments, sensations
         qui vont en augmentant. contraire.: decrescendo.
CREUSET(n.m.): Lieu où diverses choses se fondent, se mêlent; pays, ville où les habitants proviennent de
         multiples origines raciales, ou ethniques (ex.: les Etats-Unis sont un immense creuset de nationalités.)
« CREUX [EN] » : en soulignant l’absence d’une chose ou d’un être.
CRISTALLIN, E (adj.) : 1. clair et transparent comme le cristal 2 (pour un son) pur et clair.
CRITERE (n.m.) : Ce qui sert de base au jugement, ce sur quoi on va juger un devoir, un travail, une œuvre.
CROISÉES [RIMES]: En poésie, se dit des rimes du type abab.
CRU, E (adj.): Qui exprime les choses de manière choquante, dans un style qui peut être vulgaire.
CRUCIAL,E (adj.): Très important.
CRUCIVERBISTE (n.m.) : amateur de mots croisés.
CRYPTE(n.f.): Salle souterraine, dans certaines églises, qui peut servir de tombeau.
CUBISME (n.m.) : mouvement artistique né en Europe entre les années 1910 et 1930 ; il se propose de
         représenter la réalité et les objets de façon géométrique et sans établir de perspective. Braque, Klee et
         Picasso en sont les représentants les plus célèbres.
CUIR(n.m.): fam. Faute de français commise à l'oral (en particulier en matière de liaisons incorrectes).
CUPIDE(adj.): Qui est avide d'argent.
CUREE(n.f.): 1° Portion de la bête donnée aux chiens après la chasse; 2° ruée vers un butin.
CYCLE (n.m.): ensemble d’ouvrages du même auteur qui forment une suite, sur un sujet donné.
CYCLOTHYMIQUE (adj.) : Se dit d’une personne dont l’humeur varie rapidement et de manière anormale (en
         passant par exemple de l’euphorie à la dépression d’un jour à l’autre)
CYNIQUE(n.m. et adj.): Qui prône le mépris de toutes les règles de la société, de la morale.


                                                      D
DACTYLOGRAPHIE (n.f.) : technique d’écriture mécanique, à la machine à écrire.
DAIS (n.m.) : Pièce de bois ou de tissu fixé ou tendu derrière un autel pour mettre en valeur la place d’un
      personnage important.
DAMAS [CHEMIN DE]: Dans la Bible, route sur laquelle le romain Paul, qui s’apprêtait à commettre de
      nouvelles persécutions de Chrétiens, a rencontré le Christ. Ce dernier l’a converti, et a fait changer son
      existence par la foi. expression: rencontrer son chemin de Damas: rencontrer quelqu’un qui exerce une
      influence décisive sur sa vie.
DAMNER : Condamner aux peines de l’Enfer, faire perdre son âme.
DANDY (n.m. angl.): Au XIXème siècle, homme qui étale son élégance dans ses manières, ses paroles, son
      habillement, et qui mène souvent une vie oisive.
DANSE MACABRE(n.f.): Représentation imagée de la mort, entraînant dans une ronde des personnages de
      toutes conditions sociales. Elle se rencontre surtout dans les églises médiévales.
DEBACLE (n.f.): Fuite, déroute d'une armée ou d'un peuple.
DEBAUCHE (n. f.) : 1. Usage déréglé d’une chose 2. excès de plaisirs dans sa vie, dévergondage.
DÉBILE(adj.):1°Faible, qui n'a plus de force, en parlant d'une personne. 2° (mod. et fam.) stupide, à propos
      d'une oeuvre, d'une personne.
DÉBONNAIRE(adj.): d'une bonté poussée à l'extrême, un peu faible (terme vieilli ou littéraire).
DEBOUTER : Rejeter une demande par une décision de justice. Ex. : Les plaignants ont été déboutés de leur
      plainte.
DÉCADENTISME (n.m.): période de "décadence" artistique, souvent en fin de siècle, au cours de laquelle les
      formes anciennes se transforment, se compliquent, et finissent par devenir bizarres, obscures, et
      énigmatiques. Le décadentisme, dans la littérature française du XIXe siècle est particulièrement riche.
      Mallarmé le représente pour la poésie, J.K. Huysmans, en particulier, pour le roman.
DÉCASYLLABE(n.m.): Vers de dix pieds.
DÉCHIRÉ (p. passé) : Qui est soumis à des tentations, des désirs contradictoires et impossibles à assouvir en
      même temps.
DECHOIR: tomber dans un état inférieur à celui où l'on était. (p. passé: déchu,e)
DÉCHRISTIANISATION(n.f.): Diminution de l'importance du christianisme, dans un pays. (ex.: Une longue
      déchristianisation- a suivi la Révolution française.)
DECIMER : 1. Tuer un homme sur dix par mesure répressive. 2. Massacrer un peuple, un groupe humain.
DECLARATIVE [PHRASE] : Phrase qui présente un fait, une opinion, un événement.
DÉCLASSÉ(E) (adj.): Qui n'appartient plus à sa classe sociale, mais à une classe inférieure.
DÉCOLLATION(n.f.): syn. de décapitation (en particulier à propos des saints ou martyrs)
DECONTEXTUALISÉ, ÉE : (rare et soutenu) Se dit d’une œuvre littéraire, d’un texte écrit sans aucune
      référence à un contexte quelconque ; sans allusion à l’Histoire, en particulier.
DECORUM(n.m.): Protocole, ensemble de règles qu'il convient d'observer pour tenir son rang dans une bonne
      société (ex.: le décorum qu'il convient de déployer pour l'arrivée de la reine d'Angleterre est important).
DÉCOUSU(p.passé): Qui est sans suite, sans liaison, à propos de phrases, d'idées.
DECREPIT,-TE (adj.) : vieux et usé, à propos d’une maison, d’un bâtiment, ou d’une personne.
DECRESCENDO (mus.) Diminution progressive de l’intensité d’un son.
DECULPABILISER : Enlever le sentiment de culpabilité.
DÉDALE (n.propre): Constructeur du fameux labyrinthe du roi de Crète Minos, dans la mythologie grecque;
      l'architecte y fut emprisonné avec son fils, Icare, et tenta de s'enfuir avec des ailes d'oiseaux, assemblés
      par de la cire qui fondit à l'approche du soleil.
DÉDALE (n. commun m.): 1°labyrinthe, endroit où l'on risque de se perdre. 2° ensemble de choses
      embrouillées et confuses.
DEFAIT, E (adj.) : fatigué et amaigri, à propos d’un visage.
DEFAUT (PRENDRE EN) : surprendre quelqu’un en train de se tromper, ou d’ignorer une chose.
DÉFÉRENCE (n.f.) : Très grand respect témoigné à quelqu’un.
DEFROQUER (SE) : Renoncer à ses vœux, à propos d’un prêtre.
DÉICIDE(adj.); Qui tue un dieu.
DÉISTE(adj.) Qui croit à l'existence d'un dieu, sans se référer à une religion particulière.
DELIE (n .m.) : Dans l’ancienne calligraphie à la plume, partie affinée du trait
DÉMAGOGIE (n.f.): Politique, manière d'agir par laquelle on flatte et exploite les passions des gens pour se
     faire élire ou simplement se faire aimer.
DÉMAGOGIQUE(adj.): Qui révèle une certaine démagogie*.
DÉMAGOGUE (n.m.): Personne qui utilise la démagogie*.
DÉMENTIR: 1°Contredire quelqu'un en prétendant qu'il n'a pas dit la vérité. 2°Contredire, par sa propre
     conduite, ses idées ou ses paroles.
DEMUNI, IE : qui a perdu tous ses moyens.
DENATURER : Faire perdre sa nature profonde à une chose ou une personne.
DENOTÉ (adj.) : Se dit du sens initial d’un mot, débarrassé de toutes les valeurs qu’il peut prendre selon le
     contexte ; Le sens dénoté du mot « rouge » est celui d’une couleur, sans aucune autre nuance.
DÉNOTER: indiquer, révéler, montrer.
DENTALE(n.f.) : Se dit des consonnes, telles d et t qui se prononcent en appliquant la langue sur les dents.
DEONTOLOGIE (n.f.) : Ensemble des règles et obligations morales qui sont attachées à la pratique d’une
     profession. Les avocats, les médecins, par ex. sont soumis à une déontologie très stricte.
DÉPARTIR (SE): Se séparer de, abandonner (une attitude d'esprit, un sentiment).
DEPECER: mettre en pièces un animal.
DEPERSONNALISER: Faire perdre son aspect humain.
DEPOSITAIRE (n.m.) : personne à qui on confie un dépôt ou un secret.
DERECHEF(adv.): (soutenu) une seconde fois (ex.:"il me dérange derechef").
DÉRISION(n.f.): Mépris qui incite à rire, à se moquer quelque chose ou quelqu'un.
DERIVATIF (n.m.) : Tout ce qui permet de détourner l’esprit de ses préoccupations, tout ce qui procure une
     distraction.
DEROBEE (A LA) : En se cachant, brusquement, furtivement (regarder quelqu’un à la dérobée)
DÉROGER : s’écarter volontairement d’une règle, d’un principe, ou de la loi.
DESAPPROBATION (n.f.) : prise de position contre une idée, une personne ; refus.
DÉSERTIFICATION(n.f.): fait, littéralement, de transformer en désert; fait d'abandonner les campagnes, pour
     des raisons économiques, afin de regagner les villes.
DÉSESPÉRANCE (n.f.) : Etat d’une personne qui a perdu tout espérance. (plus littéraire et plus fort que
     « désespoir »)
DÉSHUMANISER: Faire perdre le caractère humain.
DESINCARNE(adj.): qui n'a pas de corps, qui est un pur esprit (svt ironique)
DESINENCE (n.f.) : Dans une langue, élément variable qui s’ajoute au radical des verbes ou des noms pour en
     former les diverse formes (syn. : terminaison)
DÉSINTERESSÉ,ÉE: se dit d'une personne qui ne s'intéresse pas à l'argent, au profit.
DÉSINTERESSEMENT(n.m.): Détachement à l'égard de l'argent, et des intérêts personnels (syn.: générosité)
DÉSINVOLTE (adj.): Qui fait preuve de désinvolture*.
DÉSINVOLTURE(n.f.): Attitude de celui qui montre une liberté un peu insolente, dans ses gestes ou ses
     paroles; fait de traiter avec insouciance les sujets sérieux.
DESSEIN(n.m.): projet, but que l'on se fixe.
DÉSUÉTUDE (n.f.) : Fait d’être démodé, pour une pratique, une habitude, un vocabulaire. On dit : Tomber en
     désuétude.
DETACHE, EE : Qui prend du recul face à l’existence ; sur qui les événements vécus n’ont pas de prise
DETIMBRE, EE (adj.) : qui a perdu son timbre, à propos d’une voix. On dit aussi : voix blanche.
DÉVALORISER: Diminuer la valeur, déprécier.
DEVISSER : lâcher prise et tomber, pour un alpiniste.
DÉVOT(adj.): Qui est sincèrement attaché à la religion et à ses pratiques (Molière a pourfendu les faux dévots,
     au XVIIème siècle, dans "Tartuffe")
DEXTÉRITÉ(n.f.): Adresse, aisance dans l'exécution de quelque chose
DIABLE (Se faire l’avocat du) : soutenir volontairement une opinion peu recommandable, ou en laquelle on ne
     croit pas.
DIAGONALE [EN] : en parcourant rapidement, sans faire porter une attention très soutenue (se dit pour toutes
     sortes d’écrits)
DIALECTE (n.m.) : Variété régionale d’une langue.
DIALECTIQUE(n.f.): Art de discuter une question en opposant la thèse et l'antithèse pour faire jaillir la réponse
      (la synthèse) qui arrive à dépasser les contradictions de départ.
DIALOGUE (n.m.) : passages d’un texte rapportant les propos et échanges des personnages ; s’oppose au récit
      proprement dit.
DIATRIBE(n.f.): Critique amère, violente, le plus souvent sur un ton injurieux.
DISTIQUE (n.m.) : groupe de deux vers.
DICTON(n.m.): Sentence passée en proverbe.
DIDASCALIE(n.f.): Au théâtre, ensemble des indications scéniques qui ne sont pas destinées à être dites, mais
      qui sont utiles au metteur en scène et à l'acteur.
DIÉRESE(n.f.): En poésie, séparation des éléments d'une diphtongue (ex.: le/ pi/a/no, au lieu de: le/ pia/no).
DIFFEREND (n.m.) : désaccord, querelle entre deux ou plusieurs personnes qui ne partagent pas le même point
      de vue.
DIGRESSION(n.f.): Développement oral ou écrit qui s'éloigne du sujet.
DIPHTONGUE(n.f.): Groupe de voyelles se prononçant d'une seule émission de voix (ex. "ie" dans "pied"; "aï"
      dans "ail").
DISCOURS (n.m.) S’oppose au récit, dans un texte narratif ; fait de rapporter directement les paroles d’un
      personnage.
DISCRIMINATION (n.f.): Fait de séparer, dans une société, un groupe, ou des gens d'une même culture, et de
      les traiter plus mal que les autres.
DISETTE (n.f.) : Manque de vivres.
DISPATCHER (mot angl.): Distribuer.
DISPROPORTIONNE, EE adj. Qui manque de proportion, d’équilibre entre les parties.
DISSOLU, E (adj.) : se dit d’une vie corrompue, pleine de débauche.
DISTIQUE (n.m.) Strophe de deux vers.
DISTRIBUTION (n.f.) : au théâtre, répartition des rôles à jouer aux différents acteurs. Au cinéma, on utilise le
      terme anglais de « casting ».
DIZAIN (n.m.) : ensemble cohérent de dix vers.
DOCTE (adj.): savant (terme vieilli)
DOCTEUR (n.m.) : Qui a réussi, en soutenant une thèse*, le diplôme du doctorat (en Lettres, sciences,
      médecine, etc.).
DOCTORAT (n.m.) : Diplôme universitaire du plus haut niveau ; il consiste en la préparation d’une thèse, et
      ouvre aux carrières d’enseignant d’université.
DOCUMENTAIRE (n.m.) : Ouvrage, dans une bibliothèque, qui apporte une information, une réflexion sur un
      sujet précis.
DOGMATISME(n.m.): Attitude de celui qui affirme catégoriquement ses idées et qui souhaite que tout le
      monde les partage.
DOGME(n.m.): Point de doctrine regardé comme une vérité fondamentale, incontestable (dans une religion,
      une philosophie, un système politique)
DONNER LE CHANGE : cf CHANGE
DOUCEREUX,SE (adj.): d'un air ou d'un ton de gentillesse affectée et peu sincère.
DOUTEUX, DOUTEUSE (adj.) : 1. Dont l’existence ou la valeur n’est pas certaine 2. dont la qualité est mise
      en cause ex. : Une viande douteuse 3. Sale à propos d’un vêtement, ou mauvais à propos d’une
      plaisanterie 4. Suspect. Un individu douteux.
DRACONIEN, ENNE (adj.): Strict et implacable, à propos d’une loi, d’une décision, d’un règlement (du nom
      de Dracon, législateur athénien, particulièrement sévère)
DRAMATURGE(n.m.): Auteur de pièces de théâtre.
DUALITÉ (n.f.): Caractère de ce qui double, coexistence de deux éléments de nature différente.
DUPE (n.f.) : Personne que l’on trompe en exploitant sa naïveté.
DUPLICITÉ (n f) : caractère d’une personne qui feint, qui joue deux rôles par hypocrisie.
DYSLEXIE(n.f.): Handicap, dans l'apprentissage de la lecture, entraînant des difficultés pour lire, et par
      extension, écrire correctement la langue.


