UCBA rapport annuel 2010

Document Sample
UCBA rapport annuel 2010 Powered By Docstoc
					UCBA Rapport annuel 2010


AUX COTES DES PERSONNES AVEUGLES ET SOURDAVEUGLES
L’UCBA s’engage jour après jour pour permettre aux personnes aveugles, sourdaveugles et
malvoyantes de gérer et de déterminer leur existence par elles-mêmes.


Prestations directes au service des personnes concernées
   Nous conseillons et accompagnons les personnes sourdaveugles et malentendantes-
    malvoyantes.
   Nous développons et diffusons, à des prix équitables, des moyens auxiliaires spécialement
    destinés aux personnes aveugles, sourdaveugles, malvoyantes et malentendantes-malvoyantes.
   Dans notre centre de compétences pour moyens auxiliaires optiques, nous montrons aux
    personnes malvoyantes comment optimiser leurs capacités visuelles grâce à des lunettes-
    loupes, des appareils de lecture et d’autres moyens auxiliaires optiques.
   Nous menons des recherches, formons du personnel et informons les personnes intéressées
    dans le domaine de la Basse Vision, c’est-à-dire dans l’optimisation du potentiel visuel restant
    des personnes malvoyantes.


Prestations de l’organisation faîtière
   Nous organisons des cours de formation continue pour le personnel spécialisé travaillant avec
    des adultes et enfants sourdaveugles, aveugles, malentendants-malvoyants et malvoyants.
   Nous informons le public sur le handicap visuel et ses conséquences.
   Nous gérons une bibliothèque pour le personnel spécialisé et les personnes intéressées.
   Nous coordonnons la collaboration et la défense des intérêts dans le domaine du handicap
    visuel.


En 2010, l’UCBA a :
   dispensé 13’706 heures de consultation pour les personnes sourdaveugles et malentendantes-
    malvoyantes.
   organisé 141 cours, manifestations, ateliers et semaines de vacances pour les personnes
    concernées.
   remis 32'742 moyens auxiliaires à des personnes aveugles, malvoyantes et sourdaveugles.


                                                 -1-
   formé 612 professionnels au travail avec les personnes concernées.
   distribué 130'992 brochures d’information, lunettes de simulation et bandeaux obscurcissants,
    etc.


Nos bénévoles ont
   consacré 20’445 heures d’accompagnement aux personnes sourdaveugles et malentendantes-
    malvoyantes.




                                               -2-
Table des matières


6e révision de l’AI : le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions........................................5
          Jusqu’à ce jour pas de mesures légales ...................................................................................5
          La décision est prise consciemment .........................................................................................5
          Une nouvelle image des personnes avec un handicap .............................................................6
Nous avons dirigé et été dirigés .......................................................................................................7
          Succès importants pour l’UCBA ................................................................................................7
          Contrats de prestations sans prise en compte du renchérissement ..........................................7
          Réaliser le souhait d’un centre de recherche ............................................................................8
Formation de base et formation continue ........................................................................................9
          Nouveaux cours pour le personnel spécialisé en réadaptation .................................................9
          Une formation à trois niveaux ...................................................................................................9
          Le processus de reconnaissance est en cours .......................................................................10
Défense des intérêts ........................................................................................................................13
          Le lobbying politique : difficile, mais intéressant et instructif ...................................................13
          Test pratique au Parlement.....................................................................................................13
          Augmenter notre visibilité .......................................................................................................14
Finances, controlling et gestion électronique des données GED ................................................15
          Un jalon dans la saisie du temps de travail et des prestations ................................................15
          „My-Time― : une „success story― .............................................................................................16
          Succession à la direction du département ..............................................................................16
Relations publiques et recherche de fonds ...................................................................................17
          Renverser l’image des aveugles .............................................................................................17
          Mise en place de notre nouvelle image...................................................................................17
          Affectation pour les legs .........................................................................................................18
          Canne blanche dans le trafic ..................................................................................................18
Consultation pour personnes sourdaveugles et malentendantes-malvoyantes .........................20
          La recherche est importante ...................................................................................................20
          Étude sur la situation de vie terminée .....................................................................................21
          Court-métrage pour sensibiliser et informer ............................................................................21
Moyens auxiliaires ...........................................................................................................................24
          Nouvelle direction du département .........................................................................................24
          Relations avec l’Afrique du Sud et la France ..........................................................................24
          Techniques pour la reconnaissance des couleurs et de l’écriture ...........................................24
          Adieu à la ludothèque .............................................................................................................25
Basse Vision et moyens auxiliaires optiques ................................................................................27
          Cours „Importance de l’optique dans le processus de réadaptation― .......................................27

                                                                    -3-
          Possibilité de mesurer la capacité visuelle par les contrastes clair-obscur ..............................27
Fondations et entreprises ayant généreusement soutenu l’UCBA en 2010 ................................30
          Fondations et institutions ........................................................................................................30
          Entreprises .............................................................................................................................32
Organigramme (seulement dans la version imprimée) .................................................................33
Comptes départements 2010 en kCHF ........................................................................................... 38
Rapport de l’organe de révision .....................................................................................................39
Le comité de l’UCBA ........................................................................................................................40
Organisations membres de l'UCBA ................................................................................................42
          Membres ordinaires (organisations et sections) ......................................................................42
          Sections de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants FSA, Berne ............................43
          Sections de l'Action Caritas suisse des Aveugles CAB, Zurich ...............................................43
          Sections de l'Union suisse des aveugles USA, Zurich ............................................................43
          Membres associés..................................................................................................................44
Commissions et groupes de travail de l’UCBA..............................................................................45
          Commissions de l’UCBA .........................................................................................................45
          Autres commissions et groupes de travail...............................................................................45
          Relations entre l’UCBA et d’autres organisations suisses et internationales ...........................45
Collaboratrices et collaborateurs de l’UCBA .................................................................................47
          Direction .................................................................................................................................47
          Consultation pour personnes sourdaveugles ..........................................................................47
          Moyens auxiliaires ..................................................................................................................48
          Ludothèque (jusqu’au 31.1.2011) ...........................................................................................48
          Formation continue .................................................................................................................48
          Centre de compétences pour moyens auxiliaires optiques .....................................................49
          Relations publiques et recherche de fonds .............................................................................49
          Bibliothèque spécialisée .........................................................................................................49




Information: le rapport annuel peut être téléchargé sur notre site Internet www.ucba.ch en format
Word ou PDF.




                                                                       -4-
6e révision de l’AI : le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions



Donner à 16'000 personnes handicapées une place de travail dans l’économie ordinaire, voilà un
projet mobilisateur, plein de promesses et de bonnes intentions. Mais comme disait ma grand-mère,
le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Au-delà de la chasse aux abuseurs, où le législateur dit avoir identifié des gisements d’économie et
que les services concernés ne trouvent pas, le débat n’a pas vraiment dépassé le cadre du constat
financier que les rentes coûtent de l’argent et ne rapportent rien. En particulier aucune mesure n’a été
imaginée pour permettre aux personnes handicapées avec capacité de travail résiduelle de prendre
le risque d’entrer sur le marché du travail, ni pour contraindre les employeurs, ou mieux les
encourager, à chercher des solutions novatrices pour les accueillir.




Jusqu’à ce jour pas de mesures légales

Les propos des représentants du patronat, lors de notre assemblée des délégués 2010, ont été
exemplaires. Leur position peut en substance se résumer ainsi « La responsabilité sociale et éthique
(RSE) des patrons est entière, il suffit de leur demander de la bonne volonté et ils trouvent les
solutions ».

Oui, cette bonne volonté existe, mais si c’était si simple, cela se saurait ! Depuis son entrée en
vigueur en 1961, la LAI prône la réadaptation avant la rente et ne prévoit aucune mesure incitative ou
contraignante du côté des employeurs. 50 années de pratique montrent que c’est insuffisant. Chaque
intégration professionnelle est le résultat d’un faisceau de synergies, de compromis, d’ajustements
réciproques et de bonne volonté. C’est un processus de plusieurs mois, d’évaluations préalables, de
discussions, de compléments de formation, d’essais et de réajustements pour réussir une intégration
professionnelle. Alors vouloir mobiliser par décret 16'000 bonnes volontés supplémentaires sans
aucune mesure d’encouragement ou de contrainte relève simplement de la naïveté.




La décision est prise consciemment


Or nos députés sont loin d’être naïfs. Ils ne sont pas non plus mal informés. Nos organisations ont
déployé un intense travail de lobby pour leur exposer la situation, démontrer la complexité du
processus et la nécessité de mesures facilitatrices tant du côté du demandeur d’emploi (elles
existaient déjà dans la LAI d’origine et la 5e révision les a partiellement renforcées) que du côté de

                                                  -5-
l’employeur. Or celles-ci manquent dès le début dans la LAI, et les « chambres » viennent d’en
refuser l’introduction. Ils ont décidé en toute connaissance de cause.

Je n’ose pas imaginer que l’intention des opposants aux mesures facilitatrices du côté des patrons
soit la volonté d’un simple transfert cynique de la charge financière fédérale de la solidarité pour
l’insertion professionnelle des handicapés à la caisse des cantons ou des communes au titre de
l’assistance aux indigents.




Une nouvelle image des personnes avec un handicap

Peut-être que l’image des personnes handicapées doit être revisitée. Il faut mettre la « défectologie »
au vestiaire et axer la communication sur la personnalité et les compétences des personnes
concernées, pas sur ce qui, accessoirement, leur manque. Le récent épisode relatif à la candidature
de deux personnes handicapées de la vue dans un exécutif municipal, ou cantonal respectivement,
en est la parfaite illustration. Tout ou presque a été dit sur les difficultés, le besoin d’aide et les
limitations dues au handicap. Pas une ligne n’a été écrite sur leurs compétences intrinsèques ou leur
personnalité. Leurs capacités spécifiques notamment de synthèse ou de relations interpersonnelles
développées, voire hypertrophiées, en raison du handicap n’ont pas été évoquées.

A bien réfléchir, j’aimerais vraiment que la réalité donne tort à ma grand-mère et que les 16'000
personnes concernées trouvent leur place dans l’économie.


