Verbale

Document Sample
Verbale Powered By Docstoc
					      "Building Effective Partnerships among European and Mediterranean
           Municipalities for Local Economic Development Promotion"

          MED PACT - Programme de partenariat régional entre collectivités territoriales en méditerranée


                                    Accord de subvention MED/2006/127-610




                                       RAPPORT DE MISSION

 ACTIVITÉ 2 : La Consultation communautaire par la participation des intéressés locaux dans les
                             pays partenaires Européens et MEDA




                                        17-20 septembre 2007




Projet Leader: Municipalité de Prato
Projet Co-Leader: Ville de Marrakech
Projet Partenaires: Municipalités de Sin El Fil, Bodrum, Brtonigla, Lucca, Rio Marina et la Ville de Skopje




          Page 1 de 8
Objectifs de la mission

Cette mission a eu comme buts les suivants:
   - activer un plus fort et efficace canal de communication entre la commune de
       Marrakech, et la commune de Prato et le Comité technique.
   - réaliser des rencontres techniques avec les experts locaux sélectionnés par
       la Municipalité afin de définir une stratégie efficace pour le bon déroulement
       du projet
   - réaliser des ateliers avec les principaux acteurs locaux (selon ce qui avait
       été indiqué par la commune de Marrakech dans le format 1)
   - organiser une visite, ayant comme but un briefing du projet, près de la
       Délégation de la CE pour le Programme MED PACT à Rabat (contact: Mme
       Fatiha Hassouni, Chargée du Programme).

Agenda de la mission

A partir des objectifs défini, le Planning de la semaine a été organisé comme il suit:

date                        Activité
17 sept                     Point de la situation
18 sept                     Réunion écotourisme
19 sept                     Réunion éducation environnementale et point avec les
                            expert de la commune
20 sept                     Visite à Rabat


Première journée: questions discutées et décisions prises

Date         17 septembre (10:00-16:00)
Lieu         Commune urbaine- Bvd M.ed VI
Participants Bouchra Nabil – Responsable du Projet pour la Commune de
             Marrakech;
             Nicolas Dubrocard – Ingenium Conseil (expert technique de la
             Commune);
             Laila Aachib– Ingenium Conseil (expert technique de la Commune);
             Fabiana Farro – Projet Manager PAMLED, Commune de Prato;
             Claudia Crucitti – Ecole Sant’Anna (Comité Scientifique);
Rédigé par: Claudia Crucitti

Questions administratives:
   - La Commune de Marrakech a souligné des problèmes par rapport au budget
       et au transfert d’argent: en tant que commune, pour recevoir des fonds par
       la commune de Prato la procédure exige qu’ils ouvrent une voix du budget
       express « MED PACT ». Le problème c’est que cela prend beaucoup de
       temps, comme il faut passer par le Conseil Communal.
   - La Commune a désigné le bureau d’étude «Ingegnium Conseil» comme
       expert technique, le contracte sera signé à la fin du mois de septembre.
   - La Commune est d’accord à mettre un lien au site du projet MED PACT et à
       présenter son profil à insérer dans le site qui est en train d’être construit.

Questions techniques :
   - La réunion est commencée par une présentation générale du projet, et de la
       présentation des derniers résultats du projet après le meeting des