                                                     E
EAU DE ROSE (A L’) : Se dit d’une œuvre artistique, littéraire ou cinématographique d’une sentimentalité un
       peu ridicule ; synonyme : mièvre
ÉCARTELÉ (p. passé) : Qui est soumis à des tentations, des désirs contradictoires et impossibles à assouvir en
       même temps. (syn. : déchiré)
ECHINE (COURBER L’) : accepter un travail d’esclave sans se révolter.
ECLECTIQUE(adj.): Qui n'a pas de goûts exclusifs, qui a des centres d'intérêts très variés. Ex.: écouter, avec le
       même plaisir, les Beatles et Mozart est le propre d'une personnalité éclectique.
ÉCORCHÉ VIF(n.m.): Personne qui ressent ses émotions avec une sensibilité presque maladive.
ÉCRITURE AUTOMATIQUE(n.f.): Se dit de la "technique" utilisée par les écrivains surréalistes* pour
       composer leurs oeuvres. Il s'agissait d'écrire, rapidement, sans se préoccuper du sens des mots et des
       associations, pour libérer l'inconscient pur. La recherche du sens profond devait se faire, par l'auteur,
       puis par le lecteur éventuel, après cette phase de création. La psychanalyse* a contribué à donner des
       clefs pour cette recherche.
ÉCROUELLES(n.f.pl.): Nom d'une maladie au moyen âge (sorte d'abcès, d'origine tuberculeuse) que le roi,
       selon la croyance, avait le pouvoir de guérir par ses mains.
EDEN (n.pr.): Dans la Bible, nom du Paradis, avant la chute de l'homme.
EDENIQUE(adj.): Qui se rapporte, qui évoque l'Eden, par sa beauté (à propos d'un lieu), ou son innocence.
EDIFIANT, E (adj.) : Qui incite à la vertu, par des paroles ou des actes (s’emploie svt de façon ironique)
EDIFIER: inciter à être vertueux, par des exemples, ou des paroles
EDULCORER (<lat. "edulcorare: rendre plus doux"): adoucir, affaiblir une idée, un texte, un personnage
       représenté, pour en atténuer l'aspect choquant ou violent.
EFFACER [S’] : se retirer discrètement d’une action, d’un projet.
EFFETS "DE MANCHE": Mouvements, gestes amples et théâtraux d' une personne (un avocat, en particulier)
       qui cherche à impressionner son public ou se mettre en valeur.
EFFUSION (n.f.) : Manifestations appuyée et pleine d’émotion d’un sentiment. Embrasser quelqu’un avec
       effusion.
ÉGOCENTRISME(n.m.): Fait de se croire le centre du monde et de tout ramener à sa personne.
ÉGRILLARD(adj.): Qui se complait dans des sous-entendus ou de propos un peu osés.
ÉLÉGIE(n.f.):      Poème lyrique, oeuvre poétique exprimant une plainte douloureuse, des sentiments
       mélancoliques (ex.: "Les Elégies", de Ronsard)
ÉLÉMENTAIRE(adj.): Très simple, réduit à l'essentiel.
ÉLISION(n.f.): effacement, dans certains mots, d’une voyelle finale devant un mot comportant une voyelle
       initiale (ex. : élision du e de l’article dans « l’arbre »)
ÉLITE(n.f.): Ensemble des personnes les meilleures, les plus remarquable d'un groupe, d'une communauté.
ÉLITISME(n.m.): fait, dans un enseignement, de n'attacher d'importance qu'à la formation d'une élite
       intellectuelle, sans se soucier du niveau moyen.
ÉLITISTE(n.m.): partisan de l'élitisme*.
ELLIPSE NARRATIVE : Fait de passer sous silence, par un bond dans le temps, divers événements du récit ;
       elle contribue à en accélérer le rythme.
ELUCIDER : expliquer, rendre clair (une énigme, des faits judiciaires, un problème quelconque)
ÉLUDER: Détourner habillement une question à laquelle on ne veut pas répondre.
ÉMACIÉ, EE (adj.) : très maigre (à propos d’un visage ou d’un corps)
EMANCIPER [S’] : S’affranchir d’une tutelle (celle de ses parents par ex . ), d’un servitude. Sens péjoratif :
       rompre avec les contraintes morales d’une société.
EMANATION (n.f.) : fait de provenir de quelque chose, d’avoir son origine dans un fait, une idée. ex. : Le
       personnage de Méphisto est une émanation du démon.
EMANER (DE) : provenir de quelque chose, avoir son origine dans un fait, une idée. ex. : Ces visions émanent
       de sa tête dérangée
EMBARRASSÉ(adj.): 1°Qui montre de l'embarras, de la gêne 2°Qui est compliqué, qui manque d'aisance et de
       clarté, à propos du style.
EMBLEMATIQUE (adj.) : Se dit d’un être ou d’un objet représentatif d’une idée abstraite (ex. :le lis est
       emblématique de la pureté)
EMBRASEMENT (n.) : 1.grand incendie ; 2.agitation qui conduit à des troubles sociaux, à une révolution ou à
une guerre.
EMBRASSÉES [RIMES]: En poésie, se dit des rimes du type ab ba
ENJAMBEMENT (n.m.) : en poésie, prolongement de la phrase sur le vers suivant.
EMOTIF,VE(adj.): Qui éprouve et manifeste des émotions, dues à une grande sensibilité.
ÉMOUSSÉ,ÉE (adj.): 1° Qui a perdu son tranchant, à propos d'un couteau, d'une paire de ciseaux, etc. 2° Qui a
      perdu son intensité, sa force, à propos d'un sentiment.
EMPANACHÉ,ÉE : Orné d’un panache fait de plumes (se dit souvent d’un chapeau)
EMPATHIE(n.f.) : Accord profond entre deux êtres qui se comprennent bien et se sentent très proches l’un de
      l’autre.
EMPHASE (.n.f.): Exagération de la solennité de la déclamation dans la façon de parler. L'emphase est le
      contraire de la simplicité.
EMPHATIQUE(adj.): Qui fait preuve d’exagération, de solennité dans la façon de parler.
EMPREINT DE...(p. passé d'empreindre):Marqué par, d'où il se dégage une sentiment, une impression.
ÉMULATION (n.f.): rivalité positive, entre amis, qui pousse à se surpasser mutuellement.
ENCRE (faire couler beaucoup d’) : donner lieu à beaucoup d’écrits pour commenter, essayer d’expliquer une
      chose dont on parle beaucoup.
ENDURCI (adj.) : Qui persiste à rester dans tel ou tel état (ex. un célibataire endurci).
ENGAGÉ, ÉE (adj.) : Se dit d’une personne, d’une œuvre qui affiche des positions politiques et les défend.
ENGOUEMENT (n.m.) : Fait de se prendre d’une passion excessive et passagère pour quelqu’un ou quelque
      chose.
EN HERBE: (expression) "en amateur"
EN PIED (locution): Se dit d'un portrait représentant une personne debout, des pieds à la tête
ENFANT NATUREL(n.m.): Enfant bâtard, non reconnu par ses parents.
ENFER (autrefois,dans une grande bibliothèque): Département d'une bibliothèque où sont entreposés les livres
      jugés scandaleux ou immoraux, et donc interdits au public.
ENGAGÉ (part. passé): Se dit d'une personne, d'une oeuvre qui proclame des idées politique, montre son
      appartenance à tel ou tel parti.
ENGOUEMENT (n.m.) : Fait de se prendre d’une passion excessive et passagère pour quelqu’un ou quelque
      chose.
ENJAMBEMENT (n.m.) : Procédé poétique consistant à prolonger sur le vers suivant la phrase du vers
      précédent.
ENONCIATEUR (n.m.) : personne, dans un récit ou un dialogue, qui prend en charge l’énoncé ; l’énonciateur
      peut être l’auteur lui-même ou un personnage du récit.
ENONCIATION (n.f.): manière d'énoncer un texte, de raconter une histoire (la personne utilisée [1ère ou
      3ème], la présence d'un destinataire, d'un narrateur, etc.)
ENSORCELE, EE (adj.) : Victime d’un mauvais sort, d’une action diabolique.
ENTETANT : Qui monte à la tête (à propos d’un parfum)
ENTHOUSIASME (n.m.) : Elan qui pousse une personne à accomplir une action ou aimer une œuvre, avec
      plaisir et satisfaction.
ENTITÉ (n.f.) : Chose abstraite ou générale que l’on considère comme une réalité. Ex. : Le livre ne devrait pas
      être, dans notre société, une entité commerciale au même titre que les autres produits.
ENTOMOLOGISTE (n.m) Spécialiste de l’entomologie, de la partie de la zoologie qui traite des insectes.
ENTRETENU(E) : se dit d’une personne qui vit aux crochets de son conjoint et qui, tout en ne travaillant pas,
      dépense l’argent du ménage de manière futile.
ÉPANCHER (S'): communiquer librement et avec sincérité ses sentiments cachés, ses opinions.
EPANCHEMENT (n.m.) : Fait de communiquer librement et avec sincérité ses sentiments cachés, ses
      opinions.
EPICENE (adj.) : se dit, en grammaire, des noms n’ayant qu’une forme au masculin ou au féminin. Ex. : adulte,
      élève, archéologue, pédiatre, pianiste, secrétaire
EPICURIEN ; ENNE (adj.) : qui suit la doctrine d’Epicure, et applique l’épicurisme
ÉPICURISME (n.m.): Doctrine du philosophe grec Épicure, qui prône la recherche du plaisir dans la vie.
ÉPIQUE (adj.): Digne de figurer dans une épopée*; qui a les proportions des sujets ou des héros de l'épopée.
ÉPISTOLAIRE (adj.) : qui a rapport à la correspondance par lettres. Roman épistolaire : roman écrit sous forme
      de lettres reçues et envoyées.
ÉPOPÉE (n.f.): Long poème ou récit dans lequel le merveilleux se mêle au vrai, et dont le but est de célébrer un
      héros ou un grand fait (Trois épopées célèbres: "L'Iliade", "L'Énéide", et "La Chanson de Roland").
ÉPREUVE (n.f.) : texte imprimé à la suite d’un manuscrit, et destiné à être publié.
EPROUVER : Mettre à l’épreuve quelqu’un.
EQUARRIR: couper un animal en quartier (pour un boucher)
EQUIVOQUE (adj.) 1.Susceptible de plusieurs interprétations. Termes équivoques. Comportement équivoque.
      2. Péjor. Qui n’inspire pas confiance. Réputation, allure équivoque. Syn. louche, suspect.
ÉREINTER: critiquer de manière à détruire la réputation d'une personne, d'une oeuvre (ex.: "les journaux ont
      éreinté ce nouveau film")
ERGOTER: Discuter longuement sur des points insignifiants ou peu importants
EROS [ET THANATHOS] : mots grecs. litt. Amour et mort ; se dit des deux thèmes indissociables dans le
      théâtre ou la littérature occidentale ; se dit de deux principes opposés et complémentaires : l’amour, qui
      donne la vie, et la mort, qui la retire.
ERRANCE (n.f.) : action d’errer çà et là, de se perdre, au sens propre ou figuré.
ERRER : aller ici ou là sans but ; se perdre.
ÉRUDIT(adj. et n.m.): Homme d'un très grand savoir dans un domaine particulier.
ERUDITION (n.f.) : savoir approfondi que l’homme peut se construire dans un domaine particulier.
ERYNIES (n.f. pl .) : Dans la mythologie grecque, nom des femmes chargées de punir les criminels et de
      venger les victimes. Elles venaient trouver le coupable, les cheveux hérissés de serpents, et le rendaient
      fou.
ESPIEGLE(adj.): Vif et malicieux, sans méchanceté.
ESSAI (n.m.) : ouvrage de réflexion, qui traite d’un sujet particulier.
ESSAYISTE (n.m.): Personne qui écrit un essai*
ESTABLISHMENT(n.m. mot angl.): Classe sociale qui détient les postes clés dans un pays.
ESTAMPE(n.f.): image imprimée au moyen d'une planche gravée de bois ou de cuivre.
ESTHETE(n.m.): (svt. péjoratif) personne qui prône le culte de l'art, de la Beauté, au détriment d'autres valeurs,
      qui ont peu d'importance à ses yeux.
ESTHETIQUE (adj.) 1. qui a rapport à la beauté 2. beau, bien agencé.
ESTOCADE (n.f.) : 1. Coup d’épée, dans la mise à mort du taureau 2. Au sens figuré, coup fatal que l’on porte
      à un adversaire (dans un procès, par ex. ou un débat)
ETAYER : appuyer une idée, une décision par des arguments ou des preuves.
ÉTHIQUE (n.f.): Morale, art de diriger la conduite de l'homme (adj.): Qui concerne la morale.
ETHOLOGIE (n.f.) : branche de la zoologie qui étudie le comportement et l’intelligence des animaux.
ÉTOFFER [UN TEXTE]: Rendre un texte plus long, l'enrichir, en développer les idées
ÉTYMOLOGIE(n.f.): Étude des mots d'une langue, à partir de leurs racines (souvent latines ou grecques), de
      leur origine.
EUMENIDES (nom propre fem. Plur.) dans la mythologie grecque, divinités de la vengeance, chargées de faire
      expier un crime commis sur un membre de sa famille ; elles avaient des cheveux en forme de serpents, et
      inspiraient la crainte. Ceux qui les contemplaient pouvaient devenir fous.
EUPHEMISME(n.m.): Fait d'atténuer l'expression d'une idée ou d'un sentiment, pour en élimer l'aspect
      désagréable ou agressif. Ex.: dire d'une personne très âgée: "elle n'est plus très jeune".
EUPHONIQUE(adj.): Qui présente des sons harmonieux, dans le mot ou la phrase.
EUTHANASIE (n.f.): Ensemble des décisions et des moyens médicaux employés pour abréger les souffrances
      d'une personne, et l'aider à mourir dignement. L'euthanasie est l'objet de débats, de refus, dans les
      législations de nombreux pays.
EVASIF,VE(adj.): Qui reste dans l'imprécision, le vague.
EVENTER : 1° exposer à l’air libre 2° révéler, découvrir (à propos d’un secret, d’un complot, etc..)
EVOLUTIONNISME(n.m.): Théorie, mise au point au XIXe siècle par le savant anglais Darwin, suivant
      laquelle l’homme et les espèces animales actuelles se sont lentement transformés à partir de formes
      anciennes.
EXTERNE (FOCALISATION) : voir FOCALISATION
EX VOTO (mot latin invar.): objet placé, dans un sanctuaire, en offrande à une divinité pour la remercier d'un
      bienfait, ou se la rendre favorable.
EXACERBER : rendre plus aigu, plus intense à propos d’un sentiment, d’une affection du corps ou de l’esprit
      (par ex. : exacerber la colère de quelqu’un)
EXALTANT(adj.): Qui apporte un sentiment de joie et de grandeur.
EXALTATION (n.f.) : Enthousiasme démesuré, excitation de l’esprit un peu exagérée.
EXAMEN DE CONSCIENCE (n.m.) : Réflexion lucide sur ses propres erreurs ou ses fautes, afin de
     s’améliorer
EXASPÉRATION(n.f.): Violente irritation ou agacement.
EXCENTRIQUE(adj.): Dont la manière d'être est en opposition avec les habitudes reçues; bizarre, extravagant.
EXCLAMATIVE [PHRASE] : Phrase qui exprime la surprise, les émotions, les sentiments (ex. : « Quel
     gâchis ! »)
EXCOMMUNIER: Chasser de l'Eglise catholique.
EXCROISSANCE (n. f.) : proéminence superficielle qui se développe sur une partie du corps.
EXECUTER (une toile) : réaliser un tableau.
EXERCER (S’) : Etre mis en application ; apparaître effectivement, à propos d’une idée abstraite. Ex : La satire
     sociale s’exerce dans ce texte.
EXHAUSTIF(adj.): qui traite à fond et complètement un sujet (ex.: dresser une liste exhaustive.
EXHORTER : Pousser quelqu’un, par des discours persuasifs, à faire une action.
EXORCISER: 1°Chasser les démons du corps des possédés à l'aide de formules et de cérémonies. 2° Se délivrer
     d'une angoisse, d'un mal en le mettant en scène ou en en parlant souvent.
EXOTIQUE (adj.): Qui provient de pays lointains, ou qui les évoque, en faisant rêver (ex. des plantes exotiques
     poussent dans la serre.)
EXPECTORER : Cracher ce que l’on a dans la gorge ou les bronches.
EXPEDIENT (n.m.) : 1. Ruse qui permet de se tirer d’une situation embarrassante, sans résoudre les difficultés.
     2. Moyen, méthode pour se tirer d’une difficulté à peu de frais.
EXPÉDITIF(adj.): Qui expédie promptement les affaires, la besogne
EXPLICITE(adj.): Qui apparaît très clairement, sans être sous-entendu.
EXPLOSIVE [CONSONNE]: se dit des consonnes prononcées d'une forte émission de voie, par une ouverture
     raide de la bouche (ex.: "p" et "b")
EXPOSER : Abandonner ses enfants lorsqu’on ne souhaite pas les élever.
EXPOSITION (n.f.) : action d’exposer sous les yeux du public des objets divers, des œuvres d’art ou des
     produits industriels ou agricoles.
EXPOSITION [SCENE D']: Au théâtre, première scène de la pièce où le spectateur est censé apprendre le sujet,
     le noms des personnages et leurs liens.
EXTASE(n.f.): Etat d'exaltation provoqué par une joie ou une admiration extrême.
EXTASIER (S’) : Manifester par des démonstrations d’enthousiasme son admiration, son émerveillement.
EXTRAVERTI,E(adj.): Tourné vers autrui, ouvert aux autres et à la société. (contr. Introverti)
EXUBERANT,E (adj.) : 1. Très abondant, à propos d’une végétation en particulier ; 2. Pour une personne :
     d’un dynamisme débordant et exagéré.
EXUTOIRE (n.m.) : activité, occupation qui permet d’oublier les aspects pénibles ou ennuyeux de son
     existence.


                                                     F
FABLE (N ;F ;) Récit imaginaire, le plus souvent en vers, illustrant un enseignement moral et mettant en scène
      de façon indirecte, souvent par le biais d’animaux, la condition humaine.
FACE-A-MAIN (n. m.) Binocle à manche.
FACETIE(n.f.) : Plaisanterie bouffonne, farce.
FACETIEUX(adj.): Farceur, qui aime plaisanter.
FACHEUX (n.m.):gêneur, personnage importun (en particulier au théâtre, dans les comédies du XVIIème
      siècle.)
FACTURE (n.f.) : Manière, style dont est faite une œuvre d’art.
FAIRE-VALOIR (n. m.) : 1. Acteur dont la seule fonction est de mettre en valeur la vedette. 2. Toute personne
      qui en met une autre en valeur.
FAISANDÉ, EE (adj.) : se dit d’une viande qu’on a laissée volontairement pourrir après l’abattage avant de la
      cuisiner (le faisan, la bécasse sont des viandes que l’on déguste faisandées)
FAIT DIVERS (n.m.) : nouvelle, plus ou moins grave, donnée par un journal.
FALLACIEUX, SE (adj.) : Qui trompe une personne par des promesses illusoires.
FALOT, E (adj.) : se dit d’une personne très effacée, qui manque de personnalité.
FAMINE (n.f.) : Manque d’aliments par lequel une population entière souffre de la faim.
FANATISME: Intolérance, fait d'être animé d'un zèle aveugle envers une religion, une doctrine.
FANGEUX, -EUSE (adj.) : boueux
FARCE (n. f.) : Courte pièce comique, jouée au Moyen âge, basée sur des situations stéréotypées (ex. : le mari
      trompé est l’une des situations fréquemment reprise dans ces œuvres)
FARFELU,E (adj.): Un peu fou, bizarre.
FASTUEUX, SE (adj.) : qui déploie une grande richesse.
FAUVISME (n.m.) : mouvement artistique né en Europe au début du 20e s. ; il se caractérise par une utilisation
      des couleurs pures, juxtaposées, parfois sans rapport avec la réalité objective. Matisse est l’un des
      principaux peintres fauves.
FAUX-DÉVOT(n.m.): Au 17ème siècle, personne hypocrite faisant semblant de mener une vie religieuse et sans
      reproches.
FAVORI (n. m.) : touffes de barbe qu’on laisse pousser sur les joues, de chaque côté du visage.
FEAL (n.m.) : (anciennement) Fidèle à la foi jurée, ami fidèle et dévoué serviteur.
FEINDRE: Faire semblant (langue soutenue).
FÉLICITÉ (n.f.): bonheur (terme vieilli)
FEMME DE TETE : se dit d’une femme intelligente, qui a des responsabilités et les assume bien.
FERMÉ (ViSAGE) : se dit d’un visage qui ne laisse transparaître aucune expression, aucune émotion
      particulière.
FETIDE(adj.) : qui sent très mauvais.
FICELLE(n.f.) : procédé caché, artifice de fabrication, en particulier pour une œuvre littéraire,
      cinématographique , ou artistique.
FICTIF, VE (adj. ) : qui n’existe que dans l’imagination ; faux
FIERTÉ (n.f.): Fait d'être fier de quelque chose, de s'enorgueillir
FIGÉ, ÉE (adj.) : 1° Que le froid a refroidi (à propos d’un plat, d’une sauce, d’un liquide) 2° qui n’évolue pas,
      ne s’ouvre pas (à propos d’une société, d’un ensemble de pratiques)
FIGURANT, E (n.m.) : Au théâtre ou au cinéma, toute personne qui n’occupe pas un rôle de premier plan ; le
      figurant, en général ne parle pas.
FILÉE (adj.): Se dit d'une métaphore développée longuement dans un texte.
FILIAL, E (adj.) : Qui appartient au fils, à la relation enfants-parents. Ex. : amour filial
FILIGRANE(n.m.) : Dessin imprimé dans la trame du papier, et qui se devine en transparence. Lire en
      filigrane : lire entre les lignes, deviner ce qui n’est pas explicitement dit dans un texte.
FILOU (n.m.) : Escroc, individu qui cherche à voler les autres.
FIN OUVERTE (n.f.) : Dans un récit, une nouvelle, fait de laisser le lecteur sur un point d’interrogation, ou fait
      de ne pas terminer volontairement le schéma narratif.
FIRMAMENT(n.m.): ciel, voûte céleste (voc. littéraire ou poétique)
FIXISME (n.m.): Mouvement religieux du XIXe siècle, en opposition aux théories de Darwin, visant à établir
      que les espèces animales et l’homme ne sont pas l’aboutissement d’une évolution naturelle.
FLASH-BACK(n.m.): Procédé qui consiste, au cinéma, à faire un retour brusque dans le passé.
FOCALISATION (n.f.): point de vue sous lequel un auteur se place pour raconter un événement (on distingue
      la focalisation interne, quand le narrateur connaît les sentiments du personnage, la focalisation externe
      quand le narrateur ne sait que ce que connaît le personnage, et la focalisation zéro quand le narrateur est
      omniscient)
FOETAL,E(adj.): Relatif au foetus; qui a la même attitude que le foetus.
FOI (MAUVAISE) : Déloyauté, manque de franchise dans ses paroles à l’égard d’une personne ou de soi-
      même.
FOND (n.m.) : par opposition à la forme : contenu d’un texte, tel qu’il apparaît à travers le message exprimé ou
      les idées.
FONDS DE TIROIR : Se dit des manuscrits qu’un auteur n’a jamais voulu voir publier.
FONDU ENCHAINÉ(n.m.): Dans le langage du cinéma, enchaînement de deux images par superposition
      progressive de la seconde sur la première, qui disparaît peu à peu.
FORÇAT (n.m.) : 1° Condamné aux travaux forcés, au 19e s.; 2° homme réduit à une condition très pénible.
FORCE DE LA NATURE (express.) : se dit d’une personne très forte physiquement, et très résistante. C’est
      une vraie force de la nature.
FORME (n.f.) : manière, façon, plus ou moins codifiée, d’écrire un texte. (contr. : fond)
FORT EN THEME : Se dit du bon élève type, qui cultive ses aptitudes scolaires
FOSSE COMMUNE (n.f.) Se dit d’un lieu de sépulture où les morts sont enterrés ensemble. Les guerres et
       l’extrême pauvreté ont pu les mettre en place.
FOUR (n.m.): Echec, à propos d'une pièce de théâtre ou d'un spectacle que personne ne va voir.
FOURBE (adj.) : qui manque de franchise, d’honnêteté.
FOURBU,UE(adj.): très fatigué.
FOURVOYER (SE): (ancien.) s'égarer, se perdre.
FRAIS [FAIRE LES FRAIS DE] : subir les conséquences négatives d’une action qu’on a contribué à faire.
FRANCOPHILE (adj.) : Qui aime la France et la langue française.
FRANCOPHONE (adj.) : 1. qui parle français ; 2. pour un pays : dont la langue reconnue est le français.
FRANC-TIREUR (n.m.) : Soldat qui décide, dans une guerre, de quitter les bataillons réguliers et de se lancer,
       seul, dans des opérations d’attaque et d’embuscade.
FRANQUETTE [à la bonne] : très simplement, sans cérémonie compliquée, à propos d’un repas.
FRASQUES (n.f.pl.) : débauche, conduite désapprouvée par la société, les bonnes mœurs.
FRATRICIDE (adj. et n.) : meurtrier de son frère.
FRAUDE (n.f.): action illégale.
FRAUDULEUX, SE: qui n'est pas légal.
FRISE (n.f.): Bordure ornementale, peinte ou sculptée, dont les motifs se répètent et s'entrelacent.
FRIVOLE (adj.) : superficiel, qui ne s’intéresse qu’à des choses sans importance ou dérisoires.
FRUSTE(adj.): D'une simplicité rudimentaire, à propos d'un style, d'idées, de manières.
FRUSTRATION(n.f.): action de priver une personne d'une chose à laquelle elle a droit.
FRUSTRER: Priver quelqu'un d'une chose à laquelle il a droit.
FULMINER : Se mettre violemment en colère contre une personne ou une chose.
FUGACE (adj.) : Qui disparaît vite, qui dure peu, à propos d’une impression, d’un sentiment, d’un souvenir.
FURIBOND, E (adj.) : Qui manifeste une fureur disproportionnée et vaguement comique.
FUSIL [LA FLEUR AU] : Se dit de l’attitude d’une personne qui part s’exposer à un danger sans craintes, et sûr
de triompher.
FUSIONNEL, ELLE (adj.) : Proches au point de ne former qu’un, à propos de deux personnes.
FUTILE (adj.):1° Superficiel, sans intérêt; 2° (personnes) Qui ne se préoccupe que de choses sans importance.
FUYANT, E (adj.) : qui fuit ses responsabilités ; à propos d’un regard : qui manque de franchise.