Dr André Assimacopoulos, président




                                                     -6-
Nous avons dirigé et été dirigés

En tant qu’acteurs de notre organisation, il nous faut reconnaître que nous ne sommes pas seulement
dirigés par notre propre volonté de changer les choses. Au contraire, nous devons aussi être ouverts
à la possibilité d’être dirigés et influencés par la situation qui nous entoure. L’un ne va pas sans
l’autre! Au niveau de notre organisation faîtière, se laisser diriger veut dire savoir reconnaître les
courants de notre société et écouter nos nombreux partenaires – les personnes aveugles et
sourdaveugles, le personnel spécialisé, les représentants des organes dirigeants, ainsi que les
directeurs de nos organisations membres. Diriger veut dire entendre cette pluralité d’intérêts,
d’attentes et de valeurs, la comprendre et la transformer en des solutions les meilleures possibles.



Succès importants pour l’UCBA
Cette année, nous avons réussi – comme cela avait été le cas en 2009 avec la reconnaissance de la
profession d’„instructeurs de chiens-guides d’aveugles― par l’Office fédéral de la formation
professionnelle et de la technologie (OFFT) – à obtenir la reconnaissance de l’ensemble de nos
formations certificatrices dans le domaine de la réadaptation de personnes aveugles et
sourdaveugles. Au terme d’un processus complexe, nous avons établi cette année un programme de
formation modulaire et moderne pour toutes les formations de réadaptation. La structure du
curriculum, qui va de la formation de base polyvalente à la spécialisation en orientation et mobilité, en
activités de la vie journalière ou en Basse Vision, permet maintenant à nos organisations membres de
former de façon optimale leur personnel spécialisé à des tâches qui ne cessent de se complexifier.
De plus, nous constatons avec soulagement que l’excellente coopération avec nos associations
membres permet beaucoup plus facilement à l’UCBA de contrôler et d’améliorer continuellement la
qualité des formations de réadaptation mandatées par l’OFFT.
Cette année a également été marquée par la révision de l’ensemble de notre identité visuelle. Nous
avons entièrement revu notre logo, les couleurs de notre corporate design et les messages principaux
définissant nos activités. La forme géométrique claire du logo et l’effet obtenu par l’ellipse dans
UCBAveugles transmet maintenant un message beaucoup plus congruent avec la définition que nous
avons de nous-mêmes en tant qu’organisation faîtière solide et transparente, mais aussi innovatrice
et capable de proposer des idées originales.



Contrats de prestations sans prise en compte du renchérissement
À la fin de l’année, nous avons reçu de l’Office fédéral des assurances sociales les contrats de
prestations pour la période 2011-2014. Les contrats de prestations fixent officiellement les droits et
les devoirs associés aux montants alloués par l’assurance invalidité pour les prestations de
consultation et de réadaptation de l’UCBA. Les montants de l’OFAS couvrent environ 38% du budget
général de l’UCBA. L’argent restant doit être obtenu par d’autres moyens grâce au déploiement d’une


                                                   -7-
quantité considérable d’initiative personnelle. Il est vrai que nous sommes satisfaits d’avoir obtenu de
l’OFAS l’assurance du maintien de sa part de financement à moyen terme. Nous apprécions
également la pertinence des directives de controlling concernant l’octroi de moyens du dispositif de
l’article 74 de l’OFAS. Nous déplorons cependant que le Conseil fédéral ait ordonné à l’OFAS – en
plus d’autres réductions – de renoncer à la compensation du renchérissement, ce qui a pour
conséquence de désavantager sciemment les organisations privées par rapport à l’administration
publique. Les organisations sociales privées du secteur tertiaire, de par leur mission intégrative,
apportent une contribution importante à la société! Mais le principe du contrat de prestations fait des
organisations privées le dernier maillon de la chaîne. C’est pourquoi nous devrons nous engager afin
que les organisations du tertiaire ne fassent pas les frais de la pression engendrée par le manque de
ressources des finances publiques.



Réaliser le souhait d’un centre de recherche
Dans le courant de cette année, nous serons en mesure de réaliser le souhait qui existe depuis
longtemps d’associer un centre de recherche à l’UCBA. Nous désirons à l’avenir conduire de façon
beaucoup plus pointue des recherches sur toutes les questions importantes touchant au handicap
visuel et à la cécité, ainsi qu’à leurs conséquences. Le centre de recherche aura pour mission, en
association avec les organisations membres de l’UCBA, de découvrir où se situent les manques au
niveau des connaissances, d’étudier la littérature secondaire existante, de formuler des mandats de
recherche, puis de les transmettre à des instituts scientifiques et d’en assurer le suivi et le contrôle de
façon continue.


Pour finir, j’adresse mes remerciements à nos nombreux collaborateurs bénévoles, qui, dans toute la
Suisse, ont contribué généreusement à faciliter la gestion du quotidien et, d’une façon générale, le
bien-être des personnes atteintes de handicap sensoriel. Je souhaite également remercier nos
représentants et représentantes bénévoles au sein du comité et dans les commissions de l’UCBA. Le
fonctionnement de la dialectique entre diriger et être dirigé prend sa source avec les membres du
comité de l’UCBA, qui sont pour leur part les représentants et représentantes de nos organisations
membres et ont contribué avec pertinence à renforcer les liens entre les organisations d’aveugles et
de sourdaveugles. Je remercie aussi tous les collaborateurs de l’UCBA. Ils ont contribué à une
augmentation constante de notre productivité et de la qualité de notre travail et ont créé, tant au
niveau externe qu’au niveau interne, un climat de travail généralement réconfortant, ce qui nous a
permis de concentrer toutes les ressources dont nous disposons à l’accomplissement et l’optimisation
de notre offre de prestations.


Matthias Bütikofer, directeur




                                                   -8-
L’UCBA en tant qu’organisation faîtière


Formation de base et formation continue

„L’UCBA propose une large palette de cours de sensibilisation, de perfectionnement et de formation
continue permettant au personnel spécialisé de développer ses compétences théoriques et pratiques
de façon pointue et d’apporter ainsi avec compétence un soutien aux personnes aveugles et
malvoyantes.“
Thomas Dietziker, Comité UCBA



Nouveaux cours pour le personnel spécialisé en réadaptation
Il ne fait aucun doute que le département de la formation continue s’est focalisé en 2010 sur le
nouveau cursus de formation pour „Spécialiste en réadaptation de personnes malvoyantes et
aveugles―, qui a été mis en place et élargi. A côté de cela, d'autres cours de formation continue ont
été proposés en Suisse romande et en Suisse allemande. Certains cours étaient destinés à un public
large dans le domaine de la typhlophilie alors que d'autres s'adressaient à des spécialistes, qu'ils
soient instructeurs en orientation et mobilité ou en Basse Vision, enseignants spécialisés, opticiens
diplômés ou orthoptistes.


L’UCBA procède de façon pragmatique dans le développement de nouveaux cours après avoir
déterminé les objectifs d’apprentissage principaux, les intervenants ont établi les concepts de leur
cours sur la base de leur propre expérience. Les cours déjà existant ont été améliorés et mis à jour
de façon continue grâce aux évaluations régulières des participants et des responsables des cours.



Une formation à trois niveaux
En plus de la mise en place et de l’élargissement de nouveaux cours, nous nous sommes concentrés
sur le développement général de la formation de „Spécialiste en réadaptation de personnes
malvoyantes et aveugles―.


Cette formation s’articule en trois niveaux de formation. Le premier niveau se compose de huit cours
de base et est ouvert à toutes les personnes intéressées. Les personnes qui ont participé aux huit
cours, d’une durée de un à trois jours chacun, ont la possibilité de prendre part à un examen écrit de
deux heures afin de certifier le niveau 1.


Le deuxième niveau de formation a pu être proposé pour la première fois en 2009 et 2010. Les quatre
cours de cinq à six jours chacun sont destinés à tous les participants à la formation, indépendamment
de leur choix de spécialisation.


                                                  -9-
Le cours de base en Basse Vision donne des bases d’optique, les cours en orientation et mobilité et
activités de la vie journalière enseignent des techniques pouvant être utilisées avec les personnes
atteintes de handicap visuel, le cours d’introduction dans le domaine de l’informatique spécialisée
montre aux participants comment des moyens auxiliaires, tels que les programmes informatiques
spéciaux, le téléphone portable ou le Milestone peuvent être utilisés. À ce niveau, chaque cours fait
l’objet d’un examen séparé.


Le troisième niveau de formation sera proposé en 2011 et 2012, tout d’abord pour la spécialisation en
Basse Vision. À fin 2010, toutes les places disponibles pour les cours correspondants en Suisse
alémanique étaient déjà prises. En Suisse romande, 10 personnes environ sont inscrites. Ces
prochaines années, il est prévu d’organiser un cours de spécialisation en „orientation et mobilité―, puis
en „activités de la vie journalière― en Suisse alémanique. Nous avons déjà des inscriptions pour le
prochain cours de spécialisation en „Basse Vision―.


Le coût élevé de la réalisation des modules de spécialisation est toutefois un gros défi pour l’UCBA;
le financement à long terme n’est pour le moment pas encore assuré.



Le processus de reconnaissance est en cours
La reconnaissance des formations par l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la
technologie OFFT constitue un autre défi. Les premières discussions ont révélé que la formation
correspondrait plutôt au profil d’un „examen professionnel supérieur―, qui correspond à une formation
continue qualifiée dans le domaine professionnel. Suite à quelques rondes de consultation entre
l’OFFT, „Savoir Social― (organisation faîtière suisse du monde du travail du domaine social) et le
département de formation continue, nous avons été en mesure à la fin de l’année de créer le
règlement d’examen et les directives et de les faire traduire dans les trois langues nationales. La
publication des deux documents dans la Feuille des avis officiels est prévue pour début 2011 et la
signature du règlement d’examen par l’Office fédéral devrait suivre.




Formation continue du personnel spécialisé en chiffres
Total nombre de cours
                                                                       2010            2009
En Suisse alémanique                                                   33              21
En Suisse romande                                                      14              11
Total                                                                  47              32


Total nombre de participants

                                                 - 10 -
                                                                 2010           2009
En Suisse alémanique                                             479            288
En Suisse romande                                                133            209
Total                                                            612            497


Nombre de cours et de participants en Suisse alémanique
                                 Cours en       Cours en         Participants   Participants
                                 2010           2009             en 2010        en 2009
Cours d’introduction             19             13               291            181
Cours de perfectionnement        8              7                87             100
Journées d’information           0              1                0              7
Cours de formation continue      6              0                101            0
Total                            33             21               479            288


Nombre de cours et de participants en Suisse romande
                                 Cours en       Cours en         Participants   Participants
                                 2010           2009             en 2010        en 2009
Cours d’introduction             11             5                105            51
Cours de perfectionnement        1              2                8              26
Journées d’information           0              3                0              124
Cours de formation continue      2              1                20             8
Total                            14             11               133            209




Bibliothèque spécialisée en chiffres


Nombre d’emprunts
                                                           2010                 2009
Livres                                                     465                  524
Vidéos                                                     42                   39
Cassettes, Dias, CD, CD-rom                                7                    3
DVD                                                        77                   95
Total                                                      591                  661


Emprunts par langue
                                                           2010                 2009


                                             - 11 -
Allemand                                                        548                  575
Français                                                        40                   78
Anglais                                                         3                    8
Total                                                           591                  661




La formation continue du personnel spécialisé dans le domaine du handicap visuel constitue une des
tâches principales de l’UCBA. Le perfectionnement et la formation continue sur divers permettent au
personnel spécialisé d’accompagner et d’aider les personnes aveugles, malvoyantes et
sourdaveugles de façon pertinente. Chaque année, l’UCBA organise pour cela diverses journées
d’information, divers cours d’introduction et de perfectionnement, ainsi que des formations sur
plusieurs semaines. La bibliothèque spécialisée est rattachée au département et propose un large
choix d’ouvrages spécialisés et d’autres supports.