Page 2 de 8
       partenaires Européens et du Comité technique à Brtonigla (Croatie) pendant
       les jours 11-12 septembre.
   -   Les représentants d’Ingenium Conseil connaissent la documentation du
       projet, et travaillent sur ceci d’après le moi de Juin 2007 (après le meeting
       de Prato). Ils ont déjà organisé quelques rencontres avec les acteurs du
       territoire concernés avec le thème du tourisme soutenable – écotourisme -,
       et ont remarqué que ces acteurs sont très motivés et intéressés, mais il y a
       à la base une manque de communication parmi la Commune et les acteurs
       locaux. En plus, les acteurs locaux ont besoin de voir des actions concrètes
       de la part de la Commune pour être bien motivés. Nous demandons les
       verbaux des différents rencontres avec ces acteurs locaux.
   -   On parle de l’opportunité de la participation de Marrakech au group 2
       (marketing territorial): puisque la commune est représenté dans le Centre
       Régional du Tourisme, et fait partie de l’Association des artisans, et vu que
       les sous-matières écotourisme et éducation environnementale ont de liaison
       avec le marketing territorial, c’est possible de travailler aussi sur le second
       group de travail, par exemple en ce qui concerne la valorisation de
       l’artisanat… ce sera argument à discuter pendant les prochains jours.
   -   A propos de l’analyse SWOT (conclusion du travail de l’Activité 2), on a
       convenu qu’il s’agit d’un document qui va surgir du format 1, format 2
       (Marrakech aussi a des bonnes pratiques ou bien d’expériences qui peuvent
       être valorisées, en plus il est possible de activer des échanges et transfert
       d’expériences entre « MEDA » et « EU », aussi que entre EU et MEDA ), et
       réponses aux «points cruciaux» tirées par la réunion de Brtonigla. Il doit
       être terminé dans le 10 octobre.
   -   En ce qui concerne la localisation des projets, l’idée prévalent est de
       considérer l’ancien quartier de la Médina comme lieu où réaliser les projets
       pilotes, en ce qui concerne l’éducation environnementale de la population et
       les actions sut l’écotourisme. Il faudra définir des districts à l’intérieur de la
       Médina dans lesquels travailler, puisque l’entier quartier est de toute façon
       trop grand.
   -   On éclaircit mieux le rôle de la Commune de Marrakech en tant que co-
       leader pour les prochaines étapes du projet.
   -   En fin on a planifié les détails de la réunion du lendemain avec les acteurs
       concernés avec le tourisme. Le programme est le suivant:
            o Présentation de M. le maire: la ville de Marrakech et le projet
               PAMLED - MED PACT;
            o Présentation du Chargée du projet Fabiana Farro: Le projet, ses
               objectifs, l’état d’avancement et le rôle des acteurs locaux;
            o Tour de table pour comprendre le point de vue des intervenants et
               ouvrir la discussion sur les matières prioritaires pour le territoire de la
               commune.

Deuxième journée: questions discutées

Date           18 septembre (11:00-14:00)
Lieu           Commune urbaine- Bvd M.ed VI




Page 3 de 8
Participants Bouchra Nabil – Responsable du Projet pour la Commune de
             Marrakech
             Nicolas Dubrocard – Ingenium Conseil (expert technique de la
             Commune)
             Laila Aachib– Ingenium Conseil (expert technique de la Commune)
             Fabiana Farro – Chargée du Projet, Commune de Prato
             Claudia Crucitti – Ēcole Sant’Anna (Comité technique)
             Représentant du CDER; CRT et autres acteurs concernés selon la
             liste ci-jointe
Rédigé par: Claudia Crucitti

La réunion a permis à tout les participants de s’exprimer par rapport à leur point de
vue, leur attentes par rapport au projet MED PACT et leur proposition.

Après la présentation faite par M. le maire (mirée à souligner d’un coté l’importance
du tourisme dans l’économie de Marrakech, et de l’autre coté les engagements de
la ville pour contrôler et réduire les impacts environnementaux négatifs, à partir du
bon exemple de la certification Iso 14001 des services de la commune jusqu’à
plusieurs projets actifs pour améliorer les conditions environnementales de la ville),
et la présentation du projet par Fabiana Farro, Bouchra Nabil est intervenue pour
souligner que les intentions de la commune sont de réaliser ce projet en consultant
les acteurs locaux pour travailler en collaboration; après on a animé la discussion
pour mieux comprendre le contexte dans lequel les projets pilotes vont se dérouler.