                                                     G
GALLICISME (n.m.): tournure, expression propre au français.
GALVAUDER: faire un mauvais usage (d'un mot, d'une qualité, d'un avantage), qui rabaisse la chose en
     question, lui fait perdre son intérêt, sa valeur (ex.: "un grand chanteur d'opéra risquerait de "galvauder"
     son talent, s'il chantait dans le métro"; "gérer" est un terme trop employé actuellement, à propos de
     n'importe quoi: il est galvaudé.)
GANGUE (n. f.) : Substance qui entoure un minerai ; par extension, tout ce qui enveloppe, emprisonne.
GARGOTE (n.f.) : petit restaurant sans confort ni nourriture raffinée. Syn. : BOUI-BOUI
GEMELLITE (n.f.) : Fait d’être des jumeaux
GENDARMER (SE) : S’emporter, s’irriter pour peu de raison contre quelque chose.
GENESE(n.f.): 1° dans la Bible, nom du premier livre, qui relate la création du monde. 2° ensemble des
     éléments qui ont contribué à former un oeuvre, une idée, un projet.
GÉNOCIDE(n.m.): Destruction méthodique, ou tentative d’extermination d'un peuple tout entier.
GEOLIER(n.m.): personne chargée de garder des prisonniers.
GERMANISME (n.m.): expression, tournure propre à l'allemand.
GHETTO(n.m.): 1° Quartier juif, quartier où les juifs étaient contraints de demeurer, avant et pendant la
     deuxième guerre mondiale (en Allemagne, en particulier). 2° Endroit, dans une ville, où des
     communautés ou des populations sont forcées d'habiter
GISANT (n.m.) : statue représentant un mort étendu.
GLABRE (adj.) : dépourvu de moustache ou de barbe, à propos d’un visage.
GLACE [BRISER LA] : arriver à entamer une conversation qui a du mal à s’enclencher.
GLAUQUE (adj.) : 1. Trouble et verdâtre (à propos d’une eau) 2. Fam. Malsain (à propos d’une situation.
GLOIRE(n.f.): Auréole enveloppant le corps du Christ, dans les représentations picturales.
GOLGOTHA (N propre) : nom du mont sur lequel le Christ a été crucifié.
GLOSER : donner des explications inutiles ; pêcher par excès d’explications.
GOUAILLE(n.f.): langage populaire, et parfois grossier, souvent employé pour se moquer d'une personne ou
     d'une chose.
GOUAILLEUR(adj.): Qui aime à plaisanter, parfois grossièrement, ou à se moquer des autres.
GOUSSET (n.m.) : petite poche de gilet ou de pantalon autrefois destinée à recevoir une montre.
GRACE (FAIRE) : dispenser quelqu’un d’une obligation quelconque, accepter que la chose ne soit pas faite.
GRADATION(n.f.): Fait d'ordonner les termes d'un énoncé selon une progression (en taille, en intensité...)
GRAISSER LA PATTE : (expression) donner de l’argent illégalement et en cachette à une personne pour obtenir
     une chose.
GRAPHIE (n.f.) : façon de former les lettres qui composent une écriture.
GRAPHOLOGIE(n.f.): Étude de l'écriture d'une personne, et du rapport entre cette écriture et la psychologie, la
     personnalité.
GRATTE-PAPIER (fam.): bureaucrate, modeste employé chargé des écritures, et des tâches rébarbatives.
GRATUIT, E (adj.) : 1. Qui est fait pour la beauté de l’acte, sans recherche du profit, de l’argent, d’une
     récompense en retour. 2. Qui est sans fondements ex. : Une hypothèse gratuite
GRELE (adj.): D'une longueur, d'une finesse excessive.
GRIEF (n.m.) Reproches adressés à une personne.
GRIMOIRE (n. m.) : Vieux livre, contenant de la magie.
GRINGUE (n.m.) argot vieilli : séduction, « drague » entre deux personnes.
GRINCANT,E(adj.): Se dit d'un ton, d'une situation contenant un humour féroce et amer.
GRIVELERIE(n.f.) : Escroquerie qui consiste à consommer sans payer, dans un restaurant, un café, un hôtel.
GROGNARD(n.m.): Nom donné aux soldats de la vieille garde, sous Napoléon 1er
GROS PLAN : cf. PLAN CINEMATOGRAPHIQUE
GUEULOIR (n.m.) : Mot inventé par l’écrivain Gustave Flaubert pour désigner une pièce de sa maison, dans
     laquelle il se plaisait à prononcer ses propres phrases à haute voix afin d’en entendre la musicalité, pour
     éventuellement les corriger.
GUICHET FERME (A) : se dit d’un spectacle auquel on ne peut pas assister faute de place disponibles , toutes
     les entrées ayant été réservées ou vendues
GUIPURE(n.f.): Sorte de dentelle extrêmement fine.
GUSTATIF(adj.): Qui se rapporte au goût.
GUTTURALE(n.f.): Voyelle ou consonne qui se prononce près du voile du palais et donne l'impression d'être
     émise par la gorge (ex:"K" ou "G" dans "guerre")


                                                    H
HAIKU (n.m.) : Poésie d’inspiration japonaise basée sur la brièveté de la forme, et sur l’emploi d’images pour
     décrire la nature.
HAILLONS (m.pl.) : vieux lambeaux d’étoffe servant de vêtements.
HALLUCINATION(n.f.): Trouble des sens qui fait voir ou entendre des choses qui n'existent pas.
HALO (n m) : Auréole diffuse autour d’une source lumineuse.
HAPY END (n.f.) : mot anglais signifiant « fin heureuse » : se dit de la fin d’une œuvre (cinématographique en
     particulier) qui se finit de façon heureuse pour les personnages.
HARANGUER: Prononcer un discours solennel devant une assemblée.
HARASSER : accabler de fatigue.
HAREM(n.m.): Ensemble des femmes, chez les peuples musulmans, qui habitent l'appartement qui leur est
     réservé, sous la tutelle du mari.
HARMONIE IMITATIVE (n.f.) : en poésie, agencement des sonorités du vers ou de la phrase en vue d’un effet
     expressif qui imitant la réalité (ex. le son « i » dans « un violon frémit comme un cœur qui s’afflige »/
     Baudelaire peur traduire phoniquement le son aigu de l’instrument)
HARUSPICE(n.m.): Dans l'Antiquité romaine, devin qui examinait les entrailles des animaux, pour en titrer des
     présages.
HAUT-DE-FORME (n.m.) : chapeau d’homme cylindrique à bords plus ou moins larges ; il se portait avec la
     redingote, et était à la mode au XIXème siècle.
HAVRE DE PAIX (soutenu) : Lieu naturel, abrité et protégé, que la main de l’homme n’a pas encore
      corrompu.
HECATOMBE (n.f.) : 1. Sacrifice de cent bœufs dans l’Antiquité gréco-latine 2. Catastrophe, événement
      désastreux.
HÉMISTICHE (n.m.): 1° Césure placée au milieu d'un vers 2° Chacune des deux moitiés du vers ainsi coupé.
HÉRALDIQUE (n.f.): Etude des blasons, et de leur interprétation.
HÉRÉSIE(n.f.): Doctrine contraire à l'orthodoxie, à la règle, au sein d'une religion.
HÉRÉTIQUE(n.m./f. et adj.): Qui soutient une opinion, une doctrine contraire à la religion officielle.
HERMÉTIQUE (adj.) 1° se dit d'une fermeture étanche, qui ne laisse pas passer l'air. 2° Impénétrable, difficile
      ou impossible à comprendre, à propos d'un style, d'une oeuvre.
HÉTÉROCLITE (adj.) : se dit d’un ensemble d’objets ou d’éléments qui n’ont aucun rapport entre eux, dont la
      rencontre est bizarre
HIATUS(n.m.): Rencontre de deux voyelles à l'intérieur d'une phrase, d'un groupe nominal.
         (ex: "A Arles où roule le Rhône[...]" Prévert Le hiatus rend en général un son peu agréable à
      l'oreille.
HIÉRARCHIE(n.f.): 1°Organisation sociale dans laquelle chacun se trouve dans une série ascendante de
      pouvoirs ou de situations 2°Organisation d'un ensemble en une série où chaque terme est supérieur au
      terme suivant.
HIÉROGLYPHE(n.m.): Signe des plus anciennes écritures égyptiennes.
HIPPIQUE (adj.) : Qui se rapporte à l’art de monter les chevaux, de faire des courses. Stade hippique.
HISPANISME (n.m.): expression, tournure propre à l'espagnol.
HOLORIME (adj.) : se dit d’un vers rimant tout entier avec le suivant, par un jeu d’homophonies. Ex. :
           Gal, amant de la reine, alla, tour magnanime
           Galamment de la reine à la tour Magne, à Nîmes.
HOMMASSE (adj.) : qui a des traits et des manières vaguement masculins, à propos d’une femme.
HOMONYME (adj. et n. m.). Se dit de mots qui se prononcent ou s’écrivent de la même façon, et qui ont des
      significations différentes (ex.: pair, père et paire).
HOMONYME (adj. et n.m.): Se dit de mots n'ayant pas le même sens, mais la même orthographe (ex.:"la
      mousse" et "le mousse").
HOMOPHONE (adj. et n.m.): Se dit de mots ayant la même prononciation et pas forcément la même
      orthographe (ex.:le "pan" et le "paon").
HORS-TEXTE (n.m.) : Se dit des phrases ou renseignements qui encadrent le texte proprement dit et n’en font
      pas partie (chapeaux d’introduction, titre, auteur, etc.)
HOSTIE(n.f.) : dans la liturgie chrétienne, nom du morceau de pain représentant le corps du Christ au moment
      des paroles du prêtre pendant la messe.
HOSTILE(adj.): A propos de la nature, se dit d'un lieu particulièrement peu adapté aux conditions de vie
      humaine.
HOSTILITÉ(n.f.): Disposition hostile, inamicale, envers quelque chose ou quelqu'un.
HOULEUX (HOULEUSE) : animé et tendu, à propos d’un débat, d’une discussion.
HUILES (n. f. pl.) Se dit des personnes les plus influentes, les plus importantes d’un parti politique.
HUIS CLOS (n.m.): Dans une oeuvre littéraire, théâtrale ou cinématographique, lieu clos d'où les personnages
      ne peuvent s'évader. "A huis clos": sans que le public puisse entrer (à propos d'un procès).
HUITAIN(n.m.) : ensemble cohérent de huit vers.
HUMANISTE(n.m. et adj.): Personne qui considère l'homme comme l'élément le plus important dans l'univers,
      et qui se consacre, par son action ou ses idées, à son épanouissement.
HUMOUR NOIR(n.m.): Aptitude à faire rire sur des sujets qui ne sont pas drôles en eux-mêmes: la mort, la
      maladie, le crime...
HUPPĒ, ĒE (adj.) : Très mondain, et un peu snob, à propos d’une réception, d’un milieu, d’une personne.
HYBRIDE(adj.): formé du corps de plusieurs animaux, à propos des monstres mythologiques, ou des créatures
      légendaires.
HYMNE(n.m.): Chant, poème lyrique célébrant une personne, une chose, un pays.
HYPERBOLE(n.f.): Fait d'exprimer une idée, un sentiment, de façon exagérée pour mettre en relief la chose en
      question ou faire rire. La publicité utilise souvent l'hyperbole.
HYPERREALISME (n.m.) : courant artistique né aux U.S.A dans les années soixante ; les artistes qui en ont
     fait partie avaient pour projet, dans leurs toiles, d’imiter la réalité le plus exactement possible ; les
     œuvres de cet art ressemblent à des photographies.
HYPERSENSIBLE (adj.) qui manifeste une sensibilité presque maladive ; très vulnérable.
HYPNOSE (n.f.): sommeil artificiel, provoqué par des manoeuvres de suggestions, des actions physiques, des
     voix, etc.
HYPOCONDRIAQUE(n.m. et adj.): Qui manifeste une anxiété excessive à propos de sa santé.
HYPOTHESE(n.f.): Supposition, thèse qui n'a pas encore été vérifiée.


                                                       I
ICARE(n.propre): Fils de Dédale*, dans la mythologie grecque.
ICONOGRAPHIE (n.f.): 1° Etude des diverses représentations figurées d'un sujet 2° Ensemble d'images
      illustrant un ouvrage.
ICONOGRAPHIQUE (adj.) : Qui se rapporte à l’illustration d’un ouvrage, aux diverses illustrations d’un sujet.
IDEALISER : Donner un caractère idéal à une personne ou à une chose.
IDÉALISME(n.m.): Attitude d'esprit ou forme de caractère qui pousse à faire une large place à l'idéal, au
      sentiment, pour améliorer l'homme (ex.: les Romantiques ont été de grands idéalistes).
IDÉALISTE(adj. et n.): Propre à l'idéalisme, attaché à l'idéalisme.
IDIOMATIQUE(adj.): se dit des tournures propres à une langue, et intraduisibles littéralement dans une autre.
IDYLLE (n.f.) : Amourette, petite aventure amoureuse.
ILLOGIQUE(adj.): qui manque de logique.
ILLUMINE, EE : Fou ; membre d’une secte qui donne l’impression d’avoir une vision.
ILLUSOIRE (adj.) : se dit d’une idée, d’un projet ou désir irréalisable, mais qui entretient l’illusion de sa
      possible réalisation. Syn. : CHIMERIQUE
IMBERBE (adj.) : qui est dépourvu de barbe
IMMATURE(adj.): Qui n'a pas atteint la maturité, au sens propre ou figuré (pour une personne).
IMMERSION (n.f.) : se dit d’une forme de baptême où la personne entre tout entière dans l’eau.
IMMOBILISATION(n.f.): Action de rendre immobile; le résultat de cette action.
IMMOBILISME (n.m.): Disposition à se satisfaire de l'état présent des choses, à refuser le mouvement ou le
      progrès.
IMMOBILITÉ(n.f.): État de ce qui est immobile
IMMORALITÉ (n.f.): caractère de ce qui ne témoigne d’aucune morale.
IMPACT(n.m.) : 1. Point de rencontre entre un projectile et sa cible 2. Effet produit (en particulier par un texte)
      sur le récepteur.
IMPAIR(n.m.): Maladresse choquante faite en société ("gaffe", en langage familier.)
IMPARTIAL,E(adj.): Qui est sans parti pris, qui juge les situations de façon neutre et équitable.
IMPAVIDE(adj.)svt. ironique: qui n'éprouve ou ne trahit aucune peur.
IMPERSONNEL, ELLE(adj.): Froid, anonyme, sans caractéristiques individuelles.
IMPIE (adj.): qui n’a pas de respect pour Dieu, ou pour la religion.
IMPLICITE(adj.): Qui n'est pas dit, qui est sous-entendu.
IMPRÉCATION(n.f.): souhait de malheur contre quelqu'un, quelque chose.
IMPRESSIONNISME (n.m.) : Courant pictural de la fin du XIXème siècle, dans lequel les artistes se sont
      efforcés d'exprimer les impressions que les objets, la nature, la lumière suscitent; sans chercher à copier
      fidèlement la réalité. Les principaux peintres français sont: Monet, Manet, Renoir, Seurat.
IMPRESSIONNISTES(n.m.pl.): Peintres qui, à la fin du XIXème siècle, se sont efforcés d'exprimer les
      impressions que les objets, la nature, la lumière suscitent; ils n'ont pas cherché à copier fidèlement la
      réalité. Les principaux sont: Monet, Manet, Renoir, Seurat.
IMPULSIF : (adj.) Qui obéit plus à ses instincts qu’à sa réflexion ; qui agit par réflexe.
IMPULSION (n. f.) : instinct, tendance spontanée et irrésistible pour accomplir une action.
IMPUNEMENT (adv.) 1.Sans subir de punition. Voler impunément. 2. Sans inconvénient, sans préjudice. On
      ne joue pas impunément avec sa santé.
INADÉQUAT,E(adj.): Qui n'est pas adéquat, pas adapté, à propos d'une solution, d'une formule, etc.
INALIENABLE (adj.) : Dont on ne peut nous priver Ex : Les droits inaliénables.
INCANTATION(n.f.): Paroles magiques prononcées pour faire opérer un charme, un sortilège
INCESTE(n.m.): Relations sexuelles entre proches parents (qui ne pourraient pas se marier).
INCIDEMMENT(adv.): d'une manière incidente; par hasard.
INCIPIT (mot latin) : Tout début d’un roman ou d’une nouvelle.
INCISE(n.f.): (gram.) Proposition généralement courte, insérée dans la phrase pour exprimer une sorte de
      parenthèse (ex.: "Un soir, t'en souvient-il, nous voguions en silence[...]" Lamartine
INCOHÉRENT(adj.): Qui manque d'unité et de logique.
INCOMMUNICABILITE (n.f.) : caractère de ce qui est incommunicable, de ce qui ne peut se transmettre d’une
      personne à l’autre.
INCONDITIONNEL(adj.): Qui aime et soutient sans discussions une personne et ses décisions.
INCONGRU,E (adj.): Insolite, qui n'est pas à sa place.
INCRÉDULE (adj.) : Qui ne croit pas facilement ce qu’on lui dit, qui doute de tout.
INCUNABLE (n.m.) : Livre imprimé, antérieur aux techniques d’imprimerie découvertes en Europe en 1500, et
      tiré à peu d’exemplaires.
INDICE (n.m.) : Signe apparent, dans un texte en particulier, permettant de déterminer où et quand l’action se
      passe, qui raconte, et si le récit est ancré* ou coupé* de la situation d’énonciation.
INDICIBLE(adj.): qu'on ne peut dire, exprimer.
INDIGENT, E (n. et adj.) : très pauvre, qui n’a pas le minimum pour survivre.
INDIVIDUALISME(n.m.) : Attitude d’esprit marquée par un goût pour l’action individuelle, l’indépendance, et
      la liberté.
INDOLENT, E (adj.) : Mou et paresseux ; qui ne fait pas d’efforts.
INEFFABLE (adj.) : extraordinaire, qui ne peut être exprimé par des paroles.
INÉLUCTABLE(adj.): Qu'on ne peut empêcher, inévitable.
INEXTRICABLE (adj.) : se dit d’une situation, d’un lieu très embrouillé ou très complexe et dont on ne peut
      sortir.
INFAMANT, E (adj.) : Qui entache l’honneur, la réputation. ex. : Une mesure infamante.
INFANTILISER: traiter quelqu'un comme un enfant.
INFIME (adj.) : Très petit, minime
INGÉNU (adj.): D'une naïveté excessive et un peu sotte, à propos d'une personne, d'une réponse.
INGESTION (n.f.) : Faite d’avaler quelque chose
INHIBER : Bloquer, paralyser quelqu’un en l’empêchant de manifester ses sentiments, ses opinions.
INHIBITION (n.f.) : Fait d’être inhibé, d’être paralysé par la peur, le trac, ou une sensibilité excessive.
INITIATION (RITUEL ou CEREMONIE D’) : Cérémonie, rite, par lequel on fait accéder un individu à un
      nouveau groupe d’appartenance (âge, métier, etc.) ; se trouve en particulier dans les sociétés
      traditionnelles.
INITIATION (ROMAN D’) Se dit d’un roman qui met en scène un enfant ou un adolescent qui fait ses
      premières armes, et découvre les plaisirs et difficultés de la vie en se construisant. Syn. : roman
      d’apprentissage
INJONCTIVE (n.f.) : se dit des phrases qui donnent un ordre ou un conseil.
IN MEDIAS RES (loc. latine signifiant : au milieu des événements) : expression indiquant que le début d’une
      œuvre littéraire ou cinématographique se fait en pleine action déjà commencée. Le spectateur ou le
      lecteur est amené à « prendre le train en marche ».
INNÉ(adj.): Que l'on a en naissant.
IN-OCTAVO (n.m.) : format de petite taille, pour un livre ; la feuille de départ a été pliée en huit pour obtenir
      un in-octavo ; elle est coupé ensuite avec un massicot.
IN-QUARTO (n.m.) : format de grande taille, pour un livre ; la feuille de départ a été pliée en quatre pour
      obtenir un in-quarto ; elle est coupé ensuite avec un massicot.
INQUISITEUR,-TRICE (adj.) : qui interroge de façon autoritaire et indiscrète. Ex. Un regard inquisiteur
INQUISITION(n.f.): Tribunal institué par Grégoire IX, au Moyen Age, pour juger les faits de sorcellerie et de
      magie.
INSALUBRE (adj.) : Malsain pour la santé, à propos d’un lieu ou d’une activité.
INSALUBRITE (n.f.) : Fait, pour un lieu ou une chose, d’être insalubre, d’être malsain pour la santé.
INSIDIEUX, INSIDIEUSE (adj.) : qui n’est pas franc, mais qui cherche à tromper, à propos d’une personne,
      d’une parole.
INSINUER : Laisser entendre quelque chose, avec une mauvaise intention, sans le dire ouvertement.
INSIPIDE (adj.) : qui n’a aucune saveur, pour un aliment, ou qui manque d’intérêt à propos d’une œuvre
      littéraire ou artistique.
INSOLITE(adj.): Qui étonne, surprend par sa bizarrerie.
INSOLUBLE(adj.): 1° Qu'on ne peut résoudre; 2° Qui ne peut se dissoudre.
INSOLVABLE(adj.): Qui n'a pas assez d'argent pour payer ses dettes.
INSOMNIAQUE(adj.): Qui a du mal à trouver le sommeil.
INSOMNIE(n.f.): Absence anormale de sommeil, due à l'inquiétude, la nervosité
INSTABLE (adj.) : pour des personnes : incapable de se maintenir dans le même état mental et affectif ; qui
      change sans cesse de comportement
INSURRECTION (n.f.) : révolte, soulèvement visant à renverser le pouvoir établi.
INTÉGRISME(n.m.): Doctrine politique ou religieuse qui exclut tout changement, tout progrès, et se replie sur
      les valeurs du passé et de la tradition. L'intégrisme conduit souvent à l'intolérance, au fanatisme.
INTEGRITE PHYSIQUE (n.f.) : fait de n’avoir subi, de la part d’autrui, aucune atteinte dans son corps.
INTERDIT,E (adj.) : Très étonné, au point de ne pouvoir articuler un mot.
INTÉRÉSSÉ,ÉE(adj.): Qui aime l'argent, le profit.
INTERFÉRENCE(n.f.): Intervention de faits, d'événements qui viennent gêner le déroulement d'une action.
INTÉRIORISER: ressentir de l’intérieur, et au plus profond, une émotion, un sentiment.
INTERJECTION (n.f.) : mot invariable, intercalé dans une phrase ou employé isolément, qui traduit une
      émotion particulière du locuteur. Ex. : Eh bien ! Alors ! Tiens donc !
INTERNE (FOCALISATION) : voir FOCALISATION
INTERNE [RIME] : se dit du retour du même son à l’intérieur du même vers (à l’hémistiche en particulier), en
      vue d’un effet expressif.
INTERROGATIVE [PHRASE] : se dit des phrases qui posent des questions.
INTIMIDATION(n.f.): fait de remplir quelqu'un de crainte, en imposant sa force, son autorité.
INTIMISTE (adj.) se dit d’une atmosphère feutrée et discrète, propice aux confidences, et à l’expression de ses
      sentiments profonds.
INTOLÉRANCE (n.f.) : Fait de rejeter les idées ou la religion d’autrui.
INTOLÉRANT,E (adj.): Qui refuse ou combat les idées des autres, sans vraiment chercher à les comprendre
INTRANSITIF(adj.): (gram.) Se dit d'un verbe qui n'admet pas de complément d'objet (ex. de verbes
      intransitifs: "je marche", "je dors", "je ris", etc.)
INTRIGUANT, E (adj.): Qui fait des manœuvres douteuses, qui complote
INTRIGUER : Faire des manœuvres douteuses pour parvenir à ses fins (il a intrigué pour avoir la place de
      Président)
INTROVERTI,E (adj.): Qui est tourné, replié sur soi-même et n’aime pas dévoiler ses sentiments (contr.
      extraverti)
INTUITION(n.f.): fait de deviner ou de comprendre, de manière imprécise, ce qui va se passer
INVECTIVE(n.f.): paroles violentes et agressives adressées à quelque chose ou quelqu'un.
INVESTIGATION (n.f.) : Recherche plus ou moins fouillée sur un sujet ; enquête.
IRASCIBLE (adj.) : Qui se met souvent en colère.
IRONIE(n.f.): Procédé humoristique qui consiste à dire le contraire de ce que l'on pense, pour faire rire ou
      donner du relief à l'expression.
IRONIQUE (adj.): Qui utilise, manie l'ironie pour plaisanter.
IRRATIONNEL (adj.): caractère de ce qui n'est pas rationnel, de ce que l'on ne peut pas expliquer.