                                                - 12 -
L’UCBA en tant qu’organisation faîtière


Défense des intérêts

„Se faire entendre auprès des représentantes et représentants de notre démocratie afin d’améliorer
la situation de vie des personnes aveugles, malvoyantes et sourdaveugles au niveau législatif est le
premier et principal but de la défense des intérêts.“
Claude Voegeli, co-vice-président de l’UCBA



Le lobbying politique : difficile, mais intéressant et instructif
En été 2009, le Département fédéral de l’intérieur (DFI) a envoyé pour consultation, aux partis et
associations, la proposition concernant la 6e révision de la loi sur l’assurance invalidité. Les
organisations du handicap visuel ont rapidement compris que ce premier paquet de mesures visant à
assainir l’assurance invalidité (AI) était une proposition problématique pouvant avoir des
conséquences graves pour les personnes handicapées et les institutions qui les représentent. Suite à
un appel à la mobilisation de la conférence des organisations faîtières d'aide privée aux handicapés
(DOK), la défense des intérêts de l’UCBA a décidé de s’engager fortement en faveur des intérêts des
personnes handicapées lors du processus parlementaire de législation concernant l’assainissement
de l’AI. Ceci correspond d’ailleurs également à la formulation des objectifs stratégiques de l’UCBA
pour la période 2009-2011, qui parle d’ « améliorer les conditions cadres des institutions suisses du
domaine du handicap visuel fixées par la législation au niveau national et (inter)cantonal en ce qui
concerne la situation de vie des personnes atteintes de handicap visuel ou de surdicécité, ou tout au
moins d’éviter ou de minimiser les dommages qui les menacent. » Dans le cadre d’une campagne
politique en collaboration avec d’autres organisations d’aide aux handicapés et sous la direction de
AGILE (organisation faîtière des groupes d’entraide suisses), des « tandems de lobbying » ont été
constitués. Ceux-ci se composaient d’une personne atteinte de handicap (visuel) et d’une personne
non handicapée. Ils ont adressé leurs demandes aux parlementaires fédéraux concernant la révision
6a de l’AI. L’UCBA a mis à disposition de la campagne un des dix tandems de lobbying.



Test pratique au Parlement
La collaboration au sein des tandems de lobbying et avec la DOK a bien commencé. Dans un premier
temps, la DOK a fait parvenir à tous les membres de la commission consultative du Conseil national
et du Conseil des Etats un document rassemblant les exigences politiques des organisations du
handicap, étayées par des faits et des arguments. Dans un deuxième temps, cette procédure a été
appliquée à tous les membres du Parlement. Finalement, les tandems de lobbying se sont adressés
personnellement à certains membres du Parlement. Ce contact direct s’est passé de façon très
prometteuse: de nombreux membres du Parlement ont écouté attentivement, posé des questions,


                                                  - 13 -
entendu les arguments et souvent démontré de la compréhension pour nos demandes. Pour cette
raison, il a été particulièrement amer de constater que les commissions parlementaires n’ont pas tenu
compte des demandes émanant des organisations du handicap (de la vue). Il semble donc que les
politiciens fédéraux se montrent intéressés par les informations qu’ils reçoivent lors des contacts
directs avec les tandems de lobbying, mais qu’ils ne se sentent pas obligés d’honorer leur parole
durant les sessions.


Lors des contacts avec les membres du Conseil national, la tâche des tandems de lobbying a été un
peu plus ardue qu’avec le Conseil des Etats, étant donné que, selon notre stratégie, nous voulions
toucher les représentants du Centre dont le nombre se limitait à deux douzaines de parlementaires
centristes. Dans la salle des pas perdus, nous avons pris contact avec différents membres du Conseil
national: la tâche du partenaire de tandem voyant était de trouver le membre du Parlement recherché
et de le convaincre d’accepter une discussion à laquelle le partenaire handicapé de la vue pouvait se
joindre et apporter des arguments. Le succès des discussions a été très variable – et la déception
politique à nouveau de mise les jours suivants: il est vrai que, pendant les séances, la gauche a émis
diverses réserves qui avaient également été exprimées par les organisations du handicap (visuel),
mais toutes ces idées ont été rejetées par la majorité bourgeoise – y compris la réglementation par
quotas concernant les employés atteints de handicap.

Augmenter notre visibilité
Bien que la défense des intérêts n’ait dans le cas présent pas réussi à se faire entendre, elle tire un
bilan positif de cette expérience: du point de vue du domaine du handicap visuel, l’idée du tandem
pour effectuer du lobbying s’est révélée être bonne. À cause de leurs limitations au niveau visuel, les
personnes aveugles sont confrontées à de grosses difficultés lorsqu’elles tentent de faire du lobbying,
mais leur partenaire leur ouvre les portes pour établir un contact spontané. De plus, les tandems
composés d’une personne qui porte une canne blanche sont bien visibles, en comparaison avec des
personnes atteintes d’autres formes de handicap. Il est vrai que les activités de lobbying ne portent
pas toujours les fruits escomptés. Mais c’est une aventure passionnante et cela permet de créer des
relations et de constituer des réseaux. Les activités politiques permettent aussi de développer et
d’élargir nos connaissances. Finalement, les activités de lobbying permettent de mieux comprendre
comment fonctionnent les rouages de l’état.




                                                 - 14 -
Services centraux de l’UCBA


Finances, controlling et gestion électronique des données GED

„Il est important de traduire notre stratégie dans la réalité des faits, le regard tourné vers l’avenir. Tout
en disposant de données communes, claires et basées sur une confiance réciproque.“
Norbert Laurent, comité UCBA



Un jalon dans la saisie du temps de travail et des prestations


Le 1er janvier 2010, le département des finances, du controlling et de la gestion électronique des
données a posé un jalon avec l’introduction du programme „My-Time―. Jusqu’au 31 décembre 2009,
la saisie du temps de travail et des prestations était effectuée par tous les collaborateurs de l’UCBA
grâce à un programme Access qui était installé sur chacun des environ 70 PC que nous possédons,
afin que les données puissent être enregistrées dans une banque de données locale. De nombreuses
évaluations internes et le reporting annuel de l’OFAS exigeaient que les données soient consolidées
et traitées à St Gall. La structure complexe de l’UCBA – diversité des lieux, départements, tâches et
collaborateurs aux profils très divers – nous a conduits à nous demander comment effectuer la saisie
des prestations sur Internet, ce qui la rendrait fondamentalement indépendante de l’endroit où elle
aurait lieu. De plus, l’UCBA désirait rendre un instrument aussi important que la saisie du temps de
travail et des prestations beaucoup plus sûr au niveau du personnel, c’est-à-dire de faire en sorte que
celle-ci ne dépende plus d’un programmeur qui était le seul à être capable de s’occuper de la
maintenance du programme Access.


Lors de la foire spécialisée des technologies de l’information ORBIT 2008, la direction du
département a pris connaissance de l’existence d’une application Access basée sur une utilisation en
ligne. Un groupe de projet, composé du chef de projet Peter Schläpfer, de l’UCBA, du spécialiste
Access et fournisseur de savoir-faire Karl Lassauer et du concepteur de site Internet Michael Blesi, l’a
adaptée à partir d’août 2009 dans l’idée d’introduire au 1er janvier 2010 pour tous les collaborateurs
de l’UCBA cette application simple, rapide et facile d’accès, qui devrait se révéler intéressante
également pour d’autres organisations du domaine du handicap visuel. La condition principale
requise pour la réussite de ce projet était la collaboration étroite entre Karl Lassauer et Michael Blesi.
Celle-ci s’est très bien déroulée et c’est uniquement grâce à elle qu’il a été possible de réaliser à
moindre coût une application complète et spécialement conçue pour les besoins de l’UCBA en
seulement cinq mois.




                                                   - 15 -
„My-Time“ : une „success story“
Lorsque, à fin décembre 2009, rien encore du programme annoncé lors de la réunion des
collaborateurs de novembre ne fonctionnait par Internet, la version test mise à part, la tension a
atteint son comble et est devenue presque intenable pour les responsables du projet. Mais
finalement, le programme a pu être introduit dans les délais impartis. Lors d’une visite de tous les
bureaux de l’UCBA, tous les collaborateurs ont reçu une formation dans l’utilisation du nouveau
programme. Le programme a été accueilli positivement, en particulier à cause de sa simplicité
d’utilisation, qui permet même aux collaborateurs aveugles de saisir seuls leur temps de travail. Au
cours de l’année 2010, des améliorations et ajouts ont pu être mis en place: la rapidité du programme
s’est constamment améliorée, la version française, ainsi que des applications pour les collaborateurs
bénévoles, les évaluations statistiques et le module de l’animation socioculturelle de la consultation
pour sourdaveugles, y compris la gestion des cours, ont pu être introduits. Cette dernière application
permet de réunir les informations concernant les participants, les cours, les lieux et dates, les lieux de
rencontre et les noms des accompagnants et de les mettre à jour depuis n’importe quel endroit, ce
qui rend caduques d’innombrables discussions et questions de coordination.


Afin de garantir une sécurité à long terme de la gestion et du développement de My-Time, l’entreprise
„my-time.ch SA― a été créée en août 2010. La gestion de tous les droits et programmes a été
réglementée par un contrat avec l’UCBA en décembre 2010. Il est dans l’intérêt de l’UCBA et de my-
time.ch SA de réussir à implanter durablement cette application sur le marché par l’acquisition de
nouveaux clients.