A travers les intervention du Directeur du CRT, les représentants du CDER,
l’Association industrielle des hôteliers, l’Associations des maisons d’hôtes, et Excel
tour, la Délégation du tourisme, on a abouti aux considérations suivantes:
- CRT: Les touristes sont en augmentation, et comme le tourisme à Marrakech est
strictement lié à la beauté de son environnement, il faut penser que cette
augmentation va menacer l’équilibre homme - environnement. Donc la question
qu’il se pose est comment faire pour garantir une soutenabilité à ce tourisme de
masse.
- Ēcole Sant’Anna (Comité technique): en faits le but du projet et d’étudier la
situation et en fonction des résultats, et réaliser des actions concrètes (projet
pilotes, même à travers un échange avec d’autres villes partenaires du projet); la
Commune a proposé de travailler sur la réduction des pression du tourisme et sur
l’éducation environnementale de la population.
- Ing.Conseil: ce projet est l’occasion pour comprendre ce qui peut être fait, et il
ouvre les portes à d’autres possibilités de financements et donc à d’autres actions
sur le même thème. Il conseil de réaliser plusieurs meeting avec les acteurs locaux
présents (animation du territoire), afin de comprendre comment travailler sur le
thème choisi.

Le CDER intervient en parlant de son rôle de promotion des énergies renouvelables;
le centre est bien heureux de donner sa contribution à ce projet.

Bouchra Nabil demande au CRT s’il y a déjà des projets, actions ou données sur le
thème de l’écotourisme:
- CRT: précise que dans le cadre de ce projet le mot « écotourisme » (qui en
général est lié au tourisme rural) a une signification de tourisme soutenable, avec
des pressions réduites sur l’environnement. Après cela, il parle brièvement des
différentes initiatives, parmi lesquelles :
       Séminaire de sensibilisation des hôteliers pour l’utilisation des chauffe-eau
         solaires (mais les hôteliers ne sont pas encore convaincus de se convertir
         au solaire);




Page 4 de 8
        Accord entre la Municipalité et les hôteliers pour la gestion des déchets
         ménagers, mais il n’est pas trop au courant;
        Action mené par l’Association industrie hôtelière pour distribuer aux hotes
         des stickers qui invitent les usagers à une consommation rationalisée de
         l’eau, sans de gaspillage.

L’ Ēcole Sant’Anna (Comité technique) demande si à niveau normatif il y a des
règles à respecter par les hôteliers (ex.: consommations en eau limitées,
épurations des écoulements, réduction des déchets, etc.).

- Le CRT: Il n’y a pas des règles spéciales pour les hôtels, donc il ne sont pas
obligés par l’Etat ou d’autres autorités à faire des économies ou à installer des
plantes pour la dépuration ou récupération des eaux usées. Par contre c’est l’intérêt
aux hôteliers d’économiser les ressources, vue que la tarification est différente par
rapport à des classes de consommation : plus haute est la classe de consommation,
majeure sera la tarif à payer.

- Représentant des maisons d’ hôtes:
Il porte le point de vu des ryads. La majorité de ces anciens lieux typiques destinés
à donner de l’hospitalité est placée dans la Médina.

Un problème très senti par la catégorie est la mauvaise gestion des déchets dans la
Médina: les habitants ne respectent pas les règles pour déposer les déchets
ménagers sur la rue, et les anciennes ruelles devient souvent un mauvais dépôt de
déchets, ce qui influence négativement les activités des ryads. Avec la nouvelle
gestion délégué de la collecte, ramassage et transport des déchets la situation est
visiblement améliorée (Bouchra Nabil fait la remarque), mais encore beaucoup il
faudrait faire du coté des citoyens. Il soutient que ce serait important, avant de
parler de gestion durable du tourisme à travers la sensibilisation des opérateurs, de
activer des action de sensibilisation de la population de la Médina. En plus il serait
d’accord à l’idée du maire de introduire une police environnementale qui a le droit
de donner des amendes à qui ne respecte pas les règles concernant la propreté de
la ville.

- CDER: il répond sur l’initiative des chauffe-eau solaires; même si l’initiative n’a
pas eu trop de succès, il faut dire que il y a un plan national pour l’énergie 2007-
2012, visant à augmenter la partie des énergies renouvelables et à permettre
l’auto-production d’énergie au Maroc (à l’état actuel presque toute l’énergie
consommée est importée). En général sur le plan de l’énergie, il y a plein de projets
qui commencent à se développer.