                                                     J
JAQUETTE(n.f.) : couverture d’un livre, destinée à le protéger.
JARGON(n.m.): Langage particulier à un groupe d'hommes, ou à une profession, caractérisé par la complexité
      de ses mots
JASER : dire du mal de quelqu’un ou de quelque chose en se cachant.
JEREMIADES (n.f.pl.) : Plaintes, lamentations sans fin (du nom du prophète Jérémie, dans la Bible, auteur du
      livres des Lamentations)
JÉSUITE(n.m.): Ordre religieux fondé au XVIème siècle par Ignace de Loyola; il se propose, à l'intérieur du
      catholicisme, de redéfinir certaines orientations: ses disciples mettent en avant, avec une discipline de
       fer, la lutte contre l' hérésie*, l'aide aux pauvres, l'évangélisation en Amérique ou Extrême-Orient, et ils
       créent de nombreux hospices, hôpitaux, écoles.
JET (Premier) : première expression de ce que l’artiste jette sur la toile, sur le papier, avant toute retouche.
JOUET : ETRE LE JOUET DE… : être en les mains de quelqu’un, être sous son contrôle.
JOUG (n.m.) : 1° Pièce de bois qu’on place sur la tête des bœufs pour les attacher l’un à l’autre ; 2° Contrainte
       matérielle ou morale qui pèse lourdement sur celui qui la subit. (ex. : le joug du tyran, de la loi, de la
       nécessité)
JUGEMENT DE VALEUR(n.m.): opinion qui porte un jugement (souvent défavorable) sur les qualités d'une
       oeuvre, de manière subjective, sans la commenter objectivement. Contr.: jugement de réalité.
JURER : 1. Proférer des jurons, des grossièretés 2. Affirmer solennellement 3. Promettre, donner l’assurance.
JUSQU’AU-BOUTISME (n.m.) : fait d’aller jusqu’au bout de ses idées, et d’en assumer les conséquences.



                                                      K
KAFKAIEN, ENNE (adj.): Se dit d’une situation absurde et angoissante (souvent fréquente dans les romans de
     Kafka), dans laquelle l’homme subit un destin qu’il ne comprend pas, et se voit écrasé par un univers
     hostile et bureaucratique.
KITCH(n.m./mot allemand): Se dit d'un style, d'une oeuvre, ou d’un simple objet empreint de mauvais goût ou
     fait d'éléments démodés.


                                                       L
LABIALE (n.f.) : Se dit d’une consonne qui s’articule avec les lèvres (ex. : b, p, m)
LACUNAIRE(adj.): Qui présente des lacunes, des manques (en particulier dans le récit).
LAD (n.m.) : Personne chargée de garder, de soigner les chevaux de course ; garçon d’écurie.
LAMBEAU (n.m.) : morceau déchiré d’une étoffe, d’une feuille de papier, ou de chair.
LANGUE DE BOIS (n. f.) : façon de parler de certains hommes politiques ou responsables qui manque de
      franchise et de simplicité. La langue de bois est le contraire du franc-parler.
LANGUEUR (n.f.) : mollesse, manque d’activité ou d’énergie.
LAPALISSADE(n.f.): Affirmation dont l'évidence prête à sourire. M. de Lapalisse a donné son nom au procédé,
      en raison de son habitude à formuler des phrases de ce type.
LAPIDER: Tuer à coups de pierre. On lapide les femmes adultères dans la Bible.
LAPSUS(n.m.): Faute involontaire commise à l'oral, sur un mot ou sur sa prononciation.
LARRON (n.m.) : brigand, voleur (vieilli) ; désigne dans la Bible, les deux malfaiteurs crucifiés de part et
      d’autre du Christ.
LAS, LASSE (adj.) : fatigué
LASCIF, VE (adj.) : porté à profiter avec volupté des plaisirs sensuels ou amoureux.
LASSITUDE (n.f.) : Ennui, dégoût profond d’une chose.
LATENT,E (adj.): Qui demeure caché, ne se manifeste pas, à propos d'un sentiment, d'une idée...(contr.: patent)
LAUDATIF, VE (adj.) : Qui loue, qui présente les choses sous leur meilleur jour (syn. : mélioratif ; contr.:
      péjoratif)
LAZZI (n.m./mot italien) : Plaisanterie bouffonne, moquerie contre quelqu’un. Syn. : quolibet.
LEÇON (n.f.) : Dans le manuscrit raturé d’un auteur, choix opéré par l’éditeur entre deux ou trois versions d’un
      passage ou d’une phrase. Elle est le témoin des hésitations de l’auteur sur son propre texte.
LEITMOTIV(n.m.): Phrase, formule, ou idée qui revient à plusieurs reprises dans un texte.
LESTE (adj.) : Qui choque la morale par son aspect scabreux, à propos d’un propos, d’une situation.
LETTRE OUVERTE (n.f.) : Lettre adressée à une personne, que l’on fait paraître dans un journal ou que l’on
      affiche afin que tout le monde en prenne connaissance.
LETTRINE (n.f.) : Au Moyen âge, nom de la première lettre, enluminée et ouvragée, qui débute la première
      ligne d’un texte manuscrit ou imprimé en caractères typographiques. Auj. : Première lettre d’un texte,
      qui se détache, par sa taille et sa couleur, du reste des lettres qui le composent.
LEURRE(n.m.) : se dit de tout ce qui trompe, tout ce qui donne l’illusion du vrai.
LEVER DE RIDEAU (n.m.) : Au théâtre, courte pièce ou extrait qui se joue avant la représentation proprement
      dite.
LEXICAL, E (adj.) : qui se rapporte au lexique d’une langue.
LEXICOGRAPHE (n.m.) : auteur de dictionnaires, spécialiste du lexique.
LEXIQUE(n.m.): Ensemble des mots d'une langue.
LIBERTIN(n.m.): Au 17ème siècle, homme qui ne suit pas les lois de la religion et qui s'adonne sans retenue
      aux plaisirs.
LICENCE POÉTIQUE (n.f.): tournure incorrecte grammaticalement, mais que l’on peut admettre en poésie.
LIEU COMMUN (n.m.): Idée, sujet de conversation banals et sans grand intérêt.
LIMBES (n.m.pl.) : Dans la théologie chrétienne, séjour des âmes des Justes Ŕet en particulier de celles des
      nouveaux-nés morts sans baptême- avant le Jugement dernier.
LINCEUL (n. m.) : Drap dans lequel on enveloppe les morts avant l’inhumation, dans certaines civilisations
      antiques, ou dans certaines sociétés modernes.
LINEAIRE (adj.) : qui suit un texte dans son déroulement chronologique (à propos d’une explication, par ex.)
LINEAMENTS (n.m.) : Esquisse, dessin préparatoire.
LIPPU (adj. ) : qui a des lèvres épaisses et charnues.
LIQUIDATION (n.f.) : opération qui consiste à mettre en vente les biens d’une personne ou d’une entreprise à
      la suite d’une faillite.
LIQUIDE (n.f.): nom des consonnes l, m, n, r.
LITANIE(n.f.): 1° Prière liturgique où toutes les invocations, parlées ou chantées, sont répétées plusieurs fois.
      2° Répétition, dans un texte, d'un mot ou d'une phrase de manière insistante
LITOTE(n.f.): Procédé de style consistant à atténuer l'expression de sa pensée, à dire moins, pour faire entendre
      plus que l'expression proprement dite (ex. de litote: "je ne le déteste pas autant que cela", au lieu de "je
      l'aime beaucoup")
LITURGIQUE(adj.): Qui se rapporte aux actions, paroles, objets du culte, dans une religion.
LIVIDE (adj.): très pâle, à propos du visage.
LIVREE (n. f.) . Habit d’une couleur et d’une ornementation particulières porté par les domestiques d’un
      prince, d’une grande maison.
LIVRESQUE (adj.) : se dit d’une connaissance donnée uniquement par les livres, et non par l’expérience
      concrète de la vie.
LOBBY(n.m. mot angl.): Groupement de personnes, ou association qui exerce une pression sur les pouvoirs
      publics pour faire triompher des intérêts particuliers.
LOCATIF, LOCATIVE (adj.) : destiné à la location, à propos d’un bien immobilier par ex.
LOCUTEUR(n.m.): Dans un texte: personne qui parle.
LOCUTION(n.f.): Groupe de mots formant une unité lexicale. (ex.: "tout à coup"; "dés lors que"; "faire fi de")
LOLITA (n.f.) : Du titre du roman de V. Nabokov ; se dit d’une jeune fille qui tombe prématurément amoureuse
      d’un homme plus âgé.
LOPIN (de terre) : petite parcelle d’un champ, petit morceau de terrain.
LOQUES (n.f.pl.) : Vêtements déchirés et misérables.
LORGNON (n. m.) Paire de verres correcteurs avec leur monture, sans branches (binocle), maintenue sur le nez
      par un ressort (pince-nez) ou munie d’un manche (face-à-main).
LUCIDE(adj.): Qui perçoit, comprend, exprime les choses avec clarté et perspicacité.
LUCRATIF, VE (adj.) : dont l’activité apporte des bénéfices, des gains.
LUNATIQUE (adj) : Qui change trop souvent d’opinion, qui a l’humeur changeante
LUSTRE (n.m.) : éclat qui rehausse, qui donne de la valeur (rapporté à objet en particulier)
LUXURIANT,E (adj.) : très riche, à propos d’une végétation.
LYMPHATIQUE(adj): Lent et mou, à propos d'une personne.
LYNCHAGE (n.m.): règlement de comptes aveugle et expéditif dans lequel on laisse s’exprimer sa haine, au
      détriment de la justice et du droit, pour mettre à mort une personne que l’on croit coupable.
LYNCHER : Pratiquer le lynchage, un règlement de comptes aveugle et expéditif dans lequel on laisse
      s’exprimer sa haine, au détriment de la justice et du droit, pour mettre à mort une personne que l’on croit
      coupable.
LYRISME(n.m.): 1 (anciennement) forme de poésie déclamée à l'aide la lyre. 2 (sens moderne) manière
      passionnée, poétique de parler de ses sentiments personnels, ses émotions.
                                                   M
MACABRE (adj.) : Qui évoque des images de mort.
MACHIAVELIQUE (adj.): Qui emploie la ruse et la perfidie pour arriver à ses fins (du nom de Machiavel,
     penseur politique de la Renaissance).
MACHINE (pièce à): Pièce de théâtre dans laquelle se déploient des décors compliqués, des effets spéciaux
     spectaculaires
MACHINISME (n.m.) : Généralisation de l’emploi des machines pour remplacer la main d’œuvre. Le
     machinisme se développe à partir du XIXe s. en Europe.
MACHISME (n. m.) : attitude des hommes qui considèrent que les femmes leur sont socialement inférieures.
MADRÉ, ÉE (ancien) : rusé, filou, qui aime tromper autrui.
MAGISTRAL,E (adj.): 1° Se dit d'un exposé dans lequel le maître, ou le professeur, parle, sans que les élèves
     interviennent. 2° Qui est digne d'un maître, qui atteste la maîtrise (ex.: "réussir un coup magistral")
MAINMISE (n.f.) : Emprise, action de s’emparer d’une chose et de la contrôler.
MAL DU SIECLE(n.m.): Tristesse, nostalgie des romantiques du XIXème siècle, en proie au mal de vivre.
MALIGNITE (n.f.) : méchanceté ; caractère de celui qui cherche à nuire à autrui.
MALSAIN, E (adj.): Qui engendre la maladie, qui est contraire à la santé (physique et psychique)
MANCHES [EFFETS DE]: Grands gestes théâtraux, exagérés, et un peu ridicules, pour attirer l'attention d'un
     public, convertir un auditoire (en particulier pour un mauvais avocat).
MANICHÉEN,ENNE(adj.): Qui est inspiré du manichéisme, qui considère que les hommes se divisent en deux
     catégories, sans nuances: les bons et les mauvais.
MANICHÉISME(n.m.): Système de pensée pour lequel il n'existe dans le monde que deux principes, qui
     s'affrontent: le Bien et le Mal.
MANICHEISTE (adj.) : voir MANICHÉEN, ENNE (même sens)
MANIPULATEUR, -TRICE (n. et adj.) : personne qui manipule les actes et les sentiments des autres.
MANIPULER : Influencer une personne en l’amenant à modifier son comportement ou sa façon de penser.
MANTEAU : SOUS LE MANTEAU : En se cachant.
MARASME(n.m.): Diminution importante, ou arrêt, de l'activité économique.
MARCHAND DE TAPIS (QUERELLE DE) : Se dit d’un marchandage insistant sur des choses sans
     importances, d’une demande pressante sur des sujets insignifiants.
MARGINAL(adj.): Qui vit en marge de la société, qui refuse de s'y intégrer.
MARGINALISER [SE]: devenir marginal*, se mettre en marge de la société par son comportement.
MARKETING (n.m.) mot angl. : Etude de la relation que le consommateur établit avec les produits qu’ils
     achète ; le marketing est au service de la publicité et de la promotion commerciale de ces produits.
MARMAILLE (n.f.) : (argot et pej.) ensemble d’enfants bruyants et agités.
MARQUEUR TEMPOREL (n.m.) : épisode, événement, date qui sert à baliser l’histoire ou un récit de fiction.
MARRIAGE ARRANGE : mariage que les familles ont choisi pour leurs enfants, au mépris de leurs sentiments
     et affinités.
MARTELER: 1°Frapper à coups de marteau. 2°Répéter une idée de nombreuses fois pour la faire comprendre
MARTYR(n.m.): Personne qui a souffert jusqu'à la mort, pour avoir refusé d'abjurer la foi chrétienne, ou, par
     extension, une autre foi; (plus tard) personne qui meurt pour une cause.
MARTYRE(n.m.): supplice, mort qu'un martyr endure pour sa religion, sa foi; grande souffrance, physique ou
     morale.
MASOCHISME(n.m.): Perversion consistant à prendre plaisir à se faire souffrir.
MASSICOT (n.m.) : machine utilisée en imprimerie pour rogner de grandes épaisseurs de papier.
MATÉRIALISTE(n.m.): Personne qui considère qu'il n'existe que la matière, et que Dieu n'en est pas le
     créateur.
MATERIEL, ELLE (adj.): Qui concerne les nécessités de la vie, les moyens financiers d'existence.
MATITE (n.f.) : caractère de ce qui est mat, de ce qui n’a pas de brillance.
MATRICIDE (adj. et n.) : meurtrier de sa mère.
MAXIME(n.f.): Courte formule, proverbe énonçant un enseignement sur la vie, sur l'être humain. (Les
     Maximes, de La Rochefoucauld - XVIIème s.- sont parmi les plus célèbres)
MÉCENE(n.m.): Personne riche qui aide financièrement les écrivains, les artistes.
MECENAT (n.m.) : fait de donner de l’argent pour favoriser la création littéraire ou artistique de son pays.
MÉCRÉANT(adj. et n.m.): Qui n'a aucune religion et ne croit en aucun dieu.
MÉDIÉVAL(adj.): Relatif au moyen-âge.
MÉDIOCRE(adj.): (ancien.) Se dit d'une condition sociale moyenne, ni noble, ni roturière.
MÉGALOMANE(adj.): Se dit d'un être atteint de mégalomanie*.
MÉGALOMANIE(n.f.): Comportement maladif caractérisé par un orgueil démesuré et un désir excessif de
     gloire, de puissance, de grandeur (syn.: "folie des grandeurs").
MEGOTER..Lésiner, regarder à deux fois avant de dépenser son argent.
MELANCHOLIE (n.f.) : Etat de profond abattement, accompagné de tristesse. Syn. de dépression.
MÉLIORATIF,VE (adj.) : Qui présente sous un jour favorable, sous un aspect positif ; contraire : péjoratif.
MELODRAMATIQUE (adj.) : qui cherche à toucher le lecteur ou le spectateur avec des effets émouvants mais
     un peu ridicules dans leur exagération.
MELOMANE (n.m.): Personne qui a une passion pour la musique.
MEMOIRE INVOLONTAIRE : Type de mémoire et de rapport au temps décrit par Proust, dans lequel une
     situation, une image, un son, ou une sensation appelle involontairement un souvenir ancien qui remonte
     à la conscience de façon mystérieuse. La petite madeleine, plongée dans une tasse de tilleul et dégustée
     fait revenir un pan de la vie du narrateur dans A la Recherche du temps perdu, et représente l’exemple le
     plus célèbre de ce type de sensation.
MÉNAGER (UNE OPPOSITION): Organiser, arranger une opposition dans un texte, une phrase.
MEPHISTO (n. propre) : Etre envoyé du diable sur terre pour séduire et corrompre les humains, et asseoir
     l’autorité de son maître.
MERCANTILE(adj.): Se dit d'une activité, d'une personne uniquement tournée vers le gain, le profit.
MERCANTILISME (n.m.) : Attitude d’une personne uniquement tournée vers le profit ; système économique
     qui autorise cette attitude.
MERVEILLEUX (n.m.) : Ce qui, dans une œuvre littéraire, se réfère à l’inexplicable, au surnaturel. Les contes
     de fées font souvent appel au merveilleux.
MESQUIN(adj.): Qui est attaché à ce qui est petit, médiocre, qui manque de générosité.
MESSIANIQUE (adj.): [de « messie », nom du Dieu sauveur, dans la Bible] Se dit d’une personne, ou d’une
     action dont l’arrivée devrait sauver les autres hommes.
MÉTAPHORE(n.f.): Image, comparaison poétique dans laquelle l'auteur a supprimé le mot qui introduit la
     comparaison (ex.: au lieu de dire que les carottes étaient rouges comme du sang, Zola, dans Le Ventre de
     Paris écrit: "Les carottes saignaient").
METAPHORE FIGEE (n.f.) : Image, comparaison passée dans le langage ordinaire, et dans laquelle on ne
     perçoit plus l’idée de comparaison. Ex. : L’avion décolle ; les bras du fauteuil ; ce livre est assommant.
MÉTAPHORE FILEE (n.f.) : Se dit de métaphores regroupées autour d’un même thème, et qui assurent, tout au
     long d’un texte, sa cohérence et son unité.
MÉTAPHYSIQUE(n.f.): Partie de la philosophie qui traite des grandes questions que l'homme peut se poser(sur
     l'origine de la vie, la mort, l'existence de Dieu,...)
METEMPSYCHOSE(n.f.): Doctrine selon laquelle une même âme peut animer successivement plusieurs corps.
     (syn.: réincarnation).
METONYMIE (n.f.): figure de style qui consiste à remplacer un mot par un autre, qui entretient avec le premier
     un rapport logique; on dit par métonymie "boire un verre" (pour "boire le contenu du verre"), "être
     candidat à l'Elysée" (pour "être candidat à la fonction que l'on y occupe"), etc.
METTRE EN AVANT [SE] : prendre des responsabilités, accepter de jouer un rôle de premier plan dans un
     projet, une entreprise.
METRE(n.m.): En poésie, synonyme de vers.
MÉTRIQUE(n.f.): Ensemble des règles qui permettent d'écrire des vers (nombre de pieds, rime, rythme...)
MEUBLER: Remplir, ou orner un vide.
MICHE(n.f.): Pain rond, assez gros, autrefois en usage à la campagne.
MICROCOSME(n.m.): abrégé, image réduite du monde et de la société, dans une oeuvre littéraire, artistique,
     cinématographique.
MIEVRE(adj.): d'une grâce, d'une sentimentalité un peu bête, un peu naïve.
MILICE (n.f.) : Groupe de personnes plus ou moins organisé fonctionnant comme une police parallèle.
MILITANT (adj. et n.) : Qui est engagé dans une cause et la défend très activement
MIMÉTISME(n.m.): Propriété de certaines espèces animales(ex.: le caméléon) de se rendre semblables par
     l'apparence, au milieu environnant.
MINAUDERIE (n.f.) : attitude d’une personne qui a des manières affectées et ridicules pour plaire et séduire.
MINIMAL,E (adj.): Se dit d'un art ou d'une littérature qui utilise, volontairement, peu de moyens pour
       s'exprimer.
MIRADOR (n.m.): Haute tour de surveillance qui encadre les établissements pénitentiaires.
MISANTHROPE(n.m.): personne qui n'aime pas la compagnie des hommes, de la société, et qui vit seul et
       replié.
MISOGYNE (adj. et n.m.): Qui hait ou méprise les femmes.
MISSEL (n.m.) : Dans la liturgie chrétienne, livre qui contient les prières et les textes nécessaires à la
       célébration de la messe.
MISSIONNAIRE (n.m.) : Religieux dont la mission est de propager sa religion, de convertir les autres peuples.
       Les Jésuites, au 16ème siècle étaient de célèbres missionnaires.
MITRON (n. m.) : jeune apprenti, dans une boulangerie
MNEMOTECHNIQUE (adj.) : se dit des procédés, des astuces que l’on peut employer pour mieux se souvenir
       d’une chose. Utiliser des procédés mnémotechniques.
MOBILE(n.m.): Ce qui pousse, incite à agir (en partic. à propos d'un crime).
MODICITÉ (n.f.): fait d'être minime, modeste, à propos d'un prix.
MOI (n.m.) : Terme utilisé en psychologie pour désigner notre personnalité profonde. Une autobiographie met
       notre moi au centre du texte.
MOIGNON (n. m.) : extrémité d’un bras amputé d’une main, ou d’une jambe amputée d’un pied.
MOLOCH (n. propre): Divinité monstrueuse, dans l'Ancien Testament, qui dévorait des enfants qui lui étaient
       sacrifiés.
MONDAIN, E (adj) : qui aime la vie de la haute société, qui manifeste du snobisme dans ses distractions et ses
       fréquentations.
MONOCLE(n.m.) : Petit verre optique rond que l’on faisait tenir dans l’une des arcades sourcilières.
MONOCORDE(adj.): Se dit d'une voix qui s'exprime toujours sur le même ton
MONODIE (n.f.) : chant à une seule voix, sans accompagnement.
MONOLOGUE (n.m.) : Paroles que l’on prononce sans interlocuteur, comme à soi-même. Procédé fréquent au
       théâtre.
MONOMANIE(n.f.): Délire, folie de la personne obsédée par une chose précise: la maladie, l'argent.
MONOSYLLABE(n.m.): Mot d'une seule syllabe.
MONT-DE-PIÉTÉ(n.m.): Etablissement, répandu jusqu'à la fin du XIXème siècle, auquel on pouvait confier un
       objet personnel pour en retirer sa valeur financière; on pouvait ensuite racheter l'objet en question. Syn.:
       "clou", d'où l'expression "mettre au clou" tel ou tel objet.
MORALISME (n.m.) : péjoratif Attachement strict et rigide à une morale.
MORALISTE (adj. et n. m. et f.) : 1. personne, qui, par ses œuvres ou ses actes, donne des leçons de morale ; 2.
       (adj.) : qui est empreint de moralisme.
MORBIDE (adj.) : se dit d’un esprit tournés vers des pensées malsaines ; qui aime les spectacles de mort et de
       maladie.
MORGUE (n.f.) : Contenance hautaine et méprisante. Un air plein de morgue.
MORNE(adj.): Triste et maussade, en parlant d'un lieu ou d'une personne
MOROSE (adj.): triste.
MORPHINOMANE (n.m.) Se dit d’une personne accoutumée à prendre de la morphine (comme antalgique,
       dans une maladie, par ex.), et qui ne peut plus se passer de ses effets, comme pour une drogue.
MORTIFERE (adj.) : Qui apporte la mort.
MORTIFIER (SE): S'infliger volontairement une souffrance, une privation, pour se purifier et se rendre
       insensible aux tentations.
MORTIFIER : Vexer très fortement, blesser quelqu’un dans son amour-propre
MOTIF(n.m.): voc. litt. Élément précis et concret, servant, dans une oeuvre, à illustrer un thème et à faire des
       variations sur ce dernier pour en renforcer la cohérence (ex.: l'horloge, chez Baudelaire, est un motif qui
       illustre le thème de la fuite du temps.)
MOT-VALISE(n.m.): Amalgame de deux mots utilisé pour faire rire (ex.: se recroqueviller + s'emmitoufler =
s'encroquemitoufler).
MOUCHE expres. « FAIRE MOUCHE » : atteindre son but.
MOYENAGEUX,SE (adj.):1° Qui a le pittoresque, le charme du Moyen âge; 2° (pej.)Qui a le caractère
     archaïque ou dépassé d'une idée, d'une manière datant du Moyen âge (ex.:" avoir une façon de penser
     moyenâgeuse."
MUFLE( n. m. et adj.) Individu mal élevé, grossier, spécialement envers les femmes.
MULE (CHARGER LA) : Alourdir une tache, exiger trop d’une personne.
MUR MAITRE: Mur le plus solide, dans une maison. En général, celui qui sépare l'intérieur de l'extérieur.
MUSES : dans la mythologie grecque, déesses attachées à un art ; elles étaient neuf et inspiraient l’artiste ou
     l’interprète qui s’y était consacré.
MUTISME(n.m.) : état d’une personne qui refuse de parler, ou qui est réduite au silence.
MYTHOMANE (n.m.) : Personne dont le comportement se caractérise par l’affabulation, la simulation par le
     mensonge.
MYSTICISME(n.m.): Fait de vouloir, dans ses croyances et par un ensemble de pratiques, l'union totale de
     l'homme avec la divinité, quelle qu'elle soit.
MYSTIFICATION(n.f.): Tromperie, supercherie.
MYSTIQUE(adj.): Qui plonge l'esprit dans une expérience religieuse ou magique au cours de laquelle la
     personne entre en communion avec un dieu.