Succession à la direction du département
En vue du départ à la retraite du directeur du département Peter Schläpfer, la recherche d’un
successeur à son poste a pu s’achever avec succès en novembre. Le nouveau directeur Walter
Strässle prendra son poste le 1er avril 2011.




                                                  - 16 -
Services centraux de l’UCBA


Relations publiques et recherche de fonds

„Votre don aide les personnes aveugles, sourdaveugles et malvoyantes à mener leur vie avec le plus
possible d’autodétermination.“
Stefan Zappa, comité UCBA



Renverser l’image des aveugles
Un point particulièrement important de l’année 2010 a été la campagne de sensibilisation « Les
personnes aveugles vous aident volontiers quand elles le peuvent. Merci de les aider vous aussi ! »,
qui a débuté en février avec des spots télévisés et des annonces gratuites. Le but principal de la
campagne, qui doit durer trois ans, est de renverser l’image qui domine dans l’opinion publique à
propos des personnes atteintes de handicap. Au lieu de mettre en avant, comme c’est le cas
habituellement, les manques auxquels les personnes malvoyantes, aveugles et sourdaveugles sont
confrontées au quotidien, la campagne veut mettre en avant les capacités particulières qui permettent
aussi aux personnes concernées d’aider leurs semblables.


Les échos que nous avons reçus concernant la campagne démontrent clairement que l’idée de
représenter les personnes atteintes de handicap visuel comme étant des membres à part entière de
la société a été reçue positivement. Une donatrice nous a écrit par email:


„J’aimerais vous féliciter pour votre campagne actuelle, que ce soit par poste avec les huiles à sentir
ou avec le spot télévisé (ascenseur). Je trouve bien que vous parliez pour une fois des points forts
des personnes concernées et ne les représentiez pas toujours comme des pauvres malheureux dont
il faut avoir pitié. Cela me motive à soutenir votre campagne financièrement. ―



Mise en place de notre nouvelle image
De plus, la mise en place conséquente de tous les instruments de communication de l’UCBA
conformément à notre nouvelle image a reçu toute notre attention en 2010. Après l’introduction d’un
nouveau logo, c’est toute l’image de l’UCBA qui a été remaniée petit à petit. Cela a inclus un nouveau
design de notre site Internet, qui s’est concentré sur la simplicité d’accès et la rapidité dans la
recherche d’informations. De plus, de nouveaux domaines ont été introduits, comme par exemple une
partie concernant le handicap multiple et le handicap visuel. À la fin de l’année, le site a été certifié
par la fondation „Accès pour tous― comme étant accessible pour tous. La réédition de diverses
brochures ayant subi des adaptations au niveau du contenu a également pris en compte la nouvelle




                                                   - 17 -
image d’entreprise de l’UCBA. Ceci est notamment le cas pour la brochure d’information „Bonjour, je
m’appelle―.



Affectation pour les legs
Dans le domaine de la recherche de fonds, nous avons publié en 2010 une nouvelle brochure
concernant les legs. Les legs constituent une partie importante des dons adressés à l’UCBA. Dans ce
contexte, nous sommes souvent confrontés à des questions juridiques et bien entendu à la question
de l’utilisation des legs. Cette brochure répond à ces questions de façon détaillée. Grâce à l’ouverture
de nouveaux fonds, il est maintenant possible de faire des dons pour des objets spécifiques, tels que
la Basse Vision, les moyens auxiliaires ou les prestations pour les personnes sourdaveugles. Ceci
répond à un besoin croissant.



Canne blanche dans le trafic
Finalement, l’UCBA a également développé et coordonné, en collaboration avec la FSA et l’USA, une
journée d’action à l’occasion de la „Journée de la canne blanche―, le 15 octobre 2010. Le slogan
„canne blanche = priorité― a repris le thème de l’année 2008 qui rend attentif au droit de priorité des
personnes aveugles et malvoyantes dans le trafic. À ce propos, des tests ont été conduits dans 15
endroits en Suisse pour vérifier à quel point les conducteurs respectent cette règle et s’arrêtent
effectivement. Les résultats de ces tests, et l‘écho médiatique qu’ils ont reçu, ont montré que la
sensibilisation des conducteurs envers les personnes aveugles et malvoyantes doit rester un aspect
important de notre travail à l’avenir.


Relations publiques en chiffres
Matériel d’information et de simulation, valise d’information
                                                                     2010          2009
Nombre de brochures d’information, lunettes de simulation,           130'881       117’547
bandeaux, films, etc. distribués
Nombre de prêts de la valise d’information                           111           91
Total                                                                130’992       117’638


Actions d’information
                                                                     2010          2009
Nombre d’actions d’information et de sensibilisation, ainsi que      29            31
d’ateliers dans le noir organisés pour des écoles, associations et
groupes
Nombre de participants                                               433           717



                                                  - 18 -
Le département des relations publiques et de la recherche de fonds informe le grand public, le
personnel spécialisé interne et externe au handicap visuel, ainsi que d’autres personnes intéressées
par les thèmes et les développements dans le domaine du handicap visuel et de la surdicécité en
Suisse. De plus, le département publie et distribue du matériel d’information et des revues
spécialisées accessibles tant au personnel spécialisé qu’au grand public. Il met également sur pied,
parfois en collaboration avec des organisations membres, des manifestations et des projets
d’information. La recherche de fonds pour l’UCBA, ainsi que l’information aux donateurs et donatrices
constituent une grande part de ses activités.




                                                - 19 -
Prestations de l’UCBA


Consultation pour personnes sourdaveugles et malentendantes-
malvoyantes

„Sans un soutien professionnel, les personnes sourdaveugles et malentendantes-malvoyantes
courent le risque d’être coupées du monde. Leur qualité de vie, leur confiance en elles et leur
intégration dépendent d’un réseau efficace capable de bien comprendre ce handicap très particulier.
L’UCBA gère très bien ce défi.“
Manuele Bertoli, comité UCBA



La recherche est importante
Pour pouvoir travailler de façon professionnelle, il ne suffit pas de partir d’expériences individuelles et
subjectives. Il faut avoir des connaissances objectives – ceci est vrai également dans la consultation
pour personnes sourdaveugles et malentendantes-malvoyantes. Alors que les entretiens de
consultation individuels mettent en avant les désirs et besoins des clientes et clients, une organisation
spécialisée comme l’UCBA a aussi besoin du regard critique „de l’extérieur― pour accomplir sa tâche
dans le domaine de la surdicécité.


En Suisse, la recherche concernant les conditions de vie des personnes sourdaveugles et
malentendantes-malvoyantes est presque inexistante. La surdicécité est un sujet annexe – ce qui
tient aussi au fait que la surdicécité n’est toujours pas reconnue en tant que handicap à part entière.
Cependant, alors que l’expérience démontre que la surdicécité est plus que le cumul du handicap
auditif et du handicap visuel, il n’existe à ce jour aucune formation spécialisée pour la surdicécité et
très peu de cours dans les hautes écoles suisses ayant trait à ce sujet.


En 2007 déjà, l’UCBA avait mandaté une étude préliminaire sur ce thème. Celle-ci a montré que la
situation de vie des personnes sourdaveugles de naissance et de celles qui sont atteintes du
syndrome d’Usher a été relativement bien étudiée au niveau international. La situation concernant les
autres groupes de personnes concernées, elle, est très peu claire. Ainsi, en 2003 en Suisse, on
évaluait le nombre de ces personnes à environ 1'200. Aujourd’hui, les estimations les plus réservées
parlent d’au moins 10'000 personnes – alors que les estimations les plus larges vont jusqu’à 213'000!
Ces chiffres font apparaître la responsabilité de l’UCBA d’apporter une aide aux personnes
sourdaveugles et malentendantes-malvoyantes dans une toute autre dimension. La grosse différence
entre les chiffres concerne les personnes très âgées. La perte, même très importante des capacités
sensorielles chez ces personnes, n’est souvent pas prise en compte. Les conséquences sont
interprétées comme étant simplement liées au vieillissement ou à des maladies survenant avec l’âge.



                                                  - 20 -
Étude sur la situation de vie terminée
Sur cette base, l’UCBA a mandaté la Haute école intercantonale de pédagogie curative de Zurich afin
qu’elle conduise une recherche. Elle a obtenu pour cela le soutien financier du Fonds national. Les
centres de consultation de l’UCBA ont également apporté leur contribution en se chargeant du
développement des questions de recherche, des contacts avec les personnes concernées et de
réunir les informations statistiques sur ces personnes en contact avec l’UCBA. À toutes les étapes de
la réalisation de l’étude, l’UCBA s’est efforcée d’inclure, autant que possible, les personnes
concernées. Le forum des usagers, un petit „parlement― de personnes concernées venant de toute la
Suisse, a été consulté lors de la planification de l’étude.


L’étude, intitulée „Lebenslagen hörsehbehinderter und taubblinder Menschen in der Schweiz― peut
être téléchargée sur le site Internet de l’UCBA. De plus, les résultats, accompagnés de citations
importantes, ont été publiés dans un article intitulé „Surdicécité: Regardons les choses en face―. Ce
texte, qui présente l’étude sous forme de résumé agréable à lire, est aussi disponible en Daisy en
allemand et en français, et peut être commandé auprès de l’UCBA.



Court-métrage pour sensibiliser et informer
Le travail intensif sur la situation de vie des personnes sourdaveugles et malentendantes-
malvoyantes nous a également conduits à vouloir faire un film sur ce thème. Le nouveau court-
métrage „Deafblind Time: Quand la vue et l’ouïe diminuent― ne parle pas seulement de personnes
sourdaveugles, mais aussi de la surdicécité elle-même et peut être utilisé pour tous les publics. En
plus du film, l’UCBA propose des séances d’information à la carte lors desquelles des questions
concernant la surdicécité sont également évoquées et des exercices de simulation peuvent être
organisés.


Le film a été réalisé avec un budget restreint et a pu être financé entièrement par le sponsoring. Une
particularité du film est le nombre de versions qu’il comporte: on peut le regarder en allemand et en
français, il contient une audio-description, des sous-titres en quatre langues (allemand, français,
anglais et italien) et des versions en langue des signes en allemand et en français. En tout, il est donc
possible de „regarder― le film de 52 façons différentes – ce qui semble déjà constituer un record.