Fabiana Farro : elle demande quelles sont (s’il y en a) les stratégies pour la
promotion du tourisme:

Le CRT: il répond que le tourisme est l’avenir et le présent de l’économie locale,
donc forcement il s’agit d’un atout très important pour la ville. A ce propos le rôle
du CRT, en tant que sujet du Ministère du Tourisme, est la sensibilisation,
communication, animation du territoire et diffusion des informations, promotion des
évènement (festivals, etc.). Pour cela le rôle du CRT par rapport à l’écotourisme ne
peut être différent de cela: sensibilisation et communication. Aucun rôle de contrôle
ou de réglementation, est possible par le CRT.

La représentante de Excel tours: Le marrakichi est marginalisé: peu de place est
dédié dans le politiques à connaître le profil du citoyen moyen pour intervenir de
façon efficace dans le problèmes sus-dits. Elle voudrait aussi savoir si la Commune




Page 5 de 8
ou d’autres sujets ont jamais réalisé des études de marketing, parce que il faudrait
collecter les données concernant la situation.

Bouchra Nabil répond que la Commune à réalisé le Plan stratégique et le plan de
mise en niveau (obligatoires par loi). Disponibles sur le site WEB: www.ville-
marrakech.ma.

Le CRT: Il remarque que quelque fois les initiatives de la Commune concernant le
tourisme n’arrivent par aux oreilles du CRT; il y a à son avis un problème de
communication entre les différents acteurs locaux. Les intervenants sont s’accord
sur le fait que la communication poudrait (devrait) être améliorée.
Le CRT propose des échanges périodiques entre les acteurs du tourisme et la
commune pour se tenir au courant des évènements. Il envisage la participation des
citoyens ordinaires dans le projets sur le tourisme durable (écotourisme), parce que
près du concept de «soutenabilité» il faudrait considérer le besoin d’ « équité ».

D’autres acteurs qui pourraient être impliquée: Division économique et sociale de la
Wilaya, Office national du tourisme (délégation), Fondation Mohamed VI, Ministère
du tourisme, RADEEMA, Ministère de l'Agriculture, du Développement Rural et des
Eaux et Forêts, etc.

CONCLUSIONS

Le thème du tourisme éco-compatible est très intéressant pour tous les
intervenants, il sont bien motivés et prêts à donner une contribution à des activités
concernant ce thème.
En général, les intervenant remarquent que la communication entre les acteurs et
entre les acteurs et la Commune est un point de faiblesse, sur lequel il faut
travailler afin d’augmenter l’efficacité des activités menées par chacun. Par contre
un point de force est la motivation de chacun et l’intérêt à mener des actions
concrètes.
L’implication des citoyens dans ce projet est très important pour tous les
intervenants: selon eux les actions concernant l’écotourisme doivent être
accompagnés par des actions de sensibilisation environnementale de la population,
qui devraient se passer à travers un engagement direct de la population même.
Les experts techniques de la Commune (Ingenium Conseil) s’engagent à organiser
des rencontres individuelles avec les acteurs, de façon à approfondir les atouts vus
dans cette réunion, afin de mieux comprendre leur point de vu.

Troisième journée – réunion de mise à niveau

Date         19 septembre (10:00-15:00)
Lieu         Commune urbaine- Bvd M.ed VI
Participants Bouchra Nabil – Responsable du Projet pour la Commune de
             Marrakech
             Fabiana Farro – Chargée du Projet, Commune de Prato
             Claudia Crucitti – Ēcole Sant’Anna (Comité technique)
             2eme partie de la réunion :
             Nicolas Dubrocard – Ingenium Conseil (expert technique de la
             Commune)
             Laila Aachib – Ingenium Conseil (expert technique de la Commune)
Rédigé par: Claudia Crucitti




Page 6 de 8
La première partie de la réunion a eu comme but la clarification de quelques
questions administratives concernant le projet (budget, journées–homme,
assistance des experts techniques, etc.). On a discuté aussi les informations
nécessaires de la part de la Commune pour le site WEB du projet.