                                                     N
NAIF [ART]: Se dit d'un art populaire, qui tente, avec humour et dérision, d'imiter la façon dont les enfants
      peuvent peindre ou représenter la réalité. Le douanier Rousseau en est, en France, le principal
      représentant.
NARRATEUR-PERSONNAGE (n.m.) : narrateur qui joue un rôle dans l’économie du récit.
NASALE (n.f.): consonne ou voyelle dont la prononciation se fait par résonance de la cavité nasale. Ex.: "in"
      dans "fin", "an" dans "Rantanplan", "n", "gn" sont des nasales.
NATIONALISME(n.m.): Attachement passionné et exclusif à son pays, accompagné parfois d'un refus des
      étrangers. Syn.: chauvinisme.
NATUREL (enfant) : Se dit d’un enfant né hors mariage, et non reconnu par l’un des parents.
NATURALISME (n.m.) : Courant littéraire de la fin du 19e siècle dont la vocation principale est de représenter
      la vie réelle de l’époque, sans embellissement ni idéalisation. Le principal représentant en France de ce
      courant est Emile Zola.
NAVET (n.m.) fam. : mauvais film.
NE VARIETUR (loc. lat. = "afin qu'il ne soit pas changé"): se dit de la dernière édition d'une oeuvre littéraire,
      celle que l'auteur n'a pas pu, ou souhaité modifier.
NÉANT(n.m.): Ce qui n'existe pas ou qui n'existe plus.
NÉBULEUX(adj.): 1°Obscurci par les nuages, ou le brouillard, 2° Qui manque de clarté, de netteté, à propos
      d'une idée.
NEGRE(n.m.): (littérature) Personne payée et employée pour écrire à la place d'un écrivain, qui se contente
      d'apposer sa signature
NEGRITUDE (n.f.) : Ensemble des caractères, des manières d’être ou de penser, dans le monde ou dans une
      société précise, propre à la culture noire.
NÉOLOGISME(n.m.): mot nouveau, dans une langue ( crée de toutes pièces, ou obtenu par déformations,
      dérivation, emprunt à d'autres langues, etc...) Ex.: "laser", emprunté à l'Anglais, "téléthon" formé de
      télé<vision + Mara>thon sont des néologismes.
NÉOPHYTE(nm): 1°Nom donné dans l'Eglise primitive aux personnes nouvellement converties au
      christianisme; 2° débutant, personne qui s'initie à une science, un art, un système.
NÉORÉALISME (n.m.) : Nom donné à un style de films créés, en Italie, pendant la deuxième guerre mondiale.
      Ils se caractérisent par un réalisme des situations, une grande sobriété dans l’écriture, et des
      préoccupations sociales. L’un des principaux chefs-d’œuvre en est Le voleur de bicyclette de V. de Sica.
NIAIS, NIAISE (adj.) : Qui ne manifeste pas beaucoup d’intelligence ou de goût.
NEVROTIQUE (adj.) : dont le comportement reflète une névrose, un trouble nerveux, lié à la vie psychique du
      malade et se manifestant par diverses attitudes pathologiques (phobies, obsessions, neurasthénie,
      etc…°)
NID DE PIE (n.m.) : Plate-forme d’observation, placée en haut du mât de certains bateaux.
NIHILISME(n.m. du lat "nihil":"rien"): Doctrine d'après laquelle il n'existe aucune valeur dans le monde et le
      comportement de l'homme: le travail, l'amour, la beauté, la justice, etc. ne sont que des mots vides de
      sens, dans cette optique.
NIHILISTE(n.m.): Personne qui applique le nihilisme* ou s'y réfère, dans sa vie et ses paroles.
NIMBE(n.m.): zone lumineuse qui entoure la tête des représentations de Dieu, des anges, des saints.
NOCHER (n.m.) : Dans la mythologie grecque, nom de celui qui conduit en barque les âmes des morts vers le
      lieu du jugement. Charon, le nocher des enfers.
NOIR, E (adj.) terme de couleur employé de façon imagée pour caractériser une œuvre artistique ou littéraire
      empreinte d’un grand pessimisme sur la vie et la condition humaine.
NOMADE (adj.) : Qui se déplace constamment, à propos d’une population (contr. : sédentaire)
NOMADISME (n. m.) : genre de vie des nomades.
NONCHALANCE (f.) : Mollesse, manque de sérieux et d’énergie.
NON-DIT (n.m.) : pensées inexprimées qui peuvent nuire à de bonnes relations entre les êtres.
NOSTALGIE(n.f.): Regret d'une époque passée, d'un lieu que l'on a quitté.
NOTABLE(adj.): Important, sensible, qui est digne d'être noté.(n.m.): personne qui occupe une situation
      importante dans les affaires publiques.
NOTOIRE (adj.): Qui est connu d'une manière sûre, certaine et par un grand nombre de personnes.
NOUEUX, EUSE (adj.) : maigre et sec, tout autant que musclé, à propos du corps d’une personne.
« NOUS DE MAJESTÉ » : Pronom employé autrefois (en particulier par les rois et les puissants) pour se
      nommer eux-mêmes
NOUVEAU RICHE : cf RICHE
NOUVELLISTE (n.m.) : Auteur de nouvelles, ou de courts récits. Maupassant est en France l’un des plus
      célèbres.
NOUVELLE: Court roman.
NUBILE (adj.) : qui est en âge d’être marié.
NUMERAL, E (adj.) se dit des adjectifs qui désignent les nombres.


                                                       O
OBELISQUE (n. m.) : Dans l’art égyptien, colonne de forme quadrangulaire surmontée d’une pointe
     pyramidale et dédiée au dieu solaire.
OBJECTER: Opposer un fait ou un argument à une opinion pour la réfuter.
OBJECTEUR DE CONSCIENCE(n.m.): personne qui refuse d'accomplir, délibérément, son service militaire,
     et qui s'oppose, par pacifisme, à toute guerre.
OBJECTIF(adj.): 1° qui se rapporte à l'objet étudié, et non au sujet, à la personne qui l'étudie. 2° Qui ne fait
     intervenir dans ses jugements aucun sentiment personnel, qui reste impartial.
OBLIGÉ(n.m.): Personne liée, attachée à une autre par un service reçu.
OBLIGEANT,E (adj.): gentil, serviable.
OBNUBILER : occuper l’esprit en permanence, à propos d’une idée, d’un sentiment ; obséder.
OBOLE(n.f.): Modeste offrande, petite contribution en argent.
OBTUS, E (adj.) : Qui manque de finesse et d’ouverture intellectuelle, à propos d’une personne.
OBSCURANTISME(n.f.): Refus borné de l'instruction et de la culture.
OBSCURANTISTE(n.m. et adj.): Partisan de l'obscurantisme*.
OBSEDER : remplir l’esprit avec une seule idée fixe.
OBTUS, SE (adj.): Qui manque de finesse et d'intelligence, à propos d'une personne.
OCRE(adj.): couleur d'un brun jaune ou orangé.
OCTOGENAIRE (n. m. ou f.) personne de quatre-vingts ans.
OCTOSYLLABE(n.m.): Vers de huit pieds.
OCULAIRE (TEMOIN) n. m. : personne ayant assisté à une scène et pouvant en rendre compte.
ODE(n.f.): Petit poème lyrique, souvent d'inspiration amoureuse ("Les Odes", recueil de poèmes de Ronsard).
OEDIPE (n.pr.): Dans la mythologie grecque, fils du roi Laïos et de Jocaste; abandonné par son père, à la suite
     d'une prophétie, il fut retrouvé par un berger, et sauvé de la mort. Il grandit près de Thèbes et un jour, sur
     une route, se disputa avec le conducteur d'un char qu'il tua. Il s'agissait de son propre père. Il fit l'exploit
     de délivrer la ville d'un monstre célèbre, le Sphinx, en répondant à sa question. Proclamé héros et roi, il
     prit la place du père et épousa Jocaste, sa mère, devenue veuve. Plusieurs années après, la révélation, par
      le devin Tirésias, de son acte et de son destin, le pousse à se crever les yeux pour expier la souillure. Il
      s'exile, seul, soutenu par sa fille Antigone qui accepte de l'accompagner aux portes de la ville.
OEIL NEUF (n.m.) : Procédé, à la mode au 18eme siècle dans la littérature européenne, qui consiste à faire
      décrire des réalités courantes à travers le regard d’un étranger, pour en exprimer toute l’étrangeté, et faire
      sentir aux lecteurs que leurs valeurs et ce qu’ils considèrent comme évident ne sont en fait que des
      réalités relatives. Voltaire, dans Micromégas, illustre bien cette technique narrative.
OFF (VOIX) : Se dit au cinéma de la voix de quelqu’un qui n’est pas dans le champ.
OFFICIEUX, EUSE(adj.): Qui n'est pas encore officiel.
OIGNON (n.m.) : Montre ancienne retenue au gilet par une chaînette.
OIE (BLANCHE) : Se dit d’une personne particulièrement naïve, et un peu sotte.
OISIVETE (n.f.) : Fait de n’avoir rien à faire, se s’ennuyer.
OLFACTIF(adj.): Qui se rapporte à l'odorat.
OMNISCIENT,E(adj.): Qui sait tout.
ONEREUX,SE (adj.): cher.
ONIRIQUE(adj.): Relatif aux rêves, qui semble sorti d'un rêve.
ONOMASTIQUE(n.f.): Etude des noms propres, dans un livre ou dans la réalité, qui met au jour leur origine et
      signification.
ONOMATOPÉE(n.f.): Mot suggérant, par imitation phonétique, un bruit, un cri ou un son (ex: "toc! cocorico!
      bing!")
OPPORTUNISTE (n. m et f.) : Personne qui profite des circonstances pour arriver à ses fins, au mépris de la
      morale et des principes.
OPPROBRE(n.m.): déshonneur qui humilie l'être humain d'une manière éclatante et publique.
ORALITE (n.f.) : Traits caractéristiques de l’oral dans une langue ; ils peuvent être transcrits dans l’écrit à
      travers les dialogues, ou dans un récit.
ORDINAL (ADJECTIF NUMERAL) : Se dit des adjectifs de numération qui expriment un ordre (ex. premier,
      deuxième, troisième, etc.)
ORÉE(n.f.): Bord, entrée d'un bois.
ORGIE (n.f.): Partie de débauche, dans l'Antiquité, où les excès de table, de boisson, s'accompagnent de
      plaisirs sensuels.
ORGUEIL(n.m.): En mauvaise part: estime excessive de soi-même. en bonne part: sentiment élevé de sa
      dignité, de sa valeur.
ORNIERE (n.f.) : 1. Trace, plus ou moins profonde, que les roues des voitures creusent dans les chemins. 2.
      (sens fig.) Chemin tout tracé.
ORPHELINE [RIME] : se dit d’un mot dont la terminaison ne se trouve dans aucun autre mot dans la langue.
      Cela rend la rime impossible. Ex. : quatorze, simple, monstre.
OSMOSE(n.f.): Interpénétration, influence réciproque.
OSTENSOIR(n.m.): Pièce liturgique d'orfèvrerie destinée à recevoir l'hostie consacrée et à l'exposer à
      l'adoration des fidèles.
OUVRAGE (n.m.) : syn. de livre, au sens le plus large
OXYMORE(n.m.): Expression qui associe deux mots de sens contradictoires (ex.: "un immense nain").