Consultation pour sourdaveugles en chiffres
Nombre d’heures de consultation pour personnes sourdaveugles et malentendantes-malvoyantes et
leurs proches
                                                                2010                  2009
Service social                                                  10’243                9’880
Réadaptation de personnes atteintes de surdicécité              3’463                 3’516

                                                   - 21 -
(orientation & mobilité, activités de la vie journalière et
communication, soutien informatique, consultation pour
moyens auxiliaires)
Total                                                           13’706            13’396


Nombre de cours, de séjours de vacances, de manifestations régionales pour personnes
sourdaveugles et malentendantes-malvoyantes et leurs proches
                                                               Cours en 2010     Cours en 2009
Cours en bloc, entre 2 et 11 jours (y compris les séjours      5                 6
de vacances)
Cours d’une journée                                            48                45
Autres activités (ateliers, bricolages de Noël, fêtes, etc.)   88                89
Total                                                          141               140


Nombre de participants aux cours, séjours de vacances, manifestations régionales pour personnes
sourdaveugles et malentendantes-malvoyantes et leurs proches
                                                               Participants en   Participants en
                                                               2010              2009
Cours en bloc, entre 2 et 11 jours (y compris les séjours      74                64
de vacances)
Cours d’une journée                                            311               291
Autres activités (ateliers, bricolages de Noël, fêtes, etc.)   1'450             1’442
Total                                                          1’835             1’797


Prestations des collaboratrices et collaborateurs bénévoles de l’UCBA
                                                                2010             2009
Nombre de personnes sourdaveugles bénéficiant du travail        347              326
bénévole de l’UCBA
Nombre de collaborateurs bénévoles formés actifs de             286              263
l’UCBA
Nombre de mandats                                               2’865            2’410
Heures d’accompagnement de personnes sourdaveugles              20’445           16’520
effectuées (accompagnement à des excursions, des cours,
des groupes de discussion, des ateliers, des visites chez le
médecin, des vacances, etc.)




                                                    - 22 -
Assistance en communication
                                                               2010                 2009
Nombre de personnes sourdaveugles bénéficiant de               67                   59
l’assistance en communication UCBA/Sonos
Nombre d’assistant-e-s en communication formé-e-s              24                   25
UCBA/Sonos
Nombre de mandats                                              559                  454
Heures d’accompagnement de personnes sourdaveugles             3’976                3’269
effectuées




Les sept centres de consultation pour personnes sourdaveugles et malentendantes-malvoyantes
forment le plus grand département de l’UCBA. Ils s’adressent aux personnes concernées et à leurs
personnes de référence. Une offre variée d’activités de loisirs et de cours est mise à disposition de
toutes les personnes impliquées. La surdicécité engendre de nombreuses difficultés, notamment en
matière de mobilité, de communication et d’accès à l’information. C’est pourquoi le département
propose un soutien aux personnes concernées pour les aider à gérer le mieux possible leur quotidien.




                                                 - 23 -
Prestations de l’UCBA


Moyens auxiliaires

„Les moyens auxiliaires techniques permettent aux personnes aveugles et malvoyantes d’acquérir
une grande autonomie.―
Stefan Zappa, comité UCBA



Nouvelle direction du département
Suite au départ de Kannarath Meystre, qui occupe depuis le 1er septembre 2010 la fonction de
secrétaire central de la FSA, le département des moyens auxiliaires a un nouveau directeur en la
personne de Stephan Mörker. En dehors de ce changement, l’année 2010 a surtout été marquée par
le travail de mise en réseau au niveau national et international. En tant qu’organisation faîtière,
l’UCBA s’efforce de faire progresser la recherche et le développement dans le domaine des
nouveaux moyens techniques pour aveugles et d’adapter et d’encourager les achats en fonction des
besoins des centres de distribution.



Relations avec l’Afrique du Sud et la France
Au niveau international, l’UCBA a pu partager ses expériences dans le domaine de l’audio-
description. A la demande de la FIFA et sous son financement, l’UCBA a conçu un mode d’emploi
pour les descriptions audio de la Coupe du monde de football en été 2010 avec le slogan „de l’Afrique
du Sud pour l’Afrique du Sud―. En se basant sur son expérience avérée dans ce domaine, l’UCBA a
transmis son savoir-faire à des membres de l’association sud-africaine pour aveugles SANCB (South
African Nation Council for the Blind). En collaboration avec une école d’ingénieurs du son de
Johannesburg, l’UCBA a cherché des commentateurs et les a formés en audio-description.


De plus, le département des moyens auxiliaires a pris contact avec l’association Valentin Haüy (AVH)
en France dans le but d’acheter à un prix intéressant un nombre important de moyens auxiliaires qui
seront utilisés principalement en Suisse romande.



Techniques pour la reconnaissance des couleurs et de l’écriture
Parmi les nouveaux moyens auxiliaires qui ont été achetés en 2010, il y a un appareil de
reconnaissance des couleurs pour le Milestone 312 qui s’appelle FAME. Celui-ci est capable de
reconnaître les nuances de couleurs et les contrastes clair-obscur, ainsi que de comparer les
couleurs. Pour le Milestone 312, il existe aussi un lecteur de code-barre qui peut identifier les produits
de la MIGROS et de la COOP et donner leur nom, leur poids et le type de produit dont il s’agit. Pour
cela, le Milestone est équipé d’un Add-On qui prend des photos du code barre. Il est également

                                                  - 24 -
possible, en tant qu’alternative, de relier le Milestone 312 par un câble USB à un scanner à miroir
rotatif qui fonctionne comme les appareils utilisés dans les magasins pour scanner les produits. Il
devient ainsi facile, par exemple, de savoir ce qu’il y a dans une boîte. Finalement, le petit
Flashplayer de la marque Plextalk fait aussi partie des nouveaux moyens auxiliaires. Ce produit
également s’adresse aux utilisateurs ayant des connaissances techniques et est en mesure de lire à
haute voix des documents Word grâce à une carte – et peut ainsi jouer des livres sonores ou des
enregistrement audio complexes.



Adieu à la ludothèque
À la fin de l’année, l’UCBA a dit adieu à la ludothèque de Zollikofen. La ludothèque, avec son offre de
près de 350 jeux et livres d’images tactiles, est la première du genre en Suisse. Elle sera dorénavant
gérée par la fondation pour enfants et adolescents aveugles et malvoyants de Zollikofen, dans
laquelle elle est intégrée depuis longtemps. Les prestations offertes restent les mêmes. L’UCBA
continue à soutenir financièrement la ludothèque.




Moyens auxiliaires en chiffres
Nombre de moyens auxiliaires vendus à des personnes concernées
                                                             2010            2009
Nombre de moyens auxiliaires vendus                          32’742          25’279




Ludothèque en chiffres
Nombre d’utilisateurs
                                                                      2010 2009
Suisse alémanique                                                     391    361
Suisse romande                                                        72     71
Suisse italienne                                                      15     14
Autres                                                                3      3
Total                                                                 481    449


Stock de jeux tactiles et de livres d’images*
                                                                      2010    2009
Jeux tactiles                                                         919     1’184
Livres d’images tactiles                                              154     336
Total                                                                 1’073 1’520
*Divers articles sont disponibles en plusieurs exemplaires


                                                  - 25 -
Nombre de prêts
                                                                     2010    2009
Jeux tactiles                                                        1’535 1’366
Livres d’images tactiles                                             170     136
Total                                                                1’705 1’502




Le département des moyens auxiliaires pour aveugles dispose d’un assortiment très large de moyens
auxiliaires destinés à l’usage quotidien qui ont été en partie développés ou adaptés par l’UCBA.
L’achat et l’expédition des plus de 500 moyens auxiliaires sont centralisés. Le conseil et la vente
directe sont effectués par le département des moyens auxiliaires à Lausanne ou par les centres
régionaux de distribution. Des jeux de société adaptés aux besoins des aveugles font aussi partie de
l’assortiment. La ludothèque pour aveugles et malvoyants de l’UCBA est également affiliée au
département.




                                                 - 26 -
Prestations de l’UCBA


Basse Vision et moyens auxiliaires optiques

„Les connaissances et les compétences en matière de Basse Vision doivent être accessibles à la
base au personnel spécialisé et aux personnes concernées. Grâce au centre de compétences pour
moyens auxiliaires optiques et au département de formation continue, l’UCBA met depuis de
nombreuses années la „Basse Vision“ à disposition des personnes atteintes de handicap visuel et
contribue à ce qu’elles disposent d’une meilleure qualité de vie, de plus d’autonomie et de plus
d’autodétermination.“
Fritz Steiner, comité UCBA



Cours „Importance de l’optique dans le processus de réadaptation“
En 2010, le département de Basse Vision et des moyens auxiliaires optiques s’est engagé tout
particulièrement dans le programme de „formation du personnel spécialisé en réadaptation― de niveau
II qui a été récemment introduit par l’UCBA. Dans ce cadre, le département a été chargé d’organiser
le cours de base en optique. L’intérêt important pour ce sujet a conduit à ce que ce cours soit offert à
deux reprises, contrairement à ce qui avait été planifié initialement. Lors de cours de six à neuf jours,
le futur personnel de réadaptation s’est confronté à un programme dense et complexe. La formation
de base des participants était très variée: il y avait des ergothérapeutes, mais aussi des opticiens
diplômés, des enseignants spécialisés, des travailleurs sociaux, des instructeurs en O&M et des
personnes qui travaillent dans des ateliers avec des personnes handicapées de la vue ou des chiens-
guides pour aveugles. À la fin du cours, ils étaient capables d’interpréter certains termes de base
d’optique tels que la puissance des verres ou une ordonnance pour des lunettes, de déterminer
l’acuité visuelle grâce à un test de vision et de mesurer le besoin de grossissement de personnes
malvoyantes.


Les deux cours, avec plus de vingt participants pour l’un et neuf pour l’autre, ont eu lieu dans le
centre de consultation et de formation en pédagogie curative Sonnenberg à Baar. Cet environnement
particulier s’est révélé idéal pour les participants du „cours de base en optique― parce qu’ils avaient la
possibilité d’entrer en contact direct avec des enfants malvoyants et de se rendre compte à quel point
ceux-ci gèrent leur handicap visuel spécifique de façons différentes.



Possibilité de mesurer la capacité visuelle par les contrastes clair-obscur
En 2010, l’UCBA a développé elle-même un nouveau test de vision basé sur un concept de Ian
Bailey et qui devrait être un instrument important lors des consultations. Le „test du potentiel visuel
rudimentaire― sert à évaluer la différenciation entre clair et obscur qui est souvent encore présente


                                                  - 27 -
chez les personnes ayant une capacité visuelle très restreinte. Même lorsqu’elles ne peuvent plus
reconnaître les lettres sur les panneaux de tests de la vue, elles sont toutefois encore en mesure de
distinguer des carrés en noir et blanc et d’identifier des lignes perpendiculaires et diagonales. Des
lettres E en noir et blanc et en négatif ont également été incluses dans le test.