Avec la société Ingenium Conseil on a fait le point sur les résultats de la journée
précédente et on a considéré que les participants à cette réunion-là ont exprimé la
nécessité de considérer la question de l’écotourisme à coté du problème de
l’éducation environnementale de la population. En plus comme lieu privilégié pour
mener des actions pilote, il semble à tout le monde que la Médina pourrait être le
bon endroit, vue ses caractéristiques de centre historique, sa présence d’hôtels et
ryads, de touristes et de services.
Parmi les acteurs à impliquer (coté éducation environnementale) il faudrait
considérer les Amicales de quartiers (qui n’existent pas encore dans la Médina), et
l’Observatoire régional de l’environnement de Marrakech.
Une idée pourrait donc être de mener des projets pilotes sur la Médina, ayant au
même temps comme thèmes les deux sous-matières identifié en juin. Une
troisième sous-matière (à vérifier de façon définitive) que l’on pourrait prendre en
considération (par rapport à la matière «Marketing Territorial») pourrait être:
«partenariat public-privé: renforcement du réseau local pour la promotion du
tourisme dans la ville» que est une des matières prévues par le Projet. Cette
potentielle troisième sous-matière substituerait la «valorisation de l’artisanat» que
l’on avait pensé au début de la semaine.

Décisions prises

 Ingenium conseil va réaliser des réunions avec les acteurs locaux et va collecter
la documentation existante concernant les actions et projets déjà réalisés.

 Sur la base du Format 1 et 2, des résultats de la réunion en Croatie et les
résultats de la semaine, l’Ēcole S. Anna prépare une check-list pour la rédaction des
Analyses SWOT.

 Ing. Cons. commence à préparer une SWOT sur la base de ce que l’on a, en
collaboration avec l’Ēcole S. Anna.

 A la réunion globale de fin première année Marrakech doit avoir ses analyses
SWOT et une première proposition pour les projet(s) pilote(s).

Troisième journée – réunion de mise à niveau

Date         20 septembre (10:30-13:30)
Lieu         Rabat, Délégation CE
Participants Fatiha Hassouni – Délégation CE Programme MED PACT
             Bouchra Nabil – Responsable du Projet pour la Commune de
             Marrakech
             Fabiana Farro – Chargée du Projet, Commune de Prato
             Claudia Crucitti – Ēcole S. Anna (Comité technique)
Rédigé par: Claudia Crucitti

Le but de la réunion était la mise à jour de Mme Hassouni de la Commission
Européenne à niveau technique, administrative et financier.

Les point expliqués sont les suivants:




Page 7 de 8
 Les rapports narratifs, financiers, techniques sont à préparer et envoyer
ensemble. S’il ne sont pas prêts dans le délai prévu, c’est suffisant d’envoyer une
E-mail d’avertissement;
 Le rapport financier doit être validé par l’auditor;
 L’engagement financier auquel sont soumis les partenaires, selon le contrat,
concerne la durée totale du projet (3 ans). Cela signifie qu’on peut dépenser plus
ou moins de ce qu’on a indiqué pour la première année (cette indication avait
seulement le but de donner un terme de référence à la CE pour donner la première
tranche d’anticipation). L’important est de respecter le total déclaré, à la date de
novembre 2009;
 Le rapport sont à envoyer en papier et en fichier informatique;
 Si l’on dépense tout l’argent avant le temps prévu pour une année intermédiaire,
on peut envoyer une lettre à la CE pour demander un autre partie de l’anticipation
du financement;
 Le Liban a le problème du blocage des financements de l’UE aux autorités
locales à cause du gouvernement centrale. Mme Hassouni s’informera de la
possibilité de envoyer le montant è une association locale, et comme cela
indirectement payer les deux personnes de Sin El Fil;
 Le problème de Marrakech est que, pour les lois des Municipalités, ils ne
peuvent prendre sur leur budget un financement si on a pas ouvert une nouvelle
voix «Projet MED PACT» sur le budget. POur faire cela il faut du temps, parce que
la proposition doit passer du conseil… etc. L’unique solution pour Mme Hassouni est
d’activer la procédure de la Commune, et transférer l’argent quand on pourra.
 Le budget doit être présenté par devise, ou bien: par Pays.




Page 8 de 8

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:12
posted:11/7/2011
language:English
pages:8