                                                       P
PACIFISTE (adj. et n.m.): Qui est pour la paix, à tout prix, qui refuse toute guerre.
PACTE AUTOBIOGRAPHIQUE (n.m.) : Accord tacite passé entre le lecteur d’une autobiographie et son
      auteur pour admettre vrais les éléments rapportés de la vie en question. Une autobiographie repose sur la
      sincérité, dans le récit, du témoignage lu.
PAGINATION(n.f.): Action de mettre un numéro sur chacune des pages d'un livre.
PAIEN, ENNE (adj.): Qui n’est pas chrétien, ou refuse de l’être.
PAILLARD(adj.): Qui mène une vie débauchée ou se plaît à faire des plaisanteries vulgaires
PAIRIE(n.f.): Dans les Constitutions de 1814 et de 1830, en France, nom donné à la prestigieuse Haute
      Assemblée législative.
PALEOCHRETIEN, E (adj.) : se dit de l’art des premiers Chrétiens, tel qu’il apparaît dans les catacombes en
      particulier.
PALETOT (n.m.) : (anciennement) Veste, manteau court boutonné par devant. Tomber sur le paletot de
        quelqu’un (fam.) : s’emparer de quelqu’un
PALIMPSESTE (n.m.) : Parchemin manuscrit dont on a effacé la première écriture pour pouvoir écrire un
        nouveau texte.
PALINDROME (n.m.) : phrase ou mot pouvant se lire de gauche à droite et inversement (ex. : Eh, ça va, la
        vache ?..)
PALLIATIFS [SOINS]: Traitement utilisé, dans certains hôpitaux, pour soigner une maladie incurable
PALLIER(vb.): N'apporte qu'une solution provisoire, faute de remède véritable. Rem.: le verbe est transitif; on
        dit: "pallier un inconvénient, une difficulté..."
PAMPHLET(n.m.): Court écrit satirique qui attaque avec violence le gouvernement, les institutions, la religion,
        un personnage connu.
PANACHE (n.m.) : 1. Plumes réunies en touffe servant à décorer un chapeau ; 2. Fière allure.
PANAMA (n.m.) : Chapeau d’été souple, tressé, et à larges bords
PANIQUE (n.f.) : Peur générale et incontrôlée.
PANORAMIQUE(n.m.): Dans la technique du cinéma, mouvement de la caméra à laquelle l'opérateur fait
        effectuer une rotation autour d'un axe.
PANTAGRUÉLIQUE(adj.): Digne de Pantagruel (personnage de Rabelais dont l'appétit est gigantesque).
PANTHÉISME(n.m.): doctrine d'après laquelle tout, dans la nature, contient une parcelle de divinité; attitude
        qui consiste à diviniser la nature.
PANTOCRATOR (adj. masc.) : dans l’art byzantin, se dit de la représentation du Christ; en général en position
        de bénédiction, en haut d’une voûte, les traits sévères et émaciés.
PANTOUFLARD(adj.): (fam.) Qui aime à rester chez soi, qui tient à ses habitudes, ses aises.
Par le biais de: Au moyen de
PARABOLE (n.f.) : Récit imagé contenant une vérité profonde, un enseignement que le lecteur est invité à
        trouver et méditer. Ex. :Le Christ, dans la religion catholique s’exprime par paraboles.
PARADE (FAIRE) : 1. Exhiber une chose pour se faire valoir. 2. accomplir une cérémonie militaire au cours de
        laquelle les troupes défilent de façon solennelle.
PARADISIAQUE (adj.): Qui évoque une vie de Paradis, où tout est parfait.
PARADOXAL(adj.): Qui tient du paradoxe*.
PARADOXE(n.m.): Opinion qui va à l'encontre de l'opinion communément admise, idée curieuse et
        étonnante.(Oscar Wilde fait un paradoxe en écrivant que "ce sont les enfants qui éduquent les parents")
PARANOIAQUE(adj.): relatif à la paranoïa, au délire de celui qui se sent persécuté par les autres
PARAPHRASE(n.f.): Répétition inutile du contenu d'un texte en guise de commentaire ou d'analyse.
PARAPSYCHOLOGIE(n.f.): Etude des phénomènes inexpliqués par la science (télépathie, etc...)
PARATEXTE (n.m.) : Se dit de tout ce qui accompagne le texte, en marge (nom de l’auteur, contexte, notes,
        etc.)
PARCHEMINÉ,ÉE(adj.): Extrêmement ridé, comme la surface d'un parchemin (peut se dire de la peau, par ex.)
PARIA (n.m.): Personne méprisée, écartée d'un groupe ou de la société, qui se retrouve au bas de l'échelle
        sociale.
PARODIE(n.f.): Imitation burlesque d'une oeuvre dont on veut se moquer.
PARODIQUE (adj.) : Qui fait une parodie, une imitation burlesque d'une œuvre sérieuse
PAROLIER (n.m.): Personne qui écrit les paroles d'une chanson.
PAROXYSME(n.m.): Le plus haut degré (d'une sensation désagréable, d'une situation inconfortable.)
PARQUES [les]: Femmes, dans la mythologie romaine, chargées du sort des êtres humains; elles étaient
        représentées en train de filer la laine, symbole de la vie humaine; la première la déroule, la seconde la
        file, la troisième la coupe.
PARRICIDE(n.m.): 1°Personne qui assassine son père. 2°Meurtre du père.
PARTI(n.m.): [ancien ou ironique] Personne à marier.
PARTIAL,E(adj.): Qui prend parti pour ou contre quelque chose ou quelqu'un, sans souci de justice ni de vérité.
PARTICULE (n.f.): nom de la préposition « de « précédant autrefois les noms de la noblesse.
PARVENU (n.m.) : Personne dont la richesse s’est accrue rapidement, sans effort ni mérite, et qui a changé de
        classe sociale.
PARVIS(n.m.): Place située devant la façade d’un bâtiment, en particulier d'une église.
PASSÉISTE(adj.): Qui cultive un goût exclusif et un peu ridicule pour tout ce qui appartient au passé.
PASTEL(n.m.): Oeuvre peinte dans des tons pales et clairs
PASTICHE(n.m.): Synonyme de parodie.
PASTORAL, ALE, AUX (adj.): Qui dépeint les moeurs champêtres, la vie des bergers.
PATACHON (n.m.) : ancien nom du conducteur de diligence (la patache) ; le patachon passait pour avoir une
      vie débauchée, d’où l’expression (un peu vieillie) « mener une vie de patachon »
PATELIN(adj.): Hypocrite et sournois, à propos d'un air.
PATENT (adj.): Évident, manifeste, qui éclate au grand jour. Contr.: latent.
PATERNALISTE(adj.): Qui a une attitude, des manières un peu trop protectrices.
PATHÉTIQUE(adj.): Qui émeut, déclenche un sentiment de tristesse, en montrant le spectacle d'une souffrance.
PATINE(n.f.): couleur des objets anciens, usés par le temps.
PATRIARCAT(n.m.): Forme de famille, d'organisation sociale, dans laquelle seul le père domine et impose sa
      puissance et ses valeurs.
PATRIMOINE (n. m.) : Ensemble des biens matériels, des œuvres artistiques ou culturelles transmises par nos
      ancêtres ou nos parents.
PAUVRE [RIME] : Se dit d’une rime reposant uniquement sur le retour d’une voyelle, sans la même consonne
      d’appui. Ex. : AMI/ PARI
PAVANER [SE] : littéralemt : faire le paon. Montrer de l’arrogance et de la vanité.
PAVE (n.m.) : fam. : gros livre
PEAU DE CHAGRIN: Par allusion au roman de Balzac, se dit de tout bien qui diminue à vue d’oeil.
PEAUFINER: préparer, orner avec soin.
PECCADILLE (n.f.) : (terme littéraire) Petite faute sans gravité.
PÉCULE (n.m.): petite somme d’argent.
PÉCUNIAIRE (adj.): Qui a rapport à l'argent. Ex.: "des ennuis pécuniaires".
PÉDANT(n.m.): Qui aime étaler ridiculement son savoir, ses connaissances.
PÉJORATIF(adj.): Se dit d'un mot ou expression qui dévalorise, déprécie la chose ou la personne désignée(ex:
      "rêvasser" est péjoratif par rapport à rêver)
PENAL, E (adj.) : relatif aux peines, aux délits passibles d’une peine de justice. Code pénal ; responsabilité
      pénale.
PENITENCE (n.f.) : 1. (Dans la religion chrétiene) peine que le confesseur impose à celui qui a commis une
      faute. 2. (hors du contexte religieux) privation que l’on inflige, à soi ou à autrui, en manière de punition.
PERCEPTEUR (n.m.) : Personne chargée de collecter les impôts.
PERCER: (fam.) Trouver le succès, pour une vedette, un acteur.
PERCUTANT, E(adj.): qui a de l'impact, de la force, à propos d'une phrase, d'une parole, d'un titre...
PÉRIPHRASE(n.f.): Fait d'exprimer une notion, qu'un seul mot pourrait désigner, par un groupe de plusieurs
      mots (ex.: "la privation de la vie" pour "la mort").
PERLE(n.f. fam. et iron.): Sottise, erreur que l'on peut dire ou écrire
PERLE (n.f.) : Se dit, de façon métaphorique, d’une personne serviable et gentille.
PÉRORER : discourir, parler d’une manière prétentieuse.
PERSIFLAGE(n.m.): Moquerie ironique d'une personne qui persifle.
PERSPICACE (adj.) : Intelligent, doué d’un esprit capable de comprendre et d’analyser.
PERTINENT,E(adj.): qui convient, qui s'adapte bien à une situation, à une question.
PERVERTIR : Faire changer en mal, rendre mauvais.
PESSIMISTE(adj.): 1°(pour une personne) Qui est porté à être mécontent du présent et inquiet pour l'avenir.
      2°(pour un texte, une oeuvre) Qui présente une vision sombre et négative de l'existence.
PETITION (n.f.): liste de signatures recueillies, en vue de protester contre une décision publique, un jugement.
PÉTRIFIER: littéralement: transformer en pierre; rendre immobile, sous l’effet de la peur.
PHENIX : En Grèce, oiseau mythologique dont la caractéristique était de pouvoir renaître de ses cendres.
PHILANTHROPE(n.m.): Personne aimant l'être humain, la société, et désirant faire le bien.
PHILOSOPHALE (PIERRE) : Substance recherchée par les alchimistes, qui devait posséder le pouvoir de
      transmuer les métaux en or.
PHONEME(n.m.): Plus petite unité sonore du langage articulé, sons de base, dans une langue donnée.
PHYLACTERE (n.m.) : 1. Dans la peinture du Moyen Age et de la Renaissance, bande de texte incluse dans
      l’image et contenant les paroles des personnages, ou la légende ; 2. synonyme de bulle, dans les bandes
      dessinées.
PHYSIOGNOMONIE (n.f.) : Etude du tempérament et du caractère d'une personne à partir de la forme, des
traits et des expressions du visage. Lavater, au 18ème siècle en a jeté les bases, et voyait dans le physique de
l’homme une relation avec celui de l’animal. Il a cru y voir une vraie science.
PHYSIONOMIE (n.f.) : Air, apparence d’une personne ou d’une chose.
PICTOGRAMME(n.m.): petit dessin traduisant une idée, une notion, dans un système de code (celui de la route
         per ex.), ou d'écriture.
PICTURAL,E (adj.): Qui a rapport ou appartient à la peinture. ex.: un art pictural, un style pictural.
PIECES [aux] se dit d’un travail dans lequel l’ouvrier est payé proportionnellement au travail qu’il est capable
         de fournir, aux pièces qu’il est capable de fabriquer ; il est donc incité à travailler vite. Se dit d’une
         activité faite dans la précipitation
PIED (n.m.): Syllabe, en poésie
PIED (en) : se dit d’un portrait dans lequel le sujet est peint de pieds à la tête et debout.
PIED DE LA LETTRE [AU] : littéralement, au sens propre, sans comprendre le sens imagé.
PIED LEVÉ [AU]: expression qui signifie, à propos d'une personne qui prend la place d'une autre, "sans perdre
         une minute, sans faire d'interruption".
PIED-NOIR (n.m. et adj.): (fam) Nom des européens qui ont habité l'Algérie et se sont rapatriés après la guerre
         avec ce pays.
PIÉTÉ(n.f.): Attachement à quelqu'un, fait de tendresse et de respect.
PIEUX, EUSE(adj.): Qui pratique avec foi et conviction sa religion.
PIGEON (n.m.) : au sens figuré : se dit d’une personne qu’on peut facilement tromper en lui faisant faire ce que
         l’on veut.
PILASTRE (n. m.) : demi colonne, engagée dans un mur et n’ayant qu’une fonction décorative.
PILON(n.m.): Instrument cylindrique, arrondi sur une face, servant à piler. "mettre un livre au pilon": détruire
         les exemplaires d'une édition - dont on veut se débarrasser- en broyant les livres dans une cuve pour en
         faire de la pâte à papier.
PINAILLER : Discuter sans fin sur des détails sans importance.
PINCE - SANS - RIRE (n. m.): personne dont l’humour se manifeste sous une apparence de sérieux absolu; qui
         arrive à faire rire les autres sans rire soi-même.
PIQUETTE (fam.) : mauvais vin.
PIROUETTE (n.f.) : Plaisanterie, astuce pour se débarrasser d’une question gênante, d’une situation
         embarrassante.
PIS-ALLER(n.m.): Personne, solution, moyen, à quoi on a recours faute de mieux
PITTORESQUE(adj.): Qui est digne d'être peint, attire l'attention, charme ou amuse par un aspect original.
PLAGIAIRE(n.m.): Auteur de plagiat*.
PLAGIAT(n.m.): Fait de copier malhonnêtement les écrits de quelqu'un en se les attribuant.
PLAIDOYER (n.m.) : discours de défense d’une cause ; nom du discours que prononce un avocat dans les
         procès.
PLANS CINEMATOGRAPHIQUES:
   PLAN D’ENSEMBLE : plan embrassant un espace important (pour un paysage, par exemple)
   PLAN MOYEN : plan prenant les personnages de la tête aux pieds
   PLAN AMERICAIN : Plan coupant le personnage à mi-corps
   GROS PLAN : Plan rapproché qui se centre sur un objet ou une partie du corps (la tête, par ex.)
   TRES GROS PLAN : Plan très rapproché qui se centre sur le détail d’un objet ou d’une partie du corps
         (l’oeil, par ex.)
PLANTER LE DÉCOR: Installer l'ambiance d'un roman, d'une pièce, dès le début, en évoquant divers objets ou
         divers détails significatifs.
PLATES [RIMES]: En poésie, se dit des rimes du type aa bb.
PLATONIQUE(adj.): se dit d'une relation amoureuse idéalisée (à l'image des théories du philosophe grec
         Platon) dans laquelle la sexualité n'entre pas.
PLEIN (n.m.) : Dans l’ancienne calligraphie à la plume, partie épaissie du trait
PLÉONASME(n.m.): Faute de langage qui consiste à dire deux fois la même chose en une seule expression
         (ex.:"monter en haut"; "Car, en effet[...]"; "l'apparence extérieure").
PLONGEE (n. f.) : Au cinéma, fait d’orienter la caméra de haut en bas pour les prises de vue. Contr. : contre
         plongée.
PLETHORE (n.f.) : Quantité excessive ; abondance
PLETHORIQUE (adj.) : qui est en quantité excessive (des effectifs pléthoriques)
PLUME (VIVRE DE SA): Pour un écrivain: vivre uniquement du revenu de ses écrits, sans exercer d'autre
      métier
POGROM ou POGROME(n.m.): Attaque, souvent meurtrière, organisée contre une communauté juive.
POIL DANS LA MAIN [AVOIR UN] : expression familière et ironique signifiant être paresseux
POINT DE NON-RETOUR (n.m.) : fait d’arriver à une étape, un moment ou un lieu d’où il est impossible de
      faire machine arrière.
POINT DE VUE : Voir FOCALISATION
POINT D'ORGUE (n.m.): En musique, temps d'arrêt qui suspend la mesure sur une note et la fait durer; par
      extens.: arrêt d'une action, d'un phénomène.
POINTE(n.f.): Dans un récit, une histoire, trait d'humour que l'on emploie pour finir.
POINTER : dans une usine, enregistrer son heure d’arrivée et son heure de départ, afin que le travail soit
      contrôlé.
POLÉMIQUE(adj.): Qui provoque une discussion, un échange d’idées vif ou agressif.
POLYGAMIE(n.f.): Organisation sociale permettant à un homme d'épouser, légitimement, plusieurs femmes.
POLYGRAPHE(n.m.): auteur qui écrit dans des genres différents (roman, théâtre, poésie, philosophie, etc.)
POLYSÉMIE (n.f.): Fait de posséder, pour un mot, plusieurs valeurs, ou significations (ex.: "caractère" est
      polysémique: le mot peut être synonyme de "personnalité", ou de "lettre, signe écrit").
POMPEUX(adj): Qui déploie une solennité plus ou moins ridicule.
PONCIF(n.m.): Thème, expression littéraire ou artistique sans originalité.
PONCTUEL, ELLE (adj.) : Qui ne dure pas, qui est limité dans le temps.
PORTE A FAUX [ETRE EN ] : être dans une situation gênante et inconfortable par rapport aux convenances, à
      la correction, à la justice.
POSSÉDÉ (EÉ) : victime d’une possession (diabolique, en particulier )
POSSIBLES NARRATIFS : ensemble des choix qu’un romancier peut opérer dans la logique de son récit pour
      en assurer la continuité.
POSTÉRITÉ(n.f.): Suite des générations à venir.
POSTHUME (adj) : qui a lieu après la mort d’une personne concernée (être décoré à titre posthume)
POT-AUX-ROSE [DECOUVRIR LE] : Mettre au jour un secret qui avait été soigneusement gardé, et le
      divulguer.
POTELE, EE (adj.) : Qui a des formes rondes et pleines. Un bébé potelé.
POUDRE [LANCER LA] : impressionner quelqu’un, chercher à l’éblouir.
POUSSIF,VE (adj.) : 1. Qui manque d’inspiration, d’originalité, à propos d’une œuvre littéraire ou artistique. 2.
      qui manque de force, à propos d’un moteur
PRAGMATIQUE(adj.): Qui accorde la première place à l'action, à la pratique concrète d'une activité, et non à
      la théorie.
PRATIQUE (ad.) : se dit d’un livre qui concerne la réalité matérielle, utilitaire. Un recueil de recettes de cuisine
      est un livre pratique.
PRECARITE(n.f.): situation précaire, difficile financièrement ou économiquement.
PRÉCEPTEUR(n.m.): Professeur chargé de l'éducation d'un enfant (de famille noble, ou riche), qui ne
      fréquente pas l'école.
PRÉCIEUX(adj. et n.): Se dit au 17ème des femmes et des hommes qui adoptèrent une attitude nouvelle et
      raffinée envers les sentiments, et un langage recherché. Le mouvement précieux s'est appelé la
      préciosité.
PRÉCOCE(adj.): Dont le développement est très rapide.
PRECURSSEUR (n.m.) : Celui qui annonce ou prépare la venue d’un autre ; se dit aussi de tout ce qui annonce
      en précédant (des signes précurseurs)
PREDESTINATION (n.f .) : Fatalité, caractère de ce qui ne peut pas ne pas arriver.
PRÉDILECTION(n.f.): Préférence marquée pour une oeuvre, un objet, un être, etc.
PRÉFIGURATION (n. f.) : annonce des caractères d’une chose à venir ; ex. Dans ce roman, les rêves de chute
      sont une préfiguration de la mort du héros.
PRÉFIXE(n.m.): Elément qui se place avant la racine d'un mot, et en modifie le sens (ex.: "re-" dans "relire")
PRÉJUGÉ (n.m.): Opinion préconçue, et souvent fausse, que l'on se fait sur une personne, un peuple, une idée.
PRÉLAT (.m.) : Haut dignitaire ecclésiastique (cardinal, archevêque, etc.)
PREMIERE (n.f.) : première représentation d’une pièce, ou projection d’un film.
PREMONITOIRE (adj.) : Se dit des signes inexplicables qui annoncent un événement à venir.
PRENDRE DES GANTS: Prendre des précautions, dans ses paroles ou ses actes pour faire accepter à quelqu'un
     un fait douloureux, une idée pénible.
PRESCIENCE (n.f.) : Intuition profonde, fait de deviner les événements à venir.
PRESENT D’ENONCIATION (n.m.) : Valeur du présent, employé pour faire coïncider le temps de l’écriture
     avec le temps du récit raconté. Donne actualité et force dramatique aux événements racontés.
PRESTIGE(n.m.): Fait d'imposer le respect et l'admiration en déployant de la beauté ou de la noblesse.
PRESUPPOSÉ (n.m.) : Supposition préalable, formulée de façon implicite ou que le destinataire doit deviner
     dans un texte ou une discussion.
PRÉTÉRITION(n.f.): Fait d'attirer l'attention sur une chose, tout en disant n'en pas parler(ex.: "je ne dirai rien
     de cette attitude, qui...[et la personne se met à en parler]).On dit: "parler par prétérition".
PREVALOIR (SE) : Tirer avantage ou parti de quelque chose ; tirer vanité de quelque chose. Ex. : Ce joueur
     d’échecs essaie de se prévaloir de sa réputation pour impressionner son adversaire.
PRINCEPS (EDITION) : Se dit du premier tirage d’une œuvre littéraire.
PRISME (n.m.) : 1. cristal à plusieurs faces qui décompose les radiations. 2. (sens fig.) filtre, action ou
     sentiment qui déforment une réalité quelconque.
PRIVAUTÉS(n.f.): Familiarités que l'on se permet d'avoir avec quelqu'un.
PROCES D’INTENTION: Accusation portée à l’encontre d’une personne qui n’a pas fait de mauvaise action,
     mais chez qui on soupçonne l’intention de la commettre.
PROCRASTINATION (n.f.) [mot rare] : action de remettre au lendemain une décision par paresse, ou par
     inertie.
PRODIGE(n.m.): Événement extraordinaire, auquel personne ne s'attend
PRODIGUE(adj. et n.m.): Qui fait des dépenses excessives, qui dilapide son bien.
PROFANATION (n.f.): Fait de traiter sans respect et avec indignité une chose ou un lieu sacré.
PROFESSORAL(adj.): Qui appartient, qui ressemble aux professeurs (ex.: utiliser un ton professoral).
PROFONDEUR DE CHAMP (n.f.) : (voc. de la photographie) distance maximale entre le premier et le second
     plan, étudiée de telle sorte que les deux plans soient nets en même temps.
PROGRESSISTE (adj.) : qui manifeste, par son comportement ou ses idées, un attachement au progrès, au
     changement, aux réformes.
PROLEPTIQUE (adj.) 1° Se dit des adjectifs qui, placés en tête de phrase, remplacent à eux seuls toute une
     subordonnée (ex. : Fatigués, les scouts ont dû s’arrêter à mi-chemin de la promenade ; fatigués= parce
     qu’ils étaient fatigués/ subordonnée de cause) 2° se dit, dans un incipit, des éléments qui annoncent
     discrètement la suite du récit ou sa fin.
PROLÉTAIRE(n.m.): Au XIXème siècle, personne qui ne possède pour vivre que le revenu (très bas) de son
     travail manuel; en général: ouvrier très pauvre.
PROLIFÉRER: Se multiplier rapidement.
PROLIFIQUE (adj.): Dont l'oeuvre est abondante, à propos d'un artiste, d'un écrivain.
PROLIXE(adj.): Qui parle, ou écrit beaucoup; dont l'ensemble de l'oeuvre est abondant, à propos d'un écrivain.
PROMÉTHÉEN, ENNE (adj.) : relatif à Prométhée ; caractérisé par son goût de l’action, de sa foi en l’homme
     et sa confiance dans le progrès.
PROMISCUITE (n.f.) : Fait d’être soumis, dans un lieu réduit, à des voisinages nombreux et désagréable. La
     promiscuité dans les prisons.
PROMPT (adj.) : rapide.
PROMPTEUR (n.m.) : appareil destiné à faire défiler le texte dit par un présentateur face à une caméra de
     télévision
PRONOM DEMONSTRATIF (ex. : celui-ci ; celui-là ; ceux-ci ; ceux-là ; ceci ; cela)
PRONOM PERSONNEL (ex. : je tu il, nous, vous, ils, eux, elles)
PRONOM PERSONNEL REFLECHI (ex. : me [je me regarde] te [tu te regardes] se [il se regarde])
PROPAGANDE( n. f..) Activité tendant à propager, à répandre des idées, des opinions, et surtout à rallier des
     partisans à une idée, à une cause. Faire de la propagande.
PROPHÉTIQUE(adj.): Qui annonce l'avenir, qui a le caractère de la prophétie.
PROPHETISER : prévoir l’avenir, faire des prophéties.
PROSAIQUE(adj.): 1°Qui tient trop de la prose 2°Qui manque un peu de poésie ou d'élégance.
PROSCRIPTION(n.f.): bannissement de certaines personnes, en période d'agitation civile ou de dictature;
     action de proscrire quelque chose (ex.: La proscription de certains mots)
PROSCRIRE : Interdire une action, un geste, une attitude.
PROSE (n.f.) : façon naturelle de parler ou d’écrire (par opposition à la poésie)
PROSELYTE (n.m.) : Personne qui cherche à convaincre les autres par tous les moyens à sa religion, ses idées.
PROSELYTISME (n.m.) : Attitude de ceux qui cherchent, par tous les moyens, à convertir les autres à leur
     religion, à leurs idées
PROSTRÉ, ÉE (adj.) : renfermé, replié sur lui-même à la suite d’un perturbation émotionnelle.
PROTAGONISTE(n.m.): 1° Dans l'Antiquité, acteur qui jouait le premier rôle dans une tragédie; 2° mod.
     Personne qui joue le premier rôle dans une affaire, personnage principal d'une oeuvre.
PROTEIFORME(adj.): [de Protée, dans la mythologie grecque, qui changeait de forme à son gré] Qui peut
     prendre toutes les formes (mot rare).
PROTOCOLE(n.m.): ensemble des règles à observer pour accueillir un personnage officiel, faire une
     cérémonie.
PRUDE (adj.) : qui affiche un attachement exagéré, voire hypocrite, à la morale, aux bonnes moeurs, ou à la
     pudeur.
PSEUDO- (du grec "peudès"= menteur): préfixe servant à indiquer qu'une notion, une idée est fausse ou
     mensongère. ex: "pseudo artistique".
PSEUDONYME(n.m.): Nom choisi par une personne, un auteur, pour masquer sa vraie identité.
PSITTACISME(n.m.): Répétition mécanique de mots, phrases ou idées sans que le sujet les comprenne.
PSYCHANALYSE (n.f.) : Traitement et analyse des troubles mentaux mis au point par S. Freud et ses
     disciples ; elle repose sur l’écoute du patient, amené à mettre au jour par la parole les éléments
     inconscients de sa vie et les épisodes qui ont formé sa personnalité. La psychanalyse peut aussi être
     appliquée aux textes littéraires, et faire découvrir l’inconscient de l’auteur.
PSYCHOPATHE(n.m.): Malade mental dont le comportement (impulsif, instable, intolérant à la frustration*)
     mène à des conduites antisociales, et criminelles en particulier; contrairement au fou, il reste toujours
     responsables de ses actes aux yeux de la justice.
PSYCHOSE(n.f.): Obsession, idée fixe, en rapport avec une peur quelconque, de la part d'un sujet.
PSYCHOSOMATIQUE (adj.) : se dit des affections du corps produites par à un état de stress ou de déprime.
PSYCHOTHERAPIE (n.f.) : Traitement médical d’un problème psychologique ; la psychothérapie se fait à
     travers un dialogue avec le psychiatre, et doit se poursuivre sur plusieurs séances.
PUDEUR (n.f.) : Discrétion à l’égard de ses propres sentiments, gêne à l’égard des sujets intimes, touchant en
     particulier la sexualité .
PUDIBOND(adj.): Qui manifeste une pudeur excessive et ridicule
PUDIQUE (adj.) qui a de la pudeur, qui n’aime pas montrer sa nudité ou dévoiler ses sentiments.
PUÉRIL(adj): Qui a un comportement d'enfant.
PURGATOIRE(n.m.): (littérature) Se dit d'une période au cours de laquelle un auteur est moins lu, a moins de
     succès. Elle se situe souvent après sa mort.
PURISTE(adj. et n.m.): Partisan de la pureté du langage, de la correction grammaticale idéale quand on parle ou
     écrit.
PURITAIN(adj.): Qui applique des principes religieux très durs, très stricts.
PULSIONNEL , ELLE (adj.) : Qui émane d’une pulsion, d’un désir incontrôlé
PYROMANE (n.m.): personne obsédée par le feu, qui prend plaisir à déclancher des incendies.



                                                    Q
QUATRAIN(n.m.): Ensemble cohérent de quatre vers.
QU'EN DIRA T'ON (n.m.): Rumeurs, commérages que l'on dit sur le compte de quelqu'un
QUEUE DE PIE (n.f.) : Extrémité d’une veste longue de costume, de redingote ; elle couvre le bas du dos et
     peu descendre jusqu’à mi-cuisses.
QUEUE DE POISSON [FINIR EN] Finir maladroitement, sans grande cohérence, à propos d’un livre, d’un
     film.
QUINTESSENCE(n.f.): Ce qui constitue le meilleur, le plus pur de quelque chose.