Le „test du potentiel visuel rudimentaire― permet de mieux déterminer l’acuité visuelle. Ainsi, les
opticiens, ophtalmologues et instructeurs en Basse Vision peuvent obtenir rapidement une vision
d’ensemble de la capacité visuelle présente, même lorsque celle-ci est très restreinte. Cela leur
permet également de remarquer des changements dans l’acuité visuelle et de les documenter. Ce
test a été présenté par Ian Bailey il y a trois ans lors du congrès de Basse Vision de Montréal et a été
testé et adapté par l’UCBA. La projection avec un PC – telle que Bailey la proposait – s’est révélée
peu pratique parce qu’il est aussi utile, lors de l’évaluation de la capacité visuelle, d’observer les
réactions des clientes et clients. D’autres différenciations dans le programme ont également été
mises de côté, jusqu’à ce que les simples contrastes en noir et blanc se révèlent être le meilleur
moyen de diagnostic.


Grâce au soutien de la fondation Pfirsichblüten et de la société suisse d’ophtalmologie, l’UCBA a pu
développer ce test de vision sur cartes et en faire imprimer vingt exemplaires. Après que la revue
spécialisée „ophta― lui ait dédié un article approfondi, le test a pu être vendu cinq fois lors du congrès
d’ophtalmologie. Les sets de cartes ont également éveillé de l’intérêt auprès d’institutions
spécialisées de la petite enfance car le test sur cartes est simple à utiliser avec des enfants.




Consultation en Basse Vision et moyens auxiliaires optiques en chiffres
Nombre d’heures de consultation


                                            2010                                           2009
Nombre d’heures de consultation en          1'284                                          1’513
Basse Vision




Une des missions principales de l’UCBA, en tant qu’organisation faîtière, est de faire en sorte que
toute personne malvoyante puisse systématiquement bénéficier d’une évaluation de ses capacités
visuelles restantes et disposer de moyens auxiliaires optiques appropriés. Le centre de compétences
pour moyens auxiliaires optiques et réadaptation en Basse Vision est un service compétent en
matière de problèmes visuels présentant un caractère particulier et participe activement à la formation
continue du personnel spécialisé dans ce domaine. Le centre de compétences développe et distribue
entre autres des moyens auxiliaires optiques et des tests visuels. Elle propose de plus une « hotline »

                                                    - 28 -
gratuite pour les ophtalmologues, opticiens et autres professionnels lors de questions relatives à la
réadaptation en Basse Vision.




                                                 - 29 -
Fondations et entreprises ayant généreusement soutenu l’UCBA en 2010


Fondations et institutions


Fondation Ruth Baumer, CHF 200.—
à titre de contribution aux prestations générales


Fondation Prof. Otto Beisheim, CHF 5'000.—
pour des talkies-walkies pour skieurs malvoyants


Fondation Max Bircher, CHF 6'000.—
pour le film Deafblind Time


Fondation Buchmann-Kollbrunner, CHF 1'000.—
pour les semaines bien-être pour personnes sourdaveugles


Fondation Clara et Walter Burkhardt-Gloor, CHF 15'000.—
pour le séjour de vacances pour personnes sourdaveugles


Fondation Carl et Elise Elsener-Gut, CHF 3'000.—
pour des talkies-walkies pour skieurs malvoyants


Fondation Casino Barrière, CHF 15'000.—
pour le séjour de vacances pour personnes sourdaveugles


Fondation Docteur Alfred Fischer, CHF 5'000.—
pour des parrainages individuels de personnes sourdaveugles


Fondation Ella Gattiker-Liechti, CHF 2'500.—
pour la Lightbox


Fondation Walter Haefner, CHF 1'000.—
à titre de contribution aux prestations générales


Fondation Hauri, CHF 3'000.—
pour la Lightbox


Fondation Hear the World, CHF 6'000.—

                                                    - 30 -
pour le film Deafblind Time


Fondation Hannie Hefti-Walder, CHF 10'000.—
à titre de contribution aux prestations générales


Fondation Fritz et Julia Jörg, CHF 2'000.—
à titre de contribution aux prestations générales


Fondation Kirschner-Loeb, CHF 1'000.—
pour des parrainages individuels de personnes sourdaveugles


Famille Kolping, CHF 1'000.—
pour le séjour de vacances à Bâle


Fondation MBF, CHF 10'000.--
pour une boucle magnétique


Société coopérative Migros, pour-cent culturel, CHF 6'000.—
pour le film Deafblind Time


Fondation Pfirsichblüten, CHF 2'000.—
pour le test du potentiel visuel rudimentaire


Pro Infirmis Suisse, CHF 6'000.—
pour le film Deafblind Time


Fondation jubilé Reka, CHF 4'000.—
pour le séjour de vacances pour personnes sourdaveugles


Fondation RHW, CHF 20'000.—
à titre de contribution aux prestations générales


Fondation R. et R. Schlageter-Hofmann, CHF 2'000.—
pour le centre de recherche


Société suisse d’ophtalmologie, CHF 1'800.—
pour le test du potentiel visuel rudimentaire



                                                    - 31 -
Société de la Loterie de la Suisse Romande, CHF 15'000.—
pour le film Deafblind Time


Fondation Dr. Jean Stieger, CHF 5'000.—
à titre de contribution aux prestations générales


Association amis suisses de Nalaga’at, CHF 1'500.—
à titre de contribution aux prestations générales


Fondation Von Duhn, CHF 5'000.—
pour la formation de spécialistes en réadaptation



Entreprises


Bernafon SA, CHF 2'000.—
pour le film Deafblind Time


Essilor, CHF 500.—
pour le film Deafblind Time


Symed Medical Systems Sàrl, CHF 500.—
pour le film Deafblind Time


Imprimerie A. Walpen
pour le soutien lors de mandats d’impression


Nous remercions les journaux suivants pour leur soutien lors de notre campagne de petites annonces
gratuites: 20 Minutes, Aargauer Zeitung, Arc Hebdo, Basler Zeitung, Beobachter, Bote der Urschweiz,
Bündner Tagblatt, Der Rheintaler, Entlebucher Anzeiger, Grenchner Tagblatt, La Côte, La Cotidiana,
Langenthaler Tagblatt, Limmattaler Zeitung, Luzerner Nachrichten, Neue Zürcher Zeitung, NZZ am
Sonntag, SonntagsZeitung, Stadtanzeiger Olten, St. Galler Tagblatt, Sonntag, Südostschweiz,
Walliser Bote, Der Wiggertaler.


Nous remercions ici également toutes les entreprises, organisations et fondations qui ne souhaitent
pas être mentionnées, ainsi que celles qui soutiennent les clients et clientes de l’UCBA directement
par une aide individuelle.




                                                    - 32 -
Organigramme (seulement dans la version imprimée)




                                - 33 -
Bilan au 31.12. en CHF
                                     Comm.       31.12.2010          31.12.2009
Actif                                               CHF        %        CHF        %
Actif circulant
Liquidités                             1        2'664'965     30%   1'959'835     21%
Titres                                 1         779'549      9%    1'801'309     19%
Créances livraisons et prestations               126'041      1%       95'225      1%
Autres créances à court terme                      43'046      0%      41'046      0%
Stocks                                 2          544'553      6%     744'422      8%
Comptes de régularisation actif                    78'015      1%      58'086      1%
                                                4'236'169     48%   4'699'924     50%
Actif immobilisé
Immobilisations corporelles                     2'109'043     24%   2'204'062     23%
Immobilisation incorporelles                           13      0%      19'745      0%
Prêts                                  3           48'401      1%           1      0%
                                                2'157'457     24%   2'223'808     23%
Actif immobilisé affecté
Fonds avec affectation limitée                  2'507'818     28%   2'559'259     27%
                                                2'507'818     28%   2'559'259     27%
Total actif                                     8'901'444   100%    9'482'991   100%

Passif
Capitaux étrangers à court terme
Dettes livraisons et prestations                 333'630       4%    387'503      4%
Autres dettes à court terme                       85'537       1%    108'114      1%
Comptes de régularisation passif                 435'438       5%    370'132      4%
                                                 854'606      10%    865'750      9%
Dettes financières à long terme
                                                 700'000      8%     716'000      8%
                                                 700'000      8%     716'000      8%
Capital des fonds
Fonds avec affectation limitée         4        2'628'368     30%   2'559'259     27%
                                                2'628'368     30%   2'559'259     27%
Capital de l’organisation
Capital libre                                   5'341'983     60%   5'584'756     59%
Résultat de l’exercice                           -623'513     -7%    -242'774     -3%
                                                4'718'470     53%   5'341'983     56%
Total passif                                    8'901'444   100%    9'482'991   100%




                                       - 34 -
Compte d’exploitation 2010

                                                    Comment.          2010               2009
Produits                                                              CHF      %          CHF      %
Dons                                                             3'057'770    31%    2'524'394    24%
Legs                                                               850'092    9%     1'387'730    13%
Legs affectés                                                       90'000    1%     1'012'099    10%
Produits de campagnes de collecte
                                                            5    3'997'861    41%    4'924'223    47%
de fonds
Prestations fournies pour le compte des pouvoirs
                                                                 3'933'038    40%    3'904'738    37%
publics
Cotisations                                                         93'500    1%        96'000    1%
Moyens auxiliaires                                               1'056'310    11%    1'070'882    10%
Moyens auxiliaires optiques                                        152'085    2%       243'825    2%
Formation continue                                                 350'762    4%       184'703    2%
Contributions aux cours, honoraires,
                                                                   225'081    2%        67'665    1%
autres prestations
Total produits de prestations fournies                      6    5'810'776    59%    5'567'812    53%
Produit locatif immeuble de bureau
                                                                    51'365    1%        52'440    0%
St-Gall
Total produits d’exploitation                                    9'860'003 100%     10'544'475 100%
Charges d’exploitation
Moyens auxiliaires                                                -965'168    9%     -1'000'870   10%
Moyens auxiliaires optiques                                        -79'321    1%      -149'746    1%
Formation continue                                          6     -274'421    3%      -166'934    2%
Cours et contributions aux
                                                                  -582'517    5%      -556'771    5%
handicapés, transports
Collecte de fonds                                                -1'262'042   12%    -1'043'725   10%
Relations publiques                                               -617'833    6%      -666'271    6%
Personnel                                                   7    -5'277'152   50%    -5'381'236   52%
Frais de voyage et de représentation                              -283'485    3%      -289'857    3%
Autres charges d’exploitation                               8    -1'045'267   10%     -917'846    9%
Amort. d'immobilisations corporelles                              -202'838    2%      -195'168    2%
Amort. d'immobilisations incorporelles                             -12'101    0%       -18'092    0%
Total charges d’exploitation                                    -10'602'144 100%    -10'386'515 100%
Résultat d’exploitation                                           -742'142             157'959
Produits financiers                                         9      160'741             568'523
Résultat sans rapport avec l'organisation                           26'997              47'061
Résultat annuel sans résultat fonds                               -554'403             773'543
Résultat des fonds
Attribution aux fonds affectés                                    -184'893           -1'139'194
Utilisation fonds affectés                                         115'784             122'876
Résultat annuel avant attribution au capital
                                                                  -623'513            -242'774
de l'organisation
Attribution au capital de l’organisation                           623'513             242'774


                                                   - 35 -
Résultat annuel après attribution                                       0.00                   0.00




Commentaires concernant le bilan et le compte d’expoitation
1       L’actif circulant enregistre d’importantes variations : augmentation des liquidités (+36,0%), due
        au désinvestissement dans les titres (–56,7%), et diminution des stocks (–26,8%).

2       Pour les stocks, on a procédé à des amortissements supplémentaires de 97 kCHF sur les
        moyens auxiliaires techniques non courants.

3       Dans le cadre de la vente de l’ensemble des droits sur l’application Web my-time, un prêt sans
        intérêt de 48.4 kCHF a été accordé à l’acheteur, avec un délai de remboursement de quatre
        ans au maximum.

4       Au cours de l’année, les cinq fonds UCBA suivants ont été ouverts et dotés de 90 kCHF au
        total :
               Fonds intégration professionnelle et sociale
               Fonds moyens auxiliaires
               Fonds basse vision
               Fonds formation continue du personnel spécialisé
               Fonds service de la recherche de l’UCBA

5       Avec une augmentation de 21,1%, il a été possible de gagner des parts de marché sur le
        marché âprement disputé des dons, tandis qu’il a fallu supporter une baisse de 38,7% des legs.

6       Les modules de base proposés durant l’exercice par le département de la formation continue,
        qui comprennent les branches AVJ, O+M et basse vision, ont bénéficié d’une demande
        inattendue, ce qui a entraîné, avec les nouvelles taxes d’examen perçues, des produits
        extraordinairement élevés. Les charges directes de ce département ont augmenté dans la
        même proportion, compte tenu des honoraires comptabilisés dans les charges de personnel.
        Le budget 2010 ne tenait pas compte des prestations fournies (70 kCHF) en relation avec le
        championnat du monde de football en Afrique du Sud (description audio FIFA). Les produits
        bruts comptabilisés ont plus que couvert les charges salariales encourues par l’UCBA.

7       Le gel des salaires et d’autres mesures ciblées dans le domaine du personnel ont entraîné une
        baisse de 1,9% des frais de personnel et de 2,2% des frais de voyage et de représentation.

8       Dans les autres charges d’exploitation, d’importantes charges exceptionnelles ont été
        encourues, notamment aux positions suivantes :
             Honoraires pour le projet Compensation des handicaps et les cours Formation du
                personnel spécialisé
             Support et maintenance informatiques (logiciel) à cause de vérifications en rapport
                avec l’impression de factures en braille et l’utilisation d’Abacus par des personnes
                aveugles, lancement du programme my-time basé sur le Web et programmation à cet
                effet de fonctions supplémentaires.

    9    Le résultat financier se répartit entre le portefeuille de l’UCBA (76%), le fonds IWS (21%) et le
         fonds Oppenheimer (3%). Pour ce dernier, le portefeuille de titres est évalué aux valeurs
         d’acquisition, conformément aux prescriptions relatives à la présentation des comptes.




                                                   - 36 -
Charges de projets, de prestations et administratives en kCHF
Charges de projets et de
                                             2010               2009
prestations
Frais de personnel                         4'547.0            4'625.6
Frais de voyage et de
                                            226.6              233.8
représentation
Charges d’exploitation                     3'068.6            3'004.8
Amortissements                                40.2               52.0
Imputation de prestations internes           210.1              210.0
Total                                      8'092.5   76.3%    8'126.1   78.2%
Charges administratives 1)
Frais de personnel                          730.1              755.7
Frais de voyage et de
                                             56.9               56.0
représentation
Charges d’exploitation                     1'757.9            1'497.4
Amortissements                               174.8              161.3
Imputation de prestations internes          -210.1             -210.0
Total                                      2'509.6 23.7%      2'260.4 21.8%
Total charges d’exploitation              10'602.1 100.0%    10'386.5 100.0%

1) dont charges de la collecte de fonds

Frais de personnel                          106.5              103.5
Frais de voyage et de
                                               2.1                2.3
représentation
Charges d’exploitation                     1'278.9            1'060.3
Imputation de prestations internes           102.4              105.6
Total                                      1'489.8   14.1%    1'271.7   12.2%




                                           - 37 -
Comptes des départements 2010 en kCHF




                        Subventions OFAS




                                                                Frais de personnel



                                                                                     Charges directes,
                                            Dons et legs non




                                                                                      autres charges,
                          et produit des




                                                                                                         département
                                                                                                         Résultat par
                           prestations




                                                                                        répartition
                                               affectés
Organisation faîtière           94.4             -              -323.0                    -306.2            -534.7
Consultation pour
                         3'049.8                 -             -2'509.5                -1'218.8             -678.6
sourdaveugles
Formation continue           392.9               -              -586.3                    -484.8            -678.2
Moyens auxiliaires       1'227.8                 -              -550.3                 -1'288.5             -611.0
Basse vision                 178.0               -              -339.1                    -228.5            -389.6
Relations publiques          823.3               -              -423.5                    -729.7            -329.9
Recherche de fonds            -              3'897.0            -108.5                 -1'381.9          2'406.5
Total                    5'766.2           3'897.0             -4'840.3               -5'638.5              -815.5




                                                     - 38 -
Rapport de l’organe de révision
(seulement dans la version pdf)




                                  - 39 -
Le comité de l’UCBA

Présidents d’honneur
Bohny August, ancien inspecteur scolaire spécialisé, Bâle
Bernasconi Rino, dr ès sc. éc., entrepreneur, Lugano


Membres d’honneur
Fasser Christina, directrice Retina Suisse, Küsnacht
Nef-Landolt Rosmarie, éducatrice spécialisée de la petite enfance et instructrice en Basse Vision,
Flawil
Buser Fritz, opticien dipl. FSOO, ancien directeur de département à l’UCBA, Olten
Kobi Emil, dr phil. habil., pédagogue thérapeutique, Bâle
Lüthy Albrik, dr h.c., ancien chef de division de l’Office fédéral des assurances sociales OFAS, Berne


Président
Assimacopoulos André, dr méd., président de l’Association pour le Bien des
Aveugles et malvoyants ABA, Genève
Tél. privé : 022 794 58 47
Courriel : aassima@vtx.ch


Vice-présidents
Voegeli Claude, juriste, Berne
Tél. privé : 031 352 90 78
Courriel : voegeli-roy@bluewin.ch


Zappa Stephan, président de la Fondation „Blind-Liecht―, Zurich
Tél. privé/prof. : 044 383 92 11
Courriel : zappa-design@bluewin.ch


Trésorier
Laurent Norbert, Jegensdorf
Tél. privé : 031 761 24 54
Courriel : norbert.laurent@bluewin.ch


Membres du comité
Bertoli Manuele, directeur Unitas, section suisse iltalienne de la FSA, Tenero
Dietziker Thomas, directeur du "Heilpädagogisches Schul- und Beratungszentrum SONNENBERG",
Baar


                                                - 40 -
Kuonen Remo, collaborateur scientifique au Parlement fédéral, président de la Fédération suisse des
aveugles et malvoyants FSA, Pully
Mathis-Savioz Isabelle, directrice du Centre pédagogique pour handicapés de la vue CPHV,
Lausanne
Pfau Kurt, avocat / conseil de la Fondation Mühlehalde, Zurich
Steiner Fritz, consultation en Basse Vision, informatique et réadaptation, "Sehbehindertenhilfe Basel",
Bâle
Zimmermann Helene, services aux membres et relations publiques pour l'Union suisse des aveugles
et malvoyants USA, chargée de cours à l'institut de pédagogie spécialisée de l'université de Zurich,
Zurich




                                                - 41 -
Organisations membres de l'UCBA


Membres ordinaires (organisations et sections)
Aargauischer Blindenfürsorgeverein ABV, Aarau
Accès pour tous: Fondation suisse pour une technologie adaptée aux handicapés, Zurich
Action Caritas suisse des Aveugles CAB, Zurich
Association "je guide tes pas", La Tour-de-Peilz
Association pour le Bien des Aveugles et malvoyants (ABA), Genève
Blinden- und Behindertenzentrum, Berne
Blinden-Fürsorge-Verein Innerschweiz (BFVI), Horw
Blindenheim Basel – Stiftung der GGG, Bâle
Fédération suisse des aveugles et malvoyants FSA, Berne
Fondation Asile des aveugles, Lausanne
Fondation Ecole Romande pour chiens-guides, Brenles
FRSA Fondation Romande en faveur des personnes Sourdes-Aveugles, Monthey
GERSAM Groupe d’Entraide Romand de Sourds-Aveugles, Malentendants-Malvoyants, Lausanne
Home "La Sombaille", La Chaux-de-Fonds
LE FOYER, Centre éducatif pour personnes aveugles ou malvoyantes intellectuellement
handicapées, Lausanne
Ostschweizerischer Blindenfürsorgeverein OBV, St-Gall
Physioblind, Rheinfelden
Retina Suisse, Zurich
Schule der Stadt Zürich für Sehbehinderte, Zurich
Schweizerische Bibliothek für Blinde und Sehbehinderte SBS, Zurich
Sehbehindertenhilfe Basel, Bâle
Società ticinese per l’assistenza dei ciechi (STAC), Lugano
Stiftung Blind-Liecht, Zurich
Stiftung für blinde und sehbehinderte Kinder und Jugendliche, Zollikofen
Stiftung Lerchenhof, Zurich
Stiftung Mühlehalde, Zurich
Stiftung Ostschweizerische Blindenführhundeschule OBS, Goldach
Stiftung Schweizerische Schule für Blindenführhunde, Allschwil
tactile – Deutschschweiz - Selbsthilfe hörsehbehinderter und taubblinder Menschen, Geuensee
TANNE - Schweizerische Stiftung für Taubblinde, Langnau am Albis
Union suisse des aveugles USA, Zurich
Verein für Blindenhunde und Mobilitätshilfen VBM, Magden
Verein Solothurnische Beratungsstelle für Sehbehinderte, Olten
Zürcher Kantonaler Blindenfürsorgeverein ZKBV / Zürcher Sehhilfe, Zurich