                                                    R
RABAISSER : Priver de son honneur, humilier quelqu’un par ses paroles ou ses actes.
RABLÉ, ÉE : trapu et vigoureux, à propos du corps humain.
RABROUER : Traiter quelqu’un avec rudesse et mépris, en le rejetant.
RACCORD DE PLANS : Au cinéma, se dit du montage de deux plans consécutifs.
RACHITIQUE (adj.) : d’une maigreur maladive, qui ne s’est pas développé (à propos du corps)
RACHITISME (n.m.): Maladie de la croissance, marquée par une maigreur excessive, un développement
      incomplet d'un ou plusieurs membres.
RACCOURCI (n.m.) : dans le vocabulaire de la peinture, présentation en perspective d’une partie du corps, ou
      d’un objet.
RADIATION(n.f.): Action de supprimer le nom d'une personne sur une liste.
RAILLER : se moquer de quelque chose ou de quelqu’un.
RAMASSÉ, ÉE : resserré en une masse, blotti ; condensé et bref, à propos du temps dans un roman.
RAMPE [TENIR LA] : Pour une pièce : se maintenir au plus haut du succès régulièrement ; pour un acteur :
      affronter le public, et avoir du succès dans des rôles difficiles.
RATIFIER(vb.): Confirmer par un acte écrit authentique, aux termes d'un accord; approuver publiquement une
      idée.
RATIONALISME (n.m.) : Système de pensée qui pose la raison comme seul principe pour expliquer le monde.
RATIONALITE (n.f.) : caractère de ce qui est rationnel, conforme à la raison et au bon sens.
RATIONNEL, ELLE(adj.): Conforme à la raison, au bon sens.
RÉACTIONNAIRE(adj.): 1°Qui s'oppose au progrès social issu des principes de la Révolution, et vise à rétablir
      des institutions antérieures. 2°Qui refuse, en politique, les changements, le progrès et préfère
      l'immobilisme ou le passé.
RÉALISME(n.m.): Courant littéraire et artistique de la fin du XIXème siècle selon lequel l'artiste ne doit pas
      chercher à embellir ou idéaliser le réel, mais essayer de le dépeindre tel qu'il est. Flaubert, Zola et
      Maupassant font, en France, partie de ce mouvement.
RÉBARBATIF(adj.): Difficile et ennuyeux.
RECEPTACLE(n.m.) : 1. nom général d’un lieu, emplacement, contenant, qui reçoit son contenu de diverse
      origines 2. (sens fig.) : se dit d’une personne dont la sensibilité doit subir une épreuve qui la rend témoin
      de quelque chose de douloureux ou de pénible.
RECIT (n.m.) : histoire racontée (par opposition aux dialogues)
RECIT-CADRE (n.m.) : Type de récit qui introduit et clôt un récit central ; il joue une fonction d’encadrement
      du récit principal.
RECIT GIGOGNE (n.m.) : Se dit d’un récit secondaire, à l’intérieur d’un récit initial qui lui sert de cadre. Le
      narrateur du premier est relayé, le plus souvent, par celui du second.
RÉCURRENT, E (adj.) : qui revient constamment (à propos d’un événement, ou, en médecine, d’une maladie)
RECUSER : 1. Refuser d’accepter quelqu’un comme témoin, juge ou arbitre. 2. se récuser : affirmer son
      incompétence sur une question, et refuser de prendre position.
RÉDEMPTEUR,TRICE(adj.): Qui rachète les fautes d'une personne.
REDEMPTION (n.f.) : Fait de racheter quelqu’un, ou de se racheter (au sens moral ou religieux)
REDINGOTE (n.f.) : nom d’une veste cintrée et longue très à la mode au 19ème siècle.
REDONDANCE(n.f.): dans une phrase, répétition inutile d'une idée, d'un mot.
REDONDANT,E(adj.): Qui a les traits d'une redondance*, qui répète inutilement un mot.
REFOULER: Faire rentre en soi, cacher ou rejeter des idées, des désirs qu'on ne veut pas laisser paraître.
REGARDER DE HAUT : Considérer quelqu’un avec mépris et hauteur.
REGARDER EN CHIENS DE FAIENCE [SE] : Se regarder sans se parler, en s’ignorant, de façon hostile et
      sans volonté de sympathiser.
RÉGICIDE(n.m.): 1°Assassin d'un roi. 2°Meurtre d'un roi.
RÉHABILITER: 1°Rendre à quelqu'un ses droits perdus par suite d'une condamnation. 2°Faire retrouver
      l'estime, la considération à quelqu'un
RÉIFICATION(n.f.): Tendance à transformer en choses, à se transformer en objets.
REINCARNATION(n.f.): Passage de l'âme dans un autre corps, après la mort, dans certaines religions ou
      mythologies (syn.: métempsychose)
REITERER : répéter une phrase, une demande, une question
REJET(n.m.): En poésie, fait d'achever la phrase par un mot "rejeté" au vers suivant, pour le mettre en relief
      (ex.: "Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
            Tranquille. [...]"                 Rimbaud
RELACHE(n.m.): Au théâtre, fermeture momentanée d'une salle, interruption, dans la semaine d'un spectacle
      pour permettre le repos des acteurs.
RELACHÉ (adj.) : se dit d’un style peu soigné, écrit dans une langue approximative, et familière.
RELAI DE NARRATEUR : Désigne le fait, dans un récit, de laisser un premier narrateur passer la main à un
      second, qui en continue l’histoire.
RELATIF (adj.) : Qui n’existe ou ne se conçoit que par rapport à autre chose.
RELIQUES(n.f.pl.): Restes, ossements de héros, de saints ou objets leur ayant appartenu auxquels s'attache un
      caractère sacré et auxquels les fidèles rendent un culte.
REMAKE(n.m./mot anglais): Film reproduisant, avec de nouveaux acteurs, la première version d'un film à
      succès.
REMETTRE EN QUESTION (SE): Se poser des questions sur son travail, ses actions pour, éventuellement, en
      modifier certains aspects.
RENTABLE (adj.) : qui rapporte de l’argent ; par extension, qui est efficace, à propos d’une action
RENTIER(n.m.): Personne qui a des revenus périodiques d'un bien, d'un capital (location d'immeubles, par
      exemple).
REPENTIR(n.m.): En peinture, changement de détail apporté à la toile, par superposition, lorsqu'elle est
      terminée.
RÉPUDIER: (dans certaines civilisations, ou anciennement) Renvoyer sa femme, en rompant le mariage, selon
      des formes légales ou par une décision unilatérale.
REPULSIF, VE (adj.) : Qui repousse, qui décourage les personnes ou les animaux de s’approcher.
REQUISITION (n.f.) : Opération, à la suite d’une décision de justice, par laquelle l’Etat contraint un individu à
      la remise de ses biens. (syn. : saisie)
REQUISITOIRE(n.m.):1° Dans un procès, discours de l'accusation, prononcé par l'avocat général; 2° discours
      (ou écrit) par lequel on accuse quelqu'un en énumérant ses fautes.
RÉSOLU(adj.): Qui sait prendre des décisions et s'y tenir.
RÉSOLUTION (n.f.): décision ferme et irrévocable.
RETABLE (n.m.) : Panneau, de bois le plus souvent, servant à décorer le chœur dans les églises ; il est souvent
      peint avec des scènes bibliques.
RÉTICENCE(n.f.): Attitude de celui qui émet des réserves, qui n'est pas d'accord pour faire ce qu'on lui
      propose.
RETIF, RETIVE (adj.) 1. Qui refuse d’avancer (pour une monture) 2. difficile à conduire, à persuader (pour une
      personne)
RETROGRADE(adj.): Qui s'oppose au progrès, par ses idées archaïques.
RETROSPECTIF, VE (adj) : Qui est dirigé vers le passé.
RETROSPECTIF [récit] : Se dit d’un récit de fiction relatant des événements passés.
RETROUSSER : replier vers le haut et vers l’extérieur.
REVANCHARD, -DE (adj.) : Se dit d’un esprit qui cherche à prendre sa revanche coûte que coûte ; rancunier.
REVENDICATION(n.f.): Action de réclamer ce que l'on considère comme un droit.
REVUE (DE PRESSE) : analyse comparative d’un sujet de l’actualité, à travers diverses coupures de presse qui
      le traitent.
RICHE : NOUVEAU RICHE : Personne récemment enrichie qui étale sa fortune sans modestie et sans goût.
RICHE [RIME] : se dit d’une rime reposant sur le retour de deux voyelles précédées de la même consonne
      d’appui. Ex. : RICOCHET/ DÉCOCHER
RICTUS(n.m.): Sourire grimaçant.
RIGIDE (adj.) : A propos d’une personne : qui manque de souplesse dans ses idées, ou son caractère.
RIME(n.f.): Retour d'un même son, en fin de vers, en poésie. rimes plates = aa bb; rimes croisées= abab; rimes
      embrassées = abba
RISEE (n.f.) : personne qui est sujette aux moqueries de la part de ceux qui l’entourent
RITE(n.m.): cérémonie, pratique réglée, par une religion, une société. Enterrer ses morts est l'un des grands rites
      de l'humanité.
RIVIERE (n.f.) : assemblage de diamants porté en collier.
ROAD-MOVIE : film de fiction tout entier construit sur la marche ou le cheminement des héros, qui se rendent
      d’un lieu à un autre.
ROITELET(n.m.): Roi peu important ou d'un petit pays, mais qui se prend pour un grand personnage.
ROMAN-FLEUVE: Roman très long, présentant de nombreux personnages ("Les hommes de bonne volonté"
     de R.Rolland en est le type).
ROMANTISME(n.m.): Au début du XIXème siècle, mouvement artistique et littéraire européen qui met en
     valeur les sentiments personnels, la sensibilité, les passions individuelles pour traduire, par rapport au
     siècle précédent, une nouvelle vision du monde. La passion amoureuse (Musset), la fuite du temps
     (Lamartine), l'engagement social (Hugo) ou religieux (Chateaubriand) et la quête du bonheur (Stendhal)
     en sont les thèmes les plus marquants.
ROMPRE [UN PACTE] : adopter une attitude, mener une action pour ne plus se sentir légalement ou
     psychologiquement lié à autrui.
ROQUETTE(n.f.): Projectile mû par une fusée à poudre, utilisé comme arme de guerre
ROTURIER (adj ) : Qui n’est pas noble, qui est de condition inférieure, dans la société féodale et sous l’Ancien
     Régime.
ROUFLAQUETTES (n.f.) : favoris épais et fournis portés par les hommes sur les joues ; très à la mode au 19e
     siècle.
ROUTINE(n.f.): Travail monotone et répétitif.
ROUTINIER,E (adj.) : Qui est empreint de monotonie.
RUBRIQUE (n.f.) 1° Lettre, rouge généralement, qui servait dans les manuscrits ou premiers ouvrages
     imprimés du Moyen âge, à délimiter les paragraphes. 2° Titre indiquant la matière d’un article de presse.
RUDE (adj.) : Pour une personne : qui a des manières et une éducation peu raffinées.
RUDIMENTS (n.m.plur.) : premières notions d’une langue, d’une discipline, d’un art.
RUSHES (mot angl.n.m.): Au cinéma, ensemble des épreuves de tournage, des séquences que l'on répète avant
     d' aboutir à celle qui sera retenue pour le film.
RUSTRE(n.m.): Homme grossier et brutal.


                                                      S
SACRIFICIEL,ELLE(adj.): relatif, propre à un sacrifice.
SACRILEGE (n. m. et adj.) : Qui s’oppose aux lois religieuses ; se dit d’un acte qui profane le sacré.
SADIQUE(adj.): Qui aime voir la souffrance d'autrui.
SADISME(n.m.): Perversion, affichée au XVIIIe siècle par le marquis de Sade, qui consiste à prendre plaisir du
      spectacle de la souffrance d'autrui.
SAGACE(adj.): Qui fait preuve de sagacité*, de perspicacité.
SAGACITÉ(n.f.): Forme d'esprit faite de d'intuition, de finesse et de curiosité intellectuelle.
SAIGNEE (n.f.) : Evacuation d’une certaine quantité de sang, autrefois pratiquée avec l’aide de sangsues.
SAISIE (n. f.) : Prise de possession des biens privés par l’autorité publique. (syn. : réquisition)
SALON (n.m.) : Au XIXe siècle, manifestations artistiques dans lesquelles les peintres exposaient leurs œuvres
      et tentaient de se faire reconnaître.
SAMOVAR (n.m.) : En Russie, sorte de grande bouilloire portative servant à faire chauffer l’eau pour le thé.
SANATORIUM(n.m.): Maison de santé où l'on traite les maladies chroniques, en particulier la tuberculose.
SANG (n.m.) : sens figuré : liquide circulant dans le corps, porteur, selon de vieilles croyances, des caractères
      héréditaires.
SANG BLEU (avoir du): être d'origine noble. [traduction de l'espagnol "sangre azul"; au 16ème siècle, les
      grandes familles castillanes s'enorgueillissaient de la couleur claire de leur peau (qui faisait mieux
      apparaître les veines bleues). Leurs ancêtres, qui n'avaient pas de "sang" maure ou juif en étaient, selon
      elles,                                            les                                         responsables]
       [ .]: explications à lire seulement
SANGUINAIRE(adj.): Qui se plaît à tuer, à répandre le sang.
SARABANDE (n.f.): Ribambelle de gens qui courent, marchent ou s'agitent en dansant.
SARCASTIQUE(adj.): Qui se moque méchamment de quelqu'un en faisant des plaisanteries.
SARDONIQUE (adj.) ;: se dit d’un rire moqueur.
SATIÉTÉ (n.f.) : Etat d’une personne dont les besoins, les désirs sont comblés. Ex. : Manger jusqu’à satiété.
SATIRE(n.f.): Ecrit, discours qui s'attaque à quelqu'un, en s'en moquant.
SATIRIQUE (adj) : qui se moque de la société, des institutions, ou des personnes dans ses écrits ou ses paroles.
SATYRE(n.m.): 1° dans la mythologie grecque, animal cornu à corps humain, et pieds de bouc qui poursuivait
      les nymphes dans les bois. 2° homme au comportement sexuel déréglé, manifestant obscénité et
      violence.
SAUGRENU(adj.): Inattendu, bizarre, et un peu ridicule.
SBIRE (n.m.) : homme de main ;personne qui exerce des violences au service de quelqu’un.
SCABREUX, SCABREUSE (adj.) : Qui choque la morale par l’évocation de sujets tabous
SCANDER: Séparer les éléments métriques d'un vers, faire le décompte des pieds.
            (ex:"Les/san/glots/longs/
                Des/vi/o/lons
                De/l'au/tomne,(...)" Verlaine)
SCEAU(n.m.): Cachet officiel; empreinte faite par ce cachet sur de la cire, du plomb.
SCELLÉ (à propos du destin) : Dont le sort est définitivement établi ; se dit d’un destin auquel on ne peut
      échapper.
SCÉNARISTE(n.m.): Personne qui écrit les dialogues d'un film.
SCENE (n.f.) : technique narrative consistant à dilater le temps de l’histoire pour donner l’illusion qu’il
      coïncide avec le temps mis par le lecteur pour lire le récit. Contr. : Sommaire
SCHIZOPHRENE(n.m.): Malade atteint de schizophrénie(sorte de folie qui amène le sujet à se couper du
      monde réel et à vivre dans son univers).
SCLÉROSER (SE) : Se figer, ne plus évoluer.
SCRIPT (mot angl. n.m.): 1° auxiliaire féminin du réalisateur, responsable de la continuité du film. 2° Scénario
      d'un film.
SECOND (ÉTAT): Problème de santé caractérisé par un comportement inhabituel de la personne ( à la suite
      d'un malaise, d'une absence), et suivi, en général, d'une brève perte de mémoire.
SECONDE ZONE (DE) : Expression par laquelle on considère une personne, un acte, un événement comme de
      peu d’importance (ex. : Un écrivain de seconde zone)
SEDENTARISATION (n. f.) : fait de devenir sédentaire, de se fixer, pour un peuple.
SÉDENTAIRE (adj.) : Se dit d’une population qui se fixe sur une aire géographique ou un pays, et y reste
      pendant plusieurs générations (contr. : nomade)
SEGREGATION (n.f.): 1. mise à l'écart organisée d'une population, en fonction de sa différence ethnique,
      culturelle ou religieuse, dans le pays où elle vit (en Afrique du sud, l'Apartheid a longtemps représenté le
      symbole de toute ségrégation) 2. mise à part (d'une personne ou d'un groupe de personnes) à l'intérieur
      d'une collectivité, selon des critères discriminants (les homosexuels sont victimes de ségrégation dans
      plusieurs pays)
SEL[AVOIR DU]: Avoir de l'intérêt, du piquant.
SELS(n.m. pl.) : substance chimique (carbonate d’ammonium) utilisée autrefois pour faire revenir à soi une
      personne évanouie.
SEMANTIQUE (n.f.) : Etude du sens, de la signification des mots dans une langue ; étude de la signification
      des formes, en art.
SÉNILE(adj.): Qui a les marques d'un affaiblissement physique et intellectuel, dû à la vieillesse.
SENSATIONNALISTE(adj.): Se dit d'une presse et de journalistes qui s'attachent plus à montrer, dans un
      événement, des photos, des détails sordides, qu'à expliquer et informer.
SENSUEL(adj.): Porté à rechercher et à goûter le plaisir des sens
SENTIMENTALITE (n.f.) : Sensibilité exagérée ou feinte, qui touche au ridicule.
SEPIA (n.m.) :matière colorante, d’un brun très foncé, utilisée dans les dessins, les lavis ; on l’obtenait autrefois
      grâce à la seiche.
SEPTUAGENAIRE (n.m. ou f.) personne de 70 ans
SEQUELLE (n. f.) (Surtout au plur.) med. Manifestation pathologique qui persiste après une maladie, un
      accident, etc.
SERRE (n.f.) : synonyme de griffe, chez les rapaces.
SERVILE(adj.): Qui manifeste une soumission, à une personne ou une chose, indigne d'un homme libre.
SEXISTE (adj.) : Qui fait preuve de discrimination à l’égard des femmes ; qui tend à considérer la femme
      comme inférieure à l’homme
S'EXTASIER: Manifester, par des démonstrations de joie, d'enthousiasme, son admiration ou son étonnement
SIGNIFIANT,E(adj.): Qui est très lourd de sens, qui est particulièrement significatif.
SIMIESQUE(adj.): Qui évoque le singe, à propos d'un visage, d'une grimace.
SIMPLISTE (adj.) : D’un degré de simplicité exagéré ; trop schématique.
SINGULIER (adj.) : 1. Curieux, étonnant 2. se dit d’un combat dans lequel ne sont engagés que deux
        adversaires.
SINISTRÉ(adj.): Qui a subi un sinistre, une catastrophe naturelle.
SINISTRE: 1°Qui fait craindre un malheur. 2°Triste et ennuyeux.
SISYPHE (myth. gr.): Brigand condamné par les dieux, après sa mort, à pousser éternellement sur la pente
        d'une montagne une roche qui retombe sur lui et n'atteint jamais le sommet.
SITUATION D’ARGUMENTATION : Ensemble des paramètres qui définissent un texte argumentatif ; la
        situation d’argumentation tient compte du genre du texte, du sujet, de l’argumentateur, du destinataire et
        de la nature de l’échange. Etudier la situation d’argumentation amène à préciser les enjeux de
        l’argumentation : pourquoi on a cherché à convaincre, et pour quel objectif.
SIZAIN (n.m.) : ensemble cohérent de six vers.
SOCIABILITE (n. f.) : Fait de montrer que l’on a du plaisir d’être en société ; amabilité.
SOLÉCISME(n.m.): Faute de grammaire, en français ou dans une autre langue ("si j'aurais su" au lieu de:"si
        j'avais su").
SOLIDAIRE(adj.): Se dit de personnes qui se sentent liées par une responsabilité et des intérêts communs; se
        dit de choses qui dépendent l'une de l'autre.
SOLIDARITÉ (n.f.) : fait d’être ou de se sentir solidaire.
SOLILOQUE(n.m.): Discours d'une personne qui, en compagnie, est seule à parler ou semble ne parler que pour
        elle.
SOLENNEL, ELLE (adj.) : Qui s’exprime avec gravité et force.
SOLLICITUDE (n.f.) : (soutenu) Attention bienveillante portée à autrui ; gentillesse.
SOMMAIRE (n.m.) : technique narrative consistant à condenser, en peu de lignes, le temps de l’histoire ; elle
        contribue à accélérer le temps. Contr. : Scène
SONORITÉ (n.f.) : ensemble des sons formés par les mots d’un texte. Musicalité et travail sur la phonétique,
dans la poésie en particulier.
SONNET(n.m.): Ensemble de vers formant une unité et comprenant deux quatrains(quatre vers) et deux
        tercets(trois vers).
SOPHISME(n.m.): Raisonnement faux, malgré une apparence de vérité.
SOPHISTE(n.m.): 1°En Grèce ancienne, professeur qui enseignait l'art de parler en public et de convaincre un
        auditoire. 2°Personne qui utilise de faux raisonnements.
SOSIE(n.m.): Personne qui a une parfaite ressemblance avec une autre
SOUILLON (n. m): Personne malpropre, qui se salit (mot vieilli)
SOUTANE (n.f.) : vêtement long, généralement noir, porté par certains prêtres catholiques traditionalistes.
SPÉCULATION (n.f.) : Opération financière ou commerciale qui consiste à profiter des fluctuations naturelles
        du marché pour faire des bénéfices. Un spéculateur attendra que le cours de ses actions, achetées quand
        il était bas, soit élevé pour les vendre.
SPHINX (n. m.) : 1. Dans l’art égyptien, représentation sculptée d’une divinité formée d’un corps de lion
        couché à tête d’homme, de bélier ou d’épervier. 2. Dans la mythologie grecque, monstre fabuleux, lion
        ailé à tête de femme, qui tuait les voyageurs incapables de répondre à ses énigmes
SPIRITE (n.m.) Medium, personne qui croit aux revenants et organise des séances de spiritisme. En vogue au
        19e siècle.
SPIRITUEL,ELLE(adj.): 1° Relatif à l'âme, dans une religion. 2° (soutenu) Qui a de l'esprit, qui brille par son
        humour.
SPLEEN (n.m.): ennui, dégoût de vivre, chez les poètes de la fin du XIXe siècle, et chez Baudelaire en
        particulier.
SPOLIATION (n.f.): Action de déposséder une personne, par ruse ou par violence.
SPOLIER : déposséder une personne d’un bien, d’un héritage, par ruse ou par violence.
STANDING(n.m./mot angl.): Haut niveau de vie. Pour un immeuble: qui a un grand confort.
STENOGRAPHIE (n.f.): Ecriture abrégée, faite de signes, qui permet de noter la parole à la vitesse de
        prononciation normale.
STÉRÉOTYPÉ(adj): Qui paraît sortir d'un moule ; tout fait, figé
STÉRÉOTYPE(n.m.): Idée, thème ou motif que l'on retrouve, à chaque fois identiques, dans les oeuvres
        littéraires ou artistiques (ex.: la peur de la croix est l'un des stéréotypes des films de vampires).
STÉRILE (adj.): 1° inapte à la reproduction 2° Qui n'aboutit à rien, à propos d'un effort, d'une tentative.
STIGMATES(n.m.pl.): 1°Marques miraculeuses disposées sur le corps comme les blessures du Christ;
     2°Marque, signe (en particulier d’une souffrance)
STOICIENS (n.m.): Dans l’Antiquité gréco-latine, philosophes dont le principal enseignement était la
     résistance à la douleur physique, par une maîtrise totale de son esprit.
STOIQUE (adj.): qui n’est pas affecté par les coups du sorts, par les malheurs ou les contrariétés.
STORY-BOARD (n.m.) : montage de dessins réalisé avant le tournage d’un film pour visualiser les plans d’une
     séquence.
STRASS (n.m.) : Se dit de tout ce qui brille, en particulier sur les habits, d’un éclat trompeur.
STATAGEME (n.m.) : stratégie adoptée pour venir à bout d’un projet, d’un plan avec, éventuellement, l’aide
     de la ruse.
STROPHE(n.f.): Ensemble formé par plusieurs vers ayant une disposition déterminée.
STYLISÉ(adj.); Qui est représenté avec des formes simplifiées, en vue de la décoration.
SUAVITÉ(n.f.): Qualité de ce qui est suave, doux.
SUBJECTIF(adj.): 1° Propre à un ou plusieurs sujets déterminés, qui repose sur l'affectivité, la personnalité du
     sujet (ex.: les goûts sont subjectifs) 2° Qui ne correspond pas à un objet extérieur, qui est apparent, ou
     illusoire (ex.: une sensation purement subjective.) Contr.: "objectif".
SUBJECTIVE (CAMERA) : An cinéma, façon de filmer la réalité, en faisant croire qu’on la voit à travers les
     yeux d’un personnage.
SUBJUGUER : Envoûter, séduire quelqu’un par son charme naturel.
SUBLIMER : Idéaliser, transformer par l’art des pulsions basses et des sentiments mesquins.
SUBREPTICEMENT(adv.): Par surprise, d'une manière dissimulée, furtive.
SUBSTANTIF(n.m.): Syn. de NOM (langage de la linguistique).
SUBSTANTIVE, EE : (gram.) Transformé en nom (« les petits » ; petit= adjectif substantivé)
SUBTERFUGE(n.m.): Moyen habile et détourné pour échapper à une situation, pour se tirer d'embarras.
SUBTIL, E (adj.) : 1° Qui a de la finesse (à propos d’une personne) 2° Qui est difficile à comprendre (à propos
     d’une idée)
SUBVERSIF(adj.): Qui renverse, détruit l'ordre établit ou le met en danger
SUCCINCT, E (adj.) : Qui est dit, ou est écrit en peu de mots.
SUCCURSALE(n.f.): Annexe d'une entreprise, d'un commerce; elle est établie dans un autre lieu que la maison
     à laquelle elle se rattache.
SUFFISANT,E(adj.): Plein de vanité, de prétention, à propos d'une personne, d'un comportement.
SUFFISANTE [RIME] Se dit d’une rime comportant une syllabe finale identique, précédée de consonnes
     différentes d’un vers sur l’autre (ex. : vertu/ perdu)
SUFFIXE(n.m.): Elément, placé à la fin d'une racine, qui modifie 444le sens du mot (ex. "-âtre" dans "verdâtre
     est un suffixe péjoratif).
SUFFRAGETTE(n.f.): En Angleterre, au début du siècle, femme qui réclamait le droit de voter seuls les
     hommes avaient ce droit).
SUINTER : produire un liquide qui s’écoule goutte à goutte. Une plaie qui suinte.
SULFUREUX(adj.): Qui évoque l'enfer, les démons, et inspire une crainte sacrée.
SUPERSTITIEUX,EUSE(adj.): Qui voit dans certains faits, parfois insignifiants, des signes favorables ou
     défavorables
SUPLÉER: 1°Combler,en remplaçant, en ajoutant 2°Remédier à un manque, en prenant la place de, en se
     substituant à quelqu'un ou quelque chose.
SUPPÔT (n.m.) : employé subalterne, partisan (d’une personne nuisible) ; suppôt de satan : démon, personne
     méchante.
SURJOUER : Jouer de façon exagérée et peu naturelle, de la part d’un acteur de théâtre ou de cinéma.
SURNATUREL,ELLE(adj.): Qui ne relève pas des lois naturelles, mais de la magie, du merveilleux.
SURRÉALISME(n.m.): Mouvement artistique et littéraire qui voit le jour, en Europe, après la première guerre
     mondiale. Il se fixe l'objectif (révolutionnaire) de ne plus exprimer les idées conscientes, et la raison,
     mais de libérer l'inconscient, le rêve, et d'en faire le moteur de la création. En littérature, Breton, Tsara,
     Eluard, Aragon le représentent; Dali, Magritte, Picasso - par certains aspects-, Ernst, Miro l'ont illustré
     par leur peinture; au cinéma, Bunuel a apporté sa contribution, avec des films célèbres (Un chien
     andalou; L'âge d'or). (les mots soulignés sont les plus importants - à retenir)
SURSAUT (DE CONSCIENCE) : Prise de conscience morale brusque ; changement d’attitude soudain après
     réflexion.
SURSEOIR: ajourner, retarder une décision officielle.
SVELTE (adj.) : de forme élancée et fine.
SYBILLE (n.f.) : Dans la mythologie gréco-latine, prêtresse chargée de prédire l’avenir. Les sybilles se
     trouvaient à l’entrée de certaines ouvertures vers les enfers, et en facilitaient l’entrée à divers héros
     mythologiques.
SYLLOGISME (n.m.) : forme de raisonnement en trois temps, articulés par « or » et « donc » à la suite d’une
     première phrase générale. Ex. : 1. Tous les hommes sont mortels ; 2. Or, Socrate est un homme ; 3.
     Donc, Socrate est mortel.
SYMBIOSE(n.f.): Union parfaite de deux êtres, de deux caractères différents qui se complètent. On dit: "être en
     symbiose avec quelqu'un".
SYMBOLE(n.m.): Objet de caractère imagé qui évoque, par sa forme ou sa nature, quelque chose d'abstrait ou
     d'absent      (ex.:la colombe est le symbole de la paix)
SYMBOLISME(n.m.): Mouvement littéraire et poétique, de la fin du XIXème siècle, dont le principe esthétique
     repose sur l'emploi de symboles* pour représenter le monde. (Baudelaire, Verlaine, et Rimbaud en sont
     les principaux représentants, en France).
SYMPATHIE(n.f.): Fait de partager certains sentiments (joie, peine...) avec une personne.
SYMPTOME (n.m.) : manifestation objective d’une maladie, d’un état particulier, d’un problème.
SYNÉRESE(n.f.): en poésie, fait de prononcer une diphtongue d'une seule émission de voix, afin qu'elle ne
     compte qu'un pied. (ex: " pia/no"= deux syllabes)
SYNONYME (adj. et n.m.): Se dit de mots ayant presque le même sens (ex.: "avenue" et "boulevard").
SYNOPTIQUE(adj.): Qui permet de visualiser, en un seul tableau, l'essentiel des informations à connaître ou à
     retenir
SYNTHESE(n.f.): 1° Opération intellectuelle qui consiste à assembler en un tout plusieurs éléments de
     connaissance. 2° Combinaison, fusion de deux idées ou arguments opposés, en vue d'une réponse à une
     problématique.
SYPHILLIS (n.f.) : Maladie infectieuse, sexuellement transmissible ; mieux connue aujourd’hui et mieux
     traitée, elle a causé des ravages à la fin du 19e s. en Europe.
SYSTEME(n.m.): Appliqué à la littérature, le terme désigne un ensemble d'images, de thèmes, de personnages
     ayant des relations étroites entre eux et formant un tout significatif. On parle du "système des
     personnages", dans un livre.


                                                      T
TABOU (n.m.) : Tout sujet dont on évite de parler, dans la société ou au sein de la famille.
TACITE (adj.): Qui est sous-entendu, qui n'a pas besoin d'être dit
TACITURNE (adj.) : Qui reste silencieux, d’humeur morose et sombre.
TACTILE (adj.): Qui se rapporte au toucher.
TAILLER LA PART DU LION (SE) : Se réserver la part la plus importante dans une distribution, un partage,
     en raison de son rang ou statut social.
TAILLEUR (n.m.) : Spécialiste de l’habillement sur mesure ; très à la mode dans certains milieux, avant
     l’arrivée du prêt à porter.
TALION (n.m.): Châtiment, dans l'Antiquité la plus reculée, qui consistait à infliger au coupable le traitement
     même qu'il avait fait subir à sa victime.
TANTALE (nom propre) : Roi, dans la mythologie grecque, que les dieux auraient puni pour avoir révélé leur
     secret ; il aurait été condamné à voir une branche pleine de fruits reculer au fur et à mesure qu’il essayait
     de l’attraper. On parle du « supplice de Tantale ».
TAPUSCRIT (n.m.) : brouillon, tapé à la machine, d’un écrivain.
TARD [SUR LE] : pendant la vieillesse, ou vers la fin de la vie. Avoir des enfants sur le tard.
TATONS [à] : 1. En tâtonnant, à l’aveuglette ; 2. sans méthode, au hasard.
TELLURIQUE (adj.): Qui provient de la terre. (une secousse tellurique = un tremblement de terre).
TEMOIN DIRECT (n.m.) : Personne ayant assisté elle-même à une scène.
TEMPS (ETRE EN AVANCE SUR SON TEMPS) : Montrer, par une attitude d’esprit moderne et ouverte,
     qu’on peut dépasser la société de son époque (avec ses préjugés, ses habitudes) et se projeter dans
     l’avenir.
TENDRETÉ (n. f.) : Etat de ce qui est tendre (à propos des aliments en particulier)
TENEUR (n.f.) : Contenu exact d’un écrit officiel, d’un article ou d’une lettre.
TENSION DRAMATIQUE : au théâtre, dans un film ou un livre, moment où l’action se précipite et le drame
      atteint son point culminant.
TERCET (n.m.): Ensemble cohérent de trois vers.
TERNAIRE (adj.): Formé de trois éléments; "rythme ternaire".
TERRAIN [HOMME ou FEMME DE] : personne qui a le contact avec les réalités concrètes de son travail , de
      son entreprise.
TETE DE TURC (n.f.): Personne qui subit toujours les plaisanteries, les railleries des autres.
TÊTE (FEMME DE) : femme intelligente et déterminée, dans ses choix et ses actions.
THEOLOGIEN (n.m.) : Homme, souvent religieux, spécialiste des questions en rapport avec Dieu.
THERAPIE (n.f.) : 1. ensemble des soins permettant de traiter une affection 2. Synonyme de psychothérapie
THESE(n.f.):1° Idée que l'on affirme en l'argumentant et en l'illustrant d'exemples. 2° Ouvrage universitaire
      écrit sur un sujet donné qui permet d'atteindre, après le master, le plus haut niveau d'études (le doctorat).
TIMORÉ (adj.): Qui est trop méfiant, trop attaché à ses habitudes, qui craint le risque ou les responsabilités
TIRAILLER : 1. Tirer à plusieurs reprises. 2. (sens fig.) : solliciter quelqu’un de manière contradictoire et
      désagréable. ex. : Etre tiraillé par des envies contradictoires.
TIRE A PART (n.m.) : Edition autonome d’un extrait d’ouvrage ; ex. : une nouvelle, prise dans un recueil, peut
      faire l’objet d’un tiré à part.
TIRE-AU-FLANC (n.m.) : Paresseux, en langage familier
TISONNIER (n.m.): Longue barre de fer utilisée pour remuer les braises.
TITANESQUE (adj.) : Digne des titans ; dont la taille, le bruit sont d’une ampleur démesurée.
TOHU-BOHU (n.m.) : Bruit confus, tumulte bruyant.
TOILE DE FOND (n. m.) : décor dans lequel se déroule un récit, et qui sert de cadre aux personnages.
TOILETTE (n.f.): Vêtements que porte une femme.
TOLLÉ (N. M.): Mouvement collectif de rejet dans la population d’une œuvre littéraire ou artistique, d’une idée
      ou d’une personne.
TOPOS (n.m.) : cliché, idée trop souvent utilisée dans la littérature. La fuite du temps est un topos de la
      littérature romantique.
TORPEUR (n.f.) : Paresse, état d’abattement et de ralentissement de l’activité.
TOTALITARISME (n.m.) : Dictature, système politique dans lequel toute opposition est interdite.
TOUFFU (adj.) : Qui contient trop de ramifications, de situations et de personnages à propos d’un roman en
      particulier.
TOUR D’IVOIRE : Image utilisée pour désigner le lieu où l’on croit pouvoir, par orgueil, se retirer du monde,
      de la société, et abandonner toute responsabilité. Se retirer dans sa tour d’ivoire
TOURBE (n.f.): (vieilli) synonyme de populace.
TRAITS (A GRANDS) : Rapidement, sans donner de détails. Exécuter une esquisse à grands traits.
TRANCHE, EE (adj.) : se dit de deux couleurs, deux sentiments, ou idées qui s’opposent fortement.
TRANCHEFILE (n.m.): Petit ruban, attaché au dos d'un livre, servant de marque-page.
TRANSCENDER: Dépasser en étant supérieur ou d'un autre ordre, se situer au delà d'une réalité donnée (ex.:
      "l'art transcende la nature"; "l'optimisme de cet auteur transcende la noirceur du monde dans lequel il
      vit".)
TRANSGRESSER : Faire un acte interdit par la morale, la religion, la société.
TRANSGRESSION (n.f.) : acte interdit par la morale, la religion, la société.
TRANSMUER: Transformer une substance (comme les alchimistes, au Moyen Age).
TRANSSUBSTANCIATION (n.f.) : Dans la religion chrétienne, fait de transformer l’hostie en corps du Christ,
      au moment de la messe.
TRAPU, E (adj.) : fort et corpulent.
TRAVELLING (n.m.): Au cinéma, mouvement de la caméra, placée sur un chariot glissant sur des rails.
TRICOTAGE (DU RECIT) : Ensemble des techniques narratives qui contribuent à structurer l’écriture d’une
      œuvre de fiction. Le retour des personnages, le traitement du temps et de la temporalité, l’énonciation et
      le découpage du récit en chapitres font partie du tricotage du récit.
TRILOGIE (n.f.) : Ensemble de trois œuvres romanesques ou théâtrales qui se suivent dans la logique du récit.
TRIO(n.m.): 1° Formation de trois musiciens, ou chanteurs; 2° Groupe de trois personnes.
TRIPTYQUE (n.m.) : tableau divisé en trois panneaux.
TRIVIAL,E (adj.): Qui témoigne, à propos d'une personne ou d'un style, d'une certaine vulgarité ou obscénité.
TROGLODYTE (n.m. et adj.): qui habite dans des grottes.
TROMPE-L’ŒIL (n.m.) : Type de peinture cherchant à créer l’illusion de la réalité par des jeux de perspective
     et de tridimensionnalité.
TRONQUER: Retrancher à un texte, un livre, un détail important ; couper plusieurs éléments grammaticaux
     d’une phrase.
TRUISME (n.m.): Vérité évidente, qui prête à rire ou sourire (ex: "Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée")
TULLE (n.m.) : fine dentelle.
TUMULTUEUX, -EUSE (adj.) : qui se fait avec agitation, qui donne une impression de désordre et
     d’instabilité. Mener une vie tumultueuse.
TURPITUDE (n.f.) : [vieilli, et souvent employé de façon ironique] Action honteuse.
TUTELLE (n.f.) : Etat de dépendance d’une personne soumise à une surveillance gênante.
TYPOGRAPHIE (n.f.): Manière dont un texte est imprimé (caractères d'imprimerie, mise en page, etc.)


                                                       U
UBIQUITÉ ( n. f.) THEOL Qualité propre à Dieu d’être présent partout en même temps. Par exagération. Avoir
     le don d’ubiquité: être partout à la fois.
UBUESQUE(adj.): Un peu fou, à la manière du père Ubu, personnage d'Alfred Jarry.
ULCERE (n.m.) Med. Plaie de la peau ou d’une muqueuse, causée par une infection ou une irritation, et qui ne
     cicatrise pas normalement. (avoir un ulcère à l’estomac)
UNILATERAL,E (adj.): Qui ne se développe que d'un côté.
UNIS COMME LES DOIGTS DE LA MAIN : expression signifiant que les personnes sont parfaitement
     solidaires entre elles.
USURIER(n.m.): Autrefois, personne qui prêtait de l'argent (en fixant des taux d'intérêt élevés).
USURPER : prendre un bien, un titre qui ne nous appartient pas.
UTOPIQUE(adj.): Qui tient de l'utopie, d'un idéal politique ou social qui ne tient pas compte de la réalité et
     donc reste irréalisable.


                                                       V
VANITÉ (n.f.): prétention, étalage grossier de ses qualités.
VANITEUX, -EUSE (adj.) : Qui étale grossièrement ses qualités
VANTARD , DE (adj.) : Qui se vante de façon exagérée
VANTARDISE(n.f.): fait de se vanter.
VASEUX, VASEUSE (adj.) : 1. Qui contient de la vase 2. fam. Qui se trouve dans un état de malaise, de
     faiblesse.
VAUDEVILLE(n.m.): Comédie légère, fertile en intrigues amoureuses et toujours bâtie sur le même schéma.
VEINE (n.f.) : Se dit du type de style, d’inspiration, d’un artiste ou d’un écrivain. (ex. : écrire dans la veine de
     Voltaire)
VEINE : DANS LA VEINE DE… : De la même sorte que…, de la même inspiration que…
VÉLAIRE (adj. et n.f.): Se dit d'une lettre (voyelle ou consonne) dont la prononciation se fait en arrière du voile
     du palais (velum, en latin); sa sonorité est dure. Ex. de vélaires: "k" (dans cape), "gu"(dans garde) "r"
     (dans raréfié).
VELLÉITAIRE (adj.) : Qui a des désirs passagers et superficiels, qui n’arrive pas à aboutir à une décision.
VELLÉITÉ(n.f.): Désir passager et superficiel, qui n'aboutit pas à une décision.
VENENEUX, SE (adj.) : qui contient du poison. Syn. : venimeux.
VERBICRUCISTE (n.m.) : personne qui aime concevoir des grilles de mots croisés.
VEREUX(adj.): Malhonnête(pour un juge, un policier, un avocat, etc.)
VERMEIL, ELLE (adj.) : d’un rouge vif.
VERNIS(n.m.): expr. "avoir un verni de...": n'avoir que l'apparence superficielle d'un sentiment, d'un savoir.
VERROTERIE(n.f.): Petits bijoux de verre coloré, sans grande valeur.
VERS FAUX(n.m.): Vers qui contient un nombre de pieds inférieur ou supérieur au nombre voulu par le mètre.
VERS LIBRES(n.m.pl.): Vers qui ne riment pas, et qui ont un nombre de pieds indéterminé.
VERSATILE(adj.): inconstant, qui change souvent de sentiments, d'opinion.
VERSIFICATION (n.f.) : Ensemble des procédés à connaître et à maîtriser pour fabriquer des vers.
VERVE(n.f.): fait de dire des paroles brillantes, pleines de fantaisie et d'imagination.
VESTIBULE (n. m.) : Pièce d’entrée d’une maison, d’un appartement.
VEULE (adj.) : Qui manque de volonté, d’énergie ; syn. : lâche.
VICE-VERSA: locution latine qui signifie "et inversement".
VICTORIEN, ENNE (adj.) : Relatif au règne de la reine Victoria, en Angleterre (1837-1901) ; cette époque a
      été marquée par un grand conservatisme, et une célèbre rigidité des mœurs.
« VIEUX COUPLE » (expression fam.) : se dit d’un couple prompt à se disputer, ou à se taquiner pour des
      choses insignifiantes.
VIGNETTE (n. f.) : cadre dans lequel est fait le dessin dans les bandes dessinées.
VIRAGO (fam.) : se dit d’une femme hommasse, qui a perdu toute féminité.
VIRGINAL (adj.): Propre à une vierge.
VISUEL (adj.): qui se rapporte à la vue.
VITRIOL (AU) : se dit d’un livre, d’une peinture, d’un film qui attaque avec la plus grande violence une
      personne ou une chose. Faire un tableau au vitriol de la société française.
VOLAGE (adj.): Qui change souvent de sentiments, qui se détache facilement de la personne aimée.
VOLUPTUEUX, -EUSE (adj.) : Qui fait éprouver du plaisir.
VOYELLE FERMÉE: cf. « u » dans rue, « i » dans rire
VOYELLE OUVERTE: cf « a » dans pâte, « oi » dans roi
VOYEURISME (n.m.) : Fait de se sentir attiré par des spectacles plus ou moins malsains.
VRAISEMBLABLE (adj.): Qui a tout les traits du vrai; qui peut facilement être cru.
VULGARISATION (n.f.): simplification de notions difficiles (dans le domaine scientifique en particulier) pour
      les faire comprendre à tous (dans les journaux, les reportages).


                                                    X
XENOPHOBE(adj.): Qui refuse, qui n'aime pas les étrangers. Syn.: raciste.


                                                     Z
ZEUGMA(n.m.): Procédé de style qui consiste à réunir dans la même phrase un mot concret et un mot abstrait
    et de les faire dépendre du même verbe (ex.: "J'ai secoué la sueur et le soleil[...] Camus).
ZOOM (n.m.) : objectif à focale variable permettant d’éloigner ou de rapprocher le sujet filmé ou photographié.


pour présenter les entrées du dic. ctr + t

								
To top