                                                   - 42 -
Sections de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants FSA, Berne
FSA section Argovie / Soleure
FSA section Berne
FSA section Oberland bernois
FSA section Biel / Bienne
FSA section Fribourg
FSA section Genève
FSA section Grisons
FSA section jurassienne
FSA section neuchâteloise
FSA section de la Suisse du Nord-Ouest
FSA section Suisse orientale
FSA section Unitas
FSA section valaisanne
FSA section vaudoise
FSA section Suisse centrale
FSA section Zurich



Sections de l'Action Caritas suisse des Aveugles CAB, Zurich
section CAB "Bruder Klaus" (Suisse centrale)
section CAB "St. Franziskus" (Bâle Ville et Bâle Campagne)
section CAB "St. Gallus" (Suisse orientale)
section CAB "St. Luzius" (Argovie / Zurich / Zoug)
section CAB "Notre Dame de la Lumière" (Fribourg / Vaud / Genève / Bas Valais)
section CAB "St. Theodul" (Haut Valais)
section CAB "Sta. Lucia" (Tessin)
section CAB "St. Urs und Viktor" (Berne / Soleure)



Sections de l'Union suisse des aveugles USA, Zurich
Groupe régional USA de Berne
Groupe régional USA de la Suisse du Nord-Ouest
Groupe régional USA de Suisse orientale
Groupe régional USA du Valais
Groupe régional USA de Zurich




                                                - 43 -
Membres associés
BORNA – Arbeits- und Wohngemeinschaft, Rothrist
Centre Oriph de Pomy, Pomy
Clair Bois, Fondation en faveur des personnes polyhandicapées, Plan-les-Ouates
Fondation "Les Buissonnets", Fribourg
Fondation Bibliothèque Sonore Romande (BSR), Lausanne
Fondation neuchâteloise pour la coordination de l’action sociale FAS, La Chaux-de-Fonds
Freundeskreis für Taubblinde, Bremgarten
Friedrich und Amalie Meyer-Baumann-Stiftung, Mönchaltorf
GRSA Groupement Romand des Skieurs Aveugles et Amblyopes, Lausanne
GTSC Gruppo ticinese sciatori ciechi ed ipovedenti, Tenero
Heilpädagogischer Dienst St. Gallen – Glarus, St-Gall
Heilpädagogische Früherziehung Kanton Thurgau, Frauenfeld
Heilpädagogische Vereinigung Rheintal, Heerbrugg
Hilfe für Blinde in Israel, Bâle
Helios-Klinik, Zihlschlacht
Low Vision Zentrum für sehbehinderte Kinder, Zurich
MEB – Mission Evangélique Braille au service des aveugles et malvoyants, Vevey
Reformierte Blindenseelsorge, Effretikon
Schulheim Kronbühl, Kronbühl
Schweizerischer Blinden-Schachbund, Zurich
Schweizerischer Bund blinder Esperantisten, Zurich
Service médico-pédagogique de Genève, c/o Centre d'Appui Pour Handicapés de la Vue CAPHV,
Genève
SONNENBERG, Heilpädagogisches Schul- und Beratungszentrum, Baar
Stiftung Balm, Jona
Stiftung Emilienheim für ältere Blinde und Sehbehinderte, Kilchberg
TSM Schulzentrum für Kinder und Jugendliche mit Behinderungen, Münchenstein
visoparents schweiz, Dübendorf




                                               - 44 -
Commissions et groupes de travail de l’UCBA


Commissions de l’UCBA


Commission d’informatique
Commission d’intégration professionnelle
Commission de pédagogie spécialisée



Autres commissions et groupes de travail
Commission d’assurance qualité pour chiens-guides
Commission d’assurance qualité pour la réadaptation
Commission de la prévoyance professionnelle (CPP)
Commission du département de Basse Vision
Commission du département de la consultation pour sourdaveugles
Commission du département de la formation continue
Commission du département des moyens auxiliaires techniques
Commission européenne pour la définition de normes (comité Low Vision)
Commission spécialisée pour des constructions adaptées aux handicapés de la vue
Forum des usagers du département de la consultation pour sourdaveugles
Forum de formation continue pour la Suisse alémanique
Groupe de consultation pour la formation continue en Suisse romande
Groupe de travail "Personnes à handicaps multiples malvoyantes en Suisse"
Groupe de travail pour l’accès aux technologies de l’information des fournisseurs de prestations en
informatique à l’attention des personnes aveugles et malvoyantes ZIBS
Groupe de travail zurichois "Barrières architecturales adaptées aux personnes handicapées de la
vue" ZABBS
Groupe de travail handicap visuel et électronique
Groupe de travail "Journée de la Canne blanche"
International Organization for Standardization ISO, TC 173/SC4/WG 6 et 7



Relations entre l’UCBA et d’autres organisations suisses et internationales
Association suisse Pro Infirmis (membre collectif)
Bureau central des œuvres de bienfaisance ZEWO (organisation certifiée)
Communauté de soutien à la Fondation Suisse solidaire (membre)
Conférence des organisations faîtières d'aide privée aux handicapés DOK (membre)
Deafblind International (Corporate Membership)
Institut pour le management des associations de l’Université de Fribourg (VMI), Fribourg

                                                 - 45 -
Partnership of non-profit distributors of appliances and devices for visually handicapped (POND)
Union européenne des aveugles UEA (membre national avec la FSA et l'USA)
Union mondiale des aveugles UMA (membre associé)
Verband der Blinden- und Sehbehindertenpädagogen e.V. VBS




                                                - 46 -
Collaboratrices et collaborateurs de l’UCBA
(état en février 2011)


* Collaboratrices et collaborateurs travaillant à temps partiel



Direction
Bingemann Gerd, défense des intérêts en Suisse, St-Gall*
Bütikofer Matthias, directeur, St-Gall
Fatzer Gioia, responsable du personnel, St-Gall*
Gründler Jacqueline, comptabilité créditeurs, St-Gall*
Höhener Roger, assistant de direction, St-Gall*
Puhr-Linkenheil Wally, traductrice-interprète, Lausanne*
Schläpfer Peter, responsable du département des finances, St-Gall
Tanner-Fischbacher Silvia, comptabilité débiteurs, St-Gall*



Consultation pour personnes sourdaveugles
Blommaert Muriel, responsable région Suisse romande, Lausanne*
Gsell Maggie, secrétariat, Lenzbourg*
Schmid Regina, secrétariat, Lausanne*
Spring Stefan, responsable du département de la Consultation pour personnes sourdaveugles,
Lenzbourg


Travail social:
Bassetti Enzo, Bellinzone*
Braunschweig Judith, Berne*
Chevillat Michèle, Lausanne*
Hilti Sandra, St-Gall*
Lindegger Charles, Zurich*
Paschoud Antrilli Sandra, Lausanne*
Schelker Iris, Lenzbourg*
Schuler Helena, responsable domaine du travail social, Lucerne*
Stoll Pfister Regula, Zurich*
Von Rotz Astrid, Lucerne*
Züllig Eva, Lenzbourg*


Réadaptation de personnes atteintes de surdicécité
Amend Britta, Berne*


                                                  - 47 -
Braun Erwin, St-Gall*
Corbat Mélanie, Lausanne*
Husistein Juliane, Lucerne*
Mantegani Susanna, Lenzbourg*
Müller Mäde Martha, Zurich*


Animation socioculturelle:
Aeschbach Tina, responsable domaine de l’animation socioculturelle, Lenzbourg*
Fischer Monika, Lenzbourg*
Huber Pia, Lenzbourg*
Meier Serge, Lausanne* (jusqu’au 31.1.2011)
Ruinatscha Cosima, Lenzbourg*


Centre de compétences pour la surdicécité acquise:
Blommaert Muriel, Lausanne*
Fries Ruth, Lenzbourg*
Marchetti Beat, Zurich*



Moyens auxiliaires
Gex Martignier Ariane, secrétariat, Lausanne*
Jaquier Anne-Christine, vente et conseil, Lausanne*
Kappeler Sabine, expédition et stock, Lenzbourg*
Kaufmann Carmen, vente et conseil, Lenzbourg*
Mörker Stephan, responsable du département des moyens auxiliaires, Lenzbourg
Preis Andreas, vente et conseil, Lenzbourg
Reusser Regina, vente et conseil, St-Gall*



Ludothèque (jusqu’au 31.1.2011)
Baud Annette, Zollikofen*
Heinzelmann Claire, Zollikofen*
Lehmann Beatrix, Zollikofen*
Rohrbach Claudine, Zollikofen*



Formation continue
Collini Marina, responsable de la formation continue pour la Suisse romande, Lausanne*
Greber Peter, responsable du département de la formation continue et responsable de la formation
continue pour la Suisse alémanique, St-Gall

                                                - 48 -
Landerer Marianne, responsable de l’administration, St-Gall
Villard Vanessa, secrétariat, Lausanne*



Centre de compétences pour moyens auxiliaires optiques
Graf-Beilfuss Arnd, opticien dipl. SBAO, Lenzbourg*
Graf Marlies, secrétariat, Lenzbourg*
Sassenscheidt Lilian, secrétariat, Lenzbourg*
Trefzer Susanne, opticienne dipl. SBAO, reponsable du département, Lenzbourg*



Relations publiques et recherche de fonds
Cugini Denise, RP/communication, Lausanne*
Gässlein Ann-Katrin, RP/communication, St-Gall*
Hämmerli Andrea, secrétariat, St-Gall*
Koller-Bischof Nelli, conseil/expédition matériel d’information, service des donateurs, St-Gall*
Schmuck Norbert, directeur adjoint, responsable du département des relations publiques, St-Gall*
Wolfer Daniel, grands donateurs, fondations et sponsoring, St-Gall*



Bibliothèque spécialisée
Rechsteiner Peter, St-Gall*




Union centrale centrale suisse
pour le bien des aveugles UCBA
Chemin des Trois-Rois 5bis
CH-1005 lausanne


Téléphone 021 345 00 50
secretariat@ucba.ch
www.ucba.ch




Certifié par la ZEWO




                                                 - 49 -

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:21
posted:11/16/2011
language:French
pages